Hypersensible à bipolaire : Association et témoignage

    Cet article répond aux questions suivantes concernant le trouble bipolaire :
  • C'est quoi être hypersensible ?
  • La bipolarité et l'hypersensibilité sont-elles des troubles différents ?

Changer les choses, les regards et surtout les étiquettes, c’est le leitmotiv de William ( @bipohypermaniac ), président de l’association des hypersensibles ( HS ) qu’il a crée en 2016 . Hypersensible il préfère cela … Diagnostiqué bipolaire il y a presque 10 ans, il a appris, au fil des années, à comprendre et analyser ses crises, pour ne plus sombrer et accepter cette vie, la sienne . Il ne se noie plus dans les délires maniaques et subit moins sévèrement les symptômes négatifs de la dépression . Il est aujourd’hui au coeur du communauté grandissante qui se retrouve fréquemment lors de sorties et rencontres entre hypersensibles & co … Son association est en plein essor et promet de très bonnes perspectives pour cette année 2017, voici son histoire …

 

Témoignage tout en hypersensibilité …

Étiqueté bipolaire en 2008, l’année de mon diagnostic, je préfère aujourd’hui le blason « hypersensible » pour représenter ma particularité, ma profonde sensibilité, ma fragilité .
Car hypersensible, je le suis depuis gamin . Une hypersensibilité caractérisée surtout par une hyper-empathie . Comme chaque hypersensible a sa sensibilité particulière, la mienne est de percevoir hautement ce que ressent l’autre . Les émotions des autres prennent le dessus alors sur les miennes et je me retrouve à refouler ce que je ressens, à garder pour moi ce qui devrait être exprimé . Voilà là où commence le trouble intérieur . Moi et les hypersensibles percevons, en général, plus que nous exprimons, alors nous stockons, nous entassons, et c’est vite le bazar intérieur, le trouble …

De mes 10 ans à mes 20 ans, j’ai vécu sans pouvoir véritablement m’exprimer, sans pouvoir m’affirmer . Dix ans pendant lesquels j’ai épongé les émotions des autres sans exprimer les miennes . J’ai accumulé longtemps beaucoup de choses, j’ai refoulé, refoulé, et un jour, inévitablement, j’ai explosé . J’ai explosé de toutes les fois où j’aurai dû crier, toutes les fois où j’aurai dû pleurer . J’avais atteint un point de rupture, je m’étais éloigné trop loin de qui j’étais, de mon centre . J’avais atteint le point de non-retour, seule une crise pouvait me permettre de revenir à zéro et de me reconstruire en me respectant plus, en m’affirmant plus . Bon, c’est avec le temps que j’ai eu le recul nécessaire pour le comprendre et que j’ai réussi à y mettre du sens . Mettre du sens sur sa souffrance est obligatoire pour guérir en profondeur de son mal-être …

La crise en 2008, avec la dépression qui s’en est suivie, ont inspiré à juste titre mon psychiatre qui a alors posé le diagnostic de bipolaire avec le traitement qui va avec . À juste titre, car mon comportement lors de ces périodes répondait bien aux symptômes caractérisés de la bipolarité . Mais aujourd’hui encore plus qu’avant, je ne réfléchis pas en termes de symptômes mais de ressentis, de ce qui se passe à l’intérieur . Le travail sur moi-même, notamment sur le mental grâce à la méditation, fait que mon trouble a évolué : là où c’était agité avant, aujourd’hui c’est plus calme .
Mes dépressions ont évolué, la dernière par exemple était libérée des culpabilités, des montagnes de doutes et autres idées noires qui me faisaient souffrir dans les précédentes … Mes dépressions, n’étant pas non plus des parties de plaisir, sont plus vécues comme une période de répit, de non-faire, que d’un passage en enfer .
Pareil, de crises maniaques en crises maniaques, j’ai appris à comprendre les mécanismes délirants qui me faisaient décompenser, et je les vis aujourd’hui plutôt comme une montée d’énergie sur laquelle j’essaie de surfer sans me noyer .
Tout ça pour dire que la bipolarité n’est pas une maladie figée dont on est la victime impuissante . Non, c’est un trouble qui arrive dans notre vie très logiquement vu l’éducation, l’environnement, les événements traumatisants que nous avons vécus . La seule chose sur laquelle nous ne pouvons agir est cette fragilité qui est inscrite au plus profond de nous, cette hypersensibilité . Pour le reste, avec le travail sur soi, le choix d’un environnement et une activité adaptée à notre fragilité, je suis convaincu que l’on peut se libérer de nos troubles . Sans oublier de trouver un espace d’expression dans lequel nous pouvons être compris . Car au fond, c’est la solitude qui fait souffrir.

 

Blog et association

J’ai trouvé un espace d’expression en créant le blog la vie d’un bipolaire en 2013 ( un blog sur l’express m’a été proposé en 2015, mais j’écris très peu dessus ) . J’y ai déversé brutalement mes ressentis au quotidien . Assez rapidement des internautes se sont reconnus, et des multiples correspondances par mails ont suivi et continuent encore . En 2014, l’idée de créer des rencontres entre bipolaires est venue naturellement . Petit à petit des liens se sont créés, des liens amicaux forts même . Petit à petit, j’ai également pu constaté qu’il n’y avait pas que des bipolaires lors des rencontres, mais tout un tas d’autres diagnostics psy ou de non-diagnostiqués ! J’ai découvert que ce n’était pas des étiquettes psychiatriques qui nous rassemblaient, mais plutôt ce besoin d’échanger sur nos fragilités et difficultés . Ainsi les rencontres se sont appelées entre hypersensibles … Aux vues du réseau d’hypersensible existant autour de moi et le potentiel énorme d’actions à faire pour ce public, on a créé en avril 2016 l’association des hypersensibles . Aujourd’hui, pas mal de choses se font dans le but de créer du lien et lutter contre l’isolement . La finalité de l’association étant de créer un centre de ressourcement pour les hypersensibles à la campagne, c’est le projet pépinière HS .

Amicalement et hypersensiblement,
William Brown
Président de l’association des HyperSensibles ( AHS )

Les prochaines rencontres entre hypersensibles :
à Lyon le dimanche 22 Janvier,
à Rennes le samedi 28 Janvier,
à Nancy le samedi 11 février,
à Strasbourg le dimanche 12 février

 

Si vous souhaitez en savoir plus et participer aux rencontres entre hypersensibles ou à l’association, n’hésitez pas à vous rendre sur la fiche de l’association ( lien un peu plus haut ) et à participer à la discussion sur notre forum d’entraide bipolaire .

Bipolarité et hypersensibilité

Association des hypersensibles

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !

Inscrivez-vous à la newsletter LeBipolaire.com ! Recevez avant tout le monde nos derniers articles sur la maladie bipolaire ( conseils, témoignages et autres actualités ... )
Publié dans BIPOLAIRE : Des troubles mentaux de la personnalité maniaco / dépressif Tagués avec :
7 commentaires sur “Hypersensible à bipolaire : Association et témoignage
  1. MARTINEAU Corinne dit :

    Bonjour,super une association comme celle-ci! Je suis de Vendée (85), et j’aurais voulu savoir si vous connaissiez une assoc proche de la Vendée; merci beaucoup!

  2. so dit :

    Je trouve que le nom de l’association est très mal choisie car certes un bipolaire est hypersensible mais pas comme un hypersensible l’est par nature puisque c’est un trouble à part. Car le bipolaire non stabilisé peut détruire un vrai hypersensible en une bouchée. J’ai tenté d’être open minded pour savoir si il y aurait peut être une cohésion mais les gens utilisent ce terme pour dire qu’il ne supporte pas les ondes ou que le bruit de la perceuse leur provoque une tachycardie. Bientôt ce sera un allergique à la carotte qui va s’auto proclamer hypersensible. C’est une déviation qui porte atteinte au soin qu’a besoin un adulte hs. C’est triste et égocentrique que de vouloir se prétendre universel à tout prix.

  3. monique dit :

    L’hypersensibilité chez le bipolaire est vécu avec une intensité tellement accrue que le moindre choc émotionnel peut devenir un cataclysme. Le bipolaire perd alors toute capacité de raisonner et il lui faut pas mal de temps pour revenir à la réalité qui est la sienne propre. Difficile de gravir en une fraction de seconde une montagne russe puis la redescendre même pas essoufflée, c’est en quelque sorte ce que vit le bipolaire,juste un petit doute qui prend des proportions énorme et peut mener vers la panique totale. Seul un bipolaire peut comprendre ça !

    • Marie dit :

      Effectivement,le doute prends des proportions démesurés,notre hypersensibilité nous fait défaut.quand on est pas bipolaire,il est difficile de nous comprendre.

  4. so dit :

    Merci pour ces précisions, je compatis. Mais et pas parce que il y a toujours un Mais, c ken terme de sensibilité justement il peut y avoir des susceptibilités des incompatibilités à l’extrême. Comme 2 mondes qui se bousculent. Certes mon expérience perso ne doit pas faire une généralité mais d’après moi les bipolaires n’arrivent pas à communiquer et çà fait souffrir l’autre.

    • so dit :

      mon expérience perso rejoint un autre exemple différent mais éloquent que vous pouvez consulter à cette adresse laviedunbipolaire.wordpress.com/2016/10/19/sejour-hs-en-direct-2e-partie-et-fin/
      cordlmt bon courage à tous

  5. Maxime dit :

    Bonjour
    J’ai participé à une rencontre de l’association et j’en témoigne sur mon blog, au sein duquel je fais également des liens entre bipolarité, émotions, conscience, hyper sensibilité…
    osonslajoie.com/2017/06/19/incompris-se-rejoignent/
    Je souhaite rencontrer d’autres personnes de cette sensibilité commune qui aimeraient transformer leur faiblesse en force pour un témoignage… commun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.