Échelle d’évaluation de l’humeur par rapport aux troubles bipolaires

L’objectif principal de l’échelle d’évaluation de l’humeur, via un journal ( comme un journal intime ), est de contrôler fréquemment, quotidiennement, les fluctuations de notre humeur par rapport à des variables diverses comme les médicaments, les addictions, les évènements de la vie, le temps de sommeil, les symptômes, etc etc … Ce type de calendrier de suivi sert donc à voir si notre humeur change et par rapport à quel élément particulier .

L’échelle de l’humeur est à compléter quotidiennement afin d’avoir un aperçu au plus juste des variations de notre humeur . Et si l’on veut encore être plus précis, il faut la remplir à la même heure .

 

Pourquoi analyser son humeur ?

Réponse courte : Pour reconnaître les causes d’un changement d’humeur .

Un graphe ( graphique ), ou diagramme, de l’humeur consiste à collecter un maximum d’informations au sujet de son humeur, jour après jour, et qui est liée aux évènements de la vie, aux médicaments, au sommeil, etc etc …

Il est possible de remarquer précocement certains de nos symptômes réguliers, qu’ils soient légers, modérés ou sévères . Plus tôt on agit sur un symptôme, mieux il sera facile de le gérer . Pour simple exemple, quand on a une petite baisse de moral, on peut couramment se mettre à pleurer, ce qui, au fil des crises, va engendrer une tristesse encore plus forte; sauf bien sûr si le symptôme est canaliser précocement . Vont arriver ensuite nos amis « Culpabilité » et « Désespoir » qui seront totalement inappropriés avec la situation vécue en réalité … En mesurant son humeur quotidiennement, ce processus peut vite être arrêté dès les premiers signes d’apparition d’une humeur triste ( un évènement peut aussi être décelé comme cause à ce moment-là ) .

Quand on se rend chez son psychiatre référent, il est parfois compliqué de se souvenir de tous les symptômes et problèmes rencontrés depuis la dernière séance ( plusieurs semaines ); surtout si on était en crise ! En écrivant chaque jour les symptômes liés à nos troubles de l’humeur, le psychiatre pourra travailler sur des informations précises et fiables avec nous . Le traitement n’en sera que meilleur !

 

Télécharger des journaux d’évaluation pour mieux gérer sa bipolarité

Voici un exemple d’échelle de l’humeur et de son mini-journal pour y indiquer quelques notes supplémentaires . Cliquez sur les liens ci-dessous pour les télécharger gratuitement :

Échelle de l’humeur pour les troubles bipolaires à télécharger

Mini-journal de l’humeur pour les troubles bipolaires à télécharger

 

Explication de cette échelle pour évaluer son humeur

Rappelons que tout le monde a des jours bons et des jours moins bons ( pour ne pas dire mauvais ! ), mais quand on souffre de troubles bipolaires, les changements d’humeur sont bien plus importants; on les compare souvent à des montagnes russes ! Notre échelle d’humeur va donc de 0 à 10; pour simple comparaison, les personnes dont les fluctuations d’humeurs seront toujours entre 4 et 6 ne peuvent pas être diagnostiquées bipolaires . Pour être bipolaire, les sautes d’humeur seront bien souvent au-dessus de cette stabilité; les périodes euphoriques ( manie / hypomanie ) feront monter le niveau jusqu’à 10 parfois, on parle de « fureur ou stupeur maniaque » et les périodes de dépression feront descendre le niveau jusqu’à 0, on parle de « dépression suicidaire » . Dans les 2 cas extrêmes ( 0 ou 10 ), l’hospitalisation est généralement nécessaire . Le but du journal est d’arriver à se stabiliser comme une personne qui n’est pas bipolaire ( 4 à 6 ) . Il est ainsi possible d’établir des mini-plans d’actions quand on arrive à 3 ou 7, du type :

  • Appeler son psychiatre
  • Surveiller son hygiène de vie
  • Appeler un proche pour s’entraider
  • Prendre son traitement médicamenteux conformément à la prescription
  • Éviter tout excès

 

Les stades de la bipolarité

  • La dépression est indiquée de 0 à 3 sur l’échelle de l’humeur : La personne bipolaire connaît normalement de fortes périodes dépressives durant sa vie . L’intensité légère et modérée sont aussi présentes chez les patients, mais de plus courtes durées ( suivant le type de bipolarité aussi ) . La dépression est également précurseur d’une future période maniaque ou hypomaniaque . Il existe aussi les dépressions en phase avec les saisons, souvent une personne bipolaire sera dans un état dépressif plus facilement en hiver qu’en été; cela est aussi dû au manque de lumière, soleil, qui va agir directement sur l’humeur … Les principaux symptômes dépressifs sont la tristesse profonde, la sensation de vide intérieur, la démotivation pour toutes les activités, la perte d’énergie, la négativité et le pessimisme . En dépression majeure, le suicide et les pensées morbides sont aussi fréquents .
  • La période euthymique ( normale ) est indiquée de 4 à 6 sur l’échelle de l’humeur : La personne en phase normale a bien évidemment des sautes d’humeur, mais ces changements sont normaux, raisonnables et ne durent pas : ce sont des émotions ponctuelles . Être très confiant pour un projet qui nous tiens à coeur ou être très agité à la suite d’une querelle sont des émotions visibles pendant cette période; c’est seulement s’ils durent et s’intensifient sur le temps qu’il faudra surveiller les symptômes de plus près …
  • L’hypomanie est indiquée de 7 à 8 sur l’échelle de l’humeur : Une personne hypomaniaque est très confiante et légèrement euphorique par moment . Une crise de colère soudaine, une forme d’impatience ou l’irritabilité peuvent également faire leur apparition . L’hypomanie provoque également des petits signes de distraction et une certaine aisance à la discussion . Les personnes bipolaires en phase hypomaniaque peuvent également être plus téméraires qu’en temps normal, ce qui va donc provoquer des erreurs de jugement pouvant conduire jusqu’à des dépenses financières excessives ou vouloir trop en faire ( projets par exemple ) .
  • La manie est indiquée de 9 à 10 sur l’échelle de l’humeur : Une personne maniaque peut ne pas être en phase avec la réalité et ne pas se rendre compte de la gravité des situations qu’elle provoque . Les symptômes comme des pensées incohérentes, une logorrhée ou une grande distraction sont les plus courants . Suivant l’intensité des crises, la manie peut être caractérisée par une forte agressivité verbale et/ou physique, une forme de paranoïa et des hallucinations mineures ( visuelles la plupart du temps ); ce qui va affecter directement la perception et le jugement . Idées grandioses et délirantes sont également possibles lorsque l’ego est surdimensionné par la maladie . La manie est souvent associée au terme de « psychose » tellement le bipolaire peut être en dehors de la réalité …

 

Les autres méthodes d’évaluation des troubles bipolaires

Si vous souhaitez un journal de l’humeur bien plus complet avec des notes possibles sur vos rdv médicaux, vos comportements ou encore vos addictions, vous pouvez télécharger gratuitement ce journal de l’humeur complet en cliquant sur le lien ci-dessous :

Agenda de l’humeur pour les personnes bipolaires

Et si vous voulez un journal pour analyser à 100% votre sommeil, vous pouvez télécharger gratuitement le calendrier du sommeil en cliquant sur le lien ci-dessous :

Agenda du sommeil

 

Échelle de l'humeur bipolaire

Échelle de l’humeur

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !