Notifications
Retirer tout

Mon cas

18 Posts
6 Utilisateurs
2 Likes
1,710 Vu
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Bonsoir à tous. 

Je me présente, disons que je m'appelle Marc. 24 ans bientôt 25. Je suis dans le néant de la dépression. 

Je n'arrive plus à me lever le matin, mes études qui étaient pourtant brillantes vont se terminer et je risque de ne pas avoir mon diplôme dans une des meilleurs écoles d'ingénieur francaises, que vous connaissez tous au moins de nom par ailleurs. 

J'ai fait ce qu'on appelle la prépa, j'ai été passionné par ce que j'étudiais, par les sciences, les mathématiques, et j'ai toujours brillamment réussis dans mes études et dépassant toutes les espérances que pouvait constuire mon entourage quand à mon futur. J'avais fait des sacrifices et j'avais souffert, car me démenant avec cette bipolarité que je ne fais que commencer à connaître.

Toute ma vie à été ponctuée d'épisode depressif terribles, durant lesquels je perdais toute la confiance que je pouvais avoir. Or, cette confiance, comme vous le savez, peut atteindre des sommets en phase hypomaniaque et mon charisme naturel, mon humour et ma sensibilité ont toujours rendu ces phases UPs des moments de grands accomplissements. 
Mes résultats explosaient, j'aimais la compétition scolaire, mes amis, les femmes, et je profitais de tout ce que la vie pouvait offrir au point que je me pensais béni d'être bipolaire. Ne plus dormir pour travailler mes maths toute la nuit, pour ensuite sortir en soirée, la rendant, par ma simple présence, une soirée d'anthologie. Cette confiance en moi, et cet humour me rendait irrésistible,  presque magnétique. Peu de personne feront l'expérience de ce que j'ai pu vivre. 

Ces phases duraient des périodes variable (de 3 à 6 mois) et se terminaient, sans jamais manquer, par un épisode dépressif morbide. Des phases durant lesquels j'ai le cerveau vide, ou plein de dégout pour ma personne. Je ne sais plus qui je suis, je n'arrive plus à rire, moi qui pourtant pouvait tenir le micro et faire rire une salle pleine en complète improvisation le mois précédent. 
Je ne me reconnais donc plus aujourd'hui, et je suis en train de revivre une depression que je n'avais vécu qu'à un moment dans ma vie, avec la sensation que tout se défait. Tous mes rêves effondrés, mon futur incertain.

J'avais déjà redoublé une année dans mon école et ils n'accepteront pas de me faire redoubler une nouvelle. Mes notes en fin d'année ont été médiocre, même si elles étaient encore excellentes au premier semestre. Forcément, elles suivent le cours de mes humeurs. Et mon profil, auprès du corps enseignant de l'école ne fait pas l'hunanimité. Si certains profs m'apprécient pour ma joie de vivre, et ma vivacité d'esprit, d'autres me considèrent pas sérieux et peu impliqué dans mes études. Normal lorsqu'il m'arrive de sécher des mois entiers car incapable de sortir de ma chambre.
Là je dois partir en stage à l'étranger, stage que je n'ai d'ailleurs toujours pas, et je ne sais pas quoi faire. Bref, voilà en gros où en est ma vie. Entre la réussite et le bonheur et la depression et le chômage.

Je n'ai jamais été voir de psy, mais je me suis traité par moi-même. J'ai pu me faire préscrire des antidepresseurs par mon medecin généraliste, et les utilise depuis plus de 2 ans maintenant. 
La première fois que j'en ai pris, il m'avait provoqué un virage de l'humeur remarquable et je me croyais guérrit. Pendant près de 1 an j'ai vécu avec l'impression d'être complètement heureux et accomplit. Cette dernière année ça a été plus difficile. Les phases ont reppris de plus belle, et j'ai maintenant des épisodes mixtes et des phases depressives aigues comme celle-ci que je vis actuellement.

J'ai, de manière autodidacte, augmenter ma dose d'AD, 2 deroxat par jour, et attend avec impatience un virage de l'humeur qui pourrait sauver mon futur. 
Je sais qu'en phase UP je pourrais potentiellement convaincre le jury qu'il faille me diplomer. J'ai en effet certains résultats exceptionnels que je pourrais mettre en avant, mais si je m'y présente dans mon état actuel, avec la possibilité de fondre en larme devant eux, je n'y crois pas.

Annonce

Dernière précision, je n'ai jamais fait de phase maniaque, étant quelqu'un de profondément rationnel et scientifique, je ne pourrais jamais faire de délire psychotique. J'ai pris à certains moments des risques inconsidérés, avec les gens notament, mais j'ai toujours su gérer ces situations avec humour et en ressortir indemne avec souvent de nouveaux amis. 

Voilà, je ne regrette donc absolument rien de mes phases UPs, et j'ai l'impression que c'est seulement dans ces phases que je vis réellement. 

Enfin bref, voilà c'était ma présentation en plus ou moins long. Si mon destin intéresse qui que ce soit, je serai ravi de discuter. 

 


   
Citation
Laurent
(@lo9761)
Noble Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 1813
 

Je n'ai jamais été voir de psy, mais je me suis traité par moi-même. J'ai pu me faire préscrire des antidepresseurs par mon medecin généraliste, et les utilise depuis plus de 2 ans maintenant. 

Oui, vas voir un psy, tous les AD ne sont pas bons à prendre (bipolaire type 3) et peuvent aggraver 

Le psy peut te produire un certificat médicale s'il fallait.

Il faut que tu sois stabilisé donc médocs et psy.

Ne dis pas la cause à l'école, confidentiel et secret professionnel 

Et fais moins la fête, ni up ni down.

Courage Marc le berbère 😉

Tu es en prepa en 5/2 pour central, polytech, les mines?

Ce message a été modifié Il y a 4 ans 2 fois parLaurent

   
RépondreCitation
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  
Posté par: Laurent

Je n'ai jamais été voir de psy, mais je me suis traité par moi-même. J'ai pu me faire préscrire des antidepresseurs par mon medecin généraliste, et les utilise depuis plus de 2 ans maintenant. 

Oui, vas voir un psy, tous les AD ne sont pas bons à prendre (bipolaire type 3) et peuvent aggraver 

Le psy peut te produire un certificat médicale s'il fallait.

Il faut que tu sois stabilisé donc médocs et psy.

Ne dis pas la cause à l'école, confidentiel et secret professionnel 

Et fais moins la fête, ni up ni down.

Courage Marc le berbère 😉

Tu es en prepa en 5/2 pour central, polytech, les mines?

J'ai fini la prépa, je suis en école d'ingé mais j'ai pas forcément envie de dire de laquelle il s'agit afin de rester un minimum anonyme. Je vais consulter un psy (psychiatre n'est-ce pas ?) mais j'avoue éprouver une certaine réserve quand à la possibilité de ne plus jamais entré en hypomanie.

 

 

   
RépondreCitation
Laurent
(@lo9761)
Noble Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 1813
 

Ne t’inquiète pas pour ça. Tu auras toujours la « possibilité », mais il y aura aussi le revers de la médaille.

Fini déjà ton école, le plus important non ? et parle en au psychiatre, tu auras ta réponse...

Sans diplôme, ou sans te battre, tu pourrais avoir des regrets, le stress des examens, entre autres, favorise la «crise »...

Ce message a été modifié Il y a 4 ans parLaurent

   
RépondreCitation
Laurent
(@lo9761)
Noble Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 1813
 

Crise ou décompensation.


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3055
 

Bonjour, comme ça a été dit vous devez voir un psychiatre, là vous faites n importe quoi

 

Et sinon l esprit scientifique n à rien absolument rien à voir avec le fait de faire ou non un épisode psychotique bref, vous allez apprendre plein de choses :p


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 53 ans
Posts: 0
 

Il y a tjs une personne qui souffre dans nos hypomanies. On peut perdre la personne qu on aime, des amis, de la famille. Faire des choses qui ne nous ressemble pas. J'ai tellement de regrets, de la honte pour d autres.

Vous avez la vie devant vous. Quelle ne soit pas rempli de regrets plus tard.


   
RépondreCitation
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Bon bah je suis allé voir un psychiatre.

L'homme a mal pris que je me sois auto diagnostiqué bipolaire et voulais absolument poser SON diagnostique. Me répétant que les gens qui s'aventurent dans des domaines dans lesquels ils ne sont pas experts sont des cons. 
Je ne suis pas expert de la psychiatrie, évidemment, mais je connais quelques trucs sur le trouble bipolaire. Bref j'ai gardé ca pour moi, et l'ai laissé parler, mais je pense qu'il était à côté de la plaque. Pour lui la "bipolarité" n'est qu'un terme à la mode, et tout simplement un fourre tout psychiatrique. Bien évidemment, il ne connaissait donc rien à cette maladie (à ce demander donc comment il a forgé son jugement) et pour lui j'ai des troubles de l'humeur. Il m'a prescrit des AD, alors que j'en prends déjà.

Bref, je ne suis pas plus avancé et sûrement encore plus perdu qu'hier.

Je ne sais plus quoi faire, mon monde s'effondre. Si je ne trouve pas de stage je serai renvoyé, et je ne suis pas en état de le réaliser.


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3055
 

Bah si vous savez tout à 25 ans vous avez qu a demander des thymoregulateurs à votre médecin traitant 


   
RépondreCitation
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  

mike je t'ai déjà vu a plusieurs reprises sur ce forum, tu es une personne butée, malpolie et très désagréable.
Je vais prendre la peine de te répondre, mais si tu gardes ce ton je te suggèrerai de repartir d'où tu viens.

Bref, je ne sais évidemment pas tout, mais la manière dont je décris les évènements sur ce forum, l'enchaînement de ces phases avec des depressions profonde qui m'ont fait pensé au suicide à PLUSIEURES reprises, le fait que ma mère soit elle-même bipolaire diagnostiquée et mon frère schyzophrène, le fait que j'ai des phases d'hypomanies exacerbée, sont un ensemble de symptômes qui ne permettent pas à un psychiatre de rayer la possibilité d'un trouble bipolaire. Si il le fait j'aimerai qu'il m'explique pourquoi, et si sa raison est que "le trouble bipolaire" n'existe pas, tu comprendras que je ne sois pas satisfait de sa réponse.

 


   
RépondreCitation
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  
Posté par: Eloossh
Posté par: berbere

Bon bah je suis allé voir un psychiatre.

L'homme a mal pris que je me sois auto diagnostiqué bipolaire et voulais absolument poser SON diagnostique. Me répétant que les gens qui s'aventurent dans des domaines dans lesquels ils ne sont pas experts sont des cons. 
Je ne suis pas expert de la psychiatrie, évidemment, mais je connais quelques trucs sur le trouble bipolaire. Bref j'ai gardé ca pour moi, et l'ai laissé parler, mais je pense qu'il était à côté de la plaque. Pour lui la "bipolarité" n'est qu'un terme à la mode, et tout simplement un fourre tout psychiatrique. Bien évidemment, il ne connaissait donc rien à cette maladie (à ce demander donc comment il a forgé son jugement) et pour lui j'ai des troubles de l'humeur. Il m'a prescrit des AD, alors que j'en prends déjà.

Bref, je ne suis pas plus avancé et sûrement encore plus perdu qu'hier.

Je ne sais plus quoi faire, mon monde s'effondre. Si je ne trouve pas de stage je serai renvoyé, et je ne suis pas en état de le réaliser.

Pourquoi ne pas aller voir un autre psychiatre peut etre plus ouvert a la discussion?

Je crois que les AD si tu es bipolaire c'est pas très bon.

 

C'est ce que je pense faire, auriez-vous des références à Marseille ?

 

   
RépondreCitation
Sha
 Sha
(@sha)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 25
 

Ne lâche pas, je n'ai pas été écoutée et ça m'a emmené en HP. Consulte un autre psychiatre, mais ne dis pas que tu penses l'être. Dis lui tout ce que tu as écrit, ainsi que les antécédents dans ta famille. S'il ne t'écoute pas demande à passer un test. Il n'y a pas que des bons psychiatres. J'ai mis des années à trouver le mien… Bon courage en tout cas, et tkt, tu vas gérer (niveau études), c'est au fond mais c'est là 😉


   
Vous reacted
RépondreCitation
Sha
 Sha
(@sha)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 25
 

Je ne connais pas de psychiatre à Marseille mais j'ai été suivi un moment à Aix. Je sais c'est pas à côté mais au cas où… (le mien est sur Bordeaux ! 😓) désolée de ne pouvoir t'aider davantage. 


   
RépondreCitation
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Merci les amis,

mais mon frère est schizophrène et malgré le combat que j'ai mené toute ma vie pour qu'il reçoive de l'aide médicale ma famille n'a pas levé le petit doigt et a attendu qu'il soit dans une situation irrécupérable, dans un état de solitude et de désespoir avancé pour se rendre compte qu'il y a un problème.

Pour ma part c'est encore plus compliqué, j'ai tellement toujours tout réussi et dans tant de domaines que je suis considéré comme le survivant d'une famille dérangée. J'ai des amis proches qui sont la pour moi, mais je n'oserai jamais leur demander de l'aide et je me retrouve vraiment à deux doigts de tout gâcher.

Dans mes phases up j'idéalise les autres et leur prête toutes les qualités et la morale du monde. Aujourd'hui j'ai l'impression que le monde n'est qu'égoïsme et incompétence. Que les gens ne savent pas écouter, et ne cherchent qu'à s'illustrer, à occuper la lumière, et à être admiré.

Existe-t-il des psychiatres intrègres, droits, passionés et compétents ? Qui ne cherche pas seulement à parler mais aussi à écouter, à échanger, à avoir une conversation construite, supposant que l'interlocuteur n'est pas, comme ils aiment à le penser, la dernier des débiles.


   
RépondreCitation
Sha
 Sha
(@sha)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 25
 

Oui, ça existe. Promis. 


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3055
 
Posté par: berbere

mike je t'ai déjà vu a plusieurs reprises sur ce forum, tu es une personne butée, malpolie et très désagréable.
Je vais prendre la peine de te répondre, mais si tu gardes ce ton je te suggèrerai de repartir d'où tu viens.

Bref, je ne sais évidemment pas tout, mais la manière dont je décris les évènements sur ce forum, l'enchaînement de ces phases avec des depressions profonde qui m'ont fait pensé au suicide à PLUSIEURES reprises, le fait que ma mère soit elle-même bipolaire diagnostiquée et mon frère schyzophrène, le fait que j'ai des phases d'hypomanies exacerbée, sont un ensemble de symptômes qui ne permettent pas à un psychiatre de rayer la possibilité d'un trouble bipolaire. Si il le fait j'aimerai qu'il m'explique pourquoi, et si sa raison est que "le trouble bipolaire" n'existe pas, tu comprendras que je ne sois pas satisfait de sa réponse.

 

je pense que c'est clair pour tout le monde, je ne suis pas sur le forum pour me faire des amis, c'est pas un site de rencontre, et le soutien c'est pas forcément prendre la main des gens même quand ils font n'importe quoi

 

dans ton introduction on apprend que :

1) tu prends des anti dépresseurs en pensant être bipolaire 

2) tu annonces avoir un esprit scientifique qui mettrais à l'épreuve d'un épisode psychotique

3) tu penses qu'on peut se diagnostiquer sois même bipolaire

en 2 minutes ça montre que tu ne comprends pas grand chose à ce que tu racontes, si tu t'es présenté devant le psychiatre de la même façon, il était supposé te donner carte blanche sur ton historique et tu sortais avec du lithium ? bien sûr que non

 

que tu sois bipolaire ou non, ça prendra évidemment plus de temps, ça demandera l'interrogatoire de ton entourage ( parce qu'on le répètera jamais assez en dehors de phases maniaques c'est l'ENTOURAGE qui permet de poser un diagnostique de trouble bipolaire ), ça se fera pas en une séance

ce qui est sûr c'est que des patients qui se pointent avec le diagnostic tout chaud dans la main, les psychiatres en voient des tonnes, et si je peux me permettre un conseil c'est pas l'approche que j'utiliserais si je voulais mordicus être diagnostiqué

peut-être que le psychiatre était nul, peut-être que tu t'y es pas très bien pris non plus

je pense

   
RépondreCitation
berbere
(@berbere)
Active Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 7
Début du sujet  
Posté par: mike
Posté par: berbere

mike je t'ai déjà vu a plusieurs reprises sur ce forum, tu es une personne butée, malpolie et très désagréable.
Je vais prendre la peine de te répondre, mais si tu gardes ce ton je te suggèrerai de repartir d'où tu viens.

Bref, je ne sais évidemment pas tout, mais la manière dont je décris les évènements sur ce forum, l'enchaînement de ces phases avec des depressions profonde qui m'ont fait pensé au suicide à PLUSIEURES reprises, le fait que ma mère soit elle-même bipolaire diagnostiquée et mon frère schyzophrène, le fait que j'ai des phases d'hypomanies exacerbée, sont un ensemble de symptômes qui ne permettent pas à un psychiatre de rayer la possibilité d'un trouble bipolaire. Si il le fait j'aimerai qu'il m'explique pourquoi, et si sa raison est que "le trouble bipolaire" n'existe pas, tu comprendras que je ne sois pas satisfait de sa réponse.

 

je pense que c'est clair pour tout le monde, je ne suis pas sur le forum pour me faire des amis, c'est pas un site de rencontre, et le soutien c'est pas forcément prendre la main des gens même quand ils font n'importe quoi

 

dans ton introduction on apprend que :

1) tu prends des anti dépresseurs en pensant être bipolaire 

2) tu annonces avoir un esprit scientifique qui mettrais à l'épreuve d'un épisode psychotique

3) tu penses qu'on peut se diagnostiquer sois même bipolaire

en 2 minutes ça montre que tu ne comprends pas grand chose à ce que tu racontes, si tu t'es présenté devant le psychiatre de la même façon, il était supposé te donner carte blanche sur ton historique et tu sortais avec du lithium ? bien sûr que non

 

que tu sois bipolaire ou non, ça prendra évidemment plus de temps, ça demandera l'interrogatoire de ton entourage ( parce qu'on le répètera jamais assez en dehors de phases maniaques c'est l'ENTOURAGE qui permet de poser un diagnostique de trouble bipolaire ), ça se fera pas en une séance

ce qui est sûr c'est que des patients qui se pointent avec le diagnostic tout chaud dans la main, les psychiatres en voient des tonnes, et si je peux me permettre un conseil c'est pas l'approche que j'utiliserais si je voulais mordicus être diagnostiqué

peut-être que le psychiatre était nul, peut-être que tu t'y es pas très bien pris non plus

je pense

Qu'importe que je fasse mon diagnostique si il est bon ? Je lui ai dit que je pensais être bipolaire, sans lui dire que c'était une certitude. Je lui ai exposé les faits, expliqué mon ressentit, que j'en avais des preuves presque tangibles comme des évaluations de stages allant de 6/20 à 20/20, et des notes en mathématiques variant de la même manière avec les périodes. Ces faits-là ne PEUVENT pas permettre à un psychiatre de me dire "non monsieur, vous n'êtes pas bipolaire".

Et je répète la raison pour laquelle je le trouve incompétent est que sa réponse à ma description de mon état était qu'il "ne croyait pas" à l'existence même de ce qu'on appelle trouble bipolaire et que c'était un fourre tout psychiatrique. Des médecins j'en ai dans ma famille, je sais comment ça réfléchit, sous pretexte d'avoir fait l'internat personne ne peut rien leur apprendre sur quoi que ce soit relié de près ou de loin à la médecine, personne n'a le droit de parler de médecine à part les médecins. Sauf que je suis scientifique, je sais lire une étude, je sais lire un article scientifique et comprend sûrement mieux qu'eux les concepts statistiques utilisés pour juger de la véracité des thèses exposées.

Bref ceci étant dit, je me fiche que tu ne sois pas là pour être mon ami, une personne si désagréable que n'est pas la bienvenue dans mon cercle.

Je t'accorde cependant que ma manière de décrire mon immunité aux troubles psychotiques est très bancale et fort peu convaincante. Je dis juste que je suis quelqu'un qui cherche à toujours être rationnel dans ce que j'avance, et n'accepte le discours d'un autre que sous certaines conditions. En l'occurence, il m'est arrivé de me croire très supérieur, voir unique, durant mes phases hypomaniques, mais jamais d'être à ce point convaincu par mes émotions que j'en perde mon esprit rationnel. Je me suis mit en danger, mais je me suis fait poursuivre par des gens armés, battus avec des personnes avec lesquelles il ne fallait pas se battre, mais je n'ai jamais fait de délire psychotique. J'ai une vision du monde et de l'univers qui répond à la description qu'en font les scientifiques (car c'est le choix le plus rationnel à faire, même si la science n'a pas tout le temps raison) et jamais je ne pourrais croire que moi, dans mon petit cerveau, avec mes petites expériences de vie, je sois capable de comprendre mieux qu'eux les phénomènes de la vie. Bref je ne me prendrai jamais pour Jésus, je ne me croirai jamais réellement spécial, je suis un homme comme quelques milliards avant moi.

 

   
RépondreCitation
Liloo
(@liloo)
New Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 1
 

Hello

En effet change de psychiatre, pas seulement parce qu'il semble incompétent, mais parce que si tu n'accroches pas avec tu ne pourras jamais travailler correctement sur les problèmes de fond, troubles affectifs etc qui t'ont menés à ça.

En effet ce que tu décris ressemble fortement à des troubles bipolaires, mais il existe plein de diagnostics differentiels donc je pense que n'importe quel psychiatre émettra de principe des réserves, et finalement ce n'est pas plus mal, car comme toi ils ont un raisonnement scientifique selon lequel le diagnostic ne peut être posé si et seulement si ils rassemblent les éléments nécessaires pour le poser. Par contre on doit t'écouter car tu apportes pas mal de symptômes qui doivent les diriger dans la bonne voie.

Par contre, tu n'es pas à l'abri de la psychose. Ses manifestations sont multiples et en effet peut-être n'auras tu jamais de délires mégalomanes mais il existe pas mal de manifestations et un esprit aussi scientifique soit-il, ne protège pas d'un détachement de la réalité. Et crois-moi je sais de quoi je parle. Surtout que tes médecins sont des sacrés phénomènes à te prescrire des antidépresseurs sur des dysthimies.

Bon courage 😊


   
Vous reacted
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce