Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Divorcer d'une conjointe schizo-affective de type bipolaire  

 

conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
5 février 2020 14 h 10 min  

tl;dr "Mariés depuis 12 ans, conjointe schizo-affective de type bipolaire depuis 7 ans, j'ai envie de divorcer"

Bonjour,

Je suis nouveau dans le coin, même si j'ai, à plusieurs reprises, navigué sur ce forum ou des forums similaires pour prendre la température et des conseils ponctuels.
Je ne sais pas de quoi j'ai besoin, déjà d'être écouté par des personnes "du domaine", et certainement d'être conforté (ou non) dans ma prise de décision.
Je connais ma femme depuis 20 ans, on a commencé à se fréquenter 1 an plus tard, mariés après 6 ans de fréquentation, elle a été diagnostiquée schizo-affective de type bipolaire 6 ans après le mariage, et "acceptation" de la maladie après 4 ans et 5 hospitalisations à ma demande.
A la première crise, notre fils avait 4,5 ans et notre fille 8 mois. En 12 ans de mariage, elle n'a travaillé qu'environ 3 ans (4 grand max). Voilà, le décor est planté. 
Absolument tout repose sur mes épaules (finances, éducation - équilibre émotionnel et affectif des enfants, organisation des vacances, dossiers d'inscription, etc.). Depuis près de 7 ans, elle est majoritairement léthargique, avec des phases de délires / maniaques de 2-3 mois avant chaque hospitalisation et une phase maniaque de près de 6 mois (mauvais traitement ?) entre deux hospitalisations (juste avant la dernière dernière rechute), qui était très éprouvante pour moi ainsi que pour les enfants d'ailleurs.
Elle est profondément orgueilleuse, prétentieuse imbus d'elle même. Juste à titre d'exemple, elle a passé un entretien dernièrement. Elle n'a pas été prise, et pense que c'est parce qu'elle a fait peur au recruteur par ce qu'elle été trop douée. Soit disant, les gens n'aimant pas avoir des personnes plus doués qu'eux dans leurs équipes -_- ...
Personnellement, mes sentiments pour elle sont partis il y a 4 ans quand, après avoir lutté physiquement et psychologiquement pendant 2.5 années de sa maladie à tout équilibrer et tout gérer, elle me dit, en me regardant droit dans les yeux : "Mais qu'as-tu réellement fait pour moi pendant toutes ces années", alors que j'étais en train de préparer ses valises pour qu'elle parte en vacances. Sous entendu que je n'avais jamais rien fait. Pour information, je suis plus âgé qu'elle, et c'est moi qui depuis toujours, prends quasiment tout à ma charge, même quand nous étions étudiants. Je l'ai soutenu dans ses choix de formation, dans ses recherches de stages et de jobs (je lui ai trouvé son premier stage d'ailleurs). Etant consultant indépendant, je sais ce que c'est que de chercher du travail, mais mes conseils ne semblent pas l'intéresser. Elle préfère se morfondre sur son sort et dire qu'elle ne trouve pas de travaille plutôt que de chercher à appliquer mes conseils. A plusieurs reprises, elle a mis sur le dos des enfants, et devant eux, qu'ils sont la raison de son échec professionnel.
Mes sentiments étant partis, je ne voulais pas l'accepter. J'ai pris sur moi de pallier en espérant qu'avec une évolution positive de sa part, mes sentiments reviendraient. 4 ans plus tard, j'ai l'impression que rien n'a bougé. Elle est à peu près stabilisé d'un point de vue "extrême", mais au quotidien, cela reste très compliqué. Elle est imprévisible dans ses paroles, ses réactions. Avec le traitement, elle a pris beaucoup de poids, mais continue de s'habiller comme avant, avec son ventre qui sort de ses T-shirts 90% du temps. C'est pas faute de lui faire remarquer, aussi bien gentiment, que moins gentiment, qu'en lui demandant de penser à elle, ou à nous, ou aux enfants... Elle ne sait pas gérer ses menstruations non plus et nous fait partager tous les désagréments qui peuvent aller avec... Elle a un (des ?) fibrome qu'elle n'a pas voulu soigner, je vous laisse imaginer...
Elle manque cruellement de fibre maternelle. Son affection est assez égoïste avec les enfants : "fais-moi un bisou", "donne moi un câlin". Les enfants ne sont pas dupes et savent gérer dans les grandes lignes. Ils se portent très bien d'ailleurs, se débrouillent très bien à l'école, sont très sociables, calmes et équilibrés. J'ai su les préserver, autant que je pouvais tout du moins, des vagues des 7 dernières années. Mais je sens une crispation ponctuellement dans leur réaction maintenant.
Je suis très distant avec elle depuis quelques temps, mais elle préfère ne pas le voir et faire comme si de rien n'était. Je n'ai plus de plaisir à être dans sa présence, d'être proche d'elle. Malgré tous les efforts, mon abnégation, ma patience et ma persévérance, je pense que la maladie n'explique pas tout et qu'elle a un réel problème de fond qui ne sera peut-être jamais réglé. Aujourd'hui, las, j'accepte de passer au stade du divorce, ce que j'ai refusé pendant très longtemps, tant que je n'avais pas tout essayé. Devant la stagnation totale, je vais avancer sur le sujet de la séparation, avec une certaine peine et un certain chagrin, mais physiquement, moralement et émotionnellement, je crois que j'ai tout donné. 
Je m'inquiète pour la garde des enfants. Je n'ai pas envie de la couper, ce qui aggraverait la situation. Mais j'ai dû mal à croire qu'elle saurait bien s'en occuper, et qu'ils s'épanouissent avec elle. C'est auprès de moi qu'ils trouvent refuge, c'est moi qu'ils appellent la nuit quand il y a un souci. Quand je suis à la maison, ils sont quasiment toujours dans la pièce dans laquelle je suis. Je pense pouvoir obtenir la résidence principale, mais j'ai peur des conséquences sur son état à elle... 
J'ai été à la fois long, mais aussi très succinct, vue tout ce que j'aurais encore à ajouter !
Si vous avez des avis, des conseils, des retours d'expérience, je suis preneur.


Citer
elo
 elo
(@malette)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 2580
5 février 2020 14 h 40 min  

Salut! 

Si tu n'as plus de sentiments je pense que tu fais le bon choix. Tu es le roc de tes enfants alors tu en auras surement la garde. Quand elle ne t'en préoccupe pas pour l'instant. Pense a tes enfants surtout, tu verra apres la séparation comment tu feras. Peut etre qu'elle pourra venir les voir en ta présence si les laisser seuls avec elle te fais peur.

En tout cas il faut aussi que tu te préserve toi et tes enfants alors bon courage!


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@modocool)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2246
5 février 2020 16 h 05 min  

@conjointdunebipo

Bonjour et bienvenue,

Il arrive parfois qu'un des deux parents se repose entièrement sur l'autre pour toutes les démarches et tâches, qu'elles qu'elles soient. Et parfois, c'est parce que l'un des parents en a donné l'habitude à l'autre. Donc peut-être que votre femme a l'habitude que vous fassiez tout ?

Vous avez sûrement traversé beaucoup de moments difficiles, et j'en suis désolée pour vous. Mais à vous lire, je ne peux pas m'empêcher d'avoir beaucoup de peine pour votre femme, qui, peut-être, à cause d'un traitement inadapté, ne se conduit pas comme il faudrait avec vous et vos enfants, et a parfois des propos étranges.

Avez vous déjà consulté ensemble son psy pour parler de tout ça ?

De toute façon, si vous ne l'aimez plus, je suppose que vous prenez la meilleure décision.

Et bien sûr que votre femme va mal le vivre, et bien sûr que vous allez culpabiliser. Mais vous devez pensez à votre bonheur et celui de vos enfants. Si vous divorcez, vous resterez liés à votre femme par vos enfants et pourrez resté un ami sur qui elle peut compter.

Bon courage.


RéponseCiter
conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
5 février 2020 16 h 46 min  
Posté par: @malette

Salut! 

Si tu n'as plus de sentiments je pense que tu fais le bon choix. Tu es le roc de tes enfants alors tu en auras surement la garde. Quand elle ne t'en préoccupe pas pour l'instant. Pense a tes enfants surtout, tu verra apres la séparation comment tu feras. Peut etre qu'elle pourra venir les voir en ta présence si les laisser seuls avec elle te fais peur.

En tout cas il faut aussi que tu te préserve toi et tes enfants alors bon courage!

Justement, j'essaie de penser à mes enfants, mais je n'arrive pas à savoir quel est le meilleur : (i) Les laisser en présence de leur maman, même avec des difficultés ou (ii) ne les laisser que parfois avec leur maman.
En sachant que dans le (i), je dois gérer les sauts d'humeur et autre joyeuseries de la pathologie et les en préserver.
Et dans le (ii), je ne maîtrise absolument pas les conséquences sur sa santé physique et mentale. 

Posté par: @Nath

@conjointdunebipo

Bonjour et bienvenue,

Il arrive parfois qu'un des deux parents se repose entièrement sur l'autre pour toutes les démarches et tâches, qu'elles qu'elles soient. Et parfois, c'est parce que l'un des parents en a donné l'habitude à l'autre. Donc peut-être que votre femme a l'habitude que vous fassiez tout ?

Vous avez sûrement traversé beaucoup de moments difficiles, et j'en suis désolée pour vous. Mais à vous lire, je ne peux pas m'empêcher d'avoir beaucoup de peine pour votre femme, qui, peut-être, à cause d'un traitement inadapté, ne se conduit pas comme il faudrait avec vous et vos enfants, et a parfois des propos étranges.

Avez vous déjà consulté ensemble son psy pour parler de tout ça ?

De toute façon, si vous ne l'aimez plus, je suppose que vous prenez la meilleure décision.

Et bien sûr que votre femme va mal le vivre, et bien sûr que vous allez culpabiliser. Mais vous devez pensez à votre bonheur et celui de vos enfants. Si vous divorcez, vous resterez liés à votre femme par vos enfants et pourrez resté un ami sur qui elle peut compter.

Bon courage.

Dans notre cas à vrai dire, elle était celle qui était dynamique dans les démarches, mais j'étais au courant de tout globalement. Maintenant, elle ne fait quasiment plus rien en ce qui concerne l'administratif, et ça ne semble pas la préoccuper plus que ça. Aussi, jusqu'à il y a 3 mois, c'est moi qui passais l'aspirateur, faisais les lessives, rangeais / nettoyais la cuisine 80% du temps, faisais à manger 75% du temps, faisais une bonne partie des courses, emmenais les enfants à leurs activités, jouais avec eux, passais du temps avec eux, etc. 

J'ai beaucoup de peine pour elle aussi. Je ne fais pas ça de gaieté de coeur. Mais en dehors de la pathologie, j'ai le sentiment qu'elle se complaît dans cette situation d'une part (mode "princesse"), et je n'ai pas le sentiment qu'elle prenne la mesure de tout ce qui est et a été fait pour elle d'autre part. Il y a une dose d'ingratitude et un côté arrogant qui sont très préjudiciables dans une relation de couple. Et malheureusement, j'ai peur que le côté arrogant soit un trait profond de sa personnalité, qui ne partira jamais. 
Je pense que je pourrais vivre avec des "défaillances" si de réels efforts de compréhension et d'acceptation des conseils étaient faits et si elle me respectait un peu plus.

De plus, sa famille est très peu impliquée dans le process. Après m'avoir craché dessus les 3-4 premières années, ils ont fini par comprendre la réalité de la situation (elle a fait une crise chez eux). Mais malgré cette compréhension, il semblerait que c'est la politique de l'autruche qui l'emporte. 

Si on m'avait dit il y a 10 ans que je me poserai cette question aujourd'hui, jamais je ne l'aurai cru...


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@modocool)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2246
5 février 2020 17 h 20 min  

@conjointdunebipo

Si c'est votre femme qui faisait toutes les démarches, il n'est donc pas normal qu'elle ne le fasse plus.

Quant à : "Aussi, jusqu'à il y a 3 mois, c'est moi qui passais l'aspirateur, faisais les lessives, rangeais / nettoyais la cuisine 80% du temps, faisais à manger 75% du temps, faisais une bonne partie des courses, emmenais les enfants à leurs activités, jouais avec eux, passais du temps avec eux, etc. " Je fais ça moi même toute seule pour 4 enfants à 100 %, ça ne me parait pas extraordinaire 😉 

"elle se complaît dans cette situation d'une part (mode "princesse"), et je n'ai pas le sentiment qu'elle prenne la mesure de tout ce qui est et a été fait pour elle d'autre part. Il y a une dose d'ingratitude et un côté arrogant qui sont très préjudiciables dans une relation de couple" Vous ne dites pas si vous avez consulté ensemble son psy pour parler de tout ça ?

"J'ai peur que le côté arrogant soit un trait profond de sa personnalité, qui ne partira jamais" Comment pouvez-vous savoir que ce n'est pas à cause de sa maladie qui ne serait pas correctement soignée ? Vous l'avez toujours connue arrogante ?

"mais continue de s'habiller comme avant, avec son ventre qui sort de ses T-shirts 90% du temps. C'est pas faute de lui faire remarquer, aussi bien gentiment, que moins gentiment, qu'en lui demandant de penser à elle, ou à nous, ou aux enfants... Elle ne sait pas gérer ses menstruations non plus et nous fait partager tous les désagréments qui peuvent aller avec" A t elle toujours été aussi "négligente" ? Est-ce que ça ne dénote pas un mal-être dont il faudrait parler avec un professionnel de la santé ?

En tout cas, personne ici ne vous répondra que votre femme a l'air d'être horrible à vivre et que vous avez raison de divorcer 😉 

Si vous ne l'aimez plus et que vous considérez avoir tout fait pour qu'elle aille mieux, vous devez prendre seul votre décision.

Bon courage.


RéponseCiter
conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
5 février 2020 17 h 40 min  

"Si c'est votre femme qui faisait toutes les démarches, il n'est donc pas normal qu'elle ne le fasse plus.
C'est ce qui me chagrine...

"Je fais ça moi même toute seule pour 4 enfants à 100 %, ça ne me parait pas extraordinaire"
Ce n'est pas le côté extraordinaire ou pas que je le fasse qui était important. C'est le fait d'être 2 à devoir se préoccuper de se genre de choses, mais qu'un seul ne se sente concerné.

"Vous ne dites pas si vous avez consulté ensemble son psy pour parler de tout ça ?"
Elle suit son traitement et voit un psy une fois par mois. L'année dernière nous avons vu son nouveau psy ensemble, parce que je voulais le rencontrer (nous avons déménagé il y a 18 mois). Nous avons pas mal discuté avec lui et il a compris qu'elle ne lui disait pas toute la vérité. L'équipe médicale a compris qu'il y avait un problème de fond et elle a essayé de l'inscrire à des activités de l'hôpital de jour, activités auxquelles elle ne participe que de temps en temps. Nous avons aussi vu une psy spécialiste en TCC, mais ça n'a pas donné de résultats probants et nous avons également rencontré une personne spécialisée en relations conjugales. Il y a eu quelques changement depuis, mais nous allons certainement la revoir prochainement.

"Comment pouvez-vous savoir que ce n'est pas à cause de sa maladie qui ne serait pas correctement soignée ? Vous l'avez toujours connue arrogante ?"
Depuis 20 ans que je la connais, elle n'a jamais accepté les conseils et les reproches. Ce trait de caractère a, je pense, toujours été présent, mais pas aussi fortement que maintenant. Peut-être que la maladie était déjà latente, mais malgré de très nombreuses discussions à ce sujet, aucune évolution positive ne semble être constatée aujourd'hui à ce niveau là.
J'ai personnellement du mal à croire que la maladie est responsable de tout, mais je peux me tromper.

"A t elle toujours été aussi "négligente" ? Est-ce que ça ne dénote pas un mal-être dont il faudrait parler avec un professionnel de la santé ?"
Elle n'a pas toujours été comme ça effectivement. Mais cela fait plus de 4 ans que ce problème a été remonté à divers interlocuteurs du monde médical qui ont abordé le sujet avec elle. Je ne sais plus quoi en penser.

"En tout cas, personne ici ne vous répondra que votre femme a l'air d'être horrible à vivre et que vous avez raison de divorcer"
Je sais bien, et heureusement d'ailleurs. C'est comme si j'avais besoin de me convaincre que je prenais la bonne décision... C'est un exercice difficile de rester lucide après tant d'années d'efforts pour se rendre compte qu'il y a si peu de, voire aucun, résultats positifs.

"Si vous ne l'aimez plus et que vous considérez avoir tout fait pour qu'elle aille mieux, vous devez prendre seul votre décision."
A mon avis, vous voyez juste. Je pense effectivement que j'aimerai pouvoir me déresponsabiliser de cette décision que je suis le seul à pouvoir prendre et assumer.

Merci en tout cas pour le temps pris pour la lecture et les conseils partagés.


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2507
5 février 2020 19 h 15 min  

 conjointdunebipo, Bonsoir, 

 Si vous dites qu'elle ne dit pas toujours la vérité , se pourrait il qu'elle vous mente sur la prise de son traitement ?

Parce que c'est vrai, avec un bon traitement, elle ne devrait pas avoir cette réaction . Par exemple , mon mari qui est à la retraite, s'occupe aussi des tâches ménagères pendant que je travaille comme indépendante, mais je lui en suis gré ; Sans traitement,je trouvais ça tout normal . 

Je suis d'accord avec nath, la prise de décision vous incombe, et ici, on est tous malades ou conjoints de malade, on ne peut pas prendre position, on connait trop la maladie . Bon courage .


RéponseCiter
conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
6 février 2020 8 h 43 min  

"Si vous dites qu'elle ne dit pas toujours la vérité , se pourrait il qu'elle vous mente sur la prise de son traitement ?"
Je ne pense pas. C'est une injection retard prise une fois par mois, et elle sait que si elle ne prends pas, elle va partir rapidement en cacahuètes. Peut-être que le traitement n'est pas approprié effectivement. Mais le médecin semblait dire qu'il y a une part due à sa propre personnalité sur laquelle elle doit travailler et ne pas tout mettre sur le dos de la maladie... Difficile de faire la part des choses.

"Par exemple , mon mari qui est à la retraite, s'occupe aussi des tâches ménagères pendant que je travaille comme indépendante, mais je lui en suis gré ; Sans traitement,je trouvais ça tout normal."
Personnellement, je me suis occupé de tout (littéralement) pendant plusieurs années et pendant que je travaillais à plein temps à côté, et qu'elle restait à la maison toute la journée, et elle ne trouvait pas anormal qu'elle ne fasse rien. 
Pendant notre déménagement il y a 18 mois, je me suis occupé de trouver la maison, d'organiser les visites, de négocier le prêt, d'interagir avec toutes les parties concernées. Pendant le déménagement même, elle a passé 3 jours dans son lit pendant que je m'activais avec 2-3 personnes venues nous aider pour tout préparer, ranger, démonter, mettre en carton, etc. Ce n'est que le dernier jour qu'elle s'est sentie un peu concernée. 

Ce que je veux dire, c'est que ça a été des années vraiment très rudes à tous les niveaux. Et lorsqu'après 5-6 ans de gestion, d'encouragement, de soutien, d'espérance, je lui dis que je suis épuisé, elle me demande "Pourquoi ? C'est pas normal, tu dois aller voir un médecin pour voir si tu n'as pas un problème..."
En Octobre je lui ai évoqué la possibilité d'une séparation. C'est là que nous avons été voir une conseillère conjugale. Après le premier rendez-vous, ma femme ne cessait de me demander si j'allais mieux, si je me sentais mieux et si ça m'a été utile. Elle balaye complètement toute idée l'incluant dans le process...

Je me sens démuni, j'ai l'impression d'avoir tout essayé, sa famille a fait ce qu'elle a pu, j'ai l'impression que le corps médical fait son job, et pourtant, la pathologie est toujours latente au quotidien, et je ne vois plus d'issue...

"Je suis d'accord avec @nath, la prise de décision vous incombe, et ici, on est tous malades ou conjoints de malade, on ne peut pas prendre position, on connait trop la maladie."
Qu'entendez-vous @ver00 par "on connait trop la maladie" ?


RéponseCiter
conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
6 février 2020 9 h 55 min  

En fait, mon problème principal est le fait que ma femme est dans le déni de sa propre capacité à s'extraire de sa situation, ou en tout cas, de sa capacité à en prendre le chemin.
Elle n'est plus dans le déni de sa pathologie, ce qui est déjà bien.
Le problème, c'est que cette acception vaut pour excuse de la situation et de tous les travers qui vont avec. Grosso modo : "Je n'y peux rien, c'est la maladie, je n'ai pas choisi, c'est comme ça.-".
Non elle n'a pas choisi, je suis d'accord. Mais, je pense intimement et ça semble être conforté par des témoignages de bipolaires aussi, qu'elle doit opérer un travail sur elle-même pour ne pas être "atteinte" par les frustrations de la vie (échecs, erreurs, mauvais jugement, limites, capacités, etc.). Mais cet aspect là de sa personnalité, complètement exacerbé par les crises et la maladie, sont présents depuis que je la connais, et elle semble refuser ce travail sur elle-même, malgré une volonté de ma part depuis ces 19 années à l'amener à se détacher de cette "prison", accepter les conseils, accepter les erreurs, accepter les reproches, accepter de se remettre en question, voire d'être remise en question.
Elle est perfectionniste, mais ce perfectionnisme qui refuse toute critique, le perfectionnisme qui dit : "je l'ai fait, je l'ai même fait parfaitement, personne ne pourra rien me dire". Malheureusement, la vie n'est pas absolue, et encore moins dans le monde professionnel de la compta...


RéponseCiter
elo
 elo
(@malette)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 2580
6 février 2020 11 h 11 min  

De toute façon, si tu ne la supporte plus tu dois partir c'est pas bon ni pur toi ni pour les enfants.


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@modocool)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2246
6 février 2020 11 h 46 min  
Posté par: @malette

De toute façon, si tu ne la supporte plus tu dois partir c'est pas bon ni pur toi ni pour les enfants.

Oui, c'est vrai, mais avant de penser au divorce, dans ces cas là, ne peut-on pas  commencer par une simple séparation ? Parfois cela peut provoquer une prise de conscience.

C'est juste une question 😉 

 


RéponseCiter
conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
6 février 2020 12 h 16 min  
Posté par: @modocool
Posté par: @malette

De toute façon, si tu ne la supporte plus tu dois partir c'est pas bon ni pur toi ni pour les enfants.

Oui, c'est vrai, mais avant de penser au divorce, dans ces cas là, ne peut-on pas  commencer par une simple séparation ? Parfois cela peut provoquer une prise de conscience.

C'est juste une question 😉 

 

C'est aussi ce à quoi je pensais, mais j'avoue n'avoir aucune idée des démarches à effectuer à vrai dire.
C'est aussi un peu la raison pour laquelle je suis ici, essayer de prendre du recul, de relativiser et surtout trouver de nouvelles sources d'inspiration pour la/nous sortir de cette situation qui n'a que trop durée en l'état.

Etant mariés sous la communauté de biens, qu'elles sont les options pour se séparer sans que cela soit préjudiciable ni pour l'un ni pour l'autre en cas de divorce par la suite ?

Elle pensant que tout va bien, va certainement être réticente à pas mal de suggestions.
Comme je travaille, que le remboursement du prêt de la maison et toutes les dépenses en général, que l'assurance du prêt de la maison est à mon nom seul, que je suis encore le pilier du foyer pour mes enfants, celui qui leur procure une certaine stabilité affective et émotionnelle, si quelqu'un devait partir de la maison, je doute que je sois une option pertinente et favorable...
Lui prendre un logement pas loin de la maison ? Légalement comment ça se passe ? Financièrement, ça serait vraiment compliqué, mais si c'est une option avant une démarche de divorce définitive, c'est peut-être un moindre mal.

Je pensais aussi lui suggérer de rentrer chez ses parents un mois ou deux (ils habitent genre vraiment très loin). 
Mais l'ayant déjà fait quelques fois durant ces 3-4 dernières années, le bilan est généralement le même, et pas très bon. Je souffle pendant son absence, et les enfants aussi à leur niveau, même si je suis seul à les gérer, et ça se retends quand elle rentre... Elle reviens même généralement plus mal en point parce qu'elle a littéralement 0 activités lorsqu'elle va chez eux, elle passe son temps à dormir...

Si je me trompe, ou si vous avez des suggestions pertinentes, je suis vraiment intéressé. Je ne suis pas un méchant, j'ai essayé jusqu'à maintenant de tout faire pour l'aider à s'en sortir, nous aider à trouver une certaine stabilité, mais sans succès pour le moment.
Pour moi, le divorce est réellement l'ultime option.


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@modocool)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2246
6 février 2020 21 h 37 min  

Comme je l'ai déjà dit, vous seul savez ce qui est le mieux pour vous.

Bon courage.


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2507
6 février 2020 22 h 21 min  

 conjointdunebipo,

Bonsoir, "on connait trop la maladie " , dans le sens , que sans traitement approprié , c'est une vacherie ; On n'a pas trop envie de se bouger, en fait .

Je suis sure que vous avez fait tout votre possible, oui, l'option d'une séparation me semble intéressante, ça permettra à votre femme de réaliser tout ce que vous faites pour elle, et peut être de réagir pour vous garder ... Bon courage .


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@modocool)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2246
7 février 2020 17 h 51 min  
Posté par: @ver00

 conjointdunebipo,

" l'option d'une séparation me semble intéressante"

Oui, bah il fera comme il a décidé. De là, à dire à quelqu'un que ça semble intéressant qu'ils se séparent, sans les connaitre. Et même si on les connait, d'ailleurs 🙄  J'ai un peu de mal avec ça, moi 🤔 


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2507
8 février 2020 15 h 53 min  
Posté par: @modocool
Posté par: @ver00

 conjointdunebipo,

" l'option d'une séparation me semble intéressante"

Oui, bah il fera comme il a décidé. De là, à dire à quelqu'un que ça semble intéressant qu'ils se séparent, sans les connaitre. Et même si on les connait, d'ailleurs 🙄  J'ai un peu de mal avec ça, moi 🤔 

J'ai voulu dire ; " plus intéressant que la rupture " évidemment . Moi, je n'ai jamais pu me séparer de mon conjoint . Il fera ce qu'il veut et peut bien sur . 


RéponseCiter
conjointdunebipo
(@conjointdunebipo)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 10 mois
Msg: 7
10 février 2020 10 h 08 min  
Posté par: @ver00
Posté par: @modocool
Posté par: @ver00

 conjointdunebipo,

" l'option d'une séparation me semble intéressante"

Oui, bah il fera comme il a décidé. De là, à dire à quelqu'un que ça semble intéressant qu'ils se séparent, sans les connaitre. Et même si on les connait, d'ailleurs 🙄  J'ai un peu de mal avec ça, moi 🤔 

J'ai voulu dire ; " plus intéressant que la rupture " évidemment . Moi, je n'ai jamais pu me séparer de mon conjoint . Il fera ce qu'il veut et peut bien sur . 

Bonjour,
J'avais saisi la nuance, mais je comprends également la réaction de @Nath. De toute manière, je ne vais pas faire quelque chose parce qu'on me dit de le faire, mais parce que je vais estimer que c'est la meilleure chose à faire pour tout le monde. A moi de m'assurer de faire la meilleure estimation possible en prenant un maximum de renseignements.
J'ai un rendez-vous avec la conseillère conjugale demain, et je vais essayer de contacter / rencontrer l'UNAFAM également.
Merci en tout cas pour votre lecture et vos conseils.


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@modocool)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2246
10 février 2020 10 h 32 min  

 

Bonjour,
J'avais saisi la nuance, mais je comprends également la réaction de @Nath. De toute manière, je ne vais pas faire quelque chose parce qu'on me dit de le faire, mais parce que je vais estimer que c'est la meilleure chose à faire pour tout le monde. A moi de m'assurer de faire la meilleure estimation possible en prenant un maximum de renseignements.
J'ai un rendez-vous avec la conseillère conjugale demain, et je vais essayer de contacter / rencontrer l'UNAFAM également.
Merci en tout cas pour votre lecture et vos conseils.

Bravo, vous êtes un battant ! 😀  D'ailleurs, y'a plein de guerriers ici 😉 


RéponseCiter

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !