7 façons d’arrêter le train de l’hypomanie

Prendre le train de l’hypomanie peut être si agréable que vous ne voulez pas en sortir, mais il est impératif que vous le fassiez afin de gérer efficacement votre bipolarité.

Les troubles bipolaires sont définis comme des changements d’humeur extrêmes. Les sommets palpitants de la manie et les creux affaiblissants de la dépression sont faciles à reconnaître, mais qu’en est-il de l’hypomanie ? L’hypomanie se déguise souvent en bonheur. Quand je suis hypomaniaque, j’ai l’air motivé, productif, passionné et positif. J’accomplis des tâches plus tôt que prévu tout en maintenant un calendrier rempli de projets personnels et d’activités sociales. Mon comportement hypomaniaque a été récompensé par mes patrons et admiré par mes amis. De l’extérieur, j’ai l’air d’un extraverti à succès. Mais à l’intérieur, mes pensées vont si vite que je ne peux pas profiter de la vie. Et l’hypomanie a un coût. Il brûle si chaud et si brillant qu’il peut facilement passer à la manie, ce qui est incroyablement destructeur et peut même mettre la vie en danger.

L’hypomanie est un déséquilibre chimique du cerveau tout comme la dépression, mais les gens ne voient souvent rien de mal à cela, alors ils ne cherchent pas d’aide. Parce que prendre le train de l’hypomanie peut être agréable, je n’ai souvent pas envie de débarquer. J’ai déjà sauté des médicaments stabilisateurs de l’humeur parce qu’ils réduisaient l’intensité de mes aigus hypomaniaques. Comme le savent tous ceux qui s’adaptent à leurs médicaments, il est dangereux de déstabiliser l’horaire d’un traitement. Votre santé mentale peut rapidement dérailler.

Alors, comment puis-je remettre ma santé mentale sur la bonne voie ?

Reconnaître l’hypomanie pour ce qu’elle est

Parce que l’hypomanie n’est pas aussi extrême que la manie, elle peut simplement donner l’impression que vous êtes un peu plus motivé que d’habitude. Apprenez à identifier vos propres signaux d’alarme. J’ai écrit un autre article sur la reconnaissance de l’hypomanie, et vous trouverez peut-être certains de mes symptômes familiers.

Accepter les commentaires des autres

Vous avez peut-être déjà entendu des commentaires comme « vous semblez un peu plus excité que d’habitude » ou « devenez-vous un peu maniaque en ce moment ? » Quand quelqu’un me signale des symptômes d’hypomanie, je dois me rappeler qu’il me fait part de ses commentaires parce qu’il se soucie de moi. Ils n’essaient pas d’être déprimants. J’avais l’habitude d’être sur la défensive, de me battre et de dire à mes proches de me lâcher. Maintenant, bien que ce soit difficile, j’écoute les autres quand ils me disent que quelque chose ne va pas.

Soyez prêt à accepter de l’aide

Accepter de l’aide peut être l’une des choses les plus difficiles à faire pour moi, surtout quand je suis hypomaniaque. Je suis déjà une personne très indépendante, et quand je souffre d’hypomanie, je me sens invincible. Mais ma perception que rien ne peut me toucher est une illusion. Je ne deviens pas un super-héros par magie quand je suis hypomaniaque. Ma mère (qui est psychothérapeute) a un super autocollant sur sa voiture : « Ne croyez pas tout ce que vous pensez. » Ce n’est pas parce que je pense avoir le contrôle quand je suis hypomaniaque que je le suis vraiment. Une fois que je réalise que je suis hypomaniaque, je m’adresse à mon équipe de traitement pour obtenir de l’aide.

Comprendre que des changements de médicaments peuvent être nécessaires

Changer de médicament peut être frustrant, mais il est important d’être ouvert d’esprit si votre médecin vous le suggère. Oui, les effets secondaires ne sont pas amusants, mais l’alternative est pire. Le fait de ne pas être traité ou de ne pas l’être correctement peut, en fait, réacheminer les voies neurales et rendre la récupération plus difficile en bout de ligne. Parce que les troubles bipolaires sont une cible en mouvement, il peut être difficile d’administrer les médicaments correctement. Vous pouvez faire des essais et des erreurs avant de trouver le bon cocktail d’ordonnances qui fonctionnent. De la perte au gain de poids jusqu’à l’insomnie, en passant par les sueurs froides et l’irritabilité, j’ai probablement subi tous les effets secondaires imaginables dans la lutte pour l’équilibre de mon cerveau. Cependant, j’ai enfin trouvé une combinaison d’antidépresseurs et de stabilisateurs d’humeur qui fonctionnent très bien pour moi. Si je peux le faire, toi aussi.

Pratiquez un bon rythme de sommeil et s’en tenir

J’ai un arsenal d’outils d’hygiène du sommeil. Qu’il s’agisse de ma machine à bruit blanc, de mes rideaux occultants ou de mon masque pour dormir, ma chambre à coucher est un environnement propice au sommeil. J’ai pris l’habitude de lire Instagram au lit. Je m’en tiens à un horaire, et j’ai toujours droit à au moins sept heures de sommeil nocturne tous les soirs. Je ne fais jamais de siestes, parce qu’elles perturbent mes rythmes circadiens. Parce que le manque de sommeil peut déclencher des symptômes hypomaniaques, un sommeil constant est essentiel pour rester en bonne santé.

Limitez votre consommation d’alcool et de caféine

J’adore une bonne tasse de café et j’aime souvent prendre un verre de vin rouge avec le dîner. Cependant, l’alcool et la caféine peuvent me déconcerter. Si je suis hypomaniaque, ils peuvent me pousser à bout. Parce que la caféine est un stimulant, le café et les sodas caféinés augmentent le volume de mon humeur déjà élevée. Bien que l’alcool soit un dépresseur, il agit comme un stimulant dans mon corps lorsque je suis hypomaniaque. L’alcool peut aussi réduire l’efficacité de nombreux médicaments, ce qui m’expose à un plus grand risque. Si je suis hypomaniaque, je me limite à une tasse de café le matin, et j’arrête de boire jusqu’à ce que je sois stabilisé.

Faire de la pleine conscience une priorité

J’ai entendu dire que la méditation est utile pour les personnes souffrant d’hypomanie. Ça peut marcher pour toi, mais si je suis hypomaniaque, je ne peux pas rester assis assez longtemps pour le faire. Etre seul avec mes pensées est impossible. Cependant, j’ai trouvé que le yoga est une excellente alternative. Le yoga m’oblige à être attentif à mon corps et à ma respiration, ce qui me permet de me calmer et de centrer ma conscience. Parce que le yoga implique du mouvement et qu’il est physiquement exigeant sans avoir un impact important, j’ai découvert que je peux faire du yoga même lorsque mon esprit est en pleine course. Je vois cela comme un défi physique, et c’est relaxant d’étirer mon corps et de me détendre ensuite. Je prends des cours de yoga, donc je ne suis pas responsable de me discipliner, et en m’engageant dans un environnement de groupe, je suis sorti de ma propre tête.

J’avais l’habitude d’effacer mes symptômes d’hypomanie, en maintenant un état de déni tout en accélérant ma vie. C’était facile d’ignorer ma maladie quand j’étais hypomaniaque parce que je me sentais fantastique. Mais aussi exaltant que puisse être le voyage en train de l’hypomanie, je dois être prêt à l’arrêter afin de gérer efficacement mes troubles bipolaire.

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

2 commentaires sur “7 façons d’arrêter le train de l’hypomanie
  1. Marion dit :

    Superbe témoignage j ai l impression que j aurai pu l écrire tellement c est ce que je vis !
    Pareil par rapport au fait que j arrive maintenant à plus me contenir lors de ces phases et à limiter la consommation d alcool et de caféine
    Merci encore pour ce témoignage

  2. De Valence dit :

    Merci pour ce bel article plein de sagesse et encré dans l’expérience. Moi aussi je trouve l’hypomanie grisante et j’ai du mal à avoir envie que ça s’arrête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.