Le guide pour reconnaître et maîtriser l’hypomanie

Quand je suis hypomaniaque, la musique semble belle, la nourriture a un goût délicieux et je crois que tout le monde m’aime. Je pense que je suis invincible. Je refuse souvent d’accepter quand je suis hypomaniaque. Je me convaincs et j’insiste auprès des autres que je suis heureux. Mais c’est une illusion. L’hypomanie n’est pas une émotion. C’est un déséquilibre chimique tout comme la dépression ou l’anxiété. Et l’allégresse qui l’accompagne est fausse. C’est un mirage induit par la chimie du cerveau qui est hors de contrôle.

L’hypomanie peut être facile à écarter. Elle se fait souvent passer pour de la joie, de l’ambition, de la productivité et de la passion. Parce que l’hypomanie fait du bien, il est tentant de refuser le traitement. C’est un high qui crée une dépendance et, comme toutes les dépendances, c’est dangereux et malsain.

L’hypomanie ne dure jamais. C’est juste une pause sur le chemin de la manie. La manie est effrayante, et elle peut être fatale. Quand je suis maniaque, mon esprit court si vite que je n’arrive pas à penser ou à dormir, et je prends des décisions impulsives dangereuses, qui peuvent mettre ma vie en danger. J’ai brisé des relations et je suis en pleine manie. Les tendances suicidaires augmentent lorsque la manie m’envahie.

J’ai identifié mes drapeaux rouges d’hypomanie. Vos symptômes peuvent être différents, et je vous encourage à déterminer quels comportements sont des indicateurs pour vous.

Troubles du sommeil

La perturbation de mon cycle de sommeil est le premier signe que mon cerveau sont en train de dérailler. Le sommeil régulé est l’une des techniques d’autosoins les plus importantes pour les troubles bipolaires. L’irrégularité du sommeil me déstabilise. Et c’est un cercle vicieux. Si je dors moins pendant quelques jours, ça peut déclencher une hypomanie. En retour, l’hypomanie me fait dormir moins. Je me réveille devant le réveil avec des idées qui bourdonnent dans ma tête comme un essaim d’abeilles. Je sais que je suis hypomaniaque quand je me sens plus énergisé, même si j’ai moins dormi.

Confiance excessive

Quand je suis hypomaniaque, je parle à tout le monde, du caissier de banque occupé au sans-abri qui ne veut qu’un euro, et je discute sans cesse avec tous ceux que je rencontre, qu’ils veuillent me parler ou non. Je pense que le monde entier veut entendre mes moindres pensées parce que je suis vraiment très intéressant. Cet excès de confiance, c’est la trahison que je suis hypomaniaque.

Ne pas écouter

Quand je suis aux prises avec l’hypomanie, mon discours est un autre signe révélateur. C’est moi qui parle le plus dans les échanges sociaux, et je n’écoute pas. Il est presque impossible d’attendre que quelqu’un finisse une phrase. Je vous interromps constamment parce que je pense que les gens mettent trop de temps à en venir au fait.

De l’argent de poche que je n’ai pas

J’adore faire du shopping, mais quand je suis en phase d’hypomanie, cela devient une passion nocive. Je sais que quelque chose ne va pas dans mon cerveau si je perds ma capacité de maîtriser mes dépenses. Quand je crois soudainement que j’ai besoin de 6 robes de cocktail noires chères ou que je dois simplement avoir 12 sortes de crèmes hydratantes pour le visage à la noix de coco, il est évident que je dois être en hypomanie.

Ne pas manger assez

Quand je suis hypomaniaque, je perds l’appétit. Mes besoins nutritionnels en souffrent. Elle entraîne souvent une perte de poids, ce qui est particulièrement dangereux pour moi, car je suis également aux prises avec un trouble de l’alimentation. Mon hypomanie nourrit (jeu de mots voulu) mon anorexie et mon trouble alimentaire aggrave mon hypomanie. Cela a des effets physiques et psychologiques néfastes à long terme. Elle peut même être fatale. Si je perds du poids et me sens mieux malgré le fait de sauter des repas ou de passer des journées sans manger, je sais que je suis hypomaniaque.

Hypersensibilité aux stimuli externe

Quand je suis hypomaniaque, les couleurs sont plus vives, les odeurs sont plus piquantes, et même de faibles bruits peuvent être assourdissants. Du parfum flottant au son d’une sirène au loin, quand je suis hypomaniaque, je suis plus sensible à ce qui m’entoure. Cette stimulation sensorielle constante peut être écrasante.

Irritabilité

La surcharge sensorielle dont j’ai parlé tout à l’heure me ronge les nerfs quand je suis hypomaniaque. Même le plus faible bruit comme un éternuement me fait ramper la peau. Imaginez être forcé de porter un chandail de laine qui démange et être incapable de l’enlever. C’est ce que ça fait physiquement d’être hypomaniaque. Je deviens souvent grincheux et mon tempérament s’enflamme facilement. J’ai agressé des gens auxquels je tiens quand je suis dans cet état, et cela met à rude épreuve mes relations.

Exigeant « justice »

Une fois, j’ai perdu 6 heures au téléphone avec un bureau financier de l’hôpital et ma compagnie d’assurance maladie à me disputer au sujet d’une facture que je trouvais déraisonnable. A la fin, j’ai perdu. J’ai dû payer l’addition de toute façon. Et j’avais perdu presque une journée entière parce que je ne pouvais tout simplement pas me défaire de l’idée qu’il était injuste de me faire payer autant pour une procédure médicale de routine. A mon détriment, l’hypomanie a pris le dessus sur ma journée et l’a ruinée.

Déni et attitude défensive

Le pire dans l’hypomanie, c’est mon refus d’admettre que je suis hypomaniaque. Je nie nie nie nie nie. Quand quelqu’un dans mon entourage – comme ma mère, qui sait non seulement que j’ai un trouble bipolaire, mais qui est aussi psychothérapeute – exprime son inquiétude, je m’en prends à elle et j’insiste pour dire qu’elle a tort. Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai dit « je vais bien » quand j’ai su au fond de moi que je ne l’étais vraiment pas.

J’ai été diagnostiquée en 2002. J’ignorais les signes avant-coureurs de l’hypomanie. Maintenant, quand je remarque que j’éprouve l’un ou l’autre de ces symptômes, je lève le pied et je demande de l’aide. Je dois aussi être disposé à écouter les commentaires des autres quand ils me voient voler trop haut.

J’ai un psychothérapeute et un psychiatre qui m’aident à garder un œil sur mon humeur et mon comportement. Je suis ouvert avec mes amis et ma famille au sujet de mes troubles bipolaires. Ils savent quels symptômes surveiller. J’ai passé des contrats verbaux avec des gens dont je suis proche pour me dire quand ils voient mon humeur changer. Ma part de l’accord est de les écouter. Comme tant d’autres personnes atteintes de troubles bipolaires, j’ai besoin de rétroaction externe. Le manque de conscience en soi qui accompagne cette maladie nécessite une observation et une communication extérieures.

Parce que je suis bipolaire, je ne baisse jamais ma garde. Si je commence à me sentir heureux, même si ma réaction est justifiée, je questionne mes émotions. Une fois que j’ai reconnu les signes avant-coureurs, je me dis que je suis peut-être hypomaniaque et je demande l’aide de mes professionnels de la santé. L’hypomanie peut être réduite et guérie beaucoup plus facilement que ne l’est la frénésie totale. Bien qu’il puisse être tentant d’ignorer l’hypomanie, je dois être prêt à le reconnaître si je veux rester en santé.

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.