Notifications
Retirer tout

Besoin de parler

Page 1 / 7
 

Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

Bonjour à tous,

Tout est dans le titre...

Je suis nouvelle sur ce forum, je me suis lancée il y a quelques jours dans la rubrique présentation.

Je ne sais pas si je poste au bon endroit. Je ne sais même pas vraiment quoi dire. Tout s'emballe dans ma tête.

J'ai rdv chez la psy demain, mais ça me paraît être dans des semaines.

Ce matin j'étais gonflée à bloc, même si très anxieuse, et cette après-midi, très agitée mais en larmes. J'ai oublié de manger

Je ne sais plus ce qui est le pire. Les états en eux-mêmes ou d'avoir l'impression que les 2 se mélangent ou que les 2 s'enchaînent.

Je suis soutenue et entourée, mais je me dis que mes proches ont le droit de souffler. Alors je vous écris.

Mon père s'est suicidé quand j'étais adolescente. Il a été retrouvé dans mon lit. Si je ne savais pas la culpabilité et la souffrance que ça engendre dans l'entourage j'aurais déjà franchi le pas. Mais je ne veux pas que mon fils vive avec ça, c'est trop lourd à porter.

Vivement demain, et un nouveau traitement 


Citation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

Je vois, besoin de parler... et de freiner. Donne-moi quelques minutes, okay? Je suis passé par là. En fait, nous tous, je pense.


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

Question suicide, je pense que si je n'avais pas moi aussi un enfant, je ne serais pas là pour te parler. Tu as parfaitement raison : quand on a un enfant, on perd ce droit.

Quant au trauma du suicide de ton père... sur ton lit, c'est lourd, très très lourd, personne ne peut être préparé à ça, au fond de toi, tu le sais très bien, je pense. Tu étais ado', donc... Écoute, je ne sais encore rien de toi, ni de ton père, mais il avait sûrement ses problèmes.

Là, tout de suite, c'est des tiens qu'il faut parler, si tu veux déballer, même des trucs hardcore, c'est le lieu.


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@rollercoaster

De freiner oui. De remettre un semblant d'ordre aussi. 

J'ai couru 10 bornes, nager 2 kms, j'ai pas beaucoup dormi, j'ai pas mangé, j'ai bossé et j'arrête pas de pleurer.

J'ai rdv chez mon kiné. J'espère que mon besoin de séduire tout en me sentant inconvenante va rester en veille, il ne manquerait plus que ça.

J'ai beaucoup lu sur ce forum, beaucoup appris de vous, très touchée par vos parcours, vos combats, je me reconnais souvent. Merci pour tout ça 


RépondreCitation
yannounnet1973
(@yannounnet1973)
Moyen Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 173
 

oui c'est très dure tout cela la responsabilité lié aux enfants ainsi que les mauvaises périodes ou limite si le suicide ne devient une éventualié bref c'est chaud quand aux épisodes maniques qu'y faire je ne sais pas je ne parlerais pas des traitement j'ose espérer que tout le monde réussis à trouver son bonheur ou tout ou moins le bon traitement bien évidemment je pense que la parole la communication avec un professionnel est préférable bien à vous yann qui n'a pas subis ce genre de traumatisme mais qui pour autant reste un bipolaire type 1 maniacodépressif psychotique bref ouf quoi bien à vous yann


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@rollercoaster

Mon père était alcoolique, violent, dépressif. Dans le hard-core je ne sais pas jusqu'où je pourrais aller. J'ai un SSPT. Des années de mon enfance effacées. A 11 ans je volais le lexomil à ma mère. Elle, dépressive, en invalidité, souvent en clinique. M'a rendue responsable de tellement de choses. 


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@yannounnet1973

Je suis peut être juste trop cassée, abîmée pour être réparée 

 

 

 


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

Je ne vais pas te mentir ; je n'ai pas vécu ça et ne peux me  mettre à ta place. Ma grand-mère s'est suicidée quand j'avais 8 ans, mais ce n'est pas un deuil aussi dur que le tien et j'étais dans une famille plus stable.


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

.... La question est donc plutôt : qu'est-ce qui se passe, là, tout de suite, qui fait que tu souffres autant ? Es-tu sous l'effet d'un produit quelconque - médoc(s), dope(s) ? As-tu un traitement à prendre qui t'ait été prescrit ?


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

Tu n'es pas trop cassée ; tu ne t'exprimerais pas comme ça, sinon. Tes propos sont cohérents, articulés. C'est seulement que tu souffres beaucoup, beaucoup trop.

As-tu un truc pour t'assommer ? Prescrit, de préférence ?

Sinon, envisagerais-tu d'aller en psychiatrie ?


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@rollercoaster

Ton deuil était tout aussi difficile que le mien. Perdre quelqu'un c'est dur, un suicide encore plus. Après pour être honnête j'ai d'abord pleurer de soulagement (pas de joie hein), parce que ça signifiait la fin du calcaire. Avec ma mère on a dû déménager à l'autre bout de la France, seule elle et la gendarmerie pouvait me sortir du lycée sans prévenir. J'avais demandé un placement en foyer le temps que ma mère se soigne et/ou que je sois majeure pour être sûre que mon père n'ait pas la garde au jugement de divorce.

Il ne pouvait plus me toucher, la toucher. Un jour je suis rentrée il était en train de l'étranger. Il l'a lâchée parce que j'ai pris un couteau et j'ai voulu le tuer. Elle a eu les traces de ses mains pendant des semaines. On est parties dans la nuit, sans rien.

Ça va faire 25 ans le mois prochain.

J'étais sous lamictal j'ai dû l'arrêter suite à allergie. J'ai fait une dépression, crises d'angoisse plusieurs fois par jour. J'ai depuis toujours de gros problèmes de sommeil, peur du noir, insomnie d'endormissement et hypervigilance. Le sommeil = je suis en danger potentiel.

La psy m'a mis sous norset à faible dose parce que le xanax ne fonctionne pas, ni le seresta. 3 semaines stables pour faire un virage. Fureur, anxiété, agitation, confusion, crises de larmes ou de rire. Je la vois demain.

Ce qui me fait souffrir ? Je ne sais pas en fait. 40 ans a tout cacher sans doute, à prendre sur moi, à mentir et à me mentir. Depuis quelques mois je sens que le barrage craque. L'eau s'infiltre de plus en plus, je colmate les brèches mais je commence à être à bout de force. 


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

@choupie Tu vois, tu as du recul, ton analyse se tient. Tu n'es pas dissociée. T'es très limite, c'est certain, mais tu as l'air de comprendre ce qui t'arrive. Ça ressemble en effet à du SSPT pur jus.

La tachypsychie, les idées qui fuient dans la tête avant qu'on ne les ait vraiment comprises, je sais ce que c'est ça. Manifestement les benzos sont hors-jeu pour te faire redescendre. Pour le Norset, ça peut sans doute te mettre maniaque.

Ta psy ne t'a pas prescrit de neuroleptique/antipsychotique ? Le plus costaud que tu aies, c'est des benzos (Xanax & Seresta) ?

 


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

La solution la plus "safe" - tu t'en doutes - c'est les urgences psychiatriques. Tu serais à l'abri et sédatée. Qu'en dis-tu ?


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

@choupie t'es toujours là ?


RépondreCitation
Melo
 Melo
(@malette)
Super Bipolaire
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3948
 

Je suis assez d’accord avec roller. Tu devrais aller aux urgences tu y sera en sécurité avec un meilleur traitement


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@rollercoaster

Oui je comprends ce qu'il m'arrive, même trop bien. 

J'ai peut-être aussi le contre coup de 5 ans de pseudo double vie. Avec un mec qui m'a porté aux nues, pour mieux m'enfoncer par la suite. Les montagnes russes émotionnelles version démultipliées. Il a fini par me dire que j'étais faible et immature émotionnellement, il m'a dégagée de sa vie en moins de temps qu'il a fallu pour m'y faire rentrer. Même si je culpabilise énormément par rapport à mon mari ça n'en reste pas moins violent. Même si avec le recul je me dis comment ai-je pu m'intéresser à ce mec et ressentir de l'attirance. Je crois que la coupe est pleine. 

Le service psy j'y ai pensé. Mais ça me fait peur. Et puis comment vont le vivre mes proches ? Si j'avais la garantie de pouvoir arrêter de me battre contre mon pire ennemi, moi, j'irais. Je ne sais pas comment ça s'y passe ? Mais j'ai encore des ressources. Un peu. Un tout petit peu.

La psy veut absolument me voir et pas juste me faire l'ordonnance comme ça. Ou alors elle présume aussi de ma capacité à tenir encore un peu.

Finalement ce qui me fait souffrir c'est peut-être que j'ai envie de craquer pour de bon, arrêter le combat, mais que je ne veux non plus et que je veux encore continuer 


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

Je n'ai pas envie de passer à l'acte. La semaine dernière je me disais que peut-être qu'avec des lettres mes proches verraient leur peine atténuer. Mais pas là. 


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@malette

Bonjour Melo,

Tu me l'as effectivement conseillé sur mon 1er post.

Est-ce que vous pensez que, même si je comprends ce qu'il m'arrive, je risque de vriller pour de bon et de perdre toutes capacités de jugement ?

 


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

@rollercoaster

Le plus costaud c'est xanax et seresta, oui.


RépondreCitation
RollerCoaster
(@rollercoaster)
Petit Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 65
 

@choupie Bon, écoute, considère la solution des urgences psychiatriques. Ce n'est pas fun, mais ils te feraient retomber et tu ressortirais après évaluation et mise en place d'un traitement. Parfois, il faut en passer par là.

Si tu penses que tu peux encore tenir un peu, alors il faut que, jusqu'à ce que tu voies ta psy, au moins, il te faut trouver une solution pour te calmer, freiner ces pensées douloureuses qui te harcèlent sans cesse. Si tu ne mélanges avec RIEN, Xanax et Seresta sont assez peu dangereuses, donc même si je ne devrais pas dire ça, pour tenir jusqu'à demain, si c'était moi, je monterais un peu la dose, je mettrais de la musique calme, me calerais sous la couette, qui à pleurer un moment, et me concentrerais sur ma respiration. La fatigue te fera peut-être dormir. C'est quoi tes dosages actuels de Xanax et/ou Seresta ?


RépondreCitation
Serleena
(@choupie)
Grand Bipolaire
Inscription: Il y a 1 an
Posts: 261
Début du sujet  

J'ai fondu en larmes quand mon kiné m'a demandé comment je vais. J'ai pleuré dans la voiture. Mais là, mon mari ne comprendrait pas si je lui dis que je veux aller aux urgences psys. Le décalage entre ce que je ressens et ce que je renvois est tellement énorme. A trop vouloir sauver les apparences je me suis prise à mon propre jeu 


RépondreCitation
Page 1 / 7