Que faire lorsque l...
 
Notifications
Retirer tout

Que faire lorsque l'on n'a plus envie de rien faire?

Page 1 / 2
 

ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

Bonsoir à tous. Je suis en pleine dépression (enfin ça commence à être de plus en plus sévère). Mon traitement ne m'aide pas beaucoup, à part pour m'évader un peu et oublier cet état, je fume de l'herbe aussi...Voilà je suis un peu en détresse, ça faisait 1 an et demi que je n'avais pas fait de dépression et c'est comme si je me retrouvée totalement démunie face à la situation. Le vide m’envahit sans cesse, je m'ennuie à mourir et je n'ai aucune motivation ni envie pour entreprendre quoi que ce soit. Avez-vous des conseils s'il vous plaît??? Je suis sous Loxapac depuis un peu plus d'un mois en plus de mon traitement habituel (car j'ai fait une grosse manie), j'ai déjà pris 10 kg c'est l'horreur!! Et je ne supporte plus mon état...


Citer
Ste.pha.ne
(@ste-pha-ne)
Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 33
 

Bonjour Ida,

En 2006, j’ai été diagnostiqué bipo type 2. Cela m’a permis de mettre en perspective certaines de mes habitudes comme une alcoolisation trop fréquente et une consommation régulière de canabis. 

J’ai alors essayé d’arrêter la consomation d’alcool et les joints. Même si cela pouvait parfois me procurer un soulagement passager, je devais bien constater que ca me tirait, sur la durée, vers le bas.

Cela ne s’est pas fait tout seul mais cela fait bientôt 12 ans que, grâce aux groupes d’entraide que j’ai fréquentés, je n’ai pas consommé d’alcool ni de stupéfiant.

En ce qui concerne l’absence de motivation qui accompagne les phases dépressives, je l’accepte. J’accepte que je n’ai envie de rien et je sais que cet état ne durera pas toujours. En ce qui me concerne, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un manque d’envie mais bien plutôt d’une incapacité physique et mentale à entreprendre quoi que ce soit. Y rajouter de la culpabilité c’est rajouter une souffrance injustifiée à ce grand état de détresse qu’est la dépression majeure que tu as à traverser.

Avec les traitements, j’ai vu aussi mon corps changer (15 kg en plus les 5 premières années, puis stabilisation). J’étais très sportif et avais une apparence athlétique. J’en ai fait assez facilement mon deuil car je préfère me soigner même au prix de ces changements.

Je suis moi-même pour le moment dans une phase mixte (dépression + hypomanie) assez pénible et prends un cocktail “ litium neuroleptique antidépresseur “.

Essayes de te souvenir que ces épisodes, où la sensation d’anéantissement domine, finissent toujours, à un moment donné, par passer. Ce n’est pas facile, je sais...

Bon courage.

Amitiés.

Stéphane

 


ikzat ont aimé
RéponseCiter
ikzat
(@ikzat)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 67
 

Bonjour Ida

J’ai connu une longue période de dépression l’année dernière. Je me reconnais dans ce que dit Ste.pha.ne. J’ajouterai qu’avoir une ou des personnes proches avec qui tu peux partager des moments simples (une balade, un café...) peut aussi t’aider à tenir le coup en attendant que ton humeur remonte. 

Et si tu sens que la situation devient trop insupportable, n’hésite surtout pas à demander de l’aide à des médecins voire à envisager une hospitalisation (j’en suis passé par là). 

Je te souhaite beaucoup de courage. 

Ce message a été modifié Il y a 3 ans parikzat

RéponseCiter
tof
 tof
(@tof)
Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 42
 

salut. comment ça va aujourd’hui ?

la pression c'est terrible. envie de rien oui. ET faire une chose, une démarche c'est une montagne, un gouffre.

perso je m'autorise à ne rien faire, je ne culpabilise plus. Je dors beaucoup aussi. Je prends ++ des anxios. j'ai bcp d'angoisses dans ces phases dépressives.

Juste qqs petites choses qui me font du bien sans me mettre la pression : une bonne ballade, un bon bouquin

... mais globalement rien ne me fais du bien.

Il faut faire le dos rond et attendre que ça passe

courage ! prends soin de toi


Zina ont aimé
RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

Merci beaucoup Stéphane et ikzat !!! Oui je sens bien que fumer pendant un temps m'a soulagé de ma dépression, cela me permettait d’oublier la culpabilité de mon incapacité. Mais à présent j'ai bien l’impression que c'est le cercle vicieux! J'ai encore beaucoup de mal à accepter la dépression, c'est un peu ma hantise (d'où le besoin e s'évader au plus vite  en fumant). Je vois mon psychiatre demain... Je pense aussi être en état mixte en fait car j'ai quelques symptômes hypomaniaques qui se la baladent dans ma dépression, comme par exemple, j'ai très envie de séduire malgré ma prise e poids et le fait que je sois en couple et je ne dors que très peu sans loxapac (alors que d’habitude, aucune vie sociale ou presque et je dors énormément en dépression totale). Je suis donc un peu perdu...mais vos réponses m'aident et me réconfortent encore merci...


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

Merci Tof, oui j'ai bien l'impression qu'il n'y a que ça à faire et ce vide (même s'il n'est que passagé) doit être accepter...Mais c'est l’horreur  chaque fois, je n'arrive pas à lâcher prise, à accepter mon état...


RéponseCiter
Christelle
(@tit29)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 460
 

Salut Ida,

Je te comprends! Je suis un peu pareille ces temps ci,pas envie de grand chose..

Mais je travaille donc ça me force à au moins faire semblant d'aller bien!

Pour ce qui est de l'herbe,j'ai arrêté il y a un an et demi. Hé ben je vois la différence sur mes phases dépressives!! J'en ai moins, elles sont moins profondes et durent moins longtemps. De ce côté là ça a quand même changé ma vie d'arrêter..même si ça n'a pas été facile.

Quand je ne veux,ne peux vraiment rien faire,je me fais une mini liste et je barre au fur et à mesure les choses faites et tant pis si ça prend plusieurs jours,au moins c'est fait! Ça m'enlève la culpabilité de ne rien faire..un petit pas après l'autre


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

oui c'est une bonne idée, je vais essayer... Merci Christelle.


RéponseCiter
Sabrina
(@sabrinette)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 21
 

Bonsoir Ida, 

Je vois tout à fait l'état que tu décris où tu es littéralement terrassée, accablée et léthargique. Néanmoins ton poste démontre que ton cœur et ton cerveau fonctionnent. J'ai été complètement prostrée, anesthésiée et interloquée pendant un an en sortie de ma dernière hospitalisation (le traitement aidant) il y à environ six ans.

En fait, je crois que notre corps, dans son ensemble, a tout bonnement besoin de se mettre en "pause" c'est aussi une façon physique et psychique de prendre le recul nécessaire sur tous les événements passés tourbillonnants, intenses et souvent complètements irrationnels vécus (en tout cas pour ma part). J'ai été environ 2 ans accro à la coke et au champagne vers 25 ans (bien avant mon diagnostique bipolaire). En gros ma vie à toujours été excessive dans tous les domaines : fêtes, travail, sexe, voyages (dans les phase maniaques) et violence, envie de mourir, révoltes, dépression profonde et envie de tout plaquer (dans les phases descendantes). J'ai d'ailleurs plusieurs fois tout plaqué dans ma vie, autant de fois que j'ai su me jeter à l'eau.

Bref une instabilité proverbiale, mais il n'y avais pas de délires bizarrement. Ils sont vraiment apparus en tant que tel un an après ma grossesse.

Cet événement de ma vie à du être psychiquement trop énorme à assumer pour moi même si j'ai passé une grossesse de rêve et mon désire d'être mère à toujours été incontestable et extrêmement mûri (j'ai eu mon fils à 37 ans), en surface le cadre était posé : mari au top, logement et environnement ok. Enfin, je m'étale dans mes explications désolée. 

Pour en revenir à cet état précis d'immobilisme, je crois vraiment que c'est un passage nécessaire et salvateur à sa reconstruction. On fait le bilan, on réfléchi, on ressasse ce qui nous a fait du mal, aux erreurs commises et aussi aux grandes pagailles qu'on a pu générer.

Pourtant dans son processus de pensées, petit à petit on imagine aussi toutes ces petites choses qui nous permettrait d'aller mieux au jour le jour. Au début on se force c'est sur : il faudrait que je me lave, que je sorte me balader un peu (même si franchement on en a aucune envie), il faudrait que je range ou que je prépare un truc a manger. Que je réussisse enfin a décrocher un mot à mon conjoint (c'est fou comme le vide nous aide à percevoir l'essentiel, moi je rêvais tout simplement de retrouver mon sens de la communication de base ! Ho mon Dieu ! Juste une conversation banale avec les deux autres êtres humains avec qui je vis...). 

Et il est vrai que ces petites choses banales nous permettent en fait (à mon sens) de poursuivre la réflexion et le cheminement de nos pensées vers des questions beaucoup plus existentielles au final. Du genre, le sourire de mon enfant qui s'aperçois (immédiatement, les enfants ont un regard brut)  qu'à un moment je vais mieux, je lui semble plus ouverte et accessible et en plus j'ai pris la peine de lui préparer un gâteau ! N'est-ce pas là une question existentielle ? Idem pour mon conjoint. Ces petits efforts nous démontrent en fait des "petits" changements juste fondamentaux au mieux être. L'altérité et le partage simple, donc la complicité et l'échange (juste des petits trucs qui nourrissent la confiance en soi) se débloquent assez vite en fait, simplement avec ses petites choses. 

Et comme par magie, ces petits "tests" dont les résultats sont instantanés (un soulagement, un sourire, un regard d'approbation et/ou de bienveillance) ça motive !

Du coup, tous ces efforts qui semblent au début insurmontables, deviennent doucement des petites victoires quotidiennes (faire un effort vestimentaire, se maquiller... bref recommencer à se faire plaisir, ce qui en tous cas fait aussi plaisir aux proches). De là, on commence a assumer une petite mission (aller poster une lettre ou descendre les poubelles...). Ensuite vient la prise de responsabilité (ok je vais à la réunion parent prof et j'arrête d'être tétanisée à l'idée d’éventuellement échanger trois mots avec ma voisine du premier si par "malheur" je la rencontre dans l'escalier 🙂 ). C'est tout simplement humain, on prend le pli en fait (on s’habitue au bon comme au mauvais). On recrée les liens cérébraux et mentaux tout autant que les liens d'amour, familiaux, amicaux, voisinages, neutres, professionnels... Mon expérience me fait dire que c'est totalement lié en fait. On se recentre sur l'essentiel donc on se stabilise. L’énergie, l’espoir d'une vie meilleure revient et les petits bonheurs qui vont avec. 

L'envie de ne rien faire est selon moi déjà une démarche consciente ou pas à vouloir faire autre chose. 

Bref, ça fait 4 ans que je suis stable (avait traitement faiblement dosé). Nouveau boulot (ou je suis bien et qui me plait depuis 3 ans).Sincèrement, on a réellement accès au bonheur (ou au moins à une vie satisfaisante ou dite normale) et je pense que la ténacité est une des clés. Etre bipolaire n'a jamais empêché d'être persévérant ou idéaliste (et cela ce prouve quand je lis la qualité et la pertinence des interventions du forum). 

En résumé ma chère Ida, même si tu "fixes" pendant un certain temps (le temps dont tu as besoin pour réfléchir et faire le point sur l'essentiel, sur tes envies et besoins profonds) et bien c'est finalement du temps de gagné quand tu changes d'angle de vue sur la situation. 

Je suis de tout cœur avec toi et ne perds pas espoir.

Au plaisir de te lire. 

Sabrina


Nath et Ste.pha.ne ont aimé
RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 3052
 
Posté par: ida

Bonsoir à tous. Je suis en pleine dépression (enfin ça commence à être de plus en plus sévère). Mon traitement ne m'aide pas beaucoup, à part pour m'évader un peu et oublier cet état, je fume de l'herbe aussi...Voilà je suis un peu en détresse, ça faisait 1 an et demi que je n'avais pas fait de dépression et c'est comme si je me retrouvée totalement démunie face à la situation. Le vide m’envahit sans cesse, je m'ennuie à mourir et je n'ai aucune motivation ni envie pour entreprendre quoi que ce soit. Avez-vous des conseils s'il vous plaît??? Je suis sous Loxapac depuis un peu plus d'un mois en plus de mon traitement habituel (car j'ai fait une grosse manie), j'ai déjà pris 10 kg c'est l'horreur!! Et je ne supporte plus mon état...

c'est quoi votre traitement ?

 

le loxapac c'est sédatif et ça coupe un peu les jambes, entre ça et le fait de sortir d'une phase haute vous avez tout pour être le moral dans les chaussettes

 

je vous recommande en tout cas d'arrêter la fumette qui sur le long terme est dépressogène et qui si vous êtes bipolaire ne vous rendra JAMAIS service


Ste.pha.ne ont aimé
RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

Bonjour Sabrina!

Tout d'abords merci pour ton long message, il m'a fait beaucoup de bien. En fait, plus le temps passe et plus j'ai l'impression que mon état est en réalité mixte, avec un mélange de symptômes dépressifs et maniaques. Je ne connaissais pas très bien ce genre d'état, c'est assez déstabilisant (sans mauvais jeux de mots)... Moi aussi j'ai déjà malheureusement pas mal de dépressions à mon actifs malgré mes 29 ans et effectivement j'étais complètement vidé-prostré-incapable au possible, la moindre chose à accomplir me paraissait être un effort surhumain, bref, vous/tu connais bien! En fin compte l'état dans lequel je me trouve ne ressemble à rien que je connaissais vraiment, j'ai parfois un fond très dépressif (je pleure pour rien et j'ai envie et l’énergie de rien) en même temps je suis parfois un peu "up" il me semble car tout d'un coup ou au bout de quelques jours mon regard sur le monde rechange et tout redeviens rose, je savoure le printemps avec euphorie, parfois en "hyper sexualité" en même temps que je suis triste, j'ai envie de séduire ou j'ai beaucoup plus envie de faire l'amour avec mon conjoint, quelques logorrhées, parfois je suis très agressive aussi et paranoïaque, c'est le bazar quoi.

En ce qui concerne ton parcours, il y a quelques ressemblance, je suis polytoxicomane (abstinente pour la majeur partie des drogues à présent) mais j'ai était longtemps accro à la fixette : cocaïne puis héroïne pour supporter la descente au enfer. Je suis également très fêtarde et toujours dans l’excès : hyper-sexualité, désinhibition extrême, prise de drogues, beaucoup d'alcool...(j'aime beaucoup le champagne aussi 🙂 ! ). De même : violence etc. on fait partie il n'y a encore pas si longtemps partie de mon quotidien. Je comprend ta notion de "feed back", un retour  sur soi et ce q'il s'est passé, mais justement c'est très dur de ne pas tomber dans le piège de la culpabilité (qui alimente encore plus la dépression bien sure)

En tout cas encore merci pour tout tes conseils!


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  
Posté par: mike
Posté par: ida

Bonsoir à tous. Je suis en pleine dépression (enfin ça commence à être de plus en plus sévère). Mon traitement ne m'aide pas beaucoup, à part pour m'évader un peu et oublier cet état, je fume de l'herbe aussi...Voilà je suis un peu en détresse, ça faisait 1 an et demi que je n'avais pas fait de dépression et c'est comme si je me retrouvée totalement démunie face à la situation. Le vide m’envahit sans cesse, je m'ennuie à mourir et je n'ai aucune motivation ni envie pour entreprendre quoi que ce soit. Avez-vous des conseils s'il vous plaît??? Je suis sous Loxapac depuis un peu plus d'un mois en plus de mon traitement habituel (car j'ai fait une grosse manie), j'ai déjà pris 10 kg c'est l'horreur!! Et je ne supporte plus mon état...

c'est quoi votre traitement ?

 

le loxapac c'est sédatif et ça coupe un peu les jambes, entre ça et le fait de sortir d'une phase haute vous avez tout pour être le moral dans les chaussettes

 

je vous recommande en tout cas d'arrêter la fumette qui sur le long terme est dépressogène et qui si vous êtes bipolaire ne vous rendra JAMAIS service

Bonjour Mike ! 

Mon traitement actuellement est le suivant :  800 mg de tégrétol , 160 mg de tranxene, 50 mg de loxapac, 1 stilnox, et 60 mg de Miansérine.


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 3052
 
Posté par: ida
Posté par: mike
Posté par: ida

Bonsoir à tous. Je suis en pleine dépression (enfin ça commence à être de plus en plus sévère). Mon traitement ne m'aide pas beaucoup, à part pour m'évader un peu et oublier cet état, je fume de l'herbe aussi...Voilà je suis un peu en détresse, ça faisait 1 an et demi que je n'avais pas fait de dépression et c'est comme si je me retrouvée totalement démunie face à la situation. Le vide m’envahit sans cesse, je m'ennuie à mourir et je n'ai aucune motivation ni envie pour entreprendre quoi que ce soit. Avez-vous des conseils s'il vous plaît??? Je suis sous Loxapac depuis un peu plus d'un mois en plus de mon traitement habituel (car j'ai fait une grosse manie), j'ai déjà pris 10 kg c'est l'horreur!! Et je ne supporte plus mon état...

c'est quoi votre traitement ?

 

le loxapac c'est sédatif et ça coupe un peu les jambes, entre ça et le fait de sortir d'une phase haute vous avez tout pour être le moral dans les chaussettes

 

je vous recommande en tout cas d'arrêter la fumette qui sur le long terme est dépressogène et qui si vous êtes bipolaire ne vous rendra JAMAIS service

Bonjour Mike ! 

Mon traitement actuellement est le suivant :  800 mg de tégrétol , 160 mg de tranxene, 50 mg de loxapac, 1 stilnox, et 60 mg de Miansérine.

160mg de tranxene ?! vous ne vous êtes pas trompée?

ça fait combien de temps que vous tournez à ça ?


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

j'ai commencé à 60 mg il y a presque 2 ans maintenant et j'y suis complètement accro!


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 3052
 

mais du coup y a un vraiment un psychiatre que vous prescrit ça ? j'imagine vous faites plusieurs médecin avec différentes ordonnances ?


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

Non non, il y a un vrai psychiatre qui me prescrit ça et mon ordonnance est sécurisé code 6


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 3052
 

il a peur de rien  😀


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

on dirait... mdr!


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

mais je ne crois pas que l'on dépasse la dose maximale autorisée, c'est juste qu'a cette dose c'est classé comme stupéfiant donc il faut une ordonnance spéciale "sécuriséeé"


RéponseCiter
ida
 ida
(@kaya)
Bipo
Inscription: Il y a 5 ans
Msg: 31
Début du sujet  

Le stilnox également en et un d'ailleurs !!


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 3052
 
Posté par: ida

mais je ne crois pas que l'on dépasse la dose maximale autorisée, c'est juste qu'a cette dose c'est classé comme stupéfiant donc il faut une ordonnance spéciale "sécuriséeé"

Le stillnox est un dérivé de benzo prescrit pour 1 mois maximum quand on fait les choses comme il faut, il est beaucoup plus addictogene que son petit frere l imovane et c est lui qui est prescrit en ordonnance sécurisée  

 

Le tranxene je confirme vous etes à 3 fois la dose max, en ambulatoire, votre psy est un sacré farceur :p


RéponseCiter
Page 1 / 2