Notifications
Retirer tout

Recherche de stage tardive ou remise sur pied ?

65 Posts
8 Utilisateurs
26 Likes
3,300 Vu
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@mosis-7,

 

Oui, bien sûr que l'on peut redevenir heureux malgré notre passé et cette foutue maladie! J'en suis persuadé. Cependant, ce dont je suis également à peu près sûr c'est que l'on doit accepter beaucoup de choses plus encore que d'autres. Il faut accepter que les choses ne peuvent plus être tout à fait pareilles. Ça m'est personnellement très difficile. J'étais avant qu'elle ne se déclare quelqu'un de très "populaire", bon dans mon sport et en cours. Aujourd'hui, ces choses qui me faisaient vibrer et qui m'animaient ne me procurent plus le même plaisir. Non, pas parce que mes goûts ont changé mais parce que ces années de tumultes ont redistribué les cartes. Je ne suis plus aussi performant dans mon sport, et dois l'accepter. Aussi, je ne suis plus aussi populaire et si je ne cours pas derrière ça, le fait d'y avoir été habitué laisse un vide. En fait, une chose que je trouve très difficile c'est que j'ai l'impression que cette maladie nous interdit de penser en gagnant. Ça nous interdit d'essayer de nous surpasser et de tirer le meilleur de nous-mêmes. C'est l'impression que ça me donne. 

Dans ce sens, oui, je suis intéressé par les concours administratifs mais ils me donnent aussi l'impression de ne pas me maximiser, une fois de plus. Et ça m'est très désagréable. Mais en même je me rends à l'évidence, je ne veux plus de pression et je veux m'en sortir rapidement. 

 


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@marlasinger,

Tu dis vrai. Et je pense qu'en effet tout ce qui se passe dans nos vies nous marque de manière irréversible. Et c'est là, une difficulté supplémentaire. J'ai tellement connu l'enfer ces dernières années que toutes ces choses m'ont fait voir mes espérances à la baisse. Et j'ai l'impression que répondre à la question "tu veux être qui demain"?, c'est au-delà d'accepter ces faits, les acter une bonne fois pour toute. Or, je n'ai pas encore fait le deuil de celui que j'étais. J'ai encore trop en tête ce que je voulais être hier et à force que la vie ne me refuse tant de choses, j'ai sans cesse dû revoir à la baisse mes espérances. Et aujourd'hui, ce qui me permet réalisable ne me fait pas rêver, ne m'anime pas, ne me motive pas. 

 


   
marlasinger reacted
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3991
 

Il me semble qu’il faut faire avec la bipolarité et la prendre en compte dans notre désir de métier c’est à dire trouver un truc penard qui met pas trop la pression pour pas qu’on parte en vrille. Il y a d’autre chose qu’on peut faire à côté qui nous épanouisse.


   
Mosis reacted
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

 Je ne pense pas elo, je crois qu'on peut avoir des responsabilités en étant bipolaire, à condition d'être stabilisé .

 
What do you want to do ?

New mail


   
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@ver00,

Honnêtement, je ne sais pas. Je suis perdu pour le moment. Je ne fais que changer d'avis et en plus dès que je pense orientation, j'angoisse.

Annonce

 


   
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3991
 

Si tu es angoissé c’est que tu n’est pas prêt. Est ce le besoin de travailler qui t’incite à chercher une orientation? Parce que si c’est le cas tu peux faire un job alimentaire en attendante de trouver ta voie, non?


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 7 ans
Posts: 3055
 

Il a des bipolaires dans des postes tres stressants à très haute responsabilité 


   
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@malette, oui, c'est une idée. A vrai dire, j'y ai pensé. Je ne sais juste pas quand est-ce que les boîtes intérim vont rouvrir et je me demande si ça va pas être un peu difficile à trouver dans un premier temps. Ma mère me déconseille de le faire mais en effet je pense que ça pourrait peut-être permettre d'aller un peu mieux, de faire passer le temps et de ne pas rester à rien faire. 

 


   
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@malette,

Pour tout dire, j'essaie peut-être de mettre la charrue avant les boeufs. Mais c'est vrai que depuis mon arrêt du cannabis, j'ai fait une grosse introspection et je trouvais urgent le fait de redémarrer. Ce qui me dérange un peu avec un boulot alimentaire, c'est que je repousse encore et je ne sais pas pourquoi mais je le vis comme un échec. Qui plus est, j'aimerais retrouver mon indépendance le plus vite possible, c'est pour ça que je me force à trouver vers quoi m'orienter dès maintenant. Mais, faut bien avouer que je peine à le faire. Il y a deux semaines, je pensais au boulot de planneur-stratégique, aujourd'hui je songe aux concours administratifs, sans savoir lequel en particulier. J'envisage tout, sans vraiment m'y arrêter. Et j'ai vraiment l'impression qu'être chez ma mère participe à me voir dans un univers fermé. En plus, elle est très conformiste et même si elle veut bien faire, à chaque fois que j'ai été mal et que je me suis rabattu sur ses conseils concernant mon orientation ça s'est avéré être des choix qui ne me correspondaient pas. On est que deux à la maison et je suis pas méga entouré de potes, on vit dans un petit village isolé et j'ai tendance en ce moment à être un peu une éponge. Ça vient pas du fond de moi-même. Mais quand je sonde ce fameux fond. Je ne trouve pas grand chose de très animé. 

 


   
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@kust,

J'avoue que je ne les envie pas plus que ça. Même si j'ai longtemps eu cette envie de tout déchirer, le stress a un impact trop important sur moi, et je ne supporte pas bien la pression. Je ne sais pas si ça durera, mais c'est dur de s'orienter vers un job où l'on sait que ça nous attend au tournant, lorsque dans la situation présente ça nous bouffe la vie. C'est peut-être une erreur, mais vu mon état mental, je ne suis pas prêt à signer pour ça. C'est d'ailleurs, au-delà, des arguments que j'avançais pour ne pas faire planneur-stratégique le numéro 1.

 


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 7 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @gossentq

@kust,

J'avoue que je ne les envie pas plus que ça. Même si j'ai longtemps eu cette envie de tout déchirer, le stress a un impact trop important sur moi, et je ne supporte pas bien la pression. Je ne sais pas si ça durera, mais c'est dur de s'orienter vers un job où l'on sait que ça nous attend au tournant, lorsque dans la situation présente ça nous bouffe la vie. C'est peut-être une erreur, mais vu mon état mental, je ne suis pas prêt à signer pour ça. C'est d'ailleurs, au-delà, des arguments que j'avançais pour ne pas faire planneur-stratégique le numéro 1.

 

Chacun son truc, le boulot c est ma vie; j irais bosser même si j étais pas payé 


   
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3991
 

Peut être qu’il faut que tu te lance dans un truc. Laisse toi le temps de réfléchir de faire des erreurs. Il fait juste que tu lance. Tu es jeune et tu as le droit de faire des erreurs.


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 495
 

@kust

Bonjour,

De type 1 également ? 

 


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 7 ans
Posts: 3055
 

2 (qui est plus handicapant que le 2 si tant est que cette classification soit utile)


   
RépondreCitation
marlasinger
(@marlasinger)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 364
 

@gossentq

Il faudrait un juste milieu, du rêve réalisable. Et pour ça alors, revoir ses rêves, revoir sa propre notion du réalisable. Réajuster ses rêves par rapport à ce qui reste possible. Ca évite les déceptions répétitives et douloureuses. Et puis qui sait, à force de rêver petit, tu pourrais retrouver le goût du rêve plus si tristement illusoire, et rêver grand. 

 


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@malette,

Oui. Merci de me rassurer! C'est toujours bon à s'en rappeler. Et bien, j'ai eu mon psychologue en Skype tout à l'heure et lui pense que pour le moment, j'ai besoin de me retrouver et de repos. Il a vraiment insisté là-dessus. D'après lui, la priorité c'est que je prenne soin de moi, que je laisse passer un peu de temps. Il m'a même déconseillé un job alimentaire en me disant que c'était pas la période après le déconfinement, parce que déjà ça va être compliqué à trouver. Et il m'a dit qu'aux vues de mon besoin important de sommeil, c'est un coup à ne pas me rendre au boulot et de vivre ce que j'ai placé comme un défi facile comme un échec. Je ne sais pas trop quoi penser. Je suis persuadé d'avoir été très factuel sur ce que je lui ai dit et pourtant je me demande si je n'ai pas chargé la barque pour en arriver à des conclusions aussi extrêmes. Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de ne rien faire pendant deux mois. Ça fait déjà 4 mois que c'est le cas et on ne peut pas dire que ça m'ait apporté grand chose, je doute des bénéfices que je pourrais en tirer.

 


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@marlasinger,

Je pense que c'est un très sage conseil. Je te rejoins totalement intellectuellement mais pour moi c'est tout nouveau. Il va falloir que je m'en imprègne plus pour y adhérer émotionnellement, je me suis et ai été trop longtemps endoctriné à rêver grand et à viser "l'excellence" dans un cadre pas du tout subjectif et puis finalement un peu puéril puisque concernant Sciences Po, je me souviendrais toujours de Richard Descoings qui lors de ma première année s'adressait à l'auditoire en utilisant l'anaphore "vous êtes l'élite de la nation". J'avais déjà été interpellé à l'époque par ça, et disons le choqué. Je trouvais que c'était très malvenu de dire ça à des adolescents déjà très sûrs d'eux et que ça ne pouvait que les avilir. Mais avec le temps, je m'aperçois que c'était beaucoup l'esprit de toute l'institution et que je m'en suis imprégné. Si bien que j'ai voulu mener mes études à bien, en voyant le diplôme comme une finalité et un totem d'invincibilité. Or, si ça plaide plutôt en ma faveur, c'est loin de faire tout et mon obstination à vouloir finir Sciences Po m'obsédait tellement que je n'ai jamais réfléchi à l'après ni pris le temps de savoir ce qui m'animait vraiment. 

 


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3991
 
Posté par: @gossentq

@malette,

Oui. Merci de me rassurer! C'est toujours bon à s'en rappeler. Et bien, j'ai eu mon psychologue en Skype tout à l'heure et lui pense que pour le moment, j'ai besoin de me retrouver et de repos. Il a vraiment insisté là-dessus. D'après lui, la priorité c'est que je prenne soin de moi, que je laisse passer un peu de temps. Il m'a même déconseillé un job alimentaire en me disant que c'était pas la période après le déconfinement, parce que déjà ça va être compliqué à trouver. Et il m'a dit qu'aux vues de mon besoin important de sommeil, c'est un coup à ne pas me rendre au boulot et de vivre ce que j'ai placé comme un défi facile comme un échec. Je ne sais pas trop quoi penser. Je suis persuadé d'avoir été très factuel sur ce que je lui ai dit et pourtant je me demande si je n'ai pas chargé la barque pour en arriver à des conclusions aussi extrêmes. Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de ne rien faire pendant deux mois. Ça fait déjà 4 mois que c'est le cas et on ne peut pas dire que ça m'ait apporté grand chose, je doute des bénéfices que je pourrais en tirer.

 

Ouai je sais pas. Mon psy me dit la même chose. Mais ils sont mignon mais rester chez soi à ne rien faire c lourd. Alors que sortir taffer se donner un coup de pied au cul pour se lever ça motive au moins. Même si le job n’est pas folichon...


   
RépondreCitation
Gossentq
(@gossentq)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 26
Début du sujet  

@malette,

J'ai pensé exactement la même chose que toi! 

Sans compter qu'aller au travail ouvre quand même la possibilité de rencontrer d'autres personnes. Et même si c'est pour un job alimentaire, d'élargir ses horizons. Ça laisse moins de temps à cogiter aussi. Et puis, c'est moins dur le jour où je voudrais trouver quelque chose qui m'intéresse vraiment à défendre sur le CV que de n'avoir rien fait pendant de longs mois. 

Oui, je pense que ça nous met à l'arrêt et je ne suis pas sûr que ça accélère le processus. Sans compter que peu importe le type de boulot, ça demeure plus gratifiant que de brasser de l'air.

 


   
Mosis and Melo reacted
RépondreCitation
marlasinger
(@marlasinger)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 364
 
Posté par: @gossentq

rêver grand et à viser "l'excellence"

Rêver grand, oui... Viser l'excellence ce n'est pas rêver, c'est voué à l'échec. 

Tu peux rêver l'excellence, la regarder de loin. Mais si tu en fais un but de vie, une raison d'être, tu ne seras plus du tout. Viser l'excellence c'est pour les gens chiants. Vise le rêve, vis de rêves, et tu seras excellent. 

Petit pas par petit pas. https://www.youtube.com/watch?v=Nnu1E5Kslig


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 495
 
Posté par: @malette
Posté par: @gossentq

@malette,

Oui. Merci de me rassurer! C'est toujours bon à s'en rappeler. Et bien, j'ai eu mon psychologue en Skype tout à l'heure et lui pense que pour le moment, j'ai besoin de me retrouver et de repos. Il a vraiment insisté là-dessus. D'après lui, la priorité c'est que je prenne soin de moi, que je laisse passer un peu de temps. Il m'a même déconseillé un job alimentaire en me disant que c'était pas la période après le déconfinement, parce que déjà ça va être compliqué à trouver. Et il m'a dit qu'aux vues de mon besoin important de sommeil, c'est un coup à ne pas me rendre au boulot et de vivre ce que j'ai placé comme un défi facile comme un échec. Je ne sais pas trop quoi penser. Je suis persuadé d'avoir été très factuel sur ce que je lui ai dit et pourtant je me demande si je n'ai pas chargé la barque pour en arriver à des conclusions aussi extrêmes. Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de ne rien faire pendant deux mois. Ça fait déjà 4 mois que c'est le cas et on ne peut pas dire que ça m'ait apporté grand chose, je doute des bénéfices que je pourrais en tirer.

 

Ouai je sais pas. Mon psy me dit la même chose. Mais ils sont mignon mais rester chez soi à ne rien faire c lourd. Alors que sortir taffer se donner un coup de pied au cul pour se lever ça motive au moins. Même si le job n’est pas folichon...

@malette

C'est vrai que le travail donne un cadre et un rythme à la journée. Par contre, brasser de l'air n'est pas obligatoire, il y a pleins d'activités disponibles en fonction de ses affinités. Surfer le grand Internet, apprentissage de nouvelles connaissances, films, series, musiques, Forums d'entre aide, activités artistiques, ménage, bricolage, cuisine, écrire pour soi, écrire pour les autres, réfléchir à sa psychothérapie, appeller ses proches, lire..., en faite, toutes tes activités préférées que tu fait en temps plus limité lorsque tu travailles. Après je comprends qu'en phase dépressive ca ne soit pas satisfaisant, mais est ce que le travail le serait vraiment plus ? 


   
RépondreCitation
Page 2 / 4
Annonce
Annonce
Annonce