Notifications
Retirer tout

>présentation

53 Posts
7 Utilisateurs
4 Likes
2,162 Vu
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

 NooN, oui, ce que tu dis sur la crise maniaque est très intéressant. Les bipolaires , équilibristes de leur chimie cérébrale, très poétique, très imagé mais ça me semble juste .Notre chimie cérébrale est modifiée, notre conscience balayée, retrouvons nous la chimie cérébrale de nos ancêtres préhistoriques ? Bien avant, l'éducation ? j'ai essayé pendant 8 années de maitriser cette chimie d'un certain inconscient , sans succès . Mais ce n'est pas parce que mon anti psychotique m'est nécessaire, que j'ai perdu mon estime ; il ne m'empêche pas de penser . La bipolarité m'a permis d'aller très loin dans la réflexion, dans des consciences différentes du monde, aux portes de la folie, ce n'est pas à la portée de tout le monde, et " même pas peur! "  j'en suis fière ! J'ai failli perdre ma vie sociale mais nous sommes encore là, elle et moi . J'ai beaucoup de belles choses à dire sur la bipolarité, et je les dirai ... Pour qu'un jour, peut être on aborde cette particularité différemment, sans tuer l'estime du malade, qui à mon avis le condamne à une vie médiocre .   


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

 Stoney ; Tu t'y connais vachement sur l'inconscient ! Tu as du lire beaucoup !

 NooN :

Posted by: @noon

Ver00, la crise maniaque n'aurait pas comme symptôme principal la suppression du "surmoi", soit la libération du cerveau reptilien verrouillé/inhibé par la conscience, en temps normal ? L'expression de l'instinct, teinté de l'histoire de chacun ?

J'aurais pas mieux dit !


   
RépondreCitation
Lenvoldelalbatros
(@lenvoldelalbatros)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 78
 

Le bipolaire est un dépendant 


   
RépondreCitation
Lenvoldelalbatros
(@lenvoldelalbatros)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 78
 

A la naissance, nous ne sommes conscients que de nous-mêmes, nous sommes l'univers Notre perception est limitée, sauf en ce qui concerne nos besoins fondamentaux : si ceux-ci sont satisfaits, nous sommes heureux. A mesure que s'élargit notre conscience, nous nous rendons compte de l'existence d'un monde autour de nous. Nous découvrons que nous sommes entourés de personnes, de lieux et d'objets et que ceux-ci répondent à nos besoins. À ce stade, nous commençons aussi a constater des différences et à développer nos préférences. Nous apprenons à vouloir et à choisir. Nous sommes au centre d'un univers en expansion et nous nous attendons à ce que nos besoins et nos désirs soient comblés. Notre source de contentement passe de la satisfaction miraculeuse de nos besoins fondamentaux à la réalisation de nos désirs

Avec le temps et l'expérience, la plupart des enfants finissent par se rendre compte que le monde extérieur ne peut satisfaire tous leurs désirs et leurs besoins. Ils commencent alors à compléter ce qu'ils reçoivent par leurs propres efforts. A mesure que diminue leur dépendance a l'égard des personnes, des lieux et des choses, ils commencent à compter davantage sur leurs propres moyens. Ils acquièrent progressivement l'autonomie et apprennent que la source du bonheur et de la satisfaction est en eux La plupart continuent de grandir. Ils reconnaissent et acceptent leurs qualités, leurs faiblesses et leurs limites. À un certain moment, ils se tournent vers une puissance qui leur est supérieure pour trouver ce qu'ils sont incapables de trouver en eux-mêmes. Ainsi, pour la plupart des gens, grandir est un processus naturel.

Par contre, en tant que dépendants, nous semblons avoir flanché en cours de route. Nous semblons etre incapables de dépasser l'égocentrisme de l'enfant. Nous n'arrivons pas à acquérir l'autonomie qu'ont les autres. Nous continuons à dépendre de notre entourage et refusons d'accepter que tout ne nous soit pas donné Nous devenons obsédés par nous-mêmes. Nos désirs et nos besoins se transforment en exigences. Nous atteignons un point ou l'épanouissement et la satisfaction deviennent impossibles. Les gens, les lieux et les choses ne suffisent pas à combler notre vide intérieur, et nous réagissons à leur égard par le ressentiment, la colère et la peur.

Ce sont précisément ces trois éléments, le ressentiment, la colère et la peur, qui forment le triangle de l'égocentrisme. Tous nos défauts de caractère sont des manifestations de ces trois réactions. L'égocentrisme est au coeur de notre folie.

Annonce

Le ressentiment est la manière dont nous réagissons pour la plupart à notre passé. Nous revivons constamment en pensée nos expériences antérieures. La colère est notre façon d'affronter le présent. C'est notre réaction à la réalité et notre manière de la nier. La peur, quant à elle, est le sentiment que nous éprouvons face à l'avenir. Elle est notre réaction devant l'inconnu. Ces trois éléments sont l'expression de notre égocentrisme. C'est notre manière de réagir face aux personnes, aux lieux et aux objets (passés, présents et futurs) qui ne répondent pas à nos demandes.

Narcotiques Anonymes nous offre un nouveau mode de vie et de nouveaux outils. Il s'agit des douze étapes et nous les travaillons du mieux que nous pouvons. Si nous demeurons abstinents et pouvons apprendre à appliquer ces principes dans tous les domaines de notre vie, il se produit un miracle Nous trouvons la liberté - face aux drogues, à la dépendance et à l'égocentrisme. Le ressentiment fait place à l'acceptation, la colère à l'amour et la peur à la foi.

Nous sommes atteints d'une maladie qui, finalement, nous oblige à chercher de l'aide. Il est heureux que nous n'ayons qu'un choix, qu'une dernière chance. Nous devons briser le triangle de l'égocentrisme. Nous devons grandir ou mourir. Notre réaction face aux gens, aux lieux et aux objets :

Emotions Négatives:

Ressentiment pour le Passé

Colère pour le présent

Peur pour le futur

 

Emotions Positive:

Acceptation pour le passé 

Amour pour le présent 

Foi pour le futur


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@noon

Posted by: @noon

Qu'est-ce qui fait que tu arrives à communiquer avec nous, sur ce forum

Je ne sais pas ! 😯 

Mais vraiment, je n'en reviens pas pas moi-même de me sentir presque à l'aise et plus encore d'oser exprimer certains avis sans me dire que je raconte n'importe quoi (je suis un peu beaucoup du genre à ne m'autoriser que des sujets que je maîtrise). Mais bon c'est quand même du lançage de fleurs NooN !

J'imagine qu'il y a beaucoup de petites choses qui s'imbriquent en fait, comme des clipo : un, puis un, puis une forme - le temps, l'âge, l'introspection, le besoin de communiquer (la solitude n'est pas dans la nature de l'être humain), le travail de deuil du passé, un traitement adapté, quelques petites expériences encourageantes (avec le chien mais oui, ça reste superficiel toujours mais a priori je ne fais pas peur ! whouaa) et puis surtout, ici, l'accueil cordial, le sentiment d'être écoutée et prise au sérieux.

Posted by: @noon

Autre chose, je ne sais pas si tous les bipo sont hypersensibles comme tu le dis, mais beaucoup se cachent derrière une carapace, portent un masque. Les "autres" aussi, soyez en tous sûrs.

Ça c'est un grand sujet. Oui, à plus ou moins grande échelle on la retrouve à chaque fois chez le sujet bipolaire MAIS il y a souvent un problème de définition. Avec l'hypernarcissime contemporain et la prolifération des concepts de développement personnel (celle des coachs à 2 balles et des psy de supermarché aussi), on est arrivé à une confusion entre sensibilité et réactivité émotionnelle : bon les autres sont vilains avec toi, la société t'oppresse et tu pleures beaucoup, tu es hypersensible voyons ! C'est pour ça que c'est difficile, d'ailleurs tu as probablement un haut potentiel et attention, tu pourrais être une proie facile pour un pervers narcissique ou une méchante bête de ce genre, mais pas de panique je suis là ! -je caricature bien entendu mais pas tant que ça. Le souci c'est que l'hypersensibilité, comme son nom l'indique, devrait plutôt désigner une exacerbation (douloureuse parfois, souvent) des sens : par exemple quand @laetitiadev explique qu'elle ne supporte pas le bruit - moi non plus, certaines nuits le ronron du frigo me rend folle alors qu'il est deux pièces plus loin -, les couleurs trop vives, les odeurs trop fortes etc. Tout est perçu à l'extrême en fait, et les perceptions extrêmes sont le propre des bipolaires, mais je crois vraiment que c'est une perception globale du monde pas du tout une réaction aux petits bobos de notre ego !

@ver00 tu retrouverais certaines de tes hypothèses chez Elain Aron, qui ne parle pas de bipolaires mais d'hypersensibles en avançant que ces derniers seraient d'une caste de Chamanes/Conseillers mais que le monde serait aujourd'hui aux mains des castes de Roi Soldats, quelque chose comme ça… Je ne suis pas d'accord, mais pas du tout, parce que ça s'appelle de la stigmatisation à l'envers ! Nous ne sommes pas meilleurs ou pires, nous sommes un petit peu différents.

Oui je suis une lectrice compulsive, de tout, sur tout… j'ai trop de pourquoi dans la tête moi aussi.

Posted by: @ver00

je préfère apparenter ça avec un don

Tu y vas fort quand même ! mais je veux bien un développement 🙂 

Posted by: @noon

Ma femme et moi nous disons souvent que nous sommes trop policés et honnêtes pour "progresser" dans le monde du travail. Mais le bonheur ne se limite pas à une meilleure aisance financière et à flatter son ego.

Le bonheur se limite à ce que l'on veut y mettre dedans ; moi quand je te lis, je me dis que tu dois être bien heureux d'avoir une femme avec qui philosopher de la sorte ! 🙂

Posted by: @noon

la crise maniaque n'aurait pas comme symptôme principal la suppression du "surmoi", soit la libération du cerveau reptilien verrouillé/inhibé par la conscience, en temps normal ? L'expression de l'instinct, teinté de l'histoire de chacun ?

Oui c'est ça je crois, enfin pour les psychanalystes : le moi ne prend plus le surmoi (normes et interdits sociaux) en compte dans son arbitrage et le ça (principe de plaisir) impose sa loi. Mais ça n'explique les choses que si l'on s'éloigne un peu du déterminisme pathologique : "c'est la faute de la maladie tout, tout". Pour parler de mon cas, j'ai toujours trouvé une sorte d'instinct de survie dans mes phases maniaques, il fallait que je m'extirpe de quelque chose mais alors bon la façon de le faire, ça ne va pas du tout  😱 ! Je ne crois pas qu'on puisse valider ou rejeter telle ou telle hypothèse comme ça, en fait on ne sait pas.

Posted by: @noon

je me suis toujours déprécié par rapport aux autres, ce qui ne m'empêchait pas d’exécrer certaines personnes que je trouvais (savais) superficielles, mais sûres d'elles. C'est ce que je leur enviais à l'époque

Je crois bien que nous sommes tous plus ou moins comme ça, pas les bipolaires spécialement mais les un petit peu plus sensibles. Bertrand Russell explique très bien que seuls les imbéciles sont plein d'assurance, c'est d'ailleurs le problème de ce monde… tu as raison @ver00, nous sommes exceptionnels ! 😉

Très belle journée à vous !

 

 


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney @lenvoldelalbatros @ver00

Bravo à toutes (si L'Albatros est bien une Demoiselle, je ne suis pas sûr, mes excuses par avance si je me trompe).

Le sujet commence a être extrêmement touffu et j'avoue être parti en sucette hier entre ma petite expérience hors-sujet et mes pensées "express" de la psyché du bipolaire, du tout venant. Vous avez un discours bien plus posé que le mien, je foisonne et ça n'a des fois ni queue ni tête. J'ai un problème de classement/organisation de mes tiroirs cérébraux, ils débordent et des documents glissent de l'un à l'autre. De plus, je suis un peu "short memory" (cf l’excellent groupe Minight Oil) comme me dit un ami, ne parlons même pas de quand je fumais. Je parle trop de moi, c'est un peu ma thérapie, ma catharsis. Bon voilà, on ne se refait pas, mais je me reconstruis, nuance.

@ver00 , je te le redis encore une fois, tu n'est pas barrée. Je préfère d'ailleurs le mot "tarée", les soupapes de sécurité le sont bien, elles.

Dans cette discussion, nous allons tomber sur une pierre d'achoppement selon les "écoles" auxquelles nous croyons. Mais bon, c'est le but de toute discussion, échanger des points de vue et s'enrichir les uns des autres. J'aime la contradiction, il n'y a rien de pire que de rester dans notre bulle de confort, elle ne peut que nous emmener vers la sécheresse intellectuelle. Continuons, je préfère une bonne engueulade saine qu'une tiédeur qui ne fait rien apprendre.

@stoney (entre autres), continue comme ça, je n'avais JAMAIS laissé errer mon clavier sur la toile avant ici. Même si j'aurais préféré avoir plus d'intimité avec un forum invisible sans login, ceci couperait de fait sa découverte par d'autres malades en quête de contact, donc tant mieux au final. Cachons-nous alors derrière notre pseudo et notre blason et continuons ainsi. Je souhaite sincèrement à ceux qui souffrent seuls(es) dans leur coin de nous découvrir et de prendre conscience qu'ils ne sont pas isolés dans leur misère, d'autres le sont aussi. C'est peu de chose mais ça console un peu, n'est-ce pas @stoney ? Je reviens encore sur la relativisation, vous n'imaginez pas à quel point elle est universelle, et à quel point elle peut nous aider à traverser la vie et l'adversité. Ce mot n'est pas sale et n'appartient pas uniquement à feu Einstein, appropriez-le vous, utilisez-le au jour le jour. Même si j'ai appris à prendre de l'assurance depuis peu, je relativise encore et toujours et jamais je ne prendrais quelqu'un de haut, sauf les cons (je ne dirais pas de haut). Mais attention, les cons certifiés, contrôlés sous toutes les coutures.

Je ne vous apprends rien si les amis qui vous ont laissés tombés, vous on déçus. Je ne dis pas qu'ils sont cons, mais ils loupent le train de l'humanité. Ne rêvons pas, nous vivons pour nous et rien d'autre. Mais l'Homme ne peut vivre seul, alors sachons accepter les béquilles de chacun, qu'elles soient visibles ou psychiques.

Voilà, un petit texte fédérateur qui dégouline de guimauve. Je suis plutôt cassant, mais je pense à cet instant à tous ces témoignages et souffrances que j'ai voir/lire, et je me dis encore que j'aime l'Homme, même si souvent il me décoit. Il n'y a qu'à allumer la TV pour s'en apercevoir, lire les réseaux sociaux. @ver00 , bipook et fier de l'être, définitivement OUI.

NooN

PS : Stoney, je te mets une photo de ma minette de 12 ans, elle est assez difficile à balader, elle sait saouler son monde. Comme le slogan de Meetic : "on vous aimera pour vos défauts". Pour une fois, j'approuve ce slogan commercial.

PPS : une ch'tite musique, pouf comme ça  :

https://www.youtube.com/watch?v=6FBG-ZSOEI0&feature=youtu.be

 


   
RépondreCitation
Trelawny
(@trelawny)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 59
 

Bonjour à toutes et à tous,

Je me permets de m'immiscer dans cette discussion passionnante. Je voudrais juste réagir sur ce que tu disais @stoney car ça fait écho à des questions que je me pose en ce moment :

Posted by: @stoney

Avec l'hypernarcissime contemporain et la prolifération des concepts de développement personnel (celle des coachs à 2 balles et des psy de supermarché aussi), on est arrivé à une confusion entre sensibilité et réactivité émotionnelle : bon les autres sont vilains avec toi, la société t'oppresse et tu pleures beaucoup, tu es hypersensible voyons ! C'est pour ça que c'est difficile, d'ailleurs tu as probablement un haut potentiel et attention, tu pourrais être une proie facile pour un pervers narcissique ou une méchante bête de ce genre, mais pas de panique je suis là !

Je crois aussi que certaines tendances disent beaucoup de choses sur notre société. Je vois bien ce que tu veux dire avec l’idée que les gens seraient de plus en plus narcissiques, c'est un fait qui s'explique assez bien avec la transformation des individus en consommateurs à flatter en permanence. Si les gens sont de plus en plus en souffrance c'est sans doute beaucoup à cause de cela et aussi parce que dans la société ou dans le "monde du travail", les relations entre les individus tournent principalement autour de critères comme leur productivité, leur capacité à être en concurrence, leur "validité" selon certains critères en somme. Et les personnes qui s'adaptent le moins à une telle mentalité, souvent les gens les plus sensibles, en font les frais et cherchent des réponses à leur mal-être...

Oui, je crois fondamentalement que les gens sont écrasés par les normes imposées par la société qui les nie eux et leur désir d'émancipation ou d'épanouissement (ou du moins ces facteurs ne sont pris en compte que lorsqu'ils sont mis en rapport avec la productivité des individus, en témoigne le phénomène récent et bien dans l'ère du temps des "happiness manager"...)

Aussi, en ce sens, on pourrait se demander si les personnes les plus inquiétantes ne sont pas celles qui s'adaptent et réussissent le mieux dans un environnement où un mode de pensée de prédateur est requis...

Mon regard sur le monde a pas mal changé depuis que je réalise à quel point on est pour la plupart modelés par notre environnement (alors que paradoxalement on veut nous faire croire qu'on est tous des sujets autonomes, qu'on a notre libre-arbitre etc.). Je pense que si aujourd'hui on constate de plus en plus que les gens sont égoïstes et ne pensent qu'à leur propre bien-être au détriment de celui des autres, c'est en fait un biais trompeur : on ne voit là que les conséquences des dynamiques qui structurent la société. On voit aussi à quel point cela va contre notre "nature" qui a besoin avant tout de lien social, d'une vie en communauté, et l'explosion des pathologies ou des troubles mentaux montrent à quel point nous ne supportons pas une vie qui n'a pas de sens et qui tend vers le repli sur soi.

Pardon je crois que j'ai pas mal dérivé et d'ailleurs je crois que j'enfonce pas mal de portes ouvertes (ou bien je dis peut-être des choses qui vont gêner, je ne sais pas), en tout cas c'est juste l'expression de mes propres constats ou pensées, je ne cherche pas à prêcher la bonne parole bien sûr et d'ailleurs je m'excuse d'avance s'il y a des maladresse dans mes propos.


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 

 Stoney, bonjour, je parle de don à cause du rapport privilégié qu'a le bipolaire avec son inconscient ; Notamment le type 1, qui ramène son inconscient au grand jour, alors qu'il est sensé resté à l'intérieur, contenu par la conscience . Un don ou une tare, je préfère dire un don . Ce sera surement plus juste , si un jour, le cerveau évolue jusqu'à pouvoir maitriser les manies sans traitement , mais ce jour n'est pas encore arrivé ! 


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

Bonjour @trelawny 🙂 

Posted by: @trelawny

Pardon je crois que j'ai pas mal dérivé et d'ailleurs je crois que j'enfonce pas mal de portes ouvertes (ou bien je dis peut-être des choses qui vont gêner, je ne sais pas), en tout cas c'est juste l'expression de mes propres constats ou pensées, je ne cherche pas à prêcher la bonne parole bien sûr et d'ailleurs je m'excuse d'avance s'il y a des maladresse dans mes propos.

Surtout pas, surtout pas ! Je suis comme @NooN (et peut-être comme tout le monde 🤔 ) à dire que plus ça part dans tous les sens et mieux c'est !! En fait c'est tout l'intérêt d'une conversation où 1 arrive avec une idée, puis 2 avec une autre, 3 avec la sienne, tous s'expriment et s'écoutent puis repartent avec de quoi étoffer leur réflexion. Je suis peut-être un peu candide, c'est que je ne communique activement que depuis 3 jours. Mon seul problème c'est que je ne sais plus trop où donner de la tête, des réponses me viennent en lisant puis je perds mon fil en répondant, puis j'en oublie, puis tout ça. Comment gérez-vous ça ??

@trelawny je suis globalement tout à fait d'accord avec toi :

Posted by: @trelawny

Aussi, en ce sens, on pourrait se demander si les personnes les plus inquiétantes ne sont pas celles qui s'adaptent et réussissent le mieux dans un environnement où un mode de pensée de prédateur est requis...

C'est clairement ce que je pense, et bien évidemment que ces systèmes d'ultra-compétition et d'agressivité en laissent beaucoup de côté. C'est assez navrant de constater qu'à ce stade d'évolution et de culture on en soit arrivé à privilégier l'ambition, l’égoïsme et le mépris de l'autre… parfois je me demande si j'aurais le même discours si j'étais intégrée depuis toujours à cet univers, le trouverais-je juste et bon si j'en faisais partie et si je n'en étais pas rejetée en quelque sorte ? Et vous ??

On en revient au problème de sensibilité, qui n'est qu'un problème de terme finalement puisque sont à peu près désignés comme trop sensibles ceux qui ne s'adaptent pas à cette jungle ; pour moi le spectre est trop large en fait : soit on met des numéro genre sensible de type1, bof, soit on se dit que comme il y a une dépression typiquement bipolaire il peut de même exister des sensibilités différenciées, vraiment le "tous hypersensibles" ça m'agace (mais je coupe peut-être les cheveux en 4 pour rien du tout)

Posted by: @ver00

Un don ou une tare, je préfère dire un don

Kay Redfield-Jamison, qui a l'avantage d'être psychiatre et bipolaire, affirme haut et fort qu'il y a un rapport indiscutable entre création artistique et tempérament maniaco-dépressif, elle a même publié une étude extrêmement poussée à ce propos. C'est la raison pour laquelle je te demandais de développer ton intuition ou hypothèse du don (une tare non, je ne le pense pas non plus). Ce qu'il y a en fait c'est qu'une partie de moi est tentée de souscrire à cette thèse parce que oui, je suis créative (artiste est un terme qui me gène par contre), mais c'est en même temps sacrément prétentieux et bizarre de dire "nous les bipolaires nous sommes comme ça, tous !", non ? Je ne sais pas.

Quand à l'association manie-inconscient, oui probablement mais alors tu considères que ton traitement fait office de barrage (remplace un moi défaillant), par conséquent que ton inconscient est incontrôlable, qu'il peut tout ravager sur son passage comme un fleuve en crue - et ton inconscient n'est pas semblable au mien puisque l'abilify ne me convenait absolument pas, d'où peut-on dire l'inconscient du bipolaire en général ? -, oui mais pourquoi ?? quel serait le message d'un tel déferlement périodique ?

Posted by: @noon

Dans cette discussion, nous allons tomber sur une pierre d'achoppement selon les "écoles" auxquelles nous croyons. Mais bon, c'est le but de toute discussion, échanger des points de vue et s'enrichir les uns des autres. J'aime la contradiction, il n'y a rien de pire que de rester dans notre bulle de confort, elle ne peut que nous emmener vers la sécheresse intellectuelle. Continuons, je préfère une bonne engueulade saine qu'une tiédeur qui ne fait rien apprendre.

Absolument !! Mais faut-il que nous appartenions à une école ?, est-ce qu'on ne peut pas tout interroger sans s'engueuler ? Tout ce qu'on sait c'est qu'on ne sait rien après tout. Je crois qu'il y a de toute façon toujours des ponts entre les théories, dire "ça c'est nul, c'est vieux, c'est débile", c'est juste ridicule : enfin la neurobiologie contemporaine valide scientifiquement les concepts de Spinoza quand même !

Posted by: @noon

Je souhaite sincèrement à ceux qui souffrent seuls(es) dans leur coin de nous découvrir et de prendre conscience qu'ils ne sont pas isolés dans leur misère, d'autres le sont aussi. C'est peu de chose mais ça console un peu, n'est-ce pas @stoney ?

Oh que oui !! Ce n'est pas peu de chose du tout par contre, enfin pas pour moi : pour l'épisode moimoimoi ( tu ne parles pas trop de toi @NooN, tu t'inscris personnellement dans une conversation, tu sors de l'échange superficiel sans te répandre à en oublier d'écouter les autres) donc moimoimoi je parle (vraiment, pas les bonjour ça va, ça pince ce matin des balades du chien ou des voisins) avec une infirmière une heure une fois par mois, point. Tu imagines ce que j'éprouve depuis 3 jours ?? C'est pour ça que j'ose je crois, je suis émue et stimulée par ce qui se passe, genre il faut que je me dépêche de parler avant que ça s'arrête, que ça disparaisse.

Bonne soirée à tous !

 


   
RépondreCitation
ver00
(@ver00)
Famed Member
Inscription: Il y a 6 ans
Posts: 3016
 
Posted by: @stoney

d'où peut-on dire l'inconscient du bipolaire en général ? -, oui mais pourquoi ?? quel serait le message d'un tel déferlement périodique ?

Chaque inconscient est différent bien sur , et réagit différemment au traitement .

 L'inconscient viendrait laisser un message à la conscience : il faut le découvrir en analysant ses manies . Je l'ai fait ; du coup je me connais bien, je connais mes défauts dus à mon éducation consciente , je sais qu'une partie de moi les refuse, je travaille encore dessus pour devenir meilleure , et ça, ça plait à mon être entier, conscient et inconscient se réunissent pour s'accorder sur un but de vie . La bipolarité  pourrait venir d'un conflit conscient , inconscient . L'éducation, l'environnement pourrait en être la cause , mais ce n'est que pure hypothèse . Je suis passionnée par cette" maladie " , on est loin de connaitre tout d'elle !

 

PS; Par contre, même si je l'ai fait, je ne recommande à personne de laisser libre cours à ses manies, c'est très dangereux, c'est un miracle qu'il ne me soit rien arrivé de grave ou à un tiers ! Si, un jour, la psychiatrie progresse, on aura peut être les moyens d'étudier la manie sans danger, mais comment ? A huit clos, ça n'a pas trop de sens, car, c'est la vraie vie qui engendre une manie ....


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

Posted by: @stoney

Mon seul problème c'est que je ne sais plus trop où donner de la tête, des réponses me viennent en lisant puis je perds mon fil en répondant, puis j'en oublie, puis tout ça. Comment gérez-vous ça ??

Je ne le gère pas, ou plus, comme toi. Tu me rassures en disant cela. Je suis occupé la journée en ce moment et le forum foisonne trop pour que je puisses suivre.

@trelawny a levé deux sujets dont un que tu avais déjà engagé sans le développer car annexe. Je me rends compte que je n'avais pas réagit alors que les questions de société me bottent vraiment.

Maintenant, tu parles de Spinoza...

Posted by: @stoney

enfin la neurobiologie contemporaine valide scientifiquement les concepts de Spinoza quand même !

Je suis un économiste depuis 2008, qui justement, est un adepte de Spinoza. Je ne connais pas l’œuvre de Spinoza mais vu ce que tu dis, il serait intéressant que je m'y penche... . Malheureusement, je ne lis plus de livres (ou extrêmement peu) depuis que je me suis mis à fumer du teusch, donc depuis 25 ans. Et maintenant, extinction du cerveau vers 22h, je n'ai pas pu suivre un film le soir depuis 2 ans, je dors devant. J'ai tellement à "rattraper". J'ai tellement perdu en orthographe aussi.  Ma mère m'avait emmené à la Dictée de Pivot, et je n'avais pas été mauvais en tant que junior. Aujourd'hui, mes tournures de phrases sont répétitives, mon vocabulaire s'est méchamment étiolé et ma syntaxe a déjà sombré corps et âme. Fumer, c'est mal ! Alors que toi, tu me sembles bien érudite, dis-moi ? Toujours pas d'aspi en vue.

Merde, je baille, la fever quoi.

Bla bla. En tout cas, je suis content que tu parles comme tu le fais depuis 3 jours. Pourquoi s'arrêter au 4ème ? Et si je me remettais à fumer, histoire d’abréger ma vie ? Continue, tu es déjà intégrée. Ose, les flics ne vont pas te passer les bracelets. C'est d'ailleurs la première fois que je vois le forum fourmiller à ce point, et d'autres s'y ajoutent. Ne te pose pas de questions sur ton acceptation ici @trelawny, ose.

Ça fourmille car je suis moi aussi DANS le forum au lieu de graviter autour, pour de vrai comme diraient les enfants.


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@noon

Bonjour bonjour,

Le problème c’est que je me perds aussi dans ce que je raconte !! Je pars dans tous les sens, les questions appellent les questions, ça devient alambiqué et plus ça me prend la tête plus j’explique mal et puis voilà je ne sais plus d’où je suis partie, d’un truc simple que j’ai transformé en pelote souvent ! Bref.

Parce que tu m’avais citée dans une conversation avec @trelawny et que la cloche s’était allumée, j’ai lu ce que tu rapportais de ton vécu et généralement des affections cardiaques. Déjà je te trouve carrément courageux et admirablement résilient (tu aurais dû arrêter de chichonner il y a 24 ans et demi cela dit :p), ensuite votre échange a soulevé une nouvelle tempête de questions dans ma tête car en effet nous sommes très mal informés, pour ne pas dire pas du tout, de ces comorbidités - pour moi c’était rangé avec les troubles potentiellement associés : consommation d’alcool, TOC, troubles des conduites alimentaires, etc. donc assez abstrait. Lorsque mon diagnostic a été posé, on m’a questionnée évidemment sur la présence de dépressions ou de suicides dans ma famille mais à aucun moment sur des antécédents cardiaux-vasculaires alors que la liste est longue comme le bras. Si tu veux donc éclairer ma lanterne à ce sujet, vas !

Je n’ai rien d’une érudite, je suis simplement extrêmement curieuse : quand j’étais petite je saoulais ma mère avec mes pourquoi ci pourquoi ça et comme les réponses (agacées à juste titre) ne me satisfaisaient pas, je suis devenue très tôt un rat de bibliothèque, voilà. Je suis moi aussi de la génération qui regardait X-Or dégommer des godzilas en carton-pâte le mercredi après-midi donc je te laisse imaginer la pile de livres que j’ai avalée depuis le temps 😀

Est-ce que tu as recours aux livres-audio ? Je ne connais pas le principe mais je sais que certains bipolaires aux facultés de lecture réduites par les traitements y viennent.

Je suis très branchée philosophie (je ne sais pas pourquoi je précise) mais je suis venue tard à Spinoza -je te le déconseille pour commencer, il pourrait te tomber des mains… Mais quelle claque ! En ce qui concerne le sujet dont nous parlions, il dit « l’âme et le corps sont un seul et même individu » ce qui n’était pas une mince affaire en 1677 où on pensait l’âme comme une entité semi-divine très éthérée, et le corps comme une vile machinerie animale. De nos jours Damasio, valide ça dans ces théories des émotions, preuves scientifiques à l’appui bien entendu, « je crois que, par rapport au cerveau, le corps proprement dit est davantage qu’une structure le soutenant et modulant son fonctionnement : il fournit un contenu fondamental aux représentations mentales. ».

Le cerveau et le corps sont en communication permanente, par 2 voies principales d’interconnexion : les nerfs périphériques sensoriels et moteurs et la circulation sanguine. Or puisque notre cerveau « dysfonctionne » il semble logique que les messages qu’il échange avec le corps soient parfois problématiques et là on rejoint notre affaire de comorbidités tant physiques que comportementales. Enfin je crois. 

Moi ce que je demandais c’est qu’on m’explique tout ça et pas seulement : « vous souffrez d’une maladie biologique chronique, mais avec un traitement vous pouvez aujourd’hui vivre normalement ». C’est la raison pour laquelle j’interroge toutes les disciplines et toutes les hypothèses, pour tenter de me faire une représentation de ce qui se passe en moi, je ne dis pas que c’est indispensable ou utile, simplement que j’en ai besoin.

Enfin la façon dont je m’exprime peut être (est) compliquée et rébarbative, c’est que je ne parle qu’avec des livres depuis longtemps : pardon donc si je parle comme un livre ;). Je fais beaucoup de références parce que je ne suis pas en mesure de créer un système personnel et que je n’ai pas suffisamment confiance en moi (heureusement) pour ne pas m’appuyer sur ceux qui en sont capables.

Voilà !

Bonne journée, bon week-end à tous.


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

Salut Stoney,

Merci pour ton retour, c'est bien la première fois que "j'accroche" avec quelqu'un sur ce forum, à ce point. J'ai l'impression que nous sommes proche question longueur d'onde, à quelques dizaines de Hertz près. Ceci n'est pas une déclaration d'amour, mais j'en arrive à oublier la raison principale ma venue sur ce forum quand je te réponds, ce qui me réjouis. On peut dépasser le sujet "maladie" afin qu'il ne devienne qu'un fil conducteur, et plus l'unique raison. Il y a 4 jours, tu te définissais comme introvertie et isolée. Qu'en penses-tu maintenant, même si ce n'est "que" derrière un écran, pour l'instant ? Est-ce la première étape qui s'engage pour toi, les yeux vers le ciel, mieux, dans le regard de l'"autre" ? Remémore-toi ce que tu étais avant de venir ici, si je peux me permettre.

Je n'oublie en rien les autres, @trelawny , @ver00 (dsl pour les soupapes, ma phrase était mal tournée, tu es douée), @Lenvoldelalbatros , et bien d'autres. Que la parole se libère, c'est le meilleur que je peux souhaiter à toutes et tous.

J'aime profondément les gens, de base (d'où le commerce). Je sais pertinemment qu'il y a d'autres personnes avec lesquelles cela pourrait matcher, il faut les "débusquer" ou qu'ils se dévoilent. Il y a d'autres Stoney, ici ou ailleurs, comme je l'avais déjà écrit.

Cette maladie me force à reconstruire ma vie. @trelawny , en effet j'étais un gros stressé, mais j’essaie de me soigner. Je n'ai qu'une vie et je l'ai déjà bien consumée. Je reviendrais vers toi concernant tes 2 sujets.

@stoney

Voici la personne dont je te parlais. Dans ce brouillard (ou fumée) qui fait qui entoure mon cerveau, il a réussi à mettre en mots des concepts (économiques, donc politiques, donc de vie ensemble) que je ressentais mais que j'arrivais pas à poser. Comme dirait mon père, c'est une tronche. N'y allons pas par 4 chemin ou cheveux, je suis de gauche. Je veux que l'économie servent l'homme, et pas l'inverse comme aujourd'hui.

Comme le chantait Eiffel :

Et si quelques points noirs
En cols blancs poivrent nos cieux
D'ondes occultes en tubes longs et creux
A bien compter le monde
Est x fois plus nombreux
Que ces trois cent familles qui sur la rue ont pignon
A tout moment elle peut aussi dire non

https://www.youtube.com/watch?v=d2kYoq55UhY

 

Revenons à mon économiste-sociologue Spinosite préféré :

Le pédigrée :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Lordon

Spinoza contre les Néolibéraux :

https://www.youtube.com/watch?v=zHZ5X0MgvWo

Son blog sur le Monde Diplomatique :

https://blog.mondediplo.net/-La-pompe-a-phynance-

 

Il a été une révélation pour moi en 2008, moi (encore moi), qui était totalement apolitique à l'époque.

Attention, je ne veux pas dire ici que j'aime la politique ou suis encarté (Brrrr !), mais je comprends mieux pourquoi et comment le monde tourne ainsi, aujourd'hui.

Politiquement->Économiquement->Rendement->Dividendes. L'esclavage du XXI siècle ne montre pas son visage. Quand le FN (RN) ne sera plus diabolisé (LREM+RN+LR) et que Mélenchon sera LE méchant, ce sera trop tard, les bottes frapperont le pavé.

Big up à @trelawny

Je te rajouterais vite-fait, histoire de :

- Le CSA a eu ses pouvoirs étendu au numérique, il est devenu un outil de censure potentiel. On verra au prochain gouvernement, de droite évidemment. Il n'y a plus de "gauche" dans le monde. Je parle de vrai parti social, pas de national-socialisme hein ?

- Skynet n'est pas loin, depuis quelques années, le congrès américain doit statuer sur la possibilité d'un drone de pouvoir tuer en automatique, sans validation humaine

Moi qui bosse dans la technique industrielle, l'avenir ME semble gris, voire noir.

Une arme par destination : Une arme par destination ou arme improvisée1 est un objet dont la fonction première n’est pas d’être une arme, mais qui est utilisé, ou destiné à être utilisé, comme tel dans certaines situations.

Bienvenue dans un monde de technologie, à destination.

Waooouuu, le dernier Iphone 23. Tu seras enterré avec, veinard. Et autant je sais que je peux être un vieux con (je suis humain), autant je pense être clairvoyant, sans me la péter (je HAIS l'orgueil). J'espère me tromper, c'est en partie pour ça que j'ai eu mes filles très tard.

On en est qu'au début. J'ai parlé de cyber-attaques il y a une semaine (mais y pense depuis 5 ans) et les journaux TV ne s'en emparent qu’aujourd’hui. C'est dire le retard pris...

A bon entendeur, ou lecteur, salut

NooN

 

 


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

Réponse à moi même et ceux qui suivent ce fil.

Je cogite depuis mon post de matin et je me dis qu'à force d'écrire et de recevoir des retours nominatifs ou généraux, je m'emballe. Je veux trop en faire car la reprise du taf approche et j'ai une liste longue comme le bras de choses à réaliser.

Je suis beaucoup trop direct et sans nuance dans mes propos, je ne prends plus aucun recul et réfléchis donc mal, très mal. Je me sens comme "obligé" de participer à tous les posts et de répondre, ce qui est par contre normal si on m'interroge. Je papillonne vraiment trop, j''ai la désagréable impression d'exclure des gens dans mes dires, je m'agace moi-même.

Quand j'écris, ma vie de famille continue or mon ordi est dans le salon donc coupures multiples, sensation de faire du sur-place. Mais qui suis-je pour me plaindre sur ce point ? J'en suis pleinement conscient. Je ne fonctionne qu'en séquentiel aujourd'hui, ma faculté d'adaptation s'est dégonflée depuis. Jadis, je réfléchissais à ma phrase suivante pendant que je parlais à mes clients en même temps. Je ne brode plus, à peine je tricote.

La fatigue du soir me fais dire nawak ou je manque de précision, n'étaie rien, or les écrits restent. Le pessimisme de mon post précédent est tout en retenue, les mots sortent mal et je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure.

Posted by: @stoney

Enfin la façon dont je m’exprime peut être (est) compliquée et rébarbative, c’est que je ne parle qu’avec des livres depuis longtemps : pardon donc si je parle comme un livre ;). Je fais beaucoup de références parce que je ne suis pas en mesure de créer un système personnel et que je n’ai pas suffisamment confiance en moi (heureusement) pour ne pas m’appuyer sur ceux qui en sont capables.

Ben merde, tu me fais douter de ma capacité à ordonner mes pensées, donc c'est dire comme tu te trompes. Tu n'as pas confiance en toi mais quelle erreur...

Je n'ai même plus envie de blaguer, c'est dire.

A moi de prendre de la distance. Faut que je me mette au vert. Moins de participation, moins de tension.

Je suis là, mais de plus loin.

NooN


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@noon

C’est un toujours le problème quand on se lance en orbite, soit on redescend soit on tourne et nous sommes partis un peu loin faut dire 😀 

Il n’y a rien de grave non plus, on se laisse emporter, on en dit trop ou mal mais en fin de compte on a passé un bon moment.

Bon week-end NooN, et bon repos !


   
RépondreCitation
Lenvoldelalbatros
(@lenvoldelalbatros)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 78
 

 NA est une fraternité ou une association à but non lucratif composée d’hommes et de femmes pour qui la drogue était devenue un problème majeur. Nous sommes des dépendants en rétablissement. Nous nous réunissons régulièrement pour nous entraider à rester abstinents.
Nous n’avons pas de frais d’admission ni de cotisations. La seule condition requise pour
devenir membre est le désir d’arrêter de consommer.
Vous n’êtes pas obligé d’être abstinent la première fois que vous assistez à une réunion mais, par la suite, nous vous recommandons de continuer à venir et de venir abstinent. Il n’est pas nécessaire d’en arriver à une overdose ou à une sentence de prison pour obtenir l’aide de NA, ni de penser que la dépendance est un état désespéré dont on ne se rétablit pas. Il est possible, grâce au programme des douze étapes de NA et au soutien des dépendants en rétablissement de surmonter son désir de consommer de la drogue.
La dépendance est une maladie qui peut atteindre n’importe qui. Certains d’entre nous consommaient pour le plaisir, d’autres pour étouffer les émotions et les sentiments qu’ils vivaient. D’autres encore, qui souffraient d’une maladie physique ou mentale, ont développé une dépendance à l’égard des médicaments prescrits au cours de leur maladie. Certains d’entre nous consommaient de temps en temps pour faire comme les autres et se sont aperçus ensuite qu’ils n’étaient plus capables d’arrêter.
Nous sommes nombreux à avoir tenté de surmonter notre dépendance et à avoir connu un soulagement temporaire, mais nous retombions habituellement dans une dépendance encore plus grande qu’avant.
Peu importent les circonstances. Tout comme le diabète, la dépendance est une maladie continuelle et progressive. Nous sommes allergiques aux drogues. Et pour nous, l’issue est toujours la même : la prison, l’hôpital ou la morgue. Si vous n’avez plus de maîtrise sur votre vie et si vous voulez vivre sans être obligé d’avoir recours à la drogue, nous avons trouvé une façon de le faire. Voici les douze étapes de Narcotiques Anonymes que nous pratiquons tous les jours pour nous aider à surmonter notre maladie.


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@stoney

Merci pour ton message Stoney.

Je vais me renseigner sur les comorbidités cardiovasculaires (ou plus en fonction de mes découvertes) liées à la bipo, à mon petit niveau, soit celui d'un néophyte. Ma recherche se fera sur le web et je ne pourrais pas faire mieux que de multiplier les sources pour croiser au maximum les statistiques trouvées. Une petite méta-analyse d'un profane du médical en somme.

Rien ne dit que mes problèmes cardio viennent de la bipo. La fume doit en être la plus grande pourvoyeuse, ainsi que l'inactivité mais à mon humble avis, le tout mêlé avec le stress, et c'est le cocktail gagnant. Le stress doit en être le catalyseur principal, vu qu'il a été mis spécialement en avant lors de ma rééducation cardiaque. A voir selon les résultats mes recherches, à titre purement indicatif.

La bipo est encore tellement mal connue, on ne connait pas encore bien le principe d'action des traitements, l'origine de la maladie, etc. Pourquoi ai-je goûté à cette maladie à un niveau aigu à 43 ans, puis passé par une dépression légère/moyenne ces derniers temps ? De mémoire, je ne me rappelle pas avoir vécu cela avant. aurais-je un nouvel épisode ? Comme tu en parlais dans un post, est-ce la poule ou l’œuf ? Il est impossible de le savoir.

@trelawny , je te tiendrais au courant. Avant d'aller loin, tu peux en parler à ton médecin traitant qui te prescrira un test sanguin. Le fameux taux de cholestérol. Si souci, tu sera traité par statines en niveau 1, car à risque. Pas plus, à moins que tu aies une "plainte cardiaque". En niveau 2, c'est l'accident vasculaire, mon cas, sans passer par le 1er niveau. La très mauvaise surprise.

Merci encore Stoney pour ton support, le satellite que je suis s'est enfin écrasé sur Terre.

Bonne semaine à tous


   
Stoney reacted
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 77
 

@Noon

Du coup j'ai googlé bipolarité+coeur, apparemment c'est une donnée assez récente, serait-ce lié au surplus d'addictions ? possible, à vérifier...Par contre j'aimerais aussi qu'on teste sans ménagement l'innocuité cardiovasculaire des traitements proposés pour la Bipo, juste par tranquillité d'esprit, faudrait pas que...

Peut-être un peu de parano, à peine, mais question légitime.

(Et je ne souhaite pas du tout que les médocs jouent un rôle là dedans, ce serait catastrophique d'ailleurs, raison de plus d'évacuer cette hypothèse)


   
RépondreCitation
Stoney
(@stoney)
Eminent Member
Inscription: Il y a 3 ans
Posts: 25
Début du sujet  

@Noon

Posted by: @noon

on ne connait pas encore bien le principe d'action des traiteme

@tommy

Posted by: @tommy

j'aimerais aussi qu'on teste sans ménagement l'innocuité cardiovasculaire des traitements proposés pour la Bipo

Je pense qu’on teste ! Mais parce que les produits sont mis sur le marché dès les premiers résultats probants et qu’une connaissance globale des effets demande une étude au long court, nous aurons peut-être une réponse dans 20 ou 30 ans ?

1 - ras, effet neutre ou 2 - scandale médiatico-pharmaceutique ou 3 - allongement inexpliqué de l’espérance de vie jusqu’à des âges invraisemblables… 😜 


   
RépondreCitation
thomas
(@tommy)
Trusted Member
Inscription: Il y a 5 ans
Posts: 77
 
Posted by: @stoney
 
Je pense qu’on teste ! Mais parce que les produits sont mis sur le marché dès les premiers résultats probants et qu’une connaissance globale des effets demande une étude au long court, nous aurons peut-être une réponse dans 20 ou 30 ans ?

1 - ras, effet neutre ou 2 - scandale médiatico-pharmaceutique ou 3 - allongement inexpliqué de l’espérance de vie jusqu’à des âges invraisemblables… 😜 

Hello, 

comme d'autres ici j'ai suivi des cours de psychoéducation au cmp du coin, on apprend beaucoup de choses, je recommande vivement, par contre il est peu question des éventuels effets délétères des traitements, et encore moins à long terme, carrément pas un mot là dessus, sauf sur les benzos peut-être...

Mais on sait tous que c'est pas des bombons qu'ils nous filent, au final j'ai l'impression que vu qu'il n y a pas moyen de faire l'impasse sur la médication (pas de plan B), on nous exhorte plus que d'autres à avoir une vie aussi saine que possible, pour compenser en quelque sorte et renverser la vapeur.

 

De toutes façons faut vraiment que j'arrête la clope, si c'est pas le coeur c'est les bronches ou les poumons qui vont tôt ou tard tirer leur révérence.

Bon dimanche ! 

 


   
RépondreCitation
NooN
 NooN
(@noon)
Membre Moderator
Inscription: Il y a 4 ans
Posts: 895
 

@tommy & @stoney

Bonjour à tous les deux. Salut en plus court.

Posted by: @tommy

Par contre j'aimerais aussi qu'on teste sans ménagement l'innocuité cardiovasculaire des traitements proposés pour la Bipo, juste par tranquillité d'esprit, faudrait pas que...

On ne peut être plus logique que ça. Tu as totalement raison. En ce qui me concerne, j'ai niqué mes artères comme un grand ( un gland plutôt, c'est écrit sur les paquets ;(  ) avant que je prenne le moindre médoc. Mais je plussoie ton questionnement.  C'est d'ailleurs la première recherche à réaliser.

Pour les médocs, c'est déjà mal parti pour le Lithium, en ce qui me concerne :

"On a décrit initialement des problèmes au niveau rénal, des insuffisances rénales mais normalement si les doses sont correctes en fonction des épisodes, il n'y a pas de problème."

https://www.allodocteurs.fr/maladies/psychiatrie/bipolarite-maniaco-depressif/troubles-bipolaires-quels-sont-les-effets-secondaires-du-lithium_19764.html

Je sais déjà que j'aurais le droit à mon petit doppler des reins un de ces quatre, hors problème de bipo. Mon deuxième effet Kisscool à moi. Le sujet est fort complexe et j'avais lu qu'il était un problème pour le cœur. Il faut que je retrouve ces infos et que je les corrobore avec d'autres. Je me suis peut-être planté lamentablement. Ne parlons pas des autres thymo, il y a en gros 3 familles : Le lithium, les anti-épileptiques et les antipsychotiques atypiques.

@tommy , bien vu, et je suis bien content d'avoir de tes nouvelles. Avec Stoney, j'ai l'impression que nous sommes trois dans le bac à sable maintenant. Il est bien sûr public, ouvert à tous (Hein @trewalny ? Et tous les autres).

Le mieux est d'ouvrir un post spécifique, sinon bonjour le bordel.

Bises à toutes et tous

NooN

 


   
RépondreCitation
Page 2 / 3
Annonce
Annonce
Annonce