Qu'ont en commun des personnes à succès comme Winston Churchill, le rappeur Kanye West, la chanteuse Britney Spears, et l'acteur Ben Stiller ? 

Eux, comme des millions d'autres, vivent avec un trouble bipolaire. Lorsque j'ai reçu mon diagnostic en 2018, je savais très peu de choses sur la maladie. Je ne savais même pas qu'une certaine forme d'hérédité était possible. 

Alors, j'ai fait des recherches et encore des recherches, en lisant livre après livre sur le sujet, en parlant à mes médecins et en m'instruisant jusqu'à ce que je comprenne ce qui se passait.

Bien que nous en apprenions davantage sur le trouble bipolaire, de nombreuses idées fausses subsistent. Voici quelques mythes et faits, afin que vous puissiez vous armer de connaissances et aider à mettre fin à cette stigmatisation.

1. Le trouble bipolaire est une maladie rare.

Réalité : Le trouble bipolaire affecte plus d'un million d'adultes rien qu'en France. 

 2. Le trouble bipolaire, c'est juste des sautes d'humeur comme tout le monde

Réalité : Les hauts et les bas du trouble bipolaire sont très différents des sautes d'humeur courantes. Les personnes atteintes de trouble bipolaire subissent des changements extrêmes d'énergie, d'activité et de sommeil qui ne leur sont pas typiques.

Le directeur de la recherche en psychiatrie d'une université américaine, qui souhaite rester anonyme, écrit : « Ce n'est pas parce que vous vous réveillez heureux, que vous devenez grincheux au milieu de la journée, puis que vous vous retrouvez heureux à nouveau, que vous souffrez d'un trouble bipolaire. Peu importe la fréquence à laquelle cela vous arrive ! Même un diagnostic de trouble bipolaire à cycle rapide nécessite plusieurs jours consécutifs de symptômes (hypo)maniaques, et pas seulement plusieurs heures. Les cliniciens recherchent des groupes de symptômes plus que de simples émotions. »

3. Il n'existe qu'un seul type de trouble bipolaire.

Réalité : Il existe quatre types de base de trouble bipolaire, et l'expérience est différente d'un individu à l'autre.

  • Le bipolaire de type I est diagnostiqué lorsqu'une personne a un ou plusieurs épisodes dépressifs et un ou plusieurs épisodes maniaques, parfois avec des caractéristiques psychotiques telles que des hallucinations ou des délires.
  • Le bipolaire de type II a des épisodes dépressifs comme caractéristique principale et au moins un épisode hypomaniaque. L'hypomanie est un type de manie moins sévère. Une personne atteinte d'un trouble bipolaire de type II peut présenter des symptômes psychotiques en accord avec l'humeur.
  • Le trouble cyclothymique (cyclothymie) est défini par de nombreuses périodes de symptômes hypomaniaques ainsi que de nombreuses périodes de symptômes dépressifs durant au moins deux ans (1 an chez l'enfant et l'adolescent) sans répondre aux exigences de sévérité pour un épisode hypomaniaque et un épisode dépressif.
  • Le trouble bipolaire non spécifié ne suit pas un schéma particulier et est défini par des symptômes de trouble bipolaire qui ne correspondent pas aux trois catégories énumérées ci-dessus.
mythe trouble bipolaire

4. Le trouble bipolaire peut être guéri par l'alimentation et l'exercice.

Réalité : Le trouble bipolaire est une maladie qui dure toute la vie et il n'existe actuellement aucun remède. Cependant, il peut être bien géré avec des médicaments et une thérapie, en évitant le stress et en maintenant des habitudes régulières de sommeil, d'alimentation et d'exercice.

5. La manie est productive. Vous êtes de bonne humeur et agréable à côtoyer.

Réalité : Dans certains cas, une personne maniaque peut se sentir bien au début, mais sans traitement, les choses peuvent devenir préjudiciables et même terrifiantes. 

Ils peuvent faire une grande virée shopping, dépensant au-dessus de leurs moyens. Certaines personnes deviennent trop anxieuses ou très irritables, s'énervent à cause de petites choses et se moquent de leurs proches. 

Une personne maniaque peut perdre le contrôle de ses pensées et de ses actions et même perdre le contact avec la réalité.

6. Les artistes atteints de trouble bipolaire perdront leur créativité s'ils reçoivent un traitement.

Réalité : Le traitement vous permet souvent de penser plus clairement, ce qui améliorera probablement votre travail. Marya Hornbacher, auteure nominée au prix Pulitzer, l'a découvert de ses propres yeux.

"J'étais très persuadée que je n'écrirais plus jamais quand on m'a diagnostiqué un trouble bipolaire. Mais avant, j'ai écrit un livre ; et maintenant j'en suis à mon septième."

Elle a découvert que son travail était encore meilleur avec un traitement.

"Quand je travaillais sur mon deuxième livre, je n'étais pas encore traité pour un trouble bipolaire et j'ai écrit environ 3 000 pages du pire livre que vous ayez jamais vu de votre vie. Et puis, au milieu de l'écriture de ce livre, que je n'ai tout simplement pas pu terminer parce que je n'arrêtais pas d'écrire et d'écrire et d'écrire, j'ai été diagnostiqué et j'ai été traité. Et le livre lui-même, le livre qui a finalement été publié, je l'ai écrit en 10 mois environ. Une fois que j'ai été traité pour mon trouble bipolaire, j'ai pu canaliser la créativité de manière efficace et me concentrer. Aujourd'hui, je fais face à certains symptômes, mais dans l'ensemble, je suis stable", a-t-elle déclaré. "Une fois que vous avez pris le contrôle, c'est certainement vivable. C'est traitable. Vous pouvez travailler avec. Cela n'a pas à définir votre vie."

7. Les personnes atteintes de trouble bipolaire sont toujours soit maniaques, soit déprimées.

Réalité : Les personnes atteintes de trouble bipolaire peuvent connaître de longues périodes d'humeur équilibrée appelées euthymie. À l'inverse, ils peuvent parfois vivre ce qu'on appelle un « épisode mixte », qui présente à la fois des caractéristiques de manie et de dépression.

8. Tous les médicaments pour le trouble bipolaire sont les mêmes.

Réalité : Il faudra peut-être quelques essais et erreurs pour trouver le médicament qui vous convient. "Il existe plusieurs stabilisateurs de l'humeur/médicaments antipsychotiques disponibles pour traiter le trouble bipolaire. Quelque chose qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Si quelqu'un en essaie un et que cela ne fonctionne pas ou a des effets secondaires, il est très important qu'il le communique à son médecin. Le spécialiste doit être là pour travailler en équipe avec le patient pour trouver la bonne personne", écrit le responsable de la recherche en psychiatrie.

trouble bipolaire

Recevez le guide "30 questions/réponses pour mieux comprendre le trouble bipolaire"

Et pleins d'autres choses privées directement par mail !