Activités

  • Isabelle a adressé une note au groupe Logo du groupe Trouble bipolaire et addictionsTrouble bipolaire et addictions il y a 3 mois et 1 semaine

    Bonjour, Je suis diagnostiquée bipolaire type 2. J’ai aujourd’hui presque 53 ans. J’ai été à de nombreuses reprises aux prises avec la dépendance, l’addiction. Ca a commencé avec le Lexomil, puis le Séresta, et j’ai eu vers l’âge de 25 ans, une première dépendance à l’alcool. En 1996, (j’avais 30 ans), j’ai entamé une longue, très longue période à la codéine avec du Codoliprane (aujourd’hui interdit en vente libre en pharmacie). J’ai eu de la chance, car avec les doses que je me suis rapidement mise à prendre, j’aurai pu y passer, le paracétamol étant extrêmement nocif pour le foie….et à la fin de ma consommation j’avalais 2 boîtes de Codoliprane par jour, soit 32 comprimés…). Heureusement, j’ai rencontré une personne qui m’a fait comprendre que seule, je ne parviendrais jamais à arrêter, qu’il me fallait une aide et cette personne m’a donné les coordonnées d’un centre d’aide aux toxicomanes et pharmacodépendants. Entre temps, suite à une dépression avec angoisse très prononcées, ma psy ayant tenté de me sortir de là par divers antidépresseurs, m’a proposé de me mettre sous Lithium (Téralithe LP 400). J’étais anéantie par mes angoisses, cette impression d’anesthésie douloureuses, et pourtant j’étais une jeune maman d’un bébé adorable… Je me sentais totalement paumée. J’ai eu une chance folle, le Lithium a commencé très vite à agir sur ma dépression et mes angoisses, et après une année de lutte contre la maladie, j’ai recommencé à aimer la vie, à avoir du plaisir dans mon quotidien… à retrouver tout ce que cette horrible dépression m’avait fait perdre. Hélas, ma vie d’épouse s’est à nouveau mis à battre de l’aile…. C’était un mariage qui sans doute n’aurait jamais dû se faire, mais j’avais voulu croire que nos tempérament finirait par s’accorder… Grave erreur… Divorce. Et avec, un beau plongeon dans l’alcool. S’en est suivie une période compliquée vous devinez bien… Je suis déjà bien longue, donc, je vais survoler quelques années pour me retrouver en 2014. L’année du retour à la lucidité en me décidant, enfin, de rejoindre un groupe de parole basée sur l’entraide et le soutien. J’ai définitivement « posé le verre » et depuis maintenant plus de 3 ans, je ne consomme plus une goutte d’alcool. Une victoire contre cette obsession mentale et ce breuvage qui me faisait perdre le contrôle de ma vie. Avec cette addiction-ci, il ne faut pas de demi-mesures, il faut s’arrêter net. Je me préfère aujourd’hui, sans avoir en tête ce besoin de boire qui minait mes journées et mes soirées. Je ne pense plus du tout à boire, grâce aux outils mis en place et avant tout, les réunions avec mon groupe de parole. Je ne reviendrai pour rien au monde à ces années que j’ai le sentiment d’avoir perdues. Aujourd’hui je veux construire ma vie et ne plus la détruire. Voilà, c’était un témoignage, long mais pourtant court, j’ai sauté beaucoup de choses volontairement, pour ne pas vous imposer une plus longue lecture.
    A bientôt,
    Isabelle

    • Oui mon psy me dit maladie psy rime souvent avec alcool et en rajoute une couche prenez plutot une bo nne cuite qu’une surdose de médocs…. seulement là je ne rigole plus car je picole seule de plus en plus souvent …..et je ne veux pas…j’ai un centre de désintoxication en face fe chez moi je pense aller y faire un tour pour voir si ils ont des groupes de parole anonyme car je void bien la chose arriver qu’avec l’hiver ca va être tous les jours et ça non dans compter le budget alors autant essayer de bien commencer la rentrée…

Publié dans