Faut-il dire qu’on est bipolaire ? Épisode 11 des bipotes

C’est un nouvel et ( très ) long épisode des bipotes que nous vous proposons, avec comme sujet principal pour notre question : Faut-il dire qu’on est bipolaire, oui ou non ? On parlera également du trouble lunatique, de la manipulation, d’hygiène de vie, de cannabis, etc etc … Bref, pleins de sujets concernant la bipolarité de nos bipotes sur les réseau sociaux !

 

Cacher ou avouer sa bipolarité ?

C’était notre question de la semaine via les réseaux sociaux, doit-on dire que l’on souffre du syndrome de bipolarité et à qui ? À son boss, ses collègues de travail, sa nouvelle petite amie ( ou nouveau petit ami ), un(e) nouvel(le) ami(e), etc etc … Pourquoi ne faudrait-il pas le dire ? Et vice-versa … Les bipotes ont répondu à 3 questions et ont donné leur avis détaillé . Voici les résultats en images .

Les relations professionnelles

Job et bipolarité

Avouer sa bipolarité au travail ?

Plus de 55% des personnes sondées sont contre le fait d’avouer leurs troubles bipolaires à leur hiérarchie et même à leurs collègues; que ce soit dans 6 mois ou +, c’est un non définitif ! 30% pensent qu’il faut le dire au bout de 6 mois, quand des liens sont sûrs, ou que la place dans la société n’est plus en danger ! 10% sont pour tout de suite …

Laurence fait partie des 55% …
—> Laurence G. : Au boulot, ce n’est pas une bonne idée …

Pascal pense que ça ne sert à rien de le cacher, une perte de temps inutile !
—> Pascal C. : De toute façon, ça finit par se voir .

Florent ne joue pas à cache-cache avec sa bipolarité ! lol .
—> Florent M. : Je ne me suis jamais caché .

 

Les relations amicales

Amitié et bipolarité

Dire à ses amis qu’on est bipolaire ?

Près de 65% des votants sont pour le dire aux amis après 6 mois de contact . Plus de 25% pensent qu’il faut le dire tout de suite et moins de 10% pensent qu’il ne faut jamais le dire !

Lili est pour le dire …
—> Lili D. B. : Le dire .

Karine n’accepte pas les hypocrites …
—> Karine M. D. : Moi je le dit et si ça ne plaît pas, bah on ne me fréquente plus !

Isabelle se fout de l’avis des gens sur son trouble bipolaire ! C’est pareil pour Adeline … Seuls les vrais amis comptent .
—> Isabelle E. : Moi fini, je le dit bien haut et bien fort, je ne me cache plus, après ce que penses les autres : je m’en fou !

—> Adeline M. : Je ne le cache pas ! On peux m’insulter de folle ou autres, tampis, seul mes vrais comprendrons .

 

Les relations amoureuses

Amour et bipolarité

Avouer son trouble bipolaire à son amour ?

C’est environ 60% des répondants sui pensent qu’il faut immédiatement avouer sa bipolarité lorsque l’on rencontre l’être aimé . Commencer sur de bonnes bases, la confiance et pas de mensonges . 30% pensent qu’il faut le dire seulement après 6 mois de relation et 5% jamais !!!

Corine n’aime pas le mensonge …
—> Corinne N. : Avouer .

Au travail, aux amis et en amour, Rico, Lucie et Jessy pensent qu’il est préférable de la garder pour soi …
—> Rico E. S. : Mieux vaut le cacher . Surtout au travail, même dans sa vie privée c’est préférable . Même à sa nana c’est mieux de le cacher .

—> Jessy J. ; Le cacher même dans la vie car trop vite jugé, bien sûr négatif car beaucoup disent bipolaire égal fou, l’ignorance peut faire dire beaucoup de choses qui font mal, alors oui, il faut le cacher .

—> Lucie N. : Cacher car les gens te jugerons encore plus ou vous tourne le dos … Cacher et faire croire que tout va bien, afficher un sourire, les gens ne vous fréquente pas quand vous êtes triste et déprimé … Et ça devient encore plus dur d’affronter la vie …

Mika sélectionne mais est souvent déçu dès qu’il le dit …
—> Mika B. : Ça dépend, je l’ai dit à certains qui le comprennent toujours pas, ou qui joue dessus, donc autant le dire à personne !

Calou a décidé de le dire, ceux qui ne veulent pas comprendre, ça lui est égal !
—> Calou J. : Perso, je ne le cache plus . Si les gens n’acceptent pas, tant pis pour eux .
Sabrina B. S. : Perso, tellement de gens ne comprennent pas et n’acceptent pas
Calou J. : J’explique bien la maladie et en général ils comprennent, mais beaucoup, trop même, ont des à-priori ! C’est injuste pour nous .

Samira et Catherine ne comprennent pas pourquoi il serait question de cacher leur maladie !
—> Samira B. : Pourquoi mentir ou le cacher, c’est de notre faute ? Pour moi de la discrimination … Mes médecins m’interdisaient de le dire à mon employeur, je n’ai pas de collègues, je leur ai dit qu’il l’avait deviné ! Il est aussi médecin, plus précisément vétérinaire, faut pas prendre les gens pour des idiots, certains voient bien notre comportement différent sans être dans le médical, et si on me posait des questions, je ne vois pas pourquoi je devrais dire que tout va bien ou que j’ai une autre ALD …

—> Catherine J. : Il ne faut pas avouer, il n’y a pas a avoir honte ! Dire les choses comme on peut car ce n’est pas à nous de juger et il n’ y a rien à juger . C’est une maladie très dure, alors il faut essayer de comprendre et de compatir c’est tout !

Peggy est pour, pur elle, il faut parler de sa bipolarité le plus tôt possible, autant au niveau social que professionnel .
—> Peggy T. B. : Il faut le dire à sa famille ! Si elle ne comprends, c’est qu’elle ne vous aime pas !!! Moi, la famille de mon mari l’a acceptée et ils n’étaient pas obligés ! Et pour le boulot, moi je conseille de le faire avant de commencer un nouveau travail, car en étant reconnu travailleur handicapé, si la question est posé il vaut mieux être franche et assumer ! Et pour ceux qui ont déjà un travail et si la maladie pose problème, il vaut mieux le dire ! Ce n’est que mon avis !

Le sondage est toujours disponible sur le forum des bipotes : Coming-out de sa bipolarité . Nous referons le point dans quelques mois …

 

Nous sommes tous bipolaires …

Certaines personnes pensent vraiment que tout le monde est bipolaire !!! Certainement qu’elles croient que la bipolarité se résume à des états de joie et de tristesse et puis c’est tout ! Dans ce cas-là, oui, tout le monde serait bipolaire … Mais ce n’est ( heureusement ) pas cela, souffrir de maniaco-dépression c’est plus bien plus complexe, oui il y a des phases euphoriques ( maniaques ) et des phases mélancoliques ( dépressives ), mais il y a aussi les troubles du comportement, les addictions, les symptômes premiers comme le sommeil, l’appétit ou encore la concentration, etc etc … Les troubles bipolaires forment un ensemble de désordres mentaux qui affectent au quotidien la vie du malade . Ce n’est pas qu’un état passage d’humeur changeante ou un trait de caractère, c’est une vraie maladie handicapante qui peut conduire au suicide …

Donc, Mickael, Helene, Sophie et Sandy, NON, tout le monde n’est pas bipolaire !!!
—> Mickael R. : Nous sommes tous bipolaire .
Helene B. : Tout le monde est bipolaire aujourd’hui alors !
Sandy H. D. : Alors on est quasi tous bipo !!! C’est réconfortant …

—> Sophie L. R. : Tout le le monde est bipolaire, c’est à la mode et c’est chiant .
Myriam P. D. : NON, Sophie, tout le monde n’est pas bipolaire . Pour vivre avec mon mari depuis bientôt 30 ans, je peux assurer que tout le monde n’est pas bipolaire. tout le monde ne fait pas la marmotte 2 mois d’affilé, n’est pas malade tous les mois de janvier- février ou mois juillet- août et tout cela depuis trente ans . AH ! J’oubliais aussi, tout le monde n’a pas de « démons » comme je les appelle : alcoolisme, carte bleue qui flambe etc … En tout cas, je peux affirmer que je suis insomniaque mais pas bipolaire car mes insomnies ne me rendent pas excitée au point de finir à l’hôpital. N’en pouvant plus, il voulait intenter à sa vie.
Sophie L. R. : Je m’en fous comme de l’an quarante. Je savais bien . Si j’ai dit que tout le monde et bipolaire, c’est parce que quelqu’un se mettrait à pleurnicher après ce que je viens d’écrire. D’autres bipolaires dont je suis, n’ont pas les mêmes symptômes que vôtre mari : les conneries qu’il fait, moi, je ne les fait pas. On parle tellement de bipolarité que je connais des gens qui se demandent s’ils le sont. C’est d’un chiant !!!
Geneviève P. : Il faut dissocier la bipolarité de la connerie .
Sophie L. R. : Vous mettez le doigt dessus. Beaucoup de bipolaires gâchent la vie de leur entourage, se remettent rarement en cause, et par conséquent, sont des cons finis et infinis .
Adeline M. : Moi, personnellement, je ne croyais pas y être et plusieurs pros m’ont dit que je l’étais, donc bon … C’est vrai que certains font croire qu’il le sont alors que ce n’est pas facile d’avoir cette merde .
Thierry V. : Je suis plutôt d’accord avec cette assertion. Je pense que tout le monde est bipolaire, mais tout le monde n’en souffrent pas. Personnellement, je souffre de troubles bipolaires que je dois soigner. Avoir des hauts et des bas, parfois plus importants, est la norme et le prix à payer de la complexité du cerveau des mammifères dits supérieurs. Il est néanmoins certains que tout le monde n’a pas nos variations tellement importantes qu’elles sont problématiques pour soi-même, son entourage privé, professionnel. Ni des réactions qui ne correspondent pas aux schémas sociaux établi (ne parlons pas de l’évolution de nos modes de vies qui déclencheront de plus en plus de troubles bipolaires, j’en suis persuadé ). C’est aussi une des raisons qui induit les difficultés de diagnostic et de mise en œuvre des thérapies médicales et psychologiques. Ceci dit, il s’agit d’un réel problème de santé publique vu son ampleur 1 ou 2% voire 5% de la population, c’est énorme !!!
Sophie L. R. : Autrefois, être bipolaire signifiait être marginal. Maintenant, c’est banal. Quelle tristesse!

Julie vient enfin de voir le film Happiness Therapy …
—> Julie K. : Je suis devant, depuis le temps que je voulais le voir .

Eric n’en peux plus de cette maladie !
—> Eric L. : Je ne supporte pas la bipolarité !

Bref résumé du comportement d’un bipolaire par Zazie …
—> Zazie M. : Ah la la . C’est dingue ! On en souffre et puis on fait des sacrées conneries du coup …

Non, c’est nous Le Bipolaire !!! lol
—> Adeline A. : Je suis le bipolaire je crois, mdrrr …

 

Le cannabis

Cannabis et bipolarité, un vaste sujet de conversation plein de contradictions . Selon des récentes études, sa consommation serait favorable pour les dépressifs mais, tout comme les antidépresseurs, mal dosé ou pris à mauvais escient, il favoriserait la crise maniaque … Un pseudo-traitement à surveiller de près alors ! Nos bipotes ont-ils déjà essayer de fumer des joints pour soigner leur bipolarité ?

Hélène n’est pas pour !
—> Hélène M. : Heu … Mauvaise idée je crois .

Tandis que d’autres pensent que par rapport au nombreux médicaments qu’ils prennent, cela ne peut pas trop leur faire plus de mal …
—> Elo H. : C’est sûr que ça serait plus doux que le traitement qui nous tuera un jour …
Caroline V. C. : Mais qui vous fait un peu de bien quand même !
Elo H. : Et oui, c’est sûr !
Adeline M. : Les cachets, j’ai arrêté depuis deux ans et je me sens mieux en fumant car avec les cachets j’étais pas moi-même …

—> Sandy H. D. : Pourquoi pas ?! Ça ne peut pas être pire que ce que l’on bouffe au quotidien ( médocs ) !

Karim a l’air de bien savoir gérer les traitements … Y compris les risque liés au cannabis .
—> Karim B. S. : Chacun ses risques : Consommer des psychotropes augmente l’intensité des crises, mais si au quotidien cela permet de relâcher la pression … Il y a un phénomène d’accumulation du THC qui se libère quand ont tente de s’en sevrer et ça affole tout le métabolisme . Ceux qui veulent s’en sortir doivent arrêter, pour le reste, une bouffé délirante ça se gère !

La cannabis aide-t-il ou pas ? Qu’est ce qui donne plus d’hallucinations chez le bipolaire : Les cachetons ou le cannabis ?
—> Adeline M. : C’est peut-être dans ma tête, mais j’ai l’impression que ça m’aide et j’aimerais savoir si je suis la seule ? lol
Mélinda M. : Non, ça n’aide pas !!!! C’est la sensation, ça défonce c’est tout ! C’est du grand n’importe quoi !
Adeline M. : Bah c’est mieux que les cachets de merde …
Laurence P. : Pour moi, ça marche aussi et ce n’est pas une illusion … Je vous rassure que vous n’êtes pas seule .
Adeline M. : Merci, j’ai cru encore qu’on allait m’engueuler encore. Je me sens mieux qu’avec les cachets qui m’ont détruite …
Cécilia R. : Moi ça m’aide . Ça fait 5 mois que je n’ai plus pris de médoc et je gère mes crises …
Delphine M. : Je suis d’accord avec le fait de prendre du cannabis, j’en fume 1 le soir car le Stilnox et 3 Valiums ne me font plus rien !!!!! Mon traitement tout le temps : Effexor 75 et 37,5 , 5 Valiums, Dépamide et Teralithe + Stilnox . Je dors le jour tellement cette saloperie m’a complètement dominé et je suis accro . J’essaye de vivre pour mon fils, il ne serait pas là, il y a longtemps que je serais passée à l’acte, par contre fini la psychiatrie . Elle m’a encore démoli de plus !!!!!! Le psychiatre me dit que c’est dû à 1 choc émotionnel et cette merde jamais nous n’en guérirons . Merci .
Adeline M. : Oui je suis d’accord, moi aussi les cachets m’ont changé, m’ont drogué j’aimais pas ça … Je préfère être stone et savoir ce que je fais. Oui, c’est à cause de ça et on n’en guéri pas !

Mélinda ne fumera jamais de cannabis pour soigner son trouble bipolaire ( inguérissable ! ) .
—> Mélinda M. : Jamais je prendrais cette merde pour aller mieux, sachant en plus que la bipo ne se guérit pas !

Laurence pense le contraire …
—> Laurence P. : Bon traitement naturel je dirais, en tout cas, moi ça m’aide plus que certains médocs …

Comme l’arrêt du traitement ? …
—> Fanny P. : Ça marche sur le coup, mais quand tout retombe, c’est pire …

Un déclencheur de la phase maniaque, oui ! Ce n’est pas une cause de bipolarité ou de trouble borderline … Ne pas confondre hallucination et maladie …
—> Hannah M. : Stop aux conneries … C’est justement considéré comme un déclencheur de la maladie . Après, d’accord pour dire que les cachetons ne sont pas mieux pour la santé PHYSIQUE mais pas pour la santé psychique !

—> Albane N. : Foutaise … Les drogues. Que cela soit du shit à la mdma. Justement, elles cotisent à l’apparition de troubles de la personnalité . (Ou crise de parano et autres) Avant de me sortir un blabla de type « non c’est faux », je fume et connaît les risques, c’est bien de s’informer avant de consommer .
Méli N. : J’en ai fumé et beaucoup, et certes c’est pas bon à haute dose, mais à plus petite dose et bien géré, ça n’a rien à voir !
Albane N. : Sauf que, qui dit traitement, dit plusieurs fois, et à bonne dose je pense …
Méli N. : Tu peux pas savoir les doses qu’ils recommandent. Et du moment que c’est médical, je ne pense pas qu’il soit là pour amplifier la chose non plus, il faut aussi reconnaitre les valeurs bénéfiques qu’ont certaines drogues …
Mika B. : Si tu penses que les médocs peuvent être meilleur, libre à toi !

On en parle quand de cette troisième phase de la bipolarité ? ( la phase zen, non ? )
—> Pierre C. : Tu deviens tripolaire !!! hihihihii .

Philosophie et bipolarité …
—> Anne-Marie G. : Comme traitement, ok … Mais rien qu’à voir l’état du pays et le comportement zombie d’une majeure partie de la population, ce n’est pas fameux et il y a bien une raison pour que tout part en couille …

Liliane est contre et a une excellente raison ! C’est vrai que l’on a pas assez de recul sur le long terme …
—> Liliane L. C. : Vous voulez les achever ou quoi ? Ça grille les neurones complet ! Il faut qu’ils cessent de minimiser les effets à long terme de cette drogue …

Le mot de la fin pour Alysée, clair, net et précis …
—> Alysée A. : Je pense que ce n’est pas la meilleure solution, étant moi-même bipolaire et fumeuse de pet, ça n’a fait que accentuée ma « maladie », après on est tous différents .

 

Peut-on vivre avec un bipolaire ?

La vie avec un bipolaire, comment est-elle ? Une question posée des milliers de fois par l’entourage des personnes bipolaires . Qu’ils soient parents, amis, collègues, conjoints, cousin, etc etc … Ils ont tous les mêmes questions concernant cette maladie très difficile à comprendre et très changeante du jour au lendemain . Voici quelques brefs témoignages et expériences de vie avec un bipolaire de la part des bipotes et de leur entourage …

La reconnaissance même !
—> Caroline S. C. : Je le suis aussi et ce n’est pas toujours facile à vivre, mais mon mari est toujours présent. Sans lui, je ne serai plus là …

Le décès d’une personne bipolaire proche est un douloureux évènement … Beaucoup de personnes oublient que la bipolarité tue … RIP .
—> Josette G. : Moi, mon fils en est mort, il faut le savoir . Il faut agir ! Amitié à tous les bipolaires .

La persécution d’un ex-bipolaire ? … Cause ? Trait de caractère ? Maladie ?
—> Marie M. : C’est ce que je vis en ce moment !!! Il me laisse tranquille, mais jusqu’à quand ???

Beaucoup de divorces / séparations dans une relation où se trouve un bipolaire … Une très belle analyse de Lucie .
—> Denis P. : Il faut vivre avec une personne comme cela, c’est dur, je l’ai vécu .
Mélinda M. : Je n’en doute pas, je suis bipo de type 1 moi-même et je sais que c’est dur pour ceux qui vivent avec un bipo …
Patricia B. : Idem et on a fini par divorcer, j’aurai sombré avec lui . Il ne prenait pas son traitement !
Denis P. : Patricia, oui je pense aussi, à un moment je ne me comprenait plus moi-même !

—> Lucie B. : Pas évident … J’ai vécu 8 ans avec un bipolaire très conscient de sa maladie en phase stable, mais qui ne se sentait plus du tout malade dès qu’il entamait une phase maniaque surtout. J’ai appris par la force des choses à reconnaître les signes précurseurs d’une crise, d’ailleurs il m’avait demandé de lui parler de ses symptômes quand je sentais qu’il glissait. Seulement une fois la phase commencée, tout ce que je pouvais faire remarquer (comme les insomnies inhabituelles, le fait de maigrir et d’être hyperactif….) tout était pris comme une critique, je le voyais s’enfoncer sans rien pouvoir faire et ça se terminait bien souvent à l’HP, car il se sentait si galvanisé qu’il arrêtait de se soigner. De ma propre expérience, le plus difficile à vivre dans ce trouble ne sont pas les changements d’humeur, mais le fait que le bipo n’est pas conscient ou rejette son état du moment.

—> Lydie L. : Un jour je t aime, un jour non, c’était ça et j en passe … C’était usant et stressant, du coup je l’ai quitté et me sens mieux aujourd’hui .
Chantal P. : Oui, la sérénité à moitié, 8 mois après la séparation, je reçois encore des appels de ce monsieur, ainsi que ma famille … Fuyez rapidement, voila l’avis des médecins !!

—> Cécile V. : Mon ex !!! Aujourd’hui, super sympa et demain il m’enverra un message de reproche comme d’habitude !

—> Pascal C. : J’ai vécu avec une bipolaire . Ça n’a pas été évident tous les jours . Ses cycles étaient hyper rapides . Elle passait des pleurs au rire plusieurs fois par jour. Mais je la trouvais très attendrissante dans ses moments de détresse . Malheureusement, elle n’était bien nul part ! Puis, elle est repartie avec son mari qu’elle ne pouvait plus voir pourtant . J’en ai fait une dépression . Pensez aux compagnons des bipolaires
Ejder C. Z. : Elle t’a abandonné pour son ex mari, soit disant elle ne pouvait plus le voir ? C’est une pauvre meuf, ça c’est dieu qui l’a punie, bien fait pour elle, qu’elle souffre !

Et puis, nous avons des personnes courageuses, qui continuent de se battre aux côtés des bipolaires … L’amour triomphe toujours ?
—> Gloria M. : Je vis au quotidien avec mon fils bipolaire, c’est un combat de chaque jour . Il a un traitement qu’il suit à la lettre depuis quelques temps, il va à peu près bien, sa vie a été que douleur et souffrance et il a fait souffrir ses compagnes, mais jamais ses enfants qu’il aime par dessus tout . Evidemment, quelque part, ses enfants ont souffert aussi du climat malsain qui envahissait leur vie de couple . C’est très dur et compliqué pour lui comme pour nous tous, mais que faire à part le soutenir dans son combat contre cette saloperie ?

—> Nicole M. : Ça fait 51 ans que je vis avec mon mari bipolaire et je le soutient et ça ne va pas mal du tout; quand on n’y connais rien on ferme sa grande bouche !

—> Karine M. D. : Je suis bipolaire et heureusement que j’ai mon mari !

—> Libellule V. B. : J’aimerais bien savoir comment faire pour vivre avec un bipolaire ? Je n’y arrive plus, je ne sais plus quoi faire ?
Stéphanie G. ; Ne le laisse pas seul, parle lui comme à une personne normale pas comme un fou, ne lui mets pas d’étiquette; les autres le font bien assez . DIs-lui de bien prendre son traitement, il se sentira libéré . Je sais de quoi je parle car je suis bipolaire . Tout le monde m’a tourné le dos, on m’a pris mes enfants pour que je me soigne, alors je prends mon traitement, mais on ne m’a toujours pas rendu mes filles, je me sens perdue .
Sandra H. : Oui et il existe des groupes de paroles ou groupes d’infos, allez-y ensemble . Elle va en hôpital de jour ?
Libellule V. B. : Moi il refuse de reconnaitre sa maladie et ne veut pas se soigner .
Nadège L. : Libellule, alors ce n’est pas vivable, et c’est une bipolaire qui vous le dit ! Il faut lui dire d’accepter une prise en charge, à défaut de quoi vous partirez. Courage .
Libellule V. B. : Justement je suis partie, mais j’ai mal au coeur car je l’aime toujours, mais je suis en dépression . Je n’en peux plus et, comme vous dites, c’est invivable et il veut rien comprendre et refuse tous .
Dominique M. : Pour vivre avec un bipo ( J’ai la maladie depuis plus de 20 ans ), il faut l’aimer et surtout pas le laisser . S’il est dangereux pour lui-même ou autrui, il faut l’aider et surtout qu’il prenne ses médicaments journaliers ( régulateur d’humeur ) .

—> Pascal P. : Je suis ici car mon ex copine est bipolaire et j’essaie de comprendre . D’ailleurs, je ne sais pas si c’est mon ex ou pas, c’est tellement compliqué ! Toujours est-il que je ne l’ai pas vue depuis 8 mois ! On s’envoie toujours des messages, mais qu’espérer ? 7000 messages en 8 mois !! J’en viens à me demander si je ne suis pas bipolaire moi même ?…
Carole P. : Si tu as toujours des messages c’est plutôt positif.
Pascal P. : Oui mais on ne fait que s’engueuler !
Marie L. : Pas facile de comprendre ça, mais pas facile à vivre non plus .

—> Myriam P. D. : Que dire à part que je vis avec un mari bipolaire et un fils schizophrène ? C’est compliqué …
Sophie L. R. : Comment faites-vous?
Myriam P. D. : Pour le moment, mon mari tente de gérer comme il peut . Mon fils, lui, est hospitalisé depuis le 24 Octobre et, malgré les différents traitements, il ne parvient pas à « revenir » de sa dernière décompensation. C’est compliqué, d’autant que ni mon mari, ni moi ne travaillons en ce moment. L’avantage est que je puisse intervenir dès que mon mari part en « sucette ». Dans mon entourage, on me dit « forte et courageuse » . Moi, je dis seulement que c’est l’amour et de mon mari et de mon fils qui me porte . Je pleure souvent, seule, pour évacuer .

—> Nicole N. : Il n’y a pas que pêter un plomb, il y a la souffrance morale et bien d’autres choses . Ce n’est pas facile tous les jours, mais quand on aime la personne, on reste avec, il faut avoir un fort caractère pour supporter !! Je ne comprends pas vos réponses, il vaut mieux vous y faire, ce n’est pas un rhume, c’est très, grave !

Il y a aussi des débats houleux entre bipotes parfois …
—> Annick P. G. : Un bipote n’est pas quelqu’un qui a plusieurs amis, mais quelqu’un qui a besoin d’être compris et soutenu .
Licca A. : Par qui ??? Ras le bol de parler de ces gens ! Il pense qu’à leur gueule, des égoïste oui !!!
Annick P. G. : Je connais la situation donc !!!! Je vous souhaite de ne pas avoir des personnes chères pour vous qui soient atteintes, après vous jugerez !
Murielle G. R. : Je peux dire exactement ce que c’est de vivre avec un bipolaire puisque je suis atteinte de cette maladie. C’est très difficile …

—> Sidney B. : A fuir ! On n’y peut rien pour ces gens là …
Delph O. : Sidney … À fuir ? Putin, c’est radical non ? Je pense que ce sont les gens comme toi, extrémistes, qui sont à fuir …

Nina a été hypnotisée, non ??!!
—> Nina D. : Quand on rencontre un bipolaire, on est sous le charme … On devient sa marionnette et on en redemande …

La souffrance et l’amour du bipolaire sont également souvent jugés et repris …
—> Jacqueline D. : Les personnes bi-polaires font beaucoup souffrir ceux qui les aiment …!!
Virginie M. : A partir du moment où l’on souffre soit-même, il est difficile de ne pas faire souffrir les autres ! C’est à partir du moment où l’on prend soin de soi et que l’on est dans l’acceptation que nous pouvons donner de l’amour en retour .
Jacqueline D. : Je connais une dame qui me paraissait aimante, et un jour, j’ai découvert qu’elle pouvait en une minute devenir méchante et cruelle à un point inimaginable, violente, et pour faire son acte, elle avait attendu que sa fille, d’une trentaine d’années, soit dehors … Je ne suis même pas certaine qu’elle se soigne … Mon petit fils qui vivait avec elle, puisque son père l’a épousé en seconde noce, a fait une fugue et tout s’est réglé à la Gendarmerie … Il ne veut plus jamais la voir …!!
Christiane D. T. : Elles souffrent déjà elles-même énormément, et si elles font souffrir les personnes qui les aiment ça n’est pas du tout volontaire …

—> Mélina R. : C’est une souffrance au quotidien pour soi-même ainsi que les proches .

—> Lydie A. : Quoiqu’il en soit, bipolaire ou vivre avec un bipolaire, les deux souffrent énormément .

Usant, fatiguant, épuisant, etc etc … Des mots, toujours les mêmes maux …
—> Luigg P. : Je pense que c’est très dur d’être ami avec une personne bipolaire car cela est très fatiguant à long terme !!!

—> Eric L. : J’en ai connu dans mon entourage des personnes bipolaires qui m’ont bien pompé l’énergie, maintenant je les évites pour recharger mes batteries dans notre belle nature où je rencontre des personnes comme moi-même et c’est très enrichissant .

Blandine confond bipolaire et pervers narcissique …
—> Blandine S. : Si vous avez à faire à un bipolaire ou un narcissique, prenez la fuite avant qu’ils vous mettent dans leurs filets . un bon conseil. Je l’ai vécu.

L’incompréhension : Mais qui doit comprendre qui en réalité ???
—> Dominique M. : Étant bipo moi-même, la famille comprend très rarement notre maladie …

—> Maya D. P. : Je suis fille et soeur de personne bipolaire, comprendre n’est pas le plus dur, mais rester après toute leur galère, vie de merde, désolé mais c’est pas facile de soutenir quelqu’un qui ne veux qu’occasionnellement …

—> Stéphanie D. : La DISCRIMINATION et l’ABANDON des gens qu’on pensait nos amis font aussi très mal, dans les phases où on va à peu près, ils sont là, mais en période de grosse crise, ILS VOUS ABANDONNENT et là c’est pire !
Ju K. : Je suis tout à fait d’accord . Les gens m’adorent que quand je suis bien, sinon personne est là …

On sera donc d’accord pour dire qu’il est très difficile d’être bipolaire, mais il est aussi très compliqué d’être un proche d’une personne bipolaire …
—> Muriel M. : Difficile à vivre comme toutes les maladies graves .

—> Lou E. : Difficile aussi pour ceux qui vivent avec un bipolaire .
Caro L. : Je confirme à 100% !

—> Elisabeth V. : J’en connais beaucoup de bi polaires, pas marrant pour ceux qui vivent avec …

On finit ce chapitre de la relation avec un bipolaire par un remerciement de Gloria pour notre site !
—> Gloria M. : Merci ! Voilà un article bien écrit et compréhensif . Sale maladie pour les personnes atteintes et pour l’entourage .

 

Témoignages de bipolaires

Beaucoup de bipolaires témoignent sur notre site et sur les réseaux sociaux . Cela permet d’obtenir des conseils de la part de bipotes se retrouvant dans la vie du patient qui témoigne, mais aussi de se libérer, se vider la tête, faire le point . Découvrons de petits témoignages des bipotes …

Schizophrène, parano ou encore manipulateur, la vie peut parfois être dure …
—> Geoffrey B. : J’ai été reconnu schizophrène paranoïaque avec impulsions dangereuses, donc croyez-moi que le truc me pourrit bien la vie; surtout socialement parlant et professionnellement parlant .
Elisabeth V. : J’ai une personne de mon entourage qui a ces symptômes aussi . Qu’avez-vous fait ? Quels sont les docteurs que vous avez vu ? En plus cette personne est manipulateur, narcissique, pervers … Merci de me répondre si vous le désirez .
Geoffrey B. : Moi, personnellement pour être reconnu ainsi, j’ai voulu me mettre le feu après une rupture sauf que mon entourage a dit que c’était à la fille qui m’a quitté que j’ai voulu faire ça ! J’ai toujours été très craintif et eut peur de l’abandon comme j’ai vécu en famille d’accueil. Par contre, j’ai un frère qui serait reconnu pervers narcissique, mais tout le monde s’en fou car il a des gosses .

Nous avons aussi des témoignages d’ex-conjoints de bipolaires …
—> Sandrine A. J. : NE JUGEZ PAS !
Sylvie S. : Il y a autant de bipolaires que d’individus . Avant de tenir de tels propos, pensez svp à la souffrance de la personne qui subit cette maladie !
Rubis N. : Et celle qui a été détruite ?!! On y pense ?… Je sais de quoi je parle !
Nathalie R. : Vécu avec 1 bipolaire, un taré complet, il m’a fait vivre un enfer, plus jamais ça !!!!
Jenny T. W. : Je suis bipolaire . J’ai des envies de suicide, je me renferme sur moi-même, j’ai des colères qui surgissent, mais pourquoi ? Je n’en sais rien, depuis que ma maman est décédée, je suis devenue froide envers toute personne . Je préfère rester dans ma bulle, la nuit je fais des cauchemars à répétition de sang et de meurtre ….
Joly C. : Oh oui, le bipolaire détruit ! Moi je suis en plein divorce d’un bipolaire . J’ai enfin eu le courage depuis 10 mois de me sauver et surtout de sauver mes enfants . On a vécu l’enfer, une grande souffrance . Ses enfants ne veulent même plus le voir mais ils sont obligés d’aller dans un lieu médiatisé le voir !
Frank K. : Sylvie, et vous pensez à ce qu’ils font subir à leur famille ? Ma copine, son ex mari est bipolaire, elle en a bavé avec ses enfants, leur maladie n‘excuse pas tout .
Clémentine A. : Nan, leur maladie n’excuse pas tout, surtout quand ils ne veulent pas respecter leur traitement ! Ça me gave et dans ce cas, c’est que la personne cherche à être dans un état pas possible, nan ?
Chloe A. : Je me demande aussi sérieusement là !
Samia L. : Vous êtes tombé sur des connards ou des pervers narcissique . Je vois pas en quoi ce trouble a pu vous détruire en lui-même . Ce trouble détruit surtout celui qui en souffre .

Encore un message d’une personne bipolaire et borderline … Maladies vraiment connexes !
—> Audrey P. : Je suis bipolaire et border line . C’est très dur à vivre, cela m’a pris mon travail et ma vie, bref je souhaite ça à personne …
Anais A. : Courage, je suis pareil, bipolaire . Dur dur à vivre, faut rester forte en toute circonstance .
Audrey P. : Merci ! Là, je suis en permission jusqu’à demain, 3 semaines d’hosto en HP; pas facile, mais ça va aller . Merci pour le soutien .
Jocelyne R. : Courage à vous, soyez fort .
Lanna B. : Je suis borderline et mon mari bipolaire, plein de courage à vous, c’est très dure comme maladie !
Edwige E. : Courage … Avec un traitement adapté, ça peut le faire, faut tomber sur le bon !

Natacha nous avait livré son témoignage de bipolaire avec un passage sur son obésité entre autres . Elle nous y décrivait son monde bipolaire .
—> Laurence C. : Ce témoignage est très intéressant et je m y reconnais grandement! !! Diagnostiquée depuis mes 22 ans et âgée de 45 ans à présent, ce phénomène de yoyo niveau poids est juste insupportable et plusieurs longues hospitalisations … C’est comme une épée de damoclès qui est sans cesse présente … Dur dur la vie .
Natacha K. : Oui Laurence, c’est exactement ça … Yo yo du corps et de l’esprit, du moral … Dans mon livre, j’ai voulu témoigner de l’aide que peut apporter un psychiatre ou tout type de soignant …
Laurence C. : Heureusement, en effet des gens compétents existent et peuvent nous comprendre et nous soutenir … Ma dernière hospitalisation a duré deux mois récemment dans une clinique très fermée et actuellement je vais 3 jours par semaine dans un centre de jour, divers ateliers animés par une infirmière et psychologue . Cela me fait du bien, mais j’espère vraiment pouvoir retrouver par la suite un poste de nounou, car envie d’avoir une vie plus « normale » et le contact avec enfants m’a toujours fait le plus grand bien … Cela fait du bien de ne pas se sentir seule dans ce cas là !
Natacha K. : Oui on n’est pas seules … Courage à vous !
Laurence C. : Merci beaucoup Natacha pour vos mots. J’ai fait une thérapie d’un an avec une psy incroyablement humaine, pertinente, douce et vraiment cela m’a beaucoup aidé … J’ai déménagé depuis un an, mais je souhaite revenir à Paris et, si c est le cas, reprendre avec elle une fois par semaine, car elle me manque, ses mots et son soutien … Oui, les aidants sont très importants, on a besoin de soutien car parfois les proches ou la famille ne comprennent pas et se sentent impuissants, voir fuyants … Yoyo, montagnes russes, exaltation et grande joie puis dépression et tsunami … Bon courage à vous aussi.

—> Pascale M. : Merci pour cet article. Reconnue bipolaire depuis peu, je me reconnais dans cet article et je comprends que ma maladie ne date pas d’hier, ce qui explique la chaotique de ma vie et je comprends mes insomnies et ce besoin de manger; d’où 20 kilos de plus en quelques mois et cette façon de péter les plombs malgré les médicaments. Merci de m’avoir donné les réponses que les docteurs n’expliquent pas .
Natacha K. : Je vous souhaite bon courage dans votre vie de bipolaire. Contente que vous ayez trouvé des réponses dans mon témoignage …

 

La manipulation

Manipulateur, pervers narcissique, menteur, dangereux, voilà beaucoup d’adjectifs qui concernent souvent les bipolaires … À tort ! Trait caractériel vs maladie, les bipotes en débattent …

La question que tout le monde se pose …
—> Jean-Baptiste G. : Comment.dissocier bipolaire et perverse narcissique ?
Carole B. : Le Pervers narcissique sait ce qu’il fait alors que le bipolaire ne sait pas. L’un c’est de la méchanceté qui utilise les gens à ses propres besoins et l’autre est une maladie. J’ai raison ?
Le Bipolaire : Bonsoir, Perverse narcissique est un trait de caractère tandis que bipolaire est une maladie . La PN ne sera jamais dépressive, elle se nourrit des sentiments des gens et quand elle a finit de consumer sa proie, elle s’en va pour toujours . La personne bipolaire ne s’en va jamais définitivement, elle a énormément d’affection à donner, trop pour certaines personnes qui peuvent se sentir trahie des fois, elle est très fragile, hypersensible … Tout le monde peut être PN mais pas tout le monde peut être bipo …
Corinne C.: Alors j’ai dû partager ma vie avec un PN et bipolaire … Sa maladie a été reconnue mais il savait très bien ce qu’il faisait en mettant ça sur le dos de sa maladie !

On a eu l’originalité de recevoir un témoignage d’une personne ayant manipulé un bipolaire pour le faire prendre conscience de sa maladie, car il était dans le déni . Le manipulateur a été très loin dans son « jeu », mais cela a fonctionné … Un manipulateur et un bipolaire, l’article a fait réagir beaucoup de bipotes …
—> Céline T. : Ça se dit « ex ami » après avoir manipulé une personne en souffrance … Sympa !!!!

—> Mathieu W. : Je suis révolté par cet article …

—> Michèle K. : Un ami c’est ça aussi !

—> Tim E. : C’est une jolie histoire …
Mona G. : Tim, c’est une jolie histoire d’être pervers narcissique et de manipuler son ami, l’humilier et pour ensuite faire croire que c’était pour son bien ?????
Emmanuelle V. : Il ne l’a pas humilié en présence publique, il a juste fait en sorte de pousser son trouble et lui faire un électrochoc pour qu’il aille mieux …
Va L. : Lisez l’article avant de commenter !
Gwen H. : « Pervers narcissique », mdr . Renseignes-toi sur cette pathologie avant de l’utiliser . Ensuite, oui je confirme, c’est une belle histoire . Au lieu de se foutre de sa gueule comme les autres, il s’est occupé de lui, et s’il voulait le manipuler pour son mal et profiter de lui, il s’y serait prit autrement.

—> Lea C. : Il va se venger …

—> Mony M. : Le type essaie de passer pour un ange gardien après qu’il lui ait taxé toute sa thune en soirée, bravo le bienfaiteur !

—> Jade C. : C’est n’importe quoi cet article de merde ! Il n’est pas objectif. Dans l’histoire, c’est juste un connard qui profite de l’argent de quelqu’un et qui profite aussi de sa maladie, minable.
Edwige E. : D’accord avec toi, il profite de la faiblesse de sa maladie . J’appelle pas ça un ami .
Jade C. : Merci ! Quelqu’un de sensée !
Barbara D. : Au contraire, il l’a aidé. Parfois, pour progresser, il faut souffrir .
Jade C. : On peut aider autrement, sans profiter de autrui.
Celeste C. : Grave. Et qui traite un gars de malade alors qu’il enregistre toutes les soirées.
Gwen H. : Je répète, c’est une belle histoire. Au lieu de se foutre de sa gueule comme les autres, il s’est occupé de lui, et s’il voulait le manipuler pour son mal et profiter de lui, il s’y serait prit autrement. Il n’aurait pas chercher à lui montrer ses soirées ou essayer de le faire réagir.

—> Régine M. : Déjà le fait de manipuler qui que ce soit n’est pas une gloire, mais le fait de penser qu’il est son sauveur … À méditer …

—> Wicha D. R. : Espèce de sale minable … Pauvre merde, profiter d’une personne vulnérable pour s’octroyer des lauriers, enculé de fils de pute … Sale vermine, tu es une sous-merde .
Barbara D. : Donc il fallait le laisser se détruire lui-même ?

–> Mona G. : L’ex ami ne serait pas plutôt un pervers narcissique plutôt ? Pour lui avoir fait subir ça ? De plus les médicaments ne sont pas forcément une solution et la bipolarité sera toujours présente . Puis dire qu’il lui faisait honte et qui ne fait pas honte quand il y a un verre de trop ?… Après pour les pertes de mémoires heuuu tous les bipolaires n’ont pas ça. On aurait dit qu’il voulait juste le salir et l’humilier pour se valoriser et se dire qu’il l’a aidé pour se donner bonne conscience ! Un vrai monstre … Un vrai Pn … Vas te faire soigner toi aussi, tu en as besoin.
Mathieu W. : Exactement ce que j’ai pensé …
Mona G. : Mathieu, non mais oui, cet ex ami a tous les symptômes !!! D’ailleurs, je ne comprends toujours pas pourquoi soi-disant il n’y a que 3% de PN parce que je suis tombée sur pas mal de personnes comme ça . J’en ai énormément souffert mais par contre ça m’a rendu plus forte. Je suis tombée sur un ex comme ça et une amie de 13 ans d’amitié . Ben je peux vous dire qu’ils ont fait un peu près les mêmes choses. Alors que ceux sont loin d’être des exemples à suivre. Ils faisaient tout pour me rabaisser et se valoriser ! Ils jetaient leur propres défauts sur moi … Ils m’humiliaient et j’en passe. Et des femmes comme des hommes sont comme ça .
Barbara D. : Donc on doit pas aider quelqu’un qui souffre ? On doit le laisser dans un enfer à cause de sa maladie ?
Mona G. : Tu appelles ça aider ? Ben bravo!
Samia L. : Mona, tu a raison, le soi-disant ami est un pervers narcissique . Ce connard aurait pu poussé le bipolaire au suicide; et Barbara, tu es bipolaire ? Les pervers narcissiques ce sont des grosses merdes .
Mona G. : Non mais oui, il y a d’autres façon d’aider franchement … Voilà Samia, c’est dangereux ce qu’il a fait. Je pari que s’il s’était suicidé, il aurait trouvé comme excuse  » il était malade, ce n’était pas de ma faute « ; ben si connard … On ne fait pas souffrir des gens qui souffrent déjà !! C’est comme enfoncer le couteau dans la plaie. Pffff, il y a des gens, franchement, ils sont nés sans coeurs … On a vraiment pas besoin d’eux sur terre.
Layali H. : Mouais, je vois pas en quoi profiter de lui en soirée pouvait l’aider, on dirait surtout un bipolaire manipulé par un pervers narcissique qui se prend pour un spécialiste !
Mona G. : Voilà Layali, tu as tout compris.
Jade C. : Totalement d’accord avec toi! Je comprends pas les gens qui défendent ce connard.

—> Anne-Sophie F. : La meilleure aide aurait été de l’orienter au + vite vers un médecin et de prévenir la famille au lieu de le « manipuler », soi-disant pour son bien !
Martine B. : Il aurait refusé !

—> Maria P. : Je comprends le manipulateur, qui en fin de compte c’est révélé un vrai ami, peu sont capables de faire ce qui est en leur pouvoir pour aider … Soit cela passe et fonctionne, ou cela casse … Il vaut mieux ça que regarder sans rien faire pour aider ceux qu’on aime, même si ça ferme des portes, c’est de cette manière que l’humanité avance, il faut bouger, renverser des situations inacceptables, même si cela peut faire mal des deux cotés, qui n’ose pas, a déjà perdu et s’il le fait, même si le résultat n’est pas ce qu’on s’attend, la culpabilité ne fera pas partie de leurs vie …

Certains bipotes ont d’ailleurs, eux aussi, essayé de faire comprendre la bipolarité à quelqu’un, en vain bien souvent …
—> Justine M. : Sauf que certains bipolaires, de l’aide, ils n’en veulent pas, tout en te faisant croire qu’il en demandent … En tout cas, j’en ai appris plus sur la pathologie avec cet article, merci.

—> Aurèl L. : Le truc c’est qu’on peut tout tenter pour essayer de faire prendre conscience de certaines choses à quelqu’un, MAIS si cette personne refuse d’elle-même d’ouvrir les yeux, c’est peine perdue . On ne change pas les gens … Si les personnes changent, c’est qu’elles le veulent bien …

 

Les symptômes

Dépression et manie sont des phases, et pendant ces périodes, le bipolaire subit plusieurs symptômes comme l’insomnie, l’obésité, les pensées suicidaires, etc etc … Nos bipotes nous parlent de leurs symptômes bipolaire …

On réexplique ce qu’est la bipolarité ? Pour ne pas tout confondre …
—> Sonia M. : Un bipolaire ne change pas de comportement du jour au lendemain, tout se fait sur des mois . Ceux qui changent d’une heure à l’autre, se sont des lunatiques .
Léna M. : Merci pour la précision .
Audrey M. : Je suis lunatique alors .
Edwige E. : Exactement, il ne faut pas tout confondre .
Dylan A. : Pas totalement vrai !
Sonia M. : Dylan, pour en avoir fréquenté un, plus tous le suivi médical qui va avec, je peux t’affirmer que mêmee si après je conçois que chaque cas est différent, mais la base du bipolaire reste la même et un changement d’une heure ou d’un jour à l’autre n’en fait pas partie . Il y a des phases à cette maladie sur plusieurs semaines .
Edwige E. : Tout à fait d’accord avec toi Sonia .

Eric demande des conseils sur la bipolarité …
—> Eric L. : À quoi reconnaît-on qu’on a les symptômes du bipolaire ?
Manie C. : Changement de l’humeur, insomnie ou hypersomnie, dépressif ou tout d’un coup se croit capable de choses impossibles … Autant de symptômes, mais seul un psychiatre peut déceler la maladie après plusieurs séances, car elle est très dure à diagnostiquer; en moyenne, on met 10 ans à déceler la maladie bipolaire .

Hallucinations pour Norma …
–> Norma D. : Bonjour, bipolaire type 1 . J’ai des hallucinations auditives et visuelles. J’ai rendez-vous en urgence le 1er chez mon psychiatre . Cela vous est-il déjà arrivé ?

Culpabilité pour d’autres …
—> Luna T. : Moi aussi je culpabilise énormément .

—> Christiane B. : La culpabilité, l’impuissance pour l’entourage et l’enfer pour le malade, et un jour, tout s’arrête, mais la culpabilité ne cessera jamais. Les blessures seront à vif à jamais. Courage à vous. La souffrance des bi-polaires est insupportable et ils font tout et n’importe quoi pour qu’elle cesse. Le traitement reste hyper-important; quoique …

—> Véronique B. : La culpabilité et l’impuissance sont les deux sentiments qui rythment ma vie .

La dépression : Une phase vraiment dure à vivre …
—> Michelle H. : Je reconnais aussi, toujours des idées noires, envie de rien, un dégoût total . Ce n’est pas facile à vivre .
Natacha K. : Oui, c’est difficile de vivre avec les hauts et les bas et de résister aux idées suicidaires … Bon courage !

On connaissait les montagnes russes, voici un nouveau synonyme de bipolarité : L’ascenseur émotionnel .
—> Carolane O. : Ou comment faire l’ascenseur émotionnel avec quelqu’un …

Les bipotes ne sont pas d’accords avec cette phrase très connue : Je t‘aime et je te déteste .
—> Sweetie V. : En effet … lol … C’est dû aux émotions fortes là, pas à de simples troubles de l’humeur je pense, enfin c’est plus complexe.
Mathilda C. : Bi polaire c’est, pour le type 2 par exemple (le mien), pendant quelques semaines à quelques mois, j’ai envie de me suicider, léthargie, dépressions et crises d’angoisses . Pendant quelques semaines à quelques mois, je fais des excès, provocation, drogue, euphorie, agressivité extrême et pensées pas nettes . Et des fois c’est stable .
Sweetie V. : Chaud … Tu es stabilisée, non ?!
Mathilda C. : Rien à voir avec j’ai envie de toi et je te déteste puis je t’aime . Ça c’est quand t’es amoureux et jaloux . Et dans l’extrême : borderline <lien . . Sweetie, ouais légère hypomanie, mais je gère .

 

Bipolaire génie ?!

Un article est paru sur LeBipolaire.com concernant l’intelligence ( supposé ) supérieure des bipolaires . On s’aperçoit alors que la folie fait partie de l’intelligence de certains grands artistes, tout comme la bipolarité, et tout comme leur créativité, leur différence, etc etc … Alors, le bipolaire est-il fou, super intelligent ou super créatif ? Les bipotes répondent …

Peggy nous offre une bonne analyse …
—> Peggy R. : Toute réflexion est presque bannie dans ce monde … Quand on a la capacité / la sensibilité exacerbée, parfois lourde à porter de raisonner, de s’interroger, de chercher, de douter … Ça devient compliqué, et quand ça commence à devenir viscéral, ce besoin de sens, de compréhension, de vérité juste et souvent d’absolu, ce monde vous déclare fou en vous collant une de ces jolies étiquettes pour vous ranger là où vous dérangerez le moins possible …

Emma rassure les bipos !
—> Emma O. : Bah oui, nous sommes pas tous cons !!!!

Emilie, bipolaire, doit être rassurée !!!
—> Encre I. : Emilie, tu vois ! Tu es intelligente ma grande, c’est donc un atout à quelque part, tu n’es pas folle !

 

Le trouble lunatique

Être lunatique n’est pas être bipolaire, c’est différent au niveau des troubles surtout . Trouble de l’humeur vs troubleau comportement . Les bipotes le savent, lunatique n’est pas une maladie, tandis que le trouble bipolaire, oui ! Réactions des bipotes …

Les différences décrites par les bipos …
—> Maya M. : Il y a quand même beaucoup de différences entre les 2. Être lunatique n’est pas une maladie, que la bipolarité en est une .

—> Bou B. : Je pense qu’il y en a de + en + c’est clair!!! J’en suis convaincu. Péter un plomb, pleurer, rigoler, être surexcité, tout ça dans une même journée, ça laisse perplexe …
Krikry K. : Si c’est dans la même journée, c’est un lunatique, la personne bipolaire a vraiment des périodes de dépression et de surexcitation appelé période maniaque. Dans l’année, il n’y a que 2 voir 3 périodes qui s’alternent et non 2 à 3 par jour. Donc ne pas confondre. Après, il existe plein de névroses qui peuvent expliquer le fait d’être lunatique.
Bou B. : Effectivement, ce n’est pas faux, à ne pas confondre!!

—> Nathalie P. : Beaucoup de personnes confondent ces deux troubles malheureusement, ce qu’il fait qu’on a du mal à faire comprendre les choses aux gens … Ceux qui jugent mieux que les autres, qui pensent bien nous connaître alors qu’ils ne nous voient QUE lorsque c’est calme pour nous … Bref, encore beaucoup d’ignorances sur ce sujet comme autant d’autres d’ailleurs …

—> Nicole M. : Les deux troubles ne se ressemblent pas du tout .

—> Myriam B.: Au changement d‘humeur fréquent !! Sauter du rire aux larmes !!! Déprime, dépression entre autre …

 

Bipolaire, c’est quoi ? Est-ce grave docteur ?

Vous cherchez une définition de la bipolarité en une seule phrase ? Non, c’est impossible ! Alors, oui c’est une maladie grave, oui c’est être dépressif, oui c’est aussi être hyperactif, etc etc … Voyons voir comment les bipotes décrivent leur maladie : le trouble bipolaire …

Est-ce que Aston a raison ? Non, bien sûr que non …
—> Aston L. : C’est de la schizophrénie, se sont des fous qui vivent dans un autre monde …

Est-ce que cette maladie bipolaire est compréhensible pour les personnes non-bipolaires ? Pas très bien, non …
—> Peggy T. B . : C’est clair que tant que l’on n’est pas soi-même bipolaire, on ne sait pas ce que c’est ! Je ne juge pas les autres personnes handicapées ou malades, donc on ne peut pas me juger !
Clémentine A. : Tant que l’on ne l’est pas soi-même ou qu’un proche ne l’est pas !
Sandra H. : Et encore, moi mes proches ne l’accepte pas. Donc je suis une feignante avec un poil dans la main. Mais je leur donne tout s’ils veulent, tout ça pour qu’ils voient, sentent et souffrent aussi comme moi je souffre, car est en train de s’ajouter à cela la fibromyalgie  . Quand on a à faire à des gens, famille ou pas, qui ne comprennent pas, bah moi il n’y a plus de politesse. Prends tout ce que j’ai, mais si tu viens pour me dire comment faire : Ta gueule et dégage de ma vie !!
Dominique M. : Oui, moi aussi étant bipo, ma famille ne me comprend pas !!
Peggy T. B. : Je sais ce que c’est alors ! Il leur a fallu du temps mais ils ont finit par comprendre ! C’est pas simple ! Alors courage Dominique !

–> Angélina D. S. : Ils ne savent pas ce que c’est d’être bipolaire, le mal-être que l’on ressent, marre d’être cataloguée . On ne juge pas une personne qui a du diabète ou autre maladie !

—> Edwige E. : Quand on ne connait pas, on ne juge pas, surtout quand il s’agit de maladie !

—> Dragana S. : C’est moi tout craché, malheureusement c’est une maladie, on ne fait pas exprès et c’est mal compris par notre entourage ou la famille . Ça nous rend exclu, seul, isolé …

Est-ce qu’il existerait une définition sortie de l’intérieur d’un bipolaire ? Oui !
—> Karim B. S. : La bi polarité c’est vaste, on y range tout et n’importe quoi, perso je fais des bouffées délirantes à caractère mystique. J’ai passé de longues années sous médicaments mais j’ai arrêté, j’ai trouvé le moyen de transformer cela en des moments de créativité et d’inspiration. j’appel ça l’ascenseur pour le toit du monde . On est d’abord perturbé par l’augmentation de nos sens et la mise à jour de notre conscience qui, selon nos actes, nous impose des défis rédempteur; les mecs qui se foutent à poil, c’est le délire de base, moi j’ai jamais voulu baisser mon froc, mais les voix nous disent que si on le fait, le monde s’en verra changer, ceux qui tue leur proche au petit matin sont tombés dans une paranoïa mythologique sur la ligné, ils doivent effacer leur traces dans ces situations, vous devez résister en vous disant que vous tenez à votre famille et qu’elle mérite de vivre, que votre ligné vient du fond des âges et doit cheminer jusque la fin des temps, vous devez dialoguer avec cette folie le temps de reprendre vos esprits . Les bi polaires maniaco dépressifs et même les schizophrènes, ce sont des scaphandrier qui sont restés coincés dans leur labyrinthe. J’ai trouvé ma sortie et quand je vais de l’autre côté, c’est par ce que j’ai besoin d’y réfléchir car on y réfléchit complètement, on arrive à dépolluer notre pensée de la réalité active. Seulement l’exercice est périlleux, on y perd un peu plus à chaque fois, on s’isole pour dédier notre réflexion à cette équation, mais on peut la résoudre, il faut garder en tête l’importance du pardon, sachez vous pardonner sinon vous continuerez à vous punir . Vous vous êtes mis au coin et vous réfléchissez, mais il faut juste lâcher prise et reprendre votre vie jusqu’au prochain shoot de conscience . Mangez, dormez et ayez une bonne hygiène de vie, repassez votre histoire pour comprendre là où elle vous a largué et dites vous que les noeuds que vous résoudrez ne seront pas transmit à vos enfants, prenez des notes et essayez de dessiner le jeu dans lequel vous vous êtes perdue, à quel mythologie votre inconscient s’est accroché, moi la première fois, je me suis pris pour jésus, trop fun à l’hôpital psychiatrique, après j’ai compris que c’était comme un film, j’ai eu Ulysse et Pythagore en tête ! Dites-moi pour qui vous vous prenez et je vous dirais comment vous en sortir . Bon courage et prenez plaisir à vivre .

Est-ce qu’une définition simple du trouble bipolaire existe ? Oui !
—> Kriky K. : La bipolarité est aussi appelée maniaco-dépressif, c’est une des rares maladies classée dans les névroses et aussi maladie psychique, c’est pas facile pour les personnes atteintes …

Est-ce qu’il arrive parfois qu’il y ait des confusions par rapport à d’autres maladies ? Oui .
—> Salima S. : C’est changer d’humeur toutes les 5 minutes, j’ai déjà donnée avec une amie, c’est bon je suis pas psy !!!
Edwige E. : Un bipolaire ne change pas d’humeur toutes les 5 minutes, mais sur des périodes plus longues, ça se compte en semaine .
Salima S. : Ça dépend des cas; pas la personne que j’ai connu alors …
Edwige E. : Elle devait être lunatique plutôt ! Je suis bipolaire, c’est pour cela que je me permet de répondre à votre commentaire . En faite il y a 2 phases : une où on est hyper excité, on n’a jamais sommeil, on est toujours en forme et ça peut durer plusieurs semaines, et d’un coup, tout s’écroule et c’est la phase dépressive et là on n’a plus aucune estime de soi, on reste au lit tout le temps, des idées suicidaires peuvent surgir … Voilà en gros Salima, c’était pour te faire comprendre ce qu’était la bipolarité … Merci .
Salima S. : Lol, je le sais tous ça. Quand je dis toutes les 5 minutes, c’est une façon de parler !

—> Ayari L. : Bipolaire, c’est être dans l’extrême et c’est une maladie, faut pas juger, c’est pas cool !! Il n’y en a pas tant que ça !! Après, être nerveux, lunatique, déprimé, c’est plus courant ! Il ne faut pas tout mélanger !!

Est-ce qu’il y a des bipolaires qui ont honte de certains bipolaires ? Oui !
—> Sophie L. R. ; La plupart des bipolaires sont de tels emmerdeurs que j’ai honte d’en faire partie .
François P. : Je suis complètement de ton avis chère Sophie .

Est-ce que la bipolarité est si grave que ça ? Oui, enfin, c’est une maladie sérieuse .
—> Damien T. : C’est un sujet à prendre au sérieux …!!!! Un trouble de la personnalité qui peut toucher n’importe qui de votre entourage ( milieu familial ou amical ) … C’est parfois éprouvant et énervant, mais on s’y fait avec le temps, on prend le dessus … C’est pourquoi je vous demanderais à vous tous d’éviter de vous moquer … Merci …

Est-ce qu’il existe des bipolaires positifs ? Oui ( et heureusement ! ) …
—> Jessica R. : Moi j’aime trop « ma bipolarité ». Ca permet d’expérimenter toutes sortes d’émotions et de sentiments dans toutes les nuances possibles et inimaginables. Des fois tu te dis « mais je me suis déjà sentie comme ça, je gère. » Et en fait non, ça frappe encore plus fort hahahahaha.

—> Sabrina V. : Oui, maladie qui fait souffrir toute une vie. Mais il faut savoir en rire parfois.

 

La bipolarité, une mode ?

Depuis quelques années déjà, la bipolarité est devenue un tendance, une mode, déclinée à toutes les sauces, sans même y mettre un rapport direct avec la maladie . Musique, temps, monde, etc etc … Une petite variation, et c’est immédiatement le mot « bipolaire » qui ressort . Cette mode, elle a le don d’énerver quelques bipotes …

Il y a des bipotes qui sont cash !!!
—> Chauna H. : Il y a des gens à qui ça fait rire à identifier ses amis en disant « eh regarde, mdr je crois que je suis bipolaire » (en parlant de comment ils sont avec leurs copains / copines) . Ne confondez pas être une grosse salope sans cœur et être bipolaire . Être bipolaire, ça n’a rien de drôle du tout, c’est une maladie et malheureusement beaucoup de personnes en souffrent .

Hypersensible ou bipolaire ? Beaucoup n’arrivent pas à faire la différence …
—> Val C. : La bipolarité est à la mode en ce moment, et je me retrouve à rattraper des patients sous médicament pour bipolarité, alors qu’ils sont hypersensibles non-canalisés, mais comme par enchantement, à partir du moment où on diagnostique l’hypersensibilité et qu’ils la comprennent, tout va beaucoup mieux; et sans médicament ! Une bipolarité ne peut pas se diagnostiquer en une seule analyse, ce serait de la pure folie, et malheureusement je l’ai déjà vu de la part d’un médecin psychiatre et en 1/2 heure, honteux !!!
Michelle A. : J’ai vu pire : diagnostiquée bipolaire en moins de 10 minutes par un tabacologue . Résultat : je me suis barrée de la consultation et j’ai continué à fumer . Ce toubib, c’est lui qui était fou !!

Beaucoup de jeunes ignorent effectivement ce qu’est vraiment la bipolarité …
—> Isabelle R. : Depuis quelque temps, j’entends pas mal de blagues ou de moqueries autour de moi ou à la télé : « il est bipolaire » parce que la personne en question change d’avis rapidement. Décidément, la bipolarité est toujours un mal très méconnu !

—> Calou J. : À la mode … Cool, je suis à la mode alors … Non mais sérieux, les gens ne savent même pas de quoi ils parlent, ils utilisent ce terme pour tout et n’importe quoi … Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas …

—> Martine G. : Rien d’amusant ou de comique … Je ne souhaite à personne d’avoir une maladie que l »on n’arrive pas à gérer .
Edwige E. : Je comprends pas pourquoi les maladies psychiatriques ça fait rire les gens …
Martine G. : Des ignorants, tout simplement !

 

Bipolaire heureux

Existe-t-il des bipolaires qui sont heureux ? La joie de vivre et le bipolaire ont souvent l’air incompatible, et pourtant, certaines personnes arrivent à vivre avec le sourire malgré la maladie . Découvrez des bipotes heureux …

Ça à l’air si simple d’être bipolaire et heureux quand on lit ceci …
—> Voleur A. : Oui on peut être heureux et bipolaire ! Oui on peut se stabiliser avec le bon traitement et le bon dosage ! Oui on peut trouver le bonheur malgré un parcours de vie difficile, une enfance abusée, des dépressions … Bipolaire ne rime pas forcément avec malheur, pleurs, tristesse toute sa vie ! Il faut y croire, il faut aussi décider d’être en paix avec soi-même et faire un travail sur soi pour y arriver.

Il faut transformer sa maladie en force par exemple …
—> Laurence G. : Hypersensibilité n’est pas une maladie. Elle peut être une force, encore faut-il trouver sa voie …

Faire un gros travail d’analyse sur son comportement aussi …
—> Brigitte T. : Alors moi bipolaire, ok, mais c’était un manque de soleil, mon entourage, et je ne suis plus bipolaire ou dépressif, d’ailleurs plus aucun médoc depuis un an, mais du travail sur moi, oui énorme travail de fait .

Et être bien suivi et accompagné …
—> Annick P. G. : La bipolarité ou être bipote n’est pas une maladie honteuse, il faut juste s’entourer de personnes intelligentes qui comprennent. Cela se soigne. C’est une situation gérable si l’entourage a l’intelligence de comprendre. Il peut y avoir des bouffées délirantes mais c’est passager. Être bipolaire n’est pas une calamité !

 

Suivi et traitement psychiatrique

Est-ce qu’il existe un traitement efficace contre la bipolarité en général ? Non ! Chaque personne bipolaire est différente et souffre de symptômes que d’autres malades n’auront pas, et vice-versa . C’est pourquoi avoir un bon suivi en complément d’un bon traitement est très important dans la lutte pour trouver sa stabilité . Comment sont suivis nos bipotes et quels sont leurs traitements ? Réponses …

Le diagnostic de bipolarité, un long chemin vers la reconnaissance de la maladie …
—> Nine N. : On a mis 16 ans à me diagnostiquer . Mais pas simple à gérer, surtout lorsque les entourages font en sorte de mettre des pressions qui maintiennent les pics de la crise plutôt que de laisser redescendre un peu et stabiliser, mais bon c’est une satanée merdoum !

—> Cindy L. R. : Comment peut on se faire diagnostiquer car je souffre de ces troubles depuis des années, cela ma détruit ma vie conjugale et sociale . Comment peut-on se faire reconnaître ? Mon médecin me bourre d’anxiolytiques, mais me prend pas au sérieux …
Maya M. L. : Bonjour, il faut voir un psychiatre, seul lui diagnostiquera la maladie .
Patricia M. : Oh oui, un psy . J’ai quelqu’un qui est bipolaire, très difficile pour sa femme qui vit avec lui ….
Cindy L. R. : Mon homme m’a quitté, ça faisait 13 ans qu’on était ensemble, car il me dit que je suis invivable que d’une seconde à l’autre je passe de l’euphorie à la morosité jusqu’à la dépression . Il m’aime, mais ne me supporte plus, ma famille m’a tourné le dos, je n’ai plus personne qui me parle .

—> Laurence G. : Pas si simple de poser un diagnostic !
Natacha K. : J’ai eu de la « chance » d’avoir des symptômes francs et un excellent psychiatre qui depuis s’est spécialisé dans la bipolarité … Ça a aidé à poser un diagnostic précoce.

Non, être bipolaire et borderline, c’est possible .
—> Arya X. S. : Moi c’est dans le genre qu’ils m’ont diagnostiqué bipolaire et d’autres borderline … Je crois que les spécialistes le sont aussi. Ou alors je suis un cas pour la science psychiatrique mdr. Ouais je préfère en rire. Je suis bipolaire borderline triphasée moi en fait je pense.

Il y a des bipotes qui ne savent pas de quel type de bipolarité ils sont … Manque d’échange avec le psy ?!
—> Cathie A. : Comment sais-tu que tu est bipolaire de type 1 ? Mon psy ne m’en a jamais parlé . Je suis sous Depamide, Paroxetine et Alprazolam .

Bien choisir son spécialiste est très important pour un bon suivi …
—> Annie L. : Le psy qui me suit est spécialisé bi polarité ; pas d’anti dépresseurs qui aggravent les phases maniaques, thymo régulateur d’humeur et Depamide .

—> Chrystale L. : Faut arrêter de tout lire et y croire … Surtout sur certain site … Consultez un psychiatre pour vos troubles mentaux … Pour votre coeur un cardiologue … Vos yeux un ophtalmologue, etc etc …

Agim a trouvé mieux que les psychiatre … lol
—> Agir M. : Pas de psy, mais peut-être des sorciers !

Trouver le bon psychiatre est parfois long …
—> Nicole M. : Il faut d’abord trouver un bon psychiatre sur Nancy ???? C’est difficile .

—> Annie L. : Même le corps médical mélange tout, mon propre psy a du se fâcher auprès d’un gastro : perte de poids 10 kgs en 6 mois + douleurs, qui sachant mon problème psychiatrique m’a dit que c’était dans ma tête, et bien NON ! Je me suis retrouvée avec 22 de tension, mise sous morphine … J’étais choquée, mon psy m’a dit c’est normal, car en plus la c’est le corps médical qui stigmatise : parce qu’ils ne connaissent rien !

Tout comme le suivi, il faut ensuite trouver le bon traitement médicamenteux …
—> Colette P. : Il faut prendre des neuroleptiques avec un suivi compétent et que la personne soit bien entourée car il est difficile de rester seul avec cette maladie .

—> Mathieu W. : Que tout cela est compliqué, lorsque je suis sous traitement, je ne me sens pas moi-même, comme amputé d’une partie de moi, et quand je suis en rupture de traitement, tout se délite autour de moi, mais je me sens entier … C’est fatiguant à force, vraiment fatiguant …

—> Karim B. S. : Tégrétol et Risperdal c’est gérable, on perd pas trop de dynamique mais il faut affronter le truc, c’est comme une bataille de conscience avec l’âge . Je me débrouille mieux quand le nœud éclate. c’est pas simple à canaliser, mais on peut y arriver . Il y a comme une routine dans cette spirale, courage . On peut résoudre ces équations qui nous pourrissent le quotidien, personnellement je prends mon traitement quand la montée est trop forte, mais il faut repérer le bon moment, quand ont est délirant c’est difficile de casser le truc . J’ai du Loxapax pour ça, sinon le reste du temps j’essaie de maitriser mes démons et mes anges; les deux me font chier …

—> Kymi M. L. : Je suis bi polaire, j’assume mes états, mon traitement, mes rendez-vous mensuel chez ma psychiatre, mais je suis aussi malgré tout ceci toujours euphorique, dépensière ou complètement suicidaire . Je vis seule avec mes 4 chats, pas d’enfant car j’ai peur de lui donner génétiquement ma maladie, j’ai 30 ans .

 

L’hygiène de vie

Pour une personne bipolaire, l’hygiène de vie fait partie intégrante des solutions pour arriver à se stabiliser; comme les médicaments, le suivi psychiatrique, etc etc … Pratiquer une activité, ne surtout pas rester isolé, etc etc … Voilà quelques exemples à mettre en place pour avoir une bonne hygiène de vie . Voyons voir ce qu’en pensent nos bipotes …

Avoir un animal de compagnie, une solution ? À méditer …
—> Stéphanie G. : Je suis bipolaire et je n’arrive pas à me promener, même si je sais que c est essentiel; tout conseil est le bienvenu !
Isabelle B. : Stéphanie, moi, pour m’obliger à sortir, j’ai un chien qui me motive à sortir (pipi obligé) et en plus il m’apporte tant d’affection et de tendresse que c’est mon rayon de soleil quotidien. C’est peut-être une idée qui te conviendrait ?

Carole a raison, inutile de se mettre des bâtons dans les roues, la maladie est déjà assez difficile à gérer au quotidien !
—> Carole P. : Une bonne hygiène de vie c’est se couper des relations toxiques et tout roule !
Marie-Françoise D. : Oui, presque, en tout cas c’est un bon début .

 

Sevrage Lexomil

Ahhh, le lexomil ! C’est une grande histoire d’(e) (dés)amour avec les bipolaires … Personnellement, je vais vous confier un secret véridique : si votre psy vous prescrit du lexomil et vous l’augmente ensuite, c’est juste parce qu’il veut se débarrasser de vous et qu’il n’arrive plus à vous comprendre . Ceci est une vraie étude menée sur plusieurs patients et avec plusieurs médecins et autres spécialistes . Le Lexomil est une vraie drogue très dangereuse pour votre santé, évitez à tout prix d’en prendre . Il est très difficile de s’en sevrer et de l’arrêter ensuite … Alors, que pensent nos bipotes du Lexo et des autres psychotropes, antidépresseurs & co ?

Cécile et Alice connaissent bien le lexomil … Le mot « Canne » est vraiment juste .
—> Cécile C. W. : Je ne prends qu’un petit bout de Lexomil quand vraiment j’ai des douleurs partout, trop dans la tête et que je veux dormir … J’essaie de ne pas en prendre régulièrement car il y a souvent des effets indésirables, ça ramolli le cerveau ensuite. Nous ne sommes plus nous-même, comme à côté de soi, pas en soi . Donc, un produit qui m’a aidé à arrêter le lexomil, c’est le complément alimentaire : Garnison + Sumdor, à base de houblon, aubergine, magnésium et triptophane, précurseur de la mélatonine … C’est très efficace !!! La Spiruline pour être en forme, la marche dans la nature et aller nager !!! Bouillotte sur le ventre et respiration pleine et forte avant de dormir ou un bain chaud et des huiles essentielles car le lexomil n’est pas bon pour le métabolisme, ça dérègle tout … A force, c’est une béquille, les anxiolytiques c’est facile, mais il faut en prendre en période très courte si vraiment il n’y a rien d’autre à faire …

—> Alice L. : J’ai arrêté du jour au lendemain en constatant que ce poison me rendait dépendante et avait de nombreux effets négatifs sur moi après seulement 6 mois de traitement. Cela a été très dur pendant 2 mois et demi, mais aujourd’hui, je suis libérée de cette « canne » qui me pourrissait la vie.

Il existe aussi des somnifères purs, qui sont autant difficile à arrêter …
—> Emmanuelle T. : Cela va faire maintenant 2 ans que je prends du Zolpidem et j’aimerais pouvoir arrêter mais je n’y arrive pas !!!
Sabrina A. : Il faut l’arrêter progressivement. Un demi le soir pendant un mois puis stop le mois suivant. J’en ai pris pendant 10 ans. J’ai tout arrêter du jour au lendemain. J’en prenais 2 par soir. Un jour j’ai dis stop. J’ai arrêté d’un coup, pas dormi pendant 1 mois ou très mal, mais aujourd’hui plus de soucis .
Emmanuelle T. : Merci mais en même temps j’ai peur d’arrêter …
Nat L. : Mon médecin m’a prescrit du Donormil qui se prend sans ordonnance pour arrêter le Zolpidem que je prenais depuis 4 ans . Tout se passe très bien et bien moins d’effets secondaires .
Emmanuelle T. : Merci pour l’info Nat !
Patrick A. : Sabrina, t’as tout dis ! C’est d’un coup qu’il faut arrêter. Tu dors plus c’est dur, tu travailles, etc etc … Au bout de deux mois c’est rentré dans l’ordre. mais à la dure sinon … Enfin ça dépend des personnes .

Même si on est pas bipolaire, le sevrage d’un médicament est toujours très difficile .
—> Elena G. P. : Je ne suis pas bipolaire, mais je vous livre mon expérience : Après 10 ans d’Imovane , Noctran et Prozac, et après avoir essayé maintes fois d’arrêter progressivement, j’ai pris la résolution de tout arrêter net, je ne vous cache pas que ça a été très dur ! Je ne dormais plus et certaines nuits, je fouillais tous les placards à la recherche d’1 petit reste de boîte ! Ça a duré 6 mois, j’en ai profité pour lire (beaucoup) . À ce jour, 3 ans après, mes yeux sont moins secs, j’arrive à dormir et ma mémoire revient, je suis moins pénible et pas avachie sur le canapé toute la journée …
Marino C. D. : J’ai arrêté net aussi, j’en prenais dans la journée et le soir, soit 4 à 5 par jour … Très difficile effectivement l’arrêt brutal, tremblements, désorientation, insomnies et j’en passe, alors aujourd’hui quand on me propose ce genre de « remède », je refuse de peur de retomber dans ce cercle vicieux . Lexomil, plus jamais, ni un autre d’ailleurs …
Elena G. P. : Il y a des jours, je me demande comment j’y suis arrivée ! Pendant cette période, j’ai souvent pensé à partir …

Dépendance et habitude du médicament qui ne fait plus rien à force d’en prendre … C’est le même problème que la drogue, non ? …
—> Anastasia F. : 10 ans de Xanax, Seresta, Tranxene, Valium, ( le Lexomil me fait rien, ni les autres ), j’étais arrivée à 1 boîte entière par jour, 7 ans après le début … + alcool, ensuite j’ai arrêté le Xanax car ça ne me faisait plus rien, j’ai donc doublé 2 boîtes de Seresta 50 par jour … Un enfer … C’était comme des bonbons … J’ai fais plusieurs comas … Il y a 4 ans, j’ai décidé d’arrêter, donc j’ai stoppé le Xanax et le reste, aujourd’hui il me reste encore le Seresta, mais j’ai diminué, au maximum 2 cachets par jour. Mais j’ai beaucoup de mal à descendre à zéro … J’ai arrêté de boire il y a 4 ans, donc sur le bon chemin, mais je n’arrive pas à lâcher ses 2 derniers cachetons de merde, ça me rend dingue …

Gwenael a une solution pour se sevrer …
—> Gwenael B. : Il suffit juste de trouver une occupation .

Laura est complètement sevrée .
—> Laura D. S. : C’est la meilleure chose à faire : arrêter les cachets qui ne font qu’anesthésier les émotions … Être une loque, c’est pas ça qui nous aideras . J’ai arrêté il y a plus de 2 ans et je ne le regrette pas ! Même si je vis des moments difficiles, je m’en sors plutôt pas mal avec un suivi psy et des séances de sophrologie; bien sûr, toute seule, je n’y arriverais pas !

Pour d’autres, c’est beaucoup plus compliqué …
—> Clémentine A. : À Chaque fois que ma mère arrête son traitement, elle vire en phase maniaque et ça finit toujours en hdt … Donc je vous conseille de ne pas arrêter votre traitement brutalement, mais plutôt d’en parler à votre médecin qui pourra peut-être l’adapter …

—> Denis P. : Ma copine a arrêter le Depakote, elle a été internée plusieurs fois . Il faut certes réduire pour les effets indésirables, mais enfin ce n’est pas simple, je ne peux pas juger .

—> Lolo R. : Perso, j’ai tout arrêter et même si c’est compliqué parfois, je ne m’en porte que mieux. Savoir gérer ses émotions, c’est le plus important .
Aurélie B. : Mon mari a fait pareil, 15 jours après il s‘est suicidé …

 

Le onzième épisode des bipotes est terminé, rendez-vous pour le douzième très bientôt !

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*