Stressé ? 5 façons de « ralentir » et de trouver l’équilibre

Vivre avec ses troubles bipolaires implique de vivre à un rythme effréné, même lorsque vous n’êtes pas maniaque. Voici des façons simples de ralentir et de trouver l’équilibre.

S’il y a une chose que je sais au sujet de mes troubles bipolaires, c’est qu’il m’amène habituellement à faire un million de kilomètres à l’heure. Et ce n’est même pas quand je suis maniaque. J’ai tendance à m’attaquer aux choses assez durement et cela peut parfois être un problème.

Par exemple, récemment, j’ai beaucoup travaillé. Et même si c’est une bénédiction d’avoir un emploi que j’aime, je dois quand même faire attention à ne pas me surmener. J’ai eu des semaines de travail de six jours le mois dernier. Il y a quelques jours, tout s’est emballé et je me suis écrasé. C’était si dur que j’ai dû prendre deux jours de congé de travail juste pour récupérer. J’ai passé une partie de ce temps à dormir et à prendre le repos dont j’avais tant besoin. J’ai aussi déjeuné avec mon manager qui m’a donné de sages conseils pour mieux gérer mon temps.

Le plus drôle dans tout cela, c’est que je travaille comme éducatrice en santé mentale et que je parle toujours de l’importance des soins personnels et de l’équilibre. Je suppose que j’ai besoin de suivre mes propres conseils.

Il y a tellement de façons de ralentir quand on vit avec des troubles bipolaires. Laissez-moi vous donner mes astuces :

Méditer – J’ai commencé à le faire tous les jours il y a environ cinq semaines. Seulement 15 minutes le soir et je commence à voir des résultats, non seulement mentalement et émotionnellement, mais aussi spirituellement. Des études ont montré que la méditation a des bienfaits incroyables : réduction de la tension artérielle, réduction du stress, et aide à combattre l’anxiété. La méditation de la pleine conscience fait fureur de nos jours, mais croyez-moi, ça marche (voir plus bas).

Promenez-vous, j’ai un super chien qui s’appelle Sophie. Le truc avec Sophie, c’est qu’elle est à moitié Beagle et qu’elle aime tout renifler. Alors quand je la promène, elle me force à ralentir pour qu’elle puisse explorer. Que vous ayez un chien ou non, faire une promenade et respirer de l’air frais peut faire des merveilles.

Respirez – Et en parlant de respiration, être conscient de la façon dont on respire peut faire des merveilles. La plupart des gens respirent « superficiellement ». En respirant complètement et en remplissant complètement le diaphragme (ou respiration du ventre comme on l’appelle), il est possible de ralentir la fréquence respiratoire qui est liée au concept de la pleine conscience. En se concentrant sur la respiration et en se concentrant sur une phrase ou un mot (mantram), il est possible de diminuer les pensées de course qui peuvent garder l’excitation perpétuelle.

Détendez-vous – Cela peut sembler évident, mais certaines personnes ont de la difficulté à le faire. Il y a plusieurs façons de le faire, et elles n’impliquent pas toutes de s’asseoir devant une télévision et de regarder des séries sur NetFlix. La lecture, le crochetage, la peinture, les mots croisés ou tout ce qui peut servir de distraction « saine » peuvent toutes être bénéfiques lorsqu’il s’agit d’établir des temps morts.

Prenez une pause – Si vous travaillez, assurez-vous de prendre le temps de pause dont vous avez besoin pour vous éloigner de la tâche que vous pourriez être en train de faire. Dans certains emplois, il peut être plus structuré (comme si vous travaillez dans une entreprise manufacturière ou si vous occupez un poste dont les pauses sont réglementées) ou dans d’autres, vous pouvez avoir la possibilité de faire preuve de souplesse avec le temps que vous prenez. En fin de compte, nous ne sommes pas des automates et nous devons être en mesure d’être à notre meilleur pour faire le travail qu’on nous demande.

Il ne s’agit donc que de quelques suggestions que vous voudrez peut-être prendre en considération. En fin de compte, il est utile de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous. Il y a certainement d’autres moyens que je n’ai pas énumérés. L’important, c’est qu’il s’agisse d’habiletés d’adaptation saines et non de mécanismes d’adaptation malsains (il y a une différence).

Je vous souhaite un voyage équilibré.

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.