Bipolaire et sans traitement, je croyais être stabilisée …

    Cet article répond aux questions suivantes concernant le trouble bipolaire :
  • Une personne bipolaire peut-elle être stabilisée sans prendre de traitement ?

Voici un petit témoignage d’une jeune femme au tempérament dépressif et qui est diagnostiquée bipolaire . Après plusieurs hospitalisations pour des addictions et un risque suicidaire, elle a décidé de s’en sortir, jusqu’à penser qu’elle pouvait s’en sortir sans traitement médicamenteux, juste avec de l’herbe ! Découvrez son témoignage …

 

Ma bipolarité me fait souffrir et tellement peur …

J’ai toujours été quelqu’un de très « mélancolique » : petite, mon passe-temps favori était de m’asseoir sous le porche de la maison, les jours de pluie, et la regarder tomber … Je restais là pendant des heures . On a toujours mis cette tristesse sur le fait que mon père est parti quand j’étais très jeune, mais je savais au fond de moi que ce n’était pas que ça, mais rien de plus . Il y a 5 ans, j’ai vécu une rupture très douloureuse, et je suis tombée dans une grande dépression qui a duré 4 ans, durant laquelle j’ai été diagnostiquée bipolaire type 2 . J’avais un très lourd traitement qui m’a rendue dépendante . J’en étais arrivée à prendre des cachets en plus, à n’importe quel moment, le premier étant au réveil avant le café . Je passais mes journées à dormir, et quand je ne dormais pas, je me plongeais dans l’alcool .

Mes addictions m’ont envoyée directement à l’hôpital …

Après une overdose, j’ai atterri aux urgences qui ont fait passer ça pour une tentative de suicide . Ils m’ont donc envoyée dans une « maison de repos », dans le secteur des suicidaires ( interdiction aux stylos, lacets, ceinture de robe de chambre, téléphone, chargeur, pas de télé, juste 4 murs et un lit !!! ) . J’ai vite pété les plombs et, après avoir menacé de tout foutre en l’air dans les bureaux des Infirmières, je suis sortie contre avis médical . Cet épisode aurait pu me faire prendre conscience de la gravité des choses, mais 2 mois plus tard je recommençais, et je faisais une consommation de médicaments énorme . J’ai pris 60kg, j’ai perdu tous mes amis, je me suis isolée et restais enfermée tout le temps . J’ai pas mal de trous de mémoire sur cette période, mais je sais que j’ai fait souffrir mes enfants et ma mère; avec qui je m’étais installée étant devenue incapable de m’occuper seule de mes enfants . J’étais devenue un légume … Je voyais un psy, étais traitée pour ma bipolarité, mais il n’y avait pas d’amélioration dans mon état, bien au contraire . Un jour, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas traverser la route sans avoir le « reflex » de vouloir me jeter sous les voitures, habitant au 6ème étage, j’avais l’envie de sauter, ou d’ouvrir la portière de la voiture en marche … Et j’ai pensé à mes enfants … Alors j’ai changé de psy et je lui en ai parlé, il m’a envoyée 3 semaines dans cette « maison de repos » où il exerce également . J’ai passé 3 semaines seule, je ne me mêlais à personne, je ne voulais pas de visites ( juste mon frère qui venait me ravitailler en eau minérale et friandises ), j’étais coupée de tout . Après cette hospitalisation, j’ai commencé à vouloir m’en sortir ( jusque-là je n’en avais aucune envie ) . Alors j’ai arrêté de prendre plus de médicaments que nécessaires ( seulement mon traitement lourd pour la bipolarité ), je dormais moins, et commençais à sortir de chez moi; ne serait-ce que pour aller chercher le pain . Mais le manque était là, une douleur psychologique terrible, je ne pensais qu’à ça, mais je luttais tant que je pouvais … Le fait de prendre mon traitement ne m’aidait pas, il m’en fallait toujours plus …

Aujourd’hui, cela fait maintenant 1 an que je ne prends plus rien, ni traitement, ni alcool, rien … En revanche je me suis mise à l’herbe ( oui, je sais, c’est mal ), j’avoue que je vais mieux ! Bon, c’est vrai que ce n’est pas tous les jours faciles, qu’il m’arrive d’avoir des phases dépressives, mais elles ne durent jamais longtemps . J’ai repris une vie normale, j’ai perdu énormément de poids, je sors, je vois du monde, je vis … Seulement voilà, depuis quelques semaines, mon caractère change, je deviens exécrable, rancunière, j’ai une boule de colère en moi que je ne saurais expliquer . Mon psy me dit que c’est signe de rechute, ça me fait peur, je ne veux pas, j’ai réussi à me reconstruire et je ne veux pas que tout s’écroule à nouveau . Je suis perdue .

 

L’avis donné par LeBipolaire.com

On retrouve dans ce témoignage le cas typique d’un trouble dépressif ( pendant l’enfance ) qui a évolué ensuite en trouble bipolaire; enfin ceci est un avis personnel avec une simple déduction . On ne connaît pas entièrement la vie de cette fille, mais les dépressions ont l’air intenses par rapport aux phases d’hypomanies . Elle a l’air d’être restée sans réel soutien pendant une période, ce qui a certainement aggravé son état psychologique . On retrouve une fragilité psychologique dans son histoire, commune à beaucoup de personnes bipolaires … La consommation de drogues n’est jamais une bonne solution, mais ce qui l’est encore mois, c’est l’arrêt total du traitement ! Aujourd’hui, cette jeune femme risque de connaitre une rechute brutale et 2 fois plus importante qu’auparavant … Le traitement risque d’être différent avec la prise en compte d’une nouvelle addiction …
Personnellement, devant tant d’addictions, passées et présentes, et peu d’euphorie en temps normal, il serait judicieux de vérifier le diagnostic de bipolarité par son psychiatre, juste pour savoir s’il n’y a pas d’autres troubles connexes ou d’erreurs …

Petit rappel : Le cannabis ou l’herbe peuvent parfois aider temporairement à sortir de la dépression ( faire croire surtout ), autant qu’un antidépresseur pour certains patients, mais pris sans suivi thérapeutique et avec le temps, il a les mêmes inconvénients : un excès de nervosité et d’irritabilité …
La bipolarité de type 2 se résume par la dépression et des périodes d’hypomanies ( manie de faible intensité ) comme de simples crises de colère .
Le trouble bipolaire de type 3 est diagnostiqué à l’apparition de ces épisodes après la prise d’antidépresseurs par exemple …
Aucune remise en cause officielle du diagnostic n’est donnée, mais il existe parfois des erreurs …

 

N’hésitez pas à apporter votre aide à cette jeune femme via les commentaires …

 

Témoignage de bipolaire dépressive

Bipolaire et sans traitement

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :
2 commentaires sur “Bipolaire et sans traitement, je croyais être stabilisée …
  1. alice dit :

    Bonjour.
    La seule chose que j’ai envie de dire, c’est ATTENTION!!!! Chez moi, colère sans raison = début de crise. C’est mathématique, à chaque fois c’est la rechute!
    Toi qui veut t’en sortir, si tu observes un changement d’humeur ou des signes comme cette « boule de colère », prends toi vite en main avant que ce ne soit la maladie qui s’en charge!
    Tu as l’air consciente de ce qu’il t’arrive, c’est positif, profites-en pour éviter d’aller plus mal!
    Bon courage à toi.
    Alice.

  2. O. VALERIE dit :

    traitement nécessaire pour cette maladie. A vie. j’ai tenté plusieurs fois d’arrêter, croyant être guérie, mais cette maladie est incurable, ce sont les médicaments qui font que l’on va mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*