Dépenses financières excessives et bipolarité : Rapports et solutions …

Quand une personne souffre de bipolarité, elle connaît alors des conséquences néfastes liées à cette maladie; des conséquences comme les dépenses financières excessives . Ces conséquences sont souvent visibles en période de manie . Beaucoup de personnes bipolaires sont interdites bancaires ou ont déjà réalisé des transactions d’argent sous l’effet euphorique et ont eu des gros problèmes judiciaires par la suite … La stabilité financière est très difficile pour certains patients, comme peut l’être celle de l’humeur . Voici quelques rapports relatifs entre la bipolarité et l’argent ainsi que des solutions pour se maîtriser et arriver à mieux gérer ses finances …

 

La gestion de l’argent chez le bipolaire

C’est souvent avant le diagnostic qu’une personne ( pré-bipolaire donc ) est totalement consciente qu’elle aime dépenser de l’argent; elle préfère ne pas économiser . Pourquoi cela n’est pas considéré comme un problème à ce moment-là ? Certainement parce qu’avant ce fameux diagnostic, les symptômes connexes sont minimes, et que, surtout, la personne arrive tout de même à bien gérer ses dépenses et rentrées d’argent; la personne a une bonne gestion de son argent . Elle est encore active professionnellement, peut obtenir des crédits divers ( maison, études, etc etc … ) . Jusqu’au jour où …

 

Les premiers symptômes impactant sur les habitudes

Au fil du temps, les habitudes changent et, petit à petit, les symptômes de la bipolarité se ressentent de plus en plus et les occasions de dépenser de l’argent sont beaucoup plus présentes . L’excitation que provoque l’acte d’achat peut également rendre irritable : c’est ce type d’état confusionnel qui change la manière de dépenser son argent; le caractère change et il est très difficile de dire quels symptômes sont responsables …

 

Les dépenses d’argent impulsives

Il est fréquent que la personne bipolaire dépense impulsivement de l’argent pour se réconforter .

Partir pour faire des courses alimentaires au supermarché, en fin de mois, et revenir à la maison heureux(se) avec un ensemble tv home cinéma; voilà un exemple d’une dépense financière excessive effectuée sous l’effet de l’impulsivité . Peu importe la source d’approvisionnement : carte bancaire, crédit à la consommation, chèque avec ou sans provision, argent d’un tiers, etc etc …

Qu’est-ce qui est responsable de cet achat impulsif ? Un coup de coeur ou un besoin d’acheter bien souvent ! C’est un acte rapide . Le pire dans tout ça est qu’aucune culpabilité n’est visible et que l’achat a été réalisé inconsciemment . En réalité, ces achats spontanés se transforment très vite en dettes très difficiles à gérer et à rembourser !

Achats impulsifs = échappatoire ? En général OUI … Le désespoir de passer un bon moment, d’être content(e) de passer un bon moment, d’échapper ainsi aux sentiments négatifs … À cet instant précis de la dépense, seul « vivre l’instant présent » est important . Pour une personne bipolaire depuis longtemps, il est quasi impossible de se souvenir de toutes les dépenses excessives effectuées par le passé, peut-être parce qu’en réalité elle n’étaient pas si importantes que cela !!! Le souci principal est seulement le comportement …

 

Dépenses financières et manie …

Les crises de dépenses financières peuvent être majoritaires pendant la phase maniaque : elles sont réalisées sous l’effet d’une impulsion, de l’euphorie et/ou de l’obsession . Ces achats sont tout de même en relation avec ce qui est important pendant la période; exemple :
Une personne aime lire des livres de héros . Pendant une période de manie, elle peut se mettre à acheter des dizaines de livres de héros .

Les dépenses sont donc souvent en relation avec les habitudes ( passions ) de la personne ainsi que la période dans laquelle elle se trouve . Il y a alors plusieurs niveaux :
Il y a les livres mais il y aussi les héros . Ce qui va, suivant l’intensité de la crise, engendrer des achats complémentaires : stylos de héros, films de héros, déguisement de héros, etc etc …

Ces achats ont donc de l’influence sur la personne dépensière en phase maniaque . On retrouve donc là le sentiment de nécessité, d’une forme d’addiction temporaire à l’achat … Et généralement, peu importe le prix des objets …
Il existe aussi la croyance, la représentation de ces objets sur la personne vis-à-vis des autres personnes :
Une personne qui achète beaucoup d’objets de héros est une personne extravagante, héroïque, créative, etc etc … Cette représentation est importante pour la personne bipolaire en phase maniaque; faire bonne figure, l’image de soi, montrer son caractère, ce que l’on aime et l’imposer à la vue de tous …

On en revient toujours à la manie, quand une personne achète beaucoup, elle se sent bien et le montre, mais quand une personne n’achète plus rien, elle se sent mal, en dépression donc . Serait-ce donc un élément de communication – involontaire – de la part du bipolaire sur sa période actuelle ? En tout cas, il est certain que ce tempérament de dépensier(ère) peut être utilisé en tant qu’élément annonciateur d’une période maniaque …

 

Conséquences des dépenses excessives d’argent pour une personne bipolaire

Derrière chaque période de manie, il se cache la phase dépressive, toujours . Quand le feu d’artifice est fini, retour à la vie en noir et blanc avec ses joies et ses peines . Les nombreuses dépenses n’ont fait que retarder les soucis de la maladie; les oublier pour toujours était l’objectif, mais ce n’est pas comme cela que ça fonctionne; les problèmes reviennent toujours ( plus forts souvent ) …
Quand les dépenses ont été au-dessus des ressources financières possibles, les lettres de rappel de paiement arrivent, mais elles sont souvent non-prise en compte ( encore en période euphorique ) . Puis arrivent les lettres d’huissiers, les convocations au tribunal, interdiction bancaire, etc etc … Amendes et retards de paiement deviennent le lot quotidien du bipolaire qui est en chute libre ( humeur et comportement ) . La famille ou les amis peuvent aider, mais ils ne sont pas illimités financièrement eux aussi !! Cela peut entraîner des disputes et même des ruptures sociales … Le sentiment de jouissance est fini, place à la déprime face à un échec total …

Il existe toutefois des plans de recours contre les dettes financières qui sont dues à une maladie mentale . Sauvegarde de justice, tutelle ou curatelle; l’aide d’un psychiatre est alors nécessaire afin de prouver les difficultés de jugement de la personne bipolaire par rapport aux dépenses effectuées qui sont liées à un épisode maniaque et comparées à ses revenus financiers . La réduction ou la nullité d’une dette peut alors être prononcée, mais la personne bipolaire sera alors mise sous strict contrôle financier …

 

Comment contrôler ses dépenses financières quand on est bipolaire ?

La dépense financière peut se révéler être un symptôme destructeur du trouble bipolaire : investissements inconscients, achats impulsifs, cadeaux inconsidérés, jeux d’argent, etc etc … Ces types de dépenses excessives et impulsives font partie de la période maniaque que traverse les personnes souffrant de bipolarité . Cependant, des solutions existent pour remédier à ce symptôme de « dépenses hors-contrôle » comme :

  • Se fixer un petit budget, fixer des limites bancaires avec sa banque .
  • Confier ses cartes de crédit à une personne tierce – de confiance – .
  • Parler de cette addiction d’achats impulsifs autour de soi ( famille, amis, organisations ) .

Il faut toujours se rappeler du proverbe « mieux vaut prévenir que guérir », car quand les dettes arrivent, d’autres problèmes arrivent et le bipolaire peut alors rentrer dans un processus encore plus destructeur, stressant et perturbant ainsi sa stabilité … Voici donc une liste d’actions à entreprendre afin d’éviter les dépenses financières excessives et ainsi éviter tout faux pas qui se révélerait être catastrophique par la suite …

 

Identifier les signaux d’alarme

Comme pour tous troubles connexes, il est important de savoir reconnaître les symptômes précurseurs d’une montée en puissance de l’humeur . On sait maintenant que la manie engendre des dépenses impulsives, il faut donc arriver à identifier en amont les premiers symptômes de cette phase maniaque avant de ressentir cette « folle envie d’acheter à tout prix » !!! L’entourage peut également aider à découvrir ces symptômes; même s’ils sont individuels à chaque patient .

 

Avoir un vrai plan d’action complet

Disposer d’un plan d’action prêt à être activé est aussi primordial que de savoir dépister les signes précoces de ce trouble . Le but ? Éliminer toutes décisions déraisonnables incluant une dépense quelconque . Pour simple exemple, une personne peut se fixer des objectifs annuels pour économiser et s’offrir quelque chose de raisonnable qu’elle ne peut pas en temps normal ( voyage lointain, maison, voiture, etc etc … ) . Cela va donc l’obliger à avoir des restrictions bancaires à cause d’un échéancier convenu avec son banquier ( prélèvements automatiques ) . Le banquier doit également appeler son client s’il constate un écart dans le comportement du compte bancaire de son client .

 

Protéger ses biens acquis

Combien de personnes bipolaires ont déjà faillit perdre un bien qui leur est cher, comme une maison par exemple ??? Ils sont nombreux … C’est pour cela qu’il faut penser à inscrire ses biens au nom du conjoint quand cela est possible . Il est vrai que ce type d’action peut être assimilé à une perte de bien ( nom différent ), mais cela peut éviter des désagréments bien pires qui peuvent arriver pendant une période d’instabilité …

 

Éviter de transmettre ses dettes à sa famille

L’argent nuit aux relations sociales; c’est valable pour tout le monde … La famille peut se porter volontaire quand il s’agit de prêter de l’argent ou de se porter caution pour un crédit, mais en étant bipolaire, est-ce bien raisonnable de leur demander cela ??? Il faut toujours être conscient de sa maladie et de ses dérives possibles … Est-il respectueux de demander à sa famille de se porter caution pour un prêt important en sachant que la maladie peut causer, un jour ou l’autre, des soucis financiers ? Est-il sérieux d’infliger une dette à sa famille ?? Beaucoup de familles sont déchirées à cause de problèmes financiers de ce genre … La famille doit également prendre conscience de ne pas accepter une telle responsabilité en connaissant la maladie bipolaire, car en acceptant cela, elle acquiesce -involontairement- à une dérive financière possible de la part du malade car, grâce à cette garantie, il pourra continuer les dépenses financières excessives …

 

Restreindre les opérations sur internet

Acheter en ligne sur les sites internet e-commerce est très facile et l’achat est rapide; il suffit simplement d’avoir une carte bancaire ! C’est l’achat instantané en un seul clic, mais le compte bancaire peut aussi se vider très rapidement; en un seul clic … La tentation peut être immense en période maniaque, autant pour les achats en ligne, le cybersexe ou pour les jeux d’argent comme le poker et les paris en ligne … Il est ainsi plus sécuritaire de limiter les accès à ces sites ( via le navigateur ) – à effectuer par un proche que lui seul aura les codes ! – .

 

Autoriser la surveillance de ses comptes

Il est recommandé et judicieux de donner une procuration, une autorisation, à une personne tierce pour gérer ses comptes bancaires . Cela peut éviter des dépenses inattendues et limiter ainsi les dégâts en période de crise; le proche reconnaîtra immédiatement un comportement inhabituel dans vos dépenses et pourra ainsi restreindre toute opération pendant la crise . C’est un contrat de confiance et une sécurité facile à mettre en place .

 

Éviter les découverts et autres types de crédits

Si cela est possible, il ne faut pas accepter le découvert que propose le banquier à l’ouverture d’un compte; une fois utilisé, il sera alors très difficile de le rembourser . Il en va de même pour les demandes de crédits à la consommation, car une fois la somme dépensée, c’est un cercle vicieux qui rendra le remboursement très compliqué et où l’erreur pourra être fatale ( retard de paiement d’une mensualité par exemple ); les intérêts sont souvent exorbitants d’ailleurs … Dangers de non-remboursement d’un crédit : Huissier, interdiction bancaire, saisie sur compte, etc etc …

 

Avoir des comptes distincts

Il peut s’avérer être prévoyant et intelligent d’ouvrir 2 comptes bancaires : Un pour les dépenses obligatoires ( loyer, assurance, edf, mutuelle, etc etc … ) et un second pour les dépenses occasionnelles / personnelles ( restaurants, activités, etc etc … ) . Cela permet de limiter les conséquences graves pour non-paiement ( expulsion du logement, plus de mutuelle santé, etc etc … ) . Le premier compte ne devra pas avoir de chéquier ni de carte de paiement ( si possible ) – ou les confier à une personne de confiance – . Sur le deuxième compte, il suffit d’effectuer un virement mensuel permanent fixe correspondant à un montant raisonnable .

 

Pour conclure cet article sur le rapport entre l’argent et la bipolarité, il faut bien prendre en compte que les dépenses financières excessives sont souvent le fruit de l’impulsivité connue pendant la période de manie du trouble bipolaire, mais il est possible de les limiter avec un travail en amont … Vous pouvez nous raconter vos rapports d’expériences entre l’argent et vos troubles bipolaires directement en commentaire ou sur le groupe de discussion entre bipolaires réservé aux dépenses d’argent excessives

 

Argent et bipolarité

Les dépenses financières excessives chez le bipolaire

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

3 livres à posséder :

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
9 commentaires sur “Dépenses financières excessives et bipolarité : Rapports et solutions …
  1. David dit :

    Bonjour
    J’ai passé déjà par des états maniaques,achats compulsive etc etc.Au bout des année je trouve petite combine.De que je suis dans état maniaque je confie ma carte bancaire a mon meilleur ami.Il ma donne la carte de que je bascule dans état dépressive.Donc c’est mon system ça.

  2. Denis dit :

    Je dépense donc, je suis.
    Voilà un des aspects de la maladie.
    ou
    Plus tu as de zéros sur ton relevé, moins tu es un zéro aux yeux de la société.

    Un bipolaire est souvent un mal aimé, mal dans sa peau. Alors, pour exister, être considéré, aimé et aimer il peut par faiblesse dévier.
    Passionné de sport, parce que c’était mon truc à moi, ma drogue, je dépensais pour m’adonner à mes pratiques.
    Achat d’articles « haut de gamme » pour être dans les meilleures conditions possibles et… Briller. Oh, pas forcément pour être la vedette, mais juste figurer honorablement dans mon sport. Et le sport, plus on pratique plus cela devient une drogue tant les endorphines du bien-être, du plaisir sont développées.
    Dans ces conditions, il est facile de comprendre que l’on peut entrer dans un engrenage dépensier. Plus d’accessoires, pour plus de pratique, pour plus de plaisir. Je me limitais à deux paires de chaussures de course à pied par saison, que j’alternais. Mais j’ai connu des passionnés qui avaient des armoires complètes d’équipement.

    Autre aspect que se faire plaisir, faire plaisir !
    Parce que je l’aimais, je dépensais, la couvrais de cadeaux…
    Parce que ne supportant pas la solitude, je veillais à tout faire pour que notre relation perdure.

    • Marie dit :

      Oh! que cette phrase me parle..un bipolaire est souvent un mal aimé.
      Pour exister, être considéré, aimer et aimer, il peur par faiblesse dévier…..

    • AVEILLAN dit :

      Ton expérience m a plu.j ai 50 ans. Seule c est la galère. Le jeu l alcool je ne tiens pas le fric!heureusement je fais du sport depuis l âge de 20 ans ça me sauve, même si je acheté des bonnes baskets c est normal de se faire plaisir aussi .sinon je les mets ds le PMU.autant mettre l argent dans du positif même si je fais du sport en excès c est vrai mais c est toute ma vie! Bon courage a toi

  3. David dit :

    Bonsoir
    Moi aussi je me limite 2 pairs de chaussures de course par saison.

  4. topenot dit :

    j’ai connu ce problème de dépenses excessives qui m’ont conduit à 2 commission de surendettement. j’ai pris conscience de ma maladie et me suis volontairement mis sous curatelle renforcée pendant 3 ans. Aujourd’hui malgré ses déboires et sachant mes dettes payées, je redoute l’envie d’avoir une CB normale et un chèquier. Mais je me rends compte que j’ai détourné le système de 2 comptes différents en faisant des virements de mon compte principal vers le secondaire limité à 350 euros. j’ai vécu en colocation avec ma soeur qui m’a bien aidé mais je vis seul maintenant , je me dis qu’il faut que sois raisonnable bien que je fais des « petits achats » en ligne. Tenir face à l’exhalation est difficile pour un bipo ! je vais en janvier 2018 être en retraite et compte sur 1700 -1800 euros par mois mais c’est d’après une simulation de retraite de mon entreprise ! même avec une telle somme , j’ai peur de me croire riche ! en tout cas une chose est sure je ne vais pas demander de découvert à ma banque ! c’est vraiment un conseil que je donne aux autres bipo dépennsiers comme moi pas de découvert autorisé et pas de crédit ! heureusement vu mon âge 65 ans je n’ai plus droit aux prêts ! mais n’en prenez pas vous les plus jeunes surtout les crédits à la consommation ! tenons bon c’est une drogue comme l’alcoolisme cette dépendance à l’argent !

  5. Meyil dit :

    Bonsoir,
    je suis la conjointe d’un bipo. Il est accro aux jeux d’argent et il lui ai impossible de garder un seul centime en poche. Alors que je lui dit qu’il faut quand même conserver de l’espece sur soi au cas où …
    Pourtant, il dit qu’il est conscient que cela lui gache la vie et redit me voilà à 40 ans je ne possède rien …
    Il accepte de voir un addictologue et son psy tous le mois.
    Il prend du depakote 500 et risperdal 4mg tous les jours sans oublier…
    Pourtant, je peine parfois à me dire lorsqu’on est là à compter des centimes pour acheter du pain comment peut il se permettre de claquer une centaine d’euros aux jeux de grattage ? …
    Il a besoin aussi de cette sorte confiance où il ressent sa dignité pleinement mais il passe à l’acte et c’est le crash total et il se sent humilié du résultat négatif des jeux.
    Je me trahie à maintes fois. C’est quand même un homme mais c’est plus qu’une tentation… il est complètement perdu et se réfugie dans son addiction et il ne sait pas expliquer cela…
    J’aimerai pouvoir l’aider … sans le contrarier

    • AVEILLAN dit :

      Ton expérience m a plu.j ai 50 ans. Seule c est la galère. Le jeu l alcool je ne tiens pas le fric!heureusement je fais du sport depuis l âge de 20 ans ça me sauve, même si je acheté des bonnes baskets c est normal de se faire plaisir aussi .sinon je les mets ds le PMU.autant mettre l argent dans du positif même si je fais du sport en excès c est vrai mais c est toute ma vie! Bon courage a toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.