Spectre bipolaire : Définition des différents troubles

    Cet article répond aux questions suivantes concernant le trouble bipolaire :
  • Qu'est-ce que c'est le spectre bipolaire ?
  • Quelles sont les formes de classification du trouble bipolaire ?
  • C'est quoi le trouble dépressif récurrent ?
  • Que représente le spectre de la bipolarité ?
  • Quelles sont toutes les formes de la bipolarité ?
  • Quelle est la définition du trouble affectif bipolaire ?
  • C'est quoi la cyclothymie ?
  • C'est quoi une période de manie ?
  • C'est quoi une période dépressive ?
  • Comment détecter un trouble affectif de l'humeur ?
  • C'est quoi la dysthymie ?
    Les réponses aux questions de cet article sur les troubles bipolaires en 30 secondes :
  1. Pour être diagnostiqué bipolaire, la période de manie doit durer minimum 1 semaine et l'hypomanie 4 jours .
  2. La période de dépression doit durer minimum 2 semaines pour pouvoir être diagnostiqué bipolaire .
  3. Les phases bipolaires peuvent être avec ou sans symptômes psychotiques .
  4. Le trouble dépressif récurrent ne fait pas partie du trouble affectif bipolaire tant qu'il n'y a pas eu de trouble maniaque .

Le spectre bipolaire a l’air de s’élargir de jour en jour ( façon de parler bien sûr ! ), et il est parfois difficile de bien comprendre les différences entre les troubles affectifs, de l’humeur, maniaques, hypomaniaques, dépressifs, psychotiques, récurrents, etc etc … Pourtant, les critères des diagnostics ont tous une définition personnelle, une classification soit par la CIM-10 ( l’OMS ) ou le DSM-5 ( la bible des psychiatres – APA ) . Voici un petit récapitulatif …

 

Troubles de l’humeur ( affectifs ) et spectre bipolaire

Cette section contient tous les troubles cités ci-dessous et où le déséquilibre principal est une variation des motivations, des sentiments, des émotions ou de l’humeur . La dimension affective des humeurs se compose d’euphorie / d’agitation ou de dépression ( avec / sans angoisse ) . La variation de l’humeur est généralement assortie d’un changement du degré d’activité général . La majorité des symptômes restants sont considérés comme compréhensibles au fond ou comme secondaires aux précédentes variations d’activités et d’humeurs . La majorité de ces troubles sont généralement cycliques et l’apparition des périodes seules peuvent fréquemment être liées avec des évènements et/ou circonstances stressant(e)s .

 

La période maniaque

Les sections secondaires citées dans cette rubrique s’adressent uniquement aux périodes seules ( isolées ) . Si une période maniaque ou hypomaniaque se manifeste chez un patient ayant déjà développé une ou des périodes affectives auparavant ( mixtes, dépressives, maniaques ou hypomaniaques ), le diagnostic de trouble affectif bipolaire doit être privilégié .

 

L’hypomanie

L’hypomanie est définie par l’existence d’une augmentation de l’humeur redondante, ainsi que celle de l’activité et de l’énergie . Elles sont normalement liguées à un sentiment de grosse performance psychique & physique ainsi qu’à un sentiment de bien-être profond . En complément de cela, on remarque :

  • Une élévation de la sociabilité
  • Une baisse du besoin de repos / sommeil
  • Une forte volonté et un besoin de parler ( logorrhée )
  • Une augmentation de l’appétit / activité sexuel(le)
  • Une certaine forme de familiarité où il n’existe aucune barrière sociale

Il faut noter que ces symptômes de ce trouble ne sont pas aussi intenses / sévères au point d’empêcher tout patient à travailler ou au point de l’isoler socialement . La super-sociabilité et la super-joie peuvent être substituées par un sentiment de colère ou une attitude prétentieuse ou incorrecte . Ces sautes d’humeur et troubles du comportement ne sont pas associés avec des états psychotiques tels que les délires et autres hallucinations . Concrètement, cet épisode est confirmé si les symptômes durent plus de 2 jours ( 4 jours selon le DSM ) .

 

La manie sans symptômes psychotiques

La manie est définie par une augmentation de l’humeur qui est disproportionnée par rapport à la situation vécue allant d’une extrême joie / exaltation à une agitation / excitation complètement ingérable . Cette exaltation est complétée par une énergie débordante qui forme une diminution du besoin de sommeil, une hyperactivité ainsi qu’un besoin et une forte volonté de parler . Ce que l’on appelle « des troubles de l’attention » sont très présents ainsi que des grosses difficultés à se concentrer; ce qui implique une distraction facile du patient . L’ego de l’individu est également surdimensionné, ce qui peut provoquer l’envie de projets complètement démesurés et en désaccords total avec ses vraies capacités . Il est extrêmement sociable, ce qui peut être néfaste ( avoir des propos inappropriés et/ou déplacés avec des inconnus par exemple ) . L’intensité des symptômes peut poser des problèmes importants au niveau social et professionnel . Ces sautes d’humeur et troubles du comportement ne sont pas associés avec des états psychotiques tels que des délires et autres hallucinations . Cet épisode est confirmé si les symptômes sont en majorité de niveau sévère et durent plus de 8 jours .

 

La manie avec des symptômes psychotiques

Cette forme de manie est la même que la précédente, à l’exception que le patient a des idées délirantes, voire de type mégalomaniaques et/ou des hallucinations de type « entendre des voix » . Un niveau d’excitation, de distraction ou d’hyperactivité de très forte intensité peut aussi rendre le patient incompréhensif et/ou hors de contrôle ( violent ) dans ses propos ainsi que dans ses faits et gestes . On appelle aussi cela la stupeur maniaque .

 

Le trouble affectif bipolaire

Ce trouble est défini par plusieurs ( minimum 2 ) périodes pendant lesquelles l’humeur ainsi que le comportement ( l’activité ) du patient sont extrêmement instables . Il s’agit de périodes où la montée de l’humeur du patient ainsi que son niveau d’énergie seront très hauts ( la manie ou l’hypomanie ) et ensuite, en contradiction avec ce précédent épisode, la descente de l’humeur et le niveau d’énergie du patient seront très bas ( la dépression ) . Les périodes maniaques ou hypomaniaques redondantes sont classées comme « autres troubles affectifs bipolaires » . Les périodes mixtes isolées sont classées comme « autres troubles de l’humeur affectifs isolés » . La cyclothymie n’est pas incluse dans cette catégorie .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle d’hypomanie

Le patient se trouve dans une période d’hypomanie, et il a connu précédemment au moins une autre période de trouble affectif ( Dépressive, hypomanie, mixte ou manie ) .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle de manie sans symptômes psychotiques

Le patient se trouve dans une période de manie, sans symptômes psychotiques ( voir plus haut ), et il a connu précédemment au moins une autre période de trouble affectif ( Dépressive, hypomanie, mixte ou manie ) .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle de manie avec des symptômes psychotiques

Le patient se trouve dans une période de manie, avec des symptômes psychotiques ( voir plus haut ), et il a connu précédemment au moins une autre période de trouble affectif ( Dépressive, hypomanie, mixte ou manie ) .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle dépressive légère à modérée

Le patient se trouve dans une période dépressive, comme dans la période dépressive légère à modérée ( voir plus bas ), et il a connu précédemment au moins une autre période de manie, d’hypomanie ou mixte .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle dépressive sévère sans symptômes psychotiques

Le patient se trouve dans une période dépressive, comme dans la période dépressive sévère sans symptômes psychotiques ( voir plus bas ), et il a connu précédemment au moins une autre période de manie, d’hypomanie ou mixte .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle dépressive sévère avec des symptômes psychotiques

Le patient se trouve dans une période dépressive, comme dans la période dépressive sévère avec des symptômes psychotiques ( voir plus bas ), et il a connu précédemment au moins une autre période de manie, d’hypomanie ou mixte .

 

Le trouble affectif bipolaire : Période actuelle mixte

Le patient a connu précédemment au moins une période dépressive, d’hypomanie, mixte ou de manie . Actuellement, il se trouve dans une période qui est définie soit par une présence simultanée des symptômes de la dépression et de la manie, soit par succession rapide des symptômes de la dépression et de la manie . Sont exclues les « périodes mixtes isolées » .

 

Le trouble affectif bipolaire : En rémission

Le patient a connu précédemment au moins une période de manie, mixte ou d’hypomanie ainsi qu’au moins une autre période de trouble affectif ( Dépressive, manie, mixte ou hypomanie ) . Il ne doit dépendant n’avoir eu aucune perturbation importante au niveau de l’humeur, ni avant et ni maintenant . La rémission sous traitement prophylactique est catégorisée dans ce trouble .

 

La période dépressive

En ce qui concerne les périodes types de chacun des 3 niveaux de dépression : Léger, modéré ou sévère, le patient voit son humeur, son énergie et son niveau d’activité diminués . Les autres symptômes principaux sont :

  • Une soudaine perte d’intérêt
  • Une grosse fatigue en continue
  • Une incapacité à éprouver du plaisir
  • Une diminution de l’humeur qui ne varie pas ( ou très peu )
  • Une difficulté à pouvoir se concentrer

On retrouve fréquemment aussi quelques autres symptômes secondaires de la dépression comme :

  • Une mauvaise estime de soi
  • Un sentiment de culpabilité
  • Une perte d’appétit
  • Un manque de confiance en soi
  • Un sentiment de dévalorisation
  • Des troubles du sommeil
  • Des pensées suicidaires

Le patient peut aussi présenter des symptômes dits « somatiques » en dehors des minimes variations de l’humeur durant sa dépression . On retrouve par exemple :

  • Une perte d’intérêt / de réaction pour des choses qu’habituellement le patient est intéressé / réagit
  • Une augmentation de l’intensité de la dépression le matin
  • Une soudaine agitation ou, le contraire, un ralentissement psychomoteur
  • Un réveil très précoce ( + de 2 H avant la normale )
  • Une perte de poids et d’appétit
  • Une baisse significative de la libido

Pour être catégorisée dans une des sections ci-dessous, la période dépressive doit être unique . Si le patient a déjà connu des épisodes dépressifs auparavant, il s’agit alors du « trouble dépressif récurrent », ou si le patient a connu des périodes de manie, le « trouble affectif bipolaire » doit être privilégié . Lorsqu’un seul symptôme est observé ( comme la fatigue ), la forme de la période dépressive est diverse .
Les symptômes d’une période dépressive doivent être présents pendant une durée d’au moins 15 jours .

 

La période dépressive légère

Le patient présente au moins 2 des symptômes principaux + 2 secondaires ( voir plus haut ), mais ils ne doivent en aucun cas être de forte intensité, sévère . On peut généralement observer un sentiment de détresse, son quotidien ( travail, activité ) n’est toutefois guère affecté par cet épisode dépressif léger . Des symptômes somatiques ne sont pas à exclure …

 

La période dépressive modérée

Le patient présente au moins 2 des symptômes principaux + 3 secondaires ( voir plus haut ). Ils peuvent être de forte intensité ( sévère ), mais ce n’est en aucun cas obligatoire pour le diagnostic . Le patient commence à éprouver de grandes difficultés à poursuivre ses tâches habituelles ( travail, activité ) lors de cet épisode dépressif moyen . Des symptômes somatiques ne sont pas à exclure …

 

La période dépressive sévère sans symptômes psychotiques

Le patient présente au moins 3 des symptômes principaux + 4 secondaires ( voir plus haut ). Ces symptômes sont obligatoirement sévères ( la majorité ) . Plusieurs symptômes somatiques sont également visibles . Une mauvaise estime ainsi qu’une dévalorisation de soi, la culpabilité et des crises suicidaires sont généralement observées . Certains types de dépression avec des symptômes concordants sont à inclure ( épisodes isolés sans symptômes psychotiques ) :

  • Dépression agitée
  • Dépression majeure
  • Dépression vitale

 

La période dépressive sévère avec des symptômes psychotiques

Cette période est identique à la précédente, mais le patient a également des idées délirantes et des hallucinations appropriées ou non à son humeur actuelle . La stupeur dépressive est également observable et se retranscrit par un blocage physique, psychomoteur . Pendant cette période-là, les activités habituelles ( travail par exemple ) sont impossibles . La vie du patient est en danger et le risque suicidaire et auto-destructif sont très présents . On inclut la dépression majeure avec des symptômes psychotiques, la dépression psychotique, la psychose dépressive réactionnelle ou psychogène .

 

Le trouble dépressif récurrent

Le trouble dépressif récurrent est défini par la présence répétée de périodes dépressives correspondantes aux périodes décrites précédemment ( ci-dessus ) . Les conditions, intensités et variables sont les mêmes que les périodes dépressives isolées . La présence de manie est à exclure de ce diagnostic, mais celle de l’hypomanie est possible, notamment en cause d’un traitement sous antidépresseur; qui déclencherait donc cette période . Toutefois, la survenue d’une période de manie n’est pas impossible à force de périodes dépressives récurrentes; Si un épisode maniaque intervient, alors le diagnostic évolue et celui de trouble affectif bipolaire doit être privilégié .

 

Vous pouvez ensuite retrouver les différents types de bipolarité ( de 1 à 5 ) ainsi que les symptômes de ce trouble bipolaire en concordance avec leurs épisodes ( maniaques, mixtes, dépressifs ou hypomaniaques ) .

 

Les troubles de l’humeur ( affectifs ) persistants

Cette catégorie regroupe les troubles de l’humeur persistants et fluctuants qui ne peuvent pas être définis comme des périodes individuelles de manie ou de dépression à cause de leur faible intensité . Cependant, comme le patient subit ces troubles durant plusieurs années, cela peut entraîner une grande souffrance et certaines incapacités à poursuivre une activité quotidienne normale . Quelquefois, des périodes maniaques ou des périodes dépressives récurrentes ou isolées peuvent être diagnostiquées en complément de ces troubles de l’humeur .

 

La cyclothymie

Le patient connaît une instabilité au niveau de son humeur, se présentant donc comme des périodes d’hypomanie ou de dépression, mais aucun de ces épisodes est assez sévère pour qu’un diagnostic de « trouble affectif bipolaire » ou de « trouble dépressif récurrent » soit confirmé . Ce trouble est très visible chez les patients dont des antécédents familiaux de troubles bipolaires sont présents . Une personne cyclothymique peut, un jour ou l’autre, voir le diagnostic évoluer vers celui du trouble affectif bipolaire .

 

La dysthymie

La dysthymie, que l’on appelle également le « trouble dépressif persistant », est une maladie qui peut passer inaperçue pendant longtemps … Le patient présente une diminution chronique de l’humeur et est plus fragile aux difficultés de la vie qu’une personne en bonne santé . Toutefois, ces symptômes sont d’une faible intensité et assez brefs; ce qui justifie le non-diagnostic d’un trouble dépressif récurrent d’une quelconque intensité ( légère, modérée ou sévère ) .

 

Il existe encore quelques autres définitions de ce que contient le spectre bipolaire, mais les principaux sont répertoriés ici . Besoin de plus d’infos sur cet ensemble, n’hésitez pas, le forum des bipotes est là pour ça !!

 

Définition du spectre bipolaire

Qu’est ce que c’est le spectre bipolaire ?

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !


Mediaffiliation

3 livres à posséder :

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.