Medic où pas Medic....
 
Notifications
Retirer tout

Medic où pas Medic......?? ,😎

37 Posts
11 Utilisateurs
10 Likes
1,739 Vu
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3016
 

Contente que ça fonctionne pour toi, Poupic, mais tu restes quand même sur la corde raide ! J'ai essayé d'arrêter pendant 8 ans; échec . Maintenant, je suis boulimique mais je n'arrête plus mon abilify ,il me reste 6 ans de boulot à faire et je compte bien y arriver ! En plus, je mange surement par stress , mon job est prenant ...

Bien sur que je t'envie, j'aurais adorer arrêter, mais bon, bonne continuation !

 
What do you want to do ?

New mail

 

   
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@mosis-7 merci pour ton joli texte et très belle analyse, je trouve  ton analyse et tes pensées bien réfléchi ce qui m'a poussé à vous rejoindre n'est pas le fait de vouloir influencer où démontrer que l'on peut vivre sans médic non c'est aussi démontrer qu'il faut faire un énorme travail pour pouvoir y arriver avec tous ce que cela comporte.

Je me suis longtemps poser des questions sur le fait que l'on nous stabilisait avec de la pharma qui plus est ne nous était même pas destiné style médic que l'on prescrit pour des pathologies comme lépilepsy où d'autres pathologies qui devrait réguler Nos humeurs et j'en passe et j'en passe, ensuite je me suis mis à faire des recherches sur toute cette pharma crois moi je suis partie en vrille direct impressionnant et l'a m'a décision de vouloir trouver une autre alternative c'est imposé.

Je comprends plus que tu ne crois le monde de la psychiatrie j'y ai baigné pendant plus de 10 ans mais avec quand même un avantage d'être plus âgé et plus réfléchi que la plupart de mes colocataires, qui avait tous une pathologie différentes, je continuerai mon poste plus tard si tu veux bien la je dois bouger a bientôt passe une bonne soirée et encore merci pour ton poste cordialement Poupic.


   
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@ver00 merci pour ton retour c'est sympa j'aime t'a réaction et je pense que tu positives tout les jours bravo tu arriveras à la fin de ton mandat ensuite tu pourras prendre du temps pour toi et qui c'est te reconstruire.

Bien a toi passe un bon weekend.

                                                  Poupic


   
ver00 reacted
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3016
 
Posté par: @ver00

Contente que ça fonctionne pour toi, Poupic, mais tu restes quand même sur la corde raide ! J'ai essayé d'arrêter pendant 8 ans; échec . Maintenant, je suis boulimique mais je n'arrête plus mon abilify ,il me reste 6 ans de boulot à faire et je compte bien y arriver ! En plus, je mange surement par stress , mon job est prenant ...

Annonce

Bien sur que je t'envie, j'aurais adorer arrêter, mais bon, bonne continuation !

 
What do you want to do ?

New mail

 

J'aurais adoré ! oups


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3016
 

 

 
What do you want to do ?

New mail

Oui, merci poupic, je suis sincère, je te souhaite que ça fonctionne, mais perso; j'ai trop peur de perdre mon job . On verra plus tard, si je suis encore de ce monde, chacun fait comme il peut, c'est pas simple !

   
RépondreCitation
@C2face
(@c2face)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
 

Mosis 7 je dirais que votre réaction est normale. Nous avons tous une façon qui nous ait propre face au diagnostic. Certains seront soulagés car ils mettront des mots sur leur passé chaotique et d'autres seront dans le déni. Entre ces deux extrêmes...on trouve de tout. De mon côté, le déni a été la première réaction...difficile de se dire que nous avons une maladie mentale ! Puis il y a eu la phase de la colère parce que enfin je pouvais faire le lien avec ces longues années de  profond mal être où mes comportements posaient de réelles questions. Je pouvais enfin mettre des mots sur mes pulsions - sexuelles, d'achat - mes tentatives de suicide parce que la vie était trop lourde à porter depuis très jeune et me dire : "je suis victime de ce qui m'arrive" et je n'ai rien demandé. Pour finir, la phase d'acceptation a été celle qui m'a permis de prendre conscience que le traitement n'était pas une option...Il m'a fallu du temps pour être parfaitement en paix avec cette pathologie. J'en ai fait mon compagnon de route et non mon ennemi...même s'il m'arrive de lui en vouloir encore quand il gratte pour faire sa place !

Le plus essentiel est de se connaitre parfaitement soi-même et connaître parfaitement notre compagnon de route. Les deux ne sont pas forcément incompatibles. Je serais peut être quelqu'un d'autre sans lui à mes côtés et je ne veux pas être quelqu'un d'autre parce que j'ai appris à aimer celle que je suis...avec lui. Mon entourage familial et mon entourage professionnel sont au courant de ma problématique et cela n'est pas un frein parce chacun est témoin de la manière dont je gère la chose. Cela rassure aussi face aux changements d'humeur parce qu'on ne passe plus pour la folle de service....quand on sort des non dits, quand les mots sont posés sereinement, les autres sont rassurés de savoir donc s'adaptent le temps de la "crise" et on avance ensuite. J'ai longtemps caché les choses par honte, puis j'ai décidé d'assumer ce que j'étais, une femme intelligente avec des projets et sur laquelle on peut compter et non une malade bipolaire. Cela change tout.

Je crois au soutien chimique parce que mon histoire m'a permis de constater la différence avec et sans...mais le plus important, à mon sens, est le suivi psychologique et la psychoéducation. C'est ce que je reproche à la médecine....de se focaliser sur les traitements et uniquement sur eux. Les troubles bipolaire doivent être gérés de manière globalisée et centrés sur la personne. Les psychiatres ont parfois tendance à l'oublier...cantonné à une maladie, ils perdent parfois de vue le sujet et ses caractéristiques individuelles. D'où la difficulté pour beaucoup de personnes atteintes de troubles mentaux de trouver le bon médecin. Mais c'est une autre problématique et pas le sujet de ces échanges.


   
Mosis and ver00 reacted
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3016
 

Moi aussi, l'abilify est mon compagnon, je le prends volontiers, il ne me fatigue pas,peut être me fait il grossir ? Mais on dit que l'abilify n'a pas cet effet indésirable, alors, je ne sais .... Oui, je suis d'accord, il faut faire un travail sur soi dans la bipolarité . Je l'ai fait dans mon blog,que j'ai depuis lâché surtout faute de temps ...  

 
What do you want to do ?

New mail

 

   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3016
 

 

 
What do you want to do ?

New mail

Ça parait contradictoire ce que je dis, et bien disons que je préférerais sans  mais je fais avec mon abilify et je pense que si je le prends de bon cœur, ça passe mieux dans tous les sens du terme, même au point de vue effets secondaires : le cerveau est grand !

   
RépondreCitation
Poupic
(@poupic)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 33
Début du sujet  

@c2face merci très chère j'ai suivi une thérapie qu'il disait revolutionnaire basé sur le comportement cognitivo comportimental et bien il est vrai que ça m'a été bénéfique mais au fil du temps ça n'avait plus rien à voir avec mon ressenti et il est vrai que je ne voyais plus l'intérêt de poursuivre ma thérapie bref.....!

J'ai changé de psy qui lui avait 40 ans de métier ces révélations mon fait me poser encore plus de questions y voulais que je me mette au lithium et ces arguments devais me rassurer car il a insisté qu'il n'y avait aucun effet secondaire ben non, comme quoi ont nous bassine mais nous ne sommes pas non plus a coté de la plaque.

Bien à vous cordialement Poupic


   
RépondreCitation
Celma
(@celma)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 31
 

Je reviens sur l'abilify... J'ai une vessie capricieuse et avec ce traitement c'était la catastrophe. J'étais au bord de l'incontinence. Personne n'a ce problème? Du coup maintenant c'est risperdal pour moi.


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3016
 
Posté par: @celma

Je reviens sur l'abilify... J'ai une vessie capricieuse et avec ce traitement c'était la catastrophe. J'étais au bord de l'incontinence. Personne n'a ce problème? Du coup maintenant c'est risperdal pour moi.

Bah, je fais plutôt de la pollakiurie, (je vais souvent uriner ) mais je mettais ça sur le compte de l' obésité ...A voir, merci du renseignement, faudrait peut être que je tente un autre médicament ... 


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @ver00

Contente que ça fonctionne pour toi, Poupic, mais tu restes quand même sur la corde raide ! J'ai essayé d'arrêter pendant 8 ans; échec . Maintenant, je suis boulimique mais je n'arrête plus mon abilify ,il me reste 6 ans de boulot à faire et je compte bien y arriver ! En plus, je mange surement par stress , mon job est prenant ...

Bien sur que je t'envie, j'aurais adorer arrêter, mais bon, bonne continuation !

 
What do you want to do ?

New mail

 

T es boulimique ? Tu te fais vomir tu prends des diurétiques ou autred comportements compensatoires ?


   
RépondreCitation
Elona
(@elonawasikowska)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 381
 
Posté par: @ver00
Posté par: @celma

Je reviens sur l'abilify... J'ai une vessie capricieuse et avec ce traitement c'était la catastrophe. J'étais au bord de l'incontinence. Personne n'a ce problème? Du coup maintenant c'est risperdal pour moi.

Bah, je fais plutôt de la pollakiurie, (je vais souvent uriner ) mais je mettais ça sur le compte de l' obésité ...A voir, merci du renseignement, faudrait peut être que je tente un autre médicament ... 

D'après mon psy l'Abilify peut augmenter la glycémie, ce qui provoquerait des symptômes de diabète (dont fait partie la pollakiurie). Chez moi c'est plutôt l'autre versant, depuis que je le prends je vais à selle 4-5x par jour. Je sais pas si c'est lié car il m'avait plutôt parlé d'un risque de constipation, mais en tout cas ça coïncide. Ou alors je suis tellement une chieuse que mon corps a décidé de suivre.


   
RépondreCitation
kust
 kust
(@kust)
Famed Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 3055
 
Posté par: @elonawasikowska
Posté par: @ver00
Posté par: @celma

Je reviens sur l'abilify... J'ai une vessie capricieuse et avec ce traitement c'était la catastrophe. J'étais au bord de l'incontinence. Personne n'a ce problème? Du coup maintenant c'est risperdal pour moi.

Bah, je fais plutôt de la pollakiurie, (je vais souvent uriner ) mais je mettais ça sur le compte de l' obésité ...A voir, merci du renseignement, faudrait peut être que je tente un autre médicament ... 

D'après mon psy l'Abilify peut augmenter la glycémie, ce qui provoquerait des symptômes de diabète (dont fait partie la pollakiurie). Chez moi c'est plutôt l'autre versant, depuis que je le prends je vais à selle 4-5x par jour. Je sais pas si c'est lié car il m'avait plutôt parlé d'un risque de constipation, mais en tout cas ça coïncide. Ou alors je suis tellement une chieuse que mon corps a décidé de suivre.

tous les neuroleptiques en tant que classe peuvent induire un diabète

l'abilify en tant qu'agoniste partiel est celui en france qui est le moins diabétogène, et les diabètes induits sont possibles, mais peu fréquents

l'augmentation de la diurèse de part l'apport d'eau induit par la glycosurie donne une hypediurèse et non une pollakiurie (qui est caractérisée par des mictions fréquentes et peu abondantes mais un volume mictionnel sur 24 souvent inchangé)

quand on en est à avoir une glycosurie cliniquement remarquable, ça relève de l'urgent, la crise acido cétosique n'est pas loin et les gens sont souvent amaigris, fatigués, etc..

 


   
RépondreCitation
Gorlanne
(@gorlanne)
New Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 2
 

Bonjour à tous,

Perso, j'ai été diagnostiquée très tard (bipo type II)... Je fais bien la différence entre ma vie avant traitement (grosse phase dépressive avec plusieurs tentatives de suicide/ phase maniaque avec frénésie de sexe, dépenses inconsidérées et colères excessives) et ma vie avec les médocs!!! (Toujours des hauts et des bas mais moins dangereux : plus de pensées morbides ni d'excès ingérables pour moi et mes proches...)

Par contre j'estime qu'il y a traitement et traitement... je m'explique :

Mon psychiatre est contre toute camisole chimique, son but est de me permettre de vivre avec cette maladie, pas de s'abrutir...

Par contre en septembre dernier j'ai demandé une hospitalisation en Hp car j'étais dans un état de stress total : j'avais décidé de reprendre le boulot et le médicaments que je prenais (Depamide) était indisponible dans toutes les pharmacie (je me suis retrouvée sans traitement du jour au lendemain! S'est vite devenu insupportable pour mon mari et mes 3 enfants. La psychiatre du centre et les infirmiers ont choisi de changer mon traitement (volproate de sodium + Seresta!) et de fortement le doser pour faire passer la crise!!! Pendant 15 jours j'étais complètement abrutie,  sans aucune émotion et avec des effets secondaires quasi immédiats... J'ai du me battre pour diminuer le traitement (intervention de mon psy).  Je suis sortie au bout de 3 semaines (reposée ! et surtout détendue) et la première chose que mon psy a faite c'est de me sevrer du Seresta (j'en ai uniquement 1 le soir en cas d'insomnie handicapante et jamais plus de 2 semaine d'affilée) et de passer progressivement à un médicament avec moins d'effets secondaires!

Aujourd'hui je suis sous Lamotrigine ( un anti épileptique qui prévient l'apparition des phases depressives), ce n'est pas la panacée mais ça me convient car ça m'évite les "trop bas. Et je suis aidée par une psychologue ce qui est tout aussi important!!!

Je connais pas mal de dépressifs pour qui les antidépresseurs font de moins en moins d'effet et dont on a augmenter les doses progressivement mais à tel point qu'ils sont "chargés" comme de vrai drogués !

Pour conclure , personnellement j'ai accepté ma maladie et un traitement à vie mais je refuse d'être droguée. Or ça, c'est du ressort du psychiatre, d'où l'importance de trouver celui qui vous correspond!


   
Melo reacted
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3991
 

@gorlanne

je suis tout à fait d’accord avec ta conception du traitement.

se soigner oui mais s’abrutir non. C’est difficile de leur faire comprendre ça au psy. Quand j’ai été à l’hôpital en décembre il voulait me donner 100mg de loxapac. J’ai refusé. Alors ils m’on dit vous devez prendre 45 gouttes de valium. J’ai également refusé car je ne veut pas être un zombie. Finalement après de multiples menaces de me mettre en isolement ils ont quand même bien voulu faire les choses doucement en me donnant un peu de zyprexa.

voila 🙂 


   
RépondreCitation
Page 2 / 2
Annonce
Annonce
Annonce