Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Mère malade  

 

Sandrine
(@fleurdhier)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2
17 juillet 2017 5 h 08 min  

Bonsoir,

Je m'appelle Sandrine j'ai 26ans et je viens à vous car j'ai besoin de partager avec quelqu'un à propos de ma maman.

Je pense que ma mère est bipolaire mais ne le sais pas ou alors est dans le dénis. Je me souviens pourtant que lorsque j'étais petite elle le disait elle même qu'elle était maniaco-depréssive mais elle m'avais expliquer cela autrement que comme de la bipolarité (j'avais 9-10ans à l'époque) selon elle cela signifiait qu'elles faisait des dépressions à répétition à cause de la mort de mon père.

Depuis toujours ma mère à eu des hauts et des bas, des phases de grandes dépressions, des phases de calmes et des phases très joyeuse ou peut de chose pouvait l'atteindre. Avec les années cela a empiré et notamment depuis mon adolescence (14ans) jusqu'à ce que je parte de la maison à 16ans et maintenant encore depuis des années ou je ne vie plus avec elle. 

Je m'inquiète beaucoup pour elle et en même temps je ne la supporte plus. Elle ne vit qu'à travers sa dépression et ses problèmes de santé incessants. Elle a des crises dépressive ou elle se sent abandonnées quoi que je fasse pour elle. Elle n'a pas d'ami et ne parle quasiment pas à sa famille, elle dit qu'elle n'a que moi mais me fait vivre un enfer.

Ce qui m'inquiète le plus c'est qu'elle a des crises un peu violente et lorsqu'elle me raconte ce qui s'est passé tout est flou et incohérent et elle se perd dans ses explications.  Le dernier incident en date est avec son voisin, suite à une altercation verbale il aurait voulu lui tirer un coup de poing et elle aurait sorti un couteau pour le menacé. Puis elle s'est retrouvé au poste de police et maintenant au tribunal. Le voisin à porter plainte pour agression, elle l'aurait poignardé mais ma mère me dit que c'est un coup monté. Même la police serait dans le coup, son avocat aussi. 

Je ne sais plus quoi faire. Elle a faillit écrasé volontairement quelqu'un l'autre jour et elle me le raconte en se sentant dans son droit. Cette personne a  mit un coup de poing sur son capot de voiture alors qu'elle s'était arrêté un peu trop juste à un passage piéton ou il traversé avec sa femme. Résultat elle le poursuit et monte sur le trottoir pour lui rouler dessus. En plus habitant dans une cité, quartier hautement arabe, elle s'est mit à se sentir persécuté par eux.

La plupart du temps c'est ingérable, en plus elle est persuadé que tout le monde lui veux du mal. Elle se sent menacé sans raison et cherche toujours les embrouilles pour des raisons obscures. Elle est incohérente et incompréhensible.

Elle a de rare moment ou elle me dit que tout va mieux. Elle est pleine d'entrain et a de grand projet. La dernière fois elle s'est acheté un camping car pour pouvoir partir en vacance. Elle était tellement heureuse ça m'a fait plaisir de la voir comme ça. J'ai vraiment cru que ça lui ferait du bien et qu'elle allé retrouver gout à la vie mais ça n'a pas duré.

Elle voit un psychiatre depuis plusieurs mois, elle avait arrêté d'en voir un pendant plus d'un an après s'être disputé avec le précédent ( il lui aurait dit quelques chose de contrariant et lui aurait donné tord) j'ai fini par la convaincre d'en revoir un. C'est allé mieux pendant les premiers mois mais ça n'a pas duré.

Je suis désolée tout est un peu décousu mais je sature, je ne sais pas quoi faire avec elle, je ne me vois pas l'abandonnée à son sort mais j'ai l'impression de ne pas avoir de solution. 

Elle passe en procès l'année prochaine pour cette affaire d'agression. 

Elle mange peu mais refuse d'aller en clinique pour être aidé, elle a peur d'aller en psychiatrie donc je pense qu'au fond elle soit se rendre compte qu'elle est malade. 

Elle prend des antidépresseurs et/ou des anti-angoissants je crois et des gouttes pour dormir mais le traitement ne doit pas être adéquate si elle est bipolaire.

Comment savoir ? Que faire ?

Aider moi je vous en prie. 


Samy et Marc ☀️ ont aimé
Citer
Marc ☀️
(@marco314)
Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 32
17 juillet 2017 21 h 20 min  

Bonjour Sandrine,

Tu es très claire dans tes explications, absolument pas décousue.
Ce que tu racontes des attitudes de ta maman n'est effectivement pas dans la norme, attitudes dangereuses, par contre savoir si c'est précisement bipolaire (=magnaco dépressif), seul un psychiatre pourrait vraiment le confirmer.
Si elle ne veux pas voir un psychiatre ou une clinique, cela va être difficile.
As tu encore tes grands parents ? Ils pourraient avoir l'autorité naturelle pour la convaincre de consulter.
Comme tu es de sa famille, tu pourrais aller voir ton/son médecin de famille ou son ancien psychiatre qui la suivait, lui expliquer et lui demander conseils, pour raison de mise en danger d'elle même et d'autrui (voisin avec couteau / tentative d'ecraser un passant).
L'hospitalisation d'office, c'est faisable, à ta demande + ordonance d'un médecin qui atteste que ta mère n'est plus en capacité de décider pour elle meme, mais c'est pas facile et traumatisant pour ta mere.
Tu peux aussi étoffer le texte que tu nous a écris, le lui donner, en finissant en lui disant que tu l'aimes et que tu as besoin qu'elle se soigne parce que tu t'inquietes...
Par contre, n'aie pas de culpabilité, j'ai l'impression que tu fais beaucoup. Tu ne peux pas tout régler, tu ne peux pas prendre sur toi les agissements de ta maman.

Courage.


RéponseCiter
Dom
 Dom
(@domtom)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 1
17 juillet 2017 23 h 08 min  

Bonjour à tous

Il  y a environ 10 ans ma mère qui vivait seule en province s'est volontairement rendue dans une clinique psychiatrique au moment de Noël, de peur de faire une bêtise.

Là elle a été diagnostiquée bipolaire de type 2 (si ma mémoire est bonne). Après quelques semaines de traitement nous l avons extraite de cette structure car nous la voyions dégringoler de jour en jour, ce qui nous a véritablement effrayés mon frère et moi. Nous avons décidé de la faire venir en région parisienne pour qu'elle soit moins seule. Depuis c'est essentiellement moi qui dois en permanence gérer les conflits. J ai appris à être beaucoup plus "lisse", à ne plus jamais me confier sur ma vie personnelle. Ma femme a elle aussi appris à arrondir les angles. Aujourd'hui ce sont mes enfants, de 13 et 15 ans, qui en font "les frais". Elle fait tout pour les voir souvent et en même temps ne supporte pas leur "manque d'éducation " (qui est bien sûr l'oeuvre de ma femme). Elle st jalouse de mes beaux parents qui sont 2 alors qu'elle est seule (n'étant prête à aucun compromis). Persuadée de tout savoir et de tout entendre, parce qu'en plus elle a été psychologue,  elle a forcément raison sur tout et ne supporte plus aucune réflexion ou aucun refus. En conclusion, j'en suis réduit à donner pour ne jamais recevoir,  et je ne sais comment mettre une distance salutaire entre elle et mes enfants qui osent à peine dire ce qu'ils pensent. Que me conseillez vous ? Inutile de préciser qu'elle a fait des années de psychanalyse, que j ai vu des psy aussi et suis même  passé par là psychiatrie tant je ne gérait pas toute la pression. Mais aujourd'hui j'ai peur de dire, à nouveau, amen à tout et de reperdre pied si je ne ménage pas mes défenses. Je précise qu'elle a bientôt 75 ans, et a décidé d'arrêter fin 2016 les anti dépresseurs sur les conseils de son médecin (qu'elle a quitté depuis) et que depuis elle est à nouveau hypersensible, et toujours prête à dire ou à sous entendre du mal sur les gens et sur toys ceux qui ont "fait de sa vie un gâchis". Bref, du lourd...

Merci de vos conseils avisés, si tant est qu'on puisse en donner, pour tenir et se protéger. 

Dom

 

 


RéponseCiter
Sandrine
(@fleurdhier)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2
18 juillet 2017 3 h 17 min  

Merci Marc pour ta réponse. Malheureusement je n'ai plus grand monde dans ma famille. Mon père est mort à ma naissance et je n'ai aucun lien avec sa famille, du côté de ma mère mon grand-père est mort et ma grand mère en maison de retraite atteinte d'Alzheimer. Pas de frère et sœur et mes oncles et tantes on depuis longtemps coupé les ponts avec elle. 

Le soucis c'est qu'elle voit un psychiatre et son généraliste très régulièrement mais elle est une autre personne devant eux, je l'ai accompagné parfois à ses RDV et c'est hallucinant à quel point c'est une autre personne. 

J'ai déjà pensé à en parler au généraliste pour la faire hospitaliser de force mais elle ne me le pardonnerait pas et pire que cela ça la tuerait ou elle se tuerait et elle me l'a déjà dit.  Pour elle le problème c'est les autres qui sont méchants et qui lui veulent du mal. Elle se sent persécuté en permanence, je n'arrive même pas à savoir ce qui est vrai dans tout cela. Elle se reconnait dépressive mais tout autre problème c'est les autres qui mentent ou moi qui imagine des choses exprès contre elle parce que je suis manipulé par ma belle famille. Elle est jalouse que je sois heureuse avec mes beau-parents et fait tout pour s'embrouiller avec eux, mais là encore ce n'est pas sa faute ce sont les autres qui ne la comprennent pas.

Je n'arrive même plus à savoir ce qui est le mieux pour elle.

J'ai souvent envie de déménager à l'autre bout du monde et de la laisser tomber, ne plus jamais lui donner de nouvelle et la laisser vivre ses délires sans me gâcher la vie. 

Si je lui parle d'hospitalisation (peut importe la raison) cela provoque des crises, de la colère, l'horreur des mots et les coups. 

Je ne sais pas ce qu'elle raconte à son psychiatre ni ce qui lui dit mais elle à l'art de déformer les propos et d'embrouiller les gens. Même face à ses incohérences elle est impossible à raisonner si je lui donne tord elle s'énerve sur moi et si je lui le lui prouve c'est moi qui suit folle, qui entend des voies ou autre en fonction de l'humeur. 

Je crois même que parfois elle a des hallucinations. Une fois au téléphone alors que j'étais seule chez moi on se parlait. Je lui ai dit quelque chose qui ne lui as pas plut et je n'étais pas d'accord avec elle, et bien elle a accusé mon compagnon d'être entrain de me dicter quoi lui dire exprès pour nous brouiller. J'avais beau lui dire que j'étais seule elle ne me croyait pas puisqu'elle l'entendais à côté de moi, elle l'entendait me parler. Dans l'énervement j'ai manqué de tact et lui est dit qu'elle était folle et hallucinait. Elle s'est encore plus énervé en me disant que je la prenais pour une conne et qu'elle l'entendait donc je mentais. 

Aucune discussion n'est possible avec elle. Elle a toujours raison et quoi qu'elle dise elle finit par trouver des justifications cohérentes, ou non, qui sont censé légitimer ses paroles et ses actes aux yeux de tous et ceux qui la remette en doute sont des imbéciles. 

Vous pensez que je peux aller voir son psychiatre pour parler d'elle ? Il n'y a pas une histoire de secret professionnel ? 

Et si il lui dit que je suis aller le voir je vais en prendre encore plus plein la gueule  ...

Et comment faire si elle ment à son psychiatre ?

J'ai l'impression d'être au bout de mes forces. J'anticipe le prochain échange avec ma mère. Si je reste 1-2 jour sans l'avoir au téléphone c'est le bout du monde et si je ne répond pas a ses SMS c'est une crise à la clé.

Mais je n'ai plus de patience pour elle. Je vais aller voir une psy cette semaine si possible pour discuter. Si je n'avais pas mon compagnon j'aurais mit fin à tout ça pour ne plus l'endurer c'est devenu trop lourd à porter je crois qu'elle me détruit.

 

 


RéponseCiter
Vivi
 Vivi
(@orvilo22)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 3
21 juillet 2017 3 h 58 min  

Bonsoir à tous , je viens de rejoindre ce forum car je pense que ma mère est bipolaire. J ai lu avec beaucoup d attention et d émotion vos témoignages, et en effet je retrouve dans certains comportements de ma mère des similitudes avec vos proches.

le problème pour moi aujourd'hui  est que je voudrais l aider à se soigner mais je ne sais pas du tout comment m'y prendre, sachant que j ai 35 ans et une famille, ( que je veux bien sûr préserver) que j habite à plus d une centaine de km d elle ( la distance m a aidé il y a 17 ans à prendre du recul sur notre relation mère-fille un peu particulière, et j'ai au fur et à mesure des années pu voir qu elle soufrait d une drôle de maladie dont je ne comprend pas toujours le fonctionnement).

elle vit seule avec ma dernière petite sœur qui va avoir 16 ans ( nous sommes 5 enfants !), tous les autres sont partis de la maison ( mais eux n'ont pas dépasser les 30 km). Cette maladie est un vrai secret de polichinelles dans la famille, nous savons tous qu elle ne va pas bien, qu elle souffre et le pire c est que cela nous fait du mal aussi. Mais nous n agissons pas. Je suis la seule à avoir prononcé pour la première fois le mot bipolaire pour parler de la maladie de ma mère . Ce mot est tabou.

j aimerai savoir comment faire pour lui en parler sans que cela provoque une réaction cyclonique de sa part ( menace de suicide ou gestes très violents, insultes...etc), lui expliquer qu on peut l aider qu il y a des solutions. 

surtout quelles démarches je peux (dois) faire: voir une assistante sociale, son médecin , un psy? Comment dois je réagir face à elle?

je suis lassée de me taire et de faire toujours semblant que tout aille bien, de prendre sur moi. Les années passent et je n ai plus envie de supporter tout ça et de la voir continuer à s enfoncer dans la maladie, elle est en train de se tuer à petit feu! Et je me sens impuissante. Ça me ravage de l intérieur , il y a des nuits comme cette nuit où je n en dors pas quand je me met à penser à ça. Mais j ai peur de mal faire et de provoquer l'irréparable... C est ma mère et je l aime malgré ce défaut.

vous l aurez compris je suis preneuse de tous vos conseils, ils seront précieux pour moi!

 

 

 


RéponseCiter
Denis
(@denis)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 4
21 juillet 2017 10 h 07 min  

Bonjour,

Bipolaire moi-même, avec deux enfants de 23 & 25 ans dont la maladie m'a séparé, je ne peux que comprendre votre position.

Il est à savoir que bien souvent, un malade ignore qu'il l'est !

Puis, s'il est informé, il est dans le "déni". Pas facile d'avouer être atteint d'une maladie mentale...

Il y a bien sûr le terrain génétique, les évènements familiaux vécus, l'environnement de vie, professionnel, les habitudes de vie, Etc.

Il est à noter que les bipolaires sont bien souvent de véritables insomniaques.

Trouble du sommeil, trouble bipolaire : il n'y a qu'un pas.

Aussi, je dirai par expérience, que la fatigue, le manque de sommeil constitue une porte d'entrée à la maladie.

Alors, avant d'étudier toute autre piste, déjà aborder les problèmes de sommeil non réparateur peut être plus aisé pour aborder cette pathologie complexe.

Si votre mère dort mal, lui suggérer un somnifère par exemple pour qu'elle ait de vrais nuits réparatrices, me semble judicieux.

Il est si commun d'avoir des problèmes de sommeil, que cela peut toucher tout le monde. Une façon d'amener la personne qui souffre, parfois sans s'en rendre compte, de mieux vivre ses nuits, donc ses journées.

Pour ne pas sombrer de "déni" à... "démuni".

Voici ma contribution.

D'insomnies récurrentes au départ, mon mal a évolué en burn-out, puis bipolarité.

Humainement.

 


RéponseCiter
Vivi
 Vivi
(@orvilo22)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 3
21 juillet 2017 16 h 02 min  

Merci pour votre message Denis.

c est vrai que ma mère passe souvent ses nuits devant la télé ou son ordinateur portable à faire des jeux et manger du chocolat (c est son addiction, sa drogue!). 

Il y a quelques années ma grand mère lui donnait ses propres somnifères (des Temesta je crois ) mais elle s en est servi plusieurs fois pour faire des TS, alors j ai un peu peur de lui faire reprendre ce genre de pilule.

je pense que sa maladie était sous jacente depuis qu elle est ado ( elle a fait sa 1ère TS à 12 ans je crois) et elle a cumulé plein de problèmes dans sa vie sans jamais avoir le soutien de ses parents ( elle est fille unique mais est persuadée que son père voulait un gars et donc ne l aimait pas). Elle a plongé progressivement dans des dépressions qui n ont sûrement jamais été prises au sérieux par quiconque et qu elle a aussi su cacher aux autres . Et  d'année en annee elle a sombré dans cette folie. Le pire c est que je pense qu elle s en rend compte et que c est encore pire pour elle car elle est très intelligente ( trop peut être?). Depuis quelques temps elle raconte des mensonges énormes j ai l impression qu'elle devient mythomane.

elle a encore la chance d avoir ses 5 enfants autour d elle mais je sens que petit à petit elle va se retrouver seule, et ça me fait craindre le pire. Moi la premiere j aime de moins en moins aller la voir, je me tape 1h45 de route et au bout de 5 min j ai déjà envie de partir (fuir). 

Je l ai invité à venir passer le week end prochain à la maison pour l annif de mon fils mais j angoisse déjà de savoir comment ça va se passer.

Est ce que vos enfants ont connaissance de votre problème de bipolarité ? Arrivez vous a en parler à des proches? Acceptez vous que vos proches vous en parle?

j espère de tout cœur que vous retrouverez des moments agréables avec vos enfants. Nos parents restent toujours nos parents , on souffre quand ils souffrent mais on ne sait pas toujours exprimer nos sentiments face à leur détresse. 

Bon courage à vous

nge


RéponseCiter
Vivi
 Vivi
(@orvilo22)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 3
31 août 2017 1 h 50 min  

Bonsoir

je reviens apres 1 mois de silence sur ce forum.

j ai eu besoin de prendre soin de moi...une petite dépression pour ne pas dire un début de burn out ! J ai repris le boulot mais je sens bien que ce n est pas encore ca! 

Ma mère est venue comme prévu aux 2 ans de mon fils, fin juillet. Elle a passé 2 jours à la maison et j ai eu du mal à cacher mon anxiété, en plus elle s arrange toujours pour venir chez moi avec un invité mystère , cette fois c était son filleul de 13 ans. Je suis sûre qu elle fait ca pour éviter que je  n'entre en conflit avec elle c est un peu son bouclier / son jocker. Ma meilleure amie (et marraine de mon fils) était la aussi, elle connaît bien ma mère mais ne l avait pas vu depuis la naissance de mon fils. Je l avais subtilement prévenue la veille de ne pas s étonner , premièrement de la couleur rose fluo des cheveux de ma mère et de sa tenue punk !et deuxièmement de mon comportement en sa présence : distante, froide , quelque peu agressive, et une certaine hyperactivité. 

Ma copine m a confirmé mon changement de comportement en présence de ma mère, dès que cette dernière s approche de moi , je trouve aussitôt quelque chose à faire pour la fuir. C est presque instinctif, je ne m'en rend plus compte...

bref l annif c est bien passé. Mais j avais hâte que ma mère s en aille. Car je n en peux plus de l entendre raconter ces histoires démentielles (en ce moment elle ment énormément et raconte des histoires rocambolesques et personne ne lui dit rien...c est fou!), la voir en aussi mauvaise santé ( obésité due à sa boulimie, qui du coup engendre d autres problèmes de santé ...et ça ne me rassure pas pour les années à venir!) 

Il y a 15 jours elle a réussi à me convaincre d accepter qu elle vienne passer quelques jours en vacances chez moi avec ma petite sœur (de 16 ans depuis quelques jours). J ai dit oui. Elle est donc venue ...avec une invitée mystère: la meilleure amie de ma soeur. Donc on sert les dents et on essaye de faire bonne mine! Du fait de son poids elle ne veut (peut) plus monter les escaliers donc elle "dormait" sur mon canapé ...enfin passait ses nuits à regarder la tele! J ai finit par lui donner mes médocs que le dr m avait prescrit pour m' aider à dormir. Je partais le matin au boulot et rentrais le soir en mode femme HYPER active ( faire le ménage, le repas, s occuper des enfants...) et repoussant toute aide de sa part. Apres le repas je suis fatiguée donc je vais me coucher. En bref je n ai fait qu éviter tout contact physique et conversation avec ma mère.

C est dur je la repousse et elle s en rend compte. Aujourd'hui hui ma grand mère et mon autre sœur ( on est 5 frère et sœurs en tout) m'ont appelé pour me dire que ma mère n avait pas l air bien, elle rentre dans sa phase que j'appelle dépression  "hivernale" et je sais qu il va falloir que j intervienne pour essayer de réparer les dégâts et ca m' empêche de dormir. J ai peur de sa réaction mais aussi de la mienne, car je ne suis pas certaine d être capable de faire les choses correctement mais j ai bien l intention d parler avec elle de sa bipolarité. Faut crever l'abcès !

bon j arrête d écrire ( quand je commence j ai du mal à m'arrêter, désolée! ) et je vais essayer de dormir.

 Surtout Prenez soin de vous et de vos proches !

 


RéponseCiter
Samy
 Samy
(@samy)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 1
24 janvier 2019 23 h 23 min  

Je me permet de remonter ce poste, je vis exactement la même chose avec ma mère, je ne sais pas quoi faire vis à vis d'elle .. Ça fait des années qu'elle nous fait vivre un enfer ..  Moi je suis son souffre douleur .. Je viens de l'apprendre ce soir .. J'ai envie de partir loin de la fuir .. J'ai deux enfants mon mari .. J'ai pas envie de les perdre... Mais je me sens tjs redevable .. J en peux plus, de plus elle a un handicap physique. Vendredi prochain j ai rendez vous avec ses spy .. Je vais l a placer sous tutelle .  Elle a dépenser une somme phénoménale. Je me dis qu elle finira par avoir ma peau. 


RéponseCiter
Rosa
 Rosa
(@rosa)
Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 34
25 janvier 2019 0 h 52 min  

j'ai vu un documentaire (dispo sur YouTube) qui explique que pour les familles qui essaye d'accompagner comme ils peuvent , des étapes conduisent peu à peu à une séparation totale. (je connais une famille qui ont hospitalisé à vie leur fille schiso). donc ton ressenti est normal et parfois il vaut mieux un malade que deux .de toutes les façons si elle n'est pas sous traitement, elle ne s’améliora pas peut être. Pour l'argent, moi même j'ai choisi de donner à mon mari la gestion car je sais en période de montée je me casse la figure. L'association UNAFAM ont une étude sur la tutoriat des bipolaire, essaye de te renseigner.

bon courage


RéponseCiter
Gigi B
(@gigi-b)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2
31 janvier 2019 14 h 05 min  

bonjour, 

c'est avec emotions que je lis vos message car je me retrouve bcp dans ce que vous écrivez.

je n'ai malheuresement pas de solutions, je voudrais juste parler de mon experience. (j'ai ecris un post mam bipolaire dans le déni qui explique un peu la situation. je voulais juste dire que je vis loin de ma mère, j'ai lgtps "lutter" contre l'immense culpabilité de la laisser seule, mais bien vite cette distance  a été la clef pour ne pas plonger avec elle et pouvoir rester dans la bienveillance . 

lorsque j'avais 12 ans, (puis 14, puis 15, puis 16)j'ai du en cachette appeler les pompiers pour demander un internements car les paranos etaient trop grosses, elle manquaient trop de lucidité et risquaient de noua faire du mal ou s'en faire a elle meme. ce choix n'est pas facile (dans mon cas il etait imperatif et encore maintenant une partie d'elle dans le déni m'en veut de cela ) 

aujourdhui elle ne va pas bien mais elle gère, je pense qu'elle nous dit pas tout ce qu'elle pense car elle se rend comnpte qu'elle va loin. mais  elle prend pour vrai tout ce qu'elle pense, elle s'eloigne de tout le monde, c'est meme plus perverse car avant elle était en crise, notre entourage se rendait compte qu'elle n'etait pas lucide car ses propros etaient vraiment incohérents, alors que maintenant elle reussis a dire des choses terribles en donnant l'impression d'etre lucide, elle reussit a vivre une once de quotidien

j'essaye de ne pas la provoquer, de ne pas la faire culpabiliser tout en lui disant que ca va aller et que nous y sommes deja passés, que nous sommes là pour la soutenir, mais aujourd'hui je me dis que c'est une enorme perte de temps. si elle allait chez le docteur pour prendre au moins des antipresseurs  en plus de son traitement " de fond"elle reviendrait a la surface en qq jours. mais elle refuse et s'enfonce et j'ai peur a distance de la brusquer (elle repond deja tres peu à mes appels)

celles et ceux qui ont des enfants , comment ca se passe avec eux ? je veux dire en ayant un gradn parent bipolaire? sont ils "épargnés" des accusations/paranos eccc? 

bref je voulais juste vous partager mon experience, le fait d'avoir pris du recul avec la distance qui m'a bcp aidé, essayer de ne pas se laisser envahir par la culpabilité, toussatoussatoussa 

avec bienveillance

GiGi


RéponseCiter

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !