Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Risque suicidaire et troubles bipolaires  

 

Le Bipolaire
(@admin)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 6 ans
Msg: 107
3 mai 2017 18 h 52 min  

Hello à tous les bipotes !

 

La crise suicidaire est une période qui touche beaucoup de bipolaires . C'est d'ailleurs cette maladie qui est majoritaire dans le nombre de suicides chaque année ... Retrouvez un dossier complet ( très long ^^) sur la crise suicidaire .

Crise suicidaire : Définition et symptômes

N'hésitez pas à réagir et à donner vos propres expériences avec les tentatives de suicide . N'oubliez pas également de répondre à notre enquête sur l'hospitalisation des personnes bipolaires après une tentative de suicide .

Sondage sur l'hospitalisation après une tentative de suicide .

 

Bonne journée à vous !


Citer
Marc ☀️
(@marco314)
Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 32
9 juillet 2017 17 h 18 min  

Comment parler de 2 suicides dans sa famille.
S'il y a 10 000 suicides par ans, quel chiffre pour y en avoir 2 ?

Ma soeur avait bien fait une TS dans son adolescence, le corps des docteurs et psy avait mis cela sur l'adolescence, on était dans les années 80. Tout semblait aller bien, elle fit Pharmacie. Je me souvient lui avoir dit pendant une discussion que cela lui donnerai accès à une connaissance pharmaceutique un peu trop pointue à mon goût, elle a haussé les épaules. Tu parles, 7e année, un dimanche, on joue ensemble l'après midi, les parents sont en réunion familiale, elle se couche un peu tôt, je vais l'embrasser dans sa chambre, elle est bleue, la vie fuis, les parents arrivent, appel des pompiers, le docteur hurle en sortant de sa chambre, c'est qui cette fille ? Heu, ma soeur, elle est en pharmacie. Ah dit il, je comprends, il n'y a rien à faire, les médicaments qu'elle a pris, même sur le vidal ce n'est pas écrit qu'ils sont dangereux en forte dose. Elle est un légume aux urgences, elle meurt qq jours plus tard. Une bombe atomique a explosé en moi. L'errance au milieu des décombres fumants. La petite amie qui fuit car elle ne peux pas assumer, pourtant je n'y suis pour rien. La famille et les amis le jour de l'enterrement: ils sont tellement éffondrés, ils demandent notre assistance, mon con, c'est mes parents et moi qui avons besoin d'aide, pas les autres.... Chaque jour qui passe, je crois que je vais mourrir de souffrance, que mon corps déchiquetté rend grace. Errer, déconner, les gens d'avant où sont ils quand je me noie ? des années à se reconstruire, des personnes innatendues qui appaisent, calment. Un ami de papa qui m'aide, m'explique que j'en ai pour dix ans à m'en remettre, me donne d'excellent conseils que j'ecoute et suis à la lettre. Ton père a été là pour moi il y a qq années me dit il, aujourd'hui c'est moi pour vous. Les années passent, la vie , la mort, les angoisses, les plaisirs..
Puis patatra, une tante harcelée au travail se suicide, le pauvre gars, alcoolique qui la harcelait venait d'être confondu et s'était tiré une balle dans la tête, elle n'a pas supporté.
La je suis parti en live total.
Le diagnostic tombe: t'es devenu bipolaire.
Mort de rire, je vais m'en sortir tout seul, comme d'habitude. Des années à lutter contre mon docteur, les psy... bah c'est des cons.
Puis un jour, des heures de délire dépressif après avoir arrété mon traitement.
Mon toubib m'avait fait signer un accord, je tente d'arreter les médicaments, si j'y arrive il m'offre du champagne, sinon, je prends à vie le traitement et j'arrête de l'emmerder. C'est dimanche, la bête viens de ressurgir.
Je suis là, j'ai les médicaments qu'avaient pris ma soeur devant moi, un flingue au cas où , je fais quoi ? Soit j'en fini maintenant, soit j'accepte la maladie, je reprends mon traitement, et plus jamais je ne pense au suicide.
Pèse le pour et le contre petit padawan.
Tu n'as qu'une vie, tu ne t'en veux pas réellement, tu veux juste ne plus souffrir horriblement. Tu sais qu'avec les médicaments, une bonne hygiènne de vie ça fonctionne. Tu as juste à faire sauter le verrou de l'acceptation de la maladie.
Le docteur t'as parlé de la souffrance qu'il avait vécu lorsque certains de ses patients avaient contracté le sida dans les années 80 suite à une transfusion, eux n'y étaient pour rien, et lui était désemparé à les soigner. Toi au moins, tu peux pêtre soigné Marc, eux je ne pouvais pas...
Et les diabétiques, ils prennent leur traitement et leur vie devient correcte, toi aussi tu est dans le même cas.
Alors, on fini tout maintenant et ici, ou on continue ?
Parce que, quand tu sera mort, il n'y aura plus rien. 
Allez zou, médoc aux chiottes, flingue détruit.
A partir d'aujourd'hui, je prend mon traitement et je vis le plus heureux possible.
Le lundi soir j'étais chez mon docteur avec une caisse de champagne, il m'a remercié et n'a rien dit de blessant, juste qu'il savait que je reviendrai au traitement initial tot ou tard et que j'avais fait le bon choix, m'a redonné mon traitement.
La vie est belle finallement.
Et tant pis pour ceux qui ont choisi de la quitter.

 


RéponseCiter
Marie-Claude
(@noal17)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 12
16 juillet 2017 22 h 28 min  

Merci, Marc.

 

Toutes ces années de souffrances ont fait que, grâce au traitement, je me sens enfin mieux. Il faut garder espoir.


Marc ☀️ ont aimé
RéponseCiter

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !