À l'aide! Je sombre...
 
Notifications
Retirer tout

À l'aide! Je sombre...

8 Posts
6 Utilisateurs
0 Likes
640 Vu
Seeker
(@seeker)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 12
Début du sujet  

Bonjour

Ce n'est pas la première fois que j'écris ici mais je vais d'abord me présenter.

Je suis un jeune homme de 24 ans. J'ai été diagnostiqué bipolaire type 1 en 2019 et depuis lors ma vie a totalement basculé. Comme tout bipolaire j'ai connu des "hauts et des bas" et ça m'a totalement changé, à la limite je ne me reconnait plus. Avant j'étais du genre loquace, plaisantin et j'aimais de la compagnie mais aujourd'hui c'est tout le contraire. C'est à peine si j'ose m'exprimer au milieu des gens, la vérité c'est que je perds totalement mes moyens lorsque je dois interagir avec les personnes autour de moi, surtout si ce sont des étrangers et pire encore lorsqu'ils sont du sexe opposé.

Avec tout ceci je suis en train de suivre une formation pour devenir enseignant de lycée. Sans vouloir exagérer, c'est un enfer. À l'heure où je vous parle je suis à la phase pratique de la formation, donc je dispense des cours dans un lycée en tant que stagiaire apprenant. Malgré mes phobies sociales je me demerdais assez bien et je digerais les rires moqueurs de ceux qui constataient mes faiblesses jusqu'à ce que vienne s'y ajouter une dépression qui dure depuis un mois environ. Je crois que vous connaissez la chanson : perte d'énergie, isolation, sommeil accru, idées noires, etc.

Avec ça j'ai pris un congé d'une semaine pour rencontrer mon psychiatre et me remettre sur pieds. Celui-ci à changé mon traitement et m'a mis sous quetiapine  (1 comprimé par jour) pour améliorer les choses et surtout pour que l'excès de sommeil s'estompe. Le congé est fini il ya cinq jours mais à mon grand dam les choses ne se sont pas amélioré. Je suis retourné pour mon stage et lorsque je suis entré en salle de classe j'ai eu des bouffées de chaleur avec tous les regards des élèves braqués sur moi. C'est plus fort que moi. Depuis j'ai l'impression qu' il ne sert plus à rien de vivre une vie comme la mienne. Si avant ce message j'avais trouvé un moyen de "mourir sans souffrir" c'est que je n'existerait plus.  

J'ai grand besoin de votre aide 🙏.


   
Citation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
 

Bonjour,

 

vous traversez une crise, avec des idées suicidaires, je pense que ce serait bien que vous appeliez le 3114. 

 

Bon courage !

Annonce

   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
 

@seeker 

Bonjour,

Je ne sais pas si ça va t'aider, mais voici mon expérience. Je ne suis pas prof de formation, je l'ai été après avoir répondu a une offre d'emploi de l'éducation nationale, j'y ai effectué plusieurs contrats, et aussi dans des organismes de formation et dans le privé. Les élèves ne sont pas toujours de la plus grande empathie, les moqueries et consorts, j'ai connu, une fois un groupe a même vandalisé ma voiture. La peur quand tu entres en classe, transpirer pendant ton intervention, je vois bien. Je fuyais aussi souvent la salle des profs si elle était trop pleine. 

Ce qui m'a aidée, outre le fait de suivre malgré tout mon traitement, étrangement c'est le port du masque au moment ou il a fallu le faire, et des stratégies du genre toujours arriver bien en avance dans ma salle de cours, m'installer, et j'avais toujours, toujours, des supports écrits quand j'oubliais ou j'en étais et qui balisaient mon temps de cours. 

Lors de mon dernier poste occupé, il y avait dans le lycée une référente handicap, a qui j'ai parlé dès le début, et qui a été un soutien. 

Je ne sais pas quelle est ta spécialité. Mais je crois, que parmi les élèves il peut y en avoir qui seront des point d'appuis, ceux que tu peux interroger sans risque en classe, qui contribueront a ce que l'ambiance soit plus lisse et confortable pour toi. 

Pour la dépression, il faut voir ça avec ton psy, si ça persiste. Les dosages peuvent être ajustés. 

Bon courage. 


   
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3991
 
Posté par: @seeker

Bonjour

Ce n'est pas la première fois que j'écris ici mais je vais d'abord me présenter.

Je suis un jeune homme de 24 ans. J'ai été diagnostiqué bipolaire type 1 en 2019 et depuis lors ma vie a totalement basculé. Comme tout bipolaire j'ai connu des "hauts et des bas" et ça m'a totalement changé, à la limite je ne me reconnait plus. Avant j'étais du genre loquace, plaisantin et j'aimais de la compagnie mais aujourd'hui c'est tout le contraire. C'est à peine si j'ose m'exprimer au milieu des gens, la vérité c'est que je perds totalement mes moyens lorsque je dois interagir avec les personnes autour de moi, surtout si ce sont des étrangers et pire encore lorsqu'ils sont du sexe opposé.

Avec tout ceci je suis en train de suivre une formation pour devenir enseignant de lycée. Sans vouloir exagérer, c'est un enfer. À l'heure où je vous parle je suis à la phase pratique de la formation, donc je dispense des cours dans un lycée en tant que stagiaire apprenant. Malgré mes phobies sociales je me demerdais assez bien et je digerais les rires moqueurs de ceux qui constataient mes faiblesses jusqu'à ce que vienne s'y ajouter une dépression qui dure depuis un mois environ. Je crois que vous connaissez la chanson : perte d'énergie, isolation, sommeil accru, idées noires, etc.

Avec ça j'ai pris un congé d'une semaine pour rencontrer mon psychiatre et me remettre sur pieds. Celui-ci à changé mon traitement et m'a mis sous quetiapine  (1 comprimé par jour) pour améliorer les choses et surtout pour que l'excès de sommeil s'estompe. Le congé est fini il ya cinq jours mais à mon grand dam les choses ne se sont pas amélioré. Je suis retourné pour mon stage et lorsque je suis entré en salle de classe j'ai eu des bouffées de chaleur avec tous les regards des élèves braqués sur moi. C'est plus fort que moi. Depuis j'ai l'impression qu' il ne sert plus à rien de vivre une vie comme la mienne. Si avant ce message j'avais trouvé un moyen de "mourir sans souffrir" c'est que je n'existerait plus.  

J'ai grand besoin de votre aide 🙏.

Je trouve que c’est un métier très difficile quand on a une fragilité psy.

j’ai été prof 3 ans j’ai arrêté car je n’y arrivais pas psychologiquement. J ai été en collège et en lycée.


   
RépondreCitation
Seeker
(@seeker)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 12
Début du sujet  

@lilith39 

Merci pour ces conseils.

Je vais essayer de les suivre et observer si les choses évoluent mieux 


   
RépondreCitation
thierry
(@thierry)
Active Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 13
 

Les effets que tu décris sont peut-être aussi liés à la quiétapine - qui selon mon souvenir déstabilise fortement une semaine ou deux au moins au début, et aussi à la fin du traitement (lors du sevrage).

Avec le bon traitement, quand on est assez stabilisé, on peut tout à fait être sur la durée un enseignant opérationnel et efficace. Surveille les effets de ton traitement actuel, et parles-en au psy. Voilà mon conseil.

Ce message a été modifié Il y a 2 ans parthierry

   
RépondreCitation
Lemisanthrope
(@lemisanthrope)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 16
 

@seeker Bonjour Seeker, je me suis récemment inscrite sur ce forum mais souhaite prendre de tes nouvelles tout de même.

Comment vas-tu depuis ton dernier message ?

As-tu réussi à faire front ?

La vocation de professeur.e nous berce malheureusement d'illusions... jusqu'à ce que la réalité nous rattrape. Certaines périodes sont parfois plus douces et il se produit quelques fois des miracles d'enseignement où l'on oublie beaucoup de souffrances endurées pour arriver jusque-là. Néanmoins, il ne faut pas que ta vie devienne le miroir du mythe de Sisyphe...


   
RépondreCitation
Seeker
(@seeker)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 12
Début du sujet  

@lemisanthrope 

Salut lemisanthrope et bienvenue sur le forum.

Depuis la dernière fois, il y a eu une légère amélioration.

Il faut dire que j'ai décidé unilatéralement d'arrêter toute prise de médicament pour cette période et je dois avouer que ça m'a quelque peu libéré. Au lycée je m'en sors mieux dans mes tâches d'enseignement puisque les phobies s' amenuisent sans prise de médicaments. Je dors moins et il y a même certaines nuits où je ne dors pas du tout et je profite pour bien préparer mes cours. Vu l'état des choses je craint juste de virer en phase maniaque.


   
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce