9 Principes fondamentaux pour atteindre la stabilité bipolaire

Maintenir la stabilité est tout aussi difficile que d’atteindre la stabilité. Mais ça ne veut pas dire que tu dois vivre dans la peur de l’inévitable prochain épisode.

Il peut être extrêmement difficile d’atteindre la stabilité lorsque vous êtes bipolaire. Tous les gens, bipolaires ou non, ont parfois de mauvaises journées. Si vous êtes atteint de cette maladie, un jour de congé peut vous faire chavirer ! Vous avez peur et vous vous demandez si ce jour est le début d’un changement d’humeur imminent.

J’ai déjà eu un psychiatre fantastique pour la gestion des médicaments qui m’a aidé à atteindre et à maintenir la stabilité pendant deux ans ! J’ai passé ce temps à vivre dans la peur et à redouter l’inévitable prochain épisode ! Parce que j’ai déjà eu un épisode dépressif qui a duré un an, je ne croyais pas que mon humeur égale durerait longtemps.

L’une des choses les plus importantes que nous devons faire est de prendre nos médicaments ! Beaucoup d’entre nous arrêtent d’en prendre une fois que les médicaments ont fait leur travail. Nous nous sentons mieux, puis nous abandonnons. Le résultat final peut se situer entre un épisode maniaque ou dépressif léger et une dépression complète qui nécessite une hospitalisation ! Si votre médicament ne fonctionne pas, demandez un ajustement. Si votre fournisseur de services de gestion des médicaments refuse d’y travailler, trouvez quelqu’un qui le fera.

Deuxièmement, un sommeil suffisant va de pair avec l’atteinte et le maintien de la stabilité dans les troubles bipolaires. Si vous n’arrivez pas à dormir, il est très difficile d’obtenir ou de rester stable quant à votre humeur. Même les personnes qui n’ont pas de troubles bipolaires ont de la difficulté à fonctionner sans un sommeil suffisant ! Découvrez si vous êtes une personne du matin ou du soir. Personnellement, je suis une personne matinale qui préfère se lever du lit au plus tard à 7 heures du matin. Le psychiatre auquel j’ai fait référence m’a suggéré (comme beaucoup le font) d’aller au lit et de me lever à la même heure tous les jours. Il a dit que cela aiderait mon horloge circadienne à se réguler. Cela aurait pu, à lui seul, faciliter la régulation de l’humeur. J’ai fait de mon mieux pour y parvenir, mais j’en ai été incapable. Je souffre malheureusement d’insomnie sévère. Si je n’avais pas bien dormi la nuit précédente, j’essayais habituellement de dormir plus tard le lendemain matin.

L’activité physique est un excellent moyen d’améliorer votre humeur. Je suis tout sauf athlétique. J’aime cependant les longues promenades. Il est difficile de se motiver à faire autre chose que le strict minimum quand on est très déprimé. Je le sais parce que j’y suis allé plusieurs fois. L’exercice libère des endorphines qui stimulent la sérotonine, les substances chimiques du  » bien-être  » dans notre cerveau. Au milieu d’un épisode maniaque, se mettre en mouvement peut vraiment aider à brûler une partie de « l’énergie nerveuse » qui va de pair avec la manie.

Ceux d’entre nous qui sont bipolaires doivent aussi faire attention au genre de travail qu’ils font. Il est préférable d’éviter les semaines de travail stressantes de soixante à quatre-vingts heures. De plus, une culture d’entreprise comme celle-ci laisse peu de place pour compenser la perte de sommeil, les horaires flexibles ou tout autre accommodement qui pourrait rendre la vie d’un bipolaire plus facile à gérer.

C’est une bonne idée de commencer ou de poursuivre une thérapie. Les médicaments ne peuvent traiter que les aspects médicaux et chimiques des troubles bipolaires. Cependant, il ne traite pas de ce que nous ressentons à l’égard de nous-mêmes. Les médicaments ne font rien non plus contre la perte d’emploi, le manque d’emploi, la nécessité de prendre un congé d’études, l’échec d’une relation ou les occasions manquées. La thérapie s’adresse à nos schémas de pensée. Il nous apprend à remplacer les moyens malsains et/ou destructeurs de faire face. La plupart du temps, cela nous donne des façons positives de gérer notre vie en général.

Il est extrêmement important d’être vigilant quant à l’exclusion des personnes toxiques de nos vies. Cela peut être difficile à faire, surtout si ces personnes sont des amis proches ou même des membres de la famille. S’il vous plaît, voyez les choses comme ça. Si vous aviez une maladie physique grave et potentiellement mortelle, laisseriez-vous ces gens rester dans votre vie ? Bien sûr que non ! Alors pourquoi le feriez-vous tout en essayant de gérer la bipolarité ? Nous n’avons pas de temps à perdre avec des gens qui nous rabaissent, nous réprimandent et parfois même nous intimident. Nous devons prendre mieux soin de nous-mêmes que cela.

S’impliquer dans une relation intime peut être à double tranchant. Je sais qu’avoir une relation amoureuse peut être très compliqué quand on est bipolaire. Il est important de divulguer votre diagnostic dès que vous et votre partenaire devenez sérieux l’un envers l’autre. Tout le reste serait malhonnête. Une bonne relation a des avantages. Vous avez quelqu’un qui peut peut-être voir les signes d’un épisode d’humeur imminent avant vous. Il y a un soutien intégré dans le cadre d’un partenariat positif. Vous n’avez pas à souffrir de dépression ou d’anxiété tout seul. Inversement, il y a quelqu’un avec qui partager/célébrer les bons moments.

C’est une bonne médecine que d’avoir un hobby ou des passe-temps. Ils vous permettent de passer du bon temps avec vous-même et les autres. Vous êtes exposé à de nouvelles personnes et à de nouvelles expériences. Il n’y a pas de soucis à se faire, il n’y a que du pur plaisir et de la détente. Vous obtenez une pause du stress et des émotions négatives.

Enfin, une pratique spirituelle d’une sorte ou d’une autre m’aide énormément. Je crois que cela permet de vraiment soulager le stress. Je crois qu’il faut faire tout ce qui est en mon pouvoir pour gérer cette maladie. Savoir que je suis sur ce voyage en tenant la main de Dieu est extrêmement réconfortant. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut obligatoirement être croyant pour mieux supporter la maladie, chacun trouvera sa voie selon ses convictions personnelles.

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Un commentaire sur “9 Principes fondamentaux pour atteindre la stabilité bipolaire
  1. Perrot dit :

    Bonjour
    Je suis femme d un bipolaire.
    Je prends moi même des antidépresseurs.. c’est très très dur de vivre avec un bipo. Et depuis 32 ans. Il est traité mais dépressif a fond…
    Je le comprends, mais je le subit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.