Hein ? J'ai pas com...
 
Notifications
Retirer tout

Hein ? J'ai pas compris ?! 🤷

38 Posts
12 Utilisateurs
4 Likes
2,234 Vu
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 

@massimanon @malette Psychotrope


   
Melo reacted
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

@elonawasikowska merciii 🙏 

 

( J'avais ça au fond de ma poche, mais j'étais pas sûre 😅 )


   
RépondreCitation
Celma
(@celma)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 31
 

Coucou. Moi aussi c'est la galère. Déjà pris double dose. Alors maintenant je me concentre bien, quitte à dire tout haut que je les ai pris. C'est tout un rituel.

Parfois je parle mais mon compagnon répond, je ne sais pas de quoi je parlais. Ça devient chiant surtout au boulot. 


   
RépondreCitation
Anne
 Anne
(@fausta)
Eminent Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 44
 

Bonjour, pour les médicaments je sors tous ceux que je dois prendre pour la journée et je les mets dans une boîte à pilule. Comme je suis tellement perdue dans mes pensées et que je ne sais pas bien ce que je fais ça m'évite de prendre double dose


   
Massimanon reacted
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

@celma 

Pareil, il m'arrive de perdre le fil de la conversation. Après ça reste rare si c'est la seule chose que je fais. 

Mais bon, deux choses à la fois, selon mon état d'une, et mes problèmes de mémoires parfois c'est compliqué. 

Annonce

   
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

Bref, du coup j'en ai parlé à mon médecin, psychiatre. 

La psychiatre est très philosophe genre " à savoir est ce que c'est plus grave d'avoir des problèmes de mémoires réversibles ou d'aller mal ? " 

Parce que oui, c'est dû au Xanax, sûr. ( Enfin après j'émets un doute, parce que ça fait longtemps cette histoire, même sans anxiolytiques, mais il y avait l'alcool ) . 

Et le médecin m'a clairement dit qu'il serait peut être raisonnable de baisser si ça m'handicape au quotidien, parce que pour reprendre un boulot après, ça va pas être simple sinon. 

 

Du coup je me retrouve à le baisser, doucement. Mais, je ne sais pas pourquoi, mon moral est en baisse. . . 

Et non, je ne veux pas reprendre du Xanax, entre les problèmes de mémoire et d'attention, et le sevrage qui est vraiment difficile même si c'est fait dans les règles. 

Et je ne vois pas mon psychiatre avant septembre ( vacances oblige ), et mon médecin n'aime pas toucher à mon traitement... Donc je ne sais pas quelle est la solution. 

J'attends de voir si je vais aller mieux. Mais je sais qu'attendre n'est pas forcément toujours la meilleure solution. 


   
RépondreCitation
patdub
(@patdub)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
 

@massimanon

Tu as toujours la possibilité de voir un autre médecin pour un deuxième avis. Tu peux aussi te rendre dans un centre expert bipolaire fondamental. Ils sont très bien.

Les médicaments ont tous des effets indésirables. Il faut adapter la dose ou changer de médicaments.

Ce ne sont pas les médecins qui décident. C’est toi. Tu es la seule personne à connaître ce que tu vis. Et puis c’est ta vie. 
 
J’en ai rencontré beaucoup avant de tomber sur un bon.

Il y a des moments en période de crise où il faut des médicaments qui abrutissent un peu mais ça ne doit pas durer.

Bon courage.

Voici mon parcours :

Bonjour, J’ai été diagnostiqué Bipolaire (on ne dit plus maniaco-dépressif car le mot maniaco fait peur) à l’âge de 40 ans à la suite d’un Burn-Out chez Microsoft Europe où je travaillais. A l’époque je voyageais beaucoup, dormais peu et passais la plupart de mon temps à travailler. Un très bon ami collègue à l’époque Claude m’a aidé et soutenu mais j’ai fini par perdre mon travail pour incompétence. Il est vrai que cette maladie impacte l’efficacité professionnelle, qu’elle peut surprendre et dérouter. Elle n’est pas bien comprise. J’ai été hospitalisé 3 fois. J’ai rencontré de nombreux psychanalystes plus ou moins compétent. J’ai aussi été totalement abruti pendant deux années entières fortement drogué au Depakote. On a essayé différent médicament : le fameux Lithium, mais il me donne du diabète insipide néphrogénique (un problème rénal très sérieux), le Lamictal, mais il me donne des brulures au troisième degré, etc. J’ai fini par prendre de l’Abilify. Ce médicament était efficace, mais il créer un sérieux ralentissement cognitif, fait prendre du poids (donne faim et fait prendre du poids), et je dormais vraiment beaucoup. J’ai suivi l’année dernière un stage de psychoéducation au centre expert bipolaire de l’hôpital du Chesnay. Un médecin et une infirmière spécialisés dans pathologie nous ont expliquer en long et en large comme à d’autre professionnels cette maladie. Cela a duré 3 mois à raison d’une séance d’une heure trente par semaine. J’ai beaucoup appris que le taux de suicide chez les bipolaires était de 15% mais aussi que la décision de prendre des médicaments était la mienne. J’ai décidé il y a 3 mois d’arrêter mes médicaments. J’ai la chance d’avoir une famille stable, une femme extraordinaire, un travail stable où un ami fidèle Stanislas m’a accueilli malgré ma maladie. Je n’ai jamais eu de pulsion de suicide, même au plus profond de la dépression. Quand on est sur une phase haute, c’est exhalant, excitant, fabuleux. On est efficace, survolté, on dort peu, on est capable de tout. Tout vous parait possible et l’est parfois. On a une énergie débordante. On produit beaucoup. On se sent bien. On parle beaucoup et trop vite. On a peur de rien. On est exigeant avec les autres. Bien trop. On s’énerve vite. Et le pire, c’est qu’on ne comprend pas qu’on est dans cet état et on ne l’accepte pas si on vous le dit. Mais on finit toujours par retomber. La souffrance psychique en dépression est elle très difficile, bien pire que la souffrance physique. On ne pense pas pouvoir s’en sortir. Impossible de se lever du lit. On pense que les gens vous aime que par pitié. Qu’on a rien fait de sa vie et n’en fera rien. Qu’on fait souffrir son entourage. Que rien n’est possible. C’est assez dur. Cette maladie a fait souffrir mon entourage, ma femme, ma famille, mes enfants, mes amis, etc. Je n’ai pas eu la carrière que j’aurai voulue. Je n’ai pas pu financer les études de mes enfants. Mais je ne suis pas malheureux. J’aurai pu avoir un cancer jeune et en mourir. Et puis j’ai été bien entouré. Je l’ai de façon modérée, en comparaison avec des personnes que j’ai pu rencontrer lors de groupe de discussions de personnes affectées par cette maladie. Pour l’instant ça tient sans médicaments. J’espère que ça continuera à tenir.

Bon courage,

 

Patrick

J


   
CleoBip reacted
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

@patdub j'aimerais avoir un avis, un autre. Mais je vis littéralement dans une zone de désert médical. Là où je suis, je suis suivie par l'hôpital public, donc je n'ai pas le choix du psychiatre vu que tout est sectorisé. 

Les psychiatres les plus proches, disons "privés" sont tous à une heure de chez moi. Et j'en ai d'ailleurs eu un pendant des années à deux heures aller retour de chez moi, pour 20 minutes de rendez vous, tous les 6 mois, moralisateur et contre la psychothérapie. 

Et puis après 10 ans de maladie, j'en ai marre de "chercher mieux". Je pense qu'il est capable de me comprendre. Plus que celui que j'avais avant. Mais actuellement je ne peux pas le voir. 

Et je me suis renseignée sur des "pros de la bipolarité", le plus près est à 4h de route de chez moi. 

Bref, je ne me cherche pas des excuses. Mais rien n'est fait pour que les soins soient facilités par chez moi. Tant pendant l'hospitalisation, que pendant le suivi à l'extérieur. Donc, avec le soutien de ma psychologue, j'essaie de trouver des compromis. 

 

Bref, je ne vais pas bien, toujours, mais je me bats pour que ça s'améliore, après... Ben j'espère passer cet été le plus "facilement"possible. Parce que ma psychologue part elle aussi en vacances en août. 

Donc ni psychiatre, ni psychologue, avec un remplaçant de mon médecin traitant... J'suis pas hyper confiante. Mais bon, je sais que je vais essayer de ne pas retomber, même si je me rend compte que ma chute est lente, mais bien là. 

( Rdv avec le remplaçant de mon médecin traitant vendredi prochain, on verra bien ) 

En tout cas merci pour ta réponse. Et j'espère que tout va continuer au mieux pour toi.


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @massimanon

@patdub j'aimerais avoir un avis, un autre. Mais je vis littéralement dans une zone de désert médical. Là où je suis, je suis suivie par l'hôpital public, donc je n'ai pas le choix du psychiatre vu que tout est sectorisé. 

Les psychiatres les plus proches, disons "privés" sont tous à une heure de chez moi. Et j'en ai d'ailleurs eu un pendant des années à deux heures aller retour de chez moi, pour 20 minutes de rendez vous, tous les 6 mois, moralisateur et contre la psychothérapie. 

Et puis après 10 ans de maladie, j'en ai marre de "chercher mieux". Je pense qu'il est capable de me comprendre. Plus que celui que j'avais avant. Mais actuellement je ne peux pas le voir. 

Et je me suis renseignée sur des "pros de la bipolarité", le plus près est à 4h de route de chez moi. 

Bref, je ne me cherche pas des excuses. Mais rien n'est fait pour que les soins soient facilités par chez moi. Tant pendant l'hospitalisation, que pendant le suivi à l'extérieur. Donc, avec le soutien de ma psychologue, j'essaie de trouver des compromis. 

 

Bref, je ne vais pas bien, toujours, mais je me bats pour que ça s'améliore, après... Ben j'espère passer cet été le plus "facilement"possible. Parce que ma psychologue part elle aussi en vacances en août. 

Donc ni psychiatre, ni psychologue, avec un remplaçant de mon médecin traitant... J'suis pas hyper confiante. Mais bon, je sais que je vais essayer de ne pas retomber, même si je me rend compte que ma chute est lente, mais bien là. 

( Rdv avec le remplaçant de mon médecin traitant vendredi prochain, on verra bien ) 

En tout cas merci pour ta réponse. Et j'espère que tout va continuer au mieux pour toi.

Il y a plusieurs psychiatres par secteur

On peut tout à fait changer de psy a l intérieur du meme secteur


   
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

@kust j'ai déjà essayé auparavant, dans ce même centre hospitalier. 

On a pas le choix. C'est sectorisé par villes et services ( là où on est hospitalisé ), il n'y a qu'un psychiatre pour mon secteur ( le mien ). 

Et  j'avais demandé de rencontrer quelqu'un d'autre, mais on me l'a refusé parce que "çane marche pas comme ça. " 

En bref, c'est soit on change de commune ( en gros ) soit on fait avec. 

 

Après je me plains, certes. Peut être trop. 

Car j'ai rencontré des personnes dans ce cas, qui ayant changé de commune se retrouve avec mon psychiatre et me dit que c'est "un des moins pire" de l'hôpital. Car il s'est retrouvé avec un psychiatre qui ne savait pas parler français ( l'anglais si ) et donc un dialogue impossible. 

Tout ça pour dire, que bon, oui je me plains. Et je ne me sens parfois pas comprise. Mais bon, j'ai un psychiatre, c'est déjà ça. 

La "région" où je me trouve est plutôt mal vue au niveau de la psychiatrie par les médecins, infirmières etc... C'est d'ailleurs pour ça que je me suis fait suivre pendant des années à une heure de chez moi en clinique. 

Après,j'ai bien compris que tout n'était pas toujours évident au niveau de la santé en France et que de ce fait je devait me contenter de ce que j'avais.  

 

P.S : je suis déjà consciente de l'avantage d'être en France pour ce qui est de la santé en général. 


   
RépondreCitation
patdub
(@patdub)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
 

@massimanon

Si tu as un téléphone portable ou un ordinateur tu peux essayer https://www.qare.fr/rdv-praticien?search=Psychiatre

C'est super!

Bon courage.

Patrick


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 

Yep comme a dit patrick je me tournerais vers un truc à distance si le suivi te conviens pas


   
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

Merci pour vos conseils @patdub et @kust


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 

T es dans quelle region?


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 

T es dans quelle region?


   
RépondreCitation
Massimanon
(@massimanon)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 96
Début du sujet  

@kust Finistère. Bretagne. 


   
RépondreCitation
Jean-Francois Gravel
(@dgiheff31)
Estimable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 192
 

@patdub

Très touchant ton parcours!

Ca me ramène en arrière d'il n'y pas si longtemps!

La souffrance physique et psychiqe ainsi que certaines doses de médicaments trop forte pour être soutenus!

As-tu déjà envisagé les techniques entre autre du Docteur John Kabat Zinn pour apprendre à calmer ta psychée afin de mieux réguler tes états intérieurs??


   
RépondreCitation
Page 2 / 2
Annonce
Annonce
Annonce