Medic où pas Medic....
 
Notifications
Retirer tout

Medic où pas Medic......?? ,😎

37 Posts
11 Utilisateurs
10 Likes
1,740 Vu
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

Bonjour à tous, 

Je suis très attentif à vos écrits et comprend la plupart d'entre vous j'ai arrêté les Medic à cause de leur effet secondaire qui m'était devenu insupportable qui bien malgré moi me mettait dans des situations parfois bizarre.

En fait depuis que j'ai arrêté toute cette merde j'ai retrouvé une certaine envie de me battre ce qui n'est pas non plus enviable vis à vis des communs des mortels mais qui me font comprendre que nuls n'est maître en sont jardin.

Ainsi va la vie ne vous arrêter jamais à un où une seul de vos pensées Soyez en harmonie avec et ne laissez personne vous dictée leur connerie car ce petit monde se veut unique et malheureusement n'est pas comme nous donc la méfiance est de mise bien à vous.....!

Poupic


   
Citation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 

Bonjour,

Tant mieux pour toi si ça a marché, perso arrêter mes médicaments a été une énorme erreur. Donc ne généralise pas à ton cas. Ce n'est pas une bonne idée d'étaler ce genre de discours sur un forum psy où le bien-être de personnes dépend de médicaments.


   
RépondreCitation
Lyleith
(@lyleith)
Reputable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 342
 

Pareil. J'ai tout arrêté toute seule une fois, et j'ai bêtement cru que j'allais super bien. Pendant un an j'étais une pile au boulot, j'étais à fond dedans et tout le monde appréciait ma manière de travailler. 

Puis j'ai déménagé et dépression mélancolique au bout de trois semaines, et alcool tout le temps. J'ai compris que j'avais fait une longue hypomanie et que c'était pour ça que la dépression était si profonde. Debout à 15h, télé, dodo à 19h. On ne m'a plus jamais autorisée à travailler.

Annonce

N'arrêtez jamais vos médicaments comme ça. C'est dangereux. Un diabétique n'arrête jamais son traitement... 


   
Elona reacted
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @lyleith

Un diabétique n'arrête jamais son traitement... 

Euh si en fait, toutes les maladies chroniques les gens arrêtent leur traitement, les bipolaires comme les diabétiques 


   
RépondreCitation
Lyleith
(@lyleith)
Reputable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 342
 

@kust

Mais arrêter seul je trouve ça suicidaire.


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 

Ça empêche pas les patients de le faire

Pareil pour le VIH, etc..


   
RépondreCitation
Celma
(@celma)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 31
 

J'ai arrêté un jour, je me sentais bien. Tout était génial pendant qq semaines. J'étais au top. Et puis un jour j'ai bu 3l de vin et pris une vingtaine de valium..... J'aimerais arrêter mais je tiens plus à la vie.


   
RépondreCitation
Skov7521
(@skov7521)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 16
 

Bonjour, j'ai aussi arrêté plusieurs mois et une bouteille m'a fait de l'oeil. Tout a basculé en 4 jours. Depression et puis crise mixte depression et hypomanie, envie de suicide, la cata. Perso et professionnellement. 

Depuis je cherche la sobriété et surtout la stabilité par medocs !! Jamais plus, je n'oublierai mon traitement. C'est la base.

 

En therapie, ma psy m'a dissocié de la maladie. Vivre mais avec elle. Je suis capitaine du bateau et la bipolarité est un matelot qui cherche à faire chavirer le navire. Repondre à toute attaque, toute tentation en restant maitre de soi. C' est un lourd travail

Force et courage


   
Mosis reacted
RépondreCitation
@C2face
(@c2face)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
 

C'est le plus difficile dans ces pathologies...de se dire que nous aurons un compagnon de route jusqu'au bout. Aujourd'hui, je l'appelle de cette manière, mais très longtemps, il a été le monstre qui m'habitait. J'ai également fait l'expérience de l'arrêt du traitement par trois fois et je me suis retrouvée à l'hôpital à chaque fois. Pourtant, j'ai encore du mal avec les traitements. Le dernier en date ne m'apporte pas satisfaction mais je ne peux me résigner à le stopper. Trop peur des suites. Et je me connais pas coeur. Bipolaire de type I, la phase maniaque me tend constamment les bras. La tentation est grande...et difficile de ne pas y céder parfois car les médicaments nous plongent dans un état trop linéaire. Je me dis que c'est le combat d'une vie. Ce sera au final mon combat puis le votre aussi. Je rêve bien sûr de vivre sans dépendance chimique...comme beaucoup d'entre nous je pense !


   
ver00 reacted
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3991
 

Comme je le reconnais dans tes propos.


   
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@elonawasikowska désoler de répondre si tard a t'on intervention je suis tout à fait d'accord avec toi et comprends t'a réaction je ne veux pas non plus peindre le diable sur la muraille mais a force de nous manipuler parce que l'on a une pathologie qui plus est bipolaire ont nous enlève la vie et pour être franc je me devais de réagir pour ne pas sombrer dans l'enfer des hôpitaux psychiatriques je te rassure je gère parfois très bien et d'autres moins bien mais ne dit ont pas que la vie est faite de hauts et de bas.

J'ai beaucoup réfléchi au conséquences de cette décision mais nous sommes encore libre de nos choix si tant bien nous arrivons à un début de vie disons le plutôt acceptable ce qui est mon cas.

J'espère que je ne t'ai pas offensée avec mon premier poste et que j'ai pu eclairé un peu plus ta lanterne, surtout ne perd pas espoir la vie souvent nous fait des cadeaux inestimable la foi la patience et la persévérance sont les maîtres mots de notre combat.

Bien à toi Poupic


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @c2face

. Je rêve bien sûr de vivre sans dépendance chimique...comme beaucoup d'entre nous je pense !

Alors perso j en ai rien à foutre de devoir prendre des médicaments pour aller mieux : p


   
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@malette bonsoir il est tard mais je suis toujours au taquet j'ai dû mal a comprendre ton ecrit et ne comprends pas pourquoi cette réaction la liberté d'expression éxiste depuis la nuit des temps je ne fais que donner de l'espoir a beaucoup de personnes qui croient qu'il n'y a pas où peu d'espoir de s'en sortir.

Je ne vous blâme pas et pense que vous êtes tellement sous emprise qu'il vous est très difficile de trouver des alternatives.

Bien à vous.  Poupic


   
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@kust ha oui et être ce qu'on appelle un zombie ne même plus être capable d'apprécier la vie que l'on t'a donné et l'apprécié a ça juste valeur parce que l'on t'a donné un diagnostique tu ne peux plus fonctionner comme tu l'entends là et c'est où je veux en venir et bien je ne suis pas d'accord, ont nous marginalise nous sommes a leur merci je m'excuse vraiment pour ces propos mais nous être humain avons certainement plus de discernement que la plupart de nos soignant qui se veulent être Nos sauveurs la seule chose qui les sauves c'est ce que nous avons a leur apprendre sur notre pathologie. Qui plus ait est encore loin d'être élucider.

Bien à toi.  Poupic


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @poupic

@kust ha oui et être ce qu'on appelle un zombie ne même plus être capable d'apprécier la vie que l'on t'a donné et l'apprécié a ça juste valeur parce que l'on t'a donné un diagnostique tu ne peux plus fonctionner comme tu l'entends là et c'est où je veux en venir et bien je ne suis pas d'accord, ont nous marginalise nous sommes a leur merci je m'excuse vraiment pour ces propos mais nous être humain avons certainement plus de discernement que la plupart de nos soignant qui se veulent être Nos sauveurs la seule chose qui les sauves c'est ce que nous avons a leur apprendre sur notre pathologie. Qui plus ait est encore loin d'être élucider.

Bien à toi.  Poupic

Je crois que vous avez pas compris

Je préfère de loin être sedaté que depressif

Je préfère de loin être obèse que suicidaire

Je préfère de loin avoir du fric sur mon compte que d avoir la banque de france au cul

Je préfère de loin être sous médicaments, et ça ne concerne que moi

Je me contrefiche éperdument de ce que pense untel ou un autre en tant que soignant, je ne suis même pas suivi sur le plan médical ou psychologique 

 


   
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3991
 

@poupic

j’ai rien dit. A part que je le reconnais dans les propos de c2face.

qu’est ce qui t à froissé?


   
RépondreCitation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 

@poupic
Je ne suis en aucun cas offensée, je trouve juste dangereux et irresponsable de venir sur un forum suggérer à des malades d'arrêter leur traitement. Je suis assez consciente de mon état et dans un degré d'acceptation suffisant pour savoir que ce n'est pas une bonne idée, mais il y a des gens plus vulnérables et influençables qui pourraient suivre ton conseil car ils en ont marre de prendre des médicaments, et qui rechuteront suite à ça. Personnellement je me sens nullement sous emprise avec les médicaments, que du contraire. C'est sans traitement que j'étais sous emprise de la maladie. Je préfère avoir quelques effets secondaires que les symptômes de la maladie.

Après chacun fait ce qu'il veut dans le font, si tu veux prendre le risque de rechuter juste pour ne pas avoir l'impression d'être sous une quelconque emprise médicamenteuse, c'est ton choix. Mais n'entraîne pas d'autres personnes potentiellement vulnérables à faire pareil. Je veux bien que c'est à la mode de parler de libertés individuelles et de manipulation au point de remettre en question des choses essentielles comme la prise d'un traitement, le port du masque ou la vaccination, mais il ne faut pas dépasser les limites du bon sens.


   
RépondreCitation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 

@poupic Je ne suis en aucun cas offensée, je trouve juste dangereux et irresponsable de venir sur un forum suggérer à des malades d'arrêter leur traitement. Je suis assez consciente de mon état et dans un degré d'acceptation suffisant pour savoir que ce n'est pas une bonne idée, mais il y a des gens plus vulnérables et influençables qui pourraient suivre ton conseil car ils en ont marre de prendre des médicaments, et qui rechuteront suite à ça. Personnellement je me sens nullement sous emprise avec les médicaments, que du contraire. C'est sans traitement que j'étais sous emprise de la maladie. Je préfère avoir quelques effets secondaires que les symptômes de la maladie. Je vais bien, l'espoir je l'ai, je sais comment mes troubles fonctionnent avec le temps. Et ça n'aurait pas été possible sans traitement.

Après chacun fait ce qu'il veut dans le font, si tu veux prendre le risque de rechuter juste pour ne pas avoir l'impression d'être sous une quelconque emprise médicamenteuse, c'est ton choix. Mais n'entraîne pas d'autres personnes potentiellement vulnérables à faire pareil. Je veux bien que c'est à la mode de parler de libertés individuelles et de manipulation au point de remettre en question des choses essentielles comme la prise d'un traitement, le port du masque ou la vaccination, mais il ne faut pas dépasser les limites du bon sens.


   
RépondreCitation
@C2face
(@c2face)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
 

Je ne pense pas que les témoignages respectifs suggèrent l'arrêt du traitement. En revanche, il est intéressant de constater que certaines personnes ont pu trouver des alternatives pour vivre "équilibrées" sans apport chimique. Ce sont aussi ces témoignages qui permettent d'avancer sur l'ensemble des possibles quant à la gestion de cette pathologie. Il est de mise bien sûr de pouvoir prendre en compte le contexte et l'histoire de la maladie...type de bipolarité, fréquence des crises, suivi psychologique oui ou non, etc. Quand ce choix fonctionne, je constate généralement, que les personnes en réussite, sont celles qui sont diagnostiquées et suivies depuis longtemps et ont réalisé un vrai travail d’introspection et de psychoéducation. Elles ont pu mettre un cadre de vie adapté et se tourner vers des alternatives qui sont individuellement aidantes...la méditation en conscience par exemple. Je pense que l'arrêt d'un traitement doit être accompagné et ne doit absolument pas se faire seul. Et pour certains cas (chaque malade a ses caractéristiques propres et par conséquent ses manifestations individuelles) l'arrêt du soutien médicamenteux est à proscrire.

En l'état, par exemple, je sais que pour mon cas, il est absolument impossible de vivre sans traitement car ma vie est plutôt stressante avec de grosses responsabilités professionnelles et familiales...donc instable en soi : je n'ai pas le cadre de vie adapté pour mettre un environnement qui me permettrait de vivre le plus sereinement possible sans traitement. C'est aussi pour cela que je pense que tout arrêt s'accompagne : c'est se poser les bonnes questions, où en suis-je avec ma maladie et que puis-je mettre en place comme cadre de vie pour éviter toute prise de risque. Vous pourriez penser que l'arrêt du traitement est une prise de risque en soi. Certes, c'est le cas. Pourtant, si je regarde dans le rétroviseur de ma propre expérience, j'en suis à mon 6ème traitement, des hospitalisations, des arrêts de travail à répétition...j'ai une contre-indication au lithium et les possibles, en terme de traitement, s'amenuisent au fil des ans. Je dois pouvoir me préparer à devoir vivre, peut-être un jour, sans soutien chimique. C'est aussi ça la réalité de certains malades. Ce n'est un long fleuve tranquille pour personne.

Donc oui certaines personnes vulnérables et en lecture de ce forum pourraient se dire que l'on peut vivre normalement sans traitement et qu'il est donc inutile d'en prendre. je suis sur le forum que depuis hier et je lis dans tous vos témoignages que le traitement est essentiel...puis je lis que certains ont fait le choix du "sans traitement" et explique leur choix. C'est le rôle d'un forum...d'échanger sur des expériences qu'elles soient approuvées ou pas par les autres. Avec ce type de forum, il est essentiel d'avoir un minimum de prise de recul sur ce que nous lisons...être capable de faire le tri. Et notre pathologie, en fonction de l'état dans lequel nous sommes, ne le permet pas toujours. La difficulté est à ce niveau. Ce type d'outil doit servir d'information, d'échange mais ne remplace pas le corps médical.


   
ver00, Roald and Melo reacted
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@c2face merci pour votre intervention car nous n'avons  pas tous la chance de savoir où trouver les bons mots pour exprimer nos histoires et que ce ne soit pas mal interprété, j'essaie pourtant de rester optimiste quant à la compréhension de mes interventions.

Voilà a bientôt passer un bon weekend et ne perdez pas espoir la vie nous offre tellement d'expérience a vivre quel ne sont que plus enrichissante bien à vous cordialement.

                                                    Poupic


   
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 495
 

Je ne sais pas pourquoi j'ai du mal à intégrer l'aspect chronique de la maladie, le fait que ça ne va pas passer, avec ou sans médicaments... Heureusement que mon esprit a accés à des mécanismes de défense pour me détourner de cette idée désagréable.

Je veux et je ne veux pas savoir qu'il n'y a aucune chance sans médicament. Que c'est la chose sensée à faire, la meilleure décision. Vivre et souffrir ou souffrir et vivre. S'astreindre à la médication à vie, c'est accepter le fait d'être malade, c'est accepter les effets secondaires à vie. 

Je sais que j'ai un trouble bipolaire, je sais que je ne me suis jamais senti aussi mal de ma vie à cause de lui, je sais que je me suis mis dans la merde à cause de lui, je sais qu'il est toujours là, latent avec l'angoisse, l'addiction, le manque de concentration, l'instabilité et la colère qui nagent sous la surface. Je sais tout ça et je ne veux pas jouer mon avenir sur la question insoluble de qui m'aura, la maladie ou les effets secondaires ? Je suis coincé dans ce dilemme jusqu'à la prochaine rechute ? 

 


   
RépondreCitation
Page 1 / 2
Annonce
Annonce
Annonce