Premier message car...
 
Notifications
Retirer tout

Premier message car j'arrête mon traitement.

21 Posts
8 Utilisateurs
7 Likes
1,626 Vu
Helen
(@helen)
New Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 2
Début du sujet  

Bonjour à tous,

Je viens de m'inscrire sur ce forum et j'espère y trouver des âmes solidaires...

Je vous raconte rapidement, j'ai 37 ans et j'ai fait un accès maniaque l'été dernier en vacances (la loose pour les potes qui m'accompagnaient!!). Depuis, je suis suivie par une psychiatre que je trouve de moins en moins à l'écoute, je vous explique pourquoi : je me suis présentée en essayant d'être la plus franche possible, ce qui n'était pas évident vu mon état à l'époque. Mais donc je lui raconte à quel point j'ai été perchée pendant une bonne quinzaine de jours, elle me cherche un traitement adapté et là arrive la question sur l'alimentation. Je ne cherche pas à mentir malgré toutes les difficultés que ça représente pour moi de parler de mon trouble boulimique. Bref, elle comprend que j'ai peur de prendre du poids et me met sous Abilify, seule molécule me dit-elle à ne pas avoir de conséquence sur le poids.

Super me dis-je ! Sauf que ce traitement me shoote complétement, je m'endors sur le canapé à 20h... du jamais vu ! Et puis avec 2 enfants en bas âge, un boulot d'instit qui me demande de faire mes préparations ou corrections le soir, c'est juste pas possible !

Je retourne la voir et constate ensemble qu'il vaut mieux changer de traitement et on part sur l'olanzapine (vous connaissez ?) et la prégabaline pour gérer mes angoisses et mes insomnies. En fin d'année je n'arrive plus du tout à bosser et elle me met en arrêt sans sourciller. Je reste donc à la maison pendant 2 mois. Seule pendant que les petits sont chez nounou et à l'école... je culpabilise de ouf, j'arrive pas à me détendre et évidemment, étant seule et sans aucune activité, je me plonge allègrement dans la boulimie vomitive et j'enchaine crise sur crise tous les jours (alors qu'en temps normal, quand je travaille, je ne m'empiffre pas bien-sûr). Et d'un seul coup, presque en quelques jours, je m'aperçois que je ne rentre plus dans mes fringues, que j'ai pris un bide dégueulasse (alors que j'ai toujours été mince), et j'en passe !

Au début j'ai mis ça sur le dos de la bouffe en excès, à rien glander sur le canapé, et je me disais que ça irait mieux à la reprise du travail. Et là je m'aperçois que non, j'avais repris depuis 3 semaines, je ne faisais donc plus de crises, et je continuais à grossir. J'en suis à + 13 kgs !!! C'est le ciel qui me tombe sur la tête ! J'explique tout ça à ma psy qui me fait comprendre que le traitement est peu dosé, que ça m'a bien stabilisé... bla-bla... bénéfices/risques... bla-bla... le poids c'est dans la tête, faut manger mieux et faire du sport... je comprends donc qu'elle n'a rien de mieux à me proposer et qu'elle ne changera rien.

Ca fait donc une semaine que j'ai décidé seule d'arrêter l'olanzapine. J'avais déjà arrêté la prégabaline sans lui dire car j'avais mal aux jambes et j'ai lu que ça faisait partie des effets secondaires (et je pensais que ça me faisait grossir aussi). Je gérais plutôt bien les angoisses matinales, mais là sans l'olanzapine les insomnies sont revenues de plus belles et tout ce qui va avec, la fatigue, la tristesse, la lassitude, la déprime, etc.

Je viens donc ici chercher un peu de soutien dans ce sevrage, car je sais que maintenant je vais devoir faire semblant et mentir à ma psychiatre pour me laisser le temps de maigrir. J'ai vraiment peur de ne pas retrouver mon poids initial, j'ai peur que la boulimie me gâche encore plus la vie car je crois que je préfère courir le risque de la déprime et des insomnies plutôt que de rester avec ce corps dégueulasse qui finalement me déprime encore plus !

Si en plus je pouvais avoir vos retours d'expérience, si vous avez connu ces problèmes de prise de poids, si vous avez réussi à arrêter le traitement et si vous avez perdu vos kilos ensuite... j'aimerais bien lire tout ça, ça me donnerait du courage pour continuer car je me sens vraiment seule et sans solution.

Annonce

Merci à vous qui avez pris le temps de me lire !

Hélène


   
Citation
Ada
 Ada
(@adaarborardorgmail-com)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 45
 

Personnellement, je comboïse les effets secondaires. J'ai l'impression qu'il n'existe pas de médicaments sans effets secondaires dans la pharmacopée des psychiatres. Je suis épuisée à 20h (beaucoup de médicaments) , j'ai de l'acné sur la gueule (lamotrigine), je grossis (lagarctil) et j'oublie tout (seresta). Mais au vue de la fragilité de ma santé psychique, je n'arrêterai jamais mes médicaments, trop peur de finir sur les rails d'un train (el famoso balance bénéfique/risques). 

Je lis dans votre message à quel point votre poids vous préoccupe (je devine que c'est devenu une obsession) mais plutôt que d'arrêter votre traitement, pourquoi ne pas changer simplement de psy ? Le mien m'avait mis sous Zyprexa et m'a fait arrêter quand je lui ai dit que je ne supportais pas de grossir autant (maintenant je grossis moins donc jugulable). Comme quoi. Néanmoins, il n'existe pas de médicaments sans effets secondaires en psychiatrie, ça sédate, ça excite, ça fait grossir, ça zombifie, ça donne des impatiences, ça altère la mémoire etc... En fait, on ne peut que choisir les effets secondaires qui nous dérangent le moins possible.

Par contre, ne culpabilisez pas : vous êtes malade. Et pas de mais ! 

Ce message a été modifié Il y a 3 ans 2 fois parAda

   
RépondreCitation
Lyleith
(@lyleith)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 342
 

Salut @helen,

Ce qui me choque dans ton témoignage, c'est que ta psy t'ait donné de l'olanzapine alors que tu avais peur de grossir. Beaucoup de traitements pour la bipolarité peuvent faire grossir, parfois de pas grand-chose, mais le Zyprexa est vraiment connu pour provoquer une prise de poids!

Je l'ai déjà beaucoup raconté, mais je suis plutôt fine et quasiment aucun traitement pris à long terme ne m'a fait grossir, même le lithium. J'ai connu la boulimie comme toi, et l'anorexie. Il était hors de question de prendre du poids. Avec le Zyprexa, je suis passée de très mince à obèse en un an! Je comprends que tu l'arrêtes, tu aurais continué à grossir à long terme.

En revanche, comme d'habitude, je te conseille d'essayer d'autres molécules. On n'a pas tous les mêmes effets secondaires. Tu pourrais trouver un traitement qui te stabilise sans prise de poids.

Si ça peut te rassurer j'ai perdu les 33 kilos dus au Zyprexa assez facilement en l'arrêtant. Ça m'a pris 6 mois. Le Dépakote m'a fait reprendre 20 kilos, perdus en 4 mois en l'arrêtant (sans régime).

La Quétiapine, le lithium, le Lamictal, le Tégrétol et l'Abilify, tous essayés pendant assez longtemps: aucun kilo de pris (ou peut-être 2 ou 3 kilos à force, mais en vieillissant notre poids de forme évolue c'est normal).

Aujourd'hui je prends du lithium (Téralithe LP, 1000) et de la Quétiapine (LP, 350, mais pendant longtemps à 600 ) et j'ai un IMC totalement dans la norme. Je ne me prive pas et si j'ai envie de sucre ou de gras, j'en mange.

Je te raconte tout ça pour te rassurer: il existe des solutions! 

Bon courage!


   
Urantia reacted
RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 3991
 

Je suis sous olanzapine moi aussi. J’ai aussi arrêté l’olanzapine et le sevrage est vraiement hard. J’ai dû reprendre car c’est la seule molécule qui me convienne. Il faut quelques semaines pour que les insomnies passent. Si elles ne passent pas il faudra changer de traitement ou prendre qqch contre l’insomnie.

je te conseille également de ne pas mentir à ta psy, ça sert à rien, elle est là pour t’aider, si tu lui mens autant arrêter de la voir carrément.

il faut être honnête et elle te changera de molécule.

il y aura tjs des effets secondaires, il faut trouver les molécules qui te conviennent et qui permet à la balance bénéfice/risque de s’équilibrer. Ça peut prendre du temps il faut être patient et malheureusement prendre son mal en patience.

je te dis ça de vécu, j’ai eu : abilify ( akathisie), depakote ( plus de sentiments) lithium ( pas efficace) olanzapine ( très efficace même à faible dose) et lamictal ( efficace aussi)

 

bon courage à toi.


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 77
 

Je m'exprime une dernière fois et je me tire, promis ! mais trop lu faut que ça sorte...

Oui un bipolaire sans traitement est en en roue libre, manies à répétitions, tentative(s) de suicide, pétages de câbles divers et variés, c'est vrai !

Mais c'est vrai le plus souvent, on est pas plus égaux devant les traitements que face aux circonstances, quelques uns s'en tirent sans médocs probablement, pas des masses, mais ça arrive aussi ! Les stigmatiser revient à...(vous savez à quoi ?)

Mon premier psychiatre (une sommité il parait) m'a collé sous Olanzapine 30 mg, je n'avais qu'une envie entre 2 filets de bave : Mourir ! 

J'ai "osé" lui en faire part , sa réponse : "monsieur Machin, ce que vous décrivez est impossible, le Zyprexa est un traitement de fond qui a très peu d'effets secondaires, et vous n'allez pas m'apprendre mon métier !"

Cool ! (Pour les curieux, googlez Zyprexa procès, assez instructif...)

Heureusement par la suite j'ai croisé des gens un peu plus à l'écoute, pour autant j'ai pas échappé à 6 mois de dépression - à lécher le carrelage - suite à des injections de Xeplion (Risperdal injectable), à nouveau d'autres interlocuteurs un peu plus souples ont entendu ma détresse, Xeroquel 300 et maintenant tout va bien pour moi, mais j'ai eu plus que l'occasion de causer avec un patient du cmp que je fréquente, lui la Quétiapine l'a rendu bègue, changement de molécule aussi après ça, 1 an plus tard pas d'amélioration...

C'est pas rien merde !

Et je parle même pas de syndrome malin des neuroleptiques, un effet secondaire parmi tant d'autres - pas pour rien que la notice dépliée fait au moins 1 mètre carré - qui nécessite un arrêt immédiat du traitement , sinon => mort certaine ! plus besoin de TS.

 

S'il y a un message : Oui soignez vous ! mais gobez pas n'importe quoi par principe, allons...

Et surtout gardez un peu de distance, ne serait-ce que par respect de vous même (merde quoi !).

 

Exemple d'un truc qui m'échappe totalement :

https://www.vidal.fr/actualites/26778-depression-la-ketamine-porte-d-entree-vers-de-nouveaux-traitements.html

Plusieurs études, méta-analyses etc. sont toutes d'accord, entre 50 et 70% de réponse aux dépressions qui ont résistées à toute thérapie, médocs, sismo et le reste, alors question : La "science based evidence" le dit sans ambiguïté, ça fonctionne là où tout a échoué,  mais qu'est-ce qui freine bordel ???

 

@Vero : mes avis sont-ils précieux ?

C'est fort possib', et tes théories sur l'inconscient qui rentre et pis qui ressort, hésite un moment, papillonne et repart sur d'autres modalités...

C'est précieux aussi ou ?

 

Bonne chance et bon courage à tous !  

 

 

 


   
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 495
 

Bonsoir et bienvenue, 

C'est pas utile de mentir, ton psy te suivra quand même si tu veux changer ton traitement ou tenter l'arrêt. 

L' anxiété ça fait aussi manger, rester sans rien ça me semble compliqué personnellement. 

Concernant les arrêts maladies,  je suis persuadé qu'il vaut mieux être arrêté qu' hospitalisé. Donc, je pense pas qu'il faille trop culpabiliser (parfois c'est l'etat dépressif qui augmente le sentiment de culpabilité). 

Bon courage. 


   
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 495
 

@tommy

Pourquoi ? C'est bien de s'exprimer ! 

Chacun peut avoir son propre avis. 


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 77
 
Posted by: @mosis-7

@tommy

Pourquoi ? C'est bien de s'exprimer ! 

Chacun peut avoir son propre avis. 

Hello !

C'est sympa de ta part, sincèrement, juste que c'est au delà de mes forces de lire certaines opinions, j'ai du trop abuser des forums ou chais pas quoi...

 

Ironie du sort : Mon "amie' met sur le compte de la bipolarité tout refus d'accéder à ses caprices parfois assez extravagants...

L'impression parfois aussi d'être une cible sur pattes..

 

Autre exemple, véridique, tout le monde pourra le constater, dans la section "Entourage de bipolaire", combien arrivent avec des interrogations genre "Mon mari s'intéresse pas à nous et il insiste pour voir sa mère, donc il est bipolaire non ?"

Suis abasourdi par les réponses bienveillantes que ça peut susciter, d'un autre côté je trouve ça extraordinaire, mais ou est la limite ? 

 

On culpabilise à ce point ?

 


   
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 495
 

@tommy

C'est difficile pour moi parfois de savoir où commence et fini la maladie dans la vie de tout les jours. C'est peut-être aussi pour ça que l'entourage galère. 

Je comprends l'aspect cible sur pates et la partie entourage qui est parfois en décalage. Après c'est aussi des êtres humains qui galèrent, pour des raisons différentes et parfois complètement à côtés. Un autre type de souffrance.

Je pense que j'étais autant en décalage que certains avant que la maladie devienne aiguë. 

 


   
RépondreCitation
Lyleith
(@lyleith)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 342
 

On ne stigmatise personne ici, on conseille juste d'essayer plusieurs traitements avant de tout arrêter sur un coup de tête. Avec un bon accompagnement et une thérapie en parallèle ça peut valoir le coup de tester une autre molécule que celle qu'on a mal supportée. Quand je conseille aux nouveaux arrivants de se soigner c'est parce que je sais ce que ça fait de tout arrêter, que ce soit pour ma vie à moi ou celle de mes amis. Ma meilleure amie n'avait pas de traitement adapté et elle a fini par se défenestrer.

En ce qui concerne les messages des proches qui sont persuadés que X est bipolaire parce qu'il veut voir sa mère, je suis d'accord, c'est flippant. Quand on essaie de leur dire que ça ne relève pas de la bipolarité mais plutôt d'une lassitude, on a toujours les mêmes réponses. "SI, il est bipolaire, j'ai lu un test dans Picsou magazine qui le prouve à 100%". Alors que peut-on faire de plus que donner une vague impression personnelle et orienter vers un professionnel? C'est ce qu'on fait en général. On leur répond qu'on n'est pas psy, et que ça ressemble vaguement à de la bipolarité, ou non. Enfin, la dernière fois que j'ai émis une autre hypothèse, je me suis fait agresser et on m'a expliqué ma maladie. Alors on fait ce qu'on peut, en prenant un max de distance, sinon on devient (encore plus) fou.


   
Urantia, Ada and Melo reacted
RépondreCitation
Ada
 Ada
(@adaarborardorgmail-com)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 45
 

On ne stigmatise pas ceux qui veulent vivre sans traitement, c'est juste dangereux alors on va pas applaudir des quatre mains en sachant qu'il peut y avoir des rechutes douloureuses derrière pour certains.

Sinon, il ne faut surtout pas lire les posts dans entourage de bipolaire, je les laisse dialoguer entre eux. Tous les connards et les connasses du monde avec eux sont bipolaires. Je crois que le pire que j'ai eu c'est le mari qui trompe sa femme DEVANT sa femme et la réaction "je crois qu'il est bipolaire avec une hypersexualisation". Bien entendu, ça ne pouvait pas être chose qu'un gros en****é! 


   
Lyleith and Melo reacted
RépondreCitation
Helen
(@helen)
New Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 2
Début du sujet  

Merci à tous pour avoir pris la peine de me lire et de poster un ou plusieurs messages.

Je me suis inscrite sur ce forum en me doutant bien que ça n'allait pas être simple d'expliquer mon cas. Je ne dis pas que je suis contre la médication, bien au contraire, je reconnais à quel point l'olanzapine m'a permis de calmer les ruminations nocturnes, c'était un gros ouf de soulagement au début.

Et puis au fil des semaines et des kilos qui s'accumulaient, j'ai compris que ma maladie la plus invalidante c'était la boulimie. Je ne pense plus qu'à maigrir, c'est devenu une véritable obsession, le point central de mon mal-être finalement.

Dans le ratio bénéfice/risque, je n'y retrouvais plus du tout mon compte. Peut-être aussi que j'ai toujours du mal à accepter l'étiquette bipolaire alors que je n'ai eu qu'un seul accès hypomaniaque l'été dernier. Ok cet épisode a fait des dégâts dans mon couple et donc dans ma stabilité émotionnelle, mais suis-je condamnée à ne plus retrouver ma vie d'avant ?

Je pense qu'il y a autant de bipolarités qu'il y a d'individus concernés, c'est très difficile de faire des rapprochements entre les différents vécus de chacun. Mais en vous lisant je prends bien conscience que je flingue ma "relation" avec ma psy. C'est pour ça que j'appréhende le rdv de lundi prochain. Je me vois déjà en train de mentir et c'est foireux...


   
RépondreCitation
Urantia
(@urantia)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 97
 

@adaarborardorgmail-com le mec qui la trompe devant elle ? je vais aller lire ça 


   
RépondreCitation
Ada
 Ada
(@adaarborardorgmail-com)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 45
 

Je suis bipolaire depuis l'âge de mes 15 ans alors des psys j'en ai vu et ils avouent d'eux-même qu'ils sont adaptés à certains clients mais pas à d'autres (aveu de mon psychiatre et de mon psychothérapeute). Donc votre pique dans la gueule, vous vous la foutez bien dans le cul. Cette psychiatre face à une boulimique prescrit du zyprexa, elle est inapte à prendre en charge convenablement sa patiente. Point. 


   
Urantia reacted
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

Bon, que dire ?

Rien n'est simple, pour les généralistes, alors d'autant plus pour les psy . Moi, j'ai grossi beaucoup,et je sais que je compensais , mes angoisses à devoir bosser pour payer mes crédits, par exemple . Je ne culpabilise pas, mais je n'accuse personne ; je pourrai dire que personne ne s'est inquiété de me voir prendre 40 kilos,  ce n'est pas une solution mais une fuite. Je suis la première concernée, et les médecins ne sont pas la panacée . Moi, je pense que ce sont des hommes comme nous, ils font plus ou moins ce qu'ils peuvent, mais le subjectif dépend de nous, c'est de nous que doit venir l'effort . J'ai laissé tomber mon corps, et personne d'autre que moi,ne pourra le rattraper . Ce n'est pas une erreur de traitement, l'abilify n'est pas censé faire grossir . Voilà, mon coup de gueule à moi, c'est notre vie ! Personne d'autre que nous n'y est plus intéressé , à nous de la négocier au mieux.


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 77
 

@ Tous, je le sais bien qu'on a rien demandé ! 🙂 

On fait s'qu'on peut on est pas des boeufs...

Boeufs d'ailleurs qui n'y sont pas pour grand chose non plus en y repensant.

 

Mille excuses si j'ai blessé qui que ce soit, c'était  vraiment pas l'intention, pardon ! Mille pardons !

Juste un tas de raisons + ou - tarabiscotées qui font que ce forum me fait plus de mal que de bien, c'était sûrement pas la meilleure façon de l'exprimer...

 

Encore navré, @Véro, qu'on ne soit pas d'accord n'a pas grande importance, comme toi je suis mon étoile pour le meilleur et pour le pire, j'ai également mes croyances, on verra bien...

 

Fondamentalement et au fil de l'eau, le truc qui m'a le plus gonflé (je crois), c'est sur le thread "courrier du coeur", "Il/elle m'aime plus ? alors Il/elle est bipolaire, what else ?", Mais non, c'est pas sérieux, on a assez d'emmerdes comme ça non ? Faudrait en plus charger avec toute la misère du monde ?

Si le jour où mon ex-femme avait décidé de me quitter, je lui avais opposé ce genre d'argument, j'imagine qu'elle aurait oscillé entre évanouissement et coup d'boule...(avec 1000 raisons !)

Et bien sûr que oui je conçois la souffrance des uns et des autres, mais m'enfin (?)

 

Bonne route, chance et tout ce que chacun pourrait souhaiter !

(Biz !)

 

 

    

 

 

 

 

 

 


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

@thomas, tu as lu un peu mon blog ? Tu trouves ça débile ?


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

Je m'en éloigne de plus en plus, je vis ma vie, je ne sais plus quoi en penser ....


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

Il m'a bien aidé, quand j'étais au fond du gouffre, bien plus que n'importe quel médecin ! j'ai revu le monde à ma façon, mais j'ai bien peur que ce n'était que le fond de ma pensée du moment.Elle n'a peut être aucune valeur pour les autres .


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 77
 
Posted by: @ver00

@thomas, tu as lu un peu mon blog ? Tu trouves ça débile ?

Non pas débile, un peu occupé m'en veux pas, j'irais directement là bas relire et te répondre, bien compris que tu n'étais pas mal intentionnée, pire : je suis même assez d'accord avec certaines de tes intuitions, on en reparle trankilou ? 🙂


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

Merci, thomas


   
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce