Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Borderline... ou pas... fin d'une relation avec ma copine...  

 

Ikari
(@ikari)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 11 mois
Msg: 6
15 septembre 2019 20 h 57 min  

Bonjour à tous,

 

Je suis nouveau sur ce forum... je me suis inscrit parce que je pense que vous connaissez plus que tout le monde le TPB. Je viens ici pour me renseigner et aussi pour avoir vos avis sur ma situation.

 

Voici mon histoire et la raison principale de ma venue:

Ma petite amie avec qui je suis depuis 3 ans, m'a larguée il y a deux jours en me laissant un message sur un post-it lorsque j'étais venu pour débarrasser mes affaires de notre appartement, en disant qu'elle ne pouvait plus supporter plus longtemps mes crises et qu'elle ne souhaite revivre cela pour rien au monde. Ce que je comprends mais que j'ai eu du mal à accepter.

J'ai eu du mal à accepter cette séparation qui a été très douloureuse pour moi et qui le reste encore aujourd'hui, car c'est très récent. D'une part parce qu'elle m'avait déjà proposée de vivre séparément (alors qu'on louait un appartement tous les deux). J'ai donc du dormir chez mes parents depuis dimanche, donc ça fait pile une semaine que je dors sans elle. Pile une semaine, qu'elle est partie dormir chez sa sœur après une de mes "crises".

Je viens tout d'abord sur ce forum, parce que ma copine m'a dit, que j'avais probablement le TPB... ce que j'ai eu du mal à croire au début lorsqu'elle m'en a parlé. Les raisons pour lesquelles elle m'a quitté ce sont mes colères lors de nos disputes, ma méchanceté (je ne l'insulte jamais, mais je suis offensant), elle trouve que je change carrément de personnalité lorsque je suis dans cette "phase" de crise. Nous nous disputions pour des choses souvent "futiles" mais qui avaient leur importance à mes yeux et ces derniers mois c'était assez régulier. Il est peut être utile de préciser que ma copine était également mon ex avec qui j'étais sorti au lycée et on s'était retrouvés 5 ans après. Je n'ai connu personne d'autre qu'elle en tant que petite amie et je n'ai jamais cessé de l'aimer, je l'aime encore aujourd'hui.

J'aimerais savoir si je suis vraiment borderline... si je présente les symptômes en discutant avec l'ensemble d'entre vous, que vous soyez borderline ou que vous en connaissiez un dans votre entourage.

Malheureusement, j'ai déclenché une grosse colère lorsque c'était son anniversaire et j'ai du prendre un rendez-vous rapidement chez mon médecin traitant pour qu'il m'oriente vers un psychiatre afin de savoir ce qui va pas et si jamais je suis bel et bien borderline. Le problème c'est que mon RDV est fin novembre et ma copine ne pouvait pas me supporter jusque là et ne pouvait plus supporter une "crise" de plus de ma part, d'où sa décision de rompre avec moi... Je garde toujours espoir qu'elle revienne vers moi un jour, au moins de la revoir... elle refuse de me voir ou de me répondre par message. Elle dit qu'elle a peur de moi... je suis vraiment triste en ce moment et je compense avec beaucoup de sport, cela me fait penser à autre chose.

Mes principaux problèmes aujourd'hui, sont la colère, la jalousie et la peur de l'abandon (par ma copine, ce qui est déjà fait aussi). Je ne me mutile pas, je ne bois pas excessivement tous les jours (mais je le fais de temps en temps), j'avais des problèmes de dépendance avec le café et les jeux-vidéos.  Je ne sais pas ce que je veux faire comme métier aussi. Je suis assez impulsif d'après mon ex-copine du coup et je correponds d'après elle à tous les critères qui feraient de moi un borderline. J'essaie aujourd'hui de prendre ma vie en main et travailler sur ma colère, ma confiance en moi et j'essaie de diminuer progressivement ma "consommation" de café et de "jeux vidéos".

J'espère que j'ai décrit assez bien ma situation actuelle et si jamais vous souhaitez plus de détails, vous pouvez me poser des questions, bien évidemment.

Bien à vous,


Citer
 Anonyme
Inscription: Il y a 51 ans
Msg: 0
15 septembre 2019 21 h 01 min  

Salut!

bienvenu. Malheureusement seul un psychiatre pourra poser un diagnostic. Les gens sont ici là plus part malade et n’ont pas le bagage pour aider a un diagnostic.

cela dit tu trouveras sûrement des témoignages qui pourront peut être te servir à comprendre.


RéponseCiter
Ikari
(@ikari)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 11 mois
Msg: 6
15 septembre 2019 21 h 11 min  

Bonsoir Elo, merci pour ta réponse. Effectivement, je suis d'accord que seul un psychiatre peut poser un diagnostic. Comment ce diagnostic se passe-t-il ? Est-ce en plusieurs séances ? Puis, le fait que ma copine m'ait quittée parce qu'elle croyait dur comme fer que j'étais borderline, n'est-il pas inquiétant ? J'essaie de lire des témoignages, mais j'ai l'impression que ce que les autres vivent et ont vécu c'est dix fois pire que "mes problèmes" de crise et de jalousie. Pourtant ils gardent leur conjoint qui les supportent et qui les comprend...


RéponseCiter
 Anonyme
Inscription: Il y a 51 ans
Msg: 0
15 septembre 2019 22 h 51 min  

Les expériences sont différentes pour chacuns. je sais pas trop comment se passent un diagnostic psychiatrique n’ayant pas de problème de ce côté là. Je suppose qu’il faut quelques séances. Après c pas parce que ta copine dit que tu es borderline que forcément tu l’es.

mais c bien que tu fasses la démarches vers un psy. Au moins pour te rassurer.


RéponseCiter
Nami
 Nami
(@nami)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 19
16 septembre 2019 17 h 52 min  

Salut Ikari,

Je suis suivie par un thérapeute depuis quelques semaines, car mon entourage (qui se constitue de deux/trois amies et mon copain) et moi-même, pensions depuis longtemps que j'avais le TPB. 

Je vais te dire ce que j'ai fais jusqu'à présent si jamais ça peut t'être utile.

J'ai d'abord rencontré mon médecin traitant pour lui parler de mes problèmes, de mon comportement et de mes ressentis. Il m'a donné une liste de spécialistes, soi disant, mais aucun n'était vraiment calé sur le sujet borderline. J'ai l'impression que pour beaucoup de praticiens, ça reste une fable. 

J'ai donc cherché directement des spécialistes sur Internet. Ca n'a pas été simple. Il n'y en a qu'un qui m'a accepté sans essayer de me juger ou de me recaler. J'y suis allée, j'ai passé une série de "tests" en complétant des papiers ou en répondant à ses questions. C'est très long. J'ai fais 5 séances et le diagnostic n'est toujours pas officiel, quand bien même il m'a dit qu'il n'y avait vraiment pas beaucoup de place au doute en ce qui concerne le TPB. Je suppose qu'il prend le temps de bien faire mais c'est assez frustrant tout de même. 

Par le passé, j'ai été suivie par de nombreux psychologues/psychiatres/psychothérapeutes et aucun ne semblait capable de déterminer si j'avais le TPB. J'ai carrément eu droit à des " mais ça existe pas ce truc " ou " mais bien sûr que non vous l'avez pas, vous éxagérez, vous êtes folle" donc c'est pas un chemin facile. Même topo en hopital de jour ou c'est encore pire ... De mon vécu, je te dirai, cherche directement quelqu'un qui sait vraiment de quoi il parle. Ca t'évitera de te manger des gros murs comme ça a pu être le cas pour moi.

J'espère que tu trouveras vite quelqu'un qui pourra t'aider. En attendant n'hésite pas si tu as besoin de parler.

 Bon courage.


RéponseCiter
Ikari
(@ikari)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 11 mois
Msg: 6
19 septembre 2019 20 h 47 min  

Bonsoir Nami,

Merci pour ta réponse et les précisions concernant le diagnostic. J'en ai également parlé à mon médecin traitant qui m'a orienté vers un psychiatre qu'il connaissait. Je lui ai parlé de mes problèmes de "colère" et comme quoi ma copine pensait que j'avais le TPB.

Aujourd'hui, je suis séparé de ma copine qui m'a quitté, car elle ne pouvait plus me supporter et car elle pense fermement que j'ai ce problème de TPB. Mon rendez-vous est fin novembre et elle ne pouvait pas tenir jusque là.

Je n'avais pas l'impression de lui faire vivre une vie infernale, mais en tout cas, c'est ce qu'elle ressentait et elle pense toujours que je correspond à ce profil.

Comment est-ce que ton copain se comporte avec ton TPB ? Le vit-il très mal ? Te "supporte" il et t'aide-t-il ? Est-ce normal de "subir trop" et de "souffrir trop" lorsque le/la conjoint a un TPB?

Je me pose cette question parce que, c'est clairement pour ça, et parce que c'est réputé comme quelque chose d'incurable (mais atténuable) que mon ex-copine m'a quitté aujourd'hui, elle ne souhait surtout pas revivre ça dans le futur. Par conséquent, n'avait plus aucun espoir en notre couple, étant donné qu'elle pensait fermement et le pense encore aujourd'hui que j'ai un TPB et que je change d'humeur et d'attitude 3-4 fois par jour.

Concernant  mes réactions, il est vrai que je m'énerve beaucoup lorsque quelque chose ne me plaît pas et lorsque je ne suis pas d'accord, surtout lorsque je ressens une forme d'injustice dans les propos de l'autre (ex: méchanceté envers ma famille, quelque chose de complètement faux dont je connais la réponse, etc) Sinon, il m'arrivait aussi d'être très jaloux et très maniaque.

Ma copine m'a du coup quitté et j'essaie d'accepter cette rupture tant bien que mal. Je travaille toujours et j'essaie de faire du sport plusieurs fois par semaine afin de remonter la pente et me sentir moins triste. Je ne ressens pas de "sentiment d'abandon".  Certes, j'ai essayé de la convaincre de me pardonner, mais elle est ferme sur sa décision, que je respecte. Avant, je ne comprenais pas très bien pourquoi elle m'avait quitté et maintenant, je comprends très bien. Elle m'a quitté par fatalisme et parce que c'était insupportable pour elle. Par fatalisme parce que le TPB est une partie intégrante de la personnalité et qu'on s'en débarrasse pas aussi facilement et que le traitement pour atténuer les symptômes, pour que la personne vive une vie "normale" peut durer au moins 3 ans.

Qu'en pensez-vous de l'attitude de mon ex copine ?


RéponseCiter
Nami
 Nami
(@nami)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 1 an
Msg: 19
25 septembre 2019 10 h 57 min  

Avec mon copain, on est ensemble depuis quasiment 7 ans. J'étais dépressive quand on s'est connus, j'étais sûrement déjà borderline, je ne sais pas. Il a toujours été là pour moi, il m'a toujours soutenu, on a emménagé ensemble alors que je n'avais pas de travail et je suis longtemps restée au chômage sans pouvoir contribuer financièrement a notre vie. 

Je faisais autre chose du coup. Je m'occupais de tout, courses, ménage, je lui rendais des services, j'allais a droite a gauche. J'essayais de pas rester passive et d'être en somme un boulet qu'il aurait eu a trainer.

Puis il y a eu les traitements pour ma dépression et tous les effets secondaires atroces. Il a du plusieurs fois appeler les urgences ou mes parents car c'était ingérable pour lui. Mais il ne m'a jamais mise dehors.

Les crises, c'est très difficile mais il les gère. Angoisse, il me prend dans ses bras et attend que je me calme. Colère, il attend que je la fasse et que je redescende et la aussi il me prend dans ses bras. C'est arrivé qu'il pleure et qu'il ait besoin de temps pour me regarder a nouveau et que lui aussi, il redescende. Mais il a jamais cessé de m'aimer.

Je pense, et ça n'engage que moi, que quand tu aimes vraiment la personne, la maladie n'est pas un prétexte pour l'abandonner. Au contraire. Quand tu aimes vraiment la personne, tu l'aide a s'en sortir et tu as surtout envie qu'elle s'en sorte. C'est du moins comme ça qu'on voit les choses tous les deux. Je ne connais pas ton ex et ne peut par conséquent pas la juger, mais peut être ses sentiments pour toi n'étaient ils pas assez forts pour t'accompagner dans tes difficultés.

Mais peut être aussi que c'était trop dur a gérer pour elle malgré ses sentiments pour toi. C'est difficile a dire ... Je suis consciente que j'ai vraiment de la chance dans mon couple, j'ai trouvé quelqu'un d'exceptionnel. Il est vrai qu'il a également eu de sacrés problèmes d'addiction et que moi non plus, je l'ai jamais laissé tomber, bien qu'à un moment j'ai vraiment cru devoir partir, donc je pense que ça joue aussi. J'ai subi et je l'ai aidé a se sortir d'un truc que probablement personne n'aurait pu supporter et il fait pareil pour moi. 

J'ai posé la question a mon copain. Il ne peut même pas imaginer de me laisser a cause de ma maladie parce que je l'ai pas choisie et qu'il m'aime malgré tout. Et aussi parce qu'il voit que je fais tous les efforts du monde pour essayer d'aller mieux - même si ça marche pas, mais au moins, il voit que je me bats.

This post was modified Il y a 11 mois by Nami

Nath et Nico ont aimé
RéponseCiter
Nico
 Nico
(@nico)
Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 27
8 octobre 2019 23 h 53 min  

Wow, vous avez tous un sacré recul. C'est assez émouvant à lire, alors juste bravo.


RéponseCiter

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !