Notifications
Retirer tout

Prof et bipo

55 Posts
12 Utilisateurs
37 Likes
6,846 Vu
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

bonjour

je vois ces derniers temps qu’il y a des profs bipo par ici comment faites vous?

j’ai été 3 ans contractuelle en lettres et en décembre dernier j’ai tout envoyé balader durant une crise depuis évidement plus de nouvelle du rectorat que ce soit dans le privé ou dans le public. 

Meme si j’en avais je ne sais pas si je serais capable à nouveau de supporter tout ce stress à nouveau.

du coup je ne sais pas quoi faire à la rentrée et je suis désemparée.

avez vous des conseils?

merci.


   
Citation
Cherry
(@cherry)
Active Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 16
 

Bonjour !

J'ai préparé le capes de lettres 2019, l'ai loupé et retente cette année. J'ai fait un épisode dépressif juste après les écrits, et je me suis posée la question. Comment enseigner quand tous les ans je perds toute motivation pendant plusieurs semaines, voire mois ?... Ce n'est pas un métier qu'on peut faire en mode "auto-pilote", et je partage donc tes angoisses...

Annonce

Dans mon cas les antidépresseurs que ma psychiatre m'a prescrit ont fonctionné rapidement (au bout de 2-3 semaines j'étais capable de fonctionner). Je pense qu'en anticipant je serai capable de compenser ces périodes. Et dans le pire des cas ce sera arrêt de travail je suppose.

Enfin je ne sais pas si tu as toujours envie d'enseigner après cette expérience ? C'est vrai que c'est un métier qui demande un tel investissement personnel, et qui est tellement stressant, que ça sera forcément difficile comme voie... Mais personnellement j'espère (et je crois !!!) en être capable. 


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Je ne sais pas si j’en suis encore capable. Je fais des épisodes dépressifs mais surtout hypomaniaques du coup les ad c mort pour moi en cas de dépression. De plus les cours que j’ai pu préparer durant ces dernières années ont été fait durant des épisodes agites. Maintenant je suis stabilisée et je me demande si je peux encore faire des cours de mon propre chef sans ces épisodes.


   
RépondreCitation
Cherry
(@cherry)
Active Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 16
 

Je comprends ton découragement, mais ne te dévalorise pas ainsi ! Tes épisodes hypomaniaques décuplent probablement ton énergie, mais pas tes capacités intellectuelles, c'est toi qui a préparé ces cours, donc tu en es capable. 

Je ne me suis pas encore réellement penchée sur le sujet car je prépare le capes et que ça me prend déjà un temps fou, mais je crois que de nombreux profs partagent leurs cours en ligne, tu peux t'appuyer là dessus pour essayer de te remettre en marche, si c'est ce que tu veux du moins.

Courage et ne doute pas de tes capacités ! 

 


   
Vous reacted
RépondreCitation
Lenore
(@lenore)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 73
 

Hey !

Perso j'enseigne depuis (déjà !) neuf ans. J'ai eu des périodes de doutes, surtout au début. Lors de ma deuxième année d'enseignement, j'ai même tout abandonné en plein milieu de l'année, persuadée que je n'avais pas les épaules pour ce métier. J'étais très investie, trop, je prenais tout à coeur et pour couronner le tout, je vivais une relation nulle avec un type qui passait son temps à me rabaisser et à vouloir tout contrôler dans ma vie.

Puis je suis "remontée en selle", l'année suivante, grâce à mon compagnon qui a toujours cru en moi. Malgré l'échec de l'année précédente, tout s'est bien passée, et au fur et à mesure des années j'apprends à avoir un peu plus de recul sur les choses. Alors, en réalité, je suis toujours à fond dans mes cours, mes étudiants ont tendance à me voir comme un étrange Pokémon de type électrique, à chaque examen je suis plus stressée que mes étudiants eux-mêmes, mais dans l'ensemble ça le fait.

Le tout est de se rappeler qu'on ne va pas changer leur vie et ne pas se sentir malade de cela. Don't worry ! Notre rôle est simplement de leur donner de bonnes clefs en main pour réussir, de les aider à grandir dans leurs réflexions, de leur donner les bases pour structurer leurs idées, à l'oral comme à l'écrit. Cette année j'ai aidé une élève à se sortir du harcèlement qu'elle subissait de la part d'un groupe de "copines". Sur une centaine d'élèves, c'est bien peu, mais pour la confiance, c'est énorme 🙂


   
Cherry and reacted
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Ça fait plaisir de lire vos témoignages. De toute façon mes doutes on verra si le rectorat me rappelle ou pas  parce que en vrai je l’ai bien mis dans la merde....deux fois en plus ^^


   
RépondreCitation
Badgal1981
(@badgal1981)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 97
 

Bonjour, moi aussi, je suis prof et possiblement bipolaire (je dis possiblement car le diagnostic pour le moment est en cours - je n'ai pas de phase maniaque, ou même hypomaniaque, mais j'alterne des phases où tout va bien et d'autres marquées par bcp d'anxiété et de dépression). Je prends bcp de plaisir dans mon travail. Et je suis prof depuis 7 ans. 2 rentrées ont été compliquées, et cette année aussi (j'étais en congé longue maladie suite à un traumatisme). Alors bien sûr, des fois, le mal-être reprend ses droits et je suis dans l'incapacité de travailler. Je crois que la période de la rentrée est particulièrement anxiogène, en tout cas pour moi (enfin pour tous les profs je pense !!!). Mais je ne souhaite pas renoncer au professorat pour autant. Déjà, quel que soit le diagnostic, je pense que nous sommes tous caractérisés ici par notre hypersensibilité et notre capacité d'empathie. Cela m'a permis de détecter des ados en souffrance, d'avoir un dialogue privilégié avec eux. Maintenant, je comprends tes doutes et j'avoue les partager, mais seulement dans des moments sombres. Dans mes moments de lucidité, je ne me remets pas en question. Je pense que c'est très signifiant. Enfin je me reconnais bcp dans tes propos Lenore, je prends bcp de choses à coeur, je suis très exigeante avec moi-même, trop... J'espère réussir moi aussi à prendre du recul. En tout cas, super d'avoir posé la discussion, on se donnera des news pour la rentrée !!!!


   
Cherry and reacted
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Je suis comme toi. J’ai adoré le contact avec les élèves et préparer mes cours. Comme toi je suis perfectionniste et cela m’a conduit à travailler jour et nuit jusqu’au moment où on craque.


   
RépondreCitation
Badgal1981
(@badgal1981)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 97
 

Alors ça, ce sont 2 bonnes raisons de ne pas laisser tomber. Moi, j'ai complètement foiré mon année. Et je dois reprendre confiance en moi. Tu es peut-être aussi dans cette période-là. Pareil, perfectionniste jusqu'à me causer de grands tourments. Par exemple, moi j'exige toujours d'avoir la même salle qd j'ai plusieurs heures de cours à la suite car je veux occuper l'espace et tout mettre en place AVANT que les élèves arrivent. T'imagines même pas la crise que je vais faire à l'administration si je m'aperçois que mon voeu n'est pas respecté alors que mes autres collègues, ben ça les fait chier mais ils tapent pas une crise d'hystérie ! Mais voilà ce que je pense : pour le moment, ce travail m'a apporté plus de plaisir que de souffrance. Alors je persévère. Mais à temps partiel (mais cela a un coût financier). Du coup moi je te conseillerais de reprendre en douceur l'année pro, car si c'est possible, cela serait la voie royale.


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Oui je vais peut être réessayer. Le seul soucis c d’etre Contractuelle pour l’instant car je remplace au pied levé et c’est vraiment très stressant et je gère vraiment mal le stress...

dans tous les cas vous donnez envie d’y retourner 😉

merci.


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  
Posté par: Badgal1981

Alors ça, ce sont 2 bonnes raisons de ne pas laisser tomber. Moi, j'ai complètement foiré mon année. Et je dois reprendre confiance en moi. Tu es peut-être aussi dans cette période-là. Pareil, perfectionniste jusqu'à me causer de grands tourments. Par exemple, moi j'exige toujours d'avoir la même salle qd j'ai plusieurs heures de cours à la suite car je veux occuper l'espace et tout mettre en place AVANT que les élèves arrivent. T'imagines même pas la crise que je vais faire à l'administration si je m'aperçois que mon voeu n'est pas respecté alors que mes autres collègues, ben ça les fait chier mais ils tapent pas une crise d'hystérie ! Mais voilà ce que je pense : pour le moment, ce travail m'a apporté plus de plaisir que de souffrance. Alors je persévère. Mais à temps partiel (mais cela a un coût financier). Du coup moi je te conseillerais de reprendre en douceur l'année pro, car si c'est possible, cela serait la voie royale.

Je suis comme toi j’aime préparer à l’avance mon rétro et mes papiers, je déteste changer de salle...j’aime avoir ma salle avec mes dicos, mes manuels...

Ce message a été modifié Il y a 5 ans par

   
RépondreCitation
Badgal1981
(@badgal1981)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 97
 

Alors par contre c'est vrai qu'à force de cotoyer des contractuels dans mon étab, on est sensibilisé à votre statut, très précaire et source d'angoisse. Mais déjà laisse-toi un peu de temps, centre-toi sur de bons souvenirs, les aspects positifs de ce taf, et pourquoi pas comme moi, faire des séances emdr associées au milieu pro pour désactiver les peurs et les insécurités. Tape psychologue spécialiste emdr + nom de ta ville ! On se donne des nouvelles très vite ! Moi je vais commencer à préparer mes cours (réforme lycée oblige) et ça va être un grand pas aussi de me remettre à bosser !


   
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Merci de l’info!

bon courage à toi pour cette réforme qui semble être aussi clairvoyante que celle du collège en 2016^^


   
Badgal1981 reacted
RépondreCitation
Lenore
(@lenore)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 73
 

Elo, selon la région dans laquelle tu es, le rectorat peut avoir BESOIN de toi et ne pas avoir d'autre choix que de te rappeler s'ils sont en galère de remplaçant. Le statut de contractuelle n'a pas que des inconvénients : moins de responsabilités, moyen de rattraper une mauvaise expérience là où le titulaire, s'il ne s'intègre pas bien dans son établissement, se retrouve plus ou moins coincé pour une période indéterminée... Tires-en profit pour te reconstruire une belle expérience, celle qui te permettra de t'épanouir un peu plus dans un métier qui reste passionnant ! 🙂

Badgal1981, le plus dur dans ce comportement c'est d'avoir conscience que le souci vient de soi, qu'on PEUT être trop investi et que ce n'est pas forcément bon, ni pour soi, ni pour les élèves en face qui ressentent notre stress contagieux. Pour me calmer un peu là-dessus, je me suis posée des défis : improviser une partie de cours, commencer une séance en donnant la parole aux élèves afin de structurer le cours autour de cela, bref, sortir des sentiers battus, me mettre dans une position inconfortable afin de me prouver que je peux malgré tout faire un cours dans ces conditions sans m'enfuir en courant de la salle ! C'est très enrichissant, aussi bien sur le plan personnel qu'intellectuel. Mais il faut prendre ces risques à un moment où ça va, sinon bonjour l'angoisse XD

Ce message a été modifié Il y a 5 ans parLenore

   
Badgal1981 reacted
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Je trouve ce défis passionnant et j'espère Un jour pouvoir me le lancer. Pour l’instant j’ai tellement peu confiance en moi que je n’ose presque pas le faire. Mais en y réfléchissant mais meilleurs souvenirs de classe sont ceux où justement je suis sortie de ces chemins balisés.


   
RépondreCitation
Badgal1981
(@badgal1981)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 97
 

Le souci c'est clairement pas tes compétences ! Tu serais pas restée 3 ans dans leur fichier ! Et oui, ce problème de manque de confiance, bien sûr on y est vulnérables mais pour des collègues non bipolaires/borderline/hypersensibles qui connaissent des galères perso, eh bien, eux aussi se remettent en question dans ces moments-là.

Je pense que c'est ce qui rend passionnant et stressant notre travail, rien n'est jamais acquis, et on travaille sur de l'humain, pas des machines.

En mode souvenir : qui est déjà sorti euphorique d'un cours fluide, où tout a été maîtrisé, où on a des élèves investis et bien dans leur basket ? qui est déjà sorti déprimé d'un cours raté ? Looooool


   
Cherry and reacted
RépondreCitation
 Anonyme
Inscription: Il y a 54 ans
Posts: 0
Début du sujet  

Rhoo la la tu me plonges dans de bons souvenirs quand même. La fois où j’ai fait un débat durant lequel j’ai appris tellement de choses!

La fois aussi ou j’ai fait un cours sur les expansions du nom qui a fait un énorme bide!!

Ce message a été modifié Il y a 5 ans par

   
RépondreCitation
Lenore
(@lenore)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 73
 

Le pire cours de ma vie, celui pendant lequel je n'ai rien maîtrisé devant une classe ayant un mauvais esprit, c'était... pendant une inspection académique u___u

Heureusement, les cours trop bien sont si nombreux qu'il serait impossible de les compter ! J'enseigne depuis plusieurs années la Culture Générale en BTS et c'est vraiment le pied : on sort du classique pour aborder des thèmes contemporains, on est davantage dans la réflexion sociologique que dans la littérature. C'est beaucoup plus simple de faire participer les étudiants dans ces conditions 🙂


   
Vous reacted
RépondreCitation
Badgal1981
(@badgal1981)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 97
 

Accroche-toi à ça Elo ! Les bons souvenirs. Sincèrement, c'est  dur d'être "malade" et en plus être inactif. Je vous avoue que j'assiste à un groupe de parole en hospit de jour et ouais, et je dis ça sans dénigrer certains autres participants mais toucher l'aah sans rien faire, ça doit te mettre un coup au moral, et je suppose que les gens qui sont dans cette situation n'ont pas eu le choix. Tu peux aussi, pour retrouver confiance en toi, (là je m'adresse à Elo) faire du bénévolat. Cette année a été merdique pour moi et je n'ai pas pu travailler, mais j'ai fait du soutien scolaire 3 fois par semaine (ça peut être moins : selon tes dispo) et j'ai aussi contacté l'AEEM (l'asso des enfants malades) qui m'ont filé des missions spécifiques (cours pour des gamins accidentés de scooter, anorexie, etc... bref le principe est d'apporter à l'enfant/ado l'école chez lui ou dans son lieu de soin quand lui-même ne peut s'y rendre), eh bien cela m'a permis de maintenir ce lien avec mon métier et de me souvenir pourquoi je l'aime. C'est une autre piste... Muxu muxu comme on dit ici !


   
Cherry reacted
RépondreCitation
Lenore
(@lenore)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 73
 

J'ignore ce que signifie "Muxu muxu", mais +1 !

Tout à l'heure, j'ai croisé par hasard un de mes étudiants de cette année. Il était super heureux de me voir, de me dire qu'il avait eu 14 à ma matière en BTS et qu'il avait des projets de poursuite d'études et tout. Franchement, ça avait plus de valeur que mon salaire entier ! Ne lâche pas le morceau, ce métier est trop exaltant pour y renoncer 🙂

Ce message a été modifié Il y a 5 ans parLenore

   
Nath, Cherry and reacted
RépondreCitation
Wendyscott
(@wendyscott)
Eminent Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 38
 

Je vous félicite de faire votre boulot avec passion et dévouement car c'est un métier difficile qui use et consume;je trouve que c'est remarquable pour un bipo de mener à bien un tel travail mais cela doit aussi beaucoup vous porter ,vous stimuler au point de vue humain et intellectuel.


   
Nath and Lenore reacted
RépondreCitation
Page 1 / 3
Annonce
Annonce
Annonce