Forum des bipotes

Mon psychiatre refuse d'établir un certificat médical  

 

suisjebipolaire
(@suisjebipolaire)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 1 semaine 
Msg: 5
11/02/2019 10:41  

Comme il n'y a pas moyen d'éditer mon topic*, j'en rédige donc un nouveau, en entier cette fois-ci.

https://www.lebipolaire.com/forumpourbipotes/les-nouveaux-bipolaires/mon-psychiatre-refuse-detablir-un-certificat-medical

 

=>

Depuis tout petit où je souffrais d'hyperactivité, ma vie sentimentale, familiale et enfin, professionnelle, est une catastrophe.

Dans mes années juste avant l'adolescence, ma mère m'avait fait consulté par un psychologue pendant environ 2 ans. Ça n'a rien donné. Enfin, pour moi.

Il y a environ 5 ans, je ne m'en rappelle plus trop au niveau de la date, suite à un conflit avec mes parents, ils m'ont fait enfermer dans un service psychiatrique d'un hôpital de province français, ce qui a duré une nuit, puis le lendemain matin, une personne (psychiatre ? psychologue ? autre ?) m'a reçu dans son bureau pour me dire que je n'avais rien/il m'avait rien diagnostiqué ou un truc comme ça. Du coup, ils m'ont libéré de l'hôpital. Je suis rentré chez mes parents à pied, 20 kms environ, malgré que ma mère était venu me chercher à l'hôpital. Je n'avais pas voulu monter dans la voiture vu que mes parents m'avait placé dans un service psychiatrique. Les jours suivants n'avaient pas été tout rose entre moi et mes parents, je peux vous le dire.

J'ai aujourd'hui 35 ans. J'ai, à ce jour, pu maintenir mon travail dans aucun de mes emplois. L'entente avec les collègues est à chaque fois, désastreuse. ça termine au clash ou pas loin, puis on me remercie bien sûr.

Personne ou tout du moins, pas grand monde arrive à me comprendre et je n'arrive pas à dialoguer, échanger avec les gens.

J'ai eu 4 CDI dans ma vie, des contrats d'intérim et des CDD à gogo, sans jamais pouvoir m'établir et me stabiliser professionnellement.
Pour vous situer le contexte, au bout de 2-3 à 4 mois maximum, je me lasse et m'ennuie au travail. Et ça se termine mal avec mes supérieurs. Surtout qu'ils détectent souvent rapidement en moi un problème de comportement, de dialogue et de confiance en moi. Pour la confiance en moi, on me l'a déjà dit à plusieurs reprises.

Je me retrouve en permanence sans travail et donc, sans cesse à chercher du travail, inlassablement. Ça me demande et me prend un temps fou. Vous n'imagineriez pas à quel point.

Je n'ai aucune stabilité dans mes emplois que j'ai occupé.
Mon plus long CDI a duré 2 ans et demi, il y a maintenant 10 ans.
Pour mon dernier CDI, terminé début 2018, il a duré seulement 1 an.
Depuis, je cumule les contrats d'intérim et CDD.

A chaque fois, que ça soit avec les membres de ma famille, les amis et surtout, les collègues de travail, tous voient que je suis différent / que j'ai un ou des problèmes psychologique ou psychique, que je n'ai à ce jour, pas réussi à diagnostiquer seul. D'où la question, suis-je bipolaire ?

Du coup, professionnellement parlant, je suis "grillé" de partout. Les employeurs se renseignant auprès des précédents figurant sur mon CV + vu que le monde est petit (je le pense aussi comme quoi le monde est "petit"), je suis connu de partout. Et donc, inemployable par oui, je peux le dire, une "réputation sûrement sulfureuse".

Je n'arrive pas à m'intégrer et me sentir bien parmi les autres. Je pense être associal.

Depuis septembre dernier, je suis en conflit avec mes parents, qui ont fêté leurs 60 ans et leurs retraites en octobre dernier. Comme je suis en conflit avec mes parents, je ne me suis pas rendu à cette fête. Du coup, je suis maintenant mis à l'écart de toute la famille et les amis de mes parents.
De mon côté, je n'ai pas d'amis. Un seul copain habitant à 300 kms, mais que je n'ai pas revu depuis des années.

Je m'enferme sur moi-même de plus en plus. J'en suis conscient. Et mon seul centre d'intérêt est l'informatique.

Comme vous pouvez le constatez par mes écrits, je suis également conscient et le seul responsable de ma situation dans lequel je suis. C'est pourquoi je cherche une solution au plus vite, par le biais de mon médecin généraliste qui m'a réorienté vers un psychiatre. Ce forum...

Je pense souffrir de trouble bipolaire. J'en ai parlé à mon médecin traitant, qui a rédigé un courrier et m'a conseillé d'aller consulter un psychiatre.

A ce jour, j'ai effectué 2 consultations chez ce psychiatre libéral, sachant que dès la 1ère, ce psychiatre m'a laissé parler pendant 30 minutes chrono où je lui ai dit que je pense souffrir de trouble bipolaire. J'aimerai bien être diagnostiqué, savoir ce qu'il en est réellement. Puis ce psychiatre m'a prescrit de la depamide 300 mg.

Second rendez-vous, rebelote : 30 minutes chrono à parler en monologue à ce psychiatre puis, il m'a dit : "STOP, on arrête". C'était genre : "STOP ! Il est temps de passer à la caisse ! 43€ à me verser pour les 30 minutes chrono où je t'ai écouté, puis ensuite dehors !"
Lors de ce second entretien (durant les 30 minutes chrono), j'ai fait part à ce psychiatre que j'ai été accepté comme contractuel dans la fonction publique, avec une affectation à 3 heures de là. Je devrai donc par conséquent probablement déménager prochainement si je prends le poste. "Et donc je ne pense pas vous revoir docteur".
En fait, je n'ai pas trop le choix comme je vous ai dis, vu que je suis connu et grillé de partout chez les employeurs de ma ville et sa périphérie (rayon de 30 kms environ), je suis obligé de partir m'expatrier ailleurs.

Après avoir annoncé ce probable changement professionnel suivi d'un déménagement dans ma vie à ce psychiatre, j'ai eu l'impression que ça ne lui en n'a pas touché une (en même temps, je ne lui en demandais pas autant). Ça ne lui a fait ni chaud, ni froid.
Ce psychiatre m'a donc invité à consulter un de ses confrères dans ma nouvelle ville d'affectation. Mais il n'est pas bête dis donc. Pfff ! Comme si je n'y avais pas pensé.
Il m'a donc, pendant ces 2 consultations, rien apporté comme réponse, aucune aide. Désolé du terme, mais j'ajoute même qu'il ne m'a été d'aucune utilité, excepté de m'avoir prescrit de la depamide 300 mg.
Vu que la prise de fonction de mon poste dans la fonction publique n'a pas encore eu lieu étant donné que c'est en permanence reporté par l'administration depuis des mois, je n'ai pas non plus encore déménager.

Par contre, il est bien gentil ce psychiatre, mais je me retrouve sans depamide. En effet, il ne m'en a pas prescrit de nouveaulors de la seconde consultation.
J'ai donc pris un rendez-vous pour une 3ème consultation chez ce psychiatre libéral pour renouveler le médicament depamide.

Lors de la prise du rendez-vous, j'ai demandé à ce psychiatre libéral s'il pouvait m'établir un certificat médical qu'il m'est exigé de fournir dans le dossier de la mdph que je souhaite remplir.
Ce psychiatre libéral m'a répondu par un 'NON' ferme. En ajoutant que vu qu'il ne s'est pas comment sera utilisé ce certificat médical, il ne m'en fournira pas. Je précise que je l'avais informé auparavant que c'était pour le dossier mdph.

C'est bon, ça suffit ce cinéma. Qu'est-ce que je dois faire de plus pour qu'on m'aide ?

De part mon existence catastrophique de ma plus jeune enfance jusqu'à maintenant, dont le point d'orgue est de ne pas pouvoir me stabiliser professionnellement, je dois souffrir de problèmes comportementales/de la personnalité/suis-je bipolaire ? Et personne m'aide.

J'ai donc été revoir mon médecin généraliste. Qui, désemparé après que je lui ai expliqué la situation face à ce psychiatre libéral que j'ai consulté, mon médecin généraliste m'a dit qu'il fallait que j'aille le revoir.
Mon médecin généraliste m'a aussi rédiger un nouveau courrier pour un nouveau psychiatre.
C'est moi qui choisi ce qu'il faut que je fasse maintenant. Vous imaginez le sérieux du truc et l'aide qu'on m'apporte ?
Sachant qu'ici, c'est le trou du cul du monde : il n'y a pas 50 psychiatres libéral dans la région. Je n'habite pas une grande ville. Pour info, la 1ère grande ville étant à 70 kms de mon domicile.
Pendant cette consultation, mon médecin généraliste m'a aussi annoncé qu'il n'avait reçu aucun rapport ou courrier en retour de ce psychiatre libéral que j'ai consulté à 2 reprises. En ajoutant, que c'est l'habitude avec ces spécialistes dorénavant.

Quelques infos supplémentaire :
Je me retrouve un peu dans le même cas que :
www.lebipolaire.com/forumpourbipotes/les-nouveaux-bipolaires/depamide-300

"Sans parler des conséquences mettant ainsi en jeu la vie de la personne, les désordres bipolaires représentent un véritable handicap social et professionnel. Ils sont responsables de difficultés au bureau et de chômage, et ont un retentissement important sur la vie de famille."
http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2004/mag0827/ps_7572_maniaco_depressifs_reconnaitre_maladie.htm
=> C'est exactement mon cas.

+

Je me retrouve parfaitement dans les termes suivants :
_ enfermement
_ sentiment de tristesse, de vide ;
_ perte d’intérêt pour les activités quotidiennes.
_ envie de dormir de manière excessive
_ difficultés de concentration
_ prise de décision difficile / phase de doute
_ impression de vivre ou ralenti ou au contraire d'hyperactivité; pas de juste milieu
_ baisse de l'estime de soi
_ manque de confiance en soi

Je ne suis pas le 1er à qui un psychiatre refuse d'établir un certificat médical : http://forum.doctissimo.fr/psychologie/Psychiatrie/refus-certificat-medicalsujet_2811_1.htm

Je ne sais pas si c'est vraiment fiable, mais j'ai fait 2 fois le test bipolaire, avec pour résultat :
72/116
https://www.lebipolaire.com/test/comment-savoir-si-on-est-bipolaire-le-test-de-bipolarite/p8sc6511f2976d2bb81cb558cba9d29e96f
78/116
https://www.lebipolaire.com/test/comment-savoir-si-on-est-bipolaire-le-test-de-bipolarite/p8t645143593aa2b399eb0c5b39f2540121

Je ne sais plus quoi faire. Aidez-moi svp


RéponseCiter
 Annonce

theo
 theo
(@theo)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 2 semaines 
Msg: 61
12/02/2019 2:18  

C'est triste à dire mais se retrouver en milieu hospitalier permet bien des fois de faire avancer les choses ...

Pour le reste, tu n'es pas le seul à vivre/avoir vécu les même choses... Je me rends compte à quel point beaucoup de témoignages vont dans le même sens. Notre sur-adaptation à notre mal-être nous vide de toute notre énergie et nous ronge de l'intérieur. Et c'est invisible, nous nous battons au quotidien contre nous-même dans l'indifférence et/ou l'incompréhension générale. C'est une double malédiction.

Tu es en pleine phase d'anxiété et de de mal-être, livré à toi-même ... C'est peut-être le bon moment d'envisager une hospitalisation ...

Courage, tiens nous au courant.


RéponseCiter

Bienvenue sur le nouveau forum des bipotes au sujet de la maladie bipolaire . Un espace d’échange et de convivialité sur ce forum d’entraide bipolaire et autres maladies s’y rapprochant . Découvrez toutes les informations concernant les troubles bipolaires au travers d’articles et posts des autres membres via notre forum bipolaire . Conseils, soutien et témoignages sur les diverses solutions de traitements, les symptômes ainsi que la vie de l’entourage, les proches de la personne souffrant du syndrome de bipolarité .

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

e61fe908a79b6bd6bbcd386b5dac2167FFFFFFFFFFFFFFFF
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription