Forum des bipotes

Se soigner sans médicaments  

 

Alex
 Alex
(@bast)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 12 mois
Msg: 7
15 novembre 2018 9 h 21 min  

Bonjour, j'ignore si je suis un cas si rare, mais nous sommes déjà deux dans mon entourage. Un ami et moi même, qui avons été diagnostiqués bipolaire il y a de nombreuses années.

On a eu le droit à la totale je dirais : ce que l'on appelle délires, les voix, hallucinations, .. grosses phases up/down.. Et on a eu droit aux cachetons aussi mais on a tous les deux refusé ça très vite.

Je lui proposerais peut être de venir témoigner ici mais là je vais parler pour moi.

Je me soigne sans médocs. Compter mon histoire prendrait du temps et je sais même pas si vraiment qqun va vraiment lire avec intérêt donc je vais aller vite.

Ce qui m'a le plus aidé c'est de m'accepter comme je suis. D'arrêter d'être mégalo, vous savez bien, passer de "je suis trop génial" à "je suis la dernière des merdes de la planète". J'ai commencé à me dire que je n'ai pas à me culpabiliser si je reproduis une erreur malgré moi. Ce n'est pas une faute. Sinon on apprendrait la guitare en un jour. On refais malgré nous des erreurs et c'est pas grave. C'est pas grave tant qu'on fait ce qu'on peut pour apprendre d'elles et ne pas les reproduire. Du coup, adieu la culpabilisation.

Mais il reste l'autre aspect : accepter mes limites. J'ai commencé à me dire que ce que je fais maintenant c'est ce dont je suis réellement capable. que j'ai des limites tout simplement. Il me faut du temps, ou je n'arrive pas à faire trop de choses en même temps, etc. Je suis revenu à des choses simples et une volonté d'avancer pas à pas en respectant mes limites, sans vouloir aller plus vite que la musique. Et là j'ai commencé à les dépasser.

Un autre élement qui m'a bcp aidé est de passer d'une logique causale à une logique effectuale. Je vais pas expliquer ça maintenant, ce serait trop long, cherchez "effectuation" sur internet.

Et dans tout ça, il y a eu le rapport avec les voix bien sûr, avec mes failles, avec le non être. Changer l'angle de perception que l'on a avec le réel, soit en changeant son intention (comme modulation de l'attention), soit en supprimant toute volonté future, apporte une toute autre vision de ce qui s'est passé et de ce qui se passe. Lorsque j'ai commencé à comprendre que le non être révèle mes failles et peut être une source d'inspiration. Lorsque j'ai commencé à me servir des mes failles pour faire rire, avec l'auto-dérision, lorsque j'ai commencé à me prémunir de faire ce que je savais faux, que ce soit ma conscience qui agisse ou la part non consciente. Quand je me suis demandé comment rendre utile ce qui m'arrive ? Comment en faire une force ?

Raconter ma vie serait beaucoup trop long mais je souhaiterais passer un message: On peut choisir de se couper de ses émotions profondes, je l'ai fais pendant des années, soit avec des cachetons ou simplement en fermant son coeur. Ça "marche", dans le sens que ça permet de vivre un semblant de vie. Mais on peut aussi essayer de s'accepter, de se comprendre, et surtout de toujours se demander pourquoi. Pourquoi j’entends ça ? Est ce que j'ai pas une faille en moi qu'il me faut résoudre ? Pourquoi je suis si sensible à ça ? Pourquoi j'arrive pas à faire preuve de détachement ? Comment rendre utile ce que je vis, ce que j’entends? Comment en faire une force et quelque chose d'unique ?

Pour moi, la psychologie n'a quasiment rien compris à la bipolarité. Elle est beaucoup trop loin. Et je crois que certains cachets ne valent pas mieux que l'usage de la saignée et des électrochocs. Le problème majeur c'est le système dans lequel on vit qui nous oblige malgré nous à devoir traiter "vite" et être "productifs". Mais il y a d'autres voies. J'en suis une preuve vivante et je suis pas le seul.

 

 


Maman ours et ver00 ont aimé
Citer
David
(@alien)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2102
15 novembre 2018 10 h 38 min  

Bonjour

il y a 4% de personnes malade peux ce sortir sans traitement,et donc ce très bizarre que on vois 3 personnes sans traitement sur cette site en espace de 2 semaines.


Alex ont aimé
RéponseCiter
David
(@alien)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2102
15 novembre 2018 11 h 05 min  

En plus 50% de cette 4% sont été mal diagnostiqué,don il reste 2% encore plus rare!!


RéponseCiter
David
(@alien)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2102
15 novembre 2018 11 h 20 min  

donc*


RéponseCiter
David
(@alien)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2102
15 novembre 2018 23 h 47 min  

Je sais tout à fait d'accord avec Adrien.On peux pas débarque style c'est bon on pas besoin les médoc etc etc.

Imagines le impact sur le bipos qui sont vraiment dans la situation très précaire 

Imagine en peu des mondes qui arrêt traitement,on va avoir la total,angoisse lourd voir le suicide ,et tout ça pour un égoïste avec ton post uraaa je suis guéri!!

Je rien contre toi perso,mais il faut réfléchi avant poste et surtout pensé à impact sur les gens qui sont la! 

Je ne veux pas ta offense mais je suis genre cash!! 

bonne nuit a toi D.


Lucie ont aimé
RéponseCiter
Lucie
(@lucie)
Super Bipote
Inscription: Il y a 12 mois
Msg: 2015
16 novembre 2018 4 h 41 min  

Bonjour, 

J étais contre les thymorégulateurs à cause des effets secondaires. Si on m avais dit il y a 2 ans que je serai contente d être à nouveau sous thymo j aurais rigolé 😂

Mais si, je suis sous thymo depuis 13-14 mois 😂 et vivement mon prochain rdv que l on augmente encore, car j'ai beau essayer de me détendre, de m écouter, d analyser, d avoir mûri,  aller à mon rythme, d accepter mes limites, ma maladie, de ne quasiment plus faire de colères (rare et courte), je ne vais pas bien, trop de troubles anxieux, mon humeur n est pas stable et je dois faire bcp trop d efforts chaque jour.  Me couper de mes émotions, je n y arrive pas, je suis hypersensible.

Tu ne crois pas que tu blesses des gens dans ton entourage en te disant que ce n'est pas grave si tu as reproduis une erreur, que tu ne dois te culpabiliser de rien ? On ne doit pas se culpabiliser d être malade, ok, mais on doit reconnaître nos erreurs, nos excès et s en excuser. Si tu te coupes de tes émotions, tu deviens froid vis à vis des autres.

Je sais, il y a des personnes qui sont contre les thymorégulateurs, j étais pareil. Il faut respecter les choix de chacun, mais s il y a une personne qui n arrive pas à se gérer, fait des dégâts dans sa vie et celle de son entourage, il faut la pousser à faire un suivi et se mettre sous thymo.

Si tu y arrives, sans, ok. Et quelles sont tes raisons d être contre les traitements ?

 

 


RéponseCiter
Alex
 Alex
(@bast)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 12 mois
Msg: 7
16 novembre 2018 11 h 55 min  

Merci pour l'information concernant ces fameux 2 à 4%.

Ce n'est pas par égoïsme que j'ai posté mon message, bien au contraire. Le problème se pose dans les 2 sens  : est il obligatoire de suivre un traitement ?

Le problème est qu'ici, c'est ce qui est énoncé en sus. Les thymo seraient "le meilleur ami du bipolaire".

Et bah non, désolé ce n'est pas TOUJOURS vrai.

Dans beaucoup de cas, en effet, le médicament est une solution. D'ailleurs moi même j'ai pas été exempt de substances au final, même si c'était du cannabis. Mais je trouve aussi important de partager que ce qui est bon pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre.

Enfin Lucie, tu me demandes si je ne blesse pas les gens de mon entourage. Si bien entendu, comme ils se blessent entre eux, comme ils me blessent parfois moi aussi. Mais par contre, je le reconnais après coup et je tâche de m'en servir pour grandir. Je m'en excuse mais je ne me sens pas fautif non car personne n'est parfait et que tout ce que je peux faire, c'est faire de mon mieux.

Et ce rapport à l'erreur est plus sain de mon point de vue comme de celui de beaucoup de psychologues. Une fois encore, tu ne peux pas apprendre la guitare sans refaire des erreurs. C'est la répétition de l'erreur, en ayant conscience de ce qu'elle est et en tâchant de ne pas la reproduire, qui fait qu'à un moment on y arrive. Alors si entre temps tu te craches dessus parce que tu la refais malgré toi, tout ce que tu vas faire c'est jeter la guitare dans un coin en te disant que t'as aucun talent. Et là, la personne que tu blesses le plus, c'est toi même.


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 1557
16 novembre 2018 14 h 33 min  

Bonjour Alex, bonjour tout le monde ,

 

Je me sens proche d'Alex, malgré le fait que je n'ai pas réussi à me passer de traitement . Pendant 8 ans, j'ai essayé mais les manies revenaient toujours, sans médicament ; je me crois la plus forte et je bascule dans l'irréel . Par contre, je suis d'accord qu'on peut transcender la bipolarité et en faire une force , c'est ce que j'ai fait dans mon blog, je suis fière du cheminement de mes pensées, quand je serai à la retraite, j'en ferai un livre . La bipolarité peut être prise dans le bon sens, c'est un cap à passer, très difficile, car, c'est une guerre contre soi .....Mais c'est possible .

This post was modified Il y a 12 mois by ver00

Bipolaire et fière d'y être.


Alex ont aimé
RéponseCiter
Alex
 Alex
(@bast)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 12 mois
Msg: 7
17 novembre 2018 20 h 54 min  

Je ne crois pas confondre, je ne faisais que répondre à Lucie sur la question de la culpabilisation. Pour le reste, j'expliquais des éléments qui m'aident à surmonter ma bipolarité. Évidemment, les 2 choses sont différentes, mais ce n'est pas pour autant qu'elles n'ont pas d'effet l'une sur l'autre.

Quant aux thymos, tu énonces un postulat comme si c'était là une vérité absolue. Il y a de multiples effets "secondaires" aux thymos que n'aura pas une orange. Et c'est pour ça qu'il te faut une ordonnance pour en acheter. Après, si tu trouves des thymos naturels merci de me le faire savoir !

Merci pour ce témoignage véro, en effet c'est peut être le sujet le plus important que je voulais mettre en avant au final : essayer de transformer tout ça en force.

This post was modified Il y a 12 mois by Alex

ver00 ont aimé
RéponseCiter
Lucie
(@lucie)
Super Bipote
Inscription: Il y a 12 mois
Msg: 2015
18 novembre 2018 1 h 15 min  
@Alex

Juste une question, si tu n es pas bien, tu vas consommer du cannabis pour te détendre, t évader ou tu vas chercher la force en toi ?


seb ont aimé
RéponseCiter
Roald
(@amundsen)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 56
18 novembre 2018 18 h 51 min  

Bonjour,

Et de 4, moi non plus je ne prends pas de traitement.

Je pensais trouver sur ce forum d'autres personnes dans ce cas, mais on doit être une minorité, de plus nous sommes complètement invisibles puisque l'on ne consulte pas en psychiatrie, personnellement je ne vois pas de psy et je n'ai jamais parlé 'bipolarité' avec personne, même pas avec ma femme....

Quand tu ne prends pas traitement et que tu lis les témoignages des autres qui galèrent, qu'est-ce que tu veux ou qu'est-ce que tu peux dire ? Bon courage ? Regardez, moi ça va ? Tu la fermes, tu essaies de comprendre et tu comprends qu'il n'y a rien à comprendre.

Je me suis retrouvé en hospitalisation sous contrainte il y 4 ans, menotage, 48h sous contention, diagnostiqué BP1, j'ai fait tout ce qu'il ne fallait pas faire : j'ai recraché les médocs ds les WC, j'ai fugué de l'HP, j'ai suivi un traitement en libéral pendant 7 mois puis j'ai arrêté.

Je n'ai pas fait confiance aux psychiatres, je vis sans traitement et pour moi ça marche pour le moment.

Mais je ne suis pas 'guéri'.
Je controle mes Up et Down si on peut dire.
Je crois beaucoup en la psychologie.
Je prends mes Ups comme des sortes d'expériences spirituelles, je ne sais pas si on peut vraiment appeler ça une guérison, mais il n'y a pas d'impact sur ma vie sociale 'ordinaire'.

Mais j'y ai perdu des plumes, je n'arrive pas à tourner la page, ma vie est comme bloquée en mode survie.

Roald.


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 1557
18 novembre 2018 20 h 13 min  

@Roald ,

J'ai rêvé faire comme toi, mais impossible, tous les trimestres , je faisais un délire plus ou moins important, je prends le traitement minimum, pas d'AD, je ne suis pas dépressive, toujours en up, donc abilify 10 mg . Chaque cas est différent . Mais ma force c'est de voir la bipolarité autrement, je ne vais pas répéter ici mon blog, et ça saoule surement certaines personnes ... Finalement, mon blog c'est mon psychisme, alors chacun le sien . L'important, c'est de réussir à bien vivre avec la bipolarité, traitement ou non . Personnellement, je ne la regrette pas, parce qu'avant elle, j'étais vraiment trop conne . Elle m'a appris beaucoup . Elle fait partie de moi maintenant . Bien à toi, heureuse de te recroiser . 

Bipolaire et fière d'y être.


Imabel et Lucie ont aimé
RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 1557
18 novembre 2018 20 h 28 min  

@ Adrien, je suis aussi d'accord avec toi, comme avec Roald, ce que vous dites n'est pas forcément opposé , bien sur ceux qui réussissent sans traitement sont chanceux, mais bon, c'est comme ça , tant mieux pour eux . Et finalement, je ne sais pas si c'est le plus important, avec ou sans traitement , le plus important c'est de réussir à trouver son épanouissement avec la maladie , et pour ça, chacun doit trouver sa méthode, mais de savoir que c'est possible, est encourageant pour tous . Amicalement .

Bipolaire et fière d'y être.


hopefull et Lucie ont aimé
RéponseCiter
Joanne
(@joanne)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 9 mois
Msg: 1
20 février 2019 9 h 53 min  
  1. Bonjour, j'aimerai discuter avec toi en privé si c'est possible, j'ai arrêter mon traitement il a quelque temps, et je retrouve dans ton discours, ma propre pensée sur la maladie bipolaire. 

RéponseCiter
Maman ours
(@maman-ours)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 2 mois
Msg: 12
25 septembre 2019 11 h 34 min  
Posté par: @bast

Bonjour, j'ignore si je suis un cas si rare, mais nous sommes déjà deux dans mon entourage. Un ami et moi même, qui avons été diagnostiqués bipolaire il y a de nombreuses années.

On a eu le droit à la totale je dirais : ce que l'on appelle délires, les voix, hallucinations, .. grosses phases up/down.. Et on a eu droit aux cachetons aussi mais on a tous les deux refusé ça très vite.

Je lui proposerais peut être de venir témoigner ici mais là je vais parler pour moi.

Je me soigne sans médocs. Compter mon histoire prendrait du temps et je sais même pas si vraiment qqun va vraiment lire avec intérêt donc je vais aller vite.

Ce qui m'a le plus aidé c'est de m'accepter comme je suis. D'arrêter d'être mégalo, vous savez bien, passer de "je suis trop génial" à "je suis la dernière des merdes de la planète". J'ai commencé à me dire que je n'ai pas à me culpabiliser si je reproduis une erreur malgré moi. Ce n'est pas une faute. Sinon on apprendrait la guitare en un jour. On refais malgré nous des erreurs et c'est pas grave. C'est pas grave tant qu'on fait ce qu'on peut pour apprendre d'elles et ne pas les reproduire. Du coup, adieu la culpabilisation.

Mais il reste l'autre aspect : accepter mes limites. J'ai commencé à me dire que ce que je fais maintenant c'est ce dont je suis réellement capable. que j'ai des limites tout simplement. Il me faut du temps, ou je n'arrive pas à faire trop de choses en même temps, etc. Je suis revenu à des choses simples et une volonté d'avancer pas à pas en respectant mes limites, sans vouloir aller plus vite que la musique. Et là j'ai commencé à les dépasser.

Un autre élement qui m'a bcp aidé est de passer d'une logique causale à une logique effectuale. Je vais pas expliquer ça maintenant, ce serait trop long, cherchez "effectuation" sur internet.

Et dans tout ça, il y a eu le rapport avec les voix bien sûr, avec mes failles, avec le non être. Changer l'angle de perception que l'on a avec le réel, soit en changeant son intention (comme modulation de l'attention), soit en supprimant toute volonté future, apporte une toute autre vision de ce qui s'est passé et de ce qui se passe. Lorsque j'ai commencé à comprendre que le non être révèle mes failles et peut être une source d'inspiration. Lorsque j'ai commencé à me servir des mes failles pour faire rire, avec l'auto-dérision, lorsque j'ai commencé à me prémunir de faire ce que je savais faux, que ce soit ma conscience qui agisse ou la part non consciente. Quand je me suis demandé comment rendre utile ce qui m'arrive ? Comment en faire une force ?

Raconter ma vie serait beaucoup trop long mais je souhaiterais passer un message: On peut choisir de se couper de ses émotions profondes, je l'ai fais pendant des années, soit avec des cachetons ou simplement en fermant son coeur. Ça "marche", dans le sens que ça permet de vivre un semblant de vie. Mais on peut aussi essayer de s'accepter, de se comprendre, et surtout de toujours se demander pourquoi. Pourquoi j’entends ça ? Est ce que j'ai pas une faille en moi qu'il me faut résoudre ? Pourquoi je suis si sensible à ça ? Pourquoi j'arrive pas à faire preuve de détachement ? Comment rendre utile ce que je vis, ce que j’entends? Comment en faire une force et quelque chose d'unique ?

Pour moi, la psychologie n'a quasiment rien compris à la bipolarité. Elle est beaucoup trop loin. Et je crois que certains cachets ne valent pas mieux que l'usage de la saignée et des électrochocs. Le problème majeur c'est le système dans lequel on vit qui nous oblige malgré nous à devoir traiter "vite" et être "productifs". Mais il y a d'autres voies. J'en suis une preuve vivante et je suis pas le seul.

 

 

Bonjour Alex, ton histoire me touche. Comment vas-tu pour l instant?


RéponseCiter
Maman ours
(@maman-ours)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 2 mois
Msg: 12
25 septembre 2019 11 h 35 min  

Mon fils est en manie pour l instant et me demande de l aider. Je suis désarmée. 


RéponseCiter
Maman ours
(@maman-ours)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 2 mois
Msg: 12
25 septembre 2019 11 h 40 min  

@joanne

  • Je retrouve également le discours de mon fils. Merci de m aider pour lui. Existe-t-il un moyen de se soigner sans médicaments?

RéponseCiter

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Veuillez Connexion ou Inscription