Forum des bipotes

Notifications
Clear all

Troubles bipolaires et alcoolisme  

Page 1 / 6
 

Le Bipolaire
(@admin)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 6 ans
Msg: 107
11 septembre 2017 23 h 10 min  

Bonjour à tous les bipotes !

Il existe beaucoup de sujets sensibles quand on parle de troubles bipolaires, et s'il en existe 1 que l'on devrait mettre au dessus de tous, c'est bien celui du trouble de l'alcoolisme ...

Alcool et trouble bipolaire forment une véritable maladie autodestructrice, entre addiction et désespoir, comment y faire face et pourquoi ? Est-il vraiment déconseillé de boire de l'alcool quand on souffre de bipolarité ?

Ici, vous pouvez partager vos témoignages sur votre consommation d'alcool liée à votre trouble bipolaire ...

 

Bonne journée !


Citer
David
(@alien)
Super Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2102
12 septembre 2017 4 h 44 min  

Bonjour

Appel la bouteille ça c'est tout une histoire,surtout dans état maniaque j'ai pas de limite.Dans état maniaque je suis capable descende la bouteille whisky tout seul, grave.Comme je suis dans état dépressive c'est plutôt boire de désespoir.Boire pour oublier tout les mal!Comme je suis dans état stabilise je bois presque pas di tout. J'avais problème surtout comme j’étais jeune et la maladie elle été pas encore diagnostique.Bref c'est sure que alcool est lie directement avec la maladie.En plus avec notre cocktails de médicament bonjour les ennuies!! 


RéponseCiter
Nano
 Nano
(@nano33)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2
6 octobre 2017 14 h 32 min  

Bonjour,

Diagnostiqué bipolaire depuis prêt de 10 ans, j ai arreté de boire la semaine car le melange alcool et médoc c est pas le top..... par contre le w-e je ratrappe la semaine mais sans les medocs. Aujourdhui ma vie est un enfer a cause de cette maladie, donc j estime que j ai le droit de m autoriser de boire quelques verres le w-e.

je suppose que ce que je fais ne doit pas arranger les choses, mais j ai ce besoin d ivresse et de relâchement... 


RéponseCiter
noelle
(@afortunada1)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2
14 octobre 2017 15 h 51 min  

bonjour je suis bipolaire depuis mes 35 ans j 'en aurais bientôt 63 ans moi je refuse  de me réfugiée dans l alcool dans le passé j ai pris de l alcool  aussi mais ayant a ce moment la encore trois jeune enfants donc mon chère époux a divorcé en me prenant un de mes enfants  j aurais retourné dans l alcool après ce divorce qui ma détruit je suis retrouvé dans un hopital pendant 18 mois c 'est devenir folle ont m a simplement que j 'étais dépressif  , j'ai repris mon fils d un home ma fille étant je suis fait suivre un pyschiatre  qui m'a dis j étais manico dépréssif je n avais jamais entendu celà cette maladie a détruit ma vie de femme, j ai haut et bas énorme en ce temps la j'ai commencer a faire des dette mise sous adminstrateur j ai connue de jour j ai commencer la poèsie je supportait mal les médocs surtout lampibol200 + tout le reste devais des médocs pour soulager mon estomac j'ai été chez un nouveau pychiatre le docteur siquet spécialiste de la bipolarité  ayant plus enfant chez je devais lutter seule face a la soliture je suis renté dans centre de santé mentale ou il y a des activité j ai beaucoup lus sur ma maladie j ai appris a connaitre les signes mes faiblesses ma forces aussi je me suis au dessins dans le centre  je suis sortie depuis 2014 d administrateur avec une équipe assittance sociale qui aide dans mes démarches  et mon bujet parfois je fais encore des dettes unigro etc maintenant je continue les médicament j en beaucoup moins que avant ma plus grande c'est ma solitude quand je rencontre un homme et je lui directement que je suis bipolaire mais que je gère ma maladie et que ca ne s attrape pas ayant le coup ,il pars puis je reçois un mail en disant je préfère arrêter point finale avec je croix sur ma vie amoureuse vu un homme veux bien de moi c 'est profiter de ma personne j ai appris a dire non  maintenant je suis stable depuis 3 ans toujours suivie et avec médoc j ai mes enfants +mes 6 petits enfants plus mon chiot j essaye de géré mes émotions pas très facile toujours face a cette solitude donc je me réfugie dans le dessins la chose que j aime le mieux faire je fais une expo avec mes dessins astrait je refuse de reprendre la moine goutte d alcool car tout mes problèmes seront encore plus grand ce sera pire alors j ai décider de combattre lutter contre cette maladie qui nous empoissonnes 

notre vie allez courage voici un dessins a moi 


RéponseCiter
David
(@alien)
Super Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2102
14 octobre 2017 20 h 03 min  

Bonsoir

oui effectivement l'alcool se souvent lié avec bipolarité ,surtout dans état maniaque.On tombe facilement de dans.J'ai ne pas une recette miraculeuse,mais il faut volonté de fer!!!

 

bon courage!!! 


RéponseCiter
Nikita08
(@nikita08)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2
5 novembre 2017 23 h 28 min  

Bonsoir à tous et toutes bipotes,

Diagnostiquée depuis mes 20 ans (aujourd'hui j'en ai 37), l'alcool a toujours fait partie intégrante de ma maladie. J'ai parfois arrêté complètement, notamment pour mes 2 grossesses et bien heureusement d'ailleurs, mais ça me rattrape à chaque fois. Maniaque ou dépressive, l'alcool reste ma seule réponse... Et mon corps, mon cerveau ont pris cette vilaine habitude. Je ne me vois pas passer une journée sans boire, même juste un peu. J'ai essayé des médocs, des rdv avec des alcoologues. ...pipi de chat! Tant que la volonté ne viendra de moi, je n'y arriverais pas. Comme la clope. Et je ne l'ai pas... Donc les solutions sont minces.

Si, la seule sera quand je me sentirai assez forte... Depuis toutes ses années, des hospitalisations à ne plus pouvoir les compter... 

Je crois avoir essayé pas mal de chose pendant toutes ces années et même lorsque l'on m'a dit qu'il fallait stopper car mon foie était à bout, ça n'a pas suffit. 

Bipolaire stabilisée. ..à quand ? J'avoue ne plus y croire. Ce sera ma vie..

Donc je comprends ceux qui se refugient et se remontent comme ils peuvent, se donnent du courage pour la journée de boulot... C'est une mauvaise solution, mais c'est pour le moment la seule réponse au mal être.

Courage à tous et félicitations sincères à ceux qui sont arrivés à la sobriété. ...mot inconnu de mon petit cerveau alcoolisé. 

 


RéponseCiter
benjamin
(@bb44)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 2
23 novembre 2017 7 h 50 min  

bonjours  atous j'ai 32 ans cela va faire une 10ans que l'on m'a diagnostiqué bipolaire .le souci c'est que pour reussir a passer une bonne journée je doit boire le matin le midi et le soir en plus je fume du canna en grosse quantité plus j'ai mon traitement .je doit reprendre le taf lundi sa va etre chaud en plus je galère en se moment j'ai perdu mon permis donc je galère en scooter 50cc sais pas la bonne periode pour conduire en deux roue


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@nath8)
Jeune Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 907
23 novembre 2017 9 h 29 min  

Bonjour Benjamin, 

Tu as déja essayé de te faire aider pour te débarrasser de tes accoutumances ? C'est déjà beaucoup que tu admettes que tu bois trop. 🙂

Et à moins d'habiter au Pole Nord, ça le fait de rouler en deux roues, à condition d'être bien équipé 😉

Vois le bon côté des choses : tu fais des économies de carburant, et tu te faufiles dans les bouchons 🙂

Bon courage pour ta reprise !


RéponseCiter
Maria
(@prit45)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 19
23 novembre 2017 10 h 17 min  

Bonjour à tous,

C'est vrai qu'ici, je n'ai pas encore parlé d'alcool, un vrai sujet, un vrai ennemi aussi. J'ai eu du mal à m'en débarrasser, quand j'allais mal je buvais, puis l'habitude de boire pour affronter les problèmes du quotidien, pour se sentir plus à l'aise, plus courageuse pour supporter les angoisses...

J'ai eu le courage d'arrêter avec mon conjoint, plus de bouteille d'alcool à la maison depuis 3 ans, cela a été dur mais je tiens le coup on va dire dans l'ensemble j'espère continuer dans cette voie. Mais le sport intense, une bonne alimentation reste une ligne de conduite, puis un bon sommeil mais ce dernier point n'est pas toujours au rendez-vous.


RéponseCiter
Isabelle
(@cigale35)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 10
10 avril 2018 17 h 37 min  

Bonjour,

Tout récemment inscrite sur ce forum, je découvre petit à petit les messages de chacun d'entre vous. 

Je suis diagnostiquée bipolaire de type 2. Par rapport à l'alcool, j'ai été dépendante pendant de longues années : quand j'étais dépressive, ce "divin" breuvage me permettait de me sentir, d'un coup, et comme par "magie" heureuse, enfin, juste artificiellement, et quand j'étais en phase hypomaniaque, l'alcool me permettait de me sentir encore plus heureuse, avec une pêche d'enfer etc...

En plus de l'alcool, j'ai été extrêmement dépendante aux opiacés (Codoliprane, Néocodion...). Là, j'ai dû carrément faire appel à un centre dédié aux toxicos et pharmacodépendances... 

Confrontée à des problèmes personnels douloureux (maladie puis décès de mon compagnon), j'alternais soit l'alcool, soit les opiacés, soit les deux simultanément...

Depuis quelques années, je fais partie d'une Fraternité, basée sur le même problème que les Alcooliques anonymes, mais pour toutes les dépendances. Cela me permet d'y voir plus clair en moi, de comprendre ce qu'il se passe en moi au moment de l'envie. Cela fait 3 ans que je ne touche absolument plus à l'alcool ni au Codoliprane, et j'ai un mode de vie de ce fait, beaucoup plus sain. 

Je sais que la maladie bipolaire entraîne fatalement ce genre d'addictions. Mon père aimait bien l'alcool d'après ma mère (il est décédé alors que j'avais 12 ans, donc aucun souvenir de sa consommation), et dans ma famille, il y a d'autres cas de pharmacodépendance et d'alcoolisation excessive. 

J'ai compris que pour me libérer de cette tentation, je devais m'abstenir définitivement de cela. Car si je bois un verre, j'ai obligatoirement envie d'un second etc....

J'ignore combien de temps j'aurai cet état d'esprit à vouloir me tenir éloignée de ces produits qui ne sont que des leurres, mais pour aujourd'hui, c'est comme ça.

Par ailleurs, j'ai bien sûr mon traitement Téralithe, effexor, laroxyl ! Je suis tout de même anesthésiée par tout ça... hélas, mais comment faire autrement ? Je n'ai pas trouvé la solution..... 

A bientôt, 

Cigale35

 

 


RéponseCiter
Xavier
(@xavier31)
Mini Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 14
10 avril 2018 21 h 47 min  

Bonjour  Isabelle.

Je me reconnais asses dans ta description m au niveau de la consommation d'alcool.

Pour l'abstinence c'est un combat de tout les jours. Courage

 


RéponseCiter
ROLAND
(@smartkind)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 1116
5 juin 2018 23 h 41 min  

il est deconseille de boire meme quand on est pas bipolaire

 

mais l occasion fait le larron

je ne vais plus aux reveillons aux anniversaires, piques niques barbecues

patce que: vous boirez bien une petite coup?

non j ai eu une hepatite je ne peux pas en ce moment

alors je rentre chez moi j allume la tele

feuiileton americain(le heros est naturellement bipolaire c est la mode)

avant de rentrer chez lui il se sert un gros mug de jack daniels.

 

rentre chez lui il remplit 2 gros ballons de rouge qu il partage avec sa femme

et dit: j avais soif


RéponseCiter
Marie
(@marielalune)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2
29 juin 2018 21 h 05 min  

J'ai 40 ans et été déclarée bipolaire type 2 septembre de l'année dernière. J'ai du mal à supporter cette maladie. Je buvais beaucoup en fête mais jamais la semaine et jamais toute seule et depuis que je sais que je suis bipolaire c'est l'escalade, je ne contrôle plus du tout ma consommation d'alcool, cela me terrifie mais c'est comme cela que je me sens le mieux, c'est comme cela que j'arrive à me sociabiliser

. Je n'ose pas en parler j'ai honte je ne ressens même plus les effets de l'alcool

 Il m'est arrivé de faire trois tentatives de suicide en 2 ans. J'étais professeur de théâtre et j'ai dû arrêter mes cours car mes phases de dépression sont devenues plus longues que mes phases d'euphorie. Depuis la prise de lithium je ne sens plus moi-même, j'ai le sentiment d'être un fantôme qui subit le monde extérieur. On me dit qu'il faut du temps avec cette maladie, j'ai du mal à y croire, je ne sais plus quoi croire en fait...

Marie


RéponseCiter
mikael
(@mika)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 404
28 juillet 2018 23 h 23 min  

moi je suis abstinent depuis 2 ans et des brouettes à béton et franchement c'est pas plus mal . Parce que j'imagine ce qui se passerai actuellement . Ce serait encore plus la catastrophe . Je pense que je toucherai encore plus le fond du fond . 

Boire pour se retourner la tête , ca ne va que un temps , je pense . Après c'est la merdouille . Et pis ca torpille l'effet des médicaments . 

J'essaye d'oublier toutes les conneries que j'ai faite lors de ma rechute en 2015 et franchement j'y arrive pas. 

Je pense que dans 10 ans ce sera bon 🙂 pour n'en faire qu'un vague souvenir . 

Non franchement l'abstinence alcool c'est que du positif . La galère , en ce moment , je l'aurai eu même si j'avais bu alors .............. y a pas photo. 


wurlitzer ont aimé
RéponseCiter
ROLAND
(@smartkind)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 1116
29 juillet 2018 7 h 29 min  

quand on est bipolaire je ne sais pas si c est marque dans les manuels de psycho education mais il y a plusieurs categories d elements

 

les elements qu on peut controler nous meme tels que la prise d alcool , de substances recreative, hygiene de vie

et les elements qu on ne peut peut controller tels que les causes endogenes de la maladie

pour ces derniers on est force de s en remettre aux psychiatres qui ne sont pas toujours tres compétents

 co

donc si l on veut s en sortir il faut commencer par controller ce qu on peut controller

 

et comme je l ai dit plus haut l alcool c est controllable, alors  l abstinence est souhaitable


wurlitzer ont aimé
RéponseCiter
mikael
(@mika)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 404
29 juillet 2018 7 h 37 min  

salut roland 🙂 

L'alcool c'est controllable peut au tout début d'une consommation episodique ! mais apres ca ne l'est presque plus . 

A moins d'être une de ces personnes qui disent à qui veut l'entendre que l'on peut arrêter la clope  ,  le shit ou l'alcool d'un claquement de doigts . 

Moi j'ai dû faire une cure de 4 semaines pour marquer le coup et même si je m'étais sevré depuis 5 semaines avant d'entrer en cure ben j'aurai eu besoin de cette cure , ne serait que pour être séparé de tout et voir ce que ça fait que de ne pas ou plus avoir mes enfants . 

Tout ça pour dire que faut réagir au plus vite quand on commence à consommer de l'alcool tout les jours pour se retourner le cerveau . 

L'alcool n'est pas un bon médicament . C'est une vrai saloperie pour nous bipo . 

Mais tu as raison Roland , c'est controlable jusqu'à un certain point je pense . Au début du début . 🙂 


wurlitzer ont aimé
RéponseCiter
Nath
 Nath
(@nath8)
Jeune Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 907
29 juillet 2018 10 h 12 min  

Il faut déjà arrêter de prendre l'alcool pour un médicament.

Mon chéri ne peut pas se passer de ses deux Sky du soir. Il me dit qu'il en a besoin pour son équilibre et qu'il maitrise très bien sa consommation, car il n'en boit jamais à un autre moment de la journée. Oui, mais quand tu rajoutes une demi bouteille de vin au diner, ça commence quand même à faire beaucoup d'alcool pour une journée. Surtout que quand ça a été une sale journée, les doses du soir augmentent.

Mais comment lui faire admettre que cette dose d'alcool quotidienne a une incidence sur ses humeurs ?


RéponseCiter
Marie
(@marielalune)
Micro Bipo
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 2
30 juillet 2018 2 h 10 min  

Déjà merci pour vos témoignages et vos réponses, malheureusement ça ne m'aide pas beaucoup. Je vous l'avoue. Je bois encore. Comme je l'ai expliqué précédemment le lithium a été pour moi une sorte de camisole et peu à peu je n'avais plus de sentiments ni d'émotions, je pouvais rester une semaine sur mon canapé sans manger, sans me laver, à regarder la télé pour oublier et pour tenter de ne pas réfléchir. L'alcool n'est certainement pas la solution mais en attendant c'est la seule chose que j'ai trouvé pour retrouver une certaine envie de vivre. Avant les médicaments j'étais quelqu'un de très expansif, de très naturel, de très humaine avec beaucoup de personnalité et je me suis retrouvée fade, vide. Peut-être est-ce un passage obligatoire pour comprendre que ce qu'il y a en moi n'a pas disparu et qu'il y a d'autres façons de le faire réapparaître. Je ne suis pas dans le déni, j'en parle, j'en ai discuté avec ma psychiatre, j'en ai discuté avec mon entourage, je ne me cache plus depuis quelques temps. Lorsque la famille et les gens qui vous aiment comprennent que vous êtes bipolaire leur faculté à prendre les choses changent vis-à-vis de vous et deviennent positives. Je me suis tellement laissée aller à un moment donné dans ma phase de dépression que j'ai perdu ma maison, j'étais à la limite du surendettement et aujourd'hui je revis avec le papa de mes enfants que j'avais quitté depuis 2 ans et demi. Je ne pourrai plus avoir cette indépendance vis-à-vis de l'alcool et je pense que ça m'a fait comprendre aussi qu'à l'intérieur de moi j'étais encore vivante et que ma personnalité n'était pas morte. Maintenant il va me falloir du courage. J'espère y arriver, je n'en suis pas sûre et encore trop fragile mais je le souhaite vraiment.

 


RéponseCiter
ROLAND
(@smartkind)
Super Bipote
Inscription: Il y a 2 ans
Msg: 1116
30 juillet 2018 8 h 57 min  

eh bien Nath une fois de plus tu t es plantée

 

le curethyl est bien un medicament car il est classe comme tel dans le vidal bible du medicament pour les medecins

 

une ampoule de 2O ml de curethyl contient 5,20 ml d alcool ethylique a 95%

ce qui fait au total pour une ampoule de 20 ml  une solution a 26 % d alcool ethylique

 Pour mémoire   le porto spiritueux assez repandu titre 20%

 

le curethyl est utilise justement parce qu il contient de l alcool comme traitement d appoint dans les cures de sevrage alcoolique

 

il permet d eviter l apparition d un syndrome de manque lors de sevrages trop rapides

certains de mes collègues l utilisaient quand entrait un patient sdf avine ayant déjà passe 24 h au commissariat et allant en passer 24 de plus a l hopitas sans pouvoir absorber d alccool pour ne pas risquer d etre reveille la nuit par un probleme de delirium tremens

et la le delirium tremens c est pas joyeux et c est dangereux pour le patient

il se comporte un peu comme un psychotique, il crie tres fort car il a des hallucinations qui le terrifient tels que des bebetes qui sortent de partout rampant vers lui

il faut alors le rehydrater

lui filer des benzodiazepines

et des vitamines B1 B6

bon le curethyl personnellement je suis pas trop pour

c est un peu perime comme traitement mais c est toujours commercialise

 

eh oui Nath quand on veut reprendre un bipote mieux avoir des munitions

moi j ai le Vidal


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@nath8)
Jeune Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 907
30 juillet 2018 9 h 49 min  

Mon cher Roland, 

Puisque je suis supposée me planter "une fois de plus", expliques moi donc quelles étaient les précédentes fois ? 🙂

Je n'ai jamais parlé du curethyl, il me semble, mais de l'abus de l'alcool...tout court.

Je n'ai pas pour ambition de "reprendre" qui que ce soit, bipote ou pas, et aucune prétention de m'y connaitre plus que les autres.

Tu as le Vidal ? Je dois m'extasier ? Moi je n'ai comme richesse que ma seule expérience personnelle. J'ai vécu avec un homme alcoolique, alors je sais ou ça peut mener. Je me définis souvent comme une simple provinciale, alors si tu penses que je suis ici pour donner des leçons à quelqu'un, c'est toi qui te plantes complètement.

Tu as trouvé mon précédent post suffisant ? Du moment que Marie l'a trouvé bienveillant, c'est le principal, puisque c'est à elle que je répondais.


RéponseCiter
Nath
 Nath
(@nath8)
Jeune Bipote
Inscription: Il y a 3 ans
Msg: 907
30 juillet 2018 10 h 03 min  

Marie, 

ça se saurait si quelques témoignages suffisaient à faire passer l'envie d'alcool 😉

Peut être que la méthode de mon chéri n'est pas si bête et que tu pourrais l'essayer ? Se forcer à n'en prendre que le soir, bien sûr en essayant d'être raisonnable, et s'interdire d'en boire le reste de la journée. Bon, je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire.

En tout cas, visiblement tu es sur le bon chemin, si tu arrives à en parler  à ton entourage et que tu as ton conjoint pour t'aider à surmonter tout ça. Tu as tout l'air d'une battante, alors je suis sûre que tu y arriveras. Et l'amour de ses proches, ça motive bien 😉


RéponseCiter
Page 1 / 6

J'aime, je partage et je tweet Le Bipolaire : C'est gratuit !