Et vous, vous avez ...
 
Notifications
Retirer tout

Et vous, vous avez fait comment?

19 Posts
9 Utilisateurs
11 Likes
671 Vu
Ems
 Ems
(@ems)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
Début du sujet  

Hello à tous, j'espère que vous allez bien ? 

Bon, voilà , récemment diagnostiquée (...enfin), j'ai une envie irrépressible d'expliquer ce que je vis au quotidien aux gens qui m’entourent, surtout mes amis et à ce nouvel homme que j'ai rencontré. Mais , j'ai une trouille bleue  que soit mes amis se mettent à changer de sujets, car ils ne se sentent pas à l'aise et que je me retrouve de nouveau seule face à un mur ou alors qu'on me prenne en pitié, ce que me dévasterait, car je ne veut pas être que cette maladie.

Pour la personne que je viens de rencontrer, je suis super enjouée et heureuse quand il me parle, alors qu'on ne se connait que depuis peu et j'ai juste envie de tout déballer... Sauf que dire à un quasi inconnu que je souffre d'une maladie mentale, j'ai peur que ce soit...risqué et qu'au final et bien , il me remballe parce que je ne suis qu' " une tarée de plus".

Du coup, vous, avec cette maladie, comment vous avez réussi ou non à en parler? Ça vous a soulagé? Blessé? 

Voilà , pour ceux qui le veulent et qui se sentent à l'aise de partager , j'aimerais avoir un peu vos expériences ! 🤗 🤗 

 


   
Citation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 

Bonjour, moi c'est simple, je l'ai mis directement au parfum. Ne pas le faire serait cacher quelque chose d'assez gros, j'aurai eu l'impression de faire semblant d'être quelqu'un que je ne suis pas. Quand j'ai été diagnostiquée, on se fréquentait mais on était pas encore ensemble, étrangement il a été le premier au courant alors qu'on se connaissait à peine. Ca ne lui a pas posé de problème, j'ai même déjà rechuté pendant notre vie commune, j'ai de la chance d'avoir un compagnon qui me soutient.

Si cet homme que tu as rencontré ne l'accepte pas, c'est qu'il n'est pas pour toi. C'est sûr que ça sera blessant sur le moment, mais ce sera un mal pour un bien.


   
Ems reacted
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 

Je l ai dit au 4eme rencard mais madame est psychiatre donc ça change un peu la donne : D


   
RépondreCitation
Erreur 404
(@feenyx)
Illustrious Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 6227
 

Je le dit assez rapidement en fait . Celui que je vois le plus l a su de suite mais bon il m a tendu la perche en me disant qu il avait u. Gros défaut.  Il est dépressif. 

Annonce

La personne que j ai rencontré avant l a su au premier rencard . On en a parlé calmement.  Comme c est à la mode en ce moment il avait vu des reportages et savait en gros ce que c etait . Il a dit que ça changeait rien si ce n est qu il était la si j allais pas bien .

Bref y a pas mort d homme . En revanche je le dirai pas au boulot 


   
Ems reacted
RépondreCitation
Meiose
(@meiose)
Trusted Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 98
 

Je l'ai dit a mon homme presque dès les débuts de nos flirts par textos, de facon assez opportuniste.

On parlait de l'origine présumée de nos "déviances" sexuelles. Bien sûr je ne détaillerai pas ici, mais pour moi il y a un lien assez evident avec mes troubles bipolaires présumés.

Il a botté en touche, un peu en mode "moi je ne crois pas en ce genre de choses, pour moi l'humeur c'est comme une machine, si tu l'entretiens correctement et que tu fais pas de conneries y'a pas de raisons que ça marche mal". C'est drole quand même, depuis toute petite j'ai le même cauchemar récurrent, c'est une machine qui s'emballe. Bref, j'ai divergé.

J'ai été un peu vexée mais ça ne m'a pas arrêtée dans le flirt.

Depuis, suite à une phase depressive où, sans explication, j'ai delaissé un projet commun qui lui tenait beaucoup à coeur, j'ai fini par lui expliquer, de façon plus soft, genre "tu sais bien que des fois je vais pas bien et j'ai envie de rien". Avec le temps et les cycles successifs, il finira forcément par se rendre à l'évidence : des fois je vais bien et des fois pas, et c'est de la faute de personne (ni lui, ni moi, ni les autres).

Mon ancien chef s'en est rendu compte tout seul, même avant moi - il n'a pas dit "bipolaire", mais "cyclique". Mais ce qu'il m'a décrit ensuite étaient justement des symptomes de bipolarité, alors bon, je le soupçonne de très bien savoir de quoi il parlait... malheureusement ce n'est plus mon chef, alors avec le nouveau faudra partir de zero. Je l'ai dejà entendu dire qu'il ne comprenait pas que des gens puissent être depressifs au point d'essayer de se suicider, alors je pense que ça serait compliqué de lui expliquer.

Sans pour autant en parler clairement, ca m'est arrivé de dire à mes collègues "les gars je suis desolée mais je vais pas bien". Beaucoup n'ont pas réagi (en même temps à leur place j'aurais pas su réagir), quelques un ont fait un peu plus attention à moi pendant les jours/semaines qui ont suivi. Donc si tu es entouré de gens bienveillants, faut pas hésiter a en parler un peu - pas trop non plus, ça peut les mettre mal à l'aise s'ils ne savent pas quoi faire ou comment réagir.

Après, ce genre de choses peut servir de "détecteur à cons" dans ton entourage. Les gens qui prennent la peine d'essayer de comprendre et qui se préservent de tout jugement, c'est des bonnes personnes qui tiennent à toi. Les sceptiques sont neutres (après tout ils sont pas dans ta tête). Ceux qui changent brutalement d'attitude envers toi (alors qu'ils te connaissent depuis longtemps) sont des cons.

A mon avis il ne faut pas prendre le risque d'en parler à des gens qui ne te connaissent pas. Y'a tellement de prejugés derrière les maladies mentales que ça peut faire peur. S'ils connaissent ton trouble avant de te connaitre toi, ben... forcément ça fausse le jeu, tu te retrouve qualifiée de "malade mentale" avant toute autre chose.


   
Ems reacted
RépondreCitation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 
Posté par: @meiose

 

A mon avis il ne faut pas prendre le risque d'en parler à des gens qui ne te connaissent pas. Y'a tellement de prejugés derrière les maladies mentales que ça peut faire peur. S'ils connaissent ton trouble avant de te connaitre toi, ben... forcément ça fausse le jeu, tu te retrouve qualifiée de "malade mentale" avant toute autre chose.

Justement, c'est un filtre, c'est comme ça que tu vois les gens qui pourraient en valoir la peine. J'ai perdu des "amis" une fois mon diagnostic posé, et bien au revoir la porte est là. Comme si des gens te jugent négativement sur base de ça, merci au suivant. Bon après c'est pas non plus "Bonjour, je m'appelle Truc et je suis bipolaire", mais on ne devrait pas avoir peur ou honte d'en parler, et les gens qui nous font avoir peur ou honte n'ont pas leur place dans nos vies.


   
Ems reacted
RépondreCitation
Meiose
(@meiose)
Trusted Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 98
 

@elonawasikowska

C'est bien pour ça que je parlais de "détecteur à cons". Mais je pense qu'il y a beaucoup de gens très bien, pas cons, qui sont aussi très mal informés et qui ont malgré eux des prejugés un peu malheureux.

Il y a aussi peut-etre des gens à qui ce n'est pas pertinent de le dire. Moi j'estime que mes problèmes d'humeur, c'est quelque chose de privé, d'intime. En parler à tout le monde, pour moi, ce serait comme aller au boulot à poil - y'en a beaucoup que ça mettrait mal à l'aise, moi y compris. Après y'a aussi des voyeurs a qui ça plairait d'une façon un peu malsaine, comme y'aurait des gens qu'en auraient rien à carrer. 

Enfin bref, chacun fait ce qu'il veut, j'ai rien contre les nudistes bien au contraire 😉


   
Ems and Alaric reacted
RépondreCitation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 

@meiose C'est pas vraiment une question d'en parler à tout le monde et n'importe qui (je me suis peut-être mal exprimée), c'est une question d'en parler aux gens qui commencent à devenir proches ou que tu fréquentes au quotidien quand ça commence à devenir une option, et ne pas avoir peur de leur en parler et d'être jugés. Un peu comme si tu disais que tu avais un cancer ou une maladie cardiaque en fin de compte. Ca m'a soulagée d'en parler à mes collègues (que je connais depuis un an) quand j'ai rechuté, j'en avais assez de mentir et d'inventer des excuses pour expliquer certaines choses du style mes voisins ont fait la fête toute la nuit et c'est pour ça que j'ai pas dormi et que je suis aussi fatiguée, ou je suis en maladie car j'ai encore chopé la grippe. Je n'ai eu que du soutien mais aussi des "ah ça explique ça", en gros ça se voit que quelque chose cloche chez moi (surtout les accès de parano visiblement). Je pense que les gens biens mais mal informés sont capables d'écouter, et de respecter même s'ils ne comprennent pas. Et encore une fois si ça passe mal, tant pis, je ne retiens personne dans ma vie.


   
RépondreCitation
Loloclt
(@loloclt)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 29
 

Bonjour,

Ma famille a connu le diagnostic aussitôt que je l'ai su. On est peu nombreux et ils m'avaient soutenu et subi quand j'allais bien.

Mes amis? Je n'en ai pas vraiment alors....

Ma patronne d'alors l'a su, j'ai été arrêté plusieurs mois au moment de la pose du diagnostic.

J'ai rencontré mon mari sur internet. Je papotais avec une quinzaine d'hommes. Rien de bien passionnant. Et puis un jour j'ai annoncé à tous que j'étais bipolaire. Seuls deux m'ont répondu ensuite dont mon mari. 

Par contre s'il a d'emblée accepté ma maladie il a été très réfractaire à en parler à ses parents et ne souhaitait pas que ça s'ébruite. 

Mais on vient de décider que si je voulais l'annoncer je le ferai 


   
Ems reacted
RépondreCitation
Ems
 Ems
(@ems)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
Début du sujet  

@kust

Oh, waouw, plutôt chanceux d'avoir quelqu'un qui sait à vos côtés ! 


   
RépondreCitation
Ems
 Ems
(@ems)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
Début du sujet  

@feenyx

Merci d'avoir partagé! 

Je pense aussi que je ne suis pas prête à faire le pas au travail.. J'aurais trop peur qu'on me regarde de travers ....


   
RépondreCitation
Ems
 Ems
(@ems)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
Début du sujet  

@loloclt

Tu est très chanceuse d'être aussi bine entourée.. malgré les difficultés! Merci d'avoir partagé 🙂


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @ems

@kust

Oh, waouw, plutôt chanceux d'avoir quelqu'un qui sait à vos côtés ! 

J en sais plus qu elle 😆 😎 

Mais en termes de surveillance c est imparable


   
Ems reacted
RépondreCitation
Franck
(@gibson1965)
Estimable Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 207
 

Bonjour à toutes et à tous ,

 

En ce qui me concerne lorsque j' ai rencontré mon Amie actuelle il y a de ca 13 années , je lui ai toute de suite dis que je n' allais pas bien , et que j' étais dépressif (Car à l' époque je n' avais pas encore été diagnostiqué Bipolaire) .

Et puis au fil des mois , des années je suis devenu ingérable avec mes crises de Manie et mes dépression sévères.

Et c'est ensemble que nous avons pris la décision que je me fasse suivre tout d' abord par un psychiatre et ensuite dans un hôpital spécialisé (Créteil).

Mes enfants ont également été prévenu de ma maladie , et je peux dire aujourd'hui que je suis très bien soutenu par mon entourage privé , et que tout ce petit monde est présent quand il le faut.

Maintenant , pour ce qui est d' ordre professionnel , en 2012 , j' ai également prévenu mes collègues et ma hiérarchie de ma bipolarité , je n' irais pas jusqu' à dire que tous ont compris ma démarche de le dire , mais pour moi cela paraissait vital de les prévenir , pour qu' ils sachent au moins se dire que lorsque mon humeur change , ils savent pourquoi !!!

Et je dois dire que je ne m' en sors pas trop mal , tout ce petit monde me respecte et accepte qui je suis , et m' aide aussi dans les moments les plus difficiles.

 

Après , je peux comprendre que certains d' entre vous se refusent d' avouer cette maladie , tout dépend bien sûr des personnes qui nous entourent , que ce soit la famille ou les collègues

Bonne journée à tous

Franck

 


   
Ems reacted
RépondreCitation
Ems
 Ems
(@ems)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 12
Début du sujet  

@gibson1965

Merci d'avoir partagé cette expérience qui donne encore un peu plus le courage de passer le cap:)


   
RépondreCitation
Vincentristana
(@vincentristana)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 27
 

@elonawasikowska

La révélation de son trouble bipolaire aux autres n'est pas une question anodine. Personnellement je sais que rien qu'au début lorsque j'ai annoncé que je faisais une dépression et prenais des AD, j'ai senti le regard de mes amis changer. Je ne parle même pas de ce que cela a été lorsque j'ai fait un séjour en clinique, puis des crises de manie délirante avec séjour en HP, etc. Le regard des autres peut accentuer la situation que l'on a d'être en handicap. 

Du côté professionnel, je pense qu'il vaut mieux, tant que c'est possible, ne rien révéler.

J'en discutais il y a peu avec une infirmière: il y a eu indéniablement une "démocratisation" ou "banalisation" de ce qu'est le TB, mais cela reste un mot qui fait peur. C'est une psychose, qui peut se manifester à des degrés parfois flippants. 

Côté rencontre, je me vois mal mettre sur ma page meetic "grand bipolaire devant l'éternel" 🙂 D'ailleurs, nouveau sur le site, je n'ai pas encore pris le temps de regarder: il y a une section Tinder? LOL est-il plus facile de faire des rencontres entre bipolaires ou entre un bipolaire et qqun de "sain"? Grande question...

 

Vincent

https://bipolaroid.org/


   
RépondreCitation
Meiose
(@meiose)
Trusted Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 98
 

Bon, j'ai fait mon coming-out auprès de mon mec hier soir. Tout ça semble très mystérieux pour lui, il ne connait rien en matière de troubles mentaux, mais il n'a émis aucun jugement, il a bien compris que ça ne change rien à "qui je suis" (puisque de toute facon c'est pas le fait d'avoir vu un psy qui m'a rendue bipolaire)

Maintenant je me tâte à en parler au boulot.

Apparemment mon ancien chef a dejà prononcé le mot "bipolaire" à mon sujet - ce qui me vexe à fond : ça ne le regarde pas, il est ni psy, ni dans ma tête, n'a jamais eu aucune légitimité pour juger de mon état mental, bref, c'était déplacé (Et c'était avant même je commence à penser être bipolaire) - mais c'est bien son genre de balancer des trucs comme ça à qui veut bien l'entendre. Et il est encore dans la boite donc il peut encore le faire.

Donc j'ai bien envie de tuer dans l'oeuf les rumeurs auprès de notre nouvelle future directrice que je verrai prochainement en entretien individuel pour "faire connaissance", et lui expliquer clairement, calmement.


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Franck
(@gibson1965)
Estimable Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 207
 

Bonjour à tous ,

Je viens de vous lire , et je m' aperçois que vous êtes un peu réticent à l' idée de dire à votre boulot votre maladie : Et je vous comprend tout à fait.

Moi je n' ai pas hésité , tout le monde a compris ma démarche , sauf une personne mon chef direct qui à commencé à dire que tous le monde avait des humeurs changeantes (Chose qui est vraie) , mais le bipolaire lui dépasse les bords et les bornes de ce qui peut-être considéré comme normal.

Mon Chef un jour ( une journée ou j' étais légèrement euphorique et que je faisais rire mes collègues) m' a traité "d' ANE".

Je peux vous dire que je ne me suis pas laissé faire , car j' ai très mal pris cette remarque , j' en ai discuté avec ma plus haute hiérarchie , et depuis plus personne ne tente quoi que ce soit .

Se moquer d' une personne malade est irresponsable et manque d' humanité.

A plus

Franck

 


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 495
 

@meiose

C'est étonnant que votre ancien chef le remarque avant les autres. Il a peut-être une expérience personnelle avec la maladie. 

C'est pas évident d'en parler au travail. Après, je pense que plus les gens seront en mesure d'en parler ouvertement moins ça sera stigmatisant et plus ça facilitera les prises en charge et la vie des malades. 


   
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce