Notifications
Retirer tout

Un grand amour à deux pôles.

1 Posts
1 Utilisateurs
0 Likes
577 Vu
Kenshindo
(@kenshindo)
New Member
Inscription: Il y a 6 mois
Posts: 4
Début du sujet  

Bonjour à tous! 

Il y a presque 6 mois, que je vis une relation amoureuse avec ma chérie. Je ne connaissais pas au début, ce mal qui la ronge et nous avons donc rencontré plusieurs "clashes", pendant lesquels, des mots cinglants sont sortis de moi: manipulatrice, destructrice, menteuse, sans cœur...).

Ce n'est qu'au quatrième clash, voyant que je revenais quand-même vers elle, doutant qu'elle soit si mauvaise que ça, qu'elle s'est décidée à me parler de sa bipolarité... quel mot étrange, incompréhensible, quand on n'y est pas confronté directement. Aucune définition dans un dictionnaire ne peut permettre de comprendre ce terme médical.

Il aura fallu quatre mois pour que S me prête un de ses livres: "Vivre avec des hauts et des bas"... superbe ouvrage, qui m'a beaucoup aidé à mieux la comprendre... mais juste à la comprendre, car chaque personne bipolaire vit avec des traumas différents, dont deux communs à beaucoup, en vieillissant: l'abandon et la peur de cet abandon. Alors sont venus les subterfuges pour tester mon amour, ma fidélité, ma résistance, ma compréhension, ma patience et j'en passe... j'ai cru que chaque test serait le dernier, mais a sans cesse besoin d'être rassurée et chaque mot que j'emploie doit être mesuré, afin qu'elle ne l'interprète pas mal.

Certes, je suis parfois très fatigué, de répéter sans cesse les mêmes choses pour la rassurer, parfois tellement triste de la voir dans sa souffrance sans savoir comment agir... mais je l'aime tellement fort! Comment pourrait-on laisser le soleil s'éteindre, sans tenter de le raviver? 

Je reste convaincu que la médication n'est pas la seule solution, car je vis aussi un combat contre la dépression, combat que je ne gagnerai jamais vraiment et que je livre seul depuis de longues années, alors j'arrive à la comprendre, en partie. Je ne me laisse plus envahir par les pensées sombres et les personnalise, afin de pouvoir les rejeter, leur dire d'aller se faire f****e, parce-que je veux être heureux. 

Lors de sa dernière crise, très dure, pendant laquelle je lui ai parlé, sombrant même jusqu'à la dépression pour l'accompagner et la faire remonter à la surface. Je compare la phase dépressive à une noyade, pendant laquelle on s'enfonce vers les abysses, voyant la lumière du soleil disparaître peu à peu, jusqu'à la noirceur totale, dans laquelle on ne distingue plus rien et où tout devient source de peurs, d'angoisses... alors oui, j'ai aussi plongé dans ces abysses avec elle et l'ai poussée vers la surface à coups de mots similaires à des électrochocs, jusqu'à distinguer la lumière du soleil, palier où j'ai lâché prise, me suis effondré en larmes devant elle, pour que nous puissions rejoindre la surface ensemble. 

Depuis, nous avons convenu qu'elle couche sur papier tout ce qui la pousse vers la phase dépressive et paranoïaque, les déclencheurs et de mon côté, j'écris mes ressentis, mes interprétations, que nous comparons ensuite ensemble, quand elle a les idées claires. Ceci lui a fait prendre conscience que je suis AUSSI là pour l'aider, l'accompagner dans son combat et nous analysons tous ces nœuds ensemble. 

Tout ceci a pour effet qu'elle voit de mieux en mieux ses phases arriver et peu parfois les contrôler. Je pense que dans le temps, tous ces nœuds créés aussi par les années et les traumas, pourront se défaire. Je viens justement de recevoir un SMS de sa part: "je ne guérirai pas, je n'y arriverai pas". C'est encore une façon de me tester, de tester si elle peut compter sur ma force et ma présence, alors je ne prends pas ce message comme tel et je reste positif malgré tout. 

Annonce

Pour comprendre ces traumas, il faut remonter jusqu'à l'âge du nourrisson et son rapport à la mère... c'est ce que j'en ai compris: en remontant à la source, on peut avec le temps, comprendre et défaire les nœuds suivants... avec beaucoup de temps, de compassion, de compréhension et de patience, mais surtout de pur amour.

À mon grand amour! 

 

Fred.


   
Citation
Étiquettes du sujet
Annonce
Annonce
Annonce