Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Conjoint d une femme bipolaire besoin d aide

Page 1 / 2
 

Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  

Bonjour a tous et toutes,

Je suis nouveau sur ce forum et j ai grandement besoin d aide et de conseils.

je vous explique ma situation.

Je suis en couple depuis 12 ans avec ma compagne, nous avons un petit garçon qui a aujourd hui 7 ans.

En novembre dernier après avoir pour la première fois regardé le téléphone de ma compagne, j ai vu des messages extrêmement choquants qui disaient que cette dernière voulait retrouver un amant dans des clubs échangistes. En creusant un peu et au fil des mails, j ai retrouvé un parcours chaotique ou ma compagne avait des ave'tures avec des hommes toutes les semaines, des messages pornos à tendance sado masochiste et une hyper libido que rien ne pouvait à priori calmer.

Bien sûr il y a eu règlement de compte et des explications sans queue ni tête. S en est suivi une crise ou elle est partie quasi nue dans les rues de notre ville en criant et en hurlant. Elle a demandé elle-même à être internée en hôpital psy. 

Verdict des psychiatre : bipolaire. Elle était en phase maniaque à priori. 

Bien entendu il est extrêmement compliqué pour moi de concevoir que j ai vécu tout ce temps avec quelqu'un  de malade, qui a priori prétend qu elle n en savait rien. Pourtant sans travail depuis des années elle touche l AAH depuis des années (elle m a mentis sur ça et me l a caché tout comme le fait qu elle ne travaillait pas quand on s est rencontré alors qu elle prétendait le contraire). En 1 mois j en ai plus appris sur elle qu en 12 ans. Elle a un frère schizophrène et une sœur bipolaire ce que j ignorais. Les masques sont tombés suite à ses agissements et le nombre de mensonges qu elle m a servi sont incalculables.

Aujourd'hui comment envisager une vie de couple après tout ce qui s est passé. Notre fils est lui aussi très perturbé par l etat de sa mère et la situation délétère de  notre vie de couple.

Elle se morfond par rapport à ce qui s est passé et trouve des explications toujours plus boiteuses les unes que les autres. J etais "un connard qui méritais d etre trompé ", je l humiliais en permanence devant les gens. Bref elle trouve des raisons rationnelles à ce qui s est passé tout en me disant qu elle était quelque un d autre, qu elle ne se rendais pas compte de ce qu elle faisait et qu elle était malade, addict au films pornos hard.

Elle me dit qu elle voulait retrouver confiance en elle auprès d autres hommes et en même temps m explique qu elle était dépassée et incapable de s arreter.

Aujourd hui elle voudrait que  notre couple survive à tout ça et je l aimerai aussi mais comment appréhender cette situation.  Ou commence la maladie et ou s arrete la personnalité. Sa maladie est elle simplement imaginaire et simplement la pour cacher une tendance à la perversion sexuelle. Elle a subit des attouchements durant son enfance ( de la part de son frère schizophrène). Elle a des comportements sexuels extrêmes depuis toujours mais avant cela restait confiné à notre couple (du'moins c est ce que je crois et c est ce qu elle dit). Ou bien alors une phase maniaque peut elle expliquer ses agissements et dans quelle mesure.

Est ce qu elle est bipolaire ou as-tu elle des troubles de la personnalité (tendance a la victimisation permanente, manque d estime d elle-même, tendance au repli sur elle-même ne sortant jamais, sans amis et sans contact social).

Bref j aurais besoins de vos conseils si vous avez vécu des situations identiques ou ressemblant  et comme vous avez su apprehender ces problématiques diverses.

Je vous l avoue je suis complètement paumé et notre fils l est tout'autant. Nous avons une belle relation ensemble, mais il passe son temps à dire qu'il déteste sa mère et a être très agressif avec elle.

Quoi faire ?  Comment vivre la situation ? Comment considérer ces dérives sexuelles multiples.

Merci par avance pour vos retours et conseils 

 

Bonne soirée à  vous tous.


Citer
Mosis 7
(@mosis-7)
Grand Bipolaire
Joined: 10 months ago
Msg: 366
 
Posté par: @gigap_1971

Bonjour a tous et toutes,

Je suis nouveau sur ce forum et j ai grandement besoin d aide et de conseils.

je vous explique ma situation.

Je suis en couple depuis 12 ans avec ma compagne, nous avons un petit garçon qui a aujourd hui 7 ans.

En novembre dernier après avoir pour la première fois regardé le téléphone de ma compagne, j ai vu des messages extrêmement choquants qui disaient que cette dernière voulait retrouver un amant dans des clubs échangistes. En creusant un peu et au fil des mails, j ai retrouvé un parcours chaotique ou ma compagne avait des ave'tures avec des hommes toutes les semaines, des messages pornos à tendance sado masochiste et une hyper libido que rien ne pouvait à priori calmer.

Bien sûr il y a eu règlement de compte et des explications sans queue ni tête. S en est suivi une crise ou elle est partie quasi nue dans les rues de notre ville en criant et en hurlant. Elle a demandé elle-même à être internée en hôpital psy. 

Verdict des psychiatre : bipolaire. Elle était en phase maniaque à priori. 

Bien entendu il est extrêmement compliqué pour moi de concevoir que j ai vécu tout ce temps avec quelqu'un  de malade, qui a priori prétend qu elle n en savait rien. Pourtant sans travail depuis des années elle touche l AAH depuis des années (elle m a mentis sur ça et me l a caché tout comme le fait qu elle ne travaillait pas quand on s est rencontré alors qu elle prétendait le contraire). En 1 mois j en ai plus appris sur elle qu en 12 ans. Elle a un frère schizophrène et une sœur bipolaire ce que j ignorais. Les masques sont tombés suite à ses agissements et le nombre de mensonges qu elle m a servi sont incalculables.

Aujourd'hui comment envisager une vie de couple après tout ce qui s est passé. Notre fils est lui aussi très perturbé par l etat de sa mère et la situation délétère de  notre vie de couple.

Elle se morfond par rapport à ce qui s est passé et trouve des explications toujours plus boiteuses les unes que les autres. J etais "un connard qui méritais d etre trompé ", je l humiliais en permanence devant les gens. Bref elle trouve des raisons rationnelles à ce qui s est passé tout en me disant qu elle était quelque un d autre, qu elle ne se rendais pas compte de ce qu elle faisait et qu elle était malade, addict au films pornos hard.

Elle me dit qu elle voulait retrouver confiance en elle auprès d autres hommes et en même temps m explique qu elle était dépassée et incapable de s arreter.

Aujourd hui elle voudrait que  notre couple survive à tout ça et je l aimerai aussi mais comment appréhender cette situation.  Ou commence la maladie et ou s arrete la personnalité. Sa maladie est elle simplement imaginaire et simplement la pour cacher une tendance à la perversion sexuelle. Elle a subit des attouchements durant son enfance ( de la part de son frère schizophrène). Elle a des comportements sexuels extrêmes depuis toujours mais avant cela restait confiné à notre couple (du'moins c est ce que je crois et c est ce qu elle dit). Ou bien alors une phase maniaque peut elle expliquer ses agissements et dans quelle mesure.

Est ce qu elle est bipolaire ou as-tu elle des troubles de la personnalité (tendance a la victimisation permanente, manque d estime d elle-même, tendance au repli sur elle-même ne sortant jamais, sans amis et sans contact social).

Bref j aurais besoins de vos conseils si vous avez vécu des situations identiques ou ressemblant  et comme vous avez su apprehender ces problématiques diverses.

Je vous l avoue je suis complètement paumé et notre fils l est tout'autant. Nous avons une belle relation ensemble, mais il passe son temps à dire qu'il déteste sa mère et a être très agressif avec elle.

Quoi faire ?  Comment vivre la situation ? Comment considérer ces dérives sexuelles multiples.

Merci par avance pour vos retours et conseils 

 

Bonne soirée à  vous tous.

Bonjour, 

C'est très dur comme situation.

Avez-vous la possibilité de vous faire aider par un psychologue pour faire le tri dans vos ressentis, vos besoins et l'avenir que vous souhaitez pour votre famille ? Ce type d'événements et de "révélations" peut avoir un impact sur votre santé, un suivi psychologique vous permettrait peut-être d'en amoindrir l'effet. 

Avez-vous la possibilité d'en discuter avec votre famille ou avec un ami proche ? 

Je sais pas trop quoi vous conseiller sans vous influencer, mais c'est peut-être pas une mauvaise idée de prendre un peu de distance le temps que vous puissiez réfléchir et qu'elle redescende. 

Le point certain, c'est que sa maladie n'est pas imaginaire étant donné les événements hors normes que vous avez vécus. 

Bon courage


RéponseCiter
patdub
(@patdub)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 12
 

@mosis-7

Bonjour, Je suis bipolaire moi-même. 

Il faut essayer de l'accepter et ce n'est pas toujours facile. C'est une maladie compliquée, du cerveau, qui joue parfois sur la personnalité et qui peut être très destructrice.

Il faut alors essayer de se médicaliser. Là aussi ce n'est pas simple. Tous les médicaments ont des effets secondaire (prise de poids, ralentissement cognitif, sommeil permanent, etc.). Et puis les phase "high" sont vraiment géniale. Il est difficile d'y renoncer.

Une thérapie peut aussi aider.

C'est une maladie très difficile pour l'entourage. On fait des conneries en phase "high". Parfois des grosses.

Ni les phases "high", ni les phases de dépression ne sont notre vrai personnalité. Mais c'est vrai que c'est très difficile à vivre pour l'entourage. Si vous le pouvez, essayer de pardonner. 

Il existe aujourd'hui des centres experts Bipolaire : https://www.fondation-fondamental.org/

Ils sont très bien faits. Je vous recommande vivement de prendre contact avec eux. 

Bon courage.

Nous avons une condition compliquée, mais au fond nous ne sommes pas de mauvais bougres.


ver00 ont aimé
RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  

@mosis-7.

Merci vraiment pour votre réponse et votre soutien.

Je consulte une psychologue depuis le début. Un psychiatre aussi. J ai pris une sacre tartine de médicaments ( anxiolytique, antidépresseur et somnifères).  j ai perdu 25 kg et ma vie est devenue un enfer.

Ma compagne fait des crises à se cog'er la tête contre les murs. Elle a d abord pris de la Dépakine puis du'tegretol (car le premier lui faisait tomber les cheveux).

J ai été heureusement très entouré par mes amis et ma famille ce qui m a permis de ne pas sombrer et de continuer a tenir pour mon fils.

Mais la situation reste délétère et il est difficile de parler de séparation car il y a des sentiments de part et d autre. Mais la situation est encore tres compliquée aujourd hui. Ma compagne dort toute la journée, ne fait rien de sa vie et semble en phase down. Comme t envisager une vie de couple après ce qui s est passé et 1vec un quotidien aussi peu stable et équilibré.

Merci en tous les cas pour votre réponse et votre compassion, ça aide déjà beaucoup.

Bonne soirée.


Mosis 7 ont aimé
RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  

Merci aussi patdub,

Quel est votre'traitement ? Ma compagne prend du tegretol mais franchement je ne trouve aucun effet stabilisant.

Elle passe son temps à dormir, fait des crises de nerfs. Est incapable de soutenir une conversation.

Bref elle végète sans but sans énergie. Dur d encaisser ce qu elle a fait avec un quotidien aussi fade et sans vie.

J en regretterai presque la phase "high" si elle n1menait pas a des dérives aussi glauques et malsai'es..

Je ne pense pas que je pourrais pardonner. Est ce que je pourrais tolérer la situation et quand même continuer à vivre une vie normale et saine, Franchement je n'en sait rien et j en doute car tout cela me détruit petit àpetit.

Merci en tous les cas pour vos témoignages, ça m aide beaucoup d avoir vos avis et conseils.

Bonne soirée


RéponseCiter
Elona
(@elonawasikowska)
Grand Bipolaire
Joined: 3 years ago
Msg: 381
 

Bonjour. Ca m'interpelle pas mal qu'en 12 ans de relation tu connaisses si peu ta femme en fin de compte. Personnellement, et je suis moi-même bipolaire, je ne pourrais pas pardonner ça. Ni l'infidélité peu importe les excuses qu'il y a derrière ça, ni les années de mensonges (surtout ça), je vois pas comment tu peux encore lui faire confiance après ça, et sans confiance un couple ne peut pas tenir. La maladie peut expliquer mais n'excuse pas tout. Ca ne fera pas de toi un salaud de la quitter alors qu'elle est comme ça, même si tu risques de culpabiliser. Sa prise en charge ne dépend que d'elle, et personne d'autre.


Anne ont aimé
RéponseCiter
Mosis 7
(@mosis-7)
Grand Bipolaire
Joined: 10 months ago
Msg: 366
 

@gigap_1971

Je suis content que vous soyez bien suivi. La réponse va se dessiner avec le temps. La phase down va finir par passer, ça sera peut-être plus facile d'interagir en période intercritique ? 

Votre épouse et vous même seriez vous ouvert à une thérapie familiale ? Ça pourrait aider toute la famille. 

Je sors du champs de votre question, mais votre enfant a-t-il eu l'occasion de discuter avec quelqu'un de neutre des derniers événements qui ont bouleversés votre famille ?  C'est un sujet difficile à aborder avec sa propre famille surtout pour un enfant étant donné les implications émotionnelles. 

Encore une fois je vous souhaite bon courage, 


RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  

@elonawasikowska

Bonjour Elona,

Merci pour ta réponse.

Oui vu de l extérieur tout ça peut paraître curieux. En 12 ans j ai cru à ce quelle me disait car tout paraissait plausible et je n ai pas un esprit tordu à imaginer que quelqu'un qu on aime peut vous mentir ou vous raconter des histoires.

Je voyais bien que quelque chose n allait pas car ma compagne sans travail passait ses journées à dormir et à dépenser de l argent (issu d un héritage qu elle a d ailleurs entièrement dilapidé).

Mais je pensais que son enfance difficile pouvait expliquer beaucoup de choses. 

D ou la descente aux enfers quand en plus des tromperies il y a eu les mensonges avoués la vérité sur ses finances (elle était à moins 1000 €, j ai d'ailleurs appris par sa famille qu elle avait été en commission de surendettement) et puis aussi apprendre qu elle était malade. Ça fait beaucoup pour un seul homme. 

Ma présence sur ce forum c est aussi pour comprendre ce que la maladie peut excuser ou pas.

Ton message me conforte dans ce que je pense que la maladie (contrairement à ce qu elle me dit) ne peut pas tout excuser. Ca peut donner une forme d explication mais le fond du problème réside dans sa personnalité ou l évitement des problèmes, la fuite des responsabilités et une certaine perversité sexuelle qui sont les principaux acteurs de ce qui s est passé. 

Après peut on pardonner de telles dérives. Quand il y a de la sincérité et du courage et une réelle volonté de trouver toutes les solutions nécessaires pour résoudre la situation, cela peut arriver. 

Mais quand on se cache derrière une pathologie pour justifier certains actes, qu on refuse d affronter la réalité et surtout que l on ne fait que les efforts minimum cela apparaît compliqué.

Merci en tous les cas pour ton message.

Bonne journée 

 


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Joined: 4 years ago
Msg: 2794
 
Posté par: @gigap_1971

@elonawasikowska

Bonjour Elona,

Merci pour ta réponse.

Oui vu de l extérieur tout ça peut paraître curieux. En 12 ans j ai cru à ce quelle me disait car tout paraissait plausible et je n ai pas un esprit tordu à imaginer que quelqu'un qu on aime peut vous mentir ou vous raconter des histoires.

Je voyais bien que quelque chose n allait pas car ma compagne sans travail passait ses journées à dormir et à dépenser de l argent (issu d un héritage qu elle a d ailleurs entièrement dilapidé).

Mais je pensais que son enfance difficile pouvait expliquer beaucoup de choses. 

D ou la descente aux enfers quand en plus des tromperies il y a eu les mensonges avoués la vérité sur ses finances (elle était à moins 1000 €, j ai d'ailleurs appris par sa famille qu elle avait été en commission de surendettement) et puis aussi apprendre qu elle était malade. Ça fait beaucoup pour un seul homme. 

Ma présence sur ce forum c est aussi pour comprendre ce que la maladie peut excuser ou pas.

Ton message me conforte dans ce que je pense que la maladie (contrairement à ce qu elle me dit) ne peut pas tout excuser. Ca peut donner une forme d explication mais le fond du problème réside dans sa personnalité ou l évitement des problèmes, la fuite des responsabilités et une certaine perversité sexuelle qui sont les principaux acteurs de ce qui s est passé. 

Après peut on pardonner de telles dérives. Quand il y a de la sincérité et du courage et une réelle volonté de trouver toutes les solutions nécessaires pour résoudre la situation, cela peut arriver. 

Mais quand on se cache derrière une pathologie pour justifier certains actes, qu on refuse d affronter la réalité et surtout que l on ne fait que les efforts minimum cela apparaît compliqué.

Merci en tous les cas pour ton message.

Bonne journée 

 

La maladie peut tout expliquer 

À vous de vour ce que vous serez prêt à excuser

 


Nath ont aimé
RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  

@mosis-7

Merci infiniment pour votre message. 

Mon fils est très gentil perturbé et fait un rejet de sa mère. Il a été diagnostiqué TDAH et je ne sais pas si ce trouble est un signe précurseur de bipolarité. Il est hyperactif et à de grosses difficulté à l école (CP). 

Bref je sais que la bipolarité est héréditaire. Et je crains que cela soit son cas aussi. Il est suivi par un psychiatre (il a 7 ans), et prend de la ritaline . 

Bref depuis 8 mois nous sommes là famille "cachetonnee" tout le monde prend des médicaments.

Bien sûr comme je l ai déjà dit et comme vous l avez compris tout ceci est difficile à vivre car je gère tout le monde et subit les conséquences de toutes les dérives.

Il faut que je tienne pour mon fils. Pour mon couple je ne sais pas quoi faire car la situation évoquée est tellement difficile à encaisser. 

C est par cette détresse que j ai voulu communiquer sur ce forum et échanger les expériences des uns et des autres afin d essayer de franchir ce cap si difficile de ma vie. 


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Joined: 3 years ago
Msg: 2601
 

 

 
What do you want to do ?

New mail

Oui, on sent votre détresse . Et ça se comprend, si seulement il n'y avait pas ce petit bout ....Ce que dit kust est vrai, moi, j'ai dérivé sexuellement sur le net à cause de la maladie, mais je n'ai jamais pu passer le cap du virtuel, mon éducation était très stricte, et le sexe était tabou ! Ceci explique cela . Mais je n'en étais pas moins salope ... A vous de voir, c'est sur, il n'y a que vous qui puissiez prendre une décision . Pas facile ....Bon courage .

RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  

@ver00

Merci pour votre témoignage plein de sincérité et de compassion.

Malheureusement ma compagne à franchi tous les caps. -il y a eu le virtuel, le réel. Elle a couché avec3 hommes, gorges profondes, sodomie et demander aux hommes de coucher sans preservatif . Elle devait retrouver son amant dans un club échangiste pour se faire partager avec autres hommes. C était son kif. La seule chose qui l as empêchée c est que j ai tout découvert avant qu elle ne franchisse ce cap supplémentaire.

Alors elle explique tout par la maladie (bipolarité)  mais moi j ai quand même des doutes et d après tout ce que j ai lu , la maladie ne peut pas tout expliquer. Alors j essaye de démêler le vrai du faux. L impact de la maladie et la part de derive de la personnalité de ma compagne et de sa sexualité déviante. La part de sa personnalité et la part de la maladie.

Est ce possible de délimiter une frontière! ? La maladie pourrait être une circonstance atténuante mais pas si c est la personnalité intriguant de ma compagne.

Comme vous disiez, s il n y avait pas mon fils tout serait beaucoup plus simple. 

 


RéponseCiter
patdub
(@patdub)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 12
 

@gigap_1971 Voici mon parcours : Bonjour, J’ai été diagnostiqué Bipolaire (on ne dit plus maniaco-dépressif car le mot maniaco fait peur) à l’âge de 40 ans à la suite d’un Burn-Out chez Microsoft Europe où je travaillais. A l’époque je voyageais beaucoup, dormais peu et passais la plupart de mon temps à travailler. Un très bon ami collègue à l’époque Claude m’a aidé et soutenu mais j’ai fini par perdre mon travail pour incompétence. Il est vrai que cette maladie impacte l’efficacité professionnelle, qu’elle peut surprendre et dérouter. Elle n’est pas bien comprise. J’ai été hospitalisé 3 fois. J’ai rencontré de nombreux psychanalystes plus ou moins compétent. J’ai aussi été totalement abruti pendant deux années entières fortement drogué au Depakote. On a essayé différent médicament : le fameux Lithium, mais il me donne du diabète insipide néphrogénique (un problème rénal très sérieux), le Lamictal, mais il me donne des brulures au troisième degré, etc. J’ai fini par prendre de l’Abilify. Ce médicament était efficace, mais il créer un sérieux ralentissement cognitif, fait prendre du poids (donne faim et fait prendre du poids), et je dormais vraiment beaucoup. J’ai suivi l’année dernière un stage de psychoéducation au centre expert bipolaire de l’hôpital du Chesnay. Un médecin et une infirmière spécialisés dans pathologie nous ont expliquer en long et en large comme à d’autre professionnels cette maladie. Cela a duré 3 mois à raison d’une séance d’une heure trente par semaine. J’ai beaucoup appris que le taux de suicide chez les bipolaires était de 15% mais aussi que la décision de prendre des médicaments était la mienne. J’ai décidé il y a 3 mois d’arrêter mes médicaments. J’ai la chance d’avoir une famille stable, une femme extraordinaire, un travail stable où un ami fidèle Stanislas m’a accueilli malgré ma maladie. Je n’ai jamais eu de pulsion de suicide, même au plus profond de la dépression. Quand on est sur une phase haute, c’est exhalant, excitant, fabuleux. On est efficace, survolté, on dort peu, on est capable de tout. Tout vous parait possible et l’est parfois. On a une énergie débordante. On produit beaucoup. On se sent bien. On parle beaucoup et trop vite. On a peur de rien. On est exigeant avec les autres. Bien trop. On s’énerve vite. Et le pire, c’est qu’on ne comprend pas qu’on est dans cet état et on ne l’accepte pas si on vous le dit. Mais on finit toujours par retomber. La souffrance psychique en dépression est elle très difficile, bien pire que la souffrance physique. On ne pense pas pouvoir s’en sortir. Impossible de se lever du lit. C’est assez dur. Cette maladie a fait souffrir mon entourage, ma femme, ma famille, mes enfants, etc. Je n’ai pas eu la carrière que j’aurai voulue. Je n’ai pas pu financer les études de mes enfants. Mais je ne suis pas malheureux. J’aurai pu avoir un cancer jeune et en mourir. Et puis j’ai été bien entouré. Je l’ai de façon modérée, en comparaison avec des personnes que j’ai pu rencontrer lors de groupe de discussions de personnes affectées par cette maladie. Pour l’instant ça tient sans médicaments. J’espère que ça continuera à tenir.


RéponseCiter
Anne
 Anne
(@fausta)
Bipo
Joined: 3 years ago
Msg: 44
 

@patdub Bonjour, je me reconnais complètement dans ce que tu écris. J'aurais pu l'écrire avec les mêmes mots. Par contre, moi je ne peux pas vivre sans la chimie. Mal et peu dosée l'année dernière j'ai dû aller aux urgences. En ce moment, je vis une période monotone et triste sous des médicaments qui n'agissent pas et je rumine beaucoup. Mon compagnon s'est habitué à mes phases up et down et il voit tout de suite quand je vais mal. Mais même s'il s'est informé et connait bien ma maladie, il ne l'a vit pas et comme je suis complètement au ralenti intellectuellement il s'énerve ne pouvant entrevoir que mon encéphalogramme est plat !!! Je souhaite de tout mon coeur que tu te maintiennes sans médicaments.


RéponseCiter
patdub
(@patdub)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 12
 

@fausta

Bonjour Anne,

Il ne faut pas arrêter les médicaments.

Il peut néanmoins être judicieux d’adapter la posologie. Il n’est pas normal ni acceptable que tu sois abrutie par tes médicaments. Va voir un centre expert bipolaire fondamental, ou demande un deuxième avis de psychanalyste.

J’ai mis 16 ans avant d’arrêter mes médicaments. J’ai une vie hyper stable et une hygiène de vie drastique. Je me couche tôt, ne bois pas d’alcool ni ne prend de stupéfiants. Je fais du sport et de la méditation en pleine conscience, etc.

Je demande a mon entourage de me surveiller et de m’indiquer si je commence à monter ou à descendre afin d’anticiper, etc.

Je continue à voir mon médecin régulièrement.

J’ai un boulot stable, une vie affective et familiale stable.

Je ne sais pas si ça va tenir. Mais je reste optimiste.

Bon courage.

Tu es certainement quelqu’un de super.

La plus part des personnes affectées par cette pathologie que j’ai pu rencontrer le sont.

bon courage,

Patrick

 


RéponseCiter
Mosis 7
(@mosis-7)
Grand Bipolaire
Joined: 10 months ago
Msg: 366
 

@gigap_1971

Votre fils a donc l'occasion d'échanger avec un professionnel, c'est bien.

Le trouble bipolaire est une maladie avec des facteurs de risques génétiques, mais un enfant d'un parent bipolaire a tout de même 90% de chance de ne pas developer la maladie bipolaire. 

Entre la certitude de l'avoir et les 90% de chance d'y échapper je choisi la deuxième possibilité. 


RéponseCiter
Magalou
(@magalou)
Micro Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 4
 
Posté par: @gigap_1971

Bonjour a tous et toutes,

Je suis nouveau sur ce forum et j ai grandement besoin d aide et de conseils.

je vous explique ma situation.

Je suis en couple depuis 12 ans avec ma compagne, nous avons un petit garçon qui a aujourd hui 7 ans.

En novembre dernier après avoir pour la première fois regardé le téléphone de ma compagne, j ai vu des messages extrêmement choquants qui disaient que cette dernière voulait retrouver un amant dans des clubs échangistes. En creusant un peu et au fil des mails, j ai retrouvé un parcours chaotique ou ma compagne avait des ave'tures avec des hommes toutes les semaines, des messages pornos à tendance sado masochiste et une hyper libido que rien ne pouvait à priori calmer.

Bien sûr il y a eu règlement de compte et des explications sans queue ni tête. S en est suivi une crise ou elle est partie quasi nue dans les rues de notre ville en criant et en hurlant. Elle a demandé elle-même à être internée en hôpital psy. 

Verdict des psychiatre : bipolaire. Elle était en phase maniaque à priori. 

Bien entendu il est extrêmement compliqué pour moi de concevoir que j ai vécu tout ce temps avec quelqu'un  de malade, qui a priori prétend qu elle n en savait rien. Pourtant sans travail depuis des années elle touche l AAH depuis des années (elle m a mentis sur ça et me l a caché tout comme le fait qu elle ne travaillait pas quand on s est rencontré alors qu elle prétendait le contraire). En 1 mois j en ai plus appris sur elle qu en 12 ans. Elle a un frère schizophrène et une sœur bipolaire ce que j ignorais. Les masques sont tombés suite à ses agissements et le nombre de mensonges qu elle m a servi sont incalculables.

Aujourd'hui comment envisager une vie de couple après tout ce qui s est passé. Notre fils est lui aussi très perturbé par l etat de sa mère et la situation délétère de  notre vie de couple.

Elle se morfond par rapport à ce qui s est passé et trouve des explications toujours plus boiteuses les unes que les autres. J etais "un connard qui méritais d etre trompé ", je l humiliais en permanence devant les gens. Bref elle trouve des raisons rationnelles à ce qui s est passé tout en me disant qu elle était quelque un d autre, qu elle ne se rendais pas compte de ce qu elle faisait et qu elle était malade, addict au films pornos hard.

Elle me dit qu elle voulait retrouver confiance en elle auprès d autres hommes et en même temps m explique qu elle était dépassée et incapable de s arreter.

Aujourd hui elle voudrait que  notre couple survive à tout ça et je l aimerai aussi mais comment appréhender cette situation.  Ou commence la maladie et ou s arrete la personnalité. Sa maladie est elle simplement imaginaire et simplement la pour cacher une tendance à la perversion sexuelle. Elle a subit des attouchements durant son enfance ( de la part de son frère schizophrène). Elle a des comportements sexuels extrêmes depuis toujours mais avant cela restait confiné à notre couple (du'moins c est ce que je crois et c est ce qu elle dit). Ou bien alors une phase maniaque peut elle expliquer ses agissements et dans quelle mesure.

Est ce qu elle est bipolaire ou as-tu elle des troubles de la personnalité (tendance a la victimisation permanente, manque d estime d elle-même, tendance au repli sur elle-même ne sortant jamais, sans amis et sans contact social).

Bref j aurais besoins de vos conseils si vous avez vécu des situations identiques ou ressemblant  et comme vous avez su apprehender ces problématiques diverses.

Je vous l avoue je suis complètement paumé et notre fils l est tout'autant. Nous avons une belle relation ensemble, mais il passe son temps à dire qu'il déteste sa mère et a être très agressif avec elle.

Quoi faire ?  Comment vivre la situation ? Comment considérer ces dérives sexuelles multiples.

Merci par avance pour vos retours et conseils 

 

Bonne soirée à  vous tous.

Bonjour ,je me permet de vous répondre. J'ai lu votre récit et il m'a vraiment touché. 

Je suis bipolaire et maman. Sachez que votre épouse est malade et ne gère  pas ces situations ,ne les veux pas spécialement  non plus . Il faut absolument  lui trouver un traitement, ce qui ne va pas être facile non plus et Px prendre du temps. Il va vous falloir énormément de patience. Si vous l'aimez vraiment cela va être difficile pour vous et votre fils mais cela en vaudra la peine.  Surtout ne l'abandonnez pas même si je sais très bien que cela puisse être très dure pour vous .faites vous aider un maximum, psy etc ... je vous assure que si vous l'abandonnez pour elle ce sera terrible. J'ai subi des difficultés en couples qui n'étaient facile pour personne  mais quand on se sent rejetée  cest une véritable  catastrophe !  Établissez, un diagnostic, des traitements, des re8a suivre à la maison, ça  aidera.  Je suis consciente que cela est pénible pour vous mais j'aimerai également vous faire part de la souffrance extrême et inexplicable de madame.  Cette maladie est pénible et lourde même avec traitement, rien n'est résolu pour autant. Cette saloperie nous colera a la peau jusqu'à la fin de nos jours. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien les sous n'ont plus d'ailleurs !  

Je vous souhaite le meilleur. 

Bien a  vous

 


RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  
Posté par: @ver00

 

 
What do you want to do ?

New mail

Oui, on sent votre détresse . Et ça se comprend, si seulement il n'y avait pas ce petit bout ....Ce que dit kust est vrai, moi, j'ai dérivé sexuellement sur le net à cause de la maladie, mais je n'ai jamais pu passer le cap du virtuel, mon éducation était très stricte, et le sexe était tabou ! Ceci explique cela . Mais je n'en étais pas moins salope ... A vous de voir, c'est sur, il n'y a que vous qui puissiez prendre une décision . Pas facile ....Bon courage .

Merci @ver00 pour votre message qui le donne plein d d'espoir.

Je ne connaissais pas le pourcentage de risque de transmission. 10 % de risques comparé à 90 % d espoir je prend ! 

La " pathologique " d hyperactivité de mon fils et de troubles dyspraxique de mon fils n est pas facile a gérer, pas plus que la difficulté relationnelle entre lui et sa mère. Je fais " feu de tout bois" pour supporter l un et gérer l autre, mais ça reste un combat de tous les jours, et combattre tous les jours c est extrêmement difficile. Je tiendrai pour lui et j essaye aussi de sauver mon couple. 

Mais je suis un homme fragilisé par la situation et  essaye de faire front. L zide que je trouve sur ce forum m aide beaucoup.

Merci beaucoup pour votre aide votre compassion.

Bonne journée 

 


RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  
Posté par: @magalou
Posté par: @gigap_1971

Bonjour a tous et toutes,

Je suis nouveau sur ce forum et j ai grandement besoin d aide et de conseils.

je vous explique ma situation.

Je suis en couple depuis 12 ans avec ma compagne, nous avons un petit garçon qui a aujourd hui 7 ans.

En novembre dernier après avoir pour la première fois regardé le téléphone de ma compagne, j ai vu des messages extrêmement choquants qui disaient que cette dernière voulait retrouver un amant dans des clubs échangistes. En creusant un peu et au fil des mails, j ai retrouvé un parcours chaotique ou ma compagne avait des ave'tures avec des hommes toutes les semaines, des messages pornos à tendance sado masochiste et une hyper libido que rien ne pouvait à priori calmer.

Bien sûr il y a eu règlement de compte et des explications sans queue ni tête. S en est suivi une crise ou elle est partie quasi nue dans les rues de notre ville en criant et en hurlant. Elle a demandé elle-même à être internée en hôpital psy. 

Verdict des psychiatre : bipolaire. Elle était en phase maniaque à priori. 

Bien entendu il est extrêmement compliqué pour moi de concevoir que j ai vécu tout ce temps avec quelqu'un  de malade, qui a priori prétend qu elle n en savait rien. Pourtant sans travail depuis des années elle touche l AAH depuis des années (elle m a mentis sur ça et me l a caché tout comme le fait qu elle ne travaillait pas quand on s est rencontré alors qu elle prétendait le contraire). En 1 mois j en ai plus appris sur elle qu en 12 ans. Elle a un frère schizophrène et une sœur bipolaire ce que j ignorais. Les masques sont tombés suite à ses agissements et le nombre de mensonges qu elle m a servi sont incalculables.

Aujourd'hui comment envisager une vie de couple après tout ce qui s est passé. Notre fils est lui aussi très perturbé par l etat de sa mère et la situation délétère de  notre vie de couple.

Elle se morfond par rapport à ce qui s est passé et trouve des explications toujours plus boiteuses les unes que les autres. J etais "un connard qui méritais d etre trompé ", je l humiliais en permanence devant les gens. Bref elle trouve des raisons rationnelles à ce qui s est passé tout en me disant qu elle était quelque un d autre, qu elle ne se rendais pas compte de ce qu elle faisait et qu elle était malade, addict au films pornos hard.

Elle me dit qu elle voulait retrouver confiance en elle auprès d autres hommes et en même temps m explique qu elle était dépassée et incapable de s arreter.

Aujourd hui elle voudrait que  notre couple survive à tout ça et je l aimerai aussi mais comment appréhender cette situation.  Ou commence la maladie et ou s arrete la personnalité. Sa maladie est elle simplement imaginaire et simplement la pour cacher une tendance à la perversion sexuelle. Elle a subit des attouchements durant son enfance ( de la part de son frère schizophrène). Elle a des comportements sexuels extrêmes depuis toujours mais avant cela restait confiné à notre couple (du'moins c est ce que je crois et c est ce qu elle dit). Ou bien alors une phase maniaque peut elle expliquer ses agissements et dans quelle mesure.

Est ce qu elle est bipolaire ou as-tu elle des troubles de la personnalité (tendance a la victimisation permanente, manque d estime d elle-même, tendance au repli sur elle-même ne sortant jamais, sans amis et sans contact social).

Bref j aurais besoins de vos conseils si vous avez vécu des situations identiques ou ressemblant  et comme vous avez su apprehender ces problématiques diverses.

Je vous l avoue je suis complètement paumé et notre fils l est tout'autant. Nous avons une belle relation ensemble, mais il passe son temps à dire qu'il déteste sa mère et a être très agressif avec elle.

Quoi faire ?  Comment vivre la situation ? Comment considérer ces dérives sexuelles multiples.

Merci par avance pour vos retours et conseils 

 

Bonne soirée à  vous tous.

Bonjour ,je me permet de vous répondre. J'ai lu votre récit et il m'a vraiment touché. 

Je suis bipolaire et maman. Sachez que votre épouse est malade et ne gère  pas ces situations ,ne les veux pas spécialement  non plus . Il faut absolument  lui trouver un traitement, ce qui ne va pas être facile non plus et Px prendre du temps. Il va vous falloir énormément de patience. Si vous l'aimez vraiment cela va être difficile pour vous et votre fils mais cela en vaudra la peine.  Surtout ne l'abandonnez pas même si je sais très bien que cela puisse être très dure pour vous .faites vous aider un maximum, psy etc ... je vous assure que si vous l'abandonnez pour elle ce sera terrible. J'ai subi des difficultés en couples qui n'étaient facile pour personne  mais quand on se sent rejetée  cest une véritable  catastrophe !  Établissez, un diagnostic, des traitements, des re8a suivre à la maison, ça  aidera.  Je suis consciente que cela est pénible pour vous mais j'aimerai également vous faire part de la souffrance extrême et inexplicable de madame.  Cette maladie est pénible et lourde même avec traitement, rien n'est résolu pour autant. Cette saloperie nous colera a la peau jusqu'à la fin de nos jours. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien les sous n'ont plus d'ailleurs !  

Je vous souhaite le meilleur. 

Bien a  vous

 

Merci beaucoup Magalou pour votre message, il me fait chaud au cœur et me touche beaucoup.

C est sur que c est sans doute un enfer a vivre pour elle. Et cet enfer elle me le fait partager.

Je suis un homme de valeur et si je ne l ai pas foutu dehors a la découverte de toutes ses dérives c est que je voulais vraiment essayer de passer l eponge et de tout faire pour maintenir la cohésion et l equilibre de notre famille. Mais c est tres dur. Particulièrement parce qu au-delà de la pathologie il y a également une nature fragile et peu courageuse. Un manque d education et d apprentissage de valeurs.

Tout dépendra d elle et de sa volonté de faire tous les efforts possible pour s en sortir et pour tenter de compenser tout ce qu elle a fait par de l amour et du courage.

A l impossible nul n est tenu et je ne pourrais pas tout tenir a bout de bras indéfiniment si ce n est a mettre en danger ma propre santé (qui en a quand même déjà pris un sacré coup avec 25 kg perdus et la prise d une quantité incroyable de médicaments alors que j y suis totalement réfractaire)

Merci beaucoup en tous les cas pour votre témoignage plein de sensibilité et de compassion.

Bonne journée à vous et bon courage dans votre combat


RéponseCiter
Gigap_1971
(@gigap_1971)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 9
Topic starter  
Posté par: @patdub

@gigap_1971 Voici mon parcours : Bonjour, J’ai été diagnostiqué Bipolaire (on ne dit plus maniaco-dépressif car le mot maniaco fait peur) à l’âge de 40 ans à la suite d’un Burn-Out chez Microsoft Europe où je travaillais. A l’époque je voyageais beaucoup, dormais peu et passais la plupart de mon temps à travailler. Un très bon ami collègue à l’époque Claude m’a aidé et soutenu mais j’ai fini par perdre mon travail pour incompétence. Il est vrai que cette maladie impacte l’efficacité professionnelle, qu’elle peut surprendre et dérouter. Elle n’est pas bien comprise. J’ai été hospitalisé 3 fois. J’ai rencontré de nombreux psychanalystes plus ou moins compétent. J’ai aussi été totalement abruti pendant deux années entières fortement drogué au Depakote. On a essayé différent médicament : le fameux Lithium, mais il me donne du diabète insipide néphrogénique (un problème rénal très sérieux), le Lamictal, mais il me donne des brulures au troisième degré, etc. J’ai fini par prendre de l’Abilify. Ce médicament était efficace, mais il créer un sérieux ralentissement cognitif, fait prendre du poids (donne faim et fait prendre du poids), et je dormais vraiment beaucoup. J’ai suivi l’année dernière un stage de psychoéducation au centre expert bipolaire de l’hôpital du Chesnay. Un médecin et une infirmière spécialisés dans pathologie nous ont expliquer en long et en large comme à d’autre professionnels cette maladie. Cela a duré 3 mois à raison d’une séance d’une heure trente par semaine. J’ai beaucoup appris que le taux de suicide chez les bipolaires était de 15% mais aussi que la décision de prendre des médicaments était la mienne. J’ai décidé il y a 3 mois d’arrêter mes médicaments. J’ai la chance d’avoir une famille stable, une femme extraordinaire, un travail stable où un ami fidèle Stanislas m’a accueilli malgré ma maladie. Je n’ai jamais eu de pulsion de suicide, même au plus profond de la dépression. Quand on est sur une phase haute, c’est exhalant, excitant, fabuleux. On est efficace, survolté, on dort peu, on est capable de tout. Tout vous parait possible et l’est parfois. On a une énergie débordante. On produit beaucoup. On se sent bien. On parle beaucoup et trop vite. On a peur de rien. On est exigeant avec les autres. Bien trop. On s’énerve vite. Et le pire, c’est qu’on ne comprend pas qu’on est dans cet état et on ne l’accepte pas si on vous le dit. Mais on finit toujours par retomber. La souffrance psychique en dépression est elle très difficile, bien pire que la souffrance physique. On ne pense pas pouvoir s’en sortir. Impossible de se lever du lit. C’est assez dur. Cette maladie a fait souffrir mon entourage, ma femme, ma famille, mes enfants, etc. Je n’ai pas eu la carrière que j’aurai voulue. Je n’ai pas pu financer les études de mes enfants. Mais je ne suis pas malheureux. J’aurai pu avoir un cancer jeune et en mourir. Et puis j’ai été bien entouré. Je l’ai de façon modérée, en comparaison avec des personnes que j’ai pu rencontrer lors de groupe de discussions de personnes affectées par cette maladie. Pour l’instant ça tient sans médicaments. J’espère que ça continuera à tenir.

Merci pour votre témoignage et votre sincérité.  

Votre courage me donne de la force. Etre conjoint de quelqu'un de malade c est tellement compliqué. On ne comprend pas cette maladie. On ne peut mesurer son impact sur le quotidien et l emprise qu elle peut avoir. On ne peut que prendre les conséquences de ce que la pathologie génère et essayer de faire la part des choses.  Mais le côté sournois et invisible de la bipolarité rend les choses très difficiles à vivre.

Merci en tous les cas pour votre soutiens


RéponseCiter
patdub
(@patdub)
Mini Bipo
Joined: 8 months ago
Msg: 12
 

@gigap_1971

J'ai bien conscience que c'est parfois épouvantable pour les conjoints. On vous fait énormément souffrir et en phase dépressive on est un poids et culpabilise à mort, à juste titre d'ailleurs, mais c'est dur. Sans le soutien des conjoints on sombrerait complètement. C'est néanmoins effectivement dur de pardonner. Quand on revient à un état normal, on est normalement reconnaissant. Mais pas dans les phases hautes et basses.

Bon courage. N'hésitez pas à voir un psy vous-même. C'est une épreuve très dur pour vous et ils peuvent vous conseiller, vous accompagner.

Patrick


RéponseCiter
Page 1 / 2

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Changez de Mutuelle quand vous le souhaitez !