Comment aider et vivre avec une personne bipolaire dans le déni ?

Gaetan a 39 ans et il nous a demandé comment pouvait-il faire pour continuer à vivre avec sa compagne qui souffre de la maladie bipolaire . Il ne sait plus du tout comment s’y prendre pour faire face à la violence et aux multiples agressions verbales de cette personne bipolaire . Il voudrait pourtant tant l’accompagner et l’aider à lutter contre ses troubles de l’humeur, mais aujourd’hui, il n’a plus de solutions . Nous avons décidé de lui répondre afin qu’il comprenne vraiment comment réagir et quoi faire avec cette maladie mentale .

 

Gaetan :

Au début de notre relation, il y a presque 5 ans, j’ai su que ma conjointe était borderline, puis, avec le temps, j’ai appris qu’elle souffrait plus précisément de troubles bipolaires . Et depuis maintenant plus d’un an, je suis anéanti, épuisé par tant de colère et d’agression de la part de cette personne, que j’aime pourtant, mais que je n’arrive plus à comprendre, que je ne suis plus comment m’y prendre pour l’aider . Cindy ( ma compagne ), m’avait pourtant prévenu que vivre avec elle ne serait pas facile, mais à l’époque je n’y avais vraiment pas prêté plus d’attention que cela ! Maintenant, le chemin est parcouru, et notre vie est vraiment devenue invivable …
Je l’aime et elle aussi m’aime, mais je n’arrive plus à trouver les forces nécessaires pour continuer à l’aider dans son combat de maniaco dépressive . Ses réactions sont totalement imprévisibles, pour elle, je peux être l’homme de sa vie puis 10 minutes plus tard, je suis le pire des connards ! Lors des phases d’hystérie, elle devient très méchante envers moi, voire agressive . Après chaque crise, quand elle est plus ou moins stable, nous parlons de ce qui s’est passé, ce que je subis, mais elle me répond que ce n’est pas grave, que je ne la comprends pas, qu’elle n’est pas malade, pas folle … Elle peut même aller jusqu’à me dire que la bipolarité n’existe pas, puis m’insulter moi-même de bipolaire si j’insiste trop ! Moi, je pense personnellement que son état s’est aggravé, je ne sais plus quoi faire ! Actuellement, je me demande si je dois rester à ses côtes, ou plutôt cesser de vivre avec une bipolaire

 

Notre réponse :

De nos jours, nous parlons énormément de la bipolarité des personnes, il faut donc savoir que le terme médical de la maladie bipolaire est le stade de la psychose du maniaco dépressif . C’est une pathologie cérébrale très complexe à laquelle il faut ( presque ) ajouter obligatoirement un suivi psychiatrique .

Parmi beaucoup de symptômes bipolaires au travers de plusieurs types de bipolarité qui existent, nous pouvons trouver des malades souffrant de cyclothymie, souvent comparé aux personnes lunatiques d’ailleurs . Donc, ce type de personne cyclothymique et lunatique se rapproche beaucoup plus des gens borderline . Ensuite, nous parlons de névrose caractérielle, où à ce moment-là, le trouble bipolaire est plus accentué, mieux défini . Par exemple, la personne peut souffrir, ou avoir souffert d’abandon, et donc nous préconisons aisément une psychanalyse, une psychothérapie, qui obtiennent d’excellents résultats en général .

Vous devez arriver à encore plus lui parler, il y a une manière de l’aborder en pleine crise et une autre quand elle va mieux . Il ne faut jamais surenchérir quand elle est agressive avec vous par exemple, il faut arriver à lui faire comprendre que vous la comprenez, avec des mots de compassion par exemple afin de calmer sa crise de colère, ou des gestes d’empathie aussi . Il ne faut surtout pas contrarier une personne en phase maniaque et d’euphorie .

Si elle est dans le déni de ses troubles mentaux, ne lui répétez pas qu’elle est malade avec les termes médicaux adéquats à vos pensées, mais abordez le problème différemment, en lui faisant comprendre que votre couple ne pourra plus tenir très longtemps si elle ne va pas voir ( avec vous ) un spécialiste pour ses troubles du comportement que vous subissez tous les deux . Cela la fera réagir en douceur et lui fera comprendre que vous êtes avec elle dans une lutte que ni vous, ni elle, ne comprenez pas entièrement . Vous ne pouvez plus être son sauveur, mais vous souhaitez être son allié .

Il faut toujours être rassurant pour la personne bipolaire, mais jamais lui dire qu’elle souffre de bipolarité si elle est dans le déni de cette maladie psychique .

Rassurez-la en permanence, ne baisser pas les bras devant elle, jamais ! Faîtes lui comprendre que vous êtes son homme mais pas son médecin ! Ce sont 2 personnes différentes, vous n’êtes pas psychiatre, mais vous êtes une personne qui est prête à l’aider à trouver la solution pour aller mieux, pour que votre relation de couple s’en sorte également et éviter toute séparation, divorce …

Car, si vous continuez dans l’optique que vous êtes actuellement, votre amour risque de se briser, même si elle vous aime également, vous allez avoir comme un burn-out dans votre situation amoureuse . Il faut aussi que vous lui fassiez comprendre que votre couple est en jeu si elle n’arrive pas à faire évoluer votre relation dans le bon sens . Lui poser un ultimatum, mais toujours en douceur … C’est autant pour le bien de son couple, que de la vie de son homme et aussi de sa propre santé qu’elle doit se remettre en question .

Pour cela, il lui faudra trouver ce qu’elle reproduit constamment, savoir ce qu’il s’est passé dans sa jeunesse par exemple . Si c’est le sentiment d’abandon, cela peut se retranscrire en une forme d’échec sentimental, un trouble affectif . C’est assez fréquent chez les bipolaires, s’ils ont été ( comme ) abandonnés étant petit, ils se créeront alors un aspect négatif de leur propre valeur et souhaiteront donc être heureux sans y arriver, en continu … Le problème c’est que si votre conjointe se convainc qu’elle n’est pas attirante, n’a aucune qualité par exemple, et cela depuis toute petite, alors elle en fera de même avec vous : elle sait qu’elle n’a aucune valeur positive donc elle doit le vérifier, mais vu qu’elle sait qu’elle n’en a aucune, alors elle se focalisera plus sur l’échec ( de votre relation ) afin d’avoir une preuve qu’elle n’a aucune valeur …

Tant que Cindy se concentrera sur « son passé », elle vous fera du mal, involontairement car elle ne cherchera pas la cause de son mal-être, mais plutôt à rejouer sans cesse son histoire qu’elle croit sans issue, puisqu’elle n’est pas aidée par des professionnels afin d’essayer de comprendre et soigner ce fardeau, ce secret qu’elle traîne depuis des années tel une névrose …

 

Si vous souhaitez, vous aussi apporter votre aide à Gaetan concernant le déni de la maladie par sa femme, le forum bipolaire est à vous !

 

Déni de bipolarité

Comment aider une bipolaire dans le déni

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :
5 commentaires sur “Comment aider et vivre avec une personne bipolaire dans le déni ?
  1. mido dit :

    Est-ce qu’une personne de 30ans reconnue bipolaire qui a eu de très bons résultats scolaires et universitaires, qui excelle dans l’animation d’une troupe thèatrale mais qui a eu des echecs successifs politiques ,peut cacher un sentiment d’abandon qu’il a eu dans sa première jeunesse.

    • Le Bipolaire dit :

      Bonjour, Difficile de répondre à une telle question précisément sans connaître la personne, sans suivi . Des échecs politiques ne peuvent pas à eux seuls une cause d’un sentiment d’abandon dans la jeunesse d’un malade bipolaire . Si vous souhaitez précisément connaitre la cause des symptômes, il faut vérifier plusieurs points, comme la génétique, l’hérédité, les évènements de la vie ( jeunesse ou pas ), etc etc … Beaucoup de facteurs psychologiques sont à prendre en compte dans cette maladie, même s’il est vrai que celui du su sentiment d’abandon est très majoritaire . Dans votre cas, il y a peut-être d’autres troubles du comportement, ce qui expliquerait des échecs uniquement politiques … Bonne journée,

  2. Photo du profil de Roza Roza dit :

    Bonjour,
    Moi j’ai aussi la ferme impression de connaitre une personne dans le déni:Ma Mère! En fait je ne sais pas vraiment si elle est borderline ou bipolaire, en meme temp elle a 66 ans, il est donc difficile de savoir…
    Plus j’y pense,surtout au passé, et plus je retrouve des similitudes avec cette maladie mentale.Pourtant elle ne m’en parle , jamais, mais aujourd’hui je me rend compte qu’elle arrive a me gacher ma vie et celle de mon pere aussi …
    Comment lui dire, lui demander si elle sait qu’elle est malade??
    Merci pour vos réponses

    • LIETAER NOELLE dit :

      J’ai 70 ANS et on m’a détectée bipolaire en Juin 2016. En fait, je suis bipolaire depuis très longtemps, mais, sans le savoir!!! On ne peut pas parler de « déni » tant qu’on n’a pas connaissance de la maladie! Maintenant que je sais, je comprends mieux des attitudes que j’ai eues par le passé et je regrette simplement ne pas avoir su avant! On ne guérit pas de cette maladie, mais, en sachant, on peut s’améliorer et « vivre avec »!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.