Enfance d un bipola...
 
Notifications
Retirer tout

Enfance d un bipolaire

11 Posts
5 Utilisateurs
0 Likes
512 Vu
Hello
(@hello)
Trusted Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 56
Début du sujet  

Bonsoir, 

Comment étiez vous lorsque vous étiez enfant ? Quel souvenir gardez-vous de votre enfance ?

Avez-vous eu une enfance qui ne présageait pas de maladie et connu l insouciance ? Vous sentiez vous différent à cette époque ou bien y a t il eu un "avant /après" lors de votre première phase (dépression, manie, hypomanie) de jeune adulte ? 


   
Citation
Daria
(@daria)
Reputable Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 320
 

Alors si je mets mon enfance  elle-même de côté. J'y pensais l'autre jour et je me disais que si enfant on voyait déjà ma bipolarité (type 2). J'étais une gamine qui était très vite triste. Comme par exemple quand j'avais passé un week-end chez un camarade d'école, je pleurais. Je deprimais vraiment beaucoup. Et puis je pouvais faire la fofolle aussi. Mais j'avais beaucoup beaucoup de moment de léthargie et de déprime. J'étais déjà hypersensible. J'avais un côté très autistique.  J'étais une gamine anxieuse et souvent fatiguée.

D'ailleurs, j'ai souffert d'harcelement scolaire durant presque toute ma scolarité parce que je paraissais "bizarre".

Adolescente, tout ça c'est accentué avec de vrais hypomanies où j'étais un vrai clown et puis déjà de profondes dépressions qui m'amènaient  malheureusement à des t.s .

Je pense que je la porte depuis toujours ma bipolarité. 


   
RépondreCitation
Hello
(@hello)
Trusted Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 56
Début du sujet  

Personnellement, je me sentais déjà très différente, j en ai des souvenirs dès le CP, où j observais les autres enfants jouer de façon insouciante et je ne comprenais pas comment ils faisaient alors que je pensais avec gravité aux cycles de la vie, à la mort, au temps qui passe. Je n ai jamais été rejetée. J étais peu sociable mais suffisamment pour avoir ma meilleure amie et je ne prenais jamais partie pour le reste.

La moindre feuille morte qui tombait à l automne, le moindre animal mort, les émotions des autres, me jetaient à terre. J'ai fait une première dépression à 7 ans, puis vécu des dépressions saisonnières. 

Annonce

À l adolescence, j'ai décidé de "devenir" extravertie afin d éviter l angoisse générée par les autres quand ils venaient à ma rencontre. Faire le premier pas me donnait du contrôle.

En classe, j étais bonne élève et ne faisais pas de vague. Le temps de classe me paraissait une éternité en primaire. Je détestait le collectif.

J'ai finalement fait de très longues études car j'ai trouvé des sujets passionnants à partir du lycée et j adorais apprendre.

En revanche, je ne relève pas de variation de l humeur pendant l enfance. Il y avait cette gravité permanente avec cette conscience profonde des choses, et une fréquente tristesse, mais jamais de "up". 


   
RépondreCitation
Vette
(@vette)
Trusted Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

J'étais une petite fille sans frères et soeurs toujours joyeuse et enjouée mais hypersensible. Je me sentais très différente des autres et j'en souffrais sans le montrer. La bêtise et la méchanceté des autres enfants me faisaient beaucoup de peine. J'étais terrorisee par les disputes entre mes parents. J'étais très impressionnabl e. J'avais des sentiments d'amitié profonds pour des camarades qui elles étaient superficielles.

La bipolarité est arrivée à 20 ans car je n'ai pas été soutenue après une première déception amoureuse.

Je pense que dans mon cas ce sont surtout les épreuves ,le manque de soutien , l'épuisement psychique qui m'ont fait tomber dans la bipolarité 

Bonsoir

 


   
RépondreCitation
Daria
(@daria)
Reputable Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 320
 

Ma bipolarité est génétique. J'ai entendu une très bonne émission la dessus où des scientifiques expliquaient que dès qu'on a un parent bipolaire, on porte les gènes en nous mais tout le monde ne les active pas. 

Il faut un élément traumatique et/ou une enfance dure pour déclencher la bombe. Ce qui m'est arrivée à 3 ans. C'est pour cela que perso, j'ai l'impression qu'elle a toujours été là. 


   
RépondreCitation
Hello
(@hello)
Trusted Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 56
Début du sujet  

En effet, c'est un phénomène epigenetique. En ce qui me concerne j ai eu une enfance triste sans raison. Il n'y a pas de particularité au niveau familial ou de mon éducation. 

En revanche, des dépressions chez plusieurs parents côté maternel. 

Tout comme vette la méchanceté des autres enfants me heurtait, j avais vraiment peur d eux d ailleurs.

Il y a eu un événement, jeune adulte, que je n'ai pas réussi à gérer émotionnellement, mais dans l enfance je ne me sentais pas "normale" et ado j ai fait de l anorexie.

Je ne remets pas en question mon diagnostic, mais j ai peu d informations sur les profils tb dans l enfance, les premiers signes, et parfois je m interroge sur des sortes de comorbidites me concernant. 


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 53 ans
Posts: 0
 

Bonjour,

Pour ma part, j'ai la certitude d'avoir déclenché la maladie vers mes 3/4 ans. Un événement traumatique. A partir de cet âge, j'ai enchaîné des phases, la particularité étant que j'ai été "dressée" très tôt a ne présenter aux autres que ce qui était "présentable" et "semblait normal". J'ai relu des journaux intimes que j'ai tenu assez tôt, qui étaient mon seul "déversoir", et les phases sont très nettes. Ma vie sociale s'est trouvée limitée a ma famille maternelle stricto senso, jamais d'amis de la maternelle a la fin du lycée, et même ensuite en travaillant, puis reprise d'études, pas d'amis ou de relation qui ai pu constater mon état, et comme j'ai appris a ne pas montrer mes dépressions ni ce qui pourrait être considéré comme des TS, ni les ups, je suis passée inaperçue. Je n'ai consulté des psy qu'a partir de la vingtaine, et diagnostiquée a 46 ans. Je n'ai pas notion de personnes de ma famille ou de mon ascendance bipolaires, j'ai éventuellement aujourd'hui quelques soupçons concernant l'état de ma mère, mais elle ne consultera jamais (70 ans) et du côté paternel je ne les connais pas. 

Voilà. Bonne journée a vous. 


   
RépondreCitation
Fantomette
(@fantomette)
Noble Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 2103
 

Bonjour, 

Pour ma part, il me semble qu un enfant très "conscient", en proie au questionnement, sociétal notamment... ne peut que développer une " dite" pathologie. 

Aujourd'hui, en plus du reste, bâillon à l école, distanciation sociale etc... 

De la "fabrique de crétins" à la "fabrique de psychopathes"

Concernant mon enfance, je ne suis pas concernée, tralala lalère, pas bipo moi ! 

Juste un peu barge de traîner ici, il paraît... 


   
RépondreCitation
Daria
(@daria)
Reputable Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 320
 

@Fantomette humhum...humhum tu es un robot espion? 🥸


   
RépondreCitation
Daria
(@daria)
Reputable Member
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 320
 

Il existe une association qui s'occupe des enfants bipolaire.

https://www.bicycle-asso.org/parent/


   
RépondreCitation
Fantomette
(@fantomette)
Noble Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 2103
 
Posté par: @daria

@Fantomette humhum...humhum tu es un robot espion? 🥸

Va savoir... 

Je travaille pour l OMS, en amont... Chuut


   
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce