Notifications
Retirer tout

LA PART D OMBRE DES H P : LA CONTENTION

 

vincent
(@vincent)
Bipo
Inscription: Il y a 7 mois
Msg: 22
Début du sujet  

Je vais essayer de rester très concret et peut-être en quelques mots vous donner un bref aperçu de ma pathologie.

Je ne sais même pas si ma bipolarité est de type 1/2 ou 3.

A certains moments j'ai même l'impression d'être hors catégorie vu l'impact de cette maladie sur mon parcours de l'âge de 20 à 45 ans.

Quand je prends mes traitements, tout se passe globalement bien.

A chaque fois que je les ai arrêté ; descente aux enfers ; HOSPI.

Je vais vous donner un aperçu de mon dernier pétage de cable.

-Début Novembre 2020 : arrêt de traitement

-Etat maniaque de plusieurs semaines dans Paris ; errance ; grosses consommations de toxiques ; à certains moments proche d'états qui peuvent faire penser à une forme de folie furieuse ; comportements à risques ; agressivité ; aucune inhibition ...

-Résultat : contrôle de Police : ils ne m'ont vraiment pas laissé le choix : direction les hopitaux psy de la préfecture de Paris : SAINTE ANNE

-Un procédé charmant : 10 jours de contention alors que LES PSYCHIATRES PEUVENT TOUT A FAIT VOUS SHOOTER AVEC DE FORTES DOSES DE TRANQUILISANTS POURQUOI PAS AU DEBUT UNE GROSSE DOSE DE TERCIAN PAR EX

-Je trouve cette approche profondément scandaleuse ; aucun respect de la personne ; aucune dignité ; pas de compassion ; aucune forme de bienveillance ; pas d'écoute des besoins...

-Heureusement, avec le recul et le temps : mon état de rage et de révolte s'est apaisé

Dans un autre post ; je vous parlerai des conditions dans lesquelles fonctionnent les HP ( j'ai été hospitalisé 2 mois sous contrainte suite à la contention.

N'hésitez pas à me donner vos éclairages, vos ressentis, vos retours d'expériences ; je suis persuadé que je ne suis pas seul à avoir subi ce type de traumatisme.

Merci à vous.

Vincent


Citer
Stefa
(@stefa)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 3 mois
Msg: 226
 

Bonjour, je n'ai pas du tout le même vécu que toi.

J'ai été hospitalisée sous contrainte lors d'une mélancolie profonde. Je n'ai pas été contenue, mais isolée dans une chambre sécurisée. C'était dur, mais l'équipe médicale et l'équipe soignante étaient très humaines. Je devais être stimulée pour manger, pour me laver etc. A force d'entretiens et de dialogue, j'ai rapidement accepté de prendre mon traitement, ce qui a facilité les choses pour tout le monde. Et au bout de quelques jours (13 je crois me souvenir), a permis la levée de la contrainte et un passage en hospitalisation libre, et donc la sortie de la chambre sécurisée pour une chambre classique, dans un service classique et plus en soins "intensifs".

voilà pour mon expérience d'une gestion de situation de crise.


RéponseCiter
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 3 mois
Msg: 308
 

Alors pour avoir eu des retours de patients sur des hôpitaux psychiatrique, je sais que ce que tu dis est vrais dans beaucoup d'endroits. Il y a même des plaintes de proches. Je crois avoir entendu l'histoire  d'une malade sous contention pendant 2 ans!!! Les services expliquent cela par un manque de personnels... 

Perso, la clinique a un autre type de contention... le Tercian et tous les tranquillisants qui existent. (Mais je pense qu'ils doivent avoir des bons de réduction chez Tercian. C'est ce qu'on se dit entre patients). Et ce n'est pas mieux. 

Tu as déjà été sous tranquillisants à haute dose? Moi oui! Et j'ai faillit creuver! Crois moi ce n'est pas mieux que les contentions. Tu as l'impression d'être hors de toi même.  Tu deviens un zombie. Tu finis la tête dans ton assiette. Tu ne fais que de dormir. Vraiment, c'est horrible. La contention, elle est invisible mais elle est là.Tu vois certains patients arriver qui te parlent normal, et quelques mois après tu comprends à peine ce qu'ils disent et au niveau cérébral, ce sont des petits vieux. Et je ne parle pas de ceux qui ne se réveille pas le matin. 

Ils abusent des contentions mais aussi des tranquillisants... 

Le problème, c'est que certains soignants se plaignent aux psychiatre parce que "pas le temps" " Vraiment insupportable" et j'en passe. J'ai entendu des soignants parler de nous vraiment comme des chiens galeux. 

Heureusement, j'ai rencontré aussi des soignants super. A qui je dois beaucoup.  


RéponseCiter
Stefa
(@stefa)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 3 mois
Msg: 226
 

La crise de la psychiatrie est bien réelle. La maltraitance de l'institution conduit à la maltraitance des patients par les soignants.

Je constate jour après jour que depuis le début de ma prise en charge, il y a 17 ans, malgré plusieurs hospitalisations en HP et en clinique, j'ai eu la chance de tomber sur des équipes très professionnelles et humaines. Je ne dis pas que c'est facile, mais je n'ai jamais été maltraitée.


RéponseCiter
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 77
 

@daria bonjour Vincent et Daria 

Voici mon témoignage. Je me suis présentée moi même en HP alors que je n'avais plus ma tête mais je n'était pas violente. Je dois préciser que je venais de être victime de violence sexuelle avec séquestration et je cherchais un lieu où me sentir en sécurité. On m'a demandé de prendre une douche alors qu'il y avait juste un rideau pour me séparer des autres patients qui attendaient de me regarder en rigolant. J'ai paniqué, j'ai défoncé la porte vitrée, j'ai fait le tour du parc , j'ai fait le mur, j'ai marché, je me suis réfugié chez des inconnus qui ont appelé la police. Et la police m'a ramenée à l'hp !

Alors on m'a piquée et on m'a enfermée endormie dans une pièce sans ouverture sans lit. J'ai hurlé je ne savais pas où j'étais CAR PERSONNE NE M'AVAIS PARLE DEPUIS LE DEBUT.

je n'étais absolument pas agité j'étais seulement terrorisee par la conduite des soignants qui étaient de grands malades

Il y aurait encore long à dire. Mes parents ont pris un avocat et j'ai pu sortir au bout de 3 jours

J'ai juré que je mettrai fin a mes jours si je devais remettre les pieds dans un HP 

Heureusement je connais une clinique où j'ai été soignée  humainement. 

Il existe un rapport sur la maltraitance en HP c'est reconnu 

Bonne soirée

 

 

 

 

 


RéponseCiter
Mily
 Mily
(@mily)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 7 mois
Msg: 379
 

@vette et beh....ça fait peur ! 


RéponseCiter
Mily
 Mily
(@mily)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 7 mois
Msg: 379
 

@vette tu dois avoir une grande force intérieure pour avoir traversé tout ça 😶


RéponseCiter
Roald
(@amundsen)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 75
 

Je suis arrivé à l HP sangle sur un brancard, menottes dans le dos.

J ai fait 48h de contention la plupart du temps shooté, le trou noir. Je me souviens avoir été surpris quand après que l on m ai attaché les mains et les pieds on ajoute la ceinture centrale suffisamment serrée pour gêner la respiration, je pense que c est pour t empêcher de gueuler. Si tu veux gueuler sans t épuiser c est tout une technique de gestion de la respiration. J'ai eu le réflexe de n essayer de ne faire aucun effort, j ai tester légèrement un lien et je me suis réfugié à l intérieur de moi même. Si il y a eu un moment de solitude dans ma vie c est celui ci. Je me suis senti abandonné de tous et de tout. Je me rappelle avoir pensé à ceux qui ont subit la torture. Ma torture fût la soif, je n avais pas bu ni mangé depuis plus de 24h quand j ai été capturé par les pompiers, les flics avec leurs chiens. Avec ma langue j essayais de récupérer un peu de salive au fond de ma bouche pour umecter le haut de mon palais. Pour m empêcher de me pisser dessus ou me forcer à avaler leurs pilules ils ne me donnaient que un verre d eau à la fois, un verre d eau et demi si j insistais. 

Il doit y avoir un plaisir sadique à contraindre le corps de l autre. Ma contention n à pas respecté la réglementation de l époque. Il n y avait aucune personne pour surveiller, aucun repert temporel. Je savais qu il ne fallait craquer, garder le contrôle, ne pas se faire casser.

Quelques semaines plus tard, j ai réussi à faire le mûr,  un grillage de plus de deux mètres avec un barbelé. Je savais que c etait la seule façon de sortir de l HP en conservant mon intégrité personnelle. Ils ne m ont pas eu.

Ta colère est retombée, après 7 ans la mienne est intacte, contre la connerie la colère est juste et nécessaire, c est souvent le prix de la liberté. 


RéponseCiter
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 77
 

@amundsen bonsoir 

Tu n'imagines pas comme ton témoignage me touche. Moi aussi j'avais soif et je me suis évadée en sautant un mur très haut. Tu as raison la colère contre les barbares est salutaire. Quand j'y repense je me dit que la liberté est au dessus de tout. Quand je me suis trouvée dehors il pleuvait , j'étais libre et cet instant est gravé dans ma mémoire.


RéponseCiter
Roald
(@amundsen)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 4 ans
Msg: 75
 

@vette 

J avais pris plus d une semaine à préparer un plan d évasion plus ou moins délirant après avoir échoué à sortir par la voie légale.

Après avoir franchi mon grillage et avoir laissé une sorte de distance de sécurité de 500m au moins, je me suis retourné pour la première fois vers l hôpital et là j ai ressenti une émotion puissante et unique la liberté de l évadé. Je n oublierai jamais non plus.

La suite fut moins facile, j ai mis trois jours pour rentrer chez moi, dormant dans la forêt  dans un cimetière, ne me déplaçant que de nuit, gelé la nuit c était mi novembre, hurlant de douleur quand je m aperçu que j avais oublié la photo de ma femme et de mes enfants à l HP.


RéponseCiter
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 3 mois
Msg: 308
 

Nous ils ont foutu des caméras dans les arbres du parc. On a tous essayé de trouver mais... pas trouvé.

Les malades psy sont vraiment des aventuriers!!! Je rigole mais c'est comme même grave que ça se passe en France au 21eme siècle. 

Moi, j'ai donc failli crever à cause du psychiatre qui s'appelait... Merlin. Et qui m'a donné 4 fois la dose que je devais prendre. Je suis allée manger le midi péniblement. Mon voisin d'en face un jeune de mon âge, il essayait que je ne m'endorme pas en me parlant et en essayant de me faire rire. 

Je ne me rappelle plus le retour dans ma chambre mais je suis tombée dans le lit. Et je me rappelle qu'en dormant je me sentais vraiment m'enfoncer... de plus en plus. 

C'est une hallucination auditive qui m'a réveillé. Mon instinct de Maman a été plus forte... j'ai entendu mon fils. 

Je faisais tout pour ne pas replonger. J'étais toute seule dans ma chambre. Pas la force d'appeler au secours. Là, les soignantes de merdes sont rentrés pour faire l'entrée du fille dans ma chambre. 

Elles me disent " sorter Daria". Je leur dis que je ne peux pas, je ne suis pas bien. L'infirmière mal ba* me dit en bref d'arrêter mon cinéma et de sortir...

Bon je sors. Et arrivé à la porte, je m'écroule. Même pas elle aurait fait quelque chose cette conn*. Elle me dit d'aller a l'office. Bon, je m'écroule dans le couloir. Ce sont des patients qui me rattrapent et je m'assoie parce que tu comprends les infirmièrs faut qu'ils boivent leur café. 

Bon, je regarde par le hublot parce que je sens mon coeur battre tellement fort que ça fait un mal de chien. Et surtout, mon coeur bat de moins en moins vite. 

Je dis "je peux pas att. ." Bon cette fois je tombe au sol. Devant l'infirmier qui n'a pas eu le reflexe de me rattraper.  Il m'assoie et là, il me dit " Alors ces idées, elles sont en place?. (Je faisais une bouffée délirante).

Je demande au seigneur si je peux retourner dans ma chambre. Bon des soignants décide de m'accompagner. 

Je me refaits engueuler quand je retourne dans la chambre. Sa collègue lui dit que je ne vais pas bien...

Bon j'avais aussi mes muscles qui ne soutenaient plus rien. 

Et là c'est devenue marrant quand ils ont pris ma tension qui étaient de 6. Et là, j'ai vu des abeilles autour de moi. On a levé mes jambes avec 3600p oreillers. Monseigneur l'infirmier a dit, ce sont mes règles. 

J'ai essayé de gueuler avec le peu de force que j'avais "c'est votre putain de Tercian.

On arretait pas de prendre ma tension. Pendant 2 jours , j'ai du rester allongé. J'ai mangé dans ma chambre que le lendemain. Je ne devais pas manger avant. 

Honnêtement, j'ai vu ma vie défilé. Le lendemain, j'ai refusé le Tercian. Mais le soir, l'infirmière m'a dit en bref qu'elle ne voulait pas avoir une mort sur la conscience. 

La veille, c'est moi qui a retenu un patient en le plaquant au mur avec ma delicatesse légendaire pour pas qu'il tombe a cause des médocs... 

Moi aussi je suis en colère. On est vraiment traité comme de la merde par certains soignants. Comme des menteurs... comme des merdes.


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 3015
 

Et ben ...


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 3015
 

Ça fait 19 ans moi . Difficile de nous comprendre . Ma pire souffrance est morale, mais c'était subjectif, et elle venait de mes proches . Sur, on se sent mal en contention, je me suis chier et pisser dessus ! Qui peut comprendre, le mal est dans notre tête . Plus d'humanité chez les soignants.... je suis soignante, il faut toujours se remettre en cause, sinon, on devient maltraitants, parce que blasés .Sur, il faut du personnel à l'avenant, et bien qualifié ...Il y a tant de choses à faire, on laisse bien mourir des enfants en Afghanistan.... 


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 3015
 
Posté par: @ver00

Ça fait 19 ans moi . Difficile de nous comprendre . Ma pire souffrance est morale, mais c'était subjectif, et elle venait de mes proches . Sur, on se sent mal en contention, je me suis chiée et pissée dessus ! Qui peut comprendre, le mal est dans notre tête . Plus d'humanité chez les soignants.... je suis soignante, il faut toujours se remettre en cause, sinon, on devient maltraitants, parce que blasés .Sur, il faut du personnel à l'avenant, et bien qualifié ...Il y a tant de choses à faire, on laisse bien mourir des enfants en Afghanistan.... 

 


RéponseCiter