Nouvellement diagno...
 
Notifications
Retirer tout

Nouvellement diagnostiquée

4 Posts
2 Utilisateurs
0 Likes
212 Vu
Emmy
 Emmy
(@emmy)
New Member
Inscription: Il y a 8 mois
Posts: 2
Début du sujet  

Bonjour à tous, 

Je m'appelle Emilie, j'ai 25 ans et je viens d'être diagnostiquée Bipolaire par mon psychiatre. Elle m'a prescrit de la quétiapine ainsi qu'une psychothérapie. Je dois la revoir dès la semaine prochaine pour faire un premier point. 

Je me sens assez démunie face à ce diagnostic et ne comprends pas réellement toute l'ampleur de la chose. J'ai l'impression que tout va trop vite, et n'arrive pas à trouver vers qui me tourner pour avoir un deuxième avis et pour une prise en charge plus globale (je réside en région parisienne). Je suis étudiante, et en alternance. Je n'ai pas vraiment les moyens de me payer 36 spécialistes pour mon suivi... 

Au niveau de mon historique, je suis passé par de nombreuses phases dépressives assez dark. Mes parents ce sont séparés lorsque j'étais très jeune. Le nouveau compagnon de ma mère s'est montré extrêmement violent envers moi et mon petit frère. Aujourd'hui encore il me terrorise. 

A l'école, je me suis toujours sentie très seule comme si personne ne me comprenait, et que tout le monde se fichait de mon mal être. 

En 2019, j'ai fait un tentative de suicide. J'ai provoqué un accident de voiture, sans parvenir à me tuer. Je me suis retrouvée aux urgences psy, ils m'ont donné des anxio et puis c'est tout. ça m'a totalement fait vrillée, j'ai passé des mois entiers enfermée chez moi à prendre de la drogue. 

Je n'arrive pas à détecter seule quelles sont mes phases de manie, ni quels pourraient-être les éléments déclencheurs. En fait j'ai juste l'impression que c'est mon "moi normal". Soit je vais très mal, soit je vais très très bien, l'entre deux n'existe pas. Je parle vite, fort, fais de grands gestes. Je suis limite hystérique, mon petit ami me trouve fatigante, j'ai tellement peur de devenir toxique pour lui et qu'il m'abandonne... 

Passionnée par les musiques électroniques, je passe énormément de temps en soirée, puis en after. Je consomme des drogues à outrance, notamment de la kétamine. Je peux facilement rester dans ce cadre festif 48h sans interruption. Je ne me rend pas compte que cela peut-être dangereux, je me suis toujours sentie extrêmement bien avec ces produits. Je ne peux pas imaginer ce que c'est qu'un bad trip, pour moi tout est rose et facile dans ce cadre là.. 

Enfin voilà, je ne sais pas trop quoi ajouter de plus. Si ce n'est que j'ai besoin de vos conseils, pour me guider au mieux dans la précision de mon diagnostic, ainsi que dans la prise en charge. 

Annonce

Par avance je vous remercie ! 

Bonne journée, 

Emilie

 


   
Citation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3991
 

Pour la prise en charge ce sera d’abord un psychiatre pour ton traitement qu’il faudra parfois monter parfois descendre ou même changer de molécule. On ne prescrit pas de psychothérapie. C’est toi qui vois si tu veux en faire une ou pas. L’annonce du diagnostic est toujours un peu difficile on nie et en même temps on cherche dans notre passé des signes avant coureur de cette maladie. Il faut du temps pour accepter. Parfois rechuter pour accepter. Je te conseille également d’aller voir un addictologue parce que les neuroleptiques et la drogue c’est pas fameux ^^
si tu as des questions n’hésite pas. On est là pour t’accompagner.


   
RépondreCitation
Emmy
 Emmy
(@emmy)
New Member
Inscription: Il y a 8 mois
Posts: 2
Début du sujet  

@malette merci pour ta réponse ! 

Je vais continuer avec ma psychiatre ou lui demander de m'orienter vers quelqu'un de plus spécialisé dans ces types de troubles. Je trouve qu'elle m'a donné très peu d'informations sur la maladie... 

Concernant le début du traitement je me sens hyper fatiguée. J'ai vraiment très mal au crâne et me sens incapable de rien. J'espère vraiment que ça ne sera pas tous les jours comme ça... 


   
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3991
 

@emmy 

alors la quetiapine ça arrache la gueule les premières semaines, mais plus tu augmentes le dosage et moins l’effet sédatif est présent. Après ça se tasse, sauf si tu la supporte vraiment pas. Dans ce cas faudra changer de molécule.

tu vois là je suis à 600 et ça va. Pas de fatigue, mais c’est vrai que c’est dure de se lever le matin.

les infos sur la maladie généralement les psy en donne peu. Tu peux acheter des livres d’éducation thérapeutique. Tu peux aussi trouver autour de chez toi, dès groupes d’éducation thérapeutique pour t’éduquer à la maladie, ça doit se trouver à paris je pense.


   
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce