Le bipolaire et le mensonge

    Cet article répond aux questions suivantes concernant le trouble bipolaire :
  • Le bipolaire est-il un menteur mythomane ?
  • Pourquoi le bipolaire ment ?
  • Si une personne est désagréable avec sa famille et qu'elle ment, est-elle bipolaire ?
  • Mythomanie et bipolarité : Pourquoi une telle association ?
    Les réponses aux questions de cet article sur les troubles bipolaires en 30 secondes :
  1. Le "bipolaire menteur" est issu d'une forme de stigmatisation qui a évolué dans le temps .
  2. Le mensonge n'est pas un symptôme propre à la bipolarité .
  3. La personne bipolaire, en période de panique, peut mentir ou raconter la vérité ( des choses personnelles, même intimes / confidentielles ) lors d'une conversation .
  4. Une personne souffrant de troubles bipolaires qui ment sans cesse est dû à son caractère et non à sa maladie .
  5. Le mensonge chez le bipolaire est souvent un appel à l'aide; utilisé pour attirer l'attention et être écouté .

On le voit souvent sur les forums de discussion que le mensonge « fait soi-disant » partie des symptômes de la personne bipolaire . Alors, est-ce qu’un trouble mental comme la bipolarité peut rendre une personne mythomane ? Est-ce un symptôme maniaque ou est-ce que le bipolaire est un menteur en phase de dépression ? Les troubles de l’humeur provoquent-ils le mensonge ? On a déjà pu parler auparavant du bipolaire manipulateur, est-ce pour cela que certaines personnes pensent que les patients souffrant de la maladie des troubles bipolaires puissent s’associer avec la mythomanie, le mensonge incessant ? … Nous allons surtout tenter de répondre au pourquoi le bipolaire a besoin de mentir et pourquoi il ment à tout-va ? Il faut avant tout savoir que le mensonge n’est pas anodin et qu’il y a toujours une raison à cela …

 

Attirer l’attention par le mensonge …

Il est vrai que l’on peut comptabiliser un fort pourcentage de bipolaires qui mentent seulement pour attirer l’attention sur eux ! Nous parlons donc d’un manque d’attention, d’affection : Et là on retrouve bien un des symptômes de la phase maniaque, le bipolaire a toujours besoin d’être écouté, qu’on le mette sur un piédestal … Alors s’il se sent incompris et pas très bien entouré, il pourra recourir au besoin de raconter des mensonges à son entourage . Il faut que l’on parle de lui et qu’il puisse parler de lui afin d’essayer d’être compris et malheureusement tous les moyens sont bons … Les maniaco-dépressifs savent très bien le degré d’attention et/ou de compassion qu’ils attendent et ont besoin de la part de chacune des personnes présentes en leur compagnie .

 

Le mensonge comme moyen de contrôle …

Être autoritaire et dirigeant, c’est bien là encore un des symptômes des phases hautes du bipolaire . On l’a déjà dit, beaucoup de bipolaires, s’ils peuvent travailler, dirigent des entreprises, car bien souvent, ils ne supportent guère d’être commandés trop longtemps et ne peuvent garder un travail dans la continuité à cause de leurs nombreuses phases qui caractérisent cette maladie . Le bipolaire a besoin de contrôler les situations dans lesquelles il est, afin de pouvoir se comparer à l’acteur principal ( en général ) ! Pour cela les « petits mensonges » peuvent être utiles pour arriver à ses fins . Non, ce n’est pas vraiment de la mythomanie, mais afin de ne pas entrer dans une situation de crise, de panique, le malade ressent ce besoin d’en raconter toujours plus sur ses histoires afin de garder le contrôle sur lui-même avant tout … La plupart du temps, les mensonges dits par une personne bipolaire sont bénins et pas vraiment dangereux .

 

Devoir mentir pour faire passer ses comportements dangereux …

Qui n’a jamais volé un paquet de chewing-gum avant ses 10 ans ? Pas moi … Et que disait-on alors lorsqu’on se faisait prendre ?
« C’est pas moi ! »
« Il est venu tout seul dans ma poche ! »
« Je ne savais même pas qu’il était là ! »
« Je l’ai depuis une semaine, c’est le mien ! »
etc etc …
Voilà le style de mensonge qui nous servait afin de nous excuser de notre comportement de « gentil voleur » … C’était bidon, mais on avait besoin de cela, pour ne pas se sentir, ou être, fautif . On avait le goût du risque mais on ne voulait pas se sentir coupable, responsable, on ne voulait pas avoir honte mais on avait besoin de cette petite dose d’adrénaline … Serait-ce pareil pour le bipolaire lorsqu’il commence à mentir afin d’excuser ses nombreux comportements à risques ? Le bipolaire serait-il un enfant qui a besoin d’adrénaline de temps en temps ? Certainement, à moins que ce ne soit encore une preuve d’un manque d’attention et qu’il recherche l’attention de son entourage, et donc le provoque sans cesse par ses bêtises ( des fois graves ) et ses mensonges . Nous croyons fortement à cette deuxième option … Il ne faut jamais oublier que les agissements d’une personne atteinte de troubles bipolaires ne rendent jamais fière cette dernière . Le bipolaire sait presque toujours que son comportement n’est pas normal, et pour ne pas avoir honte, il devra se mentir à lui-même, ainsi qu’à ses interlocuteurs, afin de se déculpabiliser légèrement . Il a fait une bêtise, il le sait mais il veut tester, tel un enfant, s’il peut se sortir de cette situation … Ne jamais dire la vérité, comme par exemple dans un couple ou la personne bipolaire sera infidèle, elle pourrait alors mentir facilement afin de ne pas révéler son infidélité, même si le conjoint lui prouve le contraire, qu’il soit au courant . Le bipolaire ne veut pas mettre en péril son couple volontairement même si son comportement prouve le contraire … Test, besoin d’adrénaline / de folie, manque affectif donc besoin d’attention, bref, les suppositions sont nombreuses quand on parle de mensonges sur le comportement du bipolaire .

 

Masquer son comportement impulsif avec des mensonges …

On le sait, le bipolaire a un comportement très impulsif, il marche fréquemment au coup de coeur ! Arriver à faire ce qu’il veut faire sans se préoccuper des dommages collatéraux de ses actions entreprises . Foncer si la honte est proche et trouver une issue au problème, c’est à ce moment-là que des mensonges peuvent être entrepris par le patient bipolaire afin de masquer son état émotionnel . En phase dépressive, le bipolaire est souvent en manque de sérotonine, il ne faut donc pas être surpris de l’impulsivité du malade . Cacher ses propres regrets concernant ses agissements par les mensonges fait partie de cette mauvaise santé mentale . Expliquer ce type de comportement autrement devient alors très complexe et peut être faussé par les paroles du bipolaire .

 

Peut-on guérir le bipolaire du mensonge ?

Comme vu plus haut, ce n’est pas tous les bipolaires qui mentent mais seulement certains cas . On pourrait presque certifier que le degré de bipolarité varie avec l’importance du mensonge … La personne bipolaire peut ne plus arriver à se sortir de son propre mensonge et se retrouverait alors, à la limite, « mythomane » . Certains bipolaires vont mentir par plaisir, et généralement, ces mensonges sont moindres et pas très graves, mais certains bipolaires vont vivre dans le mensonge et inclure leur entourage, à cet instant-là, le mensonge peut alors détruire une personne … Si vous suspectez une personne bipolaire de mentir, dîtes-le lui immédiatement mais toujours avec empathie, expliquez-lui calmement que ce n’est pas grave et que cela ne sert à rien de raconter des mensonges . Si ce n’est que le début du symptôme, le bipolaire ne s’y reprendra que rarement, mais si vous le laissez vous mentir continuellement, alors vous vous mettez en danger mais vous le mettez également en danger pour lui-même . La mythomanie du bipolaire peut se guérir avec l’aide des traitements par médicaments et grâce à des thérapies . N’oubliez pas que la principale cause du mensonge chez le bipolaire est un appel à l’aide :
– soit affectif / attentionnel ( il se sent seul et veut attirer l’attention sur lui ou alors il veut tester l’affection de son interlocuteur envers lui ) .
– soit un sentiment d’infériorité ( il a peur de (re)tombé dans une crise de panique et essayera de reprendre le contrôle de la situation par tous les moyens ) .

 

Conclusion :

Si vous avez été victime d’un mensonge de la part d’un bipolaire, soutenez-le encore plus . Avant de vous mentir, dîtes-vous bien qu’il se ment à lui-même ! Associé au trouble bipolaire, ce pseudo-symptôme peut devenir une faiblesse pour le malade, comprenez bien qu’il puisse se transformer en signe de lâcheté, ce qui peut entrainer une période sombre de dépression s’il n’est pas aidé et se sentira obliger à continuer de mentir … Avant de mentir, le bipolaire se demandera toujours comment il va devoir annoncer la vérité ! Il ne devrait pas avoir besoin de se poser une telle question s’il était aimé et soutenu … Non ? Le bipolaire a peur, peur de décevoir, d’être abandonné, d’être humilié, le mensonge peut alors lui éviter cela et il peut ensuite s’amplifier avec le temps et devenir un véritable danger pour sa vie et la vôtre aussi . Y mettre un terme le plus rapidement possible par la discussion est la première chose à faire pour sauver votre relation … Et pour répondre définitivement à la question : Le bipolaire est-il un menteur pathologique ? La réponse est non, ce n’est pas un des symptômes propres à la bipolarité, tout le monde peut être menteur, cela n’est pas associé qu’aux bipolaires . Il peut effectivement l’être, mais cela n’aura rien à voir avec sa maladie bipolaire, ce sera son caractère légèrement accentuée par les vrais symptômes de la maladie aussi . L’angoisse chez une personne non-bipolaire, les moments de panique peuvent intensifiés la volonté de raconter des mensonges, voilà pourquoi certains patients bipolaires sont plus susceptibles et enclins à mentir lors des crises … Sachez aussi que le déni de bipolarité peut aussi devenir un mensonge personnel, mais ce type de cas est alors beaucoup plus grave et très complexe, un travail sur soi-même est alors à envisager .
Un dernier petit conseil : Il y a de cela quelques jours, un conjoint d’une femme bipolaire nous a demandé des conseils concernant le mensonge perpétuel de sa femme et les réactions / actions qu’il devait avoir . Il nous a demandé si, pour la faire réagir, il devait lui aussi lui mentir … Ne faites jamais cela, JAMAIS . La personne bipolaire est très intelligente et vous démasquera très rapidement, cela favorisera alors l’excitation et l’irritabilité du bipolaire … S’il vous ment, c’est qu’il vous a analysé avant tout et a déjà prévu plusieurs portes de sortie …

 

Vous vous y connaissez en mensonge et trouble bipolaire ? N’hésitez pas à intervenir à ce sujet sur notre forum bipotes et en commentaire ci-dessous …

 

Le bipolaire et les mensonges

Trouble bipolaire et mensonge

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
27 commentaires sur “Le bipolaire et le mensonge
  1. Catherine dit :

    Bonjour à tous
    J’ai dans mon entourage quelqu’un qui présente beaucoup de signes de bipolarité
    Cela dit il ment à longueur de journée
    Je devrais dire il invente des choses à longueur de journée
    Exemple
    Il fait un feu ? c’est interdit on lui fait la remarque il dit qu’il s’en fou puis que la police est passé et sort une histoire
    Du type ils m’ont dit ont à rien vu
    Bien évidemment la police n’est jamais venu

    Ou bien un ami le croisé et lui demande à quand le deuxième enfant ?
    Il répond jamais jamais de la vie
    Sa femme accouche 3 semaine après
    Cet ami était stupéfait

    Pouvez-vous me dire si ces fabulations à longueur de journée peuvent être attribué à cette maladie

    Le gros problème c’est que cela fait des histoires
    Il invente des vies aux gens c’est toujours très méchant
    La dernière en date il m’a dit qu’une Mami était décédé et elle ne l’était pas heureusement que je me méfie lorsque j’ai vu sa famille j’ai pris mes précautions
    Mais pour quelqu’un de non avertie cela peut avoir de grosses conséquences
    je suis très inquiète pourriez vous me dire comment réagir ?
    Son entourage subi nous n’osons rien dire car il est très manipulateur
    Comment faire face ?
    Nous subissons c’est infernal
    Merci de votre réponse

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour, Vous dites qu’il présente des signes de bipolarité, mais est-il diagnostiqué bipolaire ? Alterne-t-il entre période de dépression profonde et phase d’euphorie intense ? Le mensonge est un trait de caractère mais la mythomanie est une maladie et comme vous raconter les faits de votre ami, cela ressemble à sa vie : mentir en continu … Comment réagir ? Trouvez la cause de ces nombreux mensonges, pourquoi ment-il ? Pour le plaisir, à cause d’un trouble affectif, pour attirer l’attention sur lui, est-ce de famille, etc etc … ? Après avoir découvert cela, vous pourrez alors avoir un premier début de réponse sur le fait de savoir s’il a des possibilités d’être bipolaire . Mais en aucun cas ces affabulations ne peuvent pas être dût au trouble bipolaire direct .

  2. Grauxj dit :

    Je suis désolé de vous contredire mais je suis bipolaire soigné depuis 6 ans mais par peur de perdre le peux qu’ ils me restent je mens et je peut pas m en empêche pareil pour ma fille 17 bipolaire elle ment sur tout mais je l a voir tout de suite alors oui je pense qu’ un bipolaire ment pas pour faire du mal juste par peur d etre encore abandonner

  3. Enirêves dit :

    Bonjour Grauxj,

    Votre témoignage m’intéresse. Je vis depuis 7 ans avec mon ami soigné depuis de nombreuses années, mais je ne vous cache pas que le quotidien n’est pas toujours facile. J’essaie d’être patiente, de comprendre ses émotions mais ce n’est pas simple. Je sens qu’il attend beaucoup d’attention de ma part mais quand je lui la donne, ce n’est jamais assez ou ce n’est finalement pas ça qu’il voulait. Sans parler des petits mensonges jamais méchants mais qui à la finale compliquent la vie. Mais c’est également un amour et ça peut-être aussi un paradis sur terre de vivre avec lui car par moment il s’est rendre le quotidien extra- ordinaire…..

  4. Zya dit :

    J’ai été diagnostiquée bipolaire et j’ai horreur des mensonges! Au contraire on me dit que j’ai le droit de faire de petits mensonges sans conséquences dramatiques s’il faut préserver ma vie mon entourage ou au travail….

  5. isa dit :

    Bonjour, les petits mensonges peuvent ensuite en s’accumulant, faire du mal : exemple, ce papa qui fier, raconte à ses enfants sa vie sportive, et comme il a cotoyé des clubs de haut niveau … les mots dépassent la réalité : les enfants croient que leur père a été joueur pro … Renseignements pris auprès des grands parents, c’était faux ! Imaginez la déception de ses enfants … doute perpétuel des propos de leur père, homme qui doit en principe incarné la vérité . Une pensée pour ceux qui côtoient journellement une telle personne : elle ne peut tenir des conversations avec des tierces personnes, car elle ne sait pas ce qu’a bien pu dire le bp … Alors nous, les tierces, comment doit on réagir ou ne pas réagir face à ces « petits » mensonges ?

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour Isa,
      Il est vrai que c’est toujours très compliqué de réagir face à un mensonge et quand on est connaît la vérité . Avec une personne bipolaire, c’est le sujet de cet article, comme lors d’une crise de bipolarité, il faut en parler immédiatement après le mensonge mais calmement et sans la brusquer afin de ne pas que la personne se renferme ou se mette en colère … En règle générale, il faut faire comme vous n’aviez pas entendu ce mensonge et essayer de lui montrer qu’elle ment, par la démonstration de la vérité et lui dire que c’est moins grave qu’elle ne le pensait .
      Si un mensonge est établi par un bipolaire, il est fort à parier que c’est parce qu’il pense que la vérité est mauvaise et que son cas s’aggravera, c’est une porte de secours « facile » …

  6. Rose dit :

    Bipolaire diagnostiqué depuis très longtemps, j’ai 53 ans..!!!! Il est évident, pour moi, que le mensonge fait partie intégrante de notre trouble mental. C’est en quelque sorte une survie….. c’est également très excitant…. la manipulation prend tout son sens par la suite…. Quelle jouissance .. !!! N’est-ce pas ??!!!!??????

    • so dit :

      Excusez moi vous avez l’âge d’être ma mère mais je trouve votre commentaire déplacé, sachez qu’un bipo peut vous pousser au suicide kan on est fragile; sans accuser personne, je ne veux avoir aucun contact avec une personne bipolaire parce que je dois me protéger.

      • Keno dit :

        Entièrement d’accord avec toi, So, pour la personne dans le couple ou ex-couple qui n’est pas bipolaire, outre le fait que certains mensonges sont particulièrement heurtant voire pervers, cela peut donner certaines idées, j’en sais personnellement quelque chose.
        Pour autant le commentaire précédent me fait penser à ce que dit mon ex, une espèce de « peur de rien », « on s’en fout », « je m’éclate au milieu du chaos ». Est-ce encore quelque chose qu’on retrouve chez les bipolaires, certains en tout cas car j’ai bien compris qu’il y a de nombreuses nuances.

  7. NOUR dit :

    Je n’adhère pas à l’idée que tout bipolaire serait menteur du fait de sa maladie. Sauf en état maniaque où là on est déconnecté de la réalité, on a perdu la raison momentanément. Dans ces moments là, je ne sais même plus comment je m’appelle , alors témoigner de quelque chose sans la moindre déformation des faits, est intellectuellement impossible. En revanche , en phase dépressive et dans les intervalles libres, il n’y a pas de mensonge pathologique. En ce qui me concerne, c’est l’un de mes premiers psychiatres, avant de reprendre mon travail, qui m’a conseillé d’apprendre à mentir! Il connaissait le risque de rejet si je me dévoilais trop tôt ou devant n’importe qui . Je me souviens avoir répondu ceci à son conseil (c’était même plutôt une injonction): « Je suis désolée, mais moralement ce ne sera pas possible ». Et puis plus tard c’est la réalité de l’intolérance des gens qui m’a conduite à mentir, ou plutôt à garder secrète ma maladie. Mais même aujourd’hui ça me pèse moralement.
    En résumé je n’adhère pas à l’idée que le mensonge soit un symptôme de bipolarité. La mythomanie, c’est un trouble à part, et dont je ne suis nullement affectée personnellement. Mais sachant la mauvaise réputation qu’on nous fait , au contraire, je m’efforce toujours de ne pas déformer la réalité quand je relate un événement, je vais jusqu’à citer mes sources si possible.

  8. Domilune dit :

    Bonjour,
    Mentir pour moi il n’en est pas question car il n’existe aucun voeu pieux, dans ce car dans ce cas c’est soi-même qui me fourvoie.
    Bien sur que c’est mettre à mal nos proches aimants mais lorsqu’ils le sont c’est leur donner accès à notre monde quand bien même il demeure étranger et ils sont bien moins intolérants et que cela ouvre des portes sur un inconnu qui les interroge fatalement.
    Dans mon boulot une de mes collègues est bipo à un plus grand degré que moi mais c’est sans compter sur l’empathie, la compréhension de chacun et qui accueille ses moments difficiles, j’ai de la chance je sais.
    Pour terminer je suis gay, jamais je ne l’ai caché sur mon lieu de travail et je le suis sans ostentation, ma fierté est de penser que j’ai permis à toutes ces personnes de voir l’homosexualité différemment, j’ai la certitude que cela est valable pour tout autre de désordres quelqu’ils soient. Et depuis pour mes collègues les gays sont comme les autres.
    Bon allez, cumuler tout cela voila qui fait ma richesse, je ne l’échangerai pour rien au monde, ni pour mes trois filles, ma petite fille et ma famille qui est un miracle de gentillesse et qui sait se débrouiller pour ne pas répondre à mes messages incendiaires quand j’ai bu.
    Je ne connais rien de plus bénéfique afin de ne prêter le flanc à la bêtise à la méchanceté, au mépris, que d’affirmer ce que nous sommes, l’adversaire est désarmé.
    Le désespoir hier était si grand que j’ai avalé une plaquette de Xanax, c’est efficace contre les angoisses mais je ne le recommande pas, j’ai raté mon rendez-vous ches le psy.
    Bien à vous et à Nour
    D.S.

  9. ERIC LE ROUGE dit :

    J ai pris le pseudo de mon arrière arriere ….ARRIERRE grand père chef des viking premier mensonge ; j ai eu un mal fou a respecter le code de la route depuis peu je suis devenu psycho rigide tolérance zero et pour moi et pour les autres : je ne vois plus que par la loi :je ne supporte plus les mensonges des autres ;;; bien souvent je dis que je suis un menteur que tout le monde ment ,,,, j ai un gros souci je suis anémié severe transfusion SANGUINES tout les 15 jours ===> IMPOSSIBILITÉ DE TRAITER PAR LITHIUM cela me mettrait en danger j ai aussi une remarque concernant les mensonges c est que par sensibilite nous voyons très rapidement qui ment et comme tout le monde ment on a pris l habitude de faire a l identique exagérer les mensonges pour se différencier et nous n avons pas de limites et ne savons pas mentir

  10. Priscilla dit :

    Le mensonge volontaire non ,l’omission pas longtemps ,la vérité est un tresor…

  11. so dit :

    En clair, le bipolaire ment par « survie » parce qu’il a peur de tout pour rien. Il ne fait pas confiance à l’indulgence. Comme il ment par survie, cela peut entraîner des situations dangereuses pour lui et autrui. C’est à se demander si un bipolaire non stabilisé est fréquentable ?

    • Unknow dit :

      Apparemment, les neurotypiques, n’en sont pas moins infréquentables, n’est-ce pas… So ?

      Encore une fois, faites attentions aux généralisations et aux diabolisations…
      Car, à ce petit jeu, les neurotypiques sont maître de la partie…

      Je vais m’arrêter ici, pour ne pas devenir vulgaire.

      À bon entendeur,

      • Unknow dit :

        J’ajouterai, plus simplement, qu’il faut faire attention.

        Les gens confondent souvent corrélations et relations de causes à effets.
        Sans parler de prendre en compte le contexte, le passé et la personnalité induite par les deux précédents.

        La zététique est une façon intéressante de pouvoir évité, trop fortement, l’impacte que peux avoir nos biais cognitifs. (Et par extension, évité d’avoir plus de jugements de valeurs que de faits, pur et simple)

    • Marie dit :

      Je suis bipolaire de type 2 et je ne suis pas stabilisée.dois-je le prendre pour moi, a savoir qu’un bipolaire non stabilisé n’est pas fréquentable?
      Attention, c’est ce genre d’opinion justement que je déteste.
      Tous les bipolaires ne sont pas pareils!!!!!!!
      Et les non bipolaires ne mentent ils pas ? A croire que non, si l’on suit votre raisonnement.

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour,

      Toutes les réponses sont tout de même dans l’article et en gras .

      « Et pour répondre définitivement à la question : Le bipolaire est-il un menteur pathologique ? La réponse est non, ce n’est pas un des symptômes propres à la bipolarité, tout le monde peut être menteur, cela n’est pas associé qu’aux bipolaires . Il peut effectivement l’être, mais cela n’aura rien à voir avec sa maladie bipolaire, ce sera son caractère légèrement accentuée par les vrais symptômes de la maladie aussi . L’angoisse chez une personne non-bipolaire, les moments de panique peuvent intensifiés la volonté de raconter des mensonges, voilà pourquoi certains patients bipolaires sont plus susceptibles et enclins à mentir lors des crises … »

      La personne bipolaire ment et la personne non-bipolaire ment aussi . La personne bipolaire raconte tout en public ( la vérité ), même les choses intimes sans s’en rendre compte et la personne non-bipolaire en fait de même . Encore une fois, le mensonge n’est pas un symptôme propre à la bipolarité, l’article explique pourquoi la personne bipolaire peut mentir . C’est comme si nous faisions un article qui dirait pourquoi la personne bipolaire raconte tout en public ? C’est de l’impulsivité, de la réassurance personnelle . Est-ce que tous les bipolaires ont tous les mêmes symptômes ? Non ! C’est pareil pour les traits de caractères … Est-ce que tous les bipolaires mentent ? Non . Est-ce que tous les bipolaires disent la vérité ? Non . Pourtant c’est ce type de préjugés qui ressortent de la bouche des personnes ne connaissant pas la maladie … Et c’est pour cela que nous en parlons et expliquons pourquoi …

      Quand aux bipolaires non-stabilisés qui seraient infréquentables, penser cela est encore une fois une erreur, une stigmatisation d’un pseudo-symptôme, une généralité qui fait l’affaire de beaucoup de personnes … Une personne qui ment doit donc rester seule ?!!! Non . Une personne dangereuse doit donc rester seule ??! Non . C’est peut-être à cause de ces préjugés que ces personnes ( bipo ou non ) mentent ou sont dangereuses …

      En parler, c’est faire taire les préjugés grâce à des explications neutres qui feront changer certains avis, auparavant contraires . À méditer …

  12. Lamouche dit :

    Bonjour,

    Sans tomber dans la généralité j’ai pu constater pour ma part, chez mon ex et à force de recoupements, qu’elle mentait à longueur de temps. Par contre, savez-vous si c’est une caractéristique du trouble bipolaire de compartimenter sa vie? Je veux dire ne pas réunir les personnes, amis, famille ensemble? Pour avoir eu l’occasion de discuter avec les uns et les autres après la rupture, j’ai pris beaucoup sur moi et ranger ma fierté mais je voulais comprendre, j’ai constater que les uns et les autres avaient des informations différentes sur un même événement. Et quand je dis différent c’est parfois le jour et la nuit. Ce n’est qu’un sentiment personnel, mais j’ai quand même la forte impression qu’une personne dans le déni de son trouble bipo depuis plus de 20 ans, consommant alcool et cannabis de manière régulière, ayant vécu des situations particulièrement glauques et « traumatiques » en phase maniaque, bascule petit à petit dans des registres de maladies mentales beaucoup plus invalidantes et personnellement et socialement.

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour,

      Une personne dans le déni doit tout de même alléger sa souffrance psychique, donc si elle est dans le déni, elle n’a normalement pas de traitement médicamenteux, ni même de suivi parfois ! Donc, la (sur)consommation de drogues et alcool est effective, surtout en phase dépressive . Cela est très néfaste et très perverse car le bipolaire croit que cela lui fait du bien, mais ses addictions favorisent en réalité l’arrivée d’une phase maniaque … Ces addictions font partie des causes du trouble bipolaire, elles peuvent même le développer chez des personnes dépressives non-diagnostiquées bipolaires . Une personne dans le déni de bipolarité pendant de longues années peut effectivement sombrer dans des maladies encore plus invalidantes comme la fibromyalgie … Cela n’est pas une obligation et dépend de beaucoup de facteurs comme le type de bipolarité, les antécédents ainsi que les évènements présentant des traumatismes psychiques successifs .

  13. Lamouche dit :

    Merci pour ta réponse.
    « Cela est très néfaste et très perverse car le bipolaire croit que cela lui fait du bien, mais ses addictions favorisent en réalité l’arrivée d’une phase maniaque … »
    C’est totalement son cas, cela fait deux mois qu’elle est sur un mode toute puissance, peur de rien, avec parfois quelques journées où elle reste clouée au lit toute une journée ne parvenant pas à se lever.
    D’après son père, qui observe impuissant depuis 20 ans même s’il gère le matériel, les phases maniaques sont de plus en plus rapprochées avec du coup conduite désinhibée, alcool au volant, conso ++ de cannabis, s’habille en tenue hyper excentrique et « allumeuse », aborder des personnes elles-mêmes en difficulté (alcooliques, personnes sans papiers, …) qui vont nourrir un discours confus à la limite du délire parfois.
    Alors oui, dans ce cas, le mensonge prend parfois une dimension de manipulation tant il faut qu’elle essaie de « vivre » avec tout ce « bordel » et se convaincre que ce n’est pas elle qui a un problème mais les autres, les proches ou moins proches qui s’inquiètent pour elle.
    Et en attendant, tant qu’il n’y pas une « crise maniaque » avec passage à l’acte, on ne peut rien faire, juste assister à sa lente mais régulière descente aux enfers.

  14. Grelet Marie-Ange dit :

    En lisant beaucoup de blogs, d’articles tels ceux du dr Gay, bien divulgués partout comme une prose, je vous rappelle que ce sont Les bipolaires eux-mêmes qui vous ont aidés à définir les pistes et les symboles de la maladie maniaco-dépréssive avant limitée . Alors, quand le lis tout ce qui est proféré sans preuve sur nous, le mensonge est partout comme vous, comme bien d’autres choses! Vive la différence, arrêtez de rejeter toujours les torts sur la psychiatrie,tout le monde peut en être atteint un jour.
    Merci pour vos commentaires et sachez que les bipolaires se remettent beaucoup en question ,alors, si vous le faites aussi, la communication sera meilleure. PSY

  15. aurelienma dit :

    Cet article est un peu triste.
    Mon expérience est assez récente en tant que Bipolaire.
    Disons que pour ma première phase haute sur une échelle de 1 à 100 j’étais à 1000 (vous voyez un bipolaire ment). J’ai dit, fait et écrit des trucs absolument délirants. Et de façon générale je ne mentais pas. J’étais dans une vérité parallèle un monde autre….. Le problème c’est le retour à la normale….. Et là il faut faire avec.
    Clairement on ne peut pas tout dire. Mais les plus gros mensonges on se les fait à soi-même pour rendre acceptable la vérité….. Ceux là je peux vous dire non seulement je ne les mettraient pas sur le forun. …. Mais il est impossible d’en discuter….

  16. Grelet Marie-Ange dit :

    Bonsoir aurelienma,
    Je pense que je ne voulais pas être triste mais réaliste devant notre entourage que je côtoie depuis longtemps.Je ne connais pas votre échelle de hauteur de phase mais je pense que ,tout comme la douleur, vous avez toujours des variations dans les différents paliers et les fluctuations 1,10,100 paraissent impossible à évaluer. Ce n’est pas un mensonge surtout pour une 1ère fois que vous le ressentez.De même, on peut écrire des phrases apparemment « délirantes pour nous au début » car l’analyse s’apprend petit à petit, et le psychiatre détecte beaucoup de choses au second degré.Vous savez,vous allez mettre des mots sur votre monde parallèle avec un soutient et vous en sortir. Après, le retour à la normale demande un peu d’adaptation, et de l’autre coté tout comme nous, certains mentent, d’autres interprètent etc.Il faut de tout sur terre. Apprendre à décoder les autres pour se protéger et mieux se connaitre.Les mensonges arrivent parfois quand la gestion de l’humeur,des apprioris des autres,du discours s’entrecroisent.En face, les autres sont concernés par nos réactions, notre communication, parfois la peur,l’incompréhension de nos angoisses très fortes de mort.Alors, comment aborder ce sujet sereinement avec des affects sans mentir? les deux sont concernés , surtout s’ils sont très proches..Bonne nuit , aurelienma

    • aurelienma dit :

      Merci de votre mot.
      Très franchement différents spécialistes m’ont confirmé que j’étais parti loin. . Ce qui ne veut pas dire que je sois un cas isolé…. disons que lorsque j’expliquais sérieusement à ma femme qu’il fallait l’euthanasier.. Pour que j epouse quelqu’un d’autre je n’avais pas le sentiment d’être dans le mensonge….. Pour moi le mensonge et la manipulation se jouent entre l hypomanie et la manie non délirante. … Après c’est autre chose.
      Pour mentir il faut être en état de le faire….
      En phase stable c’est parfois compliquer de tout dire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.