Combattre ensemble la maladie bipolaire grâce au soutien familial et amical …

    Cet article répond aux questions suivantes concernant le trouble bipolaire :
  • Comment soutenir un proche bipolaire ?
  • Quelles aides peut-on apporter à une personne bipolaire ?
    Les réponses aux questions de cet article sur les troubles bipolaires en 30 secondes :
  1. La meilleure façon de bien soutenir une personne bipolaire est de se laisser former par la patient lui-même .
  2. Reconnaître et traiter les symptômes puis encourager la personne bipolaire à se distraire font partie des choses à accomplir ensemble ( patient + proche ) pour soutenir le bipolaire dans son combat contre la maladie .

Dans le combat contre la bipolarité, le soutien et l’aide des proches, famille ou amis, sont très importants; ils rentrent d’ailleurs dans les éléments du traitement de base des troubles bipolaires .
Il ne faut pas se mentir : Souffrir de la maladie bipolaire n’est pas une partie de plaisir et cela a un impact direct sur la santé physique, mentale, spirituelle et émotionnelle . C’est pourquoi il est primordial de pouvoir compter sur toutes les aides extérieures qui sont disponibles …

 

Trouver des personnes de confiance pour se sentir soutenu face à la maladie

Lorsqu’on se retrouve dans un combat face à un adversaire, on a besoin de toutes nos forces pour être prêt(e) à combattre; mental, physique, ainsi que toutes les choses extérieures à notre corps ( arme, amis, … ) . L’objectif d’un combat est toujours d’en sortir vainqueur, peu importe la méthode, c’est pourquoi il faut tout prendre en considération; même si c’est illégal ou désavantageux envers l’adversaire ! C’est pareil quand une personne se bat contre une maladie comme le trouble bipolaire, il faut mettre toutes les forces de son côté pour survivre et se battre quotidiennement . Psychiatres, médicaments, hygiène de vie, mais aussi des personnes proches pour soutenir et conseiller les maniaco-dépressifs face aux épreuves . Toutefois, ces personnes ne sont pas comme les professionnels de santé ( et ne doivent pas l’être ! ), 2 différences sont immédiatement identifiables :

  • Les personnes proches ne sont pas obligées d’aider, contrairement aux professionnels de santé qui le sont .
  • Les personnes proches n’aident pas contre de l’argent ( enfin normalement ! ) .

Les + : Le soutien proposé par les personnes proches doit donc être bienveillant et naturel; ces personnes doivent vouloir aider sans contrepartie ni obligation . En fait, la seule contrepartie qu’elles doivent espérer, c’est que la personne malade aille mieux …
Les – : Les personnes proches sont volontaires, mais elles ne sont pas médecins et n’ont pas les formations adéquates pour soigner un mauvais état de santé mentale comme une maladie bipolaire . C’est pourquoi beaucoup de patients bipolaires peuvent se sentir déçus, délaissés, irrités par la mauvaise compréhension de leur maladie par leurs proches et aidants . Au fil du temps, les relations s’effritent et la confiance s’affaiblit de plus en plus jusqu’à se briser . Manque alors un élément essentiel au traitement de la personne bipolaire : le soutien de ses proches … Les crises et symptômes de la maladie deviennent alors plus fréquents et intenses .
Une autre alternative existe à celle de laisser prendre en main sa santé mentale ( symptômes, traitements, choix, etc etc … ) par ses proches, il est possible et préférable de les aider, les former à notre maladie pour qu’ils deviennent une seconde force de soutien . La famille ou les amis de confiance peuvent alors devenir de véritables experts personnalisés sur notre maladie, nos symptômes, nos traitements, etc etc … Ils pourront ainsi établir de véritables stratégies efficaces dans un combat commun contre la bipolarité et aider le bipolaire à prendre les bonnes décisions au bon moment . Voici quelques étapes …

 

Reconnaissance des symptômes de la bipolarité

La première étape réside dans le fait de savoir reconnaître les symptômes de la maniaco-dépression . Le patient et ses proches ont besoin d’un niveau de connaissance élevé acquis notamment grâce aux informations récupérées auprès de sources fiables et ayant des connaissances sérieuses sur le trouble bipolaire ( auprès du psychiatre référent par exemple ) . Les symptômes des crises précédentes du patient devront être divulgués par le patient et parfaitement appris/connus par le proche .
Les troubles bipolaires enveloppent des symptômes de l’hypomanie ou manie et de la dépression . C’est pour cela que tous les détails sont importants . Il faut donc, ensemble, se poser les bonnes questions :

  • À quel moment les symptômes maniaques ou hypomaniaques deviennent dangereux ?
  • Quels sont les signes précurseurs de l’hypomanie ou de la manie ?
  • À quel moment les symptômes dépressifs deviennent dangereux ?
  • Quels sont les signes précurseurs de la dépression ?
  • Quels sont les signaux ressentis avant que les symptômes de la bipolarité s’atténuent ?

Ces interrogations sont à débattre ensemble, pendant que la personne bipolaire est en phase normale ( symptômes inexistants ou de faibles intensités ) afin de pouvoir mieux reconnaître les symptômes de la bipolarité à l’avenir et ainsi intervenir plus efficacement .

 

Traiter les symptômes du trouble bipolaire

Vu que la reconnaissance des symptômes n’est pas l’unique étape suffisante pour un soutien efficace sur le long terme, la seconde étape consiste à traiter les symptômes ( connus dorénavant ! ) . Lorsque la personne souffrant d’un trouble bipolaire est dans une période dépressive ou maniaque, les symptômes peuvent être très élevés, c’est à ce moment-là que le patient va quelques fois être moins enclin à suivre assidûment son traitement … La personne qui est en soutien doit alors apprendre à :

  • Encourager le patient à respecter les dates de consultation chez les professionnels de santé ( psychiatres par exemple ) .
  • Instaurer une bonne hygiène de vie sur le long terme . La personne proche peut organiser des promenades et des repas à faire ensemble . Habituer la personne bipolaire à se coucher à des heures convenables peut aussi faire partie de ses compétences .
  • Aider le bipolaire à développer ses capacités d’adaptation, notamment pendant les périodes de crise où les symptômes sont forts . Motiver le patient et l’aider à réaliser des choses utiles pendant une période difficile sont d’un grand soutien moral et nécessaires pour la réussite de certaines compétences perdues . – S’adapter à une maladie est un vrai travail d’équipe ! –
  • Inciter la personne bipolaire à prendre correctement son traitement médicamenteux ( dosage, heure de prise ) . La tâche peut s’avérer être compliquée pour le proche pendant les périodes euphoriques de la manie, mais aussi si le malade est en dépression avec des envies suicidaires .
  • Établir des décisions communes même pendant les périodes euthymiques . Le bipolaire a souvent des troubles du jugement et/ou est irrationnel dans ses décisions . La personne proche doit alors pouvoir faire le tri dans les propos du bipolaire et arriver à trouver un compromis entre ce qui est souhaité par le patient et ce qui est nécessaire pour garder une bonne santé mentale .

 

Rechercher à se distraire

Les 2 premières étapes sont donc portées sur l’amélioration des symptômes, mais il est impossible de concentrer tous ses efforts à cela . D’ailleurs, cela pourrait créer une fatigue et une lassitude allant jusqu’à la frustration de toujours être en train de « travailler » sur cette maladie sans avoir le temps de se distraire …
La 3ème étape se compose donc de plaisir et de distraction; c’est ce qu’on appelle la « distraction des symptômes » . Autant le dire de suite, éradiquer tous les symptômes indésirables sera impossible, même avec le meilleur soutien possible ! Par contre, il est possible d’ajouter des instants positifs au milieu des négatifs … Cependant, il faut faire attention d’utiliser ce jeu de la distraction avec modération afin de ne pas favoriser un évitement des symptômes et de la maladie sur le long terme .

 

Chercher du plaisir

Quand une personne bipolaire est en dépression, songer à des activités amusantes est très difficile, tandis que, quand une personne bipolaire est en phase maniaque, ces mêmes activités ludiques peuvent alors s’avérer être dangereuses .
Quand un maniaco-dépressif ne ressent pas de symptômes intenses, il est intéressant d’établir conjointement une liste d’activités drôles et saines . Il faut y inscrire des activités connues ( des valeurs sûres ), mais aussi quelques activités à tester ( pour éviter la lassitude ) . Voici quelques exemples :

  • Regarder un film humoristique déjà vu auparavant
  • Partir en voyage indéterminé
  • Faire un saut à l’élastique
  • Écouter de la musique / Danser
  • Faire du sport ( tennis, foot, basket, etc etc … )

 

Sortir de son environnement habituel

Saviez-vous qu’une personne bipolaire qui regarde sans cesse les mêmes 4 murs 24H/24H aggravent ses symptômes ? Maintenant oui ! Quand une personne sort de chez elle, qu’elle s’éloigne de son habitat naturel, ses pensées et ses comportements changent immédiatement; même si au départ cet éloignement peut être largement influencé par le trouble bipolaire …Il ne s’agit pas obligatoirement de partir à l’autre bout du monde pour se changer les idées, non, une simple ballade à la boulangerie du quartier ou un petit footing au parc suffisent à instaurer une émotion positive aux symptômes qui étaient négatifs . La personne qui est là pour soutenir doit savoir quelle sortie est suffisante pour motiver la personne maniaco-dépressive en fonction de ses habitudes, passions et désirs qu’elle lui aura divulgué pendant sa formation .

La bipolarité est une maladie qu’il ne faut pas affronter seul(e), la personne bipolaire doit pouvoir trouver du soutien auprès de 2 ou 3 personnes minimum; il faut avoir une équipe de soutien en quelque sorte ! Ce sont des personnes qui sont formées par le patient sur ses symptômes, ses habitudes, ses besoins et seulement après sur la maladie bipolaire en général . C’est du soutien personnalisé pour que la relation soit bénéfique et dure dans le temps .

Cependant, il arrive que des personnes atteintes de troubles bipolaires soient complètement isolées pour diverses raisons … Leur famille ou amis ne les comprennent pas vraiment, et au fur et à mesure, la communication s’estompe … C’est pourquoi il existe des associations et des groupes d’entraide mutuelle .

 

Que faire devant l’incompréhension des gens face à la bipolarité ?

Comme dit plus haut, il ne suffit pas de dire à une personne en déprime d’aller faire une balade et la dépression est finie; NON, ça ne marche pas comme ça ! Tous les bipolaires ont au moins une personne dans leur entourage qui pense cela, qui ne comprend pas leur état de santé ( et parfois qui ne veut pas les comprendre ! ) … À les écouter, avec un coup de pied au cul, c’est guérit !!!

Cruelle et frustrante pour les personnes bipolaires, cette incompréhension des proches peut parfois être confusionnelle et ressembler à de la fausse gentillesse quand ils disent que tout ira mieux demain et qu’ils seront toujours là – droit dans les yeux – … Certaines personnes peuvent également dire :

« Moi aussi j’étais déprimé et fatigué, j’ai lu un livre et fait un peu de sport et j’étais guéri ! Ce n’est pas pour autant que j’ai dit à tout le monde que j’étais malade et que j’avais des problèmes de santé irréparables !!! »

C’est certains que ce sont des bons conseils pour garder une vie équilibrée et saine, mais en pleine dépression ou manie, cela est plus facile à dire qu’à faire ! – C’est d’ailleurs pour cela que le soutien personnalisé est indispensable – Les diverses psychothérapies et autres TCC sont bénéfiques mais elles ne guérissent pas; elles stabilisent avec l’aide d’autres éléments . Alors, quand des personnes peuvent dire que la pratique d’une seule activité les a guérit, c’est irresponsable et irrespectueux ! Ce genre de propos accentuent d’ailleurs la stigmatisation de la bipolarité . Ces personnes aussi devraient être formées à la maladie à l’aide de ressources sur le sujet dans sa globalité . Ces personnes ne sont pas méchantes en réalité, c’est juste qu’elles n’ont pas les bonnes informations pour mieux comprendre la maladie bipolaire .

« Tu es encore fatigué et triste ? Pourquoi tu ne peux pas aller mieux ? Ce n’est pourtant pas très compliqué, d’autres y arrivent très bien ! »

Là, avec ce genre de propos, on parle des personnes méchantes avec des propos agressifs qui ne comprendront jamais la maladie car ils ne le veulent pas . Ils peuvent aller jusqu’à abuser de vos émotions pour vous affecter mentalement encore un peu plus . La seule bonne réponse à ces personnes est l’évitement . Elles sont toxiques et néfastes à votre stabilisation future . C’est presque inutile de garder un contact avec elles car elles ne changeront pas d’avis sur la maladie et feront qu’augmenter vos symptômes; ce type de relations conflictuelles aura un impact négatif sur vous .

 

Il faut garder à l’esprit que toutes les personnes méritent le bonheur, peu importe ce qu’elles ont fait ou la façon dont elles se sentent; ce n’est pas parce qu’une personne souffre d’un trouble bipolaire qu’elle n’y a pas le droit !
Une personne bipolaire est une personne forte, même si elle peut se sentir faible parfois, car pour vivre avec un trouble bipolaire il faut une force monumentale . Avec des personnes capables de la soutenir, cette personne peut alors vivre encore plus sereinement .

 

Soutien bipolaire

Soutenir efficacement une personne bipolaire

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :
21 commentaires sur “Combattre ensemble la maladie bipolaire grâce au soutien familial et amical …
  1. Gabrielle dit :

    Merci.

    j’ai tout lu mais comme je l’ai écrit dans un post précédent c’est utopique et je pense que peu de personnes proches s’investissent à ce point.

    C’est presque un travail à temps plein, un travail d’infirmier spécialisé.

    A ce jour, je suis stabilisée et je serais capable d’aider mon fils s’il était bipolaire. Je pense qu’il faut ressentir la maladie, la connaître à 100 %, être disponible, à l’écoute. Cela peut aussi être angoissant et stressant pour le proche.

    Jamais je ne voudrais imposer cela à un proche.

    Ce dont j’aurais eu besoin il y a quelques années, c’est de l’écoute, qu’on me prenne dans les bras par moment, qu’on me freine dans mes dépenses, dans mon travail excessif. Je n’aurais pas accepté une assistance totale d’un proche.

    J’ai tout appris par moi-même sur la maladie, sur moi, mes prodrômes et le reste, grâce à la psychiatre aussi bien sûr. Il m’a manqué le dialogue avec d’autres bipo, en Belgique pas de centres à l’époque. je me sentais seule et pour moi,il aurait été important de partager mes douleurs et joies avec des bipo car on se comprend…

    • alma dit :

      Je suis d’accord avec toi…je n’aurai malheureusement jamais ce type de personnes à mes côtés :(((

    • Gaëlle dit :

      En effet, la question des proches est fondamentale. Mais je vais plutôt abonder dans la réalité du vécu d’un bipolaire lambda. Pour ma part, je suis mise au ban de la famille, et cette exclusion m’enfonce davantage. Mon frère et ma soeur se reconnaissent dans la culture américaine des winners,avec toutes les déclinaisons autour de la Loi de l’attraction et je suis à l’opposé: une looseuse à leurs yeux.Et tout ce qui m’arrive, c’est moi qui l’attires avec mes pensées négatives bien sûr aussi. Et bien sûr, c’est moi seule qui m’exclus à les entendre. Je ne souhaitais plus m’exposer au manque de respect , à leur façon de me parler , de me couper la parole aux premiers mots que je prononçais dans leur monde où on écrase l’autre sans scrupule, parce qu’on fait partie des dominants. Mes galères de leur inspire un mépris qui transpire dans leur attitude envers moi, ils ne se voient pas avec leur pince nez social…On me cite untel et untel qui trouvent le courage admirable de se battre contre telle ou telle adversité, alors que sont mes soucis à côté??? Et du coup, j’ai refusé d’aller au super mariage de ma super soeur, je n’avais pas le budget de toutes façons, mais c’est moi qui m’enfonces toute seule…
      Alors, oui, la douleur s’intensifie avec le temps, le sentiment d’exclusion au sein de sa famille également, qui fait en effet tache d’huile, on se sent pestiféré où qu’on soit …
      Et là, il n’y a que nos semblables qui peuvent avoir une véritable empathie , d’où l’importance des groupes de paroles et des groupes d’entraide entre bipolaires. Sinon, c’est le maëlström qui nous emmène vers le néant.
      Donc, les proches… c’est très, très compliqué….

      • Mariange dit :

        Bravo Gaëlle pour ta réponse!!!, comme je te comprends et te remercie pour avoir trouvé les mots que je cherchais….
        Bravo pour ta clairvoyance mais que cette lucicité doit te faire souffrir aussi. Au plaisir de te relire et de te soutenir en tant que bipote car il ne nous reste plus qu’eux.

    • Mariange dit :

      UTOPIE TOTALE bcp d’entre nous sont dans cet état à cause enfance malheureuse et famille dysfonctionnelle, donc, conséquence, isolememnt.
      Ensuite une fois que tout ce petit monde nous a rendu malade, QUI VOULEZ VOUS que l’on trouve pour se reposer et être SOUTENUE : nos enfants? pour les détruire à leur tour?
      Le personnes qui ont eu la chance d’être diagnostiquée BIPOLAIRE alors qu’elle étaient déjà EN COUPLE ET SOUTENUES sont les seules qui peuvent compter sur quelqu’un ET SEULEMENT SI CE QQ NEST PAS DEJA DETRUIT PAR NOUS, BIPOLAIRE. Les mini vidéo c’est formindables faites en d’autres, ça ça aide les proches à comprendre. Mais notre maladie nous isole de TOUS car on a peur d’être jugés, stigmatisés, étiquetés. Dans ce monde devenue cruel ou TOUT LE MONDE CHERCHE A SURVIVRE ou voulez vous qu’on trouve le soutien dont vous parlez très justement et qui serait bienvenu, juste une question où trouver une personne assez costaud psychologiquement et désinteressée pour NOUS AIDER, cela s’appelle l’AMOUR et même cet AMOUR la bipolarité, à de rares exceptions va le détruire!!!

  2. Denis dit :

    Bonjour,

    Utopique en effet !
    La famille démissionne et, les amis s’évaporent…
    Selon moi, seul un (e) bipolaire peut parfaitement comprendre et aider un (e) bipolaire.
    Je suis atteint de cette pathologie, déclarée en 2012 et j’ai fais toutes les recherches possible sur ce mal dont la complexité me travaillait, pour ne pas dire passionnait.
    Ce n’est qu’au prix de cette recherche que l’on peut donc l’appréhender véritablement, complètement.

    J’ai 53 ans, dont 43 de mal-être que personne ne comprend.
    Mon neveu à 30 ans est touché, suite au décès brutal de son papa il y a 3 ans. Depuis ? Il galère. Pourtant…
    Sa femme est infirmière, sa maman l’écoute comme elle peut.
    Touché et donc très au fait des affres du mal, je donne des recommandations, nullement des conseils.
    Mais, personne n’écoute.
    Oui, cela pourrait être un travail à temps complet tant cela demande de temps, d’énergie, de bienveillance en permanence.
    Puis surtout, il ne faut pas avoir peur d’être incompris, passer pour un « bouclier », prêt à recevoir des mauvais mots, des mauvais gestes, mais aussi être celui qui peut prendre dans ses bras.

    Au déclenchement du mal de mon neveu, le lendemain des obsèques, mon neveu entrait en phase maniaque, survolté, logorrhée. Personne ne comprenait cette dernière. Pour moi, elle n’était que l’expression insurmontable de la douleur.
    C’était au petit déjeuner. Tout le monde, sa femme, sa sœur, sa maman était désemparées. Je me suis alors levé, je l’ai pris dans mes bras même s’il fait une tête de plus que moi. Puis, l’ai serré et lui ai dis seulement, je comprends ta douleur Julien.
    Il s’est effondré en pleurs, puis s’est calmé et m’a dit Merci.
    Ce à quoi j’ai dis : Je comprends. Ne t’en fais pas.
    J’avais trouvé la bonne attitude à adopter à ce moment là.

    Je pense qu’il faut être malade pour savoir trouver la bonne attitude en toutes circonstances.

    Humainement.

    • Mariange dit :

      BRAVO SUPER TOUCHANT TON RECIT et comme tu dis la solitude totale est pour le bipolaire. le mal est invisible et incompréhensible mm aux bien intentionnés. Ce n’est pas une jambe cassée, une rééducation du corps qui peut se soutenir car VISIBLE, c’est un mal un poison qui ne se voit pas et que l’on doit boire jusqu’à la lie en fermant notre g…
      J’ai 2 ados 16 et 18 et celle de 16 commence à être saoulée par mes crises. Si je perds mes filles je perds tout

      • David dit :

        Bonjour Mariange
        Je comprend qu’es que tu veux dire.J’ai un garçon de 21 ans.depuis ses 17-20 ans il ma haie et j’ai pouvez rien faire .C’est maintenant dernier 2 ans qui la compris qu es que c’est être bipolaire et marche a merveille. Dieu sois lue!

  3. alma dit :

    encore faut-il en avoir?…c’est koi cette bête-là…perso j’ai mon chat…et nous causons…lui seul me comprend …le reste?….c’est quoi?…..

  4. BIPOTE23 dit :

    Bonjour,

    Cela fait 10 ans que j’essaie d’aider comme je peux mon ami atteinte de Bipolarité, ce n’est pas facile, des fois démunis contre ces différentes phases, il a un traitement mais est dans le déni, n’a pas une hygiène de vie saine, par moment il me dit être sa force et dans d’autres moments j’ai droits aux insultes…en ce moment on se sépare pratiquement toutes les semaines…sur le coup j’ai dû mal a le comprendre même si je sais éperdument qu’il est dans une de ses phases, mais nous sommes aussi humain, battre contre une personne qui n’a plus trop de discernement oui c’est dur…je l’aime mais ça ne suffit pas apparemment…

    • Yaso dit :

      Bonjour à tous,

      Ma mère est bipolaire, non soignée et complètement dans le déni.

      J’ai tout essayé pendant 20 ans, le chantage, la colère, l’empathie, la douceur. J’ai essayé de parler avec elle pendant qu’elle était stabilisée.
      Elle refuse cette maladie, minimise tout.
      Aujourd’hui, elle est en phase maniaque, j’ai coupé les ponts, je suis malade de la voir se détruire et je suis son souffre-douleur préféré dans ces périodes.
      Elle ne veut ni suivi psy ni médication.
      Je n’ai pas toujours eu les bonnes réactions mais j’avais 16 ans et je me battais sans cesse avec sa famille pour qu’ils arrêtent de dire qu’elle était folle mais malade.
      Ma mère a été incapable de m’aimer, de me défendre lorsque j’étais enfant. Elle a vécu des atrocités pendant son enfance, et malheureusement les a perdurées avec moi.
      Je ne lui en veux pas, je voudrais juste qu’elle se soigne et qu’elle admette que j’ai aussi souffert de cette maladie.

      Je suis perdue

      • Mariange dit :

        Bravo. Je suis touchée par votre bienveillance et la protection que vous donnez à la personne votre mère qui est censée vous protéger vous. J’ai vécu la même chose j’ai pris des distances car j’y ai perdu bcp de plumes. Une personne bipolaire dans le déni est très toxique. Merci de votre témoignage

  5. Mariange dit :

    Yaso je vous ai répondu ya 5 jours

  6. Priscilla dit :

    Il est vrai que tout cela paraît utopique. La famille est la mais ne comprends pas toujours… souvent les gens pensent que c’est une question de volonté et que donc on s’apitoye sur notre sort alors qu’en réalité on lutte sans cesse bref parfois j’essaie de parler avec mon frère mais je vois bien que je le gonfle donc j’arrête. Du coup on se sent seul et imcompris. Heureusement que ce site existe …

    • David dit :

      Bonjour
      Oui c’est compliqué pour comprendre même pour les plus proches.Ma famille il sont compris après 3 ans de souffrance avec moi. Maintenant il save si je suis dans état maniaque ou dans la dépression.Comment il faut parlé avec moi dans différent états.Pareille avec mon meilleur amie,et surtout avec ma chérie,depuis 4 ans déjà!!! Je sais que pour elle je ne suis pas facile,les disputes éternel,départes et arrives c’est très compliqué !Mais malgré ça on résiste face a la maladie.

  7. veronique dit :

    JE suis assez d’accord avec toi : la solitude l’incompréhension des proches c’est assez terrible. parfois j’ai envie de leur dire vous n’etes pas à ma place vous ne vous rendez pas bien compte de la souffrance que j’endure ; en ce moment je suis en phase up alors ils pensent que c’est terminé que je vais bien … complétement à coté de la plaque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.