Notifications
Retirer tout

Premier contact

20 Posts
10 Utilisateurs
2 Likes
527 Vu
belza
(@belza)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Bonjour,

Je viens de m'inscrire sur le site.

J'ai parcouru avec intérêt les différentes rubriques.

Je suis contente de découvrir cette communauté de pairs avec lesquels échanger !

Pour me présenter rapidement :

Je suis une femme, j'ai 60 ans, je suis mariée, j'ai 2 filles adultes, je vis dans une très jolie ville près de l'océan et des montagnes. Je pratique le Pilates, la randonnée en montagne, la marche nordique. Je suis passionnée par les végétaux (la botanique) et leurs usages ( médicinaux, culinaires, artisanaux, agroécologiques, tinctoriaux...) et je profite de mes sorties dans la nature pour faire des cueillettes... Je ne travaille plus depuis 2017, suite à une rupture conventionnelle de mon contrat de travail. Je dirigeais alors, depuis plus de 10 ans une structure associative, dans le domaine de Économie Sociale et Solidaire.

Mon parcours avec la dépression, la bipolarité :

Depuis une quinzaine d'années, je connais des épisodes dépressifs à raison  de + ou -  une fois par an, traités par des antidépresseurs prescrits par un psychiatre (successivement Prozac, Anafranil et Effexor). Psychiatre avec lequel je suivais également une psychothérapie.

J'ai mis fin à ce suivi de presque 10 ans il y a maintenant 5 ans, car je me suis rendu compte que je n'avais pas totalement confiance en lui, que rien n'avançait et que je n'étais pas tout à fait honnête dans ce que je lui disais. J'ai compris à cette occasion que je ne pouvais vraiment mener un travail thérapeutique qu'avec une femme médecin. (Je ne me suis pas montrée très réactive !!!)

Annonce

J'ai continué mon parcours de soin avec ma généraliste-homéopathe... Avec mes épisodes dépressifs annuels, démarrant souvent au cours du printemps ou en début d'été...

En sortant des épisodes dépressifs, j'ai toujours beaucoup écrit et lu, répondant ainsi à un besoin de "travailler sur moi-même"...

Eu égard à la récurrence de ces épisodes, je suis aussi interrogée sur une possible bipolarité...

Ma généraliste -homéopathe ayant pris sa retraite, j'ai consulté un nouveau généraliste, qui est devenu mon médecin référent.

Par lui, j'ai eu connaissance de l'existence d'un Centre Ressource pour le trouble bipolaire tout près de chez moi et y ai effectué une évaluation. Cela a permis de poser un diagnostic de bipolarité de type 2. C'est un vrai soulagement pour moi car je suis ainsi faite que j'ai besoin de savoir, d'en savoir toujours plus sur moi-même, de connaître ce dont je souffre.

Je bénéficie d'un suivi par une psychiatre qui me propose un traitement par de la lamotrigine (Lamictal). En parallèle, je suis inscrite dans un groupe de psychoéducation, qui devrait débuter prochainement, ainsi que dans un groupe de méditation. Ces différentes modalités sont toutes mises en place par la clinique psychiatrique auquel le Centre Ressource est intégré.

Eu égard aux effets secondaires rapportés, mais aussi parce que je souhaite explorer plus avant les possibilités d'autres solutions, je me laisse un peu de temps pour choisir de prendre ou pas le Lamictal...

Ce que je recherche, ce sont des informations sur la bipolarité et les médecines douces, la bipolarité et le microbiote intestinal, la bipolarité et la méditation...

Mais aussi je suis entrain de faire une relecture de mon parcours de vie à la lumière de cette découverte : je n'ai pas vécu depuis 15 ans seulement avec des troubles dépressifs, mais probablement avec des troubles bipolaires !

Dernière remarque : je ne dis pas à dessein "je suis bipolaire", même si je le reconnais volontiers, car je n'aime pas les étiquettes. Si la bipolarité fait partie intégrante d'une personne bipolaire, cette personne n'est pas que cela, elle aussi aussi, par exemple, mère, fille, épouse, directrice, botaniste, skieuse, randonneuse, artiste, musicienne, etc...

Nous les êtres humains, nous sommes pluriels !

En espérant que mes propos n'ont pas été trop longs, je vous remercie pour votre attention et vos espérées retours.

Bien cordialement,

Belza

 

 

 

 

 

 


   
Citation
Melo
 Melo
(@malette)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 3991
 

Salut!

je peux pas trop de parler de la médecine douce et la bipolarité parce que je ne m’y connais pas assez. Je sais seulement que la méditation de pleine conscience fonctionne bien avec ce trouble.

pour le lamictal je pense que c’est un très bon traitement. Il y a peu d’effets secondaires hormis les allergies mais si on monte la dose petit à petit il n’y a rien à craindre. Moi je ne l’ai pas supporte, enfin il ne me faisait rien ou pas grand chose. Mais il y a de très bon échos.

bon courage à toi!


   
RépondreCitation
Terrien
(@terrien)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 95
 

Une personne bipolaire peut également être stabilisée (ce qui est mon cas depuis 2010).


   
RépondreCitation
cureuil
(@cureuil)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
 

c'est un beau témoignage belza comme sans doute la belle et riche personne que vous êtes. la bipolarité est un trouble de l'humeur. nous vivons sur des grands huit, mais nous vivons en effet. nous ne somme pas que bipotes. heureusement. pas d'indication sur les traitements médicinaux malheureusement. vous êtes de type deux, donc votre plus grand préoccupation est la dépression je pense. essayer la luminothérapie, gardez l'activité physique ... et puis en espérant que les recherches sur le microbiote un jour améliore notre sort. 

je n'ai pas répondu à votre question; mais j'ai apprécié le témoignage

 


   
RépondreCitation
belza
(@belza)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Bonjour,

Je vous remercie pour vos réponses.

Il n'y a en effet a priori pas beaucoup d'infos disponibles sur la bipolarité et les médecines douces, ni ses liens éventuels avec le microbiote...

J'ai trouvé des articles sur la dépression et le microbiote, dont celui que vous trouverez ci joint. En poursuivant mes recherches j'ai trouvé les sources de cet article, en anglais.

Si ça vous intéresse je vous les ferai suivre...

Tout ça pour dire que lorsqu'on souffre de troubles psychiques, les solutions les plus accessibles sont d'ordre allopathiques.

Certes l'allopathie rend de grands services et je ne conteste pas son utilité. Mais où est le choix du patient si il n'est pas possible de trouver en parallèle d'autres solutions? Tout au moins en première intention?

A suivre !!!

En attendant prenez de vous et exercer toujours votre esprit critique !!!

Belza

 

 

 


   
RépondreCitation
Mosis
(@mosis)
Reputable Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 495
 

@belza

Pour le microbiote et l'alimentation, tu peux chercher les vidéos de Guillaume Fond sur YouTube. 


   
bipbipbessie reacted
RépondreCitation
belza
(@belza)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Merci !


   
RépondreCitation
onclejunior
(@onclejunior)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 12
 
Posté par: @terrien

Une personne bipolaire peut également être stabilisée (ce qui est mon cas depuis 2010).

Est-tu bipolaire type I ou II?


   
RépondreCitation
Terrien
(@terrien)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 95
 
Posté par: @onclejunior
Posté par: @terrien

Une personne bipolaire peut également être stabilisée (ce qui est mon cas depuis 2010).

Est-tu bipolaire type I ou II?

BP1


   
RépondreCitation
onclejunior
(@onclejunior)
Active Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 12
 
Posté par: @terrien
Posté par: @onclejunior
Posté par: @terrien

Une personne bipolaire peut également être stabilisée (ce qui est mon cas depuis 2010).

Est-tu bipolaire type I ou II?

BP1

Est-ce que tu pourrais me dire ton traitement si cela ne te déranges pas? Je suis BP1 mais mon traitement ne marche pas actuellement.


   
RépondreCitation
Terrien
(@terrien)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 95
 
Posté par: @onclejunior
Posté par: @terrien
Posté par: @onclejunior
Posté par: @terrien

Une personne bipolaire peut également être stabilisée (ce qui est mon cas depuis 2010).

Est-tu bipolaire type I ou II?

BP1

Est-ce que tu pourrais me dire ton traitement si cela ne te déranges pas? Je suis BP1 mais mon traitement ne marche pas actuellement.

Ok 🙂

 

J'ai refusé mes traitements (et ma maladie) durant la première décennie qui a suivi le diagnostic. A la mi-juin 2010, j'ai fait l'expérience d'une crise maniaque que je qualifierais d'extrême. Je ne pouvais plus me défiler et j'ai alors commencé à prendre mon traitement avec sagesse. J'ai longtemps été assez engourdi, avec des problèmes d'anhédonie et de tremblements (interaction avec un anti-hypertenseur). J'ai alors consulté mon psychiatre pour arriver aux doses minimum efficaces. Voici le traitement qui me convient actuellement:

Téralithe LP 400 mg: 800 mg le soir

Rispéridone: 1.5 mg le soir.

 

Initialement, j'étais à 2 mg de rispéridone. Avec la supervision de mon psychiatre, j'ai testé 1 mg de rispéridone quotidiennement à deux reprises et, à chaque fois, un commencement de phase maniaque prenait place. L'idéal pour moi est 1.5 mg de rispéridone par jour, en plus des 800 mg de lithium.

 

J'ai interagi avec un membre dans ce forum qui se présente comme un savant pour ce qui concerne la médication pour BP et qui m'avait affirmé, du haut de son anonymat, que 2 mg de rirspéridone était en deçà de la dose quotidienne efficace. Un conseil: trouve-toi un psychiatre compétent et ne te fie qu'à lui, non pas à des anonymes sur le Web.

Ce message a été modifié Il y a 2 ans parTerrien

   
RépondreCitation
belza
(@belza)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
Début du sujet  

 

Merci pour vos réponses !

 


   
RépondreCitation
bipbipbessie
(@bipbipbessie)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 20
 

Bonjour Belza 🙂 ta présentation est interessante, comme j'aimerai me soigner juste avec les médecine douce, mais comme Terrien, après un épisode maniaque sévère, j'ai enfin compris que je devais suivre un traitement pour mon bien.

Cela a pris un peu de temps à mettre en place mais aujourd'hui je prends du lamictal (50mg le matin et 100mg le soir (pour la dépression)) et abilify (pour la manie (régulation de la dopamine dans le cerveau)) et cela change ma vie . Par contre c'est très frais (depuis 4mois stable mais je revis).Avant j'avais du lithium, cela n'a pas du tout marché pour moi (hyperthyroidie, crise maniaque) .

J'ai aussi commencé une session de psychoéducation depuis 1mois, je trouve que c'est bien fait pour deux raisons on rencontre des gens qui vivent des hauts et des bas comme nous, cela fait du bien on se sent moins seul et c'est bien fait (une séance correspond à un thème 1ere:présentation 2eme: manie hypomanie, état mixte, 3eme dépression, 4eme vulnérabilité etc)

Bonne soirée : )


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 77
 
Posté par: @terrien 

J'ai interagi avec un membre dans ce forum qui se présente comme un savant pour ce qui concerne la médication pour BP et qui m'avait affirmé, du haut de son anonymat, que 2 mg de rirspéridone était en deçà de la dose quotidienne efficace. Un conseil: trouve-toi un psychiatre compétent et ne te fie qu'à lui, non pas à des anonymes sur le Web.

'Alut,

"la théorie c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne, la pratique c'est quand ça marche et que personne ne sait pourquoi. Si la pratique et la théorie sont réunies, rien ne fonctionne et on ne sait pas pourquoi." (Albert E.)

Doit y avoir peu de pathologies qui répondent parfois à tel traitement/dose ou parfois pas et vice-versa, faut croire que toutes les cervelles sont définitivement pas fichues pareil, ça m'a valu 2 mois d'hp (sous contrainte) pour expérimenter à peu près toutes les molécules disponibles, perso une s'est distinguée : la Quétiapine à 300mg, pas plus pas moins, là où d'autres ne la supporteront pas même à faible dose, alors que l'olanzapine à 5mg me faisait baver, et avec la Rispéridone je maigris ! (ça c'est cool, mais les autres effets, rahhh...), l'Abilfy me file une patate d'enfer (mais il parait que c'est pas le but) etc.

Bref, j'accepte mon traitement pour ce qu'il m'apporte, et je ne vois pas qui prendrait ce genre de truc sans plus value, faut négocier !

 

 


   
RépondreCitation
Terrien
(@terrien)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 95
 

@tommy

 

Je suis conscient que trouver la bonne thérapie BP peut être difficile selon les personnes. J'ai une hypothyroïdie provoquée par le traitement BP et je prends du lévothyrox chaque matin. Ma médication fonctionne bien et j'espère ne pas avoir d'organes trop sévèrement attaqués par le traitement sur le long terme. Je ne voudrais pas avoir à changer de traitement et rechuter.


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 77
 

@Terrien

Je confirme ! 

Idem, en tant que BP 1 je considère que mon traitement me stabilise d'une façon tout à fait raisonnable et donc je l'accepte, pour les éventuels effets délétères deci delà...ah ben non hein ! sinon on s'en sort plus...

Si un jour j'ai "la rate qui se dilate, le foie qu'est pas droit, le ventre qui se rentre etc." à cause d'un médoc, alors je chercherai ailleurs, méditation, zumba ou cuisine Bretonne, peu importe le vin... 🙂 

Bonne soirée !

 


   
RépondreCitation
Terrien
(@terrien)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 95
 

@tommy

Bonne soirée, Thomas 🙂


   
RépondreCitation
brigitte
(@tichouryn60)
Active Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 16
 

Bonjour


   
RépondreCitation
Emile94
(@emile94)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
 

@belza

 

Bonjour, 

je m'intéresse également à la nutrition et aux liens existants entre microbiote et nos états d'humeurs. Aussi, je vous remercie pour l'article partagé.

Je souhaitais également partager mon intérêt pour la botanique et les arbres en particulier. Apprendre à les reconnaître quand j'en rencontre m'aide au quotidien dans ma lutte contre le trouble bipolaire tout comme le fait de m'intéresser à la  géographie des endroits où je me trouve, le nom des rues, des places, des parcs, etc.

Et vous, avez-vous des pratiques qui vous permettent de rester ancré et dans le concret et que vous aimeriez partager?

 

Merci

 

Bien à vous,


   
RépondreCitation
belza
(@belza)
Active Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 7
Début du sujet  

Bonjour,

 Tout d'abord merci à Mosis 7 pour m'avoir fait connaître Guillaume Fond !

Et merci aussi Emile 94 pour ta réponse, j'y reviendrai dans la 2e partie de ce mail...

Les vidéos de Guillaume Fond sont des mines d'infos et répondent en grande partie aux interrogations sur les liens microbiome-dépression, plus généralement microbiome-troubles psychiques... Certes, les travaux sont en phase expérimentale mais extrêmement prometteurs... Et dès à présent les études démontrent que les liens sus-cités sont bien réels.

Même si ces axes de traitement sont encore peu répandus et même peu connus ou reconnus par la communauté des psychiatres.

J'ai bien conscience que ces pistes n'apportent pas forcément des solutions pour tout le monde et de manière immédiate, mais elles conviennent je pense à mon cas : BP2, des phases hypomaniaques presque inexistantes (seulement marquées par le fait que je parle plus que d'ordinaire...) et un intestin dit irritable...

Je maintiens pour l'instant ma position : pas de prise de thymorégulateur et poursuite de mes recherches / intestin-cerveau.

D'abord, améliorer encore mon régime alimentaire, en réduisant voire supprimant gluten et produits laitiers (Régime hypotoxique type Seignalet)

De plus, je viens de découvrir, par l'intermédiaire de mon médecin traitant, un kiné qui pratique la microkinésithérapie. Il s'agit d'une technique de soins manuelle, douce, qui cherche à solliciter les mécanismes réparateurs du corps, afin d'éliminer les mémoires qui l'affaiblissent. Ses indications : outre les douleurs physiques ( articulaires, rhumatismales, troubles organiques...), la microkiné peut agir sur les troubles psychiques, comme la nervosité, les états dépressifs, l'anxiété, le stress... J'essaie et vous dis la suite !

Concernant la botanique, les arbres, si tu le souhaites, Emile 94, nous pouvons échanger sur ces sujets, il y a tant à dire !

Pour ma part, la fréquentation régulière des milieux dits naturels fait partie intégrante de ma vie. Et j'ai beaucoup de chance car j'habite au Pays Basque, près de l'océan et des Pyrénées et j'ai un petit jardin...

J'aime observer l'évolution annuelle de la végétation. En ce début de printemps, les plantes qui poussent à vue d’œil, les bourgeons qui se gonflent de sève... Ces RV avec les plantes sont comme des retrouvailles avec des amies fidèles. Les fougères dont les crosses pointent de terre, grandissent, se déploient... Le surgissement des feuilles des géophytes (les plantes à bulbes comme les jacinthes, les narcisses, les jonquilles, les asphodèles, etc...), leur croissance et l'apparition des tiges florales.

Cependant, lorsque des phases de dépression apparaissent, je perds le contact avec tout cela. Je n'ai pas trouvé (mais sans doute pas suffisamment cherché) de pratique préventive... Mais là aussi sans doute des pistes à creuser !

A bientôt,

Belza

 


   
Mosis reacted
RépondreCitation
Annonce
Annonce
Annonce