Comment réagir avec la maladie bipolaire – 6 conseils à suivre !

    Cet article répond aux questions suivantes concernant le trouble bipolaire :
  • Comment réagir avec un bipolaire ?
  • Comment réagir face à une personne bipolaire en crise ?
  • Bipolarité : Comment réagir ?
  • Comment se comporter avec une personne bipolaire ?
  • Comment gérer une personne bipolaire ?
  • Comment répondre à un bipolaire ?
  • Qu'est-ce qu'il ne faut jamais dire à une personne bipolaire ?
  • Peut-on contrarier une personne bipolaire ?
  • Quel comportement avoir avec un bipolaire ?
    Les réponses aux questions de cet article sur les troubles bipolaires en 30 secondes :
  1. Il ne faut surtout pas contrarier une personne bipolaire en crise, ni lui faire des reproches .
  2. Il faut regarder les émotions et non écouter les paroles d'une personne bipolaire en crise .
  3. Il ne faut pas vouloir remplacer le corps médical et jouer au sauveur .
  4. Après une crise, il est recommandé de parler de ce qu'il s'est passé et chercher ensemble une solution pour éviter que cette crise se reproduise .

Conjoint, membre familial ou encore ami de longue date d’un bipolaire passant de phase maniaco euphorique à la dépression sévère d’un instant à l’autre ? Voici 6 conseils à suivre afin de savoir comment réagir avec une personne qui souffre de la maladie bipolaire afin de ne pas la froisser et favoriser une énième crise de bipolarité . 6 conseils pour mieux vivre votre relation avec les troubles de l’humeur .

 

Ne pas réagir impulsivement !

Il faut toujours garder en mémoire qu’un bipolaire a besoin de repos et de calme ainsi que d’un maximum d’encouragement et de réconfort; tous les psychiatres et psychologues le rappel à chaque fois pour les personnes maniaco dépressives atteintes de troubles bipolaires .
Le principal est de ne surtout jamais se laisser envahir par ses émotions . Pendant les épisodes maniaques, le malade bipolaire adhère parfaitement à son environnement en répondant présent avec une rapidité extraordinaire, mais avec des réponses complètement exagérées . Si vous vous mettez face à lui et êtes agité, il en remettra une couche par dessus . Si vous continuez comme cela en l’agressant dans la discussion, ses réactions s’aggraveront et s’amplifieront sur des tons supérieurs . Pendant les épisodes dépressifs, la personne bipolaire est également sujette à être agressive et surtout très facilement irritable, il faut donc éviter de jouer à ce jeu-là avec eux, autant lors de phase maniaco que dépressive .

Comment réagir ?
Essayez de prendre du recul avec lui et vous-même, prenez de la distance afin de minimiser les choses avec le bipolaire . Il est certain que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais il s’agit du bon réflexe à avoir, qui est d’ailleurs souvent travaillé lors de thérapie de groupe en centre spécial . Si toutefois vous n’y arrivez pas et pétez un plomb lors d’une crise de saute d’humeur de votre interlocuteur avec une réaction impulsive, inutile de vous en prendre à vous, cela arrive à tout le monde, c’est avec le temps que vous réagirez moins impulsivement, à force vous verrez que cela ne servait à rien de s’emporter contre une personne atteinte de cette maladie mentale handicapante .

 

Ne pas l’exciter !

Pendant une phase maniaque ou hypomaniaque, de manie donc, le malade bipolaire est comme dans une sphère ultra sensorielle, ainsi tous ses sens et ressentis sont disproportionnés ( vue, goût, audition, toucher, etc etc … )

Comment réagir ?
Il faut réussir à le calmer lors de ses sauts d’hyperactivité et donc opter pour un endroit calme et zen . Un espace relaxant ( sans bruit ) afin de stabiliser son humeur exaltante est un bon investissement ! Il faut également éviter à tout prix les soirées interminables ou encore les sorties sportives en nombre important . Attention de bien faire tout cela avec douceur et discrétion afin de ne pas éveiller des soupçons et qu’il se sente guider ou éduquer comme un enfant qu’on commande . Tout est histoire de parole et de mesure .
Pensez également, au fil du temps, à établir une liste des agents qui favorisent l’excitation, l’angoisse, stress ou même la fatigue . Pour certaines personnes ce sera la tv, l’ordinateur et les jeux vidéos à diminuer et pour d’autres ce sera les soirées interminables entre amis en discothèque à réduire ou même encore, chez certains, se sera la visite d’amis ou familles à rédimer ….

Attention tout de même de ne pas réagir brutalement en coupant toutes les habitudes du patient au quotidien, il est question de réduire simplement les éléments favorisant l’excitation afin de limiter l’ampleur des crises lors de phase maniaque .

 

Ne pas lui faire de remontrance afin de trop le diffamer

Sachez que la dépression bipolaire n’est pas directement raccordée au manque de volonté de la personne malade, c’est une vraie pathologie avec des problèmes au niveau des neurones . Faire des remontrances au patient, le cocooner ou encore le diffamer plus bas que terre n’est absolument pas la bonne solution, ni même un bon traitement ! Le style de morale : –  » tu pourrais faire mieux et prendre un peu sur toi  » n’est vraiment pas une bonne option car la personne atteinte de trouble de la personnalité ne commande pas ses troubles de l’humeur . Si la personne est en pleine dépression, il est également inutile de la booster en la secouant, cela risquerait même en plus de faire l’effet inverse et d’être contre-productif .

Comment réagir ?
Ne jugez jamais une personne atteinte de la maladie bipolaire, optez plutôt pour des gestes de tolérance avec une grande largeur d’esprit et beaucoup d’empathie . Beaucoup d’écoute lui font du bien, si les bipolaires pouvaient avoir un psy h24 avec eux ce serait l’idéal, connaître ses émotions et ses états d’âmes afin de l’aider à aller mieux lui fera du bien, même si parfois c’est assez difficile de comprendre une personne en phase maniaco dépressive . Il faut toujours essayer, toujours …

 

Ne pas le critiquer et entrer en conflit avec lui !

Devant un malade en plein stade euphorique, une discussion est très difficilement applicable . Evitez à tout prix d’aller à l’encontre de ses propos, de le critiquer sur quoi que ce soit, préférez plutôt des mots gentils, des attentions douces car le malade maniaque s’énerve très facilement et pour un rien !

Comment réagir ?
Ne pas lui parler comme à une personne inférieure à vous, ne pas lui donner des ordres ouvertement, mais plutôt détourner cela en conseils . Restez affirmatif et positif quelque soit la situation et toujours avec beaucoup d’amabilités et de compassion . Lorsque le patient est dans une crise de manie ou même d’hypomanie, faîtes preuve de souplesse, de finesse et de sang froid . Le but principal est de réussir à calmer la personne en crise et de rendre la situation  » de folie  » calme et détendue, afin d’éviter tout conflit avec lui . Rester avec lui en lui parlant tranquillement avec bienveillance et en le stimulant à continuer à être posé, calme, reposé .

 

Ne pas faire de sa maladie sa vie !

Ne prenez pas toutes les situations d’anxiété, d’angoisse ou de stress comme un symptôme de la maladie du bi-polaire . Chaque personne à des émotions fortes et basses pour diverses raisons et à divers moments de sa vie, inutile de croire que la personne bipolaire n’en a pas et que chaque émotions « décalée » est annonciatrice d’un futur épisode de dépression ou de manie qui arrive . Le rire, la joie, la colère, la tristesse, l’euphorie ou encore la mélancolie sont des émotions fortes que tout individu sur terre a .

Comment réagir ?
Contrairement à lui, ne démarrez pas au quart de tour dès qu’il émet une forte émotion, et ainsi vous tendre et changer d’humeur vous aussi par la même occasion ! Un bipolaire a, entre chaque phase maniaque et dépressive, un moment libre, où il est stable, tout comme vous …

 

Ne pas vouloir tout solutionner seul

Le cadre familial et amical exerce une utilité très importante dans le quotidien social d’une personne bipolaire . Il doit cependant seulement soutenir et guider le malade; pour le reste ce sont les médecins spécialistes et hôpitaux qui s’en chargent . En aucun cas vous devez remplacer ces personnes compétentes pour ces troubles mentaux .

Comment réagir ?
Vous savez que cette personne maniaco dépressif souffre de bipolarité, il est donc primordial de vous mettre en relation avec les professionnels compétents de ces maladies psychiatriques . S’occuper de votre bi polaire, oui, mais ne pas oublier de prendre également du temps pour vous et de la distance avec cette maladie . Ne bouleversez pas votre vie pour un personne souffrant de troubles du comportement car sinon vous serez réellement touché par cette maladie et vous pourriez vous aussi sombrer dans une dépression . Vous pouvez néanmoins l’accompagner lors de séance en groupe de parole, ou vous renseigner auprès de l’association Argos, l’aider à avoir une bonne hygiène de vie afin de ne pas rester dans un état de psychose, éviter qu’il ait des idées noires et que la tentative de suicide lui traverse l’esprit, ou encore l’emmener chez le psychiatre afin de prétendre pourquoi pas à un traitement sous lithium ou antidépresseur . Vous êtes un soutien de poids et une personne de confiance pour lui, ne l’oubliez pas . Les professionnels de santé mentale stabilisent la maladie, vous, vous l’aidez à la surmonter … Être bipolaire peux être dangereux pour le malade, qui est bien souvent borderline voire même quelque fois suicidaire, si tous les bons facteurs environnementaux ne sont pas réunis afin d’assurer un soutien quotidien adéquat aux bipotes .

 

Vous connaissez d’autres actions à entreprendre pour mieux vivre avec une personne bipolaire ? Venez nous en parler sur le forum des bipotes !

 

Conseils pour vivre avec un bipolaire

Vivre avec la maladie bipolaire

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :
23 commentaires sur “Comment réagir avec la maladie bipolaire – 6 conseils à suivre !
  1. dubois ghislaine dit :

    Lorsqu’il n’y a plus du tout de contact ,le souhait du bipolaire !!! indiférence , ignorance !! quoi faire ??? ne donnant plus du tout de nouvelles !!!! Comment réagir à cela ???

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour, Il faut beaucoup de patience … Il faut des fois plusieurs mois pour qu’un bipolaire reparle à une personne, suivant l’épisode qu’il traverse . Ne surtout pas le vexer ou le forcer à vous reparler, et encore moins lui faire des reproches, le passé c’est le passé . S’il reprend contact, rester dans l’empathie et montrez lui que vous êtes là pour l’aider et non l’assister … C’est très compliquer et parfois cela peut prendre du temps mais c’est lui qui a les clefs, s’il veut ou non vous reparler, s’il se sent prêt . Cela ne veut pas dire qu’il ne pense pas à vous, au contraire, mais il y a un blocage et lui seul peut s’en défaire, il faut qu’il comprenne que vous êtes là et que vous souhaitez l’aider . Bon courage .

      • aire MOUREAUD dit :

        Bonjour,mon mari est bipolaire et moi aussi,ce n’est pas facile tous les jours ! nous sommes restés séparés 10 ans et après son hospitalisation j’ai repris la vie commune avec lui et je regrette ,mais il n’a plus que moi ! comment vivre avec lui? j’ai bien du mal à contrôler tout ça en plus je suis bipolaire aussi mais nous n’avons pas le même traitement,il refuse maintenant d’aller consulter un psy,merci bien de me répondre

        • Le Bipolaire dit :

          Bonjour, 2 personnes bipolaires qui vivent ensemble ce n’est pas courant et encore moins facile !! Je pense que si vous n’avez pas encore essayer la thérapie de couple, cela pourrait vous aider, en parallèle de vos séances chez le psy . Malheureusement si votre mari ne souhaite plus aller consulter le psy, cela pose un réel problème, il faut alors chercher la cause de ce refus soudain … Beaucoup de solutions existent, comme la séparation de résidence qui est parfois bénéfique pour les couples bipolaires . Vivre chacun de son côté et se voir régulièrement afin de ne pas rester isolé . Vous êtes donc la seule personne qui puisse le convaincre que vous êtes là pour l’accompagner, mais que vous ne pouvez pas tout solutionner seule, et que les spécialistes sont là pour cela … Ne le presser surtout pas et essayer petit à petit de le remettre dans le sens du contact médical .

  2. Le Gall dit :

    Ce n’est pas au seul entourage de s’adapter sans cesse
    Vous parlez comme si une personne bipolaire n’avait aucune conscience de ses troubles. Le malade psychique doit durant sa thérapie devenir son premier soignant. Et NON, avoir un psychiatre en permanence à ses côtés n’est pas la solution.

  3. Laurent Bruno dit :

    J’ai lu à plusieurs reprises que les antidépresseurs aggravaient les phases maniaques. ? Qu’en est – il ?

  4. Camara askia mohamed dit :

    Je suis bipolaire je vie dans une famille que je vien a peine de rencontré maintenant que je sais ce que je suis je ne sais quoi faire pour leur faire comprendre pourtant j’ai mal aidez moi

  5. Agathe dit :

    Je crois tout en premier leur expliquer votre maladie avec vos mots à vous tout simplement –

  6. Antonio dit :

    J’ai un ami proche qui est bipolaire et quand il est dans sa phase haute, il ne se comporte pas toujours bien. Lors de sortie en groupe, il peut facilement agresser les gens verbalement et parfois physiquement pour une toute petite chose de rien du tout.

    Etant une personne très calme, je n’arrive pas à gérer le fait qu’il soit très exigeant, qu’il faut agir aussi rapidement que lui et qu’il me réponde mal.

    Généralement, il n’y a pas de soucis mais c’est surtout quand il est très actif et que c’est l’été qu’ il devient invivable et très stressant.

    Que faire lorsqu’il a un comportement très agressif ( verbalement ) en vers moi et que je veux lui le faire remarquer sans trop prendre de risque ?

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour,
      Il ne faut surtout pas lui répondre quand il est en crise . Essayez plutôt d’apaiser sa colère en changeant de sujet calmement après lui avoir fait comprendre que vous compreniez son agressivité; il faut stopper la crise et non l’intensifier . Ensuite, quand la crise est passée, vous pouvez commencer à parler ensemble du comportement qu’il a eu . Les reproches sont inutiles, pendant une crise, la personne bipolaire n’a pas toujours conscience entièrement de ses actes et de leurs conséquences . Inutile de la faire culpabiliser . Il faut trouver ensemble des solutions pour que les crises s’estompent . Il faut peut être également éviter certains événements trop agités …

      • Antonio dit :

        Merci pour votre réponse et je comprends très bien qu’il faut faire diminuer la pression pour ne pas que ça s’aggrave.

        En tout cas pour le moment il est très difficile de lui faire comprendre quelque chose même quand la pression est descendue alors qu’il y a peu de temps on a eu une grande conversation de manière posée.

        C’est qui est difficile c’est qu’on essaye très souvent d’être patient, compréhensif et contient de sa malade mais on a nos propres limites et qu’on soit contraint de réagir plus fermement pour se faire respecter.

        Bizarrement il arrive que lorsqu’on lui dit les choses directement de manière plus stricte, il arrive à comprendre mais il ne faut pas non plus faire ça n’importe comment.

        Et j’ai remarqué qu’avec moi qui est justement l’inverse de lui donc beaucoup plus calme et réfléchi les risques de prises de tête arrivent beaucoup plus et aussi surtout quand j’essaye de le faire plaisir en anticipant les choses pour lui.

        Je trouve très bien qu’il existe des forums sur ce sujet là pour exprimer les choses qui ne sont pas facile pour les personnes sont proche d’une personne bipolaire.

  7. mme ESPITALIER dit :

    Mon fils de 31 ans est dépressif .Après avoir été agressif avec moi , , sa mère , il s’ est détaché , ne m’ appelle plus , ne me vient plus me voir .Je reste à l’ écoute , tais ma douleur , accepte cet éloignement .Que faire d’ autre qui puisse l’ aider .J’ ai été alccolique 5 ans ET DIAGNOSTIQU2E .Je comprends qu’ il en a beaucoup souffert . Comme je ne peux rien changer au passé malgré ma culpabilité , je continue dans la voie que je me suis fixée.

    • CHRISTINE dit :

      Bonjour.

      Je comprends vôtre peine car ma fille de 19 ans ne me parle plus depuis un an et demi et c’est très douloureux.
      Mon ex mari son père me dit d’être patient et qu’un jour elle reprendra contact avec moi. Elle est suivi par une psychologue et son père dit qu’elle pleure pendant les séances et quelle a aussi beaucoup de colère en elle.
      Mon fils en revanche continue à me voir et j’arrive à parler avec lui.
      Même si nous restons proche il a choisi après ma dernière phase maniaque de vivre à plein temps avec son père (auparavant il vivait avec moi une semaine sur deux). Il me dit que ma maladie lui pèse même s’il témoigne de beaucoup d’amour et de compréhension pour moi.
      Rien n’est définitif et vôtre fils finira bien par reprendre contact avec vous. Peut-être devriez-vous en parler avec vos soignants car j’espère que vous êtes suivie.
      Moi aussi j’ai été alcoolique, depuis 1999, et je suis abstinente depuis novembre 2016 et cela a été difficile à vivre pour mon ex mari et mes deux enfants.
      Courage.

  8. hillaire dit :

    personne ne parle jamais de tous ces enfants qu’on abandonne a des mères bipolaires
    ces enfants mal traités et traumatisés
    quand on voit quelles precautions on doit tous prendre avec un bipolaire  » en crise »
    On sait bien que ce sont des personnes malades et qui souffrent mais de quel droit on laisse les proches devenirs leurs soufrent douleurs ,
    Le système est incapable de prendre en charge ses handicapés mentaux et on préfère publier ce genre d’article pour faire croire que les bipolaires sont des gens simplement insupportables ou de simples caractériels En minimisant leur dangerosité en la passant soigneusement sous silence, on laisse les bipolaires seuls avec leurs enfants de tout âge avec tous les risques que ça comportent pour eux et leurs enfants
    La maltraitance infantile comme l’infanticide tout le monde ferme les yeux !Pourtant le Dr Jamisson psychiatre américaine, elle-même atteinte de cette maladie écritqu’elle a essayé d’étrangler son compagnon elle dénonce l’incompetence de ces collègues à prendre cette maladie au sérieux et denonce leur laxisme menant les patient a errer dans la folie en grande souffrance parce qu’on ne les hospitalise que quand ils pètent un plomb au point d’être un danger pour les autres mais partout on lit que le danger c’est le risque de suicide Quelle honte il a fallu des années pour se rendre compte que la maldie détruisait la capacite du bipolaire a se soigner et la plupart ne se suicident pas il meurent faute de soins medicaux des autres pathologies associées qu’on a appellées co-morbidité C’est cela le vrai danger pour le bipolaire parmi les co-morbidite les addictions, alcool,drogues illicites, medicaments mais aussi obsession sexuelles des pulsions incontrolables avec des risques de MST puisqu’ils ne se protègent pas Le suicide chez le bipolaire vient de toutes ces prises de risques sans protection le bipolaire se croit INVINCIBLE pourtant on écrit encore « risque de suicide » comme si la seule façon de se suicider était une action volontaire ( se pendre se noyer etc . Et non, le danger pour un bipolaire, c’est la prise inconsidérée de risques bien plus qu’un acte suicidaire!le suicide par addiction toutes catégories c’est cela le risque suicidaire du bipolaire ( addictions sexuels rapports non protégés, addiction alcool violences envers les autres les proches sont détruits les enfants maltraités quand ils ne sont pas tout simplement tués on a déjà vu de tels drames)
    La liste seraient infinie car la liste c’est tous les comportement humains que le bipolaire n’arrive plus à contenir et qui ne sont plus inhibés
    Face a une mère bipolaire alcoolique et/ou droguée que font les organisme de protection de l’enfance et les services médicaux Rien ! Un peu de psy et on laisse quand même les enfant avec la mère enfant battus ,insultés maltraités dont tout le monde a connaissance même les voisins On nous fait croire queles bipolaires ne sont pas dangereux ou ne le sont que pour eux même sous le fallacieux pré texte que ce serait pour ne pas les stigmatiser envers la population !!
    Quel perversité on protège soi disant le bipolaire en taisant sa dangerosité décrite et appuyée par le Dr Jamisson, bipolaire et psychiatre qui a elle même eu des gestes dangereux Pourtant et malgré ses preuves de dangerosité du bipolaire on continu a nous masquer cette dangerosité n’est-ce pas pour une autre raison que celle invoqué dans tous les descriptifs éviter de stigmatiser les malades ainsi laissons les torturer maltraiter et même tuer leurs famille ou leur proches sur tout il ne faut pas stigmatiser les malades Surtout parce qu’on ne saurait pas quoi faire d’eux si on décidait d’avouer la vérité que les bipolaires sont dangereux envers les autres et suceptibles de tuer leurs enfants que se passerait-il ?
    Il faudrait totalement bouleverser le système de soins psychiatriques !Prévoir des établissement pour les y recevoir sans compter les enfants des femmes seules où les mettre a qui les confier Imaginons un instant si la peste se déclarait dans une région de France tout ce qui devrait être mis en place pour la prendre en charge soins,prévention,éradication ,isolements, etc et en ARGENT quelle horreur le nerf de la guerre
    Voila la raison pour laquelle on maintient dans tous les articles la fausse idée que le bipolaire serait pas dangereux
    si on disait ou plutôt on reconnaisait la REELLE DANGEROSISTE DU BIPOLAIRE COMBIEN DE PLACES IL FAUDRAIT TROUVER POUR LES HOSPITALISER ET LES SOIGNER ?
    TOUT LE CORPS MEDICAL SAIT QU IL NY A PAS SUFFISAMMENT DE PLACES EN HOPITAL PSYCHIATRIQUE !
    Seuls ce qui en ont les moyens financiers peuvent être correctement pris en charge par des équipes spécialisées et pluridisciplinaires tel catherine zeta-johns, ou le Dr Jamisson elle même psychiatre qui écrit quelle a eu la chance d’avoir pour medecin un ami psychiatre qui ne l’a pas laché et que si elle n’avait pas été dans le milieu psychiatrique elle ne s’en serait jamais sortie Elle même accuse le manque total de prise en charge des bipolaires laissés a l’abandon par le systeme médical traité comme de simples depressifs a qui on refile des anti – dépresseurs qui les font basculer dans une folie meurtrière
    L’incompétence totale et l’insconscience de la souffrance que subit l’entourage, la famille, les enfants dont personne ne prend conscience de leur vulnérabilite face a une mère non seulement en crise mais en permanence suceptible de violences verbales et /ou physiques envers des petits enfants fragiles isolés très souvnet seuls face a la folie d’un adulte bipolaire
    Stop arretons ce carnage cette hypocrisie qui sous le faux prétexte de ne pas  » stigmatiser « la maladie bipolaire laisse sans défense des enfants livrés pieds et poings liés a des adultes fous a lier parce qu’on a pas voulu les soigner ni les hospitaliser de force ou même quand ils le demande on leur dit d’attendre en leur cachant bien sur que c’est juste parce qu’il n’y pas de place où les mettre Laissant croire au bipolaire en grande souffrance que ça va s’arranger on attend on va voir etc.. parce que les psychiatres ne font pas leur boulot !
    Pas de vague, ils le savent tous que le problème est un manque de places et d’hôpitaux alors continuons a faire croire que les bipolaires sont dangereux pour eux même c’est bien plus simple oui mais simple pour qui ???????
    Pas non plus un avantage pour le bipolaire qui au lieu d’être pris en charge est laissé pour compte jusqu’à ce qu’il pète les plombs et commette un acte  » irreparable » tue son enfant après l’avoir torturé des années entières au su de tous les organismes  » concernés »
    Alors vous les bipolaires ne vous laissez plus faire
    On se sert de vote peur pour ne pas vous soigner
    on minimise votre douleur et votre souffrance en vous droguant d’antidouleur d’antidépresseur qui au lieu de vous aider vous font sombrer encore plus Il a fallu es années avant qu’on reconnaisse officiellement que de simples dépressifs a qui on a donne des antidépresseurs tel que prozac et autre sont devenus bipolaire a cause justement de ces anti-dépresseurs Car c’est plus économique et plus facile de donner un cachet que de faire une prise en charge globale
    Et de toute façon la société n’a PAS les moyens pas de places suffisantes pas d’hôpitaux psy pas d’argent a mettre dans la prise en charge globale Quelle solution
    avant comme il n’y en avait pas beaucoup de déclarer on les enfermait e on les séparait de la famille qu’on accusait d’être responsable comme toujours le procès en sorcellerie bien souvent la mère cette sorcière cause de tous les maux de la terre
    Dieu étant un homme toutes les maladies sont femmes lol
    Mais que vaut la vie des enfants face a un système dont on il vaut mieux dire circulez il n’y a rien a voir
    Comme l’autisme la honte de la France qui a un retard de 50ans comme l’épilepsie,la maladie bipolaire continue a massacrer hommes femmes et pires enfants sans que les psychiatres ne bougent le petit doigt Laissons faire la voila la politique psychiatrique de France Pourquoi tuer la poule aux oeufs d’or ?
    Tant qu’il y aura des malades psychiatriques dans la nature les cabinets de psychiatres engrangent des millions et des millions
    La maladie mentale est un business lucratifs qui rapporte gros
    Pas question de laisser de juteux marché a l’état !
    Alors a coup d’articles bidons on maintient tous ces malades dans la publicité mensongères de non-violence
    De gentils pauvres bipolaires qui ne sont que des caractériels et qu’il faut ménager
    En somme si vous bosser avec un bipolaire soyez très gentil avec Si on suit les  » recommandations comment se comporter avec un bipolaire c’est toute la société qui doit se convertir en psy lol pour ne pas risquer une explosion de colère ( pas de violence bien entendu) comment fait-il ce bipolaire qui a tout moment risque de péter un plomb pour s’arrêter dans sa colère puisque il est dit qu’il ne faut pas le contrarier
    Alors la vérité c’est que la plupart des bipolaires se défoulent chez eux ils arrivent a se contrôler suffisamment mais avec beaucoup de difficultés a l’extérieur et en rentrant chez eux ils peuvent enfin libérer toute cette frustration et cette colère de toute leur journée sur ….les enfants
    La voila la triste vérité On la en permanence dans les informations sauf qu’on oublie de nous préciser quand un enfant est massacre et torture depuis des années que les parents étaient bipolaires un ou les deux ! mais que ce soit connus ou pas des services sociaux n’y change rien au bout du compte les enfants sont seuls avec leurs parents et sont leur défouloirs
    mais ça dans les jolis articles sur les gentils pauvres bipolaires chutt silence les enfants ça ne sait pas se défendre c’est bien commode pour tout le monde pas pour les bipolaires car in fine ils finissent pas dans un centre de soins non dans le seul endroit pas cher la pension LA PRISON très économique
    Les bipolaires réveillez vous on vous prend en charge case cimetière pour vos proches et l’enfer de la prison pour vous jusqu ‘à la fin de vos jours !
    Alors ne laissez plus les psy vous voler votre maladie a vos dépends et aux dépends de vos proches sous le faux prétexte de ne pas la stigmatiser c’est faux la réalit2 c’est qu’en minimisant votre dangerosité ils ont OBLIGATION DE VOUS HOSPITALISER mais trouve toujours des arguments ils ne vous diront jamais u non catégorique ils savent que c’est risqué pour eux mais ils vous diront de patienter ils vous laisseront croire sans jamais vous le dire C’est la technique du laisser mourir ou pourir la situation et on vous donne qqs cachets pour vous compléter l’endormissement !
    c protocole tous les psychiatres le connaissent pratique ils se protègent du risque de non assistance en personne en danger bien entendu, et mieux certains vous le proposent et ajoutent dans la foulée on va tout de même voir un jour ou deux..et le risque il est pour vous et votre famille pas pour eux car qui va les attaquer en justice ces notables le bipolaire qui part crise la famille dont les psychiatres prennent bien sinon de dire qu’ils « sont pas souhaitables  » et qu’ils tiennent bien loin du patient ainsi ils ont toutes les latitudes pour faire ce que bon leur semble Les perdant dans cette fumisterie ce sont les patients et leurs proches enfants en première ligne !
    Mais que pèsent les enfants dans notre société quand chaque fois qu’on parle des femmes battues elles sont toutes steriles et sans enfants lol BIZARRE NON ?
    La journée des femmes battues quelles ironie le peuple des femmes battues et la journée des enfants battus elle est où celle là?
    comment les femmes peuvent être encore dans le DENI a ce point ?
    combien d’enfant va-t-on encore sacrifier a la lachte des psychiatres medecins services sociaux et compagnies sans parler des protections de l’enfance où sont-elles ces associations Pourquoi ne dénoncent -t-elles pas ces « oublis sytématiques »
    Procès de jeanne pour avoir tuer son mari qui viole ses propres filles ok on se bat pour la mère et quelle honte de l’avoir condamné pour incapacité des services sociaux a protéger les enfants ont condamne ceux qui osent les défendre et les protéger
    alors il faut se réveiller les bipolaires vous n’êtes qu’un pion sur l’échiquier du système On se joue de vous comme de vos proches
    En minimisant votre dangerosité vous êtes privé des spoins que la société vous doit et vous finissez paradoxalement où ? en prison parce qu’on vous laisse pieds et poings liés a la merci de vos pulsions maniaques dévastatrices pour vous mais aussi pour vos proches ceux qui vous sont le + proches vos conjoints vos enfants vos parents
    Vous ne serez pas hospitalisé parce que ça coûte trop cher vous serez emprisonné après avoir commis l’irréparable et fais de la vie de vos proches un véritable enfer !
    Ne vous laissez plus faire réclamez que soit au contraire reconnu votre dangerosité parce que ce sera obliger le systeme a organiser des services des équipes pluridisciplinaires et des aides a la prise en charge de vos proches
    Ne faites plus le jeux de ceux qui font semblant de vous soigner en vous prescrivant un traitement et puis voila 1/4H d’entretien et au suivant vous sentez que vous allez péter les plombs que néni pas grave votre gentil psychiatre vous propose de vous hospitaliser quel soulagement ah oui mais bon pas tout de suite on va voir comment se passe la semaine et vlan le lendemain vous tuez vos enfants
    ben mais qui va venir dire que votre psychiatre n’a pas fait ce pourquoi il ramasse chaque mois une petite fortune ? direction pension complète à vie pour tous pour les enfants cadeaux prix de journée gratuit c’est fait nom de la pension CIMETIERE pour vous le bipolaire pension low coast nom de la pension PRISON
    et LE PSY que devient-il?
    Au suivant par ici la caisse chacun a sa place n’est-ce pas !
    Personne vos enfants au cimetière et vous en taule pensio

    une journée coûte trop cher en hôpital la prison c’est un prix de journée low cost
    bipolaire c’est vous que l’on traite comme des low coast
    vous et vos proches !
    Reagissez exiger que des services specialisés soient créé au sein des hopitaux contre le systeme des psychiatres liberaux qui contribuent a répandre l’idée qu’eux peuvnet vous soigner tous ceux qui restent avec des psy liberauô finissnet fous a lier

  9. hillaire dit :

    lire pour mieux comprendre le livre
    DE L’EXALTATION A DEPRESSION – KAY REDFIELD JAMISON elle même bipolaire et psychiâtre

  10. Priscilla dit :

    Bonjour je suis maman et je ne me suis jamais défouler sur mon enfant ni verbalement ni physiquement ? A croire qu’on est des mauvaises personnes ça fait peur votre commentaire ça fait limite anti bipolaire mdr.alors suis je senser abandonné mon enfant ? Ou dois je me faire enfermé au cas où on sait jamais ?

  11. Marc dit :

    C’est drôle Hilaire,
    avez vous lu les commentaires sur ce site ?
    avez vous lu l’exceptionnel courage de ces maman telle Priscilla, Marie, Alma et j’en passe qui nous parlent de leur amour infini pour leurs enfants ?
    avez vous lu tant de membres excessivement violents au point où vous le dites ?
    Tous les tueurs, violeurs, pervers ne sont pas bipolaires, loin de là.
    Il n’y a pas que les maladies mentales dont la bipolarité qui expliquent les gestes atroces dont vous parlez, il y a l’éducation, les valeurs, la volonté d’agir vers le bien, les mauvais choix prix, la paresse,…
    Les bipolaires ne sont pas responsables de tous les maux de la société, pas responsables des lois, pas responsables des moyens psychiatriques déployés.
    Vous semblez cracher sur les médecins, les infirmiers spécialisés, les laboratoires, bref le système de santé.
    Pour la plus grande part des membre ici, ce n’est pas le cas.
    Les medecins ne sont pas des dieux, ils font ce qui est en leur pouvoir avec les moyens qu’ils ont à leur disposition.
    Concernant les laboratoires, c’est facile de toujours dénigrer leurs actions. Pour le sida, ils ont réussi à trouver des médicaments de plus en plus efficaces, et apparement seraient prêt à tester un vaccin…
    Pour la bipolarité, avant 1960 il n’y avait pas de médicaments, pas de salut pour nous.
    Sachez que beaucoup d’entre nous arrivent à être stabilisés,
    et que ceux qui sont sur la voie arrivent à se maîtriser.

    Finalement, oui, c’est drôle votre commentaire.

  12. delgrange dit :

    j’ai une belle fille bipolaire, c’est juste l’enfer, mes petits fils et fils me téléphone dans la nuit, en larme, pour venir les aider. leur maman veut partir dans des crises de larmes, voir de violences envers son mari, ces petits anges je les retrouve accrochés à leur maman avec un nounours collé contre leur poitrine. j’ai juste peur que dans sa démesure de vivre dans un monde meilleur, sans argent, contre tout, elle ne décide un jour de partir avec mes petits loups dans ce monde meilleur. mon fils est épuisé, je suis épuisée, mes petits fils (9 et 7 ans)sont épuisés. si je me rend chez eux c’est pour calmer ma belle fille et apaiser la terreur de mes petits fils par des bisous, des câlins, des mots de réconfort et les rassurés du mieux que je peux. elle est suivie par un psy mais ne veut pas consulté pour ce problème récent, on va dire qu’il est récurant depuis environ deux mois. Evidemment personne ne la comprend, on l’empêche de vivre ses rêves, son combat pour sauver sa famille, nous sommes tous responsable de son malheur. je suis épuisée

    • polo dit :

      Je te comprends !! j’ai vécu la même chose 10 ans et même soignée elle est toujours sur un fil qui ne faut pas de  » courant d’air  » pour éviter la chute !! … c’est très très épuisant de vivre avec une personne bipolaire et même si vous me croyez pas les gens pas ( malade ) essayer et vous penserez bien à moi . A bon entendeur

  13. pierson dit :

    je voudrais reprendre contact avec Marc mais je n’y arrive pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.