Notifications
Retirer tout

Un ras le bol

 

Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Ce soir, ça ne va pas. A cause de qui? De mon éternel mère toxique. Même sans me parler, elle arrive a me faire du mal à travers mon fils de 7 ans. Elle m'a abandonné, elle a été horrible avec moi. Pas des coups, mais les mots bien assassins. Est-ce que quelqu'un à connu ça içi, les parents pervers narcissique. Ce genre de parents qui ne sont pas là pour te construire mais pour te détruire. 

J'ai coupé les ponts avec elle. J'ai mis 50 km puis 100 puis 500 km. Ça  continuait donc j'ai décidé de tout vider mon sac et couper les ponts. Ça a été une colère terrible. Je la sentais là depuis quelques temps au niveau du plexus solaire. 

Mon père était bipolaire de type 1. Elle lui a mené une vie de chien. Plutôt que de le soutenir, elle lui a détruit sa vie bref...

A ma première t.s, j'ai pointé un couteau sur mon ventre. J'avais 15 ans. Cela faisait 2 ans que je subissais du harcelement scolaire (violence psy et physique). Mais elle disait que c'était de ma faute parce que je n'étais pas "normal". Quand elle m'a vu avec le couteau, elle a pris un bout de chocolat dans le placard et elle est partie en rigolant en disant "pfff n'importe quoi".

A ma deuxième t.s, je voulais me jeter dans le vide. J'avais 17 ans. Rien allait... ma mère avait 2 filles avec mon beau-père.ils vivaient leur life. On ne m'attendait pas pour manger. J'avais le surnom de Cendriillon dans la famille de mon beau-père. Je pleurais en classe. Les profs me demandaient de sortir. Je me suis retrouvée à l'infirmerie où on m'a forcé a parlé.  J'avais l'impression de trahir. La mère d'une copine, assistante sociale m'a emmené aux urgences. Je tremblais de partout. Dans le box, les portes étaient vitrées. Quand j'ai vu l'ombre de ma mère, j'ai pèter un câble. Au point de me tenir et de me donner un calmant. Je hurlais "elle va me tuer, elle va me tuer"

Quand je suis rentrée dans le bureau du pédopsychiatre. Elle ne m'a même pas regardé.  Le psy lui a dit " vous regardez pas votre fille?". Elle a dit " c'est pas ma fille. C'est une pauvre folle comme son père".

Elle a fait un scandale à mon mariage. Elle m'a oublié dans un supermarché quand j'étais petite. Elle m'engueulait quand j'étais malade. Parce que le médecin ça coûte cher. Elle me laissait faire 15km matin et soir pour aller à mon arrêt de bus. Et pire dès fois, elle passait à côté de moi en voiture. Elle m'a offert une valise pour mes 18 ans. M'a coupé les vivres a 18 ans parce que j'avais ma pension orphelin. Donc je devait me débrouiller. 

Bref, aujourd'hui elle met tout sur ma bipolarité. De toute façon je suis "folle". Pour elle "t'as rater ta vie et tu cherche des coupable". Et ce matin, elle dit à mon fils que "Maman a été méchante avec mamie. Elle a dit de vilaine chose". Bref, c'est moi la coupable, c'est moi la méchante. 

Et le pire c'est que ca marche je culpabilise. Je vais essayer de voir un psychiatre la semaine prochaine. J'en peux plus. Elle va me pousser au suicide. Elle pourra aussi dire à mon enterrement  "comme son père"

Ou alors je vais arrêter de faire appeler mon fils aussi. Parce qu'elle n'appelle pas. Surtout depuis que ma demi soeur est enceinte... 

J'en ai marre. Ma mère est vraiment le poison de ma vie. Je vais devoir me calmer parce que j'ai mon côté borderline qui est vraiment près à peter un plomb.


Citation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

Bonsoir Daria 

Je pense que tu as été très courageuse de supporter tout ça et je t'admire d'avoir un enfant malgré tout. Moi je n'ai pas eu des parents toxiques mais ce n'était pas facile non plus.

Quand j'en ai marre comme toi ,que je suis à bout, j'écoute de la musique qui déménage et je danse pour faire sortir la souffrance et transformer le découragement en force.

Peut être que ça peut t'aider. Courage

 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Merci pour tes conseils. Moi aussi parfois quand je ne vais pas bien, j'écoute de la musique. Mais mon ras le bol s'est transformé en migraine.  

J'ai eu et j'ai toujours peur d'être comme ma mère. Et puis, on a tous plus ou moins peur de transmettre notre bipolarité à notre enfant. 

Non, ce qui m'énerve dans ce monde, c'est cette impression que plus tu fais le mal moins tu en bave. Et ceux qui sont trop bon trop con, et bien ils se prennent toutes les merdes dans la vie. Est-ce qu'il y a que moi qui pensent comme ça. 

J'ai l'impression d'être coupable de vivre. Puisque petite, elle m'a dit que j'étais un accident d'après soirée. Et quand on s'est parlé dernièrement, elle m'a dit "Mais j'en ai rien à foutre de toi. J'en ai toujours eu rien à foutre. T'as pas compris?".

Et puis, j'en ai marre que nous malade psy, on ne soit jamais pris au serieux. Les gens pensent que tout découle de notre bipolarité. On n'a pas le droit d'avoir nos propres état d'âme. Des colères parce qu'on est vraiment en colère et pas parce que on fait une crise ou un coup de folie.

On doit tout subir en fermant notre gueule alors? 

Ma mère est noté en rouge dans la clinique où je suis suivie. Les psychiatres ont vite compris. 


RépondreCitation
vincent
(@vincent)
Bipo
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 22
 

bonjour

Je me reconnais dans ton témoignage.

Les parents toxiques, la violence verbale, je connais et je vais faire très synthétique : mes 2 parents ressemblent à des tanks qui me sont passés sur le corps depuis ma tendre enfance.

Résultat : 10 de travail sur moi en développement personnel.

Couper les ponts : qu'est-ce que j'ai pu y penser!!!

Mais c'est rajouter de la toxicité à la toxicité.

Par contre je vais faire minimum syndical ; 1 repas / an.

Essaie de trouver la force d'initier un travail de psychothérapie.

La GESTALT traite bien les aspects émotionnels.

Je te souhaite bon courage et je trouve que tu as une belle force intérieure.

A bientôt.

Vincent.


RépondreCitation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 
Posté par: @daria

Non, ce qui m'énerve dans ce monde, c'est cette impression que plus tu fais le mal moins tu en bave. Et ceux qui sont trop bon trop con, et bien ils se prennent toutes les merdes dans la vie. Est-ce qu'il y a que moi qui pensent comme ça. 

Et puis, j'en ai marre que nous malade psy, on ne soit jamais pris au serieux. Les gens pensent que tout découle de notre bipolarité. On n'a pas le droit d'avoir nos propres état d'âme. Des colères parce qu'on est vraiment en colère et pas parce que on fait une crise ou un coup de folie.

On doit tout subir en fermant notre gueule alors? 

 

Tu n'imagines pas comme je suis d'accord avec toi. C'est ce que nous vivons tous , nous les bipolaires.

Mais il faut savoir que c'est très beau de lutter contre la maladie et le rejet même si on est parfois en colère. Seuls les gens intelligents et sensibles sont capables d'émotions fortes.


RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 53 ans
Posts: 0
 

@Daria,

Pour différentes raisons je connais ce genre de choses, sauf que ce n'était pas ma mère mais la seconde femme de mon père. Je ne raconte même pas les détails ici... Ce serait lui donner encore de l'importance. Je n'ai rien résolu. Je vis une vie impactée par tout cela. Je prends les virages sur le jantes (image perso et référence un peu out). 

Je ne la fréquente plus depuis presque 30 ans, non plus que mon père. Je marche en crabe. 

J'ai un fils, qui sais l'existence d'un grand père dont il n'a strictement aucun souvenir. S'il me demande je lui dit sans marquer quoi que ce soit, parce que je ne veux pas que cela ai un impact sur sa vie a lui. 

La mienne suffit. 

Je suis joignable en MP si tu souhaite plus de précisions.

En tout cas, je comprends. Courage a toi. 

Et oh, aussi: je pense que les enfants sont capables de bien plus de compréhension qu'on ne croit. Et garder ou non des liens a l'âge adulte avec des personnes de l'entourage dont on estime qu'elles sont malsaines, ça dépend de pleins de choses: notre manière d'exprimer la souffrance ressentie, la colère ou l'interdiction (avec la rébellion de l'adolescence), ce qu'on sera capable d'ouvrir pour eux ou de fermer en expliquant. 


RépondreCitation
CleaDaria
(@cleadaria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 274
 

Salut 

c'est drôle, enfin non ça ne l'est pas vraiment : je suis également une Daria et ma mère me bouffe mon énergie elle aussi. Je passe mon temps à culpabiliser. Ça entretient bien la dépression dans laquelle je nage depuis 2 mois, à nouveau. C'est sans fin cette bipolarité en fait 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Bonjour tout le monde. 👋

Désolé de ne pas avoir répondu avant mais j'ai chopé une vilaine chose qui me cloue au lit depuis plusieurs jours. 

Sans fausse modestie, je n'ai pas l'impression d'avoir été courageuse. En réalité, j'ai vécu la chose comme un rejet violent de l'animal faible qu'on laisse derrière soi. J'en suis sortie avec un dégoût de moi. Je me dis que c'est de ma faute. Je n'ai aucunes confiance en moi. 

Quoique, ces derniers temps j'apprends à me connaitre. A m'accepter. Et un tout petit peu à m'aimer. 

J'ai décidé de couper les ponts car c'est moins stressant que le repas annuel.  

Alors oui, peut-être que vivre tout cela donne une certaine force mais il y a un temps où cela doit cesser. Ca devient toxique. 

A chaque fois que je vois ma mère, je passe  3 ou 4 mois de crise dépressive. Avec les pleurs, le mal-être et les crises d'angoisses.  Je la vois 3 jours et je passe 3 mois à m'en remettre. 

Vous savez, j'aime bien parler avec les patients qui sont en clinique avec moi. J'aime bien connaitre leur histoire. Beaucoup on quelqu'un de toxique autour d'eux. D'ailleurs quand on les regarde pendant les visites, on les voit souffler,ne souriant plus. Et on au repas du soir, ceux qui ont eu des visites sont stressées. 

C'est a ce demander si notre environnement, notre entourage n'est pas aussi à renouveler. En tous cas, c'est ce que je pense d'ailleurs. Je ne crois pas au petit ménage. Mieux vaut tout jeter et tout recommencer. Ce qui est extérieur est facile a jeter. Ce qui est intérieur est semblable à du chewing-gum. Les paroles, la culpabilisation pendant l'enfance, le cerveau s'est construit autour. 

@lilith39, merci pour ton message. Je t'en enverrai un en m.p quand j'irai mieux. 

Merci à tous


RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce