Victime d’une personne bipolaire ou simplement co-dépendant ?

Je m’appelle Johan, j’ai 32 ans et aujourd’hui je vais vous raconter mon aventure avec une personne bipolaire, une femme pourtant extraordinaire qui a détruit ma vie … Involontairement ??? Qui est la victime ???

Tout commence il y a un peu plus de 2 ans, je vivais sur Bordeaux, seul, et tout bascula un beau matin en sortant de chez moi, je fis la connaissance de cette femme qui habitait à 2 rues de chez moi, une sorte de voisine éloignée !

Nous sympathisons très rapidement autour d’une glace, une fille sociable avec le sourire et totalement naturelle . Plusieurs rencontres amicales s’en suivirent, restaurant, promenade, chez elle, chez moi, etc etc … Elle parlait énormément d’elle, sa maladie, qu’elle ne comprenait pas pour moi, et que les autres ne pouvaient pas comprendre selon elle . Pour moi elle restait dans le déni . Cette femme vivait seule mais était mariée, et pour des rasions d’emploi vivait séparément depuis plus de 1 ans, enfin ça c’était sa version, la plus visible c’est vrai, mais la suite me fera comprendre que la réalité en était tout autre . A ce moment là, je ne connais pas la maladie bipolaire, enfin si, j’en ai déjà entendu parler, mais pour moi et comme pour beaucoup de monde, cela se résume à des gens qui disent un coup « oui » et le lendemain « non », c’est tout ! A force de rencontres, de déjeuners ensemble et de discussions, nous décidions d’avoir une relation, nous avions beaucoup d’idées communes et cela coulait de source . Elle ( disait ) qu’elle était malheureuse dans son couple et que chaque fois qu’elle rentrait certains week ends pour retrouver son mari, elle se sentait délaissée, seule … Les jours passèrent, nous étions comme un couple ( qui se cachait ), nous vivions quasiment ensemble dans le même appartement et les premières semaines étaient extraordinaires, bien remplies, intéressantes et joyeuses . Au fur et à mesure je découvris cette maladie, sa maladie ! Mes nuits étaient toute écourtées, voire même inexistantes, je l’écoutais encore et encore parler d’elle, elle avait plein de projets, elle aimait voyager; nous avons beaucoup voyager ensemble pendant 6 mois . Je commençais à remarquer des confusions dans ses propos, contradictoires et limites délirants pour certains, début de psychose quelques fois . Quand elle arrivait à dormir et moi non, je commençais à m’interroger sur les ( premiers ) symptômes de la bipolarité, je regardais sur le net et je suis très vite tombé sur des sujets qui lui ressemblaient et surtout sur le thème « conjoint de bipolaire »; tous disent la même chose, fuir et ne pas rester au risque d’en souffrir très longtemps … Et pourtant je restais, nous faisions même le projet de vivre ensemble officiellement, elle me promettait qu’elle allait divorcer, que son mari voulait le divorce, elle je ne sait pas vraiment, je ne le saurais peut être jamais . Elle n’hésitait pas à me dire qu’elle avait déjà trompé son mari plein de fois, sans aucune gêne alors que devant lui elle niait, elle fera pareil pour moi plus tard … Je l’aimais quand même, elle était si souriante pendant ses phases maniaques, si joyeuse et pleine de folie que j’en étais aveuglé . Quand sa phase de dépression arriva, c’était tout autre, elle commençait à se poser des questions sur nous, sur elle, et commença à mentir, inventer des histoires, etc etc … Elle ne sortait presque plus, si des fois, tard dans la nuit, elle se sauvait et m’appelait à l’aide 15 minutes plus tard, c’était L’ENFER ! Je me demande comment j’ai pu rester et survivre à cela … Avec le temps et mes nombreuses recherches, j’ai pu comprendre que j’étais devenu ce qu’on appel un « co-dépendant » . La co dépendance est une réelle maladie qui touche les personnes faibles ou ayant toujours un besoin d’aider les autres afin de se sentir ( encore plus ) fort . Je me sentais important car je l’aidais dans tout et elle me disait que j’étais important à ses yeux, j’étais quelqu’un … Voilà pourquoi je l’aimais, j’aimais ce qu’elle me donnait comme existence, comme attribut . Au bout de 6 mois, cette relation commençait à m’énerver, je ne supportais vraiment plus cette maladie, enfin surtout ses changements d’humeur et ses propos contradictoires, nous nous disputions quotidiennement et toujours c’est elle qui revenait me chercher, à faire des trucs de fou pour moi, que seule une femme qui est amoureuse peut faire par amour, je retombais à chaque fois dans le panneau . Puis un beau jour, après une énième dispute, elle partit ! Plus aucune nouvelle pendant 48H … Elle s’était en allée, retournée chez elle, comme ça, sans rien me dire, sans me prévenir . J’étais effondré, j’ai même fait une tentative de suicide, en vain, à croire qu’il y a un dieu sur cette terre ! Elle m’expliqua par sms que je n’étais pas assez bien pour elle, que je ne la comprenais pas, etc etc … Le comble ! 2 mois plus tard, elle me relançait comme si de rien n’était, elle me dit qu’elle voulait vivre avec moi, que j’étais le seul à la comprendre, etc etc … J’y croyais, j’allais la voir dans sa ville, Sochaux, et on se voyait comme des amants, j’étais heureux même si je savais que, au fond de moi, ça ne durerait pas, mais sur l’instant elle arrivait à me faire croire le contraire . Cela vient bien certainement de là, la définition de la personne bipolaire manipulateur, enfin manipulatrice dans mon cas ! La façon dont les malades bipolaires et maniaco dépressifs ont de vous parler et de vous charmer est vraiment destructrice … Je suis rester 1 semaine avec elle sur Sochaux et je suis repartis, seul, car je devais retrouver un travail . Oui car pour elle, quand nous étions sur Bordeaux, en pseudo couple, j’avais tout arrêté pour m’occuper d’elle, être présent h24, la sortir, etc etc … 3 semaines après, rebelote, plus de nouvelles avec comme dernier texto, qu’ont étaient pas fait pour être ensemble, que sa vie était compliquée et qu’elle voulait se soigner . Quelques mois après elle me relançait à l’identique, que je lui manquais, j’étais l’amour de sa vie, qu’elle allait trouver un appartement pour nous deux près de Sochaux, qu’elle était en train de divorcer POUR MOI mais qu’il fallait attendre que la procédure soit finie . Je commençais à émerger de cette relation impossible à vivre mais je la laissais parler, peut être qu’elle disait vrai et qu’elle allais agir pour une fois, elle m’appris également qu’elle était suivie par un psy et qu’elle était sous antidépresseur pour aller mieux et repartir de 0 avec moi, son soleil ! Elle me contactait tous les jours, voulais que je vienne la rejoindre les week ends, mais je ne voulais plus, même si je l’aimais toujours . J’étais moi aussi certainement en légère dépression, et l’avoir en contact, cela ne m’aidait certainement pas … Au bout de quelques semaines nous recommencions à nous disputer, ses propos étaient de nouveau confus, et dorénavant, si elle divorçait, c’était de MA FAUTE … Elle aimait son mari, tout comme moi peut-être, et certainement comme tant d’autres … Aujourd’hui, je ne sais pas comment son mari a pu tenir plus de 10 ans avec elle, sachant que sa bipolarité a été diagnostiquée depuis plus de 5 ans, avec des séjours en hôpital psychiatrique !! Le pauvre … Au jour d’aujourd’hui où je vous écris mon histoire sur ma relation avec une femme maniaco dépressive, rien n’a vraiment changé, elle coupe les relations, me recontacte après, etc etc … Elle est bien divorcée, par désir de son mari, et cela est de ma faute selon elle, mais elle ne comprend pas pourquoi je ne suis pas avec elle; mais elle ne veut pas être avec moi ( cherchez l’erreur ! ) … Confusion des troubles de la personnalité au maximum et hallucinations … Elle prend son traitement quand elle y pense, mais moi je ne lui répond presque plus, j’essaye . Dans ces moments où je fais le mort, elle peut devenir très méchante dans ses propos, peut me harceler la nuit et allant même jusqu’à contacter ma famille, amis ou autres pour avoir de mes nouvelles et savoir pourquoi je ne réponds plus, qu’est ce qu’elle m’a fait … ! Je ne suis plus le même, je suis peut être devenu bipolaire moi aussi à force, je sais pas . Je peux lui dire que tout est finit, elle ne le comprend pas, j’aimerais qu’elle m’oublie définitivement pour que je puisse tourner la page, mais elle n’a pas l’air de le vouloir, des fois elle veut être avec moi et le lendemain non … Cette maladie mentale m’a détruit, certes qu’elle ne le fait pas volontairement, et je sais qu’elle en souffre de sa maladie et que sa santé mentale est en jeu, mais je pense aussi des fois que ces personnes atteintes de troubles de l’humeur sont très fortes et vous recontacte juste pour une seule chose : savoir qu’elle dépendance affective vous avez envers eux, savoir s’ils peuvent encore vous séduire … La séduction est leur seul but dans la vie on dirait . Ce qui peut s’expliquer, vu que la cause principale de la maladie bipolaire est purement un manque d’affection ( abandon pour la plupart à l’enfance ), elles ont besoin de se rassurer, ne plus être angoissées et retrouver une estime de soi au travers des sentiments des autres … Je pense qu’elles arrivent à déceler les personnes faibles qui ont besoin de se sentir fortes en aidant, une personne co dépendante donc, qui ne vivra que si elle se sent forte grâce à une personne qu’elle aide, qui est souffrante … en vain en réalité . Les bipolaires sont des solitaires avec un manque de confiance en soi à la base, et pendant leur phase maniaque d’euphorie et d’hyperactivité, ils sont tellement bien qu’ils cassent toutes les barrières sociales et aiment cela plus que tout, ils en profitent tant que cela leur fait du bien, et ne laisserait pour rien au monde quelqu’un leur interdire leurs moments de bien être, leurs épisodes de manie . Il y a deux jours encore, cette femme m’envoyait un texto en m’expliquant qu’elle avait fait une tentative de suicide, qu’elle était en pleine dépression bipolaire sévère car je ne lui avais jamais dis « je t’aime » et que je n’avais pas respecter les promesses qu’ont s’étaient dîtes … Le monde à l’envers quoi !!!! Je me demande des fois pourquoi ces personnes bi polaires sont très souvent dans le déni et ne suivent jamais vraiment de traitements ou de psychothérapie dans la continuité ? Aiment-ils être bipolaire ? Aiment-ils détruire la vie des gens qu’ils rencontrent ? Aiment-ils être borderline ? Aiment-ils leurs sautes d’humeur et autres troubles du comportement ? …

Aujourd’hui encore, j’en suis à me demander qui est bipolaire, le suis-je devenu, l’étais-je déjà, ou suis-je normal et victime d’une maladie destructrice ?… Je pense surtout que j’ai été co dépendant et que je croyais vraiment pouvoir l’aider à guérir de ses troubles mentaux, mais cela n’est pas possible je pense …. Tout ce que je suis sûr, c’est que j’en perds le sommeil ( et la tête ), et que j’ai certainement besoin de sommeil profond afin d’oublier ma tristesse liée à cet échec sentimental sur lequel j’avais tout misé, et qu’une maladie regroupant de sévères symptômes liés aux troubles bipolaires m’a enlevé … Un dernier conseil : Ne dîtes jamais à une personne bipolaire qu’elle l’est, si elle est dans le déni, elle vous le reprochera à vie ! Allez-y en douceur ….

Je m’appelle Johan et ceci était mon histoire, mais cela pourrait bien vous arriver aussi un jour ….

 

La bipolarité et le couple

Conjoint d’une personne bipolaire

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :
40 commentaires sur “Victime d’une personne bipolaire ou simplement co-dépendant ?
  1. cris dit :

    je ne suis reconnue dans cette histoire , je vis avec un bipolaire malgrès moi depuis 4 ans …. j’ai fini pas consulter moi même pour comprendre pkoi je continuer a l’aimer malgres tout ai je un problème ???? je vais bien ( a la base) je suis juste sous l’emprise de ce « malade » qui a détruit celui que j’aime

  2. alba elfica dit :

    Bonjour,
    J’ai lu votre témoignage je suis bi polaire et ce que vous dîtes est atroce nous ne détruisons personne a part nous même vous pensez qu on prend du plaisir à être ainsi essayer ne serait ce qu un jour vous mettre a notre place vous ne survivriez pas pour vous les bipo doivent passer leur vie seul je peux vous dire juste une chose vous ne la méritiez pas car a part regarder votre petit nombril vous n’avez rien fait d autre je ne vous plaindrais pas

  3. sandra dit :

    Bonjour Johan je voudrais rentrer en contact avec toi (tkt pas je suis normale) car je voudrais te parler de ma voisine bipolaire qui nous fait vivre un enfer à moi et tout les voisins elles en vient meme a nous insultés et a sonner chez nous à n’importe quel heure
    On a tout fait: Police, médecin, domofrance, samu, HP, pompiers
    Tous ce renvoie la balle alors que faire …….
    Elle me fou la trouille lol contact moi stp
    Sandra.bamby@hotmail.fr

    • marc dit :

      Moi je ne vous trouve pas normale vous êtes bipolairophobe, est ce que tous les groupes d’individu ayant des caractéristique différente des votre vous foute la trouille?
      Parce que si t’elle est le cas prenez un billet open et parcourrez le monde nous sommes 7 Milliards ici bas et il ne faut pas se laisser envahir par nos instinct de peur.
      La peur est un mécanisme de défense utile en cas de danger imminent vous êtes relativement en sécurité en europe, alors ne paniqué pas.
      Et essayé de trouvé une solution à vos conflit de voisinage tout en restant respectueux des difficulté qu’éprouve sans doute cette personne à se traité correctement pour être relativement stable.
      Donc si vous ne voulez pas tombé un jour dans des extrêmes si des événement sociaux nous dépassant arrivent en Europe, soigné votre peur de l’autre et encore une fois ne craignez rien il est statistiquement peu probable dans nos contrés que vous perdiez de façons violente et brutale ce que vous chérissé le plus.
      Ça arrivera vous le perdrez un jour mais vous vous en serrez fait une idée c’est comme ça la vie.

  4. marc dit :

    Certes les personnes bipolaire sont difficile a côtoyer (je géré ma maladie depuis 20 ans).
    Mais même une personne malade a son caractère ses valeurs propres et sa considération plus ou moins importante pour les autres (surtout en amour).
    Alors même si vous avez eu une expérience malheureuse et dur avec cette personne, n’axé pas votre témoignage sur les danger que représente cette maladie.
    Interrogé vous plutôt sur les vrai valeur humaine de votre ex compagne.
    N’alimenté pas les dire que les bipolaire sont nocif et toxique.
    Il ne le sont pas plus que d’autre pour d’autre raison, ils peuvent être malgré leur difficulté comportementale réfléchi raisonnable et bienveillant.
    Alors voila si cella vous fait du bien de lancer la pierre à un grand nombre de personne parce que vous avez eu une expérience malheureuse avec une personne fondamentalement mauvaise qui n’a pas su vous protéger de ses difficulté, et bien continué a véhiculer cette image et créer des faussé entre les individu comme l’homme le fait pour tout ce qu’il n’apprécie pas.
    Pour ma pare sachez que c’est mes compagne qui m’ont fait le plus souffrir et elle n’avait que les travers de l’être humain.

  5. boudet dit :

    je suis bipolaire mais pas méchante du moins , j’essais de ne pas faire de mal aux autres , je ne me reconnais pas dans votre ex compagne

  6. jorge dit :

    Comme je te comprend Johan je suis passe par la aussi .. et comme dit le vieux Dalaï-Lama « Si tu perds, ne perds pas la leçon. » ) pense á toi aussi. Essayer de comprendre quelqu’un qui ne se comprends pas elle même c’est tôt ou tard sombrer avec elle.

  7. Chantal dit :

    Bonjour Johan et merci pour ton témoignage qui m’a fait le plus grand bien ce matin. C’est fou ce que je me reconnais (ainsi que celui que j’essaie d’oublier) dans ton histoire. J’essaie de retrouver une vie normale après avoir vécu des moments très forts dans un sens comme dans l’autre et pas moins de 6 « ruptures » en 5 mois de relation. Je lutte pour ne pas « recraquer », j’espère que le fait de savoir que je ne suis pas toute seule à avoir vécu ça m’aidera. Je te souhaite bon courage ainsi que d’excellentes fêtes de fin d’année. Je t’embrasse, Chantal.

  8. Photo du profil de Olivier Olivier dit :

    Salut à toi l’ami,
    Je te comprend également, ta souffrance je la connais, mais il faut savoir que cette maladie, la bipolarité, affecte également dans le mauvais sens la vie de la personne bipolaire.
    On est tous victime de cette maladie, conjoint et patients (malades).
    Courage à toi, je te conseillerais de consulter un psychologue pour essayer d’oublier cette personne, sinon ça te détruira de jours en jours un peu plus! Crois-moi, je sais de quoi je parle…
    Je finirais par: pour vivre avec un ou une bipolaire, il faut beaucoup mais vraiment beaucoup de courage et de recul sur son couple, sa relation…
    A bon entendeur,
    Olivier, ex-conjoint d’une femme bipolaire

  9. Thierry dit :

    Bien qu’un peu dur sur le fond, je me retrouve dans ton histoire Johan ! J’ai vécu pendant quasi 7 ans une relation fusionnelle avec une personne que je soupçonne tres fortement d’etre bipolaire ! Elle a tjs nié et je n’ai jamais perdu espoir que pourtant, elle accepte au moins d’aller consulter mais elle ne l’a jamais fait ! J’ai aussi connu l’effet miroir (cest moi le responsable), les coleres dingues et disproportionnées (pour un pretexte tjs futile) etc etc etc mais j’etais et je jouais le « co dependant » sans lui reprocher son état ! L’histoire s’est terminée en me larguant par téléphone et en m’expliquant qu’elle ne m’aimait plus alors que le jour d’avant, j’avais encore des « je t’aime tout fort » par sms !! Je me sens libéré auj mais triste d’avoir échoué à lui faire prendre conscience de son probleme ! J’ai cependant peur d’une chose. Jusqu’a la fin, notre relation est restée nickel du point de vue communication, écoute, complicité etc etc et j’ai peur, meme si cela fait quasi 1 mois que je n’ai pas de message du tout, qu’elle prenne conscience de la bequille qu’elle a perdu et qu’elle fasse comme avec toi Johan, c’est à dire revenir pour les mauvaises raisons ! Je la souhaite juste plus heureuse maintenant, sans doute dans une nouvelle relation ! Merci de ton témoignage dans lequel j’ai retrouvé tant de choses communes !!!

  10. Chantal dit :

    Bonjour Olivier,
    Je suis tout à fait d’accord avec toi et c’est justement le fait de

    savoir mon ex-conjoint malheureux qui m’a plusieurs fois fait recraquer en retournant vers lui malgré sa maladie et le risque bien conscient d’etre une nouvelle fois chassé de sa vie.
    Quant à toi Thierry, sache que moi aussi j’ai subitement été larguée par téléphone après des sms que (c’est ce que je croyais) lui seul savait rédiger.
    Cela fait deux mois que je n’ai plus eu de nouvelles et j’ai peur comme toi qu’il me recontacte, en plus de la peur de ma réaction car je ne suis pas certaine que l’on puisse réussir à totalement et/ou définitivement se libérer d’une telle relation.
    Merci pour vos témoignages…

    • Thierry dit :

      Chantal,

      j’ai encore eu vent d’un troisieme cas aupres d’une relation que j’ai perdu de vue d’un largage par téléphone avec le meme genre de profil !! Moi aussi, comme je le disais, j’ai peur du retour car j’aurai bien du mal à ne pas culpabiliser si je me montre ferme ! Meme si je n’ai aucune envie d’avoir des nouvelles car je suis en phase de reconstruction et je m’en sors plutot bien pour le moment, on apprend toujours malgré tout certaines choses ! Je lui avais demandé de rester « loin » de mon cercle d’amis et elle avait viré certaines personnes de son FB pour finalement quelques jours plus tard les redemander ! Ou encore j’ai appris qu’elle a quelques temps rendu inactif son compte FB (ce qui ne lui ressemble pas) ! Tout ça pour dire que puisque je, et sans doute que tu, sais aussi maintenant que tout est possible, la moindre chose que l’on apprend sans meme avoir été cherché l’info peut te faire flipper ! Sans vouloir te faire peur, si la communication entre vous était restée tres bonne et que vous vous êtes séparés, il faut te preparer un jour ou l’autre à un retour du contact et je ne peux que te conseiller de te preparer à l’avance sur ce que tu pourrais faire ou dire !!! Une personne bipolaire qui se prive d’être comprise, ou d’une communication saine a d’autant plus de raison de revenir à la source, malheureusement !!! Ensuite rien n’est écrit bien sur mais…….. méfiance !!!!

  11. sophinette dit :

    bonjour Johan,
    je comprends totalement ce que tu as vécu car c’est ce que je suis en train de vivre. je viens de tomber amoureuse d’un bipo. il m’a avoué l’être au bout de qq semaines de relation. et depuis, ce sont les montagnes russes. je t’aime mais tu ne peux pas rester avec moi, je te quitte, reviens, re quitte…sans cesse.
    je suis comme vous au début, je n’arrive pas à lui résister.
    j’aime beaucoup votre terme « co-dépendant » car je m’y retrouve totalement.
    tout le monde me dit de fuir cette relation, mais moi je persiste à m’accrocher.
    certains bipo arrivent a rester en couple. j’aimerai connaitre leur secret…

    • cecile dit :

      Bonjour,

      Je suis mariée avec un bipolaire, on a eu des moments douloureux, difficiles, et j’ai été fragilisée moi aussi, impactant aussi nos enfants, mais nous nous aimons et nous nous soutenons, depuis 6 ans que la maladie est établie, on résiste, et je ne me sens pas co-dépendante du tout, je l’aime, je sais qu’il n’a pas choisi sa maladie, il en souffre, et tant qu’il accepte de se soigner je serai toujours là, comme il est là quand je flanche, je réalise en lisant vos témoignages que j’ai de la chance, avec le traitement, il gère plutôt bien, et depuis pas de départ, pas de lubies , et une seule période de crise maniaque qu’il a assez vite gérée, pour moi le plus dur se sont les autres, le racisme psychiatrique, les gens mal intentionnées se servent trop de la maladie pour inventer toutes sortes de choses, dans son milieu professionnel tout ce qu’il a gagné c’est une sorte de placard, il rit un peu fort, on crie à la récidive, enfin bref, je sais que tous les bipolaires sont différents et qu’il y a des périodes difficiles, on en a vécu de terribles avant la stabilisation, mais je crois sincèrement que les plus malheureux se sont eux, après seuls ceux qui en prennent conscience et se soignent arrivent à quelques choses, mais je sais aussi que leurs valeurs humaines priment sur la maladie, alors si une personne est mauvaise bipolaire ou pas elle reste mauvaise… courage à tous

    • Dianoux dit :

      Chère Sophinette,
      30 ans de relation et 15 ans de bipolarité déclenchée suite à un long traitement anti- dépressif. Je suis toujours avec lui car je l’aime profondément. Un seul conseil:rester un peu égoïste et s’aimer soi-même tendrement sinon le risque de se perdre est grand. C’est si difficile d’aimer un homme bipolaire car il ne te donnera jamais ce que tu pourrais espérer car il n’a pas conscience du mal qu’il peut te faire. Bon courage à toi et réfléchis bien surtout.

  12. Chantal dit :

    Bonsoir,
    Sophinette, j’ai bien « saisi » ton message tout simplement parcequ’il reflète exactement ce que j’ai vécu.
    Je suis descendue des montagnes russes depuis 3 mois mais ne parviens toujours pas à oublier cette relation, ni même à m’habituer à ce que j’espérais être une rupture définitive.
    Bien qu’il m’en avait déjà fait voir de toutes les couleurs, il m’était arrivé plusieurs fois en le regardant dormir de me dire « mais qu’a donc ce type pour autant me plaire? »
    A présent que j’ai conscience de sa maladie et que je l’aime encore la question est encore plus forte et je n’ai pas plus de réponse…
    Quant à toi Thierry j’espère que tu te sens toujours aussi libéré qu’en janvier et que tout se passe bien pour toi.
    Pour finir, Johan, je pense que tout le monde aimerait avoir de tes (bonnes) nouvelles. Merci de nous en faire parvenir…

    • Thierry dit :

      Oui je vais bien ! J’ai encore un peu en travers de la gorge le fait qu’elle m’ait viré comme un vulgaire stagiaire par téléphone, mais ce ne sont que mon égo et ma confiance qui trinquent et au final, ce n’est pas bien grave ! J’ai à présent l’ultime conviction qu’elle ne me recontactera plus jamais et même si c’est incompréhensible ce revirement si soudain , c’est sans doute et pour nous deux en plus ! j’espere juste qu’elle va se soigner, c’est tout !!!

  13. Krisaimelapeinture76 dit :

    Bonjour Johan.
    Je viens de vive mes 4 dernières années avec une femme diagnostiqué bi-polaire Fibromyalgique et dépressive, j’ai retrouvé bcp de points communs avec votre histoire, les humeurs qui change, la violence, les cris, les troubles de la personalité, la séduction, les mensonges, les sentiments d’abandon, les causes de son mal-être… Ton terme « co-dépendant  » est tout à fait de bonne Aloïs. Nous sommes sous l’emprise. J’ai plusieurs fois senti la dépression monté en moi, s’enfermer pour pleuré pour essayé de comprendre cette souffrance ce mal etre …, je me sentais partir. Mais malgré tout j’aimais profondément cette femme, elle a été mon plus bel amour, elle me manque terriblement. Malheureusement sa 8 eme TS la emporté, ce 24 janvier 2017. Aujourdhui je me retrouve seul, j’ai bcp de chagrin. Sa souffrance été devenu insupportable, ces dernières semaines elle ne parler que de partir pour ne plus souffrir. Repose en paix ma princesse. Je t’aime et t’aimerai toujours. Je ne t’oublierai jamais.je pense aussi à ces 2 adorables filles qui vont devoir grandir sans l’amour de leurs maman.

  14. Chantal dit :

    Bonjour, et ben je dois avouer que juste après avoir lu ton commentaire je suis toute retournée… Je ne manquerai pas de revenir vers toi lorsque je me serai « habituée » à ce que je viens de lire. Bonne journée à toi.

  15. so dit :

    Pourquoi ne fixez vous pas des règles ? Car quand on souffre fo partir c simple. Mon expérience est tout à fait inverse puisque c du rejet que je souffre sans comprendre. Comme si il n y avait rien à comprendre. Comment comprendre que la seule personne qui par accolade me rassure, ne veut pas de moi. Mieux qun yoga ou une séance d’acupuncture 🙂 Je ne suis pas amoureuse et tant mieux car les amoureux se déchirent tout le temps.

    • so dit :

      REbonjour
      excusez moi je me permets de revenir sur ce que j’ai écris;
      je trouve mon commentaire puéril face à vos détresses, et je soutiens kun bipo n’est pas forcément méchant ce sont ses qualités humaines qui priment, la person ke j’ai « connue » est mauvaise, ne s’excuse pas du mal commis pdt ses phases maniaque et le sait pertinemment, ( lhomme en question se permet de m’espionner dans ma ville lors de ses manies) j’ai eu recours à la main courante à la police et je n’hésiterai pas à la transformer en plainte si je l’aperçois de nouveau, car il faut se protéger psychiquement; bon courage à tous

  16. Aurélie dit :

    Bonjour, mon mari a été diagnostiqué bipolaire cet automne. Mais il est fort probable qu’il le soit depuis plusieurs années. Il voyait une psychiatre mais ne la voit plus depuis 2 mois. Et il me fait vivre un enfer par moment. Hier soir je suis allée rendre visite à une amie commune et il me fait la tête depuis que je suis rentrée. Selon lui je n’aurais pas du aller la voir toute seule et si je lui avais demandé la permission il ne m’aurait pas autorisé (je cite ses paroles). Et il m’a envoyé des SMS immondes (je serais une épouse déloyale selon lui!!!). Là il me fait toujours la gueule, il me dit que dorénavant il vivrait sa vie et moi la mienne. Et ne se gêne pas pour claquer les portes de l’appartement. Mais je ne lui dis rien à propos de cela car ça risque de dégénérer ( il a déjà failli plusieurs fois lever la main sur moi😞). À côté de ça quand il est en phase normale, c’est un mari aimant et attentionné. Sauf que malheureusement les phases normales (sans symptômes je veux dire) sont de en plus courtes. En plus de ça mon beau-frère (son frère) vit chez nous depuis Noël car son appartement à brûlé et il attend toujours d’être relogé. Évidemment il ne veut pas prendre parti pour l’un ou l’autre et je pense qu’il ne se rend pas bien compte ​de la maladie de son frère ( il m’a dit qu’il a toujours été comme, à faire des crises soudaines de colère et avoir des sautes d’humeur don il y est habitué). Par ailleurs mon beau-frère ne fait rien chez nous, càd qu’il ne participe pas aux tâches ménagères ni aux frais d’alimentation ce qui serait tout de même la moindre des choses. Et moi je suis là à faire la boniche alors que je suis en arrêt maladie ( j’ai été opérée d’une tumeur maligne de l’utérus en février et fait des séances de chimiothérapie une fois par semaine depuis) et suis censée me reposer. Mon mari ne fait pas grand chose non plus à la maison. Enfin bref je n’en peux plus il est en train de me tuer à petit feu 😢😢😢

    • thierry HUSSON dit :

      Ce n’est que mon avis, mais j’ai vécu et eu une relation de 7 ans avec une bipolaire ou borderline non diagnostiquée qui refusait de se soigner ou meme d’etre diagnostiquée !! PENSEZ A VOUS A PRESENT ! Je ne vous dis pas de fuir mais rien de ce que vous dites ne semble positif ! Vous avez ce grave probleme de santé et vous vous eteignez à petit feu ! Mon ex supposé bipolaire dont je parlais auparavant se nourissait de ma présence, de mon écoute, de mon amour et me recompensait en pétant des crises de colere qui ressemblait parfois à de la folie ! Au bout du compte, elle m’a largué par téléphone au bout de 7 ans alors que quelques jours avant encore, j’avais des « je t’aime » , « tu es unique » etc !!! J’ai souffert du procédé employé que j’ai trouvé humiliant mais…………. JE REVIS maintenant ! Je peux etre moi meme et faire ce que je veux faire sans avoir peur qu’un faux pas ou un mauvais comportement fasse peter une mine que je prendrais en pleine poire !!! FAITES ATTENTION A VOUS AVANT TOUTE CHOSE !!!!!!!

    • Lou dit :

      Si je peux me permettre je trouve ça injuste de dire que c’est lui qui est entrain de vous tuer. Un couple ça se fait à deux, vous n’êtes pas une infirmière ou un médecin, ce n’est pas à vous de prendre le rôle de soignante. Les gens sont mal soignés/informés/entourés malheureusement. Le seul coupable est la maladie.

      • Lou dit :

        Je ne suis pas bipolaire mais dépressive.
        Je vois bien l’enfer que vivent mes proches, malheureusement des boucles incontrôlables m’emportent, madame dépression prend le contrôle même si une arrière pensée me dit que je pourrais arrêter d’être en colère mais non. La souffrance est bien là et elle doit sortir. C’est malheureusement un travail en groupe qui doit s’effectuer, le patient doit se faire soigner de manière consciente et l’entourage doit apprendre à tous les revers de la maladie de façon à être à l’écoute pour ne pas créer un sentiment d’abandon ( qui selon moi est destructeur et serait comme alimenter la cheminée de la maladie), mais tout en laissant glisser ce qui ne vous est « pas déstiné ». Et le dialogue permet également de faire des compromis !

  17. Photo du profil de Unknow Unknow dit :

    Bon… Je n’ai pas vraiment le choix, vu que tout le monde aiment à faire dans l’amalgame psychophobe (Ok, peut-être pas intentionnellement, mais quand même, au cas où)
    Je vais donc parler de mon cas et seulement de mon cas…

    Voyons voir, par quoi commencer… J’ai été Diagnostiqué Bipolaire et Borderline.

    Ma vie, mes études, ma vie professionnelle et mes relations ont été catastrophique et totalement chaotique.
    Je vais avancer le film et vous passez d’une adolescence dans une « banlieue » plutôt… « Malfamé? ».

    Je n’arrive pas à garder le moindre boulot sur le long terme, cela en plus du reste, détruit totalement la moindre estime qu’il me reste et me permet d’avoir une confiance en moi totalement négative, en ce qui concerne le fait d’espérer pouvoir travailler de manière stable un jour.

    Mes relations (amicale ou amoureuse) étaient chaotiques.
    Il y a celle/ceux qui ont « profité » de moi et ceux/celles qui ont subi mes « changements d’humeurs »…
    Je ne sais pas pour tous les bipolaires, mais moi, je me rendais compte de ce que je faisais subir… (Du moins, un peu plus tard)
    Donc, j’ai fini par prendre la décision de quitter la/les personnes avec lesquelles j’entretenais une « relation ».
    Aujourd’hui je suis seul, pour mon plus grand malheur.

    Succinct, certes, mais je viens à « l’essentiel ».
    Je m’en veux à l’extrême d’être comme je suis…
    Quand je regarde dans mon passé, je n’ai pas l’impression de me voir « moi », mais plutôt quelqu’un d’autre.
    Quand je croise mon reflet dans un miroir, j’y vois un étranger, un monstre incompréhensible.

    Je ne sais pas comment les autres voient les choses, mais moi, je vois ceci :
    Je suis en bas d’un escalier d’où il n’y a aucun lumière.
    J’essaye de le monter, soit pas à pas, soit à la hâte…
    Qu’importe à quel point je peux me sentir bien en le montant car…
    Au final, une fois en haut, je remarque que je suis simplement revenu en bas.
    C’est… Frustrant.

    Il n’existe pas « UN » Bipolaire, mais « DES » Bipolaires.
    Au même titre que n’importe quelle maladie.
    Nous ne sommes pas identiques comme des clones, la maladie nous affecte différemment et nous l’appréhendons pas de la même manière…Cela va dépendre de notre passé et de la manière dont c’est construit notre personnalité.
    (Et aussi à quel âge on a été diagnostiqué et « traité » et si on a accepté)

    Breff, ne généralisez pas…
    Il existe de très bon bipolaire. (Dont je ne fais pas forcément parti, en ce qui me concerne…)
    Je ne nie pas votre souffrance, je comprends même ce que vous avez pu vivre ! (Dans les grandes lignes, attention)
    Je vous demande, simplement de ne pas diaboliser les bipolaire… S’il vous plaît.

    PS : Je n’ai été diagnostiqué qu’il y a peu et ai commencé mon traitement qu’il y a peu. Je tiens à préciser ce détail.

    Désolé d’avance si c’est brouillon, il est tard. :/

    Cordialement,

  18. Photo du profil de alice alice dit :

    Bonjour! Je suis bipolaire et je suis assez dubitative de ce que j’ai lu ici! J’ai plusieurs points à faire: d’abord, la maladie bipolaire n’est pas due à un manque affectif de l’enfance! D’où vient cette connerie? Incroyable! Ensuite, se demander si le bipolaire ne kiffe pas être comme ça, c’est comme de dire à un diabétique ou un cancéreux que ça lui plait! Vous y croyez vraiment??? Vous oseriez faire ça? Après, j’ai lu des posts qui disent : les bipolaires sont dangereux par nature, et d’autres qui disent : le bipolaire n’est pas dangereux. Et bien figurez vous que ce n’est pas si simple!Comme je vous l’ai dit, je suis bipolaire mais j’ai aussi eu un petit copain bipolaire. Il faut dire qu’il avait une forme très grave de la maladie. Lui, il était réellement dangereux, il est même allé jusqu’en allemagne pour retrouver une fille qu’il avait rencontré 1 fois sur la plage en france. La pauvre! Il a débarqué là-bas sans la prévenir, il était habillé comme un fou avec des lentilles de contact rouges et une hache à la main. La fille a du aller voir la police pour lui interdire de s’approcher à une certaine distance de lui. Moi j’ai passé une nuit avec lui où il était en crise, et j’ai bien cru qu’il allait me tuer, il était hors de contrôle! Une fois à l’hopital, il n’a pas dormis pendant des jours malgrè la dose de cheval qu’on lui avait injecté. Les psy n’avaient jamais vu ça! Il est resté amoureux de mois pendant des années, j’ai d changé d’adresse, de téléphone, mais il m’a souvent retrouvé, et j’ai eu peur pendant longtemps, mais en étant ferme à 100%, en ne répondant JAMAIS, il a fini par m’oublier! D’un autre côté, j’ai été moi-même en couple pendant 3 ans avec quelqu’un de tout à fait normal, et même si on s’est quitté, on ne s’est JAMAIS engueulé une seule fois en 3 ans!!! J’avais le bon traitement, je faisais de la méditation, et tout c’est très bien passé! Par contre avec mon copain d’après, qui m’a refait tombé dans les drogues dures, et bien il m’a refait plonger dans la maladie et j’ai fait plein de conneries (rien de très grave, mais pleins de choses dont je ne suis pas fière). Tout ça pour dire qu’il n’y a pas une seule façon de vivre avec un bipolaire, et que comme tout le monde, on est tous différents… Je comprends la personne qui à peur de son voisin bipo, car par expérience, je sais que ça peut être effrayant d’être confronté à une personne en crise maniaque! De plus elles peuvent réellement être agressives. Ce n’est pas forcément de la psychophobie! Par contre, pour ce qui est de la manipulation, je ne crois pas que ce soit le « but » du bipolaire. Car en fait il n’a pas de « but » car ça voudrait dire qu’il ferait les choses en se contrôlant et pour vous contrôler, mais un bipo ne se controle pas pendant ses crises! Il les subit!
    J’ai lu aussi que le problème, c’est les allez-retours dans la relation.Il ne faut pas oublier que c’est un problème qui arrive fréquemment dans toutes les relations, mais chez le bipolaire, il peut y avoir plusieurs raisons: d’abord, on tombe souvent amoureux du bipo lorsqu’il est en phase maniaque, normal, il est souvent en pleine forme, plein de joie et d’idées, d’envies de voyages, de sorties, de fête. Il est sexuellement très actif, « hyper-sociable », on voit la personne sous son plus beau jour. Après, les causes de ruptures peuvent être différentes, soit le malade se rend compte qu’il fait ou risque de faire du mal à son partenaire et veut le protéger en se séparant, soit il entre en phase dépressive et voit tout en noir, même la relation, soit il peut aussi entrer en phase maniaque et rechercher l’adrenaline et donc de nouvelles choses hors du couple… plus beaucoup d’autres raisons! Puis quand tout c’est calmé, qu’il redevient normal… et bien il se rappelle de celui qu’il a perdu, pense qu’il peut rattraper le coup et revient à la charge. A ce moment là, c’est à la personne en bonne santé de savoir ce qu’elle veut! Maintenant qu’elle sait comment ça se passe, elle a les cartes en mains pour décider: soit on coupe les ponds définitivement (il n’y a pas à avoir pitié du malade, il est comme tout le monde, il veut qu’on l’aime pour les bonnes raisons, pour ce qu’il est et non pas parce qu’il fait pitié!!!) soit on reprend la relation, mais il faut y mettre des règles et des conditions strictes: prise régulière du traitement, acceptation de la maladie et suivit psy très régulier aussi! C’est la base, sans ça, c’est jouer à la roulette russe!
    Voilà ce que je tenais à répondre à tout ce que j’ai lu plus haut. Comme en toute chose, il faut avoir un regard mesuré sur un sujet!

  19. Photo du profil de alice alice dit :

    Excuse moi de t’avoir blessé, ce n’était pas mon but! Pardon.

  20. potu dit :

    bjr est vecu la meme chose avec 2 internements cest dur elle ma quitter par folie depresion ne saitje lest aimer sest domage le probleme un jour set blanc et apres sest noir

  21. Elo dit :

    Désolé pour ce qui vous est arrive avec cette femme mais mettre toutes les personnes bipolaires dans le même sac je trouve cela très réducteur c est comme dire que tous les vendredi 13 portent malheur
    Pour ma part je suis également bipolaire et les relations que j ai eu ont plus été destructrices pour moi car mes compagnons avaient un énorme ascendant sur moi et m ont complètement détruite surtout ma dernière relation le père de mon enfant avec qui j étais mariée et depuis 6 ans que nous sommes séparés je n arrive plus a être avec quelqu’un par peur de souffrir de lui faire vivre mes hauts et mes bas mais surtout mes bas alors je préfère ne pas être un fardeau pour quelqu’un
    Je n ai jamais d hallucinations de très hautes phases maniaques d hospit
    Il y a autant de bipolarité qu il y a de personnes alors je ne suis pas d accord sur la manière dont vous réduisez les gens qui ont cette maladie a des personnes manipulatrices et qui ne cherchent qu a détruire les autres
    Certes votre ex est bipolaire mais a mon humble avis elle est aussi une perverse narcissique tout comme mon ex mari qui a fait de ma vie un enfer pendant 6 ans et de qui j ai eu beaucoup de difficultés a me dépêtrer (mais on a un enfant ensemble alors je vous laisse imaginer)
    Bon courage pour la suite mais svp ne confondez pas bipolaire et pervers narcissique ce qui n est absolument pas la même chose car même les bipolaires peuvent etre victimes des pervers narcissiques et les détruire encore plus
    Ce qui me tue c est qu a chaque fois la bipolarité est confondue avec pleins d autres pathologies et que les gens ne savent pas vraiment ce que c est et mettent tout et n importe quoi dans cette case
    Je peux vous dire que cette maladie est une vraie souffrance et qu avant de faire souffrir les autres on voudrait déjà plus souffrir nous même !!!!!

  22. Photo du profil de Mireille Mireille dit :

    Elo,

    Merci à vous pour votre commentaire qui me rassure. Je suis bi-polaire. Maladie décelée en 2005. J’ai un traitement que je prends correctement car, pas le choix. J’ai ces périodes de manie puis à l’inverse, des moments ou j’aime etre un peu seule. Je ne suis pas  » mauvaise  » comme certains l’ont écrit. J’ai un coeur énorme et j’aime AIMER : Ma famille, mes ami(e)s ainsi que toutes les personnes qui m’entoure. Mais en aucun cas je ne fait subir à mon compagnon mes états d’ame. Il s’en rend compte, bien sur mais, nous gérons ensemble cette maladie qui est loin d’etre facile à vivre !!! Aussi, je terminerais en disant que : NON: On n’aime pas etre bi-polaire !!! J’aimerais n’avoir jamais rencontré cette maladie sur mon chemin de vie !!! Encore, merci à vous, Elo. Et, bon week-end.

  23. Natali dit :

    Bonjour,

    C’est trés dur de lire tous ces commentaires, aussi bien les commentaires de bipolaires que de ceux qui ont connus des bipolaires. J’ai été diagnostiquée bipolaire en 2007 environ et mise sous thymo-régulateurs. J’ai fait 2 grosses dépressions. Non, les bipolaires ne sont pas heureux d’être bipolaires ! je subis cette maladie tous les jours, je la combats tous les jours, je suis en thérapie depuis des années ! J’ai le poids énorme de la culpabilité du mal que j’ai pu faire autour de moi, à mes enfants et à mon mari qui me soutient depuis 14 ans et qui a subit mes crises, mes hauts et mes bas, mais qui n’a pas fui !! Non, il n’a pas fui, il m’a aimée plus que tout et il m’aime encore plus que tout, et il est mon pilier dans ma vie si fragile. Des fois je me sens forte, combattante, fière de moi, et des fois tellement petite, vulnérable, nulle.
    Ce monde est compliqué pour moi, je ne m’y sens pas à ma place. Tout le travail thérapeutique que je suis entrain de mener en ce moment, c’est pour tenter de me positionner en tant que mère, femme et aussi fille, car dans mon histoire, il y a l’inceste et l’instabilité familiale.
    La bipolarité n’est pas due à un souci d’enfance mais les traumas d’enfance peuvent déclencher la maladie.
    C’est une souffrance horrible d’être bipolaire, c’est un vie sur un fil, tout le temps en équilibre trés fragile.
    Quand je lis des choses comme « bipolaire, fuyez ! » c’est comme si je lisais « peste, fuyez ! » et NON les bipolaires ne sont pas des manipulateurs pervers narcissiques !! j’ai été entourée par des parents pervers narcissiques qui m’ont détruite et abusé de ma fragilité.
    Les PN sont un réel danger, fuyez si vous en connaissez !
    Mon premier mari aussi est un manipulateur, et malheureusement j’ai rien vu pendant 14 ans et aujourd’hui il continue à vouloir mettre son poison dans ma vie (il est le père de mes 2 enfants, c’est mon plus grand regret de l’avoir choisi lui mais je ne regrette pas mes enfants bien sur qui sont toute ma vie)
    Croyez bien que vous trouverez sur votre route des personnes bien plus démoniaques et à fuir que nous, les bipolaires. Un bipolaire qui accepte de se soigner pour se stabiliser et qui accepte de faire une thérapie peut être une personne vraie, avec de vraies valeurs de vie !
    Mais oui, cela demande beaucoup d’amour, de patience, de tendresse, de compréhension, et aussi de se documenter sur cette maladie pour mieux la comprendre.
    Vivre en couple n’est simple pour personne, les bipolaires méritent autant que les autres de trouver l’amour et d’être entouré d’amour.
    Et moi aussi j’aurais préféré de jamais avoir subi l’inceste et ne pas avoir à vivre avec cette maladie mais c’est ainsi, c’est mon chemin de vie et je lutterai toute ma vie.
    Bon courage à tous et toutes.

  24. Photo du profil de Marie Marie dit :

    Une personne bipolaire n’est pas plus dangereuse qu’une personne non bipolaire.
    Une personne bipolaire à le droit aussi d’être heureuse tout comme les non bipolaire.
    Les traumatismes de l’enfance peuvent avec d’autres paramètres, déclencher la maladie.
    Dans mon cas, ma mère était sûrement bipolaire et peut-être schizophrène et peut-être les deux, à l’époque, c’était qualifié de folie. Je ne sais toujours pas le diagnostique de sa maladie.et dans mon enfance, j’ai eu des traumatismes, ce sui à permis à la maladie de s’installer.
    J’aurais préféré ca c’est sûr ne pas être bipolaire!!!!!!!

  25. MENONVILLE dit :

    Pardonnez moi je suis outrée de ce témoignage !
    Chaque bipolarité est unique et à cela s’ajoute LA PERSONNALITE de l’individu malade et surtout la capacité du conjoint à vivre avec une personne malade…
    Combien sont-ils à se sauver dès que la maladie quelle quelle soit entraine toute la famille ?
    T
    Interviewer mon épouse et elle tiendra un langage différent du vôtre !
    Diaboliser « le bipolaire » n’est pas constructif du tout !
    La bipolarité est grave quand elle n’est pas soignée et quand le patient et le conjoint ne font pas de thérapies.
    Mon épouse aimerait être interviewée car comme elle dit : je soutiens et j’adooore le mental d’un bipolaire « soigné »

  26. Laeti dit :

    Bonjour,
    Voilà j’ai rencontré un homme il y plus d’un an. Je ne sais pas si il est bipolaire mais beaucoup de signe me disent que oui plus certains de vos témoignages. Il a tendance à abusé de l’alcool se qui n’arrange rien. J’ai essayé de le faire réagir gentiment plusieurs fois mais il a été trop loin la dernière fois mais je ne peux m’empêcher de l’aider. Si quelqu’un peut m’aider. Merci

  27. Etienne dit :

    Bonjour,

    J’ai lu cet article et vos commentaires, j’allais justement poster sur un forum juste avant pour demander de l’aide. Je viens de finir une relation avec une femme dont je suis tombé éperdument amoureux l’année dernière, très bipolaire.
    Je me retrouve dans ce témoignage. Après avoir souffert jusqu’au bout (j’ai mis fin à la relation car je vivais depuis des mois dans une forme d’angoisse perpétuelle qu’elle me reproche tout et n’importe quoi, que le soir même et ne soit pas heureuse, je prenais tout pour moi si elle pleurait, j’ai laché mes projets mes potes etc…et j’ai finis à la suite d’une prise de drogue pas faire une petite déréalisation), j’ai beaucoup de mal à reprendre ma vie en main. Je me sens vide, anxieux, je doute de tout, je me sens plus moi-même et ça commence à être long…je pense que j’ai été très « co-dépendant » selon la définition donnée ici. J’aurais vraiment besoin d’un témoignage qui m’aiderait, de quelqu’un qui a vécu la même chose…ça s’est finis il y a deux mois.

    Bien sûr je ne la tiens pas pour responsable, j’ai accepté toutes ces émotions…..

    Merci d’avance…..

  28. Etienne dit :

    Bonjour,

    Je souhaitais poster sur un forum et je me suis totalement retrouvé dans ce témoignage. Je suis tombé fou amoureux d’une femme bipolaire l’année dernière, et je me suis juré de tout donner pour essayer d’être heureux à deux.

    Je pense que je suis tombé dans ce terme ici employé de « co-dépendance » à 100%. Petit à petit j’ai tout lâché, projets, potes, ma vie…je commençais à devenir anxieux chaque jour. La peur commençais à me gagner sérieusement, qu’elle me fasse des reproches violents alors que je pensais tout donner, je ne comprenais pas les émotions aussi excessives…jusqu’à il y a deux mois où j’ai finis par faire une petite déréalisation à la suite d’une soirée où j’ai exagéré sur les substances. J’ai arrêté la relation, mais depuis je ne me reconnais plus. Je me lève avec des « Et si ? » et je me couche avec des « Et si ? », je suis anxieux, j’ai un peu perdu goût à la vie dans ma tête sa tourne tout le temps à 3000% à l’heure…c’est très difficile, et je voulais savoir si quelqu’un a vécu une chose similaire pour m’aider à me reconstruire.

    Je suis seul responsable car j’ai accepté tout ça, je ne mets pas la faute sur elle. Mais j’ai besoin de quelqu’un qui peut comprendre pour m’aider dans la lutte.

    Merci d’avance,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.