Notifications
Retirer tout

...

Page 1 / 2
 

Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Je suis dans mon lit. Dans le noir.

Y'a pleins de grosses gouttes qui coulent sur mon visage. 

Je crois que j'ai lâcher la rampe. Je tombe... grosse dépression qui commence. J'ai besoin d'aller Urgences voir un psychiatre...


Citation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

Moi aussi Daria je ne dors pas.

Il ne faut pas t'affirmer et te précipite aux urgences où tu vas attendre des heures. Essayé d'écouter de la musique


RépondreCitation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

T'affirmer= t'affoler


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Ben y'a pas d'urgences psychiatrique ici. Je sais que la seule chose que j'ai à faire c'est d'attendre demain 13h d'avoir mon psychiatre au téléphone.  

Je suis bipolaire de type 2 mais je ne fais ps de crise maniaque.  Du coup, je tombe plus profond dans la dépression et avec mon trouble borderline, je tombe d'un coup... 

Je vais écouter de l'asmr. Y'a de la chaleur humaine et de la bienveillance, ça me fera un peu de bien. 

Y'avais depuis 2016 que j'étais pas retombé en dépression comme ça.  Il suffit de deux personnes toxiques dans ma vie pour que tous mes efforts soi vain... 


RépondreCitation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

Moi quand je fais des crises de paniqué ou de désespoir j'écoute le concerto pour clarinette de Mozart  tu peux essayer. Sinon si tu en a tu te frictonnes le plexus avec une goutte d'huile essentielle de camomille romaine ou de lavande. ‹


RépondreCitation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

Bon courage Daria. Comme dit Noon : on s'aime tous bien sur le forum 

Moi je ne dors pas car demain j'ai un bilan neuropsychologie et j'ai un peu peur. On ne m'a rien expliqué

 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Moi, j'aime écouter Chopin. 

C'est une crise borderline. Je ne sais pas faire face au rejet et à la méchanceté. C'est mon talon d'Achille. Je ne comprends pas que certains aiment volontairement faire du mal aux autres. 

Je n'ai pas d'huiles essentielles malheur.  Merci @Vette. Je crois que je vais reprendre un Alprazolam pour me calmer. J'évite d'en prendre mais je n'essaye pas de trop faire la forte non plus. 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

@Vette, je penserai fort à toi demain matin alors. C'est vrais que c'est un pénible quand les choses ne sont pas expliqué.  Alors courage à toi aussi. 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Déjà @Vette , j'espère que ton rendez vous s'est bien passé.


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Ensuite, je n'ai pas très envie de refaire un post alors j'écrirais mon texte (qui risque d'être long). 

Je vais tout vider d'un coup. Là, ce soir. Et on en parlera plus. Je veux parler de mon expérience.  De ma vie. Pas pour être le centre du monde mais pour partager mon expérience.

Je suis née dans un couple disfonctionnel. Ma mère est une femme manipulatrice et aussi très immature. Abandonné par son père, elle n'a eu de cesse de se venger sur les hommes. En les collectionant pour certains et pour ses 2 maris en les ayant déconstruit. Elle n'a jamais eu l'amour de sa mère.  Ma grand-mère qui était un femme très Charismatique, elle a dû élevé seule ses 5 enfants. Elle a perdu une petite fille à l'âge de 6 mois qui s'appelait Maryse. Ma mère m'a abandonné à elle quand j'avais 6 mois et je m'appelle  Mary. Je crois que je n'ai pas besoin de faire un dessin pour expliquer le transfert que m'a grand mère à fait sur moi. Ma grand-mère m'a élevé à l'ancienne. Je n'ai pas été en école maternelle et je ne voyais pas d'autres enfants.  Je restais dans l'appartement et à 5 ans je devais faire le ménage  (comme on l'apprenait dans les fermes bretonnes avant). Mais mes seuls souvenirs de câlins de bisous sont qu'avec elle.

Ma mère est abandonnique. Ce n'est pas moi qui lui est mis une étiquette. Ce sont tous les psychiatres que j'ai vu. Oui, car contrairement à  ce que certains peuvent penser un diagnostic ne se pose pas comme ça.  Pour ma part, j'ai vu tous les psychiatres d'où je suis soignée. Après les psy se réunissent ensemble et discutent entre eux. Puis enfin, posent ensemble un diagnostiqué. 

Mon père était un gars avec un grand cœur. C'est toujours ce qui me revient quand on me parle de lui. Il a grandit avec un père bipolaire. Alcoolique et maltraitant. Mon père était bipolaire1. Quand il partait en voyage pour son travail, il n'avait pas de crise. Mais quand il revenait... Je me souviens surtout de ses phases maniaques. Alcool, drogue. Dépense de tout l'argent du ménage dans les bars où il offrait à boire à tout le monde. Et à la fin, il se prenait pour Hitler (quand il s'est appercu que ma mère le trompait et voulais divorcer. Il a péter un cable).

Surtout qu'elle refusais que je le vois. Sauf à l'asile. A 3 ans, c'est bizarre mais le psychiatre disait que c'était bien pour lui. Et pour moi?

Voilà la genèse. 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Ce que cela a développé en moi

Quand j'étais toute petit, je ne parlais pas beaucoup. Je pouvais rester des heures sages comme une image. Suite au décès de mon père, je suis devenue muette. Pendant plus de 2 ans, je ne parlais pas. Je crois que je pouvais être confondu avec un autiste. J'étais dans ma bulle vraiment. Et je ne réagissais pas au stimulis extérieur.  

Ensuite se sont des crises de larmes quand je devais aller à l'école. Ma mère était avant tout ma mère et quand elle partait ou que j'arrivais à l'école, d'un coup au beau milieu de la classe, paf je me mettais en angoisse et en pleure. J'avais peur qu'il arrive quelque chose à ma mère.  Qu'elle m'oublie à l'école (euh ça c'est arrivé et même plus tard dans un supermarché). Mais alors j'étais inconsolable. La maîtresse me grondait et me mettait dans le vestiaire.  Mon trouble borderline était déjà là. Quand je quittais le peu d'amis que j'avais c'étais aussi les pleures. 

J'ai été un enfant très réservée. J'avais des difficultés scolaires. En plus, j'étais un enfant dys(calcucie). Donc le prof, me stigmatisait  

Il ne faut pas croire, la bipolarité se manifeste déjà enfant.  Surtout quand c'est génétique. Déjà il y a des moments où mes nerfs étaient en survoltages et d'autres où je pleurais pour un rien. Je faisais déjà le yoyo émotionnel. Mais ce n'est pas vraiment comme quand on est adulte. C'est plus comme une hypersensibilité accrue.  Je ne sais pas comment expliquer. C'est vraiment plus comme une sensation au niveau des nerfs. Un déficit de concentration.  C'est la maladie mais pas tout à fait. C'est un bébé bipolarité.  

Bon ben, du faite que je n'ai pas eu d'interaction sociale toute jeune, j'ai développé de l'anxiété sociale. De l'agoraphobie parfois. Et des crises de spasmopholie au début qui se transformé en crises d'angoisses tellement violente que même les infirmiers où je suis soignée n'ont jamais vu ça. 

A partir de 18h, j'angoisse. Dormir est, difficile. Je souffre de terreur nocturne. 


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Ma réaction à mon diagnostic.

Pour la bipolarité, c'était pendant ma première hospitalisation de 2 mois. J'ai fait une dépression sévère.  

Quand je l'ai appris, j'étais soulagé. Je savais que quelque chose n'allait pas. Et j'ai repensé à toutes ces années d'harcelement scolaire parce que j'étais "bizarre" et à ma mère qui disait que j'étais "folle comme mon père".

Je n'étais ni bizarre, ni folle. J'étais malade, c'est tout. Et super, avec un traitement ça allait, aller mieux. 

Je prends mon traitement correctement tous les soirs. Je ne veux pas tomber dans la souffrance psychique. Il n'y a pas d'auto-diagnostique dans les troubles mentaux. Seul un psychiatre peut poser un diagnostic.  C'est d'ailleurs pour cela qu'il a fait des dizaines d'années d'études.  

Les médicaments sont peut-être contraignant. Mais je préfère les effets secondaires du lithium que les effets de la dépression profondes où je me blotti dans un coin et je me balance en disant que je devrais mourir... et les phobies d'impulsion. Les médicaments m'ont sauvé la vie. 

Mais mon trouble le borderline lui ben il est toujours bien là. Ce n'est pas vraiment une maladie. C'est dû à u  traumatismes de rejet ou/et d'abandon vécu pendant l'enfance. 

C'est comme si dans votre tête, votre côté  y avait des démons, des fantômes qui se baladent dans votre tête en disant: Tu es nulle, on va t'abandonner encore et encore et encore. On ne veut pas de toi. Personne ne veut de toi...

Pour ceux que ça intéresse, je vous mets le lien qui est le mieux pour comprendre les troubles borderlines ci dessous.


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Mon trouble borderline à été diagnostiqué suite a une bouffée délirante. D'ailleurs je suis plus borderline et après bipolaire de type 2. 

Voilà le lien. 

https://youtu.be/ICSWs7PlN4g


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  

Pour conclure.

J'ai traversé pleins d'épreuves. Mais je ne voudrais pas changer mon parcours. Parce que c'est ce qui fait ce que je suis. C'est ce qui fait ma particularité, mon hypersensibilité et mon regard différents sur le monde. 

J'ai 3 hommes bipolaires comme exemple. Winston Churchill, Gérard Garouste et Van Gogh. 

Ces hommes sont bipolaires. Sans Wiston Churchill, Hitler aurait gagné. Si vous ne connaissez pas le peintre Gérard Garouste, je vous conseil de jeter un petit coup d'œil sur son parcours. Il a écrit un livre "L'intranquille". Je vous le conseil. 

C'est pour cela que j'en ai marre de la psychophobie que je subi trop souvent. 

Marre d'entendre des conneries comme "tu es possédée par un démon". 

Marre de devoir toujours me justifier 100 fois plus que les autres. 

Marre des gens qui se croient meilleurs que les psychiatres. Qui disent qu'on peut se passer de traitements ou de médecin. 20% des bipolaires se suicident. Leurs propos ne sont-ils pas un peu "meurtriers"?

Je suis bipolaire mais je suis avant tout Daria. Et je ne dis pas être la meilleure des personnes. Je fais des erreurs . Mon côté borderline fait de moi quelqu'un de trop, de trop tout..

Alors je voudrais qu'on me fiche la paix. Je pense que je vais contacter l'unafam. A partir de 2022, je ne me laisserais plus marcher sur les pieds. 

J'ai des droits. Je ne suis pas un rat de laboratoire. Pas un amusement.  Pas un bouc émissaire.  Pas un punching ball. Je suis un être humain. Et moi comme tous les malades psy, on mérite le respect. Et si quelqu'un me juge qu'il prennent mes chaussures ont verra si lui supporte ma "folie". 

Voilà.  


RépondreCitation
Fantomette
(@fantomette)
Super Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 2103
 
Posté par: @daria

Mon trouble borderline à été diagnostiqué suite a une bouffée délirante. D'ailleurs je suis plus borderline et après bipolaire de type 2. 

Voilà le lien. 

https://youtu.be/ICSWs7PlN4g

Super lien sur explication du trouble Borderline : définition, cause, solution. 

En plus agréable à écouter, humour et sériosité à la fois. 

 


RépondreCitation
Zorglub
(@zorglub)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 310
 

Bon courage Daria ! 🤗 


Daria aime
RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Bébé Bipote
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 548
 

@daria Je tiens à te remercier du fond du cœur, ton témoignage est important.

Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris. Le vécu, les ressentis, les émotions, tout ça. Le comportement aussi.

ça m'évoque un livre que j'ai lu à mon fils il y a longtemps (et avec mes troubles de mémoire actuels, je ne me souviens pas de toute l'histoire) c'est La petite casserole d'Anatole, un livre pour enfants, sur le handicap et la différence.

C'est difficile de traîner sa casserole tout le temps. 


Daria aime
RépondreCitation
Vette
(@vette)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 90
 

@daria Pas de soucis . Mon RV bien passé. La neurologue cherchait tout le temps ses mots. Je me suis demandée si elle n'avait pas des problèmes neurologiques.... J'ai un test pour la mémoire dans un mois. Sinon ils constituent un gros dossier sur moi et j'ai l'impression d'être fichée. Enfin...bonne journée !


RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Bébé Bipote
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 548
 

@vette Tant mieux si ça s'est bien passé.


RépondreCitation
Daria
(@daria)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 320
Début du sujet  
Posté par: @stefa

@daria Je tiens à te remercier du fond du cœur, ton témoignage est important.

Je me reconnais beaucoup dans ce que tu écris. Le vécu, les ressentis, les émotions, tout ça. Le comportement aussi.

ça m'évoque un livre que j'ai lu à mon fils il y a longtemps (et avec mes troubles de mémoire actuels, je ne me souviens pas de toute l'histoire) c'est La petite casserole d'Anatole, un livre pour enfants, sur le handicap et la différence.

C'est difficile de traîner sa casserole tout le temps. 

@Stefa Je connais la petite Casserole car j'ai montré la vidéo à mon fils quand il vivait mal son diagnostique.

Je dois parler avec sa psychomotricienne aujourd'hui car il a développé des phobies à porter le masque 8h par jour. 

Après qu'il ai eu sa mère grand, il me fait des crises d'angoisses. Je culpabilise. C'est un petit garçon qui garde tout pour lui. Il m'a dit que j'étais malade et qu'il devait me protéger. Je lui ai dit que c'était aux mamans de protéger leur petit garçon et que j'étais forte. Enfin, je crois que je vais prendre rendez-vous avec la psychologue parent-enfant. 


RépondreCitation
Stefa
(@stefa)
Bébé Bipote
Inscription: Il y a 11 mois
Posts: 548
 

Oui, je crois qu'une consultation enfant-parent peut être bénéfique. Je vois mon fils hypervigilant et aussi en position de parent face à moi. Le tien doit faire avec ses difficultés, et il prend aussi sur lui les tiennes. Je crois que c'est vraiment une caractéristique de nos garçons.


RépondreCitation
Page 1 / 2
Annonce
Annonce
Annonce