Bonjour, j'ai 24 ans et j'ai été diagnostiquée personne bipolaire il y a déjà 3 ans de cela, je vais donc vous expliquer ce que sont les troubles de la bipolarité.

Je m'appelle Marine et je suis bipolaire de type 2, c'est-à-dire que je présente successivement des phases dépressives majeures et des états hypomaniaques, qu'il ne faut pas confondre avec les états maniaques qui sont des phases beaucoup plus accentuées d'euphorie.

Je me suis rendue compte que quelque chose n'allait pas vers l'âge de 16 ans, à ce moment-là j'ai pris contact avec un médecin psy et j'ai appris que je faisais une grosse dépression. 

J'ai été hospitalisée plusieurs fois pour dépression et non pour la bipolarité. Il fait savoir que c'est une maladie psychique très complexe qui se manifeste différemment suivant les personnes. C'est pour cela que les psychiatres ont mis 4 ans avant de me diagnostiquer de cette maladie. Et puis j'ai trouvé le bon traitement qui m'a enfin stabilisée de cette maladie qui est malheureusement, en ce moment, "à la mode / tendance" !

Voici les 2 types de personne qui sont " en moi " :

Marine D : Elle représente la personne dépressive de ma bipolarité. Elle n'a pas vraiment le moral, elle aimerait juste que sa vie s'arrête, elle en a marre de subir cette fatalité qui pèse sur ses épaules. Sa vie n'est pas rose, elle est même d'un noir profond. Elle ne ressent pas le besoin de vivre et la mort ne lui fait pas peur ! Elle aime fumer et boire de l'alcool, c'est une de ses addictions, comme la plupart des bipolaires, impossible de s'en défaire. Elle est beaucoup plus sensible que les autres, beaucoup plus faible dans le contexte de résister à des tentations où il s'agit d'un combat avec elle-même.
Marine M : Elle représente la personne euphorique (maniaque ou hypomaniaque). Elle se sent bien, rien n'est grave pour elle, elle est heureuse et épanouie, rien ne peut la faire changer d'humeur. Elle a envie de sauter en l'air, de faire plein de choses simultanément ! Elle a envie de le crier au monde entier tellement elle est heureuse … Et même la tristesse des autres ne peut l'atteindre, en fait elle s'en fout ! Elle préfère s'occuper des personnes qui sont à son écoute.


Les différents types de bipolarité

Il faut savoir que la bipolarité touche 2 à 5 % de la population, tous types confondus. Il existe 5 formes de bipolarité au total, mais 2 types se distinguent : Les types 1 et les types 2.

Le type 1 se rapproche plus de la version classique de la psychose du maniaco-dépressif des troubles bipolaires. Ce type oscille entre une phase maniaque aiguë délirante (Marine M) et une phase de dépression profonde (Marine D).
Le type 2 est un peu moins reconnaissable où les phases d'excitation sont appelées phase d'hypomanie, car elles sont plus discrètes. C'est uniquement lorsque la phase de dépression subvient que le patient peut être diagnostiqué comme malade bipolaire afin de traiter ses troubles mentaux.
Le type 3 est un trouble de l'humeur induit par une substance. Il est décelé par un épisode maniaque suite à une prise d'antidépresseur.
Le type 4 de la maladie bipolaire survient suite à un épisode dépressif majeur (dépression bipolaire) sur un tempérament de base hyperthymique. Cela veut dire que la personne est en hyperactivité, fait plein de projets, est d'une grande sociabilité et a très peu besoin de sommeil, en général dormir 2 heures lui suffit. Elle est d'un grand optimisme. Ce trouble survient tardivement et fait suite à un surmenage, une succession de stress ou des évènements pénibles de la vie courante.
La cyclothymie (phase cyclothymique) est le passage de la tristesse à la gaité et vice-versa sans pour autant être des phases maniaques ou dépressives. Ces personnes sont souvent décrites comme lunatique ou encore des girouettes, elles changent très souvent d'humeur comme de chemises …  

La bipolarité, c'est quoi au final ?

La bipolarité possède le plus haut risque de suicide à long terme, environ 30% des troubles psychiatriques.

La bipolarité, anciennement connue sous le nom de maladie psychose maniaco-dépressive, est le terme utilisé actuellement pour expliquer les changements d'humeur et autres troubles du comportement chez les personnes.

Dans la vie il y a des hauts et des bas, il est donc tout à fait normal de se sentir triste ou heureux ! Pour une personne bipolaire, ces émotions sont juste multipliées par 10 et en deviennent invivables, autant pour lui que pour ses proches, en phase de manie ou de dépression. Les personnes bipolaires ont des comportements extrêmes…

Il faut savoir que cette pathologie est une maladie qui se soigne, mais ne se guérit pas. Il faut apprendre à vivre avec car elle est avec nous tout au long de notre vie. Le trouble bipolaire est récurrent et les possibilités de rechutes sont fréquentes si le traitement n'est pas adapté au malade, si aucun suivi médical n'est effectué ou s'il ne le suit pas avec assiduité. Il faut apprendre à vivre avec afin de connaître les phases et anticiper les changements et sautes d'humeur pour ensuite les minimiser au maximum.

Les deux états de la bipolarité

La bipolarité se caractérise par 2 grands états :
L'état d'euphorie avec beaucoup d'agitation, appelé aussi " manie ".
L'état de mélancolie et de dépression qui peut inclure des pensées suicidaires.

Ces épisodes ne surviennent pas de manière régulière, ils sont imprévisibles et peuvent durer de quelques semaines à plusieurs mois.
La personne en état de mélancolie a le sentiment que personne ne la comprend, elle est noyée dans la tristesse et le désespoir, elle est énervée et a le sentiment que rien ne va. Elle n'a plus aucun plaisir ni d'intérêt pour quoi que ce soit, les gens l'agacent, l'irritent. Voir les gens sourire, être heureux, lui donne un sentiment d'hypocrisie, elle est tout le temps fatiguée et possède un manque total d'appétit. Elle peut dormir toute la journée, n'a même plus envie de sortir et pleure très souvent pour un rien ! Elle se sent inutile avec un sentiment que tout est de sa faute, elle ne trouve pas sa place sur cette terre. Elle a également de nombreuses idées noires en permanence avec des idées de mort, elle peut réfléchir du matin au soir à comment mettre fin à ses jours avec une tentative de suicide.
Allez voir un psychiatre afin qu'il prescrive un traitement adapté est nécessaire pour aller mieux. Il faut néanmoins un temps d'adaptation à tous médicaments, en effet aucun traitement ne fonctionne immédiatement, mais peut aider doucement à remonter la pente et surtout éviter toute rechute.

L'association de plusieurs facteurs (environnementaux) peut provoquer l'apparition de troubles bipolaires, mais sa cause précise échappe encore à la médecine. Par contre, il est certain que l'excès de stress, d'angoisse, les problèmes familiaux, le manque de sommeil ou encore la prise de stimulants ou autres drogues dures ou douces ne peuvent pas causer cette maladie mentale, mais peuvent déclencher un épisode chez les malades déjà atteints de troubles de la personnalité. Les médecins spécialistes des troubles divers de cette santé mentale prouvent désormais que la bipolarité peut être génétique. Pour simple exemple, les personnes dont les parents ont souffert d'une dépression ont 25% plus de chances (ou de malchances) d'en souffrir aussi contre moins de 5% pour ceux dont les parents n'en ont pas souffert ! C'est ce qui pourrait être une malformation dans certaines cellules nerveuse de notre cerveau.

Les traitements de la bipolarité

Plusieurs traitements existent pour soigner le bipolaire. Il existe les traitements biologique appelé psychothérapie, et les traitements médicamenteux avec les thymorégulateurs, appelés aussi stabilisateurs d'humeur. Ils servent à prévenir des rechutes et à minimiser les sautes d'humeur des patients. 

Le Lithium ou Depakote sont majoritaires. Ces derniers sont prescrits généralement à vie. Il existe aussi les médicaments complémentaires afin de traiter un état précis comme la dépression avec les antidépresseurs (Deroxat pour simple exemple), antipsychotiques ou encore des neuroleptiques. Du fait par leur dangerosité sur le long terme et leur possible dépendance, ils sont généralement prescrits pour des courtes durées et sous haute surveillance d'un psy. Une méthode très controversée est également utilisée, mais elle est très critiquée, il s'agit des électrochocs. Pourtant, cette méthode radicale, souvent utilisée en hôpital psychiatrique, obtient de bons résultats. En dernier point, les traitements psychosociaux sont aussi très performants avec les groupes de parole, thérapie comportementale et psychothérapie. Une bonne hygiène de vie est également nécessaire.

Voilà tout ce qui concerne les symptômes de la bipolarité, en espérant vous avoir renseigné suffisamment sur cette maladie bipolaire, à la limite des fois de la schizophrénie. N'hésitez pas à commenter et à poser vos questions si vous en avez.