10 choses à ne pas dire à un bipolaire

En choisissant vos mots avec soin, vous pouvez renforcer les relations, alimenter la récupération et assurer une meilleure qualité de vie à chacun.
10 choses à ne pas dire à quelqu’un de bipolaire

Vous pensez peut-être que ces propos sont faciles à tenir. Mais, lorsque les mots sont utilisés de manière irréfléchie, négligente ou blessante, ils peuvent faire payer un lourd tribut. Comme une flèche, les « mauvais » mots peuvent être acérés, perçant l’esprit d’une personne, détruisant son estime de soi et lui donnant le sentiment d’être rabaissée ou même trahie. Des mots mal choisis peuvent mettre à rude épreuve les amitiés et créer du stress. Les personnes atteintes de troubles bipolaires sont particulièrement vulnérables.

Soyons honnêtes. Faire face à un trouble bipolaire est non seulement difficile pour les personnes qui en sont atteintes, mais c’est aussi un défi pour ceux qui vivent avec elles. Il est plus facile de prendre le temps de réfléchir à l’impact de ce que vous dites avant de « tirer ». En choisissant vos mots avec soin, vous pouvez renforcer les relations, favoriser la guérison et améliorer la qualité de vie de chacun.

« Ne dites jamais à personne qu’il a l’air fatigué ou déprimé », dit H. Jackson Brown Jr, dans son livre Life’s Little Instruction Book (Rutledge Hill Press, 1991). C’est un bon conseil ! Voyons maintenant dix autres commentaires à ne pas faire à quelqu’un qui souffre de troubles bipolaires. Ces observations sont le fruit de plus de deux décennies de traitement de la maladie et de plusieurs années d’animation de groupes de soutien et de consultation des familles. L’objectif est d’aider la famille et les amis à coexister plus pacifiquement avec ceux d’entre nous qui souffrent de troubles bipolaires.

Ce qu’il ne faut pas dire :

Vous avez l’air un peu déprimé aujourd’hui.

C’est ce qu’une amie m’a dit dans les 30 premières secondes quand elle a téléphoné l’autre jour. Sans blague ! Comme je vis avec des troubles bipolaires, bien sûr je ne me sens pas toujours à 100 % à la hauteur. Je n’ai simplement pas besoin que mes symptômes soient constamment mesurés ou évalués. C’est comme avoir un examen physique sans fin. La plupart des personnes atteintes d’une maladie mentale savent ce qu’elles ressentent. Se faire dire que l’on ne se sent pas bien n’est pas constructif et ne remplace pas une véritable compassion.

Je croyais que vous preniez vos médicaments.

La réussite d’un trouble bipolaire ne se résume pas à la prise ou non d’une pilule. Il n’y a pas de solution miracle. Faire face à une maladie chronique et grave est un processus continu, et il y a forcément des hauts et des bas. Plus vous prendrez le temps de vous informer sur les troubles bipolaires, plus vous comprendrez combien la gestion d’une telle maladie peut être difficile. Il existe d’innombrables ressources – livres, vidéos, groupes de soutien, etc. – qui abordent et réduisent le mystère et l’incompréhension entourant le trouble bipolaire.

Vous êtes trop intelligent pour avoir un trouble bipolaire.

Quand j’ai entendu cette remarque pour la première fois, je me suis sentie si mal, comme si j’avais pu empêcher ce qui s’était passé. Pire encore, cela laissait entendre qu’une personne qui luttait beaucoup plus et plus manifestement que moi – comme un sans-abri – était en quelque sorte plus « méritante » d’une telle maladie ! Le cerveau, comme tout organe du corps, est sujet à des problèmes. Il est cruel de dire quelque chose qui suggère que le trouble bipolaire n’existe pas, n’est pas légitime, ou n’est pas aussi important que n’importe quelle autre maladie.

Vous savez qu’il est « bipolaire », n’est-ce pas ?

Réduire quelqu’un à la maladie à laquelle il est confronté est destructeur. En fait, il est cruel de ne voir une personne qu’à travers la lentille d’un diagnostic. Malheureusement, cela arrive trop souvent. Une personne souffrant de troubles bipolaires ne devrait pas être définie par ce avec quoi elle pourrait lutter. Gardez votre langue. Concentrez-vous sur la personne que vous connaissez et que vous aimez, et insistez sur tout ce qui rend cette personne spéciale. Votre ami ou le membre de votre famille a encore une vie.

Cessez de vous comporter comme un idiot !

Il est vrai que certains comportements associés aux troubles bipolaires peuvent être très difficiles à supporter. Cependant, lorsque vous réalisez qu’un comportement particulier est en fait symptomatique et qu’il est né de la maladie, il est beaucoup plus facile de l’accepter et de le gérer. Je vois des familles qui pensent que leur situation est ingérable, jusqu’à ce qu’elles rencontrent d’autres familles confrontées aux mêmes circonstances. Avec de l’éducation et de la patience, ces familles en viennent à comprendre qu’il y a une explication à ce dont elles ont été témoins.

Il suffit de peu de choses pour vous mettre en colère !


Ceux d’entre nous qui souffrent de troubles bipolaires sont souvent plus vulnérables et plus sensibles à ce qui se passe autour d’eux. Lorsque vous faites des déclarations imprudentes, votre langue devient un déclencheur qui peut susciter une réaction et aggraver les symptômes. Vous provoquez inutilement un changement d’humeur chez la personne que vous voulez vraiment aider.

Vous êtes paresseux et vous n’avez plus de vie.


Poussez-vous une personne atteinte de trouble bipolaire à continuer sa vie ? Ce faisant, vous risquez de créer du stress, de contrecarrer les techniques de rétablissement et d’aggraver l’état de santé général. Si vous avez une famille, un emploi, des engagements sociaux, etc., considérez-vous non seulement comme chanceux, mais aussi loin de la personne type qui est confrontée aux troubles bipolaires. Cette personne a souvent dû faire face à une rupture radicale avec le sens de la routine normale. La guérison prend du temps et du travail, et le rôle que vous jouez est essentiel. Aider en utilisant un dialogue constructif qui reconnaît les progrès. N’insistez pas trop et ne vous attendez pas à ce que tout se fasse du jour au lendemain.

Nous avions autrefois de grands espoirs pour vous.

Je me suis assise dans un groupe de soutien et j’ai entendu une mère dire « Mon fils allait devenir médecin et avoir une merveilleuse famille, mais maintenant il souffre d’un trouble bipolaire. » En écoutant, j’ai vu le visage du jeune homme s’effondrer. Il était écrasé par les paroles de sa mère. Une telle déclaration n’est pas saine, car elle ne transmet pas un amour inconditionnel. Ce que vous dites a de l’importance. Rappelez-vous que nous sommes tous des êtres humains, pas des « actions » humaines ; plus vous reconnaissez notre être, plus nous pouvons finir par faire. Il n’est pas nécessaire d’écraser l’espoir ou de diminuer les rêves.

Ne prenez pas tout si personnellement.


Le trouble bipolaire se caractérise par des symptômes physiques évidents, tels que des changements dans l’appétit ou le sommeil ; l’esprit, ainsi que le cerveau, sont touchés. L’estime de soi du patient en prend également un coup. C’est pourquoi un appel téléphonique promis qui ne vient jamais peut être pris beaucoup plus mal que vous ne l’imaginez. De même, il convient d’éviter de dire des choses qui ignorent ou minimisent le sentiment d’estime de soi de quelqu’un.

Vous semblez un peu trop enthousiaste.


N’oubliez pas qu’une personne souffrant d’un trouble bipolaire a toujours droit à une personnalité. Avant d’avoir un trouble bipolaire, j’étais extraverti, heureux et vif d’esprit. Maintenant, même si je suis atteint de cette maladie, ces mêmes traits de personnalité existent toujours. Récemment, dans un groupe de soutien, un jeune homme était très énergique et expressif. Quelqu’un l’a accusé d’être maniaque. Heureusement, un psychiatre était présent. Il a dit que le jeune homme ne présentait aucun symptôme de manie et qu’il était cruel de dépouiller une personne de sa personnalité simplement parce qu’elle a un diagnostic. Le médecin a ajouté que toute personne a droit à une gamme complète et normale d’émotions.

Ce que vous pouvez dire…

Les bâtons et les pierres peuvent briser des os, mais les mots font aussi mal. Parler avec insouciance peut briser l’estime de soi et étouffer la motivation d’une personne à retrouver une vie normale. Utilisez plutôt des déclarations qui sont plus susceptibles de renforcer les relations et de favoriser le rétablissement.

Voici quelques phrases simples pour commencer :

« Je t’aime et je me soucie de toi. »
« Tu n’es pas seul dans ce cas. »
« Je suis désolé que tu souffres autant. »
« Je suis toujours prêt à écouter. »
« Je serai ton ami quoi qu’il arrive. »
« Cela passera, et nous pourrons le surmonter ensemble. »
« Tu es important pour moi. »
« Quand tout cela sera terminé, je serai toujours là. »

En parlant de différences

L’année dernière, au musée d’histoire naturelle Fernbank d’Atlanta, en Géorgie, une exposition spéciale étonnante a révélé que toutes les différenciations génétiques imaginables – taille du corps, santé, tout – sont attribuables à moins d’un pour cent de tous les gènes (Projet du génome humain). Nous sommes identiques à plus de 99 %. Alors, si vous connaissez quelqu’un qui souffre de troubles bipolaires, pourquoi ne pas vous concentrer sur les 99 % de l’humanité de cette personne qui comptent vraiment ?

Parler n’est pas bon marché. Il est payant d’utiliser des mots qui encouragent, éclairent et responsabilisent. Vous pouvez faire une différence positive dans le rétablissement de votre proche et dans votre tranquillité d’esprit.

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

2 commentaires sur “10 choses à ne pas dire à un bipolaire
  1. Gérard MANVUSSA dit :

    Excellent article !
    Puissent les proche, le lire et, appliquer.

  2. CAPELLE dit :

    Mon fils était bipolaire. Il a longtemps cherché à ce que l’on pose un diagnostic sur ses angoisses et états extrêmes. Puis il nous a demandé à ne pas être enfermé dans ce diagnostic, affirmant ne pas être que malade.
    Bien que n’ayant jamais d’état intermédiaire. Il a fallu du temps pour que je le dégage de mes inquiétudes à son sujet, à ses états.
    Mon fils était bipolaire mais pas que…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.