Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Nicolas infirmier bipolaire type 2  

Page 2 / 4
 

kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2690
10 mai 2020 11 h 34 min  
Posté par: @mosis-7

@nicolas-ide

Bonjour, 

Je suis content de voir que tu as autant de ressources autour de toi et que tu avais pu trouver un cadre pour t'aider à vivre mieux ta maladie. Peut-être qu'avec la fin du confinement, tu vas pouvoir reprendre tes habitudes et que ça va se normaliser. 

C'est positif de faire du sport avec les enfants, ça a un effet positif sur le moral de toute la famille. 

Je suppose qu'en EMDR tu as pu travailler sur les côtes traumatisants de la maladie, tu as vu une amélioration ? J'aimerais essayé l'EMDR sur cet aspect. 

Concernant les visions mystiques, tu penses que c'était une phase maniaque ou que c'etait indépendant ? Si tu en discute avec ton psy, vous pourrez peut-être déterminer si cela peut être justifié/positif de retenter l'expérience. 

Je vois que ton trouble anxieux est très envahissant, moi mon anxiete s'est calmée lentement après la crise maniaque inaugurale, mais je suis toujours sous benzodiazépines. 

 

L EMDR 1) les mouvements occulaires n apportent rien de plus et donc ce n est que de la thérapie d'exposition de luxe et 2) le niveau de preuve est fait pour les états de steess post traumatique à savoir la mise en jeu immédiate du pronostic vital ou de l intégrité physique etc; pas n importe quelle expérience négative 


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2690
10 mai 2020 11 h 36 min  
Posté par: @mosis-7

@nicolas-ide

Bonjour, 

Je suis content de voir que tu as autant de ressources autour de toi et que tu avais pu trouver un cadre pour t'aider à vivre mieux ta maladie. Peut-être qu'avec la fin du confinement, tu vas pouvoir reprendre tes habitudes et que ça va se normaliser. 

C'est positif de faire du sport avec les enfants, ça a un effet positif sur le moral de toute la famille. 

Je suppose qu'en EMDR tu as pu travailler sur les côtes traumatisants de la maladie, tu as vu une amélioration ? J'aimerais essayé l'EMDR sur cet aspect. 

Concernant les visions mystiques, tu penses que c'était une phase maniaque ou que c'etait indépendant ? Si tu en discute avec ton psy, vous pourrez peut-être déterminer si cela peut être justifié/positif de retenter l'expérience. 

Je vois que ton trouble anxieux est très envahissant, moi mon anxiete s'est calmée lentement après la crise maniaque inaugurale, mais je suis toujours sous benzodiazépines. 

 

L EMDR 1) les mouvements occulaires n apportent rien de plus et donc ce n est que de la thérapie d'exposition de luxe et 2) le niveau de preuve est fait pour les états de steess post traumatique à savoir la mise en jeu immédiate du pronostic vital ou de l intégrité physique etc; pas n importe quelle expérience négative 


RéponseCiter
Fabienne
(@fabienne)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 55
10 mai 2020 11 h 43 min  

@mosis-7

Oui faudrait demander à kust si ca vient de la maladie et il y a un remede

 


RéponseCiter
Nicolas ide
(@nicolas-ide)
Bipo
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 30
10 mai 2020 12 h 04 min  

Il existe plusieurs essais contrôlés randomisés sur l’EMDR chez des patients bipolaires I et II qui ont montré des éléments irréfutables en faveur d’une amélioration du trauma associé et des symptômes affectifs associés au trauma. 

J'en suis très content ça m'aide beaucoup sur mes croyances erronnées avec ma psycho. 

Je vais tenter la buspirone j'en suis à un point que de toute façon je ne perds rien. 

Je comprends vos bugs dans les discussions ça donne l'impression d'en avoir rien à faire.

Quand au mystique rien à voir avec un épisode maniaque. J'ai vu 3 psys suite à cela il semblerait que ce soit une forte sensibilité et un ressenti mais aucunement un phénomène hallucinatoire. 

Bon dimanche

 

 


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2690
10 mai 2020 12 h 18 min  
Posté par: @nicolas-ide

Il existe plusieurs essais contrôlés randomisés sur l’EMDR chez des patients bipolaires I et II qui ont montré des éléments irréfutables en faveur d’une amélioration du trauma associé et des symptômes affectifs associés au trauma. 

J'en suis très content ça m'aide beaucoup sur mes croyances erronnées avec ma psycho. 

Je vais tenter la buspirone j'en suis à un point que de toute façon je ne perds rien. 

Je comprends vos bugs dans les discussions ça donne l'impression d'en avoir rien à faire.

Quand au mystique rien à voir avec un épisode maniaque. J'ai vu 3 psys suite à cela il semblerait que ce soit une forte sensibilité et un ressenti mais aucunement un phénomène hallucinatoire. 

Bon dimanche

 

 

Definition du trauma?


RéponseCiter
Mosis 7
(@mosis-7)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 178
10 mai 2020 15 h 16 min  

@kust

Merci pour ton retour. 

Ex. de traumas, la découverte de la psychose, tu ne peux plus faire confiance à ton ressenti ou à tes pensées, tu ne peux plus faire confiance à tes sens, tu ne peux plus compter sur ton identité. La découverte de la folie, la découverte de l'HP, la découverte d'une maladie chronique grave, les TS, la découverte que c'est beaucoup plus facile de te foutre en l'air ou de foutre en l'air les autres que ce que tu imaginais. Ca c'est le versant maniaque, à priori il ya le versant dépressif psychotique qui doit être gratiné. Autant de traumas plus ou moins bien vécus qui peuvent engendrer des traumatismes et je pense chez certains des stress post-traumatiques. 

 


RéponseCiter
Mosis 7
(@mosis-7)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 178
10 mai 2020 15 h 19 min  

@nicolas-ide

Bonjour Nicolas, 

Merci pour ton retour. Si ça marche pour toi, ça me donne envie d'essayer. Je vais me documenter. 

 


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2690
10 mai 2020 15 h 42 min  
Posté par: @mosis-7

@kust

Merci pour ton retour. 

Ex. de traumas, la découverte de la psychose, tu ne peux plus faire confiance à ton ressenti ou à tes pensées, tu ne peux plus faire confiance à tes sens, tu ne peux plus compter sur ton identité. La découverte de la folie, la découverte de l'HP, la découverte d'une maladie chronique grave, les TS, la découverte que c'est beaucoup plus facile de te foutre en l'air ou de foutre en l'air les autres que ce que tu imaginais. Ca c'est le versant maniaque, à priori il ya le versant dépressif psychotique qui doit être gratiné. Autant de traumas plus ou moins bien vécus qui peuvent engendrer des traumatismes et je pense chez certains des stress post-traumatiques. 

 

Vous avez pas du tout, du tout la bonne definition (et du coup les indications de l emdr sont en réalité beaucoup, beaucoup plus restreintes)


RéponseCiter
Mosis 7
(@mosis-7)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 178
10 mai 2020 17 h 24 min  
Posté par: @kust
Posté par: @mosis-7

@kust

Merci pour ton retour. 

Ex. de traumas, la découverte de la psychose, tu ne peux plus faire confiance à ton ressenti ou à tes pensées, tu ne peux plus faire confiance à tes sens, tu ne peux plus compter sur ton identité. La découverte de la folie, la découverte de l'HP, la découverte d'une maladie chronique grave, les TS, la découverte que c'est beaucoup plus facile de te foutre en l'air ou de foutre en l'air les autres que ce que tu imaginais. Ca c'est le versant maniaque, à priori il ya le versant dépressif psychotique qui doit être gratiné. Autant de traumas plus ou moins bien vécus qui peuvent engendrer des traumatismes et je pense chez certains des stress post-traumatiques. 

 

Vous avez pas du tout, du tout la bonne definition (et du coup les indications de l emdr sont en réalité beaucoup, beaucoup plus restreintes)

Je n'ai pas de doute sur la définition de trauma. Je veux bien entendre que les indications de l'EMDR sont limitées, je vais poursuivre ma bibliographie quand j'aurais le temps. 


RéponseCiter
kust
 kust
(@kust)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2690
10 mai 2020 17 h 45 min  
Posté par: @mosis-7
Posté par: @kust
Posté par: @mosis-7

@kust

Merci pour ton retour. 

Ex. de traumas, la découverte de la psychose, tu ne peux plus faire confiance à ton ressenti ou à tes pensées, tu ne peux plus faire confiance à tes sens, tu ne peux plus compter sur ton identité. La découverte de la folie, la découverte de l'HP, la découverte d'une maladie chronique grave, les TS, la découverte que c'est beaucoup plus facile de te foutre en l'air ou de foutre en l'air les autres que ce que tu imaginais. Ca c'est le versant maniaque, à priori il ya le versant dépressif psychotique qui doit être gratiné. Autant de traumas plus ou moins bien vécus qui peuvent engendrer des traumatismes et je pense chez certains des stress post-traumatiques. 

 

Vous avez pas du tout, du tout la bonne definition (et du coup les indications de l emdr sont en réalité beaucoup, beaucoup plus restreintes)

Je n'ai pas de doute sur la définition de trauma. Je veux bien entendre que les indications de l'EMDR sont limitées, je vais poursuivre ma bibliographie quand j'aurais le temps. 

Pas de toute et pourtant la définition médicale (et donc celle utilisée pour juger de l efficacité de l EMDR) est très loin de celle que vous avez mis en avant ou de ses exemples


RéponseCiter
Elona
(@elonawasikowska)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 378
11 mai 2020 12 h 07 min  

Bonjour Nicolas,

D'abord félicitations d'avoir réussi là où j'ai raté, je voulais être infirmière en psychiatrie aussi, mais la maladie m'a rattrapée en dernière année d'infi. Enfin maintenant je ne veux plus 😀

Il y a des tas de raisons pour rechuter en ce moment. Mon psychiatre s'excuse toujours de me téléphoner en retard car il est débordé, beaucoup rechutent. Des tas de gens sans antécédents tombent en dépression ou deviennent anxieux avec le covid.

Nos habitudes sont bousculées de manière complètement inédite, et l'avenir est incertain. Ca ça fout un coup. Je suppose que dans ton boulot aussi c'était le bordel fini et le stress monstre. En plus tu l'as eu. C'est une crasse, tu t'imagines que tu pourras finir à l'hôpital et pire aux soins intensifs (un mois coupé du monde et de tes proches), et pire à la morgue. C'est violent. 27 jours dans une chambre, même moi qui suis ultra casanière je péterai un câble, n'importe qui péterai un cable. J'imagine qu'à ton boulot ça a du être le bordel fini, le stress pire que d'habitude, et sans doute que l'idée de l'avoir eu au travail à cause de mauvaises conditions joue aussi. Perso ça m'a limite traumatisée, mon homme et moi l'avons eu aussi. Plus précisément, je l'ai chopé au travail, dans une maison de retraite où on avait aucune protection alors qu'on avait déjà des cas, ça a commencé seulement à bouger un peu quand on a eu notre premier décès, mais c'était trop tard. Je l'ai ramené chez moi, mon homme est tombé malade aussi (on a commencé en même temps). On a 34 ans et on est en bonne santé physique, mais cette crasse n'épargne personne. Mon anxiété me disais chaque jour que c'était peut-être la dernière fois que je le voyais avant qu'on ne l'embarque. J'aurai pu le tuer, pour un boulot où on te traite comme de la merde. C'est violent. Chance inouïe, on a eu que des symptômes mineurs et un mois plus tard on n'a plus rien. Mais ça a été violent psychologiquement

A côté de ça, il y a le changement de saison, surtout le printemps. Ca a tendance à fragiliser les gens avec des troubles de l'humeur, et d'après mon psy c'est surtout au printemps. Puis des fois tu rechutes comme ça, sans raison spécifiques (même si pour moi il y en a vu ce que tu dis), du moins conscientes. 

Pour l'anxiété, vous allez sûrement tous rire. J'avais limite envie de frapper les gens qui disaient "t'as essayé la méditation?" car ça faisait style "moi quand je suis déprimé je mets de la musique à fond". Et bien j'ai commencé il y a trois semaines. C'est pas facile, il faut le temps et de l'entrainement, mais quand on y arrive ça donne un peu de répit et ça fait du bien. Et quand je vois les témoignages qui font rêver, je me dis que je ne perds rien à essayer (enfin si, 40€ d'abonnement à Petit Bambou).

 


RéponseCiter
marlasinger
(@marlasinger)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 6 mois
Msg: 272
11 mai 2020 12 h 26 min  
Posté par: @elonabloodshed

il y a le changement de saison, surtout le printemps. Ca a tendance à fragiliser les gens avec des troubles de l'humeur, et d'après mon psy c'est surtout au printemps.

C'est fou ça! Je ne savais pas. Moi le printemps me rend heureuse (dans les limites du possible). C'est l'hiver qui me tue. 


RéponseCiter
Nicolas ide
(@nicolas-ide)
Bipo
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 30
11 mai 2020 12 h 43 min  

Bonjour Elona merci pour ton histoire qui est anxiogène comme tu dis. 

Je suis plus souvent en arrêt depuis 2 ans je n'arrive pas à tenir au boulot même quand je vais mieux. Ça me fait peur surtout quand on me parle d'invalidité. En fait j'entrevois pas trop l'issue. 

Pour le printemps je savais au boulot au printemps c'était souvent la cata quand j'étais aux urgences psy. C'est une période où tout remonte à la surface comme la nature le bon comme le mauvais. 

Ma plus grosse connerie avoir démissionné de l'hôpital public en 2017 même si les conditions y sont déplorables comme en Ehpad. 

Bref je suis un peu usé par la maladie les dépressions s'enchaînent. 

J'étais bien lancé ce fichu virus et confinement m'aura fait replonger encore une fois et je trouve que la marche est de plus en plus haute. 

Prenez soin de vous. 

 


RéponseCiter
Nicolas ide
(@nicolas-ide)
Bipo
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 30
11 mai 2020 12 h 45 min  

Pour Petit Bambou c'est rigolo je me le suis téléchargé ce matin. 


RéponseCiter
Elona
(@elonawasikowska)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 378
11 mai 2020 13 h 11 min  

@nicolas-ide J'entends souvent que le confinement est vécu de deux manières: Soit des gens angoissent car ils ne supportent pas de rester chez eux, et ont hâte de reprendre la vie comme elle était. Soit c'est propice à la prise de conscience que finalement notre vie était pas si satisfaisante, et donc des gens profitent de ce moment pour se recentrer sur le plus important, et pourquoi pas changer de vie. J'aime me dire que je suis dans la seconde option. Je ne me vois pas retourner sur mon lieu de travail, je pense aux soins à domicile (ils engagent des aides-soignantes aussi apparemment), soit je change carrément d'orientation (mais j'ai aucune idée quoi).

Ca m'étonnait aussi pour le printemps, en général on parle de dépression saisonnière en hiver avec le manque de soleil et donc de vitamine D. Mais le printemps oui, quand j'y repense la majorité de mes dépressions majeures, ainsi que mes deux hospitalisations, sont survenues au mois d'avril. Je m'en souviens car c'est aussi le mois de mon anniversaire.

La maladie nous use oui. J'aime me dire que chaque fois que j'ai flanché, ça a fini par aller mieux. Donc que ça ira mieux cette fois aussi. L'avenir le dira, vouloir tout planifier voir contrôler est rassurant mais irréaliste. Le lâcher-prise est une notion très intéressante à explorer aussi.

 


RéponseCiter
Nicolas ide
(@nicolas-ide)
Bipo
Inscription: Il y a 5 mois
Msg: 30
11 mai 2020 14 h 19 min  

@elonabloodshed je suis d'accord avec toi pour les 2 options. Pour moi c'est la 2ème depuis 2017.

Je suis d'abord parti en live en thérapeute magnétiseur phase hypomane de 14 mois. 

Je fais un cursus patient expert et émissaire de santé publique. Je suis fondateur d'une association et d'un réseau de bipolaire dans ma région. 

Je continue infirmier pour l'instant d'une toute autre façon. J'ai fait 4 années de libéral mais le rythme est très soutenu surtout à cause de la paperasse. J'en serai incapable aujourd'hui. Du coup je me suis tourné vers le milieu associatif psychiatrique cela me convient mieux notamment dans la dimension humaine. 

Tu peux te tourner vers les SSIAD c'est bien cette façon de travailler. Les seuls inconvénients sont les coupures et lla plupart des contrats ne sont pas à temps plein. 

 

 

 


RéponseCiter
Elona
(@elonawasikowska)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 378
11 mai 2020 14 h 39 min  

@nicolas-ide J'ai déjà eu une idée de ce que c'était en stage dans la société où je voudrais postuler. Mon ex était infirmier à domicile indépendant et j'allais parfois en tournée avec lui aussi, puis il m'envoyait chez des patients bosser illégalement et gratuitement. Soit, c'était un trou de balle à bien des niveaux. Je vois pas autre chose que le domicile en fait. La maison de repos c'est pas l'endroit le plus gai non plus, je ne voudrais pas finir là quand je serai vieille, on court tout le temps donc pas le temps de leur tenir un peu compagnie, je ne pense pas qu'ils soient vraiment heureux là. Je ne veux surtout pas remettre les pieds à l'hôpital non plus, en psychiatrie non plus, je ne veux pas avoir ceux qui m'ont persécutée en stage comme collègues.

Ici à la maison de repos je bosse à mi-temps, parfois 3/4 selon les besoins du service (là par exemple avec le covid j'étais à 3/4 presté temps plein avec des heures supp). Autant je voulais travailler plus pour avoir plus d'argent, autant je me dis que c'était pas plus mal d'être à temps partiel. Car à temps plein ça doit être encore plus soutenu, et après un burn-out c'était peut-être pas le bon plan car il me poursuit encore. Et même à mi-temps des fois j'avais comme la flemme. Pourtant je suis pas une paresseuse, que du contraire. Démotivation sûrement.  J'ai trouvé pas très loin de chez moi une psychologue spécialisée en accompagnement de reconversion professionnelle, je crois que je vais l'appeler.

C'est génial d'avoir fondé une association pour bipolaires, parfois en aidant les autres on s'aide soi-même aussi. 

 


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2303
13 mai 2020 23 h 15 min  
Posté par: @nicolas-ide

@kust tout à fait. D'ailleurs si je peux avoir des témoignages pour contrer cette anxiété je suis preneur. Car j'ai beau avoir une hygiène de vie vraiment stricte et avoir essayé tous les anxiolitique rien ne marche. 

 

Bonsoir ,

 

C'est un cercle vicieux , quand on est anxieux , on ne peut rien faire, mais quand on fait quelque chose , on est moins anxieux. Difficile de s'en sortir, à moins d'être plus fort de le savoir et encore ...C'est comme quand on est triste, on ne sait pas rire, mais quand on rit, on est moins triste .


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2303
13 mai 2020 23 h 27 min  

Il faut casser le cercle vicieux, tromper son cerveau, en prenant le sens inverse, commencer à faire pour être au lieu d'être pour faire .


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2303
13 mai 2020 23 h 31 min  

Non, le cercle vicieux, c'est quand on est anxieux, on ne peut rien faire et quand on ne fait rien , on est anxieux . On peut le casser, en faisant quelque chose. Mais c'est un tour de force .


RéponseCiter
ver00
(@ver00)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2303
13 mai 2020 23 h 59 min  
Posté par: @ver00

Non, le cercle vicieux, c'est quand on est anxieux, on ne peut rien faire et quand on ne fait rien , on est anxieux . On peut le casser, en faisant quelque chose. Mais c'est un tour de force .

Ça ne doit pas vous aider beaucoup, c'est pas très concret . Je n'ai jamais eu tellement d'anxiété, et en plus, je n'ai pas procédé de cette façon, en taisant un mal être par une action . Parce que finalement, ce n'est surement qu'un pansement sur une jambe de bois .

 


RéponseCiter
Page 2 / 4

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !