Présentation de Ste...
 
Notifications
Retirer tout

Présentation de Stefa

34 Posts
7 Utilisateurs
5 Likes
2,085 Vu
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

Bonjour,

 Je suis contente de retrouver le forum que j'ai suivi il y a quelques années.

J'ai 45 ans, je suis en couple avec un enfant de 17 ans.

Le diagnostic de bipolarité a été posé suite à une dépression du post partum, il y a 17 ans, donc. Depuis j'alterne les moments "bien" et les moments plus compliqués, avec plusieurs hospitalisations en prime. La maladie s'exprime essentiellement par des dépressions. Les phases (hypo)maniaques sont plus rares, mais très difficiles à vivre pour mon entourage.

J'occupais un poste de cadre dans une grosse entreprise, stable pendant de nombreuses années malgré des arrêts réguliers, jusqu'à un arrêt de travail qui s'est prolongé et une mise en invalidité cat 2, suivie d'un licenciement pour inaptitude. Pour le moment, la prévoyance ne se met pas en route pour des raisons obscures. En attendant les économies fondent à vue d’œil. Ce qui me stresse, et me donne envie de tout envoyer bouler et reprendre mon travail.

Voilà ma problématique actuelle. Le psychiatre qui me suit est contre la reprise du travail, qui serait trop prématurée, j'ai été hospitalisée ce printemps, et je suis consciente que si je reprends je perds tous mes droits, et qu'il faudra absolument que je "tienne" à mon poste... avec toutes les contraintes qui y sont liées.

J'attends une prise en charge en hôpital de jour, qui me permettra, je l'espère, de prendre du recul face à "tout ça"

 


   
Citation
MmeKingKong
(@mmekingkong)
Estimable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 121
 

Bonjour Stefa, 

As tu une rqth ?

Annonce

   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

Bonjour MmeKingKong

 

Oui j'ai une rqth, mais qui ne sert pas à grand chose avec mon travail. Je pense même qu'elle s'est périmée depuis le temps, elle ne m'a jamais servi à rien 🙂


   
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3991
 

Salut!

disons qu’avec la rqth il peut y avoir des aménagements de poste je pense. Pareille pour l’invalidité, vous pouvez reprendre à 50 -80 ou temps complet selon votre santé.


   
RépondreCitation
Zorglub
(@zorglub)
Reputable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 310
 

Les psychiatres ils ne voient que leur côté de la lorgnette. Reprendre à temps partiel pourrait être une alternative à étudier. Pour ce qui est de la prévoyance, as-tu la possibilité de contacter une assistante sociale ? 

 


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

@zorglub oui effectivement, j'avais contacté une AS, là elle devrait me donner rapidement le nom d'un avocat compétent en matière d'assurances, et pas trop loin de chez moi. Je ne sais toutefois pas si je suis capable d'affronter la procédure judiciaire en ce moment...

Pour ce qui est de reprendre le travail, cela me conduira à renoncer à mes droits à la prévoyance définitivement, même si c'est une demi journée par semaine. Donc c'est risqué vu mon état de santé actuel.

Pour le moment, je cache à mes proches, surtout à mon fils, que ça ne va pas bien. Je veux qu'il puisse se concentrer sur ses études.


   
RépondreCitation
Zorglub
(@zorglub)
Reputable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 310
 

J'avais mal lu ton premier message, je pensais que tu voulais reprendre le travail. Mais si c'est trop compliqué, financièrement, administrativement et, surtout, sur le plan de la santé, fais-toi prolonger en effet 🙂

Bon courage ! 


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

En tout cas, je tiens à dire ici que je suis contente de la prise en charge psychiatrique dont je bénéficie et que je mesure que j'ai de la chance.


   
NooN and Zorglub reacted
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stefa 

Salut,

Posté par: @stefa

jusqu'à un arrêt de travail qui s'est prolongé et une mise en invalidité cat 2, suivie d'un licenciement pour inaptitude.

Juste pour comprendre, es-tu déjà passée par le licenciement pour inaptitude ? J'avais demandé quelle était la prévoyance de ma boite avant tout mouvement, et ils m'ont répondu que j'avais des yeux pour pleurer. Ceci fut vérifié auprès de l'assurance. Quel fou ai-je été de croire à quelconque support de leur part, vu les oursins qu'ils ont dans leurs poches.

N'étant pas encore licencié mais en arrêt et à mi traitement, c'est maintenant qu'une hypothétique prévoyance m'aiderait bien. Je ne me suis pas renseigné sur la possibilité d'en avoir une après un licenciement car j'avais cru comprendre qu'elle ne concernait que les arrêts maladie ? D'où ma question de débutant peut-être.

A ce que j'ai pu lire, c'est à la société de pousser le dossier auprès de l'assurance. Évidemment, c'est un vrai jeu de dupes dans le sens où personne n'est pressé de chaque côté. Note positive, les versements "oubliés" depuis la date théorique de mise en action de la prévoyance seraient à verser au déblocage du dossier.

Dans tout ça, quel est l'avis de la médecine du travail, qui est la seule à prodiguer l'inaptitude ?


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

@noon Nonon, pas de souci avec mon employeur, qui a bien fait son travail. C'est l'assureur qui bloque le dossier.

J'ai effectivement été licenciée pour inaptitude à tout poste.


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

UNe bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne je vais avoir un rdv en hdj. La mauvaise, il faut passer par un procès pour faire valoir mes droits, ce qui est très long. Je suis dévastée


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

Pas de médiation possible, seule la méthode forte ? La société ne peut rien dans ce cas ?

 

Posté par: @stefa

La mauvaise, il faut passer par un procès pour faire valoir mes droits, ce qui est très long. Je suis dévastée

Cela sous-entend que tu ne peux pas reprendre quelque poste que ce soit le temps de faire valoir tes droits par une procédure ? D'un autre côté, l'invalidité catII ne t'arroge pas le droit à une pension qui est modulée en fonction de tes revenus du salariat ou du travail en général ?

Je compatis sincèrement à ta situation. Il y a 10 ans, tant que je n'avais pas fini mon Prudhomme (pour une autre raison que la bipo), j'avais l'impression d'avoir été foulé au pied. Aujourd'hui, c'est une proposition de rupture conv° qui me pourrit la vie. Je compatis.


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

En fait, la situation est complexe depuis le départ. j'ai eu une carrière dans la fonction publique, qui ne compte pas dans le calcul de la pension d'invalidité, (caisses différentes) donc comptent mes années étudiante avec les petits boulots alimentaires. Donc je reçois une toute petite pension. Avec les charges que je payais quand j'avais mon revenu à temps complet.

Mon entourage médical et social me dit qu'il faut que je continue à me battre pour faire valoir mes droits puisque j'ai cotisé pour cette prévoyance pendant un certain nombre d'années, de même que mon employeur.

Mon psychiatre me dit bien que retravailler maintenant serait une grosse erreur, puisque je suis encore beaucoup trop fragile.

J'ai contacté la psychiatre qui m'a suivie en hospitalisation, elle va me recevoir, mais est à priori du même avis.

J'ai eu aujourd'hui le médecin conseil, qui me dit de poursuivre le combat, que la CPAM va tout faire pour m'aider. ma situation est je cite "inadmissible".


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

ah et oui, si je retravaille, même une heure par semaine, je perds tous les droits pour lesquels je me bats


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

Si même le médecin conseil dit qu'il faut persévérer, c'est à prendre en compte, sachant que son rôle est en partie de pousser les malades à ne pas "s'endormir" dans l'attente d'un job.

 

Posté par: @stefa

Mon psychiatre me dit bien que retravailler maintenant serait une grosse erreur, puisque je suis encore beaucoup trop fragile.

C'est ce le dilemme qui m'a bien pris la tête ces derniers temps. Défourailler au risque de décompenser pour gagner des queues de cerise en supra-légal (sachant que c'est mon employeur qui me propose gentiment de prendre la porte), ou passer par l'inaptitude.

Chaque cas est unique. Je vais utiliser un poncif, mais la santé est le bien le plus précieux que l'on ait. Comme tout, c'est quand on la perd qu'on s'en rend compte. Mieux vaut-il prendre son mal en patience ?


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

Quelques nouvelles. Je suis en HP pour rééquilibrer le traitement. Je suis rentrée jeudi. 

Ça se passe bien. L'équipe est bien, la patients relativement calmes.

Grâce à une copine j'ai trouvé une asso qui m'a conseillé un avocat pour mon histoire. Je vais le contacter...


   
RépondreCitation
Zorglub
(@zorglub)
Reputable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 310
 

@stefa 

Bon courage Stefa ! 


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

@zorglub merci bcp.

 

Ça se passe assez bien. Et on a convenu d'une sortie semaine prochaine si tout se passe bien.


   
Serleena reacted
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

Bonjour

 

Je suis sortie hier, les rdv médicaux vont s’enchaîner. J'ai un rdv avec mon psy en décembre, mais il m'appelle si une place se libère. Idem pour l’hôpital de jour, en attente d'une place.

Je pense que la durée de l'hospitalisation aura été un peu courte. Mais rester pour rester, c'était pas terrible. Le psychiatre de l'unité passait 3 fois par semaine. Très bien, vraiment. Les infirmiers n'avaient pas toujours la possibilité de donner un entretien, et la cohabitation avec des personnes totalement déconnectées de la réalité n'est jamais évidente.

On a adapté le traitement. Et j'ai protégé mon fils de mes larmes et idées noires. C'était pour moi l'essentiel.

J'ai eu l'avocat au téléphone, qui m'a donné ses tarifs.... je vais réfléchir parce que ça coûte un bras. Bon, il m'a quand même dit que a priori, je suis dans mon droit.


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
 

@stefa,

Tu n'aurais pas la possibilité de monter un dossier pour une assistance juridique? ou une assurance quelconque qui propose ce service (parfois, c'est dans les petites lignes). 

Bon courage. 


   
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Honorable Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 548
Début du sujet  

@lilith39 Ah bonne idée, il faut que je cherche...


   
RépondreCitation
Page 1 / 2
Annonce
Annonce
Annonce