Notifications
Retirer tout

>présentation

53 Posts
7 Utilisateurs
4 Likes
2,308 Vu
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

Bonjour à tou(te)s,

Je suis diagnostiquée BpT1 depuis 10 ans maintenant. Je n'ai pas eu la chance d'être véritablement accompagnée dans la découverte et l'acceptation de cette affection ou de rencontrer d'autres bipolaires pour relativiser, peut-être, les sentiments de différence honteuse et de culpabilité que je ressens et qui m'ont conduit à un isolement extrême. Mon orientation est plutôt dépressive mais par l'action du Lamictal et de gros efforts en matière d'hygiène de vie, je pense (j'espère) pouvoir me prétendre stabilisée.

J'ai appris, j'apprends en fait, à vivre avec la maladie et je suis extrêmement curieuse à son propos. J'ai beaucoup lu déjà et j'aimerais beaucoup apprendre davantage autant que confronter certaines pensées, déductions ou expériences sur le sujet. J'aimerais aussi bien-sûr, et sans doute surtout, oser communiquer et envisager plus de sociabilité en assumant ce que je suis.

Je suis heureuse en tout cas d'avoir découvert ce site et de me sentir déjà moins seule.

Bonne journée à vous 🙂

 


   
Citation
Laetitiadev
(@laetitiadev)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 18
 

Je me joins a tes dires.  C est comme être dans une bulle et ne pas ressentir la vie pour ma part. Et oui tubas raison il faut avoir une bonne hygiène de vie,  c est courageux de ta part car vraiment pas évident a mettre en place....


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@laetitiadev

merci de ta réponse !!

j'ai vécu cette sensation de bulle durant des années moi aussi, j'étais sous Abilify à ce moment-là, et comme anesthésiée, une existence minérale ou végétale finalement : une vie non ressentie comme tu le dis.

Annonce

cela m'a conduit à rejeter tout suivi et même à nier la maladie, à un beau virage manique donc, puis une fois retombée à l'évidence de devoir adapter mon quotidien  : limiter les stimulations émotionnelles, veiller au sommeil, etc etc. Ça ne répare pas les dégâts, ne console pas non plus mais rend le quotidien… vivable.

je te souhaite beaucoup de courage !!


   
RépondreCitation
Laetitiadev
(@laetitiadev)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 18
 

@stoney

Merci beaucoup,  j ai tres peur du regard des autres lorsque je vais rentrer chez moi tout a l heure pour l instant je suis cachée chez ma mere avec mes 2 enfants mais la réalité va me rattraper tout a l heure, faire face a des voisins qui ont subits ma phase hysterique je ne sais pas comment gérer cette honte .et toi comment fais tu pour te régler en phase :basique ou normale ? As tu des astuces ? Merci beaucoup 


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

Hélas mes uniques astuces se sont résumées à m’isoler toujours plus, non seulement pour ne pas affronter la situation que tu redoutes mais pour ne pas risquer d’en créer de nouvelles : c’est tout sauf une bonne solution ! C’est même intolérable en vérité.

Je ne connais pas ta situation, peut-être l’as-tu décrite ici mais je ne suis pas familiarisée avec le principe de forum. Je ne sais pas si un ours dans mon genre peut se permettre de te donner un conseil mais a priori il me semble que si tes enfants et tes parents t’acceptent et t’aiment telle que tu es, le regard des voisins pourrait être relatif. Personne n’est à l’abri d’un craquage, bipolaire ou pas d’ailleurs, et pour parler de ma seule expérience je me suis souvent dit a posteriori que je me jugeais bien plus sévèrement que les autres ; le sentiment de honte que tu éprouves est peut-être amplifié par ton appréciation critique ?

Enfin, je crois que nous ne sommes de toute façon pas, peu ou mal compris, il faut s’y faire, et puis au pire tu peux déménager !! 😉

Bon courage encore !


   
RépondreCitation
Laetitiadev
(@laetitiadev)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 18
 

@stoney

 

Oui tu as entièrement raison,  c est extrêmement culpabilisant, j ai ecris mes 2 chansons pour essayer en vain de me sauver ... deviens et chanson d'espoir sur ytube.... un appel a l aide a l espoir.... tous les bruits les énervements je l ai ressens a 200000p% il ne me reste que ma mère et elle et moi c est conflictuel parfois car elle ne comprend pas ma maladie et defois préfère me dire : secoues toi un peu !!! Sauf que je me secoue pas c est mes nerfs qui se secouent tous en même temps je ne supporte pas le bruit, et j aindes enfants bruyants que j aime par dessusbtout mais defois je craque , j aimerais craquer cette bulle dans laquelle je suis prisonnière je ne sais pas si tu as le même sentiment... plein.de.courage et merci de ta bienveillance qui fait du bien


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

Bienvenue sur le forum,

Tu  n'as rien à savoir de spécial ici. Tu écris, t'as des retours, ça s'enrichit ou le post meurt de lui même.

Au cours de tes lectures, tu pourras y voir plus clair. N'hésite pas à solliciter les gens en mettant @xxx comme ton lien en début de mon post. Coche le suivi de sujets pour être au jus.

Toutes les nuances sont dans la nature, ici aussi. Tu auras le temps de découvrir les caractères de ceux qui te répondront ou que tu lira. Pour parler de moi-moi-moi, je ne coupe pas les cheveux en quatre, je me retranche derrière l'humour mais je ne me cache pas. Si certains sont gênés, qu'ils le disent maintenant où se taisent à jamais.

T'as déjà l'air de te démerder comme une cheffe. Bienvenue encore.

A te lire


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@noon

Merci beaucoup pour ta réponse, pour tes conseils,

Toutes les nuances sont dans la nature en effet, toi-toi-toi tu n’es pas comme moi-moi-moi : coupage de cheveux en quatre minimum, de l’humour mais souvent pour me cacher et puis si certains sont gênés c’est moi qu’ils font taire 😉

Je me sens mal à l’aise dans « le monde », différente ou mal équipée je ne sais pas : j’ai mis des années à me dire qu’être bipolaire ce n’est pas être folle ; j’ai aussi cru que ce sentiment de solitude parallèle était largement partagé, que nous étions tous certes différents mais aussi « rapprochables » de par nos caractéristiques (réelles ou fantasmées) en quelque sorte. Bref qu’on pouvait se sentir d’un petit monde, d’une communauté de compréhension, et de ce que j’ai lu depuis ce matin, ce que je comprends surtout c’est ma candeur : toutes les nuances sont ici aussi en effet et on peut se sentir étranger partout, même bipolaire parmi les bipolaires parce que ça n’a rien d’une définition. Déjà j’y vois plus clair.

Merci encore, et belle soirée


   
NooN reacted
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

Comme disait mon père dans le taf (sidérurgie), c'est 20% de technique, 80% d'humain (la fameuse "loi" de Pareto). On est pas encore à l'époque de Skynet, les humains sont encore ceux qui font que les choses se font. Si les 80% d'humains ne s'entendent pas, une entreprise peut s'effondrer sur elle-même, même si elle est équipée du dernier cri de la technologie.

Plus tu vieilliras, et c'est ce que je te souhaite (moins  les rides !), plus tu te diras qu'il était "inutile" d'être shy.  Je ne dis pas que tu dois pervertir ce que tu es, mais que tu peux interagir avec les autres, il faut simplement s'attendre à un oui comme un non. En tant qu'ancien commercial, je n'ai plus de problème à demander quelque chose à un inconnu dans la rue, du moment que je mets les formes (tu n'as alors rien à te reprocher). Le commerce m'a forcé à sortir du bois, idem pour ma femme qui s'est "ouverte" à force de devoir communiquer dans son taf.

Le recul, c'est le résultat de la relativisation. Un grand patron qui se crois sorti de la cuisse de Jupiter va bien chier tous les matins, non ? Malheureusement, dans notre société actuelle, il faut camoufler ta candeur. L'humanité a beau être à plus de 50% entassée en ville, nous sommes de plus en plus solitaires et individualistes. C'est une des maladies du siècle, avec les cardiopathies et le psychosocial. Dans nos pays riches, les gens vivent hors-sol, bouffis dans leur graisse.

N'aie pas peur, sois toi même MAIS choisis bien avec QUI. Tris tes amis, si la maladie ne l'a pas déjà fait. Ceux qui resterons, moins que les doigts d'une main, seront les bons.

Tout n'es pas à jeter, et des Stoney, il y en a d'autres, mais ce n'est pas marqué sur leur front. Idem pour les connards et le pouffiasses.

@+

NooN


   
Stoney reacted
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

Bonjour, bonjour,

J’approuve la sagesse de ton père, la tienne aussi !

J’apprécie que tu me prennes visiblement pour une jeune fille mais les rides naissent malgré tout. Je suppose qu’il y en a d’autres comme moi, vu les taux largement sous-estimés d’isolement social corrélés à la bipolarité : c’est aussi eux que j’espère trouver sur ce forum et avec qui je voudrais échanger.

Bien-sûr la timidité est une entrave, je ne suis d’ailleurs pas exactement timide (je travaillais dans la communication jadis) mais vaguement phobique. La maladie a effectivement fait un ménage drastique dans ma vie, jusqu’à plus rien du tout en fait, et a dévoré la première moitié de ma vie, j’aimerais lui arracher la seconde et revenir au monde, doucement, c’est la raison de mon inscription : un premier pas.

La solitude rend socialement maladroit, le fait de se sentir à part n’arrange rien, mais le fait de recevoir un message personnalisé, des conseils pertinents et bienvenus, changent la teinte d’une journée. Je te remercie NooN.


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@noon

Il manquait le @xxx, pardon, donc :

Bonjour, bonjour,

J’approuve la sagesse de ton père, la tienne aussi !

J’apprécie que tu me prennes visiblement pour une jeune fille mais les rides naissent malgré tout. Je suppose qu’il y en a d’autres comme moi, vu les taux largement sous-estimés d’isolement social corrélés à la bipolarité : c’est aussi eux que j’espère trouver sur ce forum et avec qui je voudrais échanger.

Bien-sûr la timidité est une entrave, je ne suis d’ailleurs pas exactement timide (je travaillais dans la communication jadis) mais vaguement phobique. La maladie a effectivement fait un ménage drastique dans ma vie, jusqu’à plus rien du tout en fait, et a dévoré la première moitié de ma vie, j’aimerais lui arracher la seconde et revenir au monde, doucement, c’est la raison de mon inscription : un premier pas.

La solitude rend socialement maladroit, le fait de se sentir à part n’arrange rien, mais le fait de recevoir un message personnalisé, des conseils pertinents et bienvenus, changent la teinte d’une journée. Je te remercie NooN.


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

Posté par: @stoney

J’apprécie que tu me prennes visiblement pour une jeune fille mais les rides naissent malgré tout.

Mais bien évidemment, vous êtes toutes éternellement jeunes et belles, voyons !

Pour l'isolement des bipo, il y en a malheureusement beaucoup. Combien viennent en étant seuls, donc sans support. Certains sont des observateurs, il n'y a qu'à voir la date d'inscription et le nombre de messages. Il n'y a aucun jugement de valeur à chercher dans ce que je dis, on accueille TOUT le monde ici. Je ne m'approprie en rien ce forum en disant cela, je constate simplement. Et c'est ce bordel organisé qui le rend génial.

Posté par: @stoney

La solitude rend socialement maladroit, le fait de se sentir à part n’arrange rien

Tu ne veux pas donner la seconde partie de ta vie à cette maladie. C'est le choix de la bataille et la fin de la soumission. Si je reprends mon exemple, celui que je connais le mieux, j'ai peur comme tout un chacun d'une potentielle rechute. Dire "potentielle", c'est déjà refuser la fatalité. Et j'essaie encore, même si j'ai les yeux qui tremblent. Pour moi, il n'y a pas de destin écrit. Quelle horreur. Nous sommes des animaux très évolués, mais des organismes qui peuvent mourir d'un rien pour autant. "La guerre des Mondes" en est une parabole, le Covid actuellement ou ebola, un rappel à l'ordre. N'oublions jamais d'où nous venons. Restons humble, tel est mon sacerdoce.

Je m'écarte du sujet, c-à-d toi, et ton isolement qui t'a enfermé dans la solitude. Rien n'est acquis d'avance ou perdu non plus, sauf la vie. Vu que tu as pris la décision de ta battre, pourquoi devrais-tu continuer à rester seule ? Ton envie de communiquer va payer et tu as déjà infléchit ta pensée, car tu es ici, peut-être derrière un écran, mais comme ceux dont je parlais au début du message.

Qui tente rien n'a rien. C'est de ce rien, de ce petit trou que tu vas t'extirper peu à peu, en levant les yeux au ciel et en te disant que tu n'es pas seule dans ton cas. Vraiment.

@+


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

@Stoney,

 

Je suis moi même très curieuse à propos de cette maladie . J'ai un blog ou j'échafaude des hypothèses pour l'expliquer . ver00.fr avec deux zéros . Certains diront que je suis timbrée, à toi du juger ...


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@noon

Posté par: @noon

Mais bien évidemment, vous êtes toutes éternellement jeunes et belles, voyons !

Mais oui, bien entendu !! œuvrais-tu dans le commerce des aspirateurs ? 😜 

Posté par: @noon

Pour l'isolement des bipo, il y en a malheureusement beaucoup. Combien viennent en étant seuls, donc sans support. Certains sont des observateurs, il n'y a qu'à voir la date d'inscription et le nombre de messages

C'est exactement le comportement que j'aurais adopté il y a encore quelques mois (semaines ?), c'est tellement difficile quand on est introverti de se lancer comme ça publiquement, d'oser répondre à quelqu'un qui ne nous demande rien personnellement, sans parler des tortures qu'on s'inflige à soi-même par peur du rejet ! Mais c'est aussi tellement important et apaisant que je ne regrette rien de mon culot tout neuf.

Posté par: @noon

j'ai peur comme tout un chacun d'une potentielle rechute. Dire "potentielle", c'est déjà refuser la fatalité. Et j'essaie encore, même si j'ai les yeux qui tremblent

Ça me terrorise aussi, et je suppose que nous devons tous vivre avec cette peur-là. J'ai connu la période douloureuse des nostalgies créatives, bavardes, exubérantes, j'ai même largement avancé cette excuse pour interrompre mon suivi mais c'était invivable, avec le temps je suis devenue adepte de l'équilibre : des vagues thymiques, plus de tsunami, enfin ! Je suis d'accord, absolument d'accord, avec ton propos sur le refus de la fatalité (sur le non-déterminisme aussi d'ailleurs !) et il me semble qu'aujourd'hui c'est cet orgueil qui me tient debout en refusant la calimérotisation de mon affaire. J'apprécie vraiment le positif que tu exprimes, c'est inspirant (ceinture X-Or de bipolarité !)

Posté par: @noon

Vu que tu as pris la décision de ta battre, pourquoi devrais-tu continuer à rester seule ? Ton envie de communiquer va payer et tu as déjà infléchit ta pensée, car tu es ici, peut-être derrière un écran, mais comme ceux dont je parlais au début du message.

Parce que les autres (les prétendus "normaux") me terrorisent : j'ai vécu les procès en sorcellerie dans les domaines sentimentaux, amicaux ou familiaux ; j'ai aussi passé des heures à parcourir des forums ou des séquences YouTube expliquant combien nous sommes des monstres, des massacreurs de bonheur à fuir absolument et j'ai tout intégré : on se pense assez facilement Quasimodo avec ça, donc on se cache. Aujourd'hui je suis capable de questionner paisiblement ces témoignages de brebis blanches soumises à l'affreux loup (on ne peut pas nier les excès de nos comportements, la difficulté de vivre avec nous, 70 ou 80% des torts probablement mais enfin il en reste 30 ou 20…). Ce ne sont pas de petits coups qu'on nous assène ! Je ne suis peut-être pas très courageuse mais mon équilibre est si fragile, je ne peux pas me permettre plus de jugements dévalorisants, d'attaques injustes et même de reproches fondés. Bon je discute depuis un an avec une infirmière psy qui m'aide beaucoup à dédiaboliser l'extérieur, alors qui sait, mon discours sera peut-être radicalement différent dans quelques mois.

Pour l'instant l'anonymat des conversations me rassure et me permet une expression et une audace qui me seront de toute façon utile dans ma démarche. C'est déjà énorme pour moi et je suis pleine de gratitude pour l'ouverture de porte que représente cet espace de discussion !

Posté par: @noon

C'est de ce rien, de ce petit trou que tu vas t'extirper peu à peu, en levant les yeux au ciel et en te disant que tu n'es pas seule dans ton cas

Merci, merci beaucoup !


   
NooN reacted
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@ver00

Merci pour ton lien, je vais te lire attentivement !

Déjà :

>>> "Je suis passionnée , je suis hyper sensible, je suis réceptive , émotive , intuitive , perfectionniste , entière mais aussi ambigue car j’entretiens une relation privilégiée avec l’inconscient qui me torture parfois , artiste à mes heures ; je suis bipolaire ."

Je partage assez ces traits de personnalité mais "une relation privilégiée avec l'inconscient" c'est quoi ? Est-ce que tu fais référence à l'inconscient psychanalytique, à un rapport aux rêves par exemple, ou bien à un concept plus spirituel ?

>>> "Le bipolaire n'est pas à sa place dans la société ; il est presque dénigré alors que c'est un perfectionniste qui cherche un meilleur être et pour cela oscille entre espoir de l'avoir trouvé et découragement de l'avoir perdu ."

Tu penses que nous sommes tous pareils (relativement) ? C'est intéressant, je suis arrivée à un certain profil "type" en confrontant tous les témoignages que j'ai lu mais je n'ai jamais osé me montrer aussi catégorique que toi.

Et enfin, avant d'en lire davantage, tu ne fais pas référence à une affection biologique, une défaillance ou un défaut cérébral, alors la question : sommes-nous hypersensibles, hyperémotifs, créatifs, "multipotentialistes" (si nous le sommes, encore une fois) parce que notre cerveau est ainsi fait ou notre cerveau est-il ainsi construit, adapté, à cette nature ? Qu'est-ce qui est au départ, l'œuf ou la poule ?

Je suis une grande coupeuse de cheveux en quatre moi-aussi, je ne sais pas si je trouverais un jour une explication, s'il y en a une même, mais je ne vois pas comment je pourrais vivre sans questionner ce que je suis.

Timbrée, non, certainement pas !


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

 Stoney ,

 

Bonjour,

 

1 ) Très bonne question ! Justement personne ou presque ne parle d'inconscient avec la bipolarité, et moi , je pense que c'est sa pierre angulaire . A mon avis, le bipolaire est au beau milieu d'un conflit avec son inconscient . D’où les manies du type 1 , manifestation de l'inconscient qui tente de modifier la conscience . J'ai très peu lu sur l'inconscient, je mets dans ce concept tout ce qu'on ne sait pas , tout ce qui ne fait pas partie de notre conscience .

2 ) J'essaie de trouver des points communs à tous les bipolaires, pour comprendre le mécanisme de la maladie en général .Pour moi, toujours, ce ne sont que des hypothèses, le bipolaire oscille entre euphorie et tristesse car il croit avoir trouvé le bien être (euphorie ) et il déprime quand il se rend compte que non . Il cherche un meilleur être , le bonheur en fait, mais dans la précipitation ; il le veut de suite .C'est son inconscient qui s'impatiente . 

3 ) Ta dernière question est difficile, pour moi . Le bipolaire craque , sa vie ne lui correspond pas , il est fragilisé par ses gènes certes, il cherche la perfection .... (impossible à trouver ), mais aussi par un environnement mal adapté à son être .L’œuf et la poule sont responsables mais pas coupables . 

 

Le bipolaire a une relation très privilégiée à mon sens avec son inconscient . Il est capable de modifier sa conscience , de la changer, c'est très douloureux mais je préfère apparenter ça avec un don . L'avenir nous le dira, la psychiatrie s'intéresse pour l'instant à la chimie, c'est un bon début, c'est un domaine qui va prendre de l'ampleur, on comprendra un jour comment la chimie est bouleversée par l'esprit . 


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

 Stoney , peut être serait il plus judicieux de continuer cette conversation dans mon blog ? Je ne veux pas importuner , de plus, tout le monde n'est pas à l'écoute de mes dires . Par contre, pour des réponses longues, il faut passer par le livre d'or, car mes commentaires sont très limités . Merci .


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@ver00

L’œuf n’est ni responsable ni coupable d’être un œuf, il est selon sa nature d’œuf point. Il n’est pas plus responsable ou coupable de devenir une poule puisqu’il accomplit de même l’évolution de sa nature d’œuf. Ce n’est pas le problème, en fait là il n’y a aucun problème, la question est : au tout début, est-ce qu’il y a une poule qui pond un œuf ou un œuf qui devient une poule ? Soit dans notre affaire, un cerveau « malade » qui induit des réactions émotionnelles inadéquates ou alors une certaine fragilité émotionnelle qui induit la « maladie » du cerveau ?

Pour les psychanalystes (A. Freud) il y a quelque chose de l’ordre du « comportement » personnel : genre tu as quelque chose à voir avec ta psychose, cherches ! pour les psychiatres biologiques (Redfield Jamison) ton cerveau a un petit bug au niveau des connexions, tu es malade et tu n’y peux rien du tout, pour les neurologues (Damasio) ton cerveau est particulier mais ton environnement n’y est pas non plus complètement étranger. Pour moi il y a un peu de tout, dans de plus ou moins larges mesures, mais j’ai encore beaucoup à apprendre/comprendre.

Je viens seulement de m’inscrire ici, toute cette lecture bouscule déjà beaucoup mon train-train, je vais me limiter à cet espace pour le moment mais je te lirai cependant !

 


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

L'anonymat te sied bien apparemment, excellent ! Qu'est-ce qui fait que tu arrives à communiquer avec nous, sur ce forum, avec autant de richesse d'esprit ? Je ne suis pas en mode jetage de fleurs mais je suis impressionné par ton humour (si si), ta clairvoyance, ta sensibilité, et j'en passe. Ceci ne veut pas dire que je suis juge et plus ci ou ça que quelqu'un d'autre. Je constate. Autre chose, je ne sais pas si tous les bipo sont hypersensibles comme tu le dis, mais beaucoup se cachent derrière une carapace, portent un masque. Les "autres" aussi, soyez en tous sûrs.

Posted by: @stoney

Mais c'est aussi tellement important et apaisant que je ne regrette rien de mon culot tout neuf.

Tu apprends très vite même, tu sais reprendre des parties de texte aujourd'hui, quel progrès ! Petit taquinage pour la route. Je remarque que la majorité des bipo se prennent pour des étrons, d'un côté, j'ai déclenché tardivement, ce qui m'a laissé le temps de structurer mes rapports interpersonnels. La sévérité du trouble entre bien sûr dans la danse. Quelle cruelle punition pour un adolescent ou un jeune adulte, et c'est peu dire.  Pour autant, je me suis toujours déprécié par rapport aux autres, ce qui ne m'empêchait pas d’exécrer certaines personnes que je trouvais (savais) superficielles, mais sûres d'elles. C'est ce que je leur enviais à l'époque. Ma plus grande différence était de ne pas regarder le monde à travers le prisme d'un bon gars de base, viril et con. Je pense avoir une part de féminité, cachée derrière mon masque de X-OR. Ma femme et moi nous disons souvent que nous sommes trop policés et honnêtes pour "progresser" dans le monde du travail. Mais le bonheur ne se limite pas à une meilleure aisance financière et à flatter son ego. Enfin, chacun sa définition de celui-ci, le bonheur. Pour les superficiels dont je parlais, il se limite à ça en gros (le gros job=> la belle voiture=> la pétasse à haute maintenance).

L'Homme est grégaire, il obéit aux lois de la domination-soumission. Le harcèlement que j'ai subit en 1ère et pendant le service m'ont fait rejeter cet état de fait. Une brute peut venir me faire chier, il est hors de question de me laisser faire depuis. Je perdrais sûrement mais il y laissera des plumes, pour sûr. C'est d'ailleurs  surprenant à quel point le bluff est LE basique de tout rapport de force. L'homme n'est pas si loin de l'animal, le regard et le message non-verbal suffisent très souvent à stopper une situation scabreuse, il ne faut pas céder à l'intimidation. Pour synthétiser, il ne faut pas avoir peur de l'autre. Dans ces cas extrêmes, c'est souvent une partie de poker qui se joue, si tu ne te couches pas, l'autre ressent ta détermination et les choses changent, sans heurts. La solution est en nous. Heureusement que ces situations sont peut courantes en temps normal.

Tu promènes ton chien pour te forcer à sortir, des inconnus viennent vers toi (bonus inattendu ??), mais surtout parce qu'il a envie de pisser... A la bonne heure ! C'est cette envie d'aller de l'avant, dehors, pourquoi pas vers les autres qui te pousse aujourd'hui. Tu appliques TA solution, comme moi qui me suis dit que je ne me laisserais plus faire.

Bon, je ne sais plus où j'en étais, j'ai dû aller faire un truc... Oui manger. Ma gourgandine de femme m'a coupé dans mon œuvre. Il m'arrive de faire à manger, je suis un homme moderne. Ne me jetez pas de cailloux !

J'ai l'impression d'être parti dans tous les sens, comme d'hab'.


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney & @ver00

Posted by: @stoney

Parce que les autres (les prétendus "normaux") me terrorisent : j'ai vécu les procès en sorcellerie dans les domaines sentimentaux, amicaux ou familiaux

Posted by: @ver00

Certains diront que je suis timbrée, à toi du juger ...

Pour le dire simplement, Mesdames (mesdemoiselles, ça fait vendeur d'aspi, hein ?), vous n'êtes pas barges, j'insiste.

Toutes les nuances sont dans la nature et rien ne me surprends dans ce que vous écrivez. Vous vous intéressez, vous réfléchissez. Ceux qui "croyaient" que la terre était ronde étaient brûlés en place publique, les normes changent.

Ver00, la crise maniaque n'aurait pas comme symptôme principal la suppression du "surmoi", soit la libération du cerveau reptilien verrouillé/inhibé par la conscience, en temps normal ? L'expression de l'instinct, teinté de l'histoire de chacun ?

Les bipo sont-ils des équilibristes de leur chimie cérébrale ? La médication et la TCC/méditation sont-elles là pour ne pas sauter sur le fil ?

 


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 
Posted by: @stoney

@ver00

L’œuf n’est ni responsable ni coupable d’être un œuf, il est selon sa nature d’œuf point. Il n’est pas plus responsable ou coupable de devenir une poule puisqu’il accomplit de même l’évolution de sa nature d’œuf. Ce n’est pas le problème, en fait là il n’y a aucun problème, la question est : au tout début, est-ce qu’il y a une poule qui pond un œuf ou un œuf qui devient une poule ? Soit dans notre affaire, un cerveau « malade » qui induit des réactions émotionnelles inadéquates ou alors une certaine fragilité émotionnelle qui induit la « maladie » du cerveau ?

Pour les psychanalystes (A. Freud) il y a quelque chose de l’ordre du « comportement » personnel : genre tu as quelque chose à voir avec ta psychose, cherches ! pour les psychiatres biologiques (Redfield Jamison) ton cerveau a un petit bug au niveau des connexions, tu es malade et tu n’y peux rien du tout, pour les neurologues (Damasio) ton cerveau est particulier mais ton environnement n’y est pas non plus complètement étranger. Pour moi il y a un peu de tout, dans de plus ou moins larges mesures, mais j’ai encore beaucoup à apprendre/comprendre.

Je viens seulement de m’inscrire ici, toute cette lecture bouscule déjà beaucoup mon train-train, je vais me limiter à cet espace pour le moment mais je te lirai cependant !

 

Effectivement, il n'y a ni responsable, ni coupable, et je crois comme toi que dans notre affaire, il y a un mélange de tout . C'est vrai que tout cela est perturbant psychiquement . D'ailleurs, sans mon traitement, je serais encore à l'ouest, j'en suis sure . J'ai besoin de la chimie, mais je ne renie pas les forces spirituelles . C'est un tout . Il est important de travailler sur des hypothèses pour essayer de comprendre cette maladie du psychisme . Qui mieux qu'un bipolaire peut le faire de l'intérieur ? Seul un bipolaire trouve fondamental de chercher des réponses . Et avec l'inconscient, on part de rien, il faut tracer des routes dans la jungle .

 


   
RépondreCitation
Page 1 / 3
Annonce
Annonce
Annonce